La poussière. Acte I : "déchocage". / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » Bicicle » 

La poussière. Acte I : "déchocage". 



La poussière. Acte I : "déchocage".

Non, je ne parle pas de l'amas d'acariens fourrés sous le tapis du salon.

Lundi soir, le frigo est vide, je vais au McDrive me chercher un Filet-o-fish. Je joue en ligne à  Battlefield 3 sur la PS3 avec un copain. J'ai envie d'un shoot, vraiment envie... J'ai sous les yeux un gros sac à  pharmacie rempli de vieux matos usagé... Envie d'un shoot... Et si je faisais les « fonds de cuillères  »  ? J'en ai une dizaine avec des vieux restes de produits qui ont déjà  plusieurs semaines, il y a aussi une dizaine de filtres toupies... Ils ont jaunis tellement ils sont pourris... Envie d'un shoot...
Je n'ai plus aucunes seringues propres, plus de tampons d'alcool, plus d'eau, plus rien en somme. Envie d'un shoot... Et merde, il y a un verre d'eau sur ma table, je ne sais même plus depuis combien de temps il est là . J'y trempe une de mes seringues usagées, je la remplis, je fixe tous les filtres les uns après les autres à  la seringue et j'expulse leur contenu dans une cuillère, usagée aussi... Je filtre le liquide avec un des vieux filtres... Je prends une vieille aiguille. Mais qu'est-ce que je fous, je ne me rends même pas compte, rien ne semble compter à  vrai dire. Et j'injecte à  l'intérieur du poignet, sans désinfecter, je n'ai de toute façon pas d'alcool.

Je continue ma partie, je joue sur la carte « Traversée de la Seine  », je me débrouille pas trop mal. On est en équipe au micro avec mon pote. Quelques minutes passent. Ma tête... Une douleur lancinante comme jamais je n'en ai eu apparaÎt subitement, sur le dessus du crâne. Je pose le micro, je laisse la partie en l'état, me lève, ma vue se brouille, je vois noir. Envie de vomir, j'attrape le premier « récipient  » à  proximité en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. Je réalise que je viens de gerber mon Filet-o-fish et l'intégralité de mes tripes dans un arrosoir.
Je suis trop mal, j'ai trop mal. J'ai mal aux reins, j'ai mal dans les cuisses, beaucoup trop mal. Un instant j'ai osé penser que c'était le Filet-o-fish que je digérais mal... Non, putain, c'est ce putain de shoot crasseux et désespéré... Merde, je suis en train de faire une infection. Je vois noir, je vais m'évanouir. J'ai la chiasse comme jamais, je repeins les chiottes.

Il faut que je prenne une douche. Ma vue est complètement brouillée, je n'ai plus de force, la douche n'arrange rien. Je me sèche, je m'habille, il faut que j'appelle les urgences. Je me surprends à  prier dieu alors que je n'y crois plus depuis des lustres : « pitié mon dieu, je regrette, je me shooterai plus jamais, fais que je m'en sorte, que ça passe, je me shooterai plus, j'ai retenu la leçon, promis  !!  ». Je m'allonge dans mon lit, je veux dormir, la douleur est trop forte, j'ai trop mal à  la tête, aux reins, aux jambes, je ne tiens plus, ça ne veut pas passer. Ça ne passe pas, ça empire.
J'attrape mon sac à  main, ma veste, et mon portable et je sors de ma chambre, la laissant en l'état. J'appelle le 15  :
« S'il vous plaÎt j'ai hyper mal, je vais m'évanouir, venez. J'oublie de préciser que je suis en train de faire une infection, ou avais-je trop honte de moi pour le dire  ?
- SOS médecin passera d'ici une heure ou deux.
- Quoi  ?! Mais non j'ai trop mal, je vais m'évanouir je vous dis.
- Prenez un Doliprane, dit-il en me raccrochant au nez.  »

Merde, mais pourquoi je lui ai pas expliqué correctement, je suis vraiment trop conne. J'agonise de douleur. Je me traÎne à  l'entrée de la résidence. Deux nanas en fauteuil roulant passent, je suis par terre.
"Ça va mademoiselle  ?
- Non.
- Vous voulez que j'appelle les pompiers  ?
- Oui.
- Mais qu'est-ce qu'elle a pris  ?"
Elle appelle les pompiers. Le concierge arrive, il me traÎne dans sa loge, je suis au plus mal.
Quelques minutes après, les pompiers arrivent. Ils m'emmènent dans leur camion, j'ai trop honte de leur expliquer pourquoi je suis dans cet état, alors je me contente de leur dire les symptômes, ils me déposent aux Urgences et repartent.

La salle d'attente est bondée, je m'assied sur un siège vide. J'ai mal, j'ai plus de forces, je peine à  tenir assise.
Une infirmière appelle mon nom, je n'arrive plus à  répondre, elle appelle une deuxième fois, je rassemble mes forces pour lui répondre un « oui  » à  peine audible. J'entends lointainement une femme assise à  ma droite dire à  l'infirmière  : « elle n'a pas l'air d'aller bien  ». « Qu'est-ce qui se passe mademoiselle, qu'est-ce que vous avez pris  ?  » Me demande l'infirmière.
Je tiens à  peine debout, je vais m'évanouir.
Elle me met sur un brancard, un infirmier arrive, me demande ce qu'il y a. Je lui réponds enfin que j'ai fait un shoot de Subutex avec du matériel pas propre (doux euphémisme, dégueulasse oui, puis-je me permettre d'affirmer a posteriori). Il répète après moi « Subutex  » comme apprenant le nom d'un nouveau médicament et repart voir les médecins en face. J'entends une femme lui répondre  : « on l'emmène en déchoc  ».
Il revient, me demande de me déshabiller. Pardon  ? Il tend un drap. Puis me tend la robe tout à  fait immonde de l'hôpital. Dans quelle merde je me suis fourrée. Qu'est-ce que c'est que cette tenue répugnante, où est passé ma dignité  ? J'allais comprendre que j'étais en passe de la perdre pour de bon.

Il fait rouler le brancard dans la salle de « déchoc  ». Je ne sais pas ce que ça veut dire, c'est la première fois que je vais aux urgences. J'apprendrai le lendemain en passant devant cette même salle que c'est la salle des « soins intensifs  ». On me met des capteurs sur le torse. Je suis à  poil mais tout va bien, « tranquille  », c'est la fête du sein. Les médecins s'affairent autour de moi, ils font leurs examens, j'ai 40 °C de fièvre, j'ai toujours hyper mal. Ils doivent me perfuser. Je me demande comment ils vont trouver une veine... Ils cherchent sur les bras, ils n'en trouvent pas, sur les mains non plus. Une infirmière propose d'inspecter mes pieds. Une autre finit par trouver une veine dont je n'avais pas la moindre idée de l'existence (tant mieux au fond, sinon elle serait déjà  sclérosée) sur le dessus de ma main droite. Elle pique, puis se penche vers moi  :  « n'enlevez pas la perfusion surtout hein, cette veine est importante comme la prunelle de vos yeux  ».
Ah bon, j'avais prévu de partir courir un 100 mètres à  poil dans l'hôpital, c'est con, merci de me prévenir, ai-je du penser au fond de moi...

Ils me font une autre piqûre dans une artère, je ne sais pas pourquoi. Ils continuent leurs examens, je ne comprends rien à  ce qu'on me fait. Mais ça va mieux, la douleur est passée. Je suis apaisée, ce doit être la perfusion qui fait effet  : « Perfalgan et antibios  » me dit la médecin qui allait s'occuper de moi pour les prochaines heures.
- Qu'est-ce que vous avez shooté  ? On est pas là  pour vous juger vous savez mademoiselle.
- Du Subutex.
- Ah c'est normal que vous soyez dans cet état.
- Hein  ? Non, aucun rapport, c'est que j'ai fait les fonds de cuillère et c'était du vieux matériel..
- AH  ! Mais c'est dégueulasse ça.  »

Oui bah, c'est bon ça va, pas besoin de prendre cette moue répugnée. Avec le recul, je la comprends, ce shoot était franchement immonde, j'étais vraiment désespérée. Comment n'ai-je pas pu me rendre compte sur l'instant que je faisais n'importe quoi  ? Que ce shoot allait sans nul doute me mener à  la « poussière  »  ? Je ne comprends toujours pas ce qui m'est passé par la tête. Ai-je vraiment cru que j'allais « me défoncer  » avec du vieux matos tout pourri  ?

