Le premier jour sans cigarette de toute ma vie adulte / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » Hilde » 

Le premier jour sans cigarette de toute ma vie adulte 



Le premier jour sans cigarette de toute ma vie adulte...

C'est aujourd'hui.

Voilà. C'est dit. Pour ne surtout pas craquer avant d'aller me coucher. Même si ce soir le craving est très fort et ne semble pas vouloir se dissiper. Ce serait le moment idéal pour en griller une. Vraiment. Pour clore une très belle journée de printemps.

Mais faut pas gâcher. Faut pas gâcher.

Faire tourner le juke box pour trouver le morceau qui va définitivement éloigner la tentation.

Catégorie : Carnet de bord - 14 mai 2019 à  20:55



Commentaires
#51 Posté par : Hilde 08 août 2019 à  22:49
J+85: Bilan à mi-parcours.

C'est Tabac-Info-Service, auquel je n'ai pas consacré le billet ultra critique qu'il méritait, qui l'affirme : on est officialisé ex-fumeur à partir de 6 mois d'arrêt. A bientôt 3 mois d'arrêt je peux donc considérer que j'ai parcouru la moitié du chemin conduisant à cette nouvelle identité.

Arrêt du tabac vs. abstinence alcoolique. Une taffe vs. une latte. A chaque toxique son lexique.

Ni fumeuse, ni ex-fumeuse, je vapote, et surtout je me normalise. La dernière fois que j'avais commenté l'évolution de mon arrêt je me considérais sans l'ombre d'un doute en sevrage tabagique. Aujourd'hui, ou la situation a changé, ou je me suis habituée à la nouvelle donne, car je ne me sens plus en état de sevrage.

D'abord, s'il n'est pas vraisemblable que ma flore intestinale ait déjà achevé son renouvellement, mon transit a renoué avec un fonctionnement normal et mon poids a retrouvé son point de départ.

Ensuite, si la sensation de fatigue et parfois d'épuisement n'a pas totalement disparu, et si je n'ai pas très bien vécu l'épisode caniculaire de juillet, ces tous derniers jours la sensation de faiblesse s'est évanouie.

Il y a 3 semaines une NFS avait montré que mon nombre de globules rouges avait méchamment chuté de près de 9%, entraînant avec lui hémoglobine et hématocrite. Était-ce la conséquence quasi-mécanique de la ré-oxygénation de mon sang ("Ciao CO!"), et parce que je n'en aurais plus eu besoin - ça m'étonnerait j'aurais parfaitement su comment les employer? Ou bien cela pouvait-il expliquer en partie mon ressenti de fatigue et faiblesse? La même NFS avait montré aussi une chute historique de près de 40% de mon nombre de globules blancs, à un niveau record de mes archives persos. Ils ne foutent plus rien, sont au chômage technique, et je suis hyper fatiguée. WTF? Dans le doute toutefois, et en dépit de toute précaution, j'ai acheté de l'acide folique, au cas où, et un jour sur 3 environ je gobe un cachet.

Classiquement ceci m'inspire l'envie de dire aux jeunes de ne pas faire comme moi: "Profitez de toutes les maladies, rhumes, bronchites que vous avez choppées dans l'enfance, et du beau système immunitaire que vous vous êtes constitué pour enfin vivre un âge adulte en pleine forme sans passer votre temps à lutter contre tous les virus et bactéries qui traînent! Ne passez directement de l'adolescence au tabagisme, ce serait trop idiot!"

Difficile de prévoir si l'excès de fatigue, psychique surtout, est définitivement parti ou si le rétablissement va se poursuivre en dents de scie, avec des coups de barre plus ou moins marqués. En même temps si la fatigue se prolonge, il faudra que je me pose sérieusement la question de la réalité de sa relation avec l'arrêt du tabac.

Trois mois de vape coïncident avec le passage des 1000€ d'économies brutes réalisées, auxquelles il faut retrancher le coût de la vape, qui corrigé des consommables et autres matières premières stockées, se monte à 22% de l'économie brute. Tant que je ne réinvestis pas dans du matériel ce pourcentage va être amené à diminuer. Évidemment il reste sensible à l'hypothèse de niveau de tabagisme antérieur choisie. A 42,5 cts la clope, je vous laisse calculer l'âge du capitaine.

Depuis la dernière fois je n'ai absolument rien changé à mes habitudes de consommation, ou plutôt si, je ne vape plus qu'en 6mg/ml, peut-être par commodité ou superstition, mais à la limite je me demande ce qu'il se passerait si je trouvais un liquide sans nicotine au goût qui me convienne, si je pourrais le vaper sans me poser de question. Mon matériel n'a pas changé, je me contente de renouveler résistances et recharges de liquides.

En quelque sorte la vie redevient normale, la vape remplaçant le tabac, l'addiction à la vape, plus douce et moins bruyante, remplaçant celle au tabac.

Euphémisme, je supporte mieux l'interdiction de vaper que l'interdiction de fumer, du moins plus longtemps, je ne manifeste pas de signes de sevrage physique si je dois m'abstenir de vaper (j'ai tenu un peu moins de 24h), et lorsque je me remets à vaper après abstinence, je ne ressens aucun étourdissement, flash ou montée, seulement le soulagement psychologique qu'on me foute la paix et qu'on me laisse vaper tranquillement dans mon coin si j'en ai besoin.

Et puis les gens, même les moins bien renseignés qui parlent de fumée au lieu d'aérosol quand ils voudraient signifier vape, et qui fondamentalement ne comprennent rien à la vape, sont néanmoins beaucoup plus tolérants envers l'e-cig qu'envers la cigarette, comme s'ils étaient malgré eux conditionnés à savoir que la vape n'est pas particulièrement dangereuse.

Finalement cela se passe bien. big_smile

Posté par : Hilde | 08 août 2019 à  22:49

 
#52 Posté par : Ocram 08 août 2019 à  23:23
Bonsoir,

Je tiens vraiment à signaler le fait que je trouve absolument fascinant ta façon d'analyser tout ce processus. C est chirurgicale et implacable, on est vraiment dans la "porn analysis". big_smile

Continue comme ça, tu es vraiment badass! punk1

Force, courage et endurance.

Ocram

Posté par : Ocram | 08 août 2019 à  23:23

 
#53 Posté par : Hilde 09 août 2019 à  12:26

a écrit

Je tiens vraiment à signaler le fait que je trouve absolument fascinant ta façon d'analyser tout ce processus. C est chirurgicale et implacable, on est vraiment dans la "porn analysis". big_smile

J'apprécie que cela te plaise, d'autant plus que je suis certaine que cette approche terre à terre en fait fuir d'autres. Il en faut pour tous les goûts!

a écrit

Continue comme ça, tu es vraiment badass! punk1

C'est sympa. Je ne suis pas sûre que ce soit mérité mais je le prends comme un compliment. merci-1

a écrit

Force, courage et endurance

Merci et bien vu : si je pouvais les attraper! vape


Posté par : Hilde | 09 août 2019 à  12:26

 
#54 Posté par : Meumeuh 09 août 2019 à  17:35

a écrit

C'est Tabac-Info-Service, auquel je n'ai pas consacré le billet ultra critique qu'il méritait, qui l'affirme : on est officialisé ex-fumeur à partir de 6 mois d'arrêt.

ah bon !  certains aurons besoin de moins et d'autre plus de 6mois ....
m'enfin .... donc moi me reste un peu moins de 2mois big_smile


Pour la P'tite histoire ,
J'ai une sœur ( qui habite Lyon ) qui est de passage avec la marmailles et leur Père.
Qui est plutôt gros Fumeur   , je vois dans sa main gauche 2 paquets de clopes et dans la  droite une TC40 e-cig !!
Mais visiblement, mal ou pas conseiller du tout , car il est sur du 6mg et donc vape un peu entre 2 clopes ... Donc je l'ai pris en main... lol

Bon sinon c'est cool .....que ça se passe bien et de mieux en mieux pr toi.


