La rechute tranquille. / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » BobKelso » 

La rechute tranquille. 



Clin d'oeil à Mitterand wink

Ca faisait bien 4 mois que j'étais peinard. Pas d'alcool, pas d'benzo, rien. Du sport de l'amour et de l'eau fraîche. 4 mois c'était pas mon record mais c'était 4 mois propres, sans déprime, sans insomnies, 4 mois bien quoi.

Et puis je ne sais même plus pourquoi ni comment j'ai dérapé, ce n'est même pas intéressant d'y repenser. Si y'a bien un truc que j'ai appris en thérapie c'est de ne pas forcément tout analyser.

Un mois de n'importe quoi, un mois d'abus sans respect pour moi-même ou mes proches auxquels je mens. Je pourrais illustrer le cliché de l'addict' typique, plus ça va plus mes dérapages sont exponentiels. Quand je replonge, je reprends exactement là ou j'avais arrêter la dernière fois.

Et puis voilà, ça peut pas durer alors je re-arrête.
La déprime, l'anxiété, la culpabilité... je suis rodé, je n'y prête même plus attention. J'attends que ça passe, flegmatique.
Je suis juste fatigué, j'ai envie de partir loin de tout et surtout loin de moi.

Catégorie : Road trip - 15 septembre 2020 à  18:49



Commentaires
#1 Posté par : Mirouf 15 septembre 2020 à  21:40
Hello
4 mois c est déjà une victoire surtout sans benzo
J ai fait trois cures avec rechute à chaque fois
Maintenant je suis abstinent mais accro aux benzos
Tu trouveras le bon moment pour dire stop quand tu seras prêt et sortir de l enfer de l alcool
Prend soin de toi
Reputation de ce commentaire
 
Merci, bonne continuation à toi aussi. Bobkelso

Posté par : Mirouf | 15 septembre 2020 à  21:40

 
#2 Posté par : cependant 15 septembre 2020 à  22:20

BobKelso a écrit

Je suis juste fatigué, j'ai envie de partir loin de tout et surtout loin de moi.

Je partage adonf cette phrase en ce moment. Je voudrais également disparaître loin che pas où pour me rendre compte qu'à n'importe quel endroit faudrait encore que j'échappe de moi même.

Pourtant, y a pas si longtemps on m'a dit "ça te dit, on disparait ensemble"... Mais j'arrive même pas à m'en réjouir.

4 mois sans rien c'est une belle étape, moi j'y suis bien loin. Le plus long que j'ai fait c'est bien moins de 4 semaines...et encore ça a voulu dire un peu de codé, un peu de rach, d'op, de kratom et de sub.

Bref, maintenant, je suis à un peu d'alcool qu'avac le kman me fait ressortir les angoisses...alors j'amortis avec quelques benzo et zolpidem.

Bon courage pour ta lancée...souviens toi que si on recule c'est pour mieux avancer wink


Posté par : cependant | 15 septembre 2020 à  22:20

 
#3 Posté par : Drim 16 septembre 2020 à  10:52

La déprime, l'anxiété, la culpabilité... je suis rodé, je n'y prête même plus attention. J'attends que ça passe, flegmatique.

C'est bien dit !
C'est chiant de devoir faire avec la programmation et l'accoutumance du cerveau et les processus chimique foireux qui font qu'on se sent mal. On devrait pouvoir se programmer consciemment ^^


Posté par : Drim | 16 septembre 2020 à  10:52

 
#4 Posté par : BobKelso 16 septembre 2020 à  11:49
@Drim oui ! Mais en vieillissant je crois que je me prends moins au sérieux et que je subi moins mes aléas psychiques.
J'attends que ça se passe, comme la pluie.
Reputation de ce commentaire
 
Après la pluie, le beau temps ! Courage /holipton

Posté par : BobKelso | 16 septembre 2020 à  11:49

 
#5 Posté par : danslapharma 18 décembre 2020 à  00:07
Bonsoir à toi,

Ca me peine de me lire ça, je trouve ça touchant, je me reconnais un peu dans ce que tu dis.

J'ai effectué plusieurs sejours en psychiatrie après deux surdoses de broma, pendant deux mois.
Je suis sortie encore plus mal, je n'ai rien arrêté si ce n'est que de continuer avec le temps. (que ce soit médicaments et prod.)
Il n'y a pas longtemps, j'ai chuté et j'ai commencer a rentrer dans le cercle des fausses ordonnances, ou j'ai fini par me faire cramer, on m'a replacée en hp.

J'avais pour habitude de consommer régulièrement et a grande quantités des benzos, et de la codéine. C'était super dur de stopper d'un coup, sans parler du shit.. Mais j'ai réussi a me faire une raison.

En cette année, j'ai perdu deux amis proches, dont un d'une overdose (benzo + codéine.) et ça m'a complétement détruire, vraiment. Ca ma fait plonger dans quelque chose de sombre, j'ai foiré ma TS mais ça ne m'a pas empêcher d'arrêter les médicaments.

A la suite de ma dernière hospitalisation, je me suis promis de suivre mon traitement (xeroquel, tercian et risperdal.), et surtout d'arrêter les pharmacies.

Depuis le 1er novembre, je me suis faite une raison, que j'essaye de tenir.
Je n'ai pas retouché a un seul comprimé/sirop depuis cette date, c'est peut-être peu je sais, mais je me sens vraiment capable et determinée a ne plus JAMAIS retoucher a ce genre de choses, parce que je sais très bien comment ça finira encore.

Quand j'ai une boite, même si je décide de pop que quelques pills, ça fini toujours pas toute la boite, et même d'autres boites si j'en ai sur moi.

Mais, je n'ai en aucun cas arrêté la prod, je me sens bien comme cela et je ne consomme que de la et du l les weekends (coke très rare, je me l'interdis.)
Pour certaines personnes ça semble nocifs, mais pour ma part ça ne me pose aucun problème, puis je ne me vois clairement pas tout arrêter.
Puis, j'ai relativement diminué ma consommation de cannabis.

Je te donne mon courage dans tout cela.
Ce n'était juste pas la bonne fois, arrêter ne se fait pas si facilement que ça. Vois ça comme un parcour ou l'echec ne veut rien dire.
C'était en septembre, je ne sais pas ou tu en es maintenant, mais je te souhaite du bien. <3

Posté par : danslapharma | 18 décembre 2020 à  00:07

Remonter

Pied de page des forums