« On va vous faire une piqûre contre le tétanos, mettez-vous sur le côté  » Je m'exécute. Ni une ni deux, c'est la fête des fesses à  l'air.
- Attention je pique.
- Aïe.
- Vous voulez voir la taille de l'aiguille  ?  
- Heu, Non ça ira merci ».
Aïe, mes fesses.
Mon téléphone n'arrête pas de sonner dans le sac poubelle dans lequel ils ont mis mes habits. Je réalise que c'est sûrement « SOS médecin  » qui est à  la résidence... Ils ont un léger train de retard. Tant pis.

Quelques temps après, la médecin revient avec un bocal vide  : « On va vous faire une analyse d'urine  ». Je me lève, je vacille et manque de tomber, la tête me tourne. J'ai toujours 40 °C de fièvre.
On me montre des chiottes où je suis supposée pisser. Je ferme la porte, normal me semble t-il, et commence à  remplir son bocal.
On tambourine à  la porte  :
« Hé ho, faut pas vous enfermer, ouvrez  !!!
- Mais c'est bon je pisse là   ! Deux secondes j'ai fini.
- OUVREZ LA PORTE !!!
Mais elle a fini de me mettre la pression celle-là .
- OH HE !! OUVREZ  ! Me hurle t-elle à  travers la porte en enfonçant la poignée à  de multiples reprises.
C'est donc « sans le moindre stress  » que je termine de remplir son bocal et que je me dépêche de sortir.
- Il faut laisser la porte ouverte mademoiselle  !!! S'il vous arrive quelque chose dans les toilettes...  »
Oui bah c'est bon, c'est pas encore la fête de la chatte hein, aurais-je du lui rétorquer...

Je me rallonge dans mon cher brancard. Une infirmière vient me faire une radio des poumons avec un appareil de radio « roulant  ». Et c'est reparti pour les seins à  l'air devant la moitié du service. Je n'en peux plus, je veux mes habits, où est ma dignité  ? La pudeur, tout ça quoi  ? J'ai définitivement compris à  mes dépens que l'hôpital en était dépourvu.

J'ai perdu toute notion du temps, quelle heure est-il  ? On m'annonce qu'il est maintenant près d'une heure du matin. Cela fait plus de 4h que je suis en déchocage. Je suis complètement à  l'ouest, je pense rentrer chez moi.
« Heu, vous allez rester là  ce soir, on va vous monter en chambre.
- Ah.  »

Un infirmier arrive, il emmène mon brancard dans un ascenseur, traverse un premier couloir, puis un second, puis un troisième. Me dépose dans une première chambre. Pas la bonne. Il repart pour un autre service. Reprend un ascenseur. M'emmène devant une autre chambre. Pas ici. Repars dans les interminables couloirs de l'hôpital. Un collègue se joint à  lui, ils me poussent toujours, passent dans un hall  : « ça pue la pisse ici, quelqu'un a encore pissé dans le couloir  ». Ambiance.
Deux heures passé du matin, on me met finalement dans la bonne chambre. Il fait noir.

Je m'endors.
[...]

Catégorie : Témoignages - 19 décembre 2013 à  06:18

#poussière #injection

Reputation de ce commentaire
 
Texte mis dans les morceaux choisis de Psychoactif. (away)



Commentaires
#1 Posté par : marvin rouge 19 décembre 2013 à  10:07
aie ça pique ton histoire Bicicle !

ta pas réfléchi sur le moment,ça peut arriver, on a tous fait des conneries
tu est sur le forum depuis un moment pourtant, tu devrais connaitre les risques

je pense que là  tu nest pas pret d'y repenser une seconde

remet toi bien, et prend soin de toi surtout

amicalement

M-Rouge

Posté par : marvin rouge | 19 décembre 2013 à  10:07

 
#2 Posté par : drugstore cowboy 19 décembre 2013 à  10:11
Salut Bicicle, sale aventure ce qu'il vient de t'arriver !
Ma dernière "poussière" il y a environ 2 ans, je m'en rappelle comme si c'était hier :
Plus qu'une seule pompe, neuve... Préparation rapide d'un shoot de coke (ou speed ball me souviens plus) cuisine faite, potion magique dans le tube, je prend ma seringue, elle m glisse des doigts et se plante comme une fléchette sur mon sol en lino.
Je redresse l'aiguille qui était à  45°, la remet droite, souffle dessus et j'injecte. Sans alcool avant ni après, aucune rdr, juste avant d'injecter je me suis dit "ça craint je risque une belle poussière" qu'à  cela ne tienne j'attaque quand même.
Eh ben voilà , 1/2 heure après je vomis tripes et boyaux, un mal de crane terrible, tremblements et secousses incontrôlables, un ami d'enfance était chez moi en vacances heureusement, il s'est occupé de ma fille pendant 3 jours consécutifs moi pendant ces 3 jours j'étais dans mon lit à  boire de l'eau et vomir non stop le peu de bile qui me restait dans le bide dans d'affreuses douleurs abdominales, j'en poussait des hurlements tellement ça faisait mal.
Voilà  c'était ma petite histoire, comme quoi on fait des trucs bien crados parfois pour se shooter (une fois en région parisienne je récupérai des gouttes d'eau sur des feuilles de buisson dans une cité, directement avec ma seringue, chercher par terre une canette en alu en guise de cuillère etc...)
Je suis beaucoup plus soigneux, safe et rdr maintenant wink

DC

Posté par : drugstore cowboy | 19 décembre 2013 à  10:11

 
#3 Posté par : Niglo 19 décembre 2013 à  15:54
Bonjour Bicile et DC,

et bien à  mon tour de raconter ma mauvaise expérience de poussière. Il y en a eu plusieurs mais une seule reste mémorable...

Je me souviens c'était pendant la fameuse canicule, j'étais descendu chez mes parents (qui ne connaissaient pas ma toxicomanie) passer quelques jours. Une chaleur d'enfer...Après un shoot de subutex, idem mal de tête affreux, sueurs froides, dents qui claquent...L'horreur.
Mes parents appellent SOS Médecin, pareil ils peuvent pas se déplacer...Rappel une 2ème fois et là  le toubib pense que j'ai une méningite à  cause du mal de crâne horrible. Je pouvais même pas me lever du lit tellement j'avais mal...
J'ai pas tout de suite fait le lien entre le shoot et la poussière, en fait c'était la 1ère fois que ça m'arrivait. Puis je pouvais pas dire au téléphone que je me shootais, mes parents à  côté...la galère...

Résultat le toubib nous a dit d'appeler le SAMU. Ils ont du sortir le brancard pour m'emmener dans l'ambulance, je ne tenais pas debout et toujours ce mal de crâne horrible...
Direction les urgences CHU de Toulouse, c'est pas le petit hôpital en +, et c'était bourré de monde à  cause de la canicule. Après les prises de sang ils ont eu l'intelligence de me faire une ponction lombaire: aie!!!surpris
Je venais pourtant de leur dire que je shootais, ils ont capté les cicatrices de toute façon. Et une ponction lombaire pour rien, c'était bien sur pas une méningite...J'ai passé une nuit aux urgences puis ai été transféré au service maladies infectieuses, carrément.
J'ai eu droit à  une dizaine de prises de sang par jour (j'y ai passé 3 jours le temps que ça passe tout seul), je vous laisse imaginer la galère avec l'état de mes veines...Avec mes parents à  côté qui comprenaient rien...Ils pensaient que j'avais chopé le VIH! Je précise:ils sont bourrés de préjugés.


J'ai passé au total 4 jours à  l'hosto, j'ai fait plein d'examens, vu plein de toubibs soi-disant spécialistes et aucun n'a su ce que j'avais!!

Depuis ça m'est arrivé 2-3 fois, maintenant que je sais ce que c'est, plus question d'hosto!!

Moralité:le subu en IV c'est pas cool, récupérer les cotons c dangereux et on devrait utiliser tout le temps des bons filtres: stéri ou toupies!

Merci de m'avoir lu merci-1

Niglo

Posté par : Niglo | 19 décembre 2013 à  15:54

 
#4 Posté par : virtualfacto 19 décembre 2013 à  16:25
Hello,

ce qui n'est pas du luxe, et il était temps, c'est de parler de RDR, surtout quand j remonte au début des taquets, pour moi, le début des années 90, ou franchement à  part le steribox qu'on nous lançait en pleine tronche dans les pharmacies, la RDR se limitait à  ne pas se faire choper par les flics ou autres autorités.
Vive les filtres toupies, que je n'ai d'ailleurs jamais vu, mais j'imagine que ca doit bien aider.

Pour avoir chopé pas mal de poussières aussi, en effet, je ne pense pas avoir souffert autant qu'après m'être envoyé une telle saloperie.