MM


Posté par : Meumeuh | 09 août 2019 à  17:35

 
#55 Posté par : Hilde 09 août 2019 à  17:49

a écrit

Mais visiblement, mal ou pas conseiller du tout , car il est sur du 6mg et donc vape un peu entre 2 clopes ... Donc je l'ai pris en main... lol

Oui tu fais bien. Deux paquets de clopes + e-cig, il y a moyen de faire beaucoup beaucoup mieux!

Avant (de vaper) je ne me posais pas trop de questions sur le double usage des clopes et de la vape, et en plus je l'avais fait dans le passé, mais maintenant ça m'interroge.

J'ai peu de connaissances qui vapent et celles qui le font (et souvent continuent de fumer), vapent d'abord pour contourner les interdictions de fumer, au taf par exemple, et ensuite pour réduire leur conso. A l'occasion je leur demanderai pourquoi elles n'ont pas réussi à arrêter le tabac, et d'abord si elles ont essayé.

a écrit

donc moi me reste un peu moins de 2mois big_smile

Voilà, c'est ça!

Je pense qu'il est tellement difficile d'arrêter de fumer, le taux d'échec  à 6 mois si important, qu'il a fallu en tenir compte...


Posté par : Hilde | 09 août 2019 à  17:49

 
#56 Posté par : Hilde 07 novembre 2019 à  22:18
J+177 ou MOI SANS TABAC.

Moi sans tabac, ce n’est pas depuis une semaine (novembre), c’est dans une semaine (J+6 mois).

Moi sans tabac ce n’est plus tout à fait moi… C’est très difficile d’être lucide, mais subjectivement tout n’est pas simple. Presque trois mois se sont écoulés depuis mon dernier point d’étape et tout me semble un petit peu confus. Une certitude : le sevrage tabagique à proprement parler ainsi que le plus gros du travail de la régénération post-arrêt sont achevés, mais j’ai parfois de bons coups de barre d’origine incertaine, et n’ai pas récupéré d’énergie notable.

Pour être juste, les avantages à l’arrêt du tabac sont nombreux. Même si c’est variable selon les jours, il semble que je respire mieux, plus amplement, et que j’expire plus rapidement et complètement. Il n’est pas impossible que mon périmètre thoracique ait rétréci. Mis à part mon dos qui me semble en piteux état, mes muscles, tendons et articulations vont plutôt bien, sauf aux cuisses parfois douloureuses, mes dents vont mieux, les gencives pas encore, mes lèvres ne sont plus brûlées par les filtres, et je ne ressens aucune inflammation ou fatigue bronchique résiduelle. En revanche mes veines insuffisantes restent insuffisantes, je n’entends pas avec une meilleure acuité, n’accommode pas mieux (presbytie inside), j’ai accumulé de nouveaux cheveux blancs et pigmentations cutanées, et à peu près 2kg de masse grasse, quoique je sois désormais débarrassée des problèmes intestinaux des débuts.

Pendant les mois d’été j’ai pu en profiter, faire de l’exercice, du sport même (tennis), et me reconditionner sans difficulté ou souffrance particulière, malgré un squelette certainement bien déminéralisé qui me donne l’impression d’avoir le dos en vrac et les vertèbres qui grincent. Il y a un médecin qui, pour justifier de ne pas arriver à me piquer correctement en raison de l’élasticité de mes veines rebondissantes, m’a demandé si j’étais sportive … lol. 

Depuis qu’il fait froid j’ai pu découvrir la possibilité de fermer les fenêtres sans regret et sans arrière-pensée, et ainsi je me suis habituée à vapoter fenêtres fermées. Il subsiste dans l’air une petite odeur acidulée, mais aucune fumée toxique, contrairement au tabac. Ne plus avoir à gérer les courants d’air, les ouvertures et fermetures de fenêtres, à redouter qu’il reste trop de fumée à l’intérieur – car il en restait toujours évidemment… Ne plus avoir à laver régulièrement les voilages et autres tissus imprégnés de goudrons… qui se déposaient autant sur l’écran TV que sur le carrelage de la salle de bain… Ne plus subir fumées secondaire et tertiaire, c’est un bénéfice que je ne peux pas sous-estimer, surtout en automne-hiver… Ah, et ne plus semer des cendres partout c’est aussi éliminer la moitié des sources de poussières intérieures…

Aussi je ne baille plus. Je ne baille plus depuis que j’ai arrêté la clope, alors qu’autrefois je baillais sans arrêt quand je me trouvais privée de la possibilité de fumer. Côté sommeil ça ne s’arrange pas, j’ai toujours autant besoin de sommeil qu’au début de l’arrêt… mon corps réclame 8 heures… qu’il n’obtient pas systématiquement : les réveils sont difficiles, parfois embrumés, et au réveil je vape de plus en plus tôt : l'e-cig est en bonne place sur la table de nuit à côté du smartphone.

Ces derniers temps je me suis remise à rêver de clope. L’avant dernière fois, il y a moins de 10 jours, je venais d’en fumer deux d’affilée, et à peine avais-je réalisé le scandale que je me suis dit : « Et cette fois-ci ce n’est pas en rêve ! ». Et pourtant si… La dernière fois, j’avais la veille raconté mon rêve à Plotchi, et voici que dans mes songes je me retrouve avec lui, enfile 3 clopes, réalise avant même d’avoir achevé la dernière ce que je suis en train de faire, et me dis : « Ach ! Cette fois-ci vraiment, ce n’est pas en rêve, ça craint !! ». Eh bien si… je n’ai aucune interprétation à livrer, je laisse psychodi s’y coller^^, je crois que l’habitude de fumer reste ancrée dans mon inconscient alors même qu’elle ne fait plus partie de mes comportements conscients et volontaires…

C’est comme avec mon bureau de tabac devant lequel je passe presque quotidiennement et qui me paraît plus familier que ma boutique de vape, alors même que je ne le fréquente plus depuis 6 mois… Pourtant je m’imagine très bien y réclamer ma cartouche de Gauloises bleues et tendre ma carte bleue tout en échangeant 3 mots avec la vendeuse ou avec le fils du patron… comme si c’était hier…

Sur le plan psychologique l’évolution n’est pas enthousiasmante. J’ai tenu sans souffrance ou anxiété ce qui a rendu la transition possible mais j’ai beaucoup perdu au change en termes de capacité de concentration surtout, et possiblement de motivation aussi, sauf pour la vape et l’activité physique en extérieur. En ce qui concerne le travail, les tâches administratives, les tâches ménagères, la cuisine, mon programme de lectures, pour rester pudique, c’est difficile... Disons que je ne fais pas preuve de l’efficacité souhaitée et que si l’assistant personnel était remboursé comme aide au sevrage tabagique je ne le refuserais pas...

C’est d’ailleurs le point pour moi plus troublant. Certaines conséquences de l’arrêt du tabac pourraient avoir eu un effet euphorisant. Je voulais rejouer au tennis, c’était ma carotte secrète depuis 6 ans, depuis mon dernier échec. J’ai pu rejouer au tennis plusieurs dizaines de fois, jusqu’à 2h par jour au soleil sous plus de 30°C, plusieurs jours d’affilée, sans Aircast, sans douleur, sans blessure, sans mourir étouffée ou de crise cardiaque. C’est un proxy pour dire qu’objectivement dans une certaine mesure j’ai récupéré physiquement, mais apparemment ce n’est pas suffisant pour me réjouir et me motiver durablement.
Je ne me sens pas dépressive, encore moins anxieuse, mais clairement il y a un truc qui se passe, je ne pense pas que ce soit l’effet du vide post atteinte de l’objectif, et l’effet de la substitution nicotinique partielle par la vape ne suffit pas à rétablir l’équilibre. Éventuellement un PAWS. A suivre.

**************

Pendant l’été ma consommation a peu varié, un flacon de 10ml dosé à 6mg/mL continuait de me tenir environ 5 jours (soit 12mg de nicotine consommés par jour, ~10 cigarettes peut-être). Début septembre j’ai commencé à vaper davantage, les flacons ne tenaient plus que 3 jours environ, alors j’ai trouvé qu’il était temps de passer au Do-It-Yourself.

Pour un peu moins de 18€ mon revendeur pouvait me proposer une base PG/VG en 70/30 de 125mL ainsi que deux flacons de l’e-liquide que je consommais mais en 18mg/mL. Après avoir ôté 20mL à la base puis ajouté les deux « boosters » je pouvais me retrouver avec un e-liquide dosé à (18mg.mL^-1*10mL*2)/125mL = 2,9 mg.mL^-1, concentration deux fois moindre que celle à laquelle j’étais habituée mais qui devait pouvoir faire l’affaire, d’autant que cela me mettait les 10mL à 18/125*10=1,44€, soit une économie de 75% par rapport aux flacons individuels nicotinés de 10mL vendus à l’unité. De quoi vaper pour 4x moins cher ou 3x plus qu’avant. Je sais bien que Randall Flag considère que c’est encore beaucoup trop cher quand en ligne on peut se fournir pour 3x rien. Certes, mais je n’ai pas d’enfants à charge.

Il m’a fallu un peu plus d’un mois pour consommer ce premier mélange maison. Mes 125mL vaporisés puis inhalés j’ai pu constater qu’en effet je vapais davantage en quantité, mais pas tant que cela, enfin de l’ordre de deux fois plus tout de même, pour une consommation journalière entre 10mg et 12mg de nicotine donc proche de celle que j’avais auparavant pendant été et non augmentée.
Je pensais que j’allais pouvoir me stabiliser mais depuis le démarrage de mon second mélange maison le rythme de ma consommation a de nouveau augmenté et j’estime être passée à une consommation de 15mg par jour.

Un aspect intéressant est qu’en diluant mes flacons dans une base neutre, j’ai également dilué les agents de saveurs, de sorte qu’à volume égal je vape 6x moins d’arômes. Puisqu’en réalité je vape environ 2x plus d’e-liquide que précédemment, au final j’inhale 3x moins d’arômes. Personnellement, n’ayant aucune appétence pour les arômes, je préfère très largement au goût ce liquide dilué, donc cela me convient parfaitement. Plus subjectivement encore, j’ai l’impression que ça m’irrite moins la gorge et le reste des voies aériennes supérieures. Comme en témoigne mon suivi du déroulement de la crise de la vape aux États-Unis, je ne cède pas du tout à la psychose ambiante. Ce n’est pas une raison pour ne pas adopter des comportements aussi prudents que possible. D’autant que j’ai pu noter une drôle de coïncidence. C’est à peu près au moment où je suis passée au DIY, soit à 4 mois d’arrêt du tabagisme, que j’ai ressenti une petite amélioration sur le plan respiratoire, un déliement des bronches à l’inspiration, et surtout une expiration facilitée, ce qui je crois était déjà le cas aux moments où j’avais le moins vapé précédemment, comme au réveil. Rien d’extraordinaire, mais quelque chose de notable tout de même.

Keep_calm_and_carry_on_vaping


Celle ci-dessous je l'ai eue sous les yeux sur le frigo pendant des années et des années, quasi une madeleine de Proust!
Le tabac ou la santé

Posté par : Hilde | 07 novembre 2019 à  22:18

 
#57 Posté par : Hilde 13 novembre 2019 à  21:43
J+ 6mois

Voilà, cela fait 6 mois que je n'ai pas fumé de cigarette, je suis donc officiellement non-fumeuse, et dès demain je vais pouvoir entamer les démarches pour le faire reconnaître par l'administration et obtenir ma carte de non-fumeuse (c'est surtout pour les réductions que ça entraîne).

Reste plus qu'à fêter ça! wine

Spéciale dédicace à Rickou:



Et puis j'ai recherché et retrouvé un bouquin qu'on m'avait offert il y a des années pour m'inciter à arrêter et qu'évidemment je n'avais pas lu... et en cherchant je suis tombée sur un autre qui célébrait l'ivresse... tongue

Allen_Carr

Posté par : Hilde | 13 novembre 2019 à  21:43

 
#58 Posté par : linec13 14 novembre 2019 à  08:00
Bravo !!!! Moi je vapote au quotidien, et je fume des cigarettes le weekend, et du cannabis pendant les vacances.
Ton parcours est très encourageant, merci de le partager

Posté par : linec13 | 14 novembre 2019 à  08:00

 
#59 Posté par : plotchiplocth 14 novembre 2019 à  09:16
Une carte de réduction de non fumeur? WTF?
Merci pour le partage de ce bout de chemin

Posté par : plotchiplocth | 14 novembre 2019 à  09:16

 
#60 Posté par : Meumeuh 14 novembre 2019 à  15:25
Félicitations Hilde,
et bienvenue au club ^^


MM

Posté par : Meumeuh | 14 novembre 2019 à  15:25

 
#61 Posté par : Agartha 14 novembre 2019 à  15:44
Félicitations Hilde!! C'est marrant, j'crois que la dernière fois qu'on s'est vus IRL il me semble que tu fumais encore^^

et dès demain je vais pouvoir entamer les démarches pour le faire reconnaître par l'administration et obtenir ma carte de non-fumeuse

Je connais les cartes de donneurs d'organes, de moelle osseuse, mais pas de "carte non-fumeur", keske?


Posté par : Agartha | 14 novembre 2019 à  15:44

 
#62 Posté par : Hilde 14 novembre 2019 à  16:44
D'abord: un grand merci à tous! merci-1

linec13 a écrit

Bravo !!!! Moi je vapote au quotidien, et je fume des cigarettes le weekend, et du cannabis pendant les vacances.
Ton parcours est très encourageant, merci de le partager

Linec13, l'année dernière j'avais suivi ton blog (ou ton parcours?), en particulier ton arrêt du tabac du jour au lendemain si  je ne me trompe pas, et justement ton expérience m'avait encouragée. Parfois c'est en lisant que les autres y arrivent et comment ils y arrivent, d'une part qu'on se remotive, et d'autre part qu'on se dit qu'un jour, d'une façon ou d'une autre, on y arrivera aussi soi-même, parce que si les autres y arrivent, pourquoi pas moi?

Agartha a écrit

Félicitations Hilde!! C'est marrant, j'crois que la dernière fois qu'on s'est vus IRL il me semble que tu fumais encore^^

Oui, il me semble bien, et je venais de foutre en l'air une tentative de réduction qui avait fonctionné quelques jours^^.

plotchiplocth a écrit

Une carte de réduction de non fumeur? WTF?

Agartha a écrit

Je connais les cartes de donneurs d'organes, de moelle osseuse, mais pas de "carte non-fumeur", keske?

Au départ c'est à l'initiative de la fédération des mutuelles de santé qui voulaient motiver leurs adhérents à arrêter de fumer en leur faisant bénéficier d'avantages avec des partenaires commerciaux. Puis la Sécu a repris l'idée à son compte, via un accord avec les pharmaciens (pour les produits OTC^^)... et finalement l'idée a séduit LREM qui s'est dit qu'ajouter une carotte fiscale à la panoplie de dispositifs anti-tabac déjà en place serait tout à fait pertinent.

Il fallait néanmoins penser à un système de contrôle des anciens fumeurs devenus non-fumeurs pour éviter la fraude qui s'annonçait. Voilà qui est sur le point de se concrétiser avec le projet gouvernement d'aspiration des données des réseaux sociaux! Il n'y aura plus qu'une rapide enquête de moralité réalisée par la préfecture préalablement à la délivrance de la carte, puis les contrôles se feront sur le contenu de l'activité en ligne. C'est génial de penser que je vais bénéficier de réduction d'impôts et que je n'aurai absolument pas à bouger le petit doigt: le fisc ira lui-même directement vérifier mon activité sur PA (et ailleurs...) pour s'assurer que je n'ai pas repris la clope!! bravo

Vous en avez rêvé? Macron va le faire! pasdebol

Mood of the Day:


Posté par : Hilde | 14 novembre 2019 à  16:44

 
#63 Posté par : Hilde 15 mai 2021 à  12:12
J+2ans

Je profite de l'anniversaire des deux ans de mon arrêt du tabac pour compléter le bilan. C'est aussi le bilan de deux années de vapotage.