Ha si, comme quoi, on oublie:
2004, je re touche à  quelques insus, pour shooter du subu que j'avais récupéré (je l'ai shooté qques années auparavant).
Insus utilisées à  l'époque pour 2 à  3 shoots en fonction de si je trouvais la veine de suite ou pas. Et cachées entre temps dans une vieille veste, ou on irait pas les chercher (niveau RDR:0!!).
Un bon taquet de subu avant de partir en vacances avec des amis, en Espagne.
Le jour du départ, gros trait rouge, bien enflammé le long de l'artère de la jambe (je m'étais shooté dans le molet).
Grosse fatigue, presque impossible de me lever.
Bref, aspirine à  gogo, ca va mieux.
Le soir, arrivé en Espagne, ca reprend, pas bien du tout, je vais me coucher. Réveillé par une grosse gerbe, pas bien du tout.
Mes amis me trainent à  un cabinet medical qui fait office de centre d'urgence dans la petite ville ou j'étais. Différents tests, dont la saturation d'oxygène: je n'ai plus la valeur, mais semble t il bien basse!! Ils m'envoient en urgence vers l'hôpital le plus proche, 40km.
Je ne sais pas comment j'ai fait pour tenir jusque là  bas.
Après 1mn après être rentré, les infirmiers sur place me chopent, m'allonge sur un brancard et m'emmenent en mode Hussein Bolt je ne sais ou.
Tout le monde paniqué, moi même pas pu m'en rendre compte.
Plus possible de respirer, je vais crever, je le sais, mais bon je reste détendu.
Radio des poumons, prise de sang, questionnement:
"ha no, je n'ai absolument rien pris! tout juste me suis je blessé avec un tourne vis dans le doigt, hier, mais c'est tout, je vous le jure"
Ne rien lacher! jamais!! putain de répression, pris par la peur de ne plus être traité parce que tox et donc citoyen de dernière zone, qui ne merite pas à  ce que l'on s'occupe de lui. Ca m'était déjà  tellement arrivé avant de me faire humilier et rabaisser par le corps médical (encore les flics, on sait, mais les médecins, merde, ils ont prété serment, quoi!!).
Donc je ne dis rien. Après quelques minutes, 1 infirmère à  chaque bras pour trouver une voie encore piquable pour passer antibio et autres, un medecin revient avec les radios.
Là , après 2 secondes, ils sont une dizaine autour de la radio, avec des yeux gros comme des billes, alternant regards sur la radio, sur moi, sur la radio, sur moi,...
OK, le poumon droit vient de partir en couille avec une putain de grosse tache noire (ou blanche hein ).
Finalement on me pique dans la jambe pour poser la perf (pas très pratique), on me monte en chambre, je vomis du sang à  donf.
Les analyses reviennent après une nuit qui m'a semblé être la dernière.
Ma femme, paniquée, mes amis, paniqués, et moi, mal piqué!
Streptocoque pyogène!
hein?? Ce putain de microbe m'avait bouffé la moitié d'un lobe en 36h.

Je vous passe la suite: 2 semaines alité, non transportable, personne dans ma chambre sans le masque, les gants, la blouse, la,charlotte.
Je vous passerai aussi les aiguilles de 10cm, plantées à  sec jusque la plèvre pour pomper les litres de pu qui la remplissaient.
Les médecins: "je vais mourir docteur??"
"bah, franchement, je ne peux pas me prononcer"
"ha, merci docteur, au moins vous, vous aimez la franchise"

le rapatriement sanitaire Espagne France après 3 semaines, et les centaines de km en ambulances qui ont dû couter un fric de dingue à  la sécu (8 places d'avion pour moi, allongé dedans) (au cas ou on douterait encore de l'utilité de banaliser la distribution de seringues aux UD, la j'ai dû leur coûter l'équivalent de 10 palettes de steribox).

Et aussi, je vous passe le pneumo thorax à  Lille, une fois rentré en France, ou je suis resté encore 2 semaines à  l'hosto, ou là , j'ai vraiment cru que j'allais y passer.

Il m'a fallu je crois 5 à  6 mois pour pouvoir re marcher sans gène, et encore aujourd'hui, presque 10 ans après, mon poumon est encore un peu diminué.

Les aléas de la toxicomanie on va dire

Moralité: je me suis shooté dans des endroits vraiment crades, des chiottes de cafés tout sombres qui sentent la pisse, des caves poussiéreuses,... comme beaucoup de monde, et ce sans rien avoir.
Il en aura fallu qu'UN SEUL pour me mettre dedans.

Donc, non! désinfecter, filtrer, appliquer les règles de RDR ne sont pas là  pour en superflu pour faire bien quand on a le temps.
ET comme le disent Bicicle et DC, le jeu n'en vaut pas la chandelle, que ce soit une poussière (qui je crois peut amener aussi à  des embolies?) au delà  de la douleur "sur le moment", ou comme moi, pour des microbes.
Je n'ai pas partagé ma seringue, juste réutilisée, je ne saurais jamais comment ce crabe est rentré dedans!

Le seul truc positif que j'en ai retiré, c'est la pompe à  morph qu'on m'a posé après, tellement j'avais mal! plus besoin de trouver une veine, appuie sur le bouton!! LOL (on ne se refait pas)

Voilà , mon témoignage sur les shoots cra cra
bon appétit bien sûr

Posté par : virtualfacto | 19 décembre 2013 à  16:25

 
#5 Posté par : Mogwaï 19 décembre 2013 à  22:21
Coucou Bicicle,
Je ne commenterais pas tonhistoire parce que je n'y connais rien, à  l'injection.

Par contre oui, hélas, aucune pudeur n'est admise dans les couloirs de l'hôpital.

Et sinon...
T'as une plume magnifique, c le troisième post sur ton blog et tu me fais accrocher et je lis jusqu'au bout, je me mets à  ta place...
Tu devrais faire plein plein de bouquins.

Posté par : Mogwaï | 19 décembre 2013 à  22:21

 
#6 Posté par : ziggy 20 décembre 2013 à  15:44
Histoire palpitante, merci pour ce récit choc ! Est ce une vieille histoire ou est ce récent ? Merci à  tout les autres pour vos témoignages sur les poussieres... Et dire que depuis que j'ai repris les shoots en fin 2010 donc maintenant 3 années assez intense, rien de tel ne m'est jamais arrivé !! Bon c'est vrai que je fais relativement gaffe mais parfois ça m'arrive de réutiliser une pompe de la veille... alors quand je vois l'histoire de DC, y a de quoi flipper car la pompe est seulement tombé par terre ? Ce rappel des risques est important, tres important parce qu'effectivement, parfois on fait des trucs pas super RDR et la plupart du temps, il ne se passe RIEN. Alors pourquoi une fois, cette fois ?

Posté par : ziggy | 20 décembre 2013 à  15:44

 
#7 Posté par : pierre 20 décembre 2013 à  15:51
Merci pour tout ces témoignages sur ce qui peut se passer quand on réutilise ses seringues. Je crois que je vais en faire un article pour le blog "un monde 100 drogues".
D'autres veulent témoigner d'une poussière ou autres ?
Pierre

Posté par : pierre | 20 décembre 2013 à  15:51

 
#8 Posté par : Bicicle 20 décembre 2013 à  22:02
Merci pour vos réponses/témoignages, à  côté de vous j'ai l'impression que c'était rien (le coup du poumon bouffé en 36h !!), que je m'en suis "pas trop mal sortie" (et pourtant dieu sait que c'était une des pires expériences de ma vie... J'écrirai la suite dans un prochain article quand j'aurai le temps).

Sinon c'est arrivé en mai 2012, c'était la première et dernière fois... TOUT le matos était dégueulasse au possible (toupies devenues jaunes...!! Même pas d'alcool, eau à  moitié rancie, etc), je sais pas ce qui m'est passé par la tête. Bref, l'horreur. Vraiment quand j'y repense, ça me recadre à  bien faire des shoots clean et propres à  fond pour ne JAMAIS revivre ça.

Posté par : Bicicle | 20 décembre 2013 à  22:02

 
#9 Posté par : LLoigor 20 décembre 2013 à  22:31
Et ben ... sacré histoire ... hmm

Pour contraster un peu tout cela, je trouve comme Mogwai que tu as une belle plume.

Et surtout beaucoup d'humour quand tu écris ("c'est pas encore la fête de la chatte hein" big_smile).

Ouep un récit d'une sale histoire, mais écris de bien belle manière wink

LLoigor merci-1

Posté par : LLoigor | 20 décembre 2013 à  22:31

 
#10 Posté par : sud 2 france 23 décembre 2013 à  00:02
et oui, se shooter des vieux cotons tout moisis dans une seringue déjà  utilisée et peu ou pas rincée mêne automatiquement à  ce que l'on appelle "LA POUSSIERE"

Posté par : sud 2 france | 23 décembre 2013 à  00:02

 
#11 Posté par : sud 2 france 23 décembre 2013 à  00:08
petite réponse à  virtualfacto: 10 palettes de stéribox t gentil...