Je n'ai pas retouché au tabac depuis mon arrêt, quoiqu'il m'arrive régulièrement de me surprendre à fumer une cigarette en rêve pendant mon sommeil. Quelque part au fond de moi le réflexe n'a toujours pas disparu.

Je n'ai quasi jamais de craving, c'est vraiment très exceptionnel, et même lorsque j'en ai un je suis aujourd'hui trop dégoûtée par la fumée pour qu'il soit dangereux.

J'ai longtemps traîné des troubles du transit qui se sont aggravés avec les confinements. Là ça va mieux, mais je ne peux pas me permettre de consommer des produits sucrés ou des farines trop raffinées. Il y a deux ans, dans les mois qui avaient suivi l'arrêt, j'avais gagné du poids, puis du muscle. Par la suite j'ai perdu le poids, puis le muscle, et aujourd'hui je suis remontée à peu près au même niveau qu'avant d'avoir arrêté il y a deux ans.

En matière de santé physique il me semble que je n'ai perçu aucune amélioration supplémentaire depuis ma dernière mise à jour de ce billet de blog. Pas de dégradation non plus, quoique j'ai l'impression de traîner une certaine fatigue depuis l'année dernière. On m'a d'abord diagnostiqué un trouble ventilatoire obstructif réversible avec une belle distension thoracique, et puis il s'est avéré que j'avais un peu d'emphysème, et de mon côté je n'ai pas voulu du traitement contre l'asthme, et au final ça me paraît plutôt logique qu'on me mette dans la catégorie BPCO vu mon passif (45 PA). Pour le reste ça va, mais je n'ai pas tout à fait terminé mon bilan cardio-vasculaire. Je suis néanmoins certaine que si j'avais réussi ma précédente tentative d'arrêt du tabac 5-6 ans plus tôt, donc avant 40 ans, j'aurais beaucoup moins de séquelles (i.e., pas du tout d'emphysème, car à l'époque j'avais perçu une grande amélioration de mes capacités respiratoires). C'est un gros regret.

Je n'ai pas modifié mes habitudes de vape depuis l'automne 2019. Je consomme toujours le même mélange dilué que je vape indirectement avec le même appareil. Peut-être que j'en consomme davantage, trop certainement. J'en suis à peu près à 20mg de nicotine par jour, donc l'équivalent d'un paquet de cigarettes environ. Je suis devenue complètement dépendante de la vape tout au long de la journée, c'est un peu le problème. Et puis avec cette obligation de porter un masque en extérieur j'ai tendance à beaucoup vapoter lorsque je suis dans la rue pour avoir un prétexte pour baisser mon masque que je ne supporte pas. Au final j'ai remplacé une addiction par une autre, la seconde étant beaucoup moins dangereuse et socialement beaucoup plus acceptable que la première car à peu près inoffensive pour les autres. 

Par ailleurs j'ai eu des périodes de relâchement partiel de ma vigilance sur l'alcool depuis la sortie du premier confinement, surtout l'été dernier avec la bière, puis après une période de deux mois d'arrêt en fin d'année j'ai depuis les fêtes plutôt consommé du vin, ce que je trouve beaucoup plus agréable mais aussi plus dangereux car si je m'arrête facilement à une seule bière, j'ai du mal à me limiter à un seul verre de bon vin roll. Je reste tout de même dans les limites hebdomadaires des recommandations de l'OMS.

Voilà, voilà, et même si tout n'est pas rose, je n'ai absolument aucun regret d'avoir arrêté le tabac et d'être passée à la vape, bien au contraire, bien entourée à ce moment-là par la communauté de PsychoACTIF! merci-1

Posté par : Hilde | 15 mai 2021 à  12:12

 
#64 Posté par : Meumeuh 15 mai 2021 à  12:47
Salut,

C'est un assez bon bilan pour toi.

Pour ma part, après 1an et demi , j'ai replonger pendant 3mois mais a raison de 2 ou 3 clopes par j.

Puis , j'ai repris la vape et racheter une deuxième aegis mini mais j'ai toujours la sale habitude d'acheter un paquet de malback par mois.

Pourquoi ?
Le café du matin est pour moi associé avec un blonde.
Du coup j'essaye de pas n'en boire , tout les jours...
Surtout qu'après je suis écoeuré d'avoir fumer , et par le goût et l'odeur... de la cigarette.

Je me dis que c'est peut-être juste une transition ..

à suivre !

MM

Posté par : Meumeuh | 15 mai 2021 à  12:47

 
#65 Posté par : Hilde 15 mai 2021 à  17:08
salut

Meumeuh a écrit

..

Oui, au sens strict de l'arrêt du tabac c'est une réussite pour moi (et je fumais encore beaucoup avant, plus d'un paquet par jour), reste la vape intensive et les séquelles du tabagisme.

En ce qui te concerne tu fumais beaucoup moins au départ et très peu aujourd'hui et apparemment tu n'es pas accro à la vape donc ce n'est pas un mauvais bilan je trouve. Quoiqu'on dise, ne fumer qu'une cigarette par jour voire moins c'est mieux qu'en fumer 10. La réduction des dommages est moindre sur le plan pulmonaire mais tu gagnes sur tous les autres plans.

Je vois ce que tu veux dire pour le café puisque j'ai vécu la même chose au tout début. Je ne pense pas que vaper avec un bon expresso puisse totalement se substituer au plaisir de la cigarette mais ça ne m'empêche pas d'apprécier énormément l'expresso du matin. Au premier café du matin et aux suivants je vape. Je vape aussi si je me réveille la nuit. Clairement ce n'est jamais aussi satisfaisant ou jouissif que l'était une cigarette mais sans les effets indésirables de la fumée primaire, secondaire et tertiaire. Je ne supporterais plus de fumer chez moi. J'ai laissé quelqu'un d'autre le faire l'autre jour, c'était la première fois, et à aucun moment je n'ai eu envie de fumer moi-même. A la limite au contraire ça a renforcé mon dégoût de fumer à l'intérieur.

J'ai fait une croix sur le plaisir de la clope et la vape compensatrice rend l'arrêt de la cigarette supportable. Il me manque quelque chose mais il m'est possible de faire sans et je ne saurais plus faire avec le tabac fumé. Je pense que je vis cela avec résignation comme une sorte de deuil, pas tant de la clope que de ses effets PA positifs, de la montée fulgurante. Ce que je perds d'un côté je le récupère de l'autre. Je ne peux plus revenir en arrière mais ça ne m'empêche pas de ressentir un manque par moment car clairement la vape ne me motive pas aussi bien que la clope.

Parfois je lis ce que certains arrivent à réaliser sous l'effet de stimulants (voire d'opiacés), cette sensation positive de changement de personnalité, ce regain d'énergie, de force de travail, etc. J'ai l'impression que - dans une moindre mesure - la clope me dynamisait et m'euphorisait d'une façon comparable. C'est surtout cela qui me manque. Je me sens un peu plus down ou moins up. Cela ne s'arrange pas avec le temps mais c'est supportable.


a écrit

Je me dis que c'est peut-être juste une transition ..

C'est tout à fait possible. Vu ce que tu racontes j'ai l'impression que tu es capable de te passer totalement de tabac puisque l'essentiel du temps tu t'en passes, et que tu es même capable de te priver de café. C'est peut-être qu'à certains moments pour toi la balance bénéfice-risques penche plus du côté des bénéfices, d'autant plus que tu arrives à t'en tenir à une seule cigarette, donc en quelque sorte "tu gères" la situation.


Posté par : Hilde | 15 mai 2021 à  17:08

 
#66 Posté par : Anonyme5461 15 mai 2021 à  22:45
Salut

Félicitations tout d'abord et happy birthday.

Pour ma part en août ça fera 2 ans d'arrêt.