Posté par : sud 2 france | 23 décembre 2013 à  00:08

 
#12 Posté par : seba59 23 décembre 2013 à  01:57
Salut les amis,

Moi, j'avais lu sur le forum que quelqu'un conseillait de prendre deux aspirines 500mg (ou à  défaut deux paracétamol) en cas de poussière. La dernière fois que j'ai eu une poussière, étant vraiment super mal et n'ayant rien à  perdre, j'ai essayé et je dois dire que ça a été très efficace. En moins de vingt minutes, tous les "symptômes" de la poussière avaient disparu et j'ai pu m'endormir assez facilement. Merci au forum pour ce remède inattendu!

seba59        rasta

Posté par : seba59 | 23 décembre 2013 à  01:57

 
#13 Posté par : marvin rouge 23 décembre 2013 à  16:47
putain j'en ai jamais fait de poussière

malgré plusieurs années de shoot intensif de divers produits

et dans des condition parfois pas top( très très rare mais bon trop pressé et trop en chien parfois, genre les chiottes bien dégueulasse du premier bar après avoir choppé!)

ben je me dit que j'ai de la chance,j'ai vraiment pas envie que ça m'arrive

et ton histoire nous rappelle que cela peut toujours arriver, on est pas l'abri de faire une connerie malgré que l'on connais les règles de RDR

L'humain est con parfois, ou non,plutôt faible par rapport à  l'envie de se faire un bon gros shoot de très bonne came ou coke, rien que d'en parler....)

Posté par : marvin rouge | 23 décembre 2013 à  16:47

 
#14 Posté par : away 23 décembre 2013 à  19:49
Bicicle,
En dehors du fait que tes récits (Rotter héro, Paris sub et le présent texte ) soient fascinants, je sais que c'est un peu décalé de dire ça mais tu as un vrai talent d'écriture.
J'espère que tu arriveras au terme souhaité de tes études et que tu arriveras à  cesser l'injection de sub.
Sur ce, bon courage et bonne continuation.
Amicalement
AWAY

Posté par : away | 23 décembre 2013 à  19:49

 
#15 Posté par : Fabrice 27 décembre 2013 à  04:47
Je n'ose même pas imaginer la flore microbienne qui s'est développée dans les filtres.
C'est comme se faire un gueuleton avec de la bouffe périmée depuis 2 ans thinking

En tout les cas merci pour ce témoignage "à  nue" qui rappelle les risques d'infection en utilisant les vieux filtres, cotons et seringues usagées.

Posté par : Fabrice | 27 décembre 2013 à  04:47

 
#16 Posté par : Amarnath 16 février 2014 à  09:29
Franchement Bicicle tu écris vraiment très bien et tu transpires l'intelligence. C'est très agréable d'être dans ta tête et de suivre en directe tes réactions et commentaires.
Je suis fan.
Merci Bicicle

Posté par : Amarnath | 16 février 2014 à  09:29

 
#17 Posté par : Leaf 23 février 2015 à  21:10
Hahahah je me suis taaapé une barre tellement le « pitié mon dieu, je regrette, je me shooterai plus jamais, fais que je m'en sorte, que ça passe, je me shooterai plus, j'ai retenu la leçon, promis !! » à  chaque poussière c'est EXACTEMENT MOT POUR MOT ce que j'ai dit!

Pour ajouter une histoire poussière,
Cet été alors que j'étais en psychiatrie, je continuais à  shooter mon sub (incroyable je sais) mais j'avais pas beaucoup l'occase d'aller pécho de stéribox, du coup beaucoup de réutilisation de matos usagé. Donc une fois le soir, je vais dans la salle de bain (on est par chambre de deux donc je dois tout faire en scred vraiment) et vois qu'il me reste pas beaucoup du 8mg du jour, donc je décide de repasser des filtres usagés qui trainent dans ma "trousse à  pompes". Je me fais mon shoot, ok cool, je rejoins mon camarade de chambre, on va en salle télé, tous les autres "fous" sont là , et puis d'un seul coup je commence à  me geler les couilles graaave et à  claquer des dents, je comprends pas, tout le monde me regarde bizarre mais j'ai tellement peur d'être grillé que j'ose rien dire.
Je retourne, chancelant, dans la chambre en espérant que ça passe (c'était ma 1ère poussière donc encore pire dans un endroit pareil), me fous au lit, je crève de chaud, grosse fièvre, mal de tête hallucinant, j'essaie de m'endormir et de faire comme si de rien n'était auprès de mon voisin de chambre, j'ai une putain de nausée, aaaah je meurs...
A un moment les infirmières passent pour dire bonsoir et vérifier, et là , pas le choix je saute de mon lit, me caaasse la gueule par terre et BAAAAAAAAAAH je dégueule mes tripes à  n'en plus finir, une fontaine de gerbe, les infirmières débloquent, je suis trop mal, je vais crever, tuez moiiiiii... Tout le personnel se ramène, ils me checkent la température, 39.5°, on me demande ce qui se passe, je dis je comprends pas, on m'assomme à  coups d'imovane/temesta et d'efferalgan, finalement je m'endors, incroyable...

Lendemain au réveil, les infirmières me font 36 prises de sangs pour comprendre ce qui a bien pu se passer (et sûrement pour voir si j'ai pas pris de stups, je pense). Moi tout innocent je continue à  dire que je comprends pas ce qui s'est passé, tout le monde s'inquiète mais au fond, je me dis "putain à  partir de maintenant, plus de cotons usagés PLUS JAMAIS!"

Posté par : Leaf | 23 février 2015 à  21:10

 
#18 Posté par : pleasurepulse 24 février 2015 à  09:59
YBonjour à  tous !
Je n'ai pas lu les commentaires mais j'ai lu le post principale et ...et euh ...
Je ne veux pas jouer les vieux cons mais j'ai tout de meme été assez stupéfait en lisant cela !
Loin de moi l'idée de te juger mais j'ai quand meme du mal à  ne pas réagir , car c'est ce genre de connerie qui fait passer les usagers de stups pour des abrutis ( ce n'est pas toi que je traite d'abrutie mais ce n'est pas tres fute-fute quand même, tu le dis toi même  !)  inconscients et irresponsables; il faut bien le dire ( désolé mais c'est vrai !) !
Une question me vient en tete , étais tu en manque pour faire une connerie pareille ?

Non parce que on a tous lu Flash et les horreurs qu'il raconte dedans, certainement inspirées d'histoires vraies mais les conditions sont différentes quand meme !
Là , il y a pour moi une inconscience totale , limite de la folie sans vouloir employer les grands mots !
En 2015 en France, où tout le matétriel de RDR est disponible des qu'on cherche un peu, j'ai du mal à  comprendre qu'on fasse ce genre de connerie , à  moins vraiment d'etre dans un état de manque pitoyable à  la limite de crever !
Je ne shoote plus depuis des années ( quand j'ai du tres bon brown, j'en ai pas besoin de toute façon , ça monte en 10 mn en sniff ou en 2 mn en dragon...) et j'ai en effet moi aussi le souvenir d'avoir fait quelques conneries du genre au début des 90's , avant la substitution ...
Mais j'étais grave en manque quand il m'arrivait ( rarement ) de faire les vieux cotons et j'essayais de ne pas réutiliser les pompes apres maxi 4 ou 5 shoots avec sur deux jours ( je ne gardais jamais les pompes, direction poubelle au bout de 2 jours et je les rinçais apres chaque utilisation )  ,ce qui est déjà  beaucoup trop vu que les aiguilles s'abiment rapidement et ne sont faites que pour etre utilisée une fois! C'est du jetable !!
J'avoue que je n'étais pas à  la rue non plus, car sinon à  l'époque, je ne serais peut etre pas arrivé jusqu'à  aujourd'hui; c'était les prémices de la RDR  en 90-91' !
Les steribox sont arrivés apres si je me souviens bien !
Au bout d'un moment ,  j'achetais des sacs de pompes dans le pharmas , il y en avait des dizaines dedans je crois !
La santé a toujours été plus importante que l'argent pour moi; faut pas lésiner là  dessus !

Sinon, ton expérience est bien racontée Bicicle et tu décris tres bien le milieu hospitalier malheureusement ...
À bon entendeur ...
Tu es arrivé à  donner des cotés humouristiques à  une histoire des plus sordides ...
Et pourtant j'en ai entendu et vécu  qques unes en 25-30 ans !
Notamment une nuit  à  l'époque , ou il m'arrivait de trainer à  Stalingrad, j'avais à  peine 20 piges et j'étais en manque et à  force de chercher, je me suis retrouvé dans un squat sordide !
Il y avait à  l'époque un trottoir ou allaient les antillais si je me souviens bien et un autre ou allaient d'autres blacks et c'était chaud de chez chaud la nuit ...
Je me demande si il y avait pas un surnom genre le trottoir des ballafrés ou je ne sais plus trop quoi ...
Il n'y avait pas encore du crack partout à  l'époque si mes souvenirs sont bons !
Et je me retrouve dans ce squat en manque , avec des vieux toxos de chez toxos et j'avais envie de me faire un fix , je trouve un peu de dope mais pas de pompe !
J'ai failli en emprunter une et attraper Sida et hépatite surement en meme temps mais un vieux black sympa est arrivé à  temps et m'en a dissuadé ...
Je le remercie encore aujourd'hui ...

Le plus important est que tu t'en soit sortie bien sur !
Bon rétablissement !

On sait tous que l'éducation des gens'est primordiale à  tous untas de niveaux y compris l'éducation sur les stups et leur utilisation dans les meilleurs conditions ...
Mais ça serait un pas vers la légalisation que certains n'arrivent toujours pas à  admettre !

Dernière modification par pleasurepulse (24 février 2015 à  11:23)


Posté par : pleasurepulse | 24 février 2015 à  09:59

 
#19 Posté par : pleasurepulse 24 février 2015 à  11:37
La seconde chose qui me fait réagir , c'est de voir à  quel point il est commun chez les toxicomanes, de se sentir comme étant les parias de la médecine; c'est insupportable !
De mon coté, j'ai toujours été super franc avec tous les médecins , je n'ai jamais caché la moindre connerie que j'ai faite et alors qu'on est en 2015, j'ai l'impression qu'il est encore plus difficile maintenant d'etre honnete avec le corps médicale , tellement il y a de méconnaissance et d'a priori sur le sujet !
A tel point qu'il y a une lacune énorme du monde médicale (pas tous heureusement mais une majorité, surtout que tres peu sont d'anciens usagers de tous les produits qu'ils prescrivent sans finalement si bien les connaitre !) sur tous ces produits, y compris ceux utilisés en milieu hospitalier !
Je trouve hallucinant et scandaleux qu'en 2015 , les usagers de stups n'osent toujours pas etre honnetes sur leurs pratiques, vis à  vis du corps médicale, qui d'un coté pousse les usagers à  etre le plus franc possible à  ce sujet et de l'autre , peut le faire payer à  la personne de differentes façons !

La maladie de l'âme est elle moins à  prendre en compte que la maladie du corps ?

Sinon, niveau poussiere , je dois dire que malgré un an au moins de shoots quotidiens au tout début des 90's et ensuite des shoots assez régulierement ( hero et /ou coke ) tout au long des 90's jusqu'en 2004 on va dire mais sans redevenir dépendant jusqu'en 2000 en tout cas, je n'ai jamais eu la moindre poussiere, abces ou infection quelconque ( deux petites OD d'héro et une de coke ) !
La chance y est surement pour quelque chose mais pas uniquement , j'ai toujours fait un minimum attention à  l'hygiene malgré qques conneries comme le fait d'avoir réutilisé des cottons à  l'occasion !

Posté par : pleasurepulse | 24 février 2015 à  11:37

 
#20 Posté par : Leaf 24 février 2015 à  13:37
Un truc que je trouve chelou, c'est que j'ai JAMAIS fait de poussière en shootant de la came ou de la coke/crack (et pourtant j'ai fait des trucs bien dégueu, repompé des vieux filtres usagés laissés dans une poche de jean, fait des trucs 100% pas rdr comme aspirer dans la seringue de la came renversée sur le sol, dans des chiottes, retirer une boulette de came planquée dans ma bouche et direct la préparer sans rien "aseptiser", etc) toutes mes poussières c'était en shootant du sub.

Quant à  ce que tu dis, Pleasurepulse, sur le manque d'attention et de précautions dont on fait parfois preuve, même à  notre époque en ayant des outils RDR à  disposition, je crois que ça s'explique par le côté 'kentomaniaque" (dépendance à  l'injection), quand l'envie d'un shoot, peu importe le produit, est tellement forte et obsédante que, franchement, tu fais même trop gaffe à  tes conneries tellement tu ne penses qu'à  une chose, te faire ce taquet...
Parfois c'est juste que les conditions sont vraiment pas les bonnes, que tout tombe mal, comme moi il m'est arrivé une fois de me retrouver chez un mec, un dimanche, il ramène la came, je suis mal de chez mal (n'étant pas sous TSO à  ce moment là ), je cherche dans mon sac, merde j'ai pas de pompes PUTAIN! Pas d'échangeurs au Royaume Uni, et pas de pharmacies ouvertes... Je demande au mec s'il a des pompes propres, il me dit "non mais j'ai un sachet d'usagées mais.." Je le laisse pas finir, je prends le sachet, cherche la seringue la moins dégueu, la rince un coup et hop c'est fait... Pour être honnête j'ai même pas pensé "et s'il a le VIH, si il a une hépatite?". Tout ça pour dire que la théorie de la RDR, d'accord je la comprends, mais parfois en pratique, dans un climat de prohibition, galérer à  pécho, attendre ta came, la précipitation, et autres paramètres, ça rend l'application des règles RDR un peu futiles parfois...

Posté par : Leaf | 24 février 2015 à  13:37

 
#21 Posté par : pleasurepulse 24 février 2015 à  14:20
Je n'ai jamais shooté de Sub, donc je ne peux parler de ça , par contre j'ai shooté deux ou trois moscontin bien gélatineux au fond'de la cuillere ,il ya plus de 20 piges et j'avoue que j'ai été cinglé de m'injecter toute cette gelée dans la tronche !
Déjà  à  l'époque je me le  disais et je n'ai pas recommencé !
Je considerais qu'il y avait des trucs plus adaptés au shoot, comme la came a priori ou la coke !
M'éclater oui,y laisser ma santé , c'est  déjà  moins  mon truc !
Pourtant , comme tout le monde j'y ai laissé qques plumes mais j'ai essayé de réduire ca au minimum , essayer de garder mes dents , mes cheuveux ...etc lol
C'est mon systeme cardi qui en a pris un peu plein la gueule à  l'époque avec la coke en shoot (ou basée) surtout et c'est ce qui m'a poussé à  arreter avant que ça devienne chronique !

Comme tu le dis , la prohibition ne pose pas les bonnes conditions à  la base mais il ne faut pas tout mettre sur son dos , y compris'ce genre de probleme; c'est un peu facile,surtout en 2015 à  Paris !

Posté par : pleasurepulse | 24 février 2015 à  14:20

 
#22 Posté par : Bicicle 24 février 2015 à  23:58
PleasurePulse : c'est facile de juger à  froid comme ça. Moi même si je regarde rétrospectivement cette histoire, je me juge sévèrement (et je suis la seule à  me le permettre).

D'ailleurs, je pense que je le précise bien dans ce texte et dans les 2 suites qui sont très dures (à  vivre du moins) et qui m'ont fait payer comme il faut ma grave erreur.

Bref, tout ça pour dire que juger est facile, mais quand on EST toxicomane, qu'on est addict au shoot, qu'on est pas bien, en manque - ici, surtout psychologique - alors les choses sont différentes. Le "besoin" irrépressible nous envahit et l'erreur est commise.

J'en ai payé les conséquences : comme j'ai dû le dire je ne sais plus où, cette expérience reste l'une des plus douloureuses et humiliante de ma vie, et je pèse mes mots. Je le raconte sur le ton de l'humour ou de la légèreté car je me plais à  relativiser les choses et à  ne jamais prendre les choses au 1er degré bêtement (+ facile après coup une fois digéré), mais ce séjour à  l'hôpital, le seul de ma vie, aura été le déclencheur d'une véritable phobie de l'hôpital (alimentée aussi entre autre par la mort de mon père à  l'hôpital et les nombreux séjours de ma mère là -bas à  cause de son cancer).
Je n'ai pas tout raconté dans les 3 textes que j'ai publié ici, car ça aurait été beaucoup trop long sinon, et l'intérêt des rares lecteurs aurait vite plongé, mais il y a plusieurs choses que je n'ai pas raconté : la crise d'angoisse du 1er réveil (1ère crise d'angoisse et dernière, de ma vie), les cris qui retentissaient dans les couloirs jusque dans ma chambre d'une dame qui semblait hurler la perte d'un être cher... L'ambiance globale, glauque au possible, véritable enfer pour moi.

Désormais, j'ai immédiatement un malaise profond quand je vais à  l'hôpital.