Gros prob c'est que depuis 2010, c'est la 4ème fois que j'arrête et que je reprends.

J'en ai marre.

J'ai arrêté en octobre 2010, j'ai repris en novembre 2011.

Puis j'ai arrêté en 2014 puis j'ai repris en 2017.

Puis j'ai arrêté en août 2019.

J'arrête toujours sans rien, j'aime pas la vapote la vapeur c'est chelou.

Les substituts nicotiniques me coupent l appétit et me donnent la nausée et la gastro.

Donc vla où j'en suis
Je fais pu de pronostic mais bon à 40 ans maintenant je sais que les répercussions ne seront plus les mêmes donc j'espère ne pas replonger.

Au fait comme toi parfois je rêve que je fume.
Ça doit être le cerveau jpense.

Posté par : Anonyme5461 | 15 mai 2021 à  22:45

 
#67 Posté par : Morning Glory 15 mai 2021 à  23:07
Aie la BPCO sad Pas cool, tu as vraiment bien fait d'arrêter! De toute façon l'eclope c'est tellement peu toxique en principe, que ça devrait pas trop te l'aggraver.

quoiqu'il m'arrive régulièrement de me surprendre à fumer une cigarette en rêve pendant mon sommeil

Ha ouai c'est fou jusqu'où ça va l'addiction .___. Même deux ans après quoi

Trop nice pour l'absence de cravings, l'eclope joue bien son rôle^^


Moi je "retombe" dans l'eclope aussi, ça m'embête un peu mais c'est agréable et plein de gens qui fument ont l'air de continuer à kiffer ça même en étant accro, ce que je trouve étrange et intéressant pour de la drogue. Pis ça donne un petit coup de fouet bienvenu surtout pour moi loool
L'eclope est-ce vraiment grave ou toxique?... Jsais pas >.<



Courage à vous aussi Eden et Meuhmeuh ^.^

Reputation de ce commentaire
 
Merci pour ton encouragement bisou

Posté par : Morning Glory | 15 mai 2021 à  23:07

 
#68 Posté par : Anonyme2021 16 mai 2021 à  03:15

Meumeuh a écrit

Salut,
Pour ma part, après 1an et demi , j'ai replonger pendant 3mois mais a raison de 2 ou 3 clopes par j.

Anonyme5461 a écrit

Gros prob c'est que depuis 2010, c'est la 4ème fois que j'arrête et que je reprends.

J'en ai marre.

Comme quoi...

Perso j'ai arrêté une première fois en 2001, tenu 7 ans puis reprise pendant 1 an et re-arrêt depuis. Fin décembre, j'ai acheté un paquet de clope et j'en fume de temps en temps mélangé à du CBD...je sais que je joue avec le feu, il est bientôt finit mais je NE DOIS PLUS en racheter.

ps: ce qui est fou, c'est que la première clope j'ai vraiment senti que mon corps rejetait ça, douleur aux poumons notamment...mais très vite, les même réflexes / sensations reviennent. Le cerveau imprime.


Posté par : Anonyme2021 | 16 mai 2021 à  03:15

 
#69 Posté par : Anonyme5461 16 mai 2021 à  09:04

Anonyme2021 a écrit

Meumeuh a écrit

Salut,
Pour ma part, après 1an et demi , j'ai replonger pendant 3mois mais a raison de 2 ou 3 clopes par j.

Anonyme5461 a écrit

Gros prob c'est que depuis 2010, c'est la 4ème fois que j'arrête et que je reprends.

J'en ai marre.

Comme quoi...

Perso j'ai arrêté une première fois en 2001, tenu 7 ans puis reprise pendant 1 an et re-arrêt depuis. Fin décembre, j'ai acheté un paquet de clope et j'en fume de temps en temps mélangé à du CBD...je sais que je joue avec le feu, il est bientôt finit mais je NE DOIS PLUS en racheter.

ps: ce qui est fou, c'est que la première clope j'ai vraiment senti que mon corps rejetait ça, douleur aux poumons notamment...mais très vite, les même réflexes / sensations reviennent. Le cerveau imprime.

Salut


Comment on peut expliquer ces rechutes ???

Après des années théoriquement on devrait être à l'aise et ne plus retomber dedans.

C'est ouf !!!!


Le pire c'est quand je regarde INA avec des vieux reportages où on les voit tous cloper.

Je regardais Serge Gainsbourg et je me suis rappelé la clope et des souvenirs de bien être.

Je pense qu'à la retraite si jsuis pas morte et surtout aussi si les clopes existent encore je me remettrai à fumer.

Toute façon pourquoi on essaie tous d'arrêter de fumer ?

Pour notre santé principalement.


Le père de mon fils 40 ans de tabagisme, des roulées ajja17 bleu et rizzla -wink
J'ai pas oublié

Maintenant il vapote

Il vient de la campagne, toujours été dehors et à bouger et ben il a le coeur, les artères d un jeune pas de plaques.


Les problèmes cardiaque et pulmonaire c'est pas que le tabac.


Voilà campagne pub financée par la seita
lol

Le tabac c'est tabou on en viendra tous à bout


Posté par : Anonyme5461 | 16 mai 2021 à  09:04

 
#70 Posté par : Hilde 16 mai 2021 à  11:36
Bonjour et merci de votre passage Edennnnn, Morning Glory et TripSitterFR salut

Edennnnn et TripSitterFR, je suis surtout impressionnée par le fait que vous ayez réussi à arrêter aussi longtemps ou autant de fois, en plus sans substitut. ne pensez-vous pas que c'est le signe que vous savez et pouvez fonctionner sans tabac?

Par la suite c'est peut-être une question de dissuasion de la reprise.

Aujourd'hui la majeure partie des fumeurs que je connais sont des fumeurs occasionnels, voire très occasionnels, des personnes dont la consommation récréative ne dérape pas et qui n'ont jamais été entraînées dans l'infernal engrenage du tabagisme intensif. Les fumeurs quotidiens et les gros fumeurs ont soit totalement arrêté soit n'ont pas (encore) réussi à le faire.

Pour moi l'étape de la première journée sans cigarette et sans torture a été décisive. Quand j'ai vu que l'arrêt fonctionnait avec la vape je n'ai pas trop douté que je tiendrais. Je n'ai jamais été hantée par l'idée d'une rechute.  C'est peut-être naïf, mais je pense que c'est plutôt grâce à l'efficacité de la substitution, un changement un déclic dans ma tête, et à côté tout ce qui m'indiquait que fumer n'était plus une éventualité, toutes les conséquences désastreuses du tabagisme. Il faut dire aussi que pendant très longtemps je ne m'imaginais pas non fumeuse, je souhaitais en conserver tous les bénéfices. Je n'ai pas passé ma vie à souhaiter arrêter mais à souhaiter diminuer. En fait j'ai donc eu successivement un double déclic, d'abord accepter de renoncer au tabagisme, puis réussir à le faire. Cela ne dit, je ne sais pas comment je réagirais si aujourd'hui je n'avais plus accès à la vape.

Anonyme5461 a écrit

Comment on peut expliquer ces rechutes ???

Après des années théoriquement on devrait être à l'aise et ne plus retomber dedans.

C'est ouf !!!!

Oui, c'est ce que l'on se dit, mais je pense que chacun sait pourquoi à un moment donné il continue de s'abstenir ou reprend, une sorte de set & setting.

Quand tu dis que tu aimerais reprendre à la retraite je le lis comme le fait que tu n'en as pas fait le deuil, que tu y tiens encore.

Les vieux reportages ou les émissions TV en studio me rappellent les mauvais souvenirs de l'atmosphère enfumée dans laquelle j'ai vécu toutes ces années et dont je me sens libérée, autrement dit le contraire du bien-être!

Le craving que j'ai eu il y a quelques semaines devait être devant la TV, un personnage qui à la fin d'une journée mouvementée se pose devant un bon verre, allume une clope, puis en inspire et expire une longue bouffée. J'ai comme eu de l'empathie pour la merveilleuse détente qu'il expérimentait lol

Quand je vois Serge Gainsbourg sur la fin de sa vie je vois surtout les ravages de l'alcool...

a écrit

Les problèmes cardiaque et pulmonaire c'est pas que le tabac.

C'est clair qu'en matière d'activité physique et de sédentarité le bilan est généralement meilleur qu'en ville, mais à la campagne avec le chauffage au feu de bois à foyer ouvert et les possibles problèmes de tirage ils ne sont pas épargnés, sans compter les déversements d'engrais et de pesticides sur les cultures.

Et le dernier point c'est que nous ne sommes pas tous égaux face aux maladies causées par le tabagisme...

MG a écrit

Moi je "retombe" dans l'eclope aussi, ça m'embête un peu mais c'est agréable et plein de gens qui fument ont l'air de continuer à kiffer ça même en étant accro, ce que je trouve étrange et intéressant pour de la drogue. Pis ça donne un petit coup de fouet bienvenu surtout pour moi loool
L'eclope est-ce vraiment grave ou toxique?... Jsais pas >.<

L'eclope ce n'est pas dangereux comme la combustion mais ce n'est pas bon. Alors dans quelle mesure? Le domaine est tellement sujet aux conflits d'intérêts et études bidons que c'est difficile de démêler le vrai du faux. M'enfin nos poumons ne sont pas conçus pour recevoir les e-liquides qu'on leur envoie.

Que mets-tu dedans? De la nicotine ou d'autres produits?


Posté par : Hilde | 16 mai 2021 à  11:36

 
#71 Posté par : Anonyme5461 16 mai 2021 à  14:05

Hilde a écrit

Bonjour et merci de votre passage Edennnnn, Morning Glory et TripSitterFR salut

Edennnnn et TripSitterFR, je suis surtout impressionnée par le fait que vous ayez réussi à arrêter aussi longtemps ou autant de fois, en plus sans substitut. ne pensez-vous pas que c'est le signe que vous savez et pouvez fonctionner sans tabac?

Par la suite c'est peut-être une question de dissuasion de la reprise.

Aujourd'hui la majeure partie des fumeurs que je connais sont des fumeurs occasionnels, voire très occasionnels, des personnes dont la consommation récréative ne dérape pas et qui n'ont jamais été entraînées dans l'infernal engrenage du tabagisme intensif. Les fumeurs quotidiens et les gros fumeurs ont soit totalement arrêté soit n'ont pas (encore) réussi à le faire.

Pour moi l'étape de la première journée sans cigarette et sans torture a été décisive. Quand j'ai vu que l'arrêt fonctionnait avec la vape je n'ai pas trop douté que je tiendrais. Je n'ai jamais été hantée par l'idée d'une rechute.  C'est peut-être naïf, mais je pense que c'est plutôt grâce à l'efficacité de la substitution, un changement un déclic dans ma tête, et à côté tout ce qui m'indiquait que fumer n'était plus une éventualité, toutes les conséquences désastreuses du tabagisme. Il faut dire aussi que pendant très longtemps je ne m'imaginais pas non fumeuse, je souhaitais en conserver tous les bénéfices. Je n'ai pas passé ma vie à souhaiter arrêter mais à souhaiter diminuer. En fait j'ai donc eu successivement un double déclic, d'abord accepter de renoncer au tabagisme, puis réussir à le faire. Cela ne dit, je ne sais pas comment je réagirais si aujourd'hui je n'avais plus accès à la vape.

Anonyme5461 a écrit

Comment on peut expliquer ces rechutes ???

Après des années théoriquement on devrait être à l'aise et ne plus retomber dedans.

C'est ouf !!!!

Oui, c'est ce que l'on se dit, mais je pense que chacun sait pourquoi à un moment donné il continue de s'abstenir ou reprend, une sorte de set & setting.

Quand tu dis que tu aimerais reprendre à la retraite je le lis comme le fait que tu n'en as pas fait le deuil, que tu y tiens encore.

Les vieux reportages ou les émissions TV en studio me rappellent les mauvais souvenirs de l'atmosphère enfumée dans laquelle j'ai vécu toutes ces années et dont je me sens libérée, autrement dit le contraire du bien-être!

Le craving que j'ai eu il y a quelques semaines devait être devant la TV, un personnage qui à la fin d'une journée mouvementée se pose devant un bon verre, allume une clope, puis en inspire et expire une longue bouffée. J'ai comme eu de l'empathie pour la merveilleuse détente qu'il expérimentait lol

Quand je vois Serge Gainsbourg sur la fin de sa vie je vois surtout les ravages de l'alcool...

a écrit

Les problèmes cardiaque et pulmonaire c'est pas que le tabac.

C'est clair qu'en matière d'activité physique et de sédentarité le bilan est généralement meilleur qu'en ville, mais à la campagne avec le chauffage au feu de bois à foyer ouvert et les possibles problèmes de tirage ils ne sont pas épargnés, sans compter les déversements d'engrais et de pesticides sur les cultures.

Et le dernier point c'est que nous ne sommes pas tous égaux face aux maladies causées par le tabagisme...

MG a écrit

Moi je "retombe" dans l'eclope aussi, ça m'embête un peu mais c'est agréable et plein de gens qui fument ont l'air de continuer à kiffer ça même en étant accro, ce que je trouve étrange et intéressant pour de la drogue. Pis ça donne un petit coup de fouet bienvenu surtout pour moi loool
L'eclope est-ce vraiment grave ou toxique?... Jsais pas >.<

L'eclope ce n'est pas dangereux comme la combustion mais ce n'est pas bon. Alors dans quelle mesure? Le domaine est tellement sujet aux conflits d'intérêts et études bidons que c'est difficile de démêler le vrai du faux. M'enfin nos poumons ne sont pas conçus pour recevoir les e-liquides qu'on leur envoie.

Que mets-tu dedans? De la nicotine ou d'autres produits?

Helli Hello

C'est clair je n'ai pas fait le deuil de ma clope, j'avoue tout  lol

Après tout a fait ok pour le fait de l'inégalité face aux maladies.
La santé tu la choisis pas, tu l'as ou tu l'as  pas c'est comme ça...


J'arrête par ras-le-bol en fait à chaque fois puisque je suis une compulsive par nature,  comme dirait Tony Montana " il n'y a de l'excès que dans l'excès ".

Parfois je fumais 2 clopes en même temps.


Et je reprends à chaque problème psychique familial, deuil, séparation, maladie.

Le tabac est pour moi une béquille quand j'ai de gros coups durs.

J'étais suivie par info tabac service début 2019 quand j'ai rechuté et la dame au tel m'a dit des choses qui m'ont vexées et que j'avais pas besoin d'entendre à ce moment précis où je venais d'apprendre une nouvelle très grave et je lui ai raccroché au nez et suis partie me chercher un paquet de clopes.

Donc on verra, je laisse le temps décider et si je reclope ben
Façon ça changera rien on va tous crever 1 jour.

Vaut mieux moi que un ptit bb innocent.


Posté par : Anonyme5461 | 16 mai 2021 à  14:05

 
#72 Posté par : Morning Glory 16 mai 2021 à  17:52
Moi aussi j'utilise les drogues comme ça, pour surmonter des passages difficiles^^


Façon ça changera rien on va tous crever 1 jour.

Ca par contre je trouve que c'est un peu un faux argument, tu peux essayer de crever moins vite et dans des conditions moins terribles^^


Que mets-tu dedans? De la nicotine ou d'autres produits?

Ouai nicotine et j'arrose pas mal d'arômes... Berf. Faudrait pas que je me rende accro à ça j'avoue. Mais pour l'instant avec les piperidines ça remplace les poppys hmm C'quoi le moins pire


Posté par : Morning Glory | 16 mai 2021 à  17:52

 
#73 Posté par : Anonyme2021 17 mai 2021 à  01:09

Anonyme5461 a écrit

Salut

Comment on peut expliquer ces rechutes ???

Après des années théoriquement on devrait être à l'aise et ne plus retomber dedans.

C'est ouf !!!!

Toute façon pourquoi on essaie tous d'arrêter de fumer ?