Bref : ça fera 3 ans en mai que ça m'est arrivé et c'est "seulement" 2 ans après que j'ai enfin arrêté de me shooter et de consommer. Même la clope.

C'est sûr que quand je repense à  ça, je me trouve bien conne, mais je me permets de t'interdire de me juger car en cette circonstance particulière, à  ma place - moi qui suis pourtant parfaitement au fait de la RDR et de l'asepsie - tu ne sais pas ce que tu aurais fait... Des erreurs on en fait tous.


Les personnes atteintes du VHC ou du VIH ont aussi fait une erreur, bien pire que la mienne qui paraît bien minuscule à  côté des terribles conséquences de la leur, et jamais il ne me viendrait à  l'esprit de les juger ! Ce qui est fait est fait, point. Attelons-nous à  ne plus refaire nos erreurs, et à  ce qu'idéalement les autres ne les reproduisent pas. Tel est tout l'intérêt du témoignage et de la RDR.

Posté par : Bicicle | 24 février 2015 à  23:58

 
#23 Posté par : Leaf 25 février 2015 à  09:51
Tout à  fait d'accord avec toi Bicicle, c'est un peu facile de juger quand on est pas dans le contexte, quand on a la situation d'un point de vue extérieur. La vérité c'est qu'on prend plein de décisions irréfléchies, sans logique, parce qu'à  tel moment on pensait à  tel truc et donc on a fait telle chose et ç'a eu telle conséquence. Toi-même Pleasurepulse, quelqu'un sans rapport avec toi pourrait lire ta première fois avec la came et dire "Mais c'est hallucinant, pourtant il sait ce que ça fait l'héro, pourquoi il prend??? Comment c'est possible?". Ce serait tout autant déplacé que ton jugement vis-à -vis de la poussière de Bicicle. En plus on se hait déjà  assez quand on prend une poussière, rien ne sert d'en rajouter.

Sinon Bicicle, t'es 100% clean maintenant? Ou alors sous métha? En tout cas bien joué d'avoir réussi à  te débarrasser de la pompe, moi perso j'y arrive pas encore, et j'ai le même souci que toi avant (en plus de la came, je shoote le sub, mais en petites quantités maintenant), je pense de plus en plus à  utiliser une substance comme la kéta ou l'ibogaïne pour réussir à  me détacher de la seringue. Pourtant mon capital veineux est encore en assez bon état malgré plus de deux ans à  fixer de la came, du crack/coke, speed du sub, cachetons et plein d'autres trucs... C'est juste que ça me fait chier d'être "conditionné" à  l'injection, que ça soit devenu un réflexe immuable dont je ne peux pas me défaire, même si j'ai réussi à  réduire le nombre de shoots par jour (j'en suis à  deux maintenant, celui du matin est tout simplement essentiel).
Aussi un autre truc qui m'intéresse à  propos de ton histoire, tu dis dans ton texte avoir décroché du sub progressivement en diminuant shoots et doses et intervalles, et au bout d'un moment n'avoir pas senti de manque, tu pourrais raconter un peu plus en détail stp? Et aussi combien de temps as-tu tenu entre le moment où tu as décroché et le moment où tu t'y es remise? Désolé pour toutes les questions, c'est juste que je suis friand de témoignages!

Posté par : Leaf | 25 février 2015 à  09:51

 
#24 Posté par : pleasurepulse 25 février 2015 à  12:06
Je t'arrete tout de suite Bicicle, comme je le dis au début de mon commentaires, loin de,moi l'idée de te juger mais tu le dis toi meme , "comment ai je pu faire une connerie pareille ?"
Tu veux que je te dise quoi ?
Ne me prends pas pour un autre, je ne suis et ne serais jamais un repenti , je ne supporte pas les gens qui crachent dans la soupe parce qu'ils ont dérapé à  un moment !
On a aimé , on a merdé, il faut assumer !
le probleme n'est pas la substance mais son utilisation , le niveau d'éducation sur le sujet et les conditions dans lesquelles elle est utilisée !
Je ne te juge pas , je le dis dans le post mais je ne vais quand meme pas te dire " oh géniale , qu'elle bonne idée !" , faut pas éxagérer ! Lol
Il n'y a pas une once d'agressivité dans mes propos, juste de la simple et froide logique !
Ça coule de source c'est tout !
Apres les gens font ce qu'ils veulent et je ne m'érige pas en juge !
J'ai shooté pendant des années et je n'ai rien contre le fix mais non seulement il faut savoir que ça accroche au moins 3 fois ( biodisponibilité 100% vs 30% ) plus que le sniff ( sans parler de la dépendance psychologique !) mais en plus il y a plus de risques d'infection, alors autant faire ça correctement et ne pas élever ce genre de conneries en banalité meme si c'est bien raconté et moi aussi j'ai apprécié ton humour et ta façon de raconter les choses mais je ne suis pas là  pour cirer des pompes ! lol
As tu au moins lu tout mon post ?
Moi j'ai lu les tiens avec attention !

Je ne sais pas ce que j'aurais fait à ta place ?
Tu plaisantes j'éspere !
Ça fait plus de 25 ans que j'ai commencé à  me défoncer , j'ai shooté des années  l'hero et la coke en n'en étant plus dépandant pendant des années au dours des 90's bien que je suis retombé et ressorti du probleme plusieurs fois avant et apres !
J'ai évité ce genre de situation au maximum et comme je le dis , j'ai eu la chance de ne jamais rien avoir !
Maintenant il est évident que si j'avais été à la rue , sans argent , ça n'aurait pas été la meme mais je n'ai pas l'impression que ça ait été le cas lors de ce shoot , non ?
Tu n'étais meme pas en manque apparemment , ou est ce que je me trompe ?
Il n'y avait donc pas d'urgence de te faire ce shoot dans ces conditions je pense !

Je donne aussi un exemple d'une connerie qui aurait pu me couter tres chere , encore une fois je ne te juge pas mais  désolé mais tu le dis toi meme , "comment ai je pu faire celà  "; je ne vais pas aller dire le contraire !
On fait tous des erreurs, le but est de ne pas les reproduire non ?
Je ne sous estime pas la souffrance que tout cela a pu occasionner ( c'est un autre probleme que tu n'évoquais pas en effet , donc je n'en ai pas parlé !) et je te souhaite de tout coeur de te remettre le mieux possible de tout cela bien sur !
Je t'ai peut etre donné l'impression de te juger mais ce n'est pas le cas par contre , c'est l'acte que je juge !
Tu ne te réduis pas à  un acte j'espère mais nous sommes aussi ce que nous faisons !
Bon courage à  toi pour te remettre de tout ça et ne m'en veux pas  mais je pense que certains cotés trash des usagers ( j'en ai eu , en shootant la coke par exemple, genre quand tu shootes tellement que tu repeins le plafond avec du sang en expulsant l'air des seringues avant chaque fix ...  Et t'en a rien à  branler tellement t'es high ) ne servent tout simplement pas notre cause , c'est tout !

Mais ce n'est pas pour ça par contre que je pense  qu'il ne faille pas prendre en charge ces personnes correctement lorsqu'elles ont un probleme mais plutot de changer les pratiques chez les usagers ( le but de la RDR non ? ) pour une défonce qui soit agréable , le mieux géré  possible et avec des risques minimums !
C'est tout benef pour tout le monde , non ?

Soit dit en passant, certaines personnes ont pu chopper le VIH en faisant des conneries , c'est évident mais beaucoup l'ont choppé sans le savoir à  une époque et meme encore aujourd'hui meme si nous sommes beaucoup mieux informés qu'au début des 80's !

Dernière modification par pleasurepulse (25 février 2015 à  12:10)


Posté par : pleasurepulse | 25 février 2015 à  12:06

 
#25 Posté par : pleasurepulse 25 février 2015 à  12:52
Leaf, tu ne sais meme pas pourquoi j'ai pris de la came !
J'ai toujours pris les drogues en connaissance de cause et ne les ai jamais accusé de quoi que ce soit , sauf celles qu'on m'a " obligé " ( c'est un autre débat )  à  prendre à  la place d'une autre !
Qu'il puisse y avoir des personnes que ça choque, tant pis pour elles, c'est ma vie !
Apres,le coté trash , ce n'est pas le plus sympa; ce n'est vraiment pas ce qui m'a attiré !
Avant meme de gouter ma premiere drogue dure, je savais qu je me shootrais un jour !
J'avais lu Flash et tous ces bouquins étant ado en plus du fait d'admirer les musiciens de l'époque psychedelique et du début des 70's ; la musique et le son étant ma vie ( meme si la drogue en fait aussi incontestablement partie !)
Cette culture m'attirait et m'interessait , y compris cet aspect; j'en fuyait une autre en courant  !
Je n'accuse aucune drogue ni personne de. M'avoir mis dedans , j'etais un grand garçon !
Par contre j'ai eu des soucis et une vie ou tout du moins un ressenti qui m'y ont poussé, ça c'est sur !
Je revendique et j'assume tout en me disant que j'aurais pu faire ça beaucoup mieux ou plus inteligemment si j'avais su ce que je sais aujourd'hui mais internet n'existait pas ( ou en était à ses balbutiements ) en France !!
Et la RDR naissait !!