Pour notre santé principalement.

Le tabac est pour moi une béquille quand j'ai de gros coups durs.

Oui, les coups durs ça aide pas je pense...faut pas oublier que la fumée de tabac contient des IMAO, avec donc probablement une activité antidépressive...

Perso mon premier arrêt, c'est suite à une prise de conscience que les fabricants de tabac nous manipulaient...

J'étais tombé sur un reportage à la TV qui expliquait comment ils avaient renforcé l'addiction en ajoutant des additifs et notamment de l'ammoniaque (nicotine sous forme de base libre, même principe que le crack avec la cocaïne), et leur stratégie envers les ados, car ils avaient découvert que fidéliser le client à cet âge là, c'était garder un client pour pas mal d'années...

Un article intéressant sur le sujet :
https://www.lemonde.fr/societe/article/ … _3224.html

Mais j'avais aussi commencé à sentir (au bout ~ 10 ans) les méfaits du tabac pointer leur nez : essoufflement arrivé en haut d'un grand escalier, points au cœur parfois après une clope, gorge fragilisée...

Hilde a écrit

Bonjour et merci de votre passage Edennnnn, Morning Glory et TripSitterFR salut

Edennnnn et TripSitterFR, je suis surtout impressionnée par le fait que vous ayez réussi à arrêter aussi longtemps ou autant de fois, en plus sans substitut. ne pensez-vous pas que c'est le signe que vous savez et pouvez fonctionner sans tabac?

Par la suite c'est peut-être une question de dissuasion de la reprise.

Aujourd'hui la majeure partie des fumeurs que je connais sont des fumeurs occasionnels, voire très occasionnels, des personnes dont la consommation récréative ne dérape pas et qui n'ont jamais été entraînées dans l'infernal engrenage du tabagisme intensif. Les fumeurs quotidiens et les gros fumeurs ont soit totalement arrêté soit n'ont pas (encore) réussi à le faire.

Salut Hilde,

Ton blog me donne l'occasion de venir parler de ce sujet et me sert de rappel...

Tu as raison, bien sûr que c'est possible de vivre sans tabac ! Ce que j'ai remarqué avec le recul, c'est à quel point le tabac pouvait permettre de mettre en veilleuse ses émotions...c'est d'ailleurs assez dérangeant lors de l'arrêt, mais ça a aussi du bon bien sûr. Mais il faut réapprendre à vivre avec, donc ça demande certains changements.

Pour ma part, le substitut n'aurait pas aidé je pense...le sevrage physique n'était pas plus long qu'une semaine. Ce qui est difficile, c'est toutes les petits rituels qu'on a construit autour de la consommation, notamment la clope après le repas ou avant d'aller se coucher. Aussi les premiers mois, l'alcool est un facteur important de rechute, car d'une part il abaisse la volonté mais en plus il donne clairement envie de fumer après quelques verres...

Mais j'ai l'impression que l'e-clope ne permet justement pas de rompre totalement avec le produit, de passer à autre chose. Elle entretient peut-être certaines habitudes, le fait d'avoir un truc dans les mains, l'impression de "fumer sans fumer", etc. Perso je suis content d'avoir fait sans. Le truc qui m'avait vraiment aidé pour la première réussite, c'était un jeûne de 5 jours. Uniquement des jus de légumes et de fruits coupés à l'eau en guise de repas. D'une part ça détoxique le corps en profondeur, en plus je ne me voyais pas fumer dans cet état...

Par contre contrairement à toi, je ne connais que très peu de gens capables de fumer occasionnellement ! En général ils fument quotidiennement. Et je pense que quand on a été fumeur régulier, c'est quasi mission impossible que de fumer ponctuellement...là j'y arrive depuis quelques mois, mais jusqu'à quand ? Je sens bien la "tension", l'envie les jours qui suivent, mais si j'ai vraiment trop de craving je fume du CBD pur à la place (aucun craving sur ça).

Bon courage à celles et ceux dans la démarche en tous cas...!

PS: un lien intéressant sur la nature des additifs et leurs fonctionnements :
http://www.stoptabac.ch/fr/Additifs/corr_brochure.pdf
Et un extrait d'une liste de 600 additifs utilisés :
https://www.tabac-stop.net/liste_additifs_tabac.html


Posté par : Anonyme2021 | 17 mai 2021 à  01:09

 
#74 Posté par : Anonyme5461 17 mai 2021 à  08:54

Anonyme2021 a écrit

Anonyme5461 a écrit

Salut

Comment on peut expliquer ces rechutes ???

Après des années théoriquement on devrait être à l'aise et ne plus retomber dedans.

C'est ouf !!!!

Toute façon pourquoi on essaie tous d'arrêter de fumer ?

Pour notre santé principalement.

Le tabac est pour moi une béquille quand j'ai de gros coups durs.

Oui, les coups durs ça aide pas je pense...faut pas oublier que la fumée de tabac contient des IMAO, avec donc probablement une activité antidépressive...

Perso mon premier arrêt, c'est suite à une prise de conscience que les fabricants de tabac nous manipulaient...

J'étais tombé sur un reportage à la TV qui expliquait comment ils avaient renforcé l'addiction en ajoutant des additifs et notamment de l'ammoniaque (nicotine sous forme de base libre, même principe que le crack avec la cocaïne), et leur stratégie envers les ados, car ils avaient découvert que fidéliser le client à cet âge là, c'était garder un client pour pas mal d'années...

Un article intéressant sur le sujet :
https://www.lemonde.fr/societe/article/ … _3224.html

Mais j'avais aussi commencé à sentir (au bout ~ 10 ans) les méfaits du tabac pointer leur nez : essoufflement arrivé en haut d'un grand escalier, points au cœur parfois après une clope, gorge fragilisée...

Hilde a écrit

Bonjour et merci de votre passage Edennnnn, Morning Glory et TripSitterFR salut

Edennnnn et TripSitterFR, je suis surtout impressionnée par le fait que vous ayez réussi à arrêter aussi longtemps ou autant de fois, en plus sans substitut. ne pensez-vous pas que c'est le signe que vous savez et pouvez fonctionner sans tabac?

Par la suite c'est peut-être une question de dissuasion de la reprise.

Aujourd'hui la majeure partie des fumeurs que je connais sont des fumeurs occasionnels, voire très occasionnels, des personnes dont la consommation récréative ne dérape pas et qui n'ont jamais été entraînées dans l'infernal engrenage du tabagisme intensif. Les fumeurs quotidiens et les gros fumeurs ont soit totalement arrêté soit n'ont pas (encore) réussi à le faire.

Salut Hilde,

Ton blog me donne l'occasion de venir parler de ce sujet et me sert de rappel...

Tu as raison, bien sûr que c'est possible de vivre sans tabac ! Ce que j'ai remarqué avec le recul, c'est à quel point le tabac pouvait permettre de mettre en veilleuse ses émotions...c'est d'ailleurs assez dérangeant lors de l'arrêt, mais ça a aussi du bon bien sûr. Mais il faut réapprendre à vivre avec, donc ça demande certains changements.

Pour ma part, le substitut n'aurait pas aidé je pense...le sevrage physique n'était pas plus long qu'une semaine. Ce qui est difficile, c'est toutes les petits rituels qu'on a construit autour de la consommation, notamment la clope après le repas ou avant d'aller se coucher. Aussi les premiers mois, l'alcool est un facteur important de rechute, car d'une part il abaisse la volonté mais en plus il donne clairement envie de fumer après quelques verres...

Mais j'ai l'impression que l'e-clope ne permet justement pas de rompre totalement avec le produit, de passer à autre chose. Elle entretient peut-être certaines habitudes, le fait d'avoir un truc dans les mains, l'impression de "fumer sans fumer", etc. Perso je suis content d'avoir fait sans. Le truc qui m'avait vraiment aidé pour la première réussite, c'était un jeûne de 5 jours. Uniquement des jus de légumes et de fruits coupés à l'eau en guise de repas. D'une part ça détoxique le corps en profondeur, en plus je ne me voyais pas fumer dans cet état...