Si je me suis permis de faire ce commentaire , c'est tout simplement parce que les gens qui sont contre toute avancée au niveau de la loi à  propos des drogues illicites , qui tiendrait compte de la liberté de chaque adulte de faire ce qu'il veut de sa vie à  partir du moment où il ne nuit pas aux autres , se servent de tout untas d'exemples du genre pour leur argumentation, comme quoi les usagers de stups sont des gens irresponsables, incapables de ne pas faire de conneries et  prets à  subir ce genre de chose ,juste piur avoir un high de quelques heures !
C'est une image qui nous colle à  la peau mais qui ne correspond pas à  l'ensemble des usagers bien que  tous en patissent !

Dernière modification par pleasurepulse (25 février 2015 à  12:54)


Posté par : pleasurepulse | 25 février 2015 à  12:52

 
#26 Posté par : Bicicle 25 février 2015 à  21:49
Je réitère : merci de ne pas me juger.

Plus généralement, ce genre de propos culpabilisateurs et parfaitement JUGEANTS sont tout à  fait en inadéquation totale avec la charte de Psychoactif. Certains se sont faits bannir pour moins que ça...

Je me permets de signaler à  la modération tes propos que je trouve d'un très grand manque de respect et ayant dépassé à  mon sens la limite de l'insulte à  mon égard. Entre autre :

Je ne veux pas jouer les vieux cons mais j'ai tout de meme été assez stupéfait en lisant cela !
Loin de moi l'idée de te juger mais j'ai quand meme du mal à  ne pas réagir , car c'est ce genre de connerie qui fait passer les usagers de stups pour des abrutis ( ce n'est pas toi que je traite d'abrutie mais ce n'est pas tres fute-fute quand même, tu le dis toi même  !)  inconscients et irresponsables; il faut bien le dire ( désolé mais c'est vrai !) !
Une question me vient en tete , étais tu en manque pour faire une connerie pareille ?

Là , il y a pour moi une inconscience totale , limite de la folie sans vouloir employer les grands mots !
En 2015 en France, où tout le matétriel de RDR est disponible des qu'on cherche un peu, j'ai du mal à  comprendre qu'on fasse ce genre de connerie , à  moins vraiment d'etre dans un état de manque pitoyable à  la limite de crever !

Comme je l'ai dit : je peux ME juger mais je ne t'autorise pas à  ME juger.

Tu as beau répéter à  moult reprises que tu ne juges pas, l'intégralité de ton commentaire n'est QUE jugement. D'ailleurs ton aveu est clair :

c'est l'acte que je juge !
Tu ne te réduis pas à  un acte j'espère mais nous sommes aussi ce que nous faisons !

Il est complètement hors charte de porter un jugement sur les actes ou témoignages relatés ici sur le forum par les membres. C'est un espace de témoignage, de dialogue, de non jugement et encore moins de moralisation.

Fin de la discussion en ce qui me concerne : on ne va pas rendre les cons moins cons, n'est-ce pas ?


PS : Cet épisode narré date de mai 2012 si mes souvenirs sont justes, donc tu peux t'acharner à  critiquer "le pathétique", "la folie", "l'inconscience totale", "la connerie", et tout ce que tu veux, mais ça ne changera pas : ce qui est fait est fait et JE L'ASSUME et... Je t'emmerde ? Oui, je t'emmerde royalement mon chou smile

Va donc dire aux personnes telles que Filousky sur ce site qui est atteint du VHC que sa "connerie" (je te cite) le jour où par malheur le virus est entré en lui est "une inconscience totale", "une folie", "pathétique", etc. Qui peut être aussi odieux et méprisant que toi pour oser juger les actes des uns ? Juge toi toi même, ça nous suffit amplement, merci.

Va donc dire à  Alain Will que le VIH qu'il a attrapé... Ah zut, il est décédé à  ce jour !

Va donc dire à  Gofix que ce jour là  il aurait dû prendre moins de drogues... Ah zut, il est décédé lui aussi !


C'est trop facile de traîter les gens d'abrutis : pour l'instant, le seul abrutis ici c'est toi. Moi j'assume à  100% mes actes : et je les raconte fièrement : fièrement car j'ai outrepassé mes faiblesses passées. On a tous des faiblesses, on a tous fait beaucoup d'erreurs, et pour les faire, il n'y a pas besoin "de crever dans le caniveau" (ou approchant).

Ce qui est essentiel, c'est d'apprendre de ses erreurs, et idéalement des erreurs des autres. C'est comme ça, me semble t-il, que l'humanité s'améliore. Certainement pas en passant son temps comme toi à  culpabiliser les gens, à  tenter vainement de rabaisser les gens à  leurs erreurs, ou à  donner plus d'importance qu'il n'en faut à  une erreur passée.

Sur ce, à  jamais je l'espère smile


Posté par : Bicicle | 25 février 2015 à  21:49

 
#27 Posté par : pleasurepulse 26 février 2015 à  09:29
Ok, d'accord,tu ne veux pas comprendre ce que j'essayais de te dire sans agressivité , tant pis !
Tu veux me faire bannir , vas y , te gene pas, que veux tu que je te dise !
Tu peux meme faire effacer ces posts si tu veux , peu importe !
J'aurais du en effet fermer ma gueule plutot que de perdre mon temps ( ça sert à  rien de parler dans le vide , hein ! Autant pisser dans un violon ! ) ! Lol
Peut etre me suis je mal exprimé pour que tu le prennes comme cela mais ce n'était pourtant absolument pas le but !
Eh bien je te souhaite encore une fois de bien te remettre de ta mauvaise experience (tellement je suis une ordure !)  !
Bonne continuation (et désolé que tu l'aies pris comme cela) !

Et puis calme toi, car tu me pretes des propos qui ne sont pas les miens !
J'ai dit qu'il y avait certainement des gens qui en effet avaient attrappé ( malheureusment ) le VIH en faisant des conneries mais qu'une bonne partie l'ont attrapé sans le savoir !
Qu'y a t'il de si choquant que ça , n'est ce pas la vérité ?
Je ne dis absolument pas de mal des gens qui ont le VIH , j'ai des amis qui l'ont et certains qui en sont morts !!!!
Faudrait etre stupide !!!

La seule chose que ça m'inspire,c'est que je me dis que nous ne sommes pas pres d'avancer sur le sujet , si nous ne sommes meme pas capable de communiquer  déjà  entre nous ( entre certains tout du moins )  pour aboutir à  un certain consensus  ( les querelles de clochers, c'est comme ailleurs finalement !)  ...

Moi, un de mes buts est de changer l'image qu'ont les gens, des usagers de stups , afin qu'ils ne soient plus considérés comme des parias , pour que l'on ne puisse plus les traiter comme de la merde , comme c'est trop souvent le cas !
Que l'on ne puisse plus dire, "sale tox " ,pas plus qu'on a le droit en France, d'avoir des propos homophobes, racistes, antisémites , sexistes ...etc
Alors encore une fois , désolé si je me suis peut etre mal exprimé mais je crois què tu interpretes tres tres mal mes propos !!
Et tout ce que je voulais direc'est que cela passe aussi par le comportement des usagers , rien de plus !
Ici ,il y a au moins une personne je pense qui me connait ( Noibé  ) et qui a priori sait que je ne juge pas les gens contrairement à  ce que tu crois !
Tu as droit de croire ce que tu veux tu me diras mais ce n'est pas forcément la réalité !

Au passage, la difference entre nous deux , c'est que contrairement à  ce que tu dis , si tu relis mes propos attentivement , tu verras que je ne t'ai absolument pas insulté ou manqué de respect ; maintenant si on ne peut plus dire les choses franchement, allons y pour la langue de bois , c'est tellement plus enrichissant ! Lol
C'est noté en tout cas , à  l'avenir je crois que j'éviterai de commenter ce genre d'histoire ,surtout  si il faut  brosser uniquement dans le sens du poil , c'est pas mon truc ( je suis quelqu'un de sincere, désolé !) ...
En effet ,je crois aussi qu'il vaut mieux s'arreter là ; je ne suis pas ici pour rajouter de l'huile sur le feu !
Les prises de tete,ce n'est pas pour moi !
Bonne journée !



Signé : Le vieux con abruti ( lol)

Dernière modification par pleasurepulse (26 février 2015 à  10:18)


Posté par : pleasurepulse | 26 février 2015 à  09:29

 
#28 Posté par : Leaf 26 février 2015 à  20:36
Bon allez mes gins fumez le calumet d'la pompe, pas la peine de s'entretuer pour un sujet aussi banal...

Pleasurepulse je vois ce que tu veux dire et je te comprends mais je trouve que tu l'exprimes avec peu de tact, on se sent déjà  assez con quand ce genre de truc nous arrive, alors quand en plus si quelqu'un vient nous dire qu'on est un abruti d'avoir fait cette connerie, je peux comprendre que Bicicle se soit senti offensée... Ne connais-tu pas le dicton "Faut être pris pour être appris"? Tout comme quand on nous dit que le feu ça brûle quand on est petit, mais qu'on met quand même la main au feu... Tu peux entendre autant de discours RDR que tu veux, tant que tu n'as jamais fait de poussière tu ne vas pas comprendre à  quel point c'est important et à  quel point chaque étape et précaution comptent.

J'veux dire, moi par exemple, j'ai pas appris toute la démarche RDR d'un coup. C'est petit à  petit, depuis mes débuts dans l'injection, que j'ai commencé à  prendre les bons réflexes. Il y a plein de choses que je connaissais pas en débutant le shoot, comme par exemple ne pas appliquer la bande avec alcool à  70° APRES le shoot, ça je le savais pas. Après, pareil, je savais très peu de choses sur les poussières, pendant longtemps je croyais qu'une poussière, c'était forcément visible dans la seringue.

Puis quand on me parlait des poussières, je pensais qu'il fallait être vraiment crade de chez crade, genre utiliser l'eau des chiottes, etc, et que c'était pas si terrible que ça. En plus il y avait eu tellement de fois où j'avais fait le gros crade dans mes préparations sans avoir aucun problème que ce soit, que je pensais que c'était juste pour faire peur aux injecteurs... C'est quand ça m'est arrivé la première fois que j'ai bien compris le sens du truc, et je te jure qu'à  partir de ce moment là  j'ai commencé à  vraiment m'intéresser au sujet et à  apprendre tous les bons trucs à  faire pour éviter ça, parce qu'à  partir de là , là  ça me parlait! Je faisais plus gaffe et tout, mais c'était pas encore parfait. C'est lors de ma deuxième poussière, il y a quelques mois, alors que je n'avais fait apparemment aucune erreur (en fait y a quelque chose que j'avais pas bien du désinfecter, soit mes mains, soit le site d'injection) que j'ai compris que si j'allais injecter, je pouvais pas me permettre de relâcher l'attention du tout. A tel point que pendant un moment j'arrivais plus à  faire un seul shoot sans faire limite une crise de panique juste après, tellement j'étais terrorisé et interprétais le moindre truc comme symptôme d'une poussière à  venir!

Enfin bref. D'ailleurs Bicicle le dit, son histoire là  date de longtemps et elle ne shoote plus, donc pas besoin de trop la chambrer non plus, si? En fait je trouve même ça très très bien qu'elle ose raconter cette mésaventure ici car si ça peut en informer quelques uns c'est toujours ça de gagné! En étant aussi sec avec les gens qui racontent leurs "gaffes", tu risques de leur faire perdre l'envie de partager leurs témoignages ici, de peur de se faire traiter. Ce qui est donc assez anti-RDR au final, tu penses pas?

Sinon, Bicicle, je sais c'est facile à  dire car c'est pas de moi dont il s'agit (et moi-même j'ai parfois été bien susceptible sur mes fils de discussion!!), mais te fatigue pas à  te clasher pour quelque chose d'aussi dérisoire, ça servira qu'à  te mettre en colère inutilement et à  te mettre de mauvaise humeur! Rien de positif! Tout ça n'en vaut pas la peine, si?

Allez bises

Posté par : Leaf | 26 février 2015 à  20:36

 
#29 Posté par : mimi30 12 mars 2015 à  21:01
Petit "up" désolé.

Le risque 0 n'existe pas, mais pour ne plus connaitre l'expérience de la poussière a cause du matos usagé, les steribox, c'est par carton de 24 que je les prends.

On sais pertinemment que un jour ou l'autre, on est en galère de kit. Alors pourquoi ne pas etre prévenant, bon Dieu en plus c'est gratuit...

Posté par : mimi30 | 12 mars 2015 à  21:01

 
#30 Posté par : Mammon Tobin 13 mars 2015 à  06:11

lauradec a écrit

Elle capte et me dis tu fais une poussière..  Elle décide de me. Faire un shoot d'eau  chaude..  Pour aider la. Poussière à  passer plus vite..

Juste au passage, je sais que les réguliers du fofo sont au courant, mais pour tous les autres qui passent lire sans s'inscrire et ne savent pas forcément:
Le coup du shoot d'eau chaude (ou salée, ça dépend des légendes urbaines) pour faire passer une poussière est un gros mythe.
Vous vous rendez compte à  quelle vitesse le sang circule? Faire une injection de flotte après coup ne va pas "rattraper" la poussière et la détruire, ça ne fonctionne pas comme ça le corps humain. Ni une poussière.

Rappel peut-être inutile, mais on ne sait jamais. Certains légendes urbaines sont vraiment résistantes...

(genre le coup du LSD qui ronge les dents à  cause de "l'acidité du buvard"; "ba oui c'est pas pour rien qu'on appelle ça de l'acide, jeunot!" ^^ y'a toujours un vieux hippie pour me la sortir à  chaque festoche)

Tobin


Posté par : Mammon Tobin | 13 mars 2015 à  06:11

 
#31 Posté par : wastedreamor2 23 juillet 2015 à  20:30

Bicicle a écrit

J
Va donc dire aux personnes telles que Filousky sur ce site qui est atteint du VHC que sa "connerie" (je te cite) le jour où par malheur le virus est entré en lui est "une inconscience totale", "une folie", "pathétique", etc. Qui peut être aussi odieux et méprisant que toi pour oser juger les actes des uns ? Juge toi toi même, ça nous suffit amplement, merci.

Bicicle, j'adore ton écriture. "La fête de la chatte", m'a fait exploser de rire.

Je remonte un "vieux" sujet mais ça me fait "bondir". Le VHC est super résistant. Je l'ai attrapé, je ne sais pas comment. Vous allez me dire "quoi, elle se shoote et elle s'étonne". Sèrieusement, je n'ai jamais échangé une seringue (sauf avec mon mec qui était clean), tjs utilisé une capote, et jamais trompé mon mec en dehors des clients (si ça a un sens) etc...

J'ai chopé l'hépatite C APRES avoir arrêté de me shooter et APRES avoir arrêté "l'escorting". J'avais même pas honte de mes bras le jour où j'ai fait le test, même pas besoin d'avouer. Juste dû planquer le bras droit avec sa balâfre au pli du coude. Et j'ai fait des tests régulièrement (population plus à  risque tu meurs je crois..), donc je situe réellement vers quelle période j'ai été contaminée.
A part une paille partagée un jour de l'an par mégarde, je ne vois pas comment j'ai pu l'attraper. J'ai eu de la chance, j'ai eu des conduites plus à  risque avant ma trentaine, et j'ai jamais rien attrapé, sinon une poussière ou deux et un abcès avant ma contamination et ma grosse diminution de quantités puis sevrage.

Je suis guérie, spontanément, pas mon copain qui en stade 3 et galère à  avoir le traitement. D'ailleurs c'est même pas prévu. Pourquoi? Trop cher pour la sécu. Ils soignent les cas désespérés en premier. Parce que c'est une maladie de toxos et autres marginaux, c'est pas grave... On ne voit pas Marisol Touraine s'inquiéter pour nous en tous cas.

Je suis UD, je ne m'étonne pas d'avoir chopé une saloperie, j'ai longtemps joué avec le feu. Mais ça me ferait franchement chier d'être catégorisée irresponsable parce que je n'ai rien attrapé au plus profond de ma dépendance, les soirs où j'ai des souvenirs "limite" etc..
Mais quand j'ai commencé à  avoir une vie plus "respectable" et une attitude plus responsable, j'ai trouvé le moyen d'être infectée.

C'est mon cas mais je connais des seropos contaminés par transfusion, même si toxico aussi. C'est facile de nous traiter d'inconscients, ça n'arrive pas forcément quand on s'y expose le plus. Suffit d'une fois point. Un mauvais enchaînement de circonstances et on est plombés.


Posté par : wastedreamor2 | 23 juillet 2015 à  20:30

Remonter

Pied de page des forums