Par contre contrairement à toi, je ne connais que très peu de gens capables de fumer occasionnellement ! En général ils fument quotidiennement. Et je pense que quand on a été fumeur régulier, c'est quasi mission impossible que de fumer ponctuellement...là j'y arrive depuis quelques mois, mais jusqu'à quand ? Je sens bien la "tension", l'envie les jours qui suivent, mais si j'ai vraiment trop de craving je fume du CBD pur à la place (aucun craving sur ça).

Bon courage à celles et ceux dans la démarche en tous cas...!

PS: un lien intéressant sur la nature des additifs et leurs fonctionnements :
http://www.stoptabac.ch/fr/Additifs/corr_brochure.pdf
Et un extrait d'une liste de 600 additifs utilisés :
https://www.tabac-stop.net/liste_additifs_tabac.html

L'industrie du tabac est avant tout une entreprise faite d'actionnaires et de résultats.

Ce que je n'arrive pas comprendre c'est pourquoi ce n'est pas interdit.

Passer le paquet à 10 balles en France pour dissuader, autant l interdire, non ????

Ton histoire d'essouflement ou de poing ou point au coeur, ça peut venir aussi de la sédentarité.

Quand tu es en surpoids même sans clope tu es essouflé en montant 3 marches.


Perso j'ai arrêté aussi avant d'avoir les dents jaunes de Béatrice Dalle.


Posté par : Anonyme5461 | 17 mai 2021 à  08:54

 
#75 Posté par : Morning Glory 17 mai 2021 à  09:47

Tripsitter a écrit

Oui, les coups durs ça aide pas je pense...faut pas oublier que la fumée de tabac contient des IMAO, avec donc probablement une activité antidépressive...

Attention ne confonds pas les IMAO A et les IMAO B. Les IMAO B dans la fumée du tabac sont ajoutés (via du miel ou de l'amoniaque en effet pour ajouter des aldéhydes (acetaldehyde, et aldéhydes complexes, les plus toxiques)) pour augmenter l'addictivité du tabac. C'est selon moi ça qui fait la différence d'effet que l'on perçoit entre les clopes et les eclopes.
Les IMAO A touchent à la sérotonine, c'est ceux là avec lesquels ils faut faire attention aux interactions (il n'y en a vraissemblblablement pas dans le tabac, ou vraiment en quantités infimes ce qui me fait douter que ce soient les IMAOs qui soient responsables des effets ADs).
Les B touchent à certains points de la dopamine, ce qui "désactive" un mécanisme de défense contre l'addiction: le circuit dopaminergique est moins régulé, la nicotine peut le heurter de plein fouet.
Certains IMAO B de la fumée du tabac sont IRRÉVERSIBLES, donc c'est grave la merde en fait.

Par contre contrairement à toi, je ne connais que très peu de gens capables de fumer occasionnellement !

Préseeeente ^-^/ Je commence à dérapper depuis un an mais depuis presque dix ans je suis fumeuse occasionnelle. Mais le tabac de moins en moins, eclope pour moi.


Posté par : Morning Glory | 17 mai 2021 à  09:47

 
#76 Posté par : Anonyme2021 18 mai 2021 à  01:09

Anonyme5461 a écrit

Ton histoire d'essouflement ou de poing ou point au coeur, ça peut venir aussi de la sédentarité.

Quand tu es en surpoids même sans clope tu es essouflé en montant 3 marches.

Je ne me souviens pas avoir été particulièrement sédentaire à cette époque (contrairement à maintenant, avec les confinements, etc.)...et aucun surpoids pour ma part (plutôt le contraire en fait). L'essoufflement et le point ont disparus par la suite, même si c 'est vrai que j'avais repris une pratique sportive régulière après.

Morning Glory a écrit

Attention ne confonds pas les IMAO A et les IMAO B. Les IMAO B dans la fumée du tabac sont ajoutés (via du miel ou de l'amoniaque en effet pour ajouter des aldéhydes (acetaldehyde, et aldéhydes complexes, les plus toxiques)) pour augmenter l'addictivité du tabac. C'est selon moi ça qui fait la différence d'effet que l'on perçoit entre les clopes et les eclopes.
Les IMAO A touchent à la sérotonine, c'est ceux là avec lesquels ils faut faire attention aux interactions (il n'y en a vraissemblblablement pas dans le tabac, ou vraiment en quantités infimes ce qui me fait douter que ce soient les IMAOs qui soient responsables des effets ADs).
Les B touchent à certains points de la dopamine, ce qui "désactive" un mécanisme de défense contre l'addiction: le circuit dopaminergique est moins régulé, la nicotine peut le heurter de plein fouet.
Certains IMAO B de la fumée du tabac sont IRRÉVERSIBLES, donc c'est grave la merde en fait.

Hum...non non, il me semble bien que la fumée du tabac contient des IMAO A et B.
Si l'ammoniaque augmente l'addiction, il me semble que c'est surtout car il crée un rush de nicotine en facilitant son absorption (par contre j'ignorais que l'acetaldéhyde - également un produit de dégradation de l'alcool - était aussi un IMAO !) :

Récemment, l'imagerie par tomographie par émission de positons a montré que les fumeurs ont une activité des isozymes MAO-A (30%) et -B (40%) périphériques et cérébrales beaucoup plus faible que les non-fumeurs.

Cette inhibition de la MAO résulte d'un effet pharmacologique de la fumée, mais son mécanisme est peu connu. En travaillant avec la fumée principale recueillie auprès de cigarettes commerciales, nous avons confirmé que la fumée de cigarette est un puissant inhibiteur des isozymes MAO-A et -B humaines.

L'inhibition de la MAO était partiellement réversible, compétitive pour la MAO-A, et une inhibition de type mixte pour la MAO-B. Deux alcaloïdes β-carboline, le nor-harmane (β-carboline) et l'harmane (1-méthyl-β-carboline), ont été identifiés par GC-MS, quantifiés et isolés de la fumée principale par extraction en phase solide et HPLC. L'analyse cinétique a révélé que les β-carbolines de la fumée de cigarette étaient des inhibiteurs compétitifs, réversibles et puissants des enzymes MAO. Le nor-harmane était un inhibiteur de la MAO-A (Ki = 1,2 ± 0,18 μM) et de la MAO-B (Ki = 1,12 ± 0,19 μM), et l'harmane de la MAO-A (Ki = 55,54 ± 5,3 nM).

Les β-carbolines alcaloïdes sont des composés psychopharmacologiques actifs qui peuvent être présents de manière endogène dans les tissus humains, y compris le cerveau. Ces résultats suggèrent que les β-carbolines alcaloïdes de la fumée de cigarette agissant comme de puissants inhibiteurs réversibles des enzymes MAO peuvent contribuer à la réduction de l'activité MAO produite par la fumée de tabac chez les fumeurs. La présence d'inhibiteurs de la MAO dans la fumée, comme les β-carbolines et autres, pourrait nous aider à comprendre certains des prétendus effets neuropharmacologiques associés au tabagisme.

https://www.sciencedirect.com/science/a … 1X04025999

Mais apparemment, il y aurait d'autres inhibiteurs de mono amine oxydase dans la fumée de tabac, d'après une étude plus récente :

L'inhibition de la monoamine oxydase est importante chez les fumeurs, mais on ne sait toujours pas comment se produit l'inhibition que l'on observe dans le cerveau et le corps des fumeurs. Notre objectif était de tester la contribution de l'harmane et du nor-harmane de la fumée de tabac à l'inhibition de la MAO-A à partir de préparations de fumée de tabac, dans le cadre d'un réexamen de l'harmane et du nor-harmane comme cause de l'inhibition de la MAO-A dans le cerveau.

Des particules de fumée de tabac et des particules de fumée de cigarette ont été préparées et les quantités d'harmane et de nor-harmane ont été mesurées. Les résultats ont été comparés à l'activité inhibitrice totale de la monoamine oxydase-A. À une concentration de nicotine de 0,6μM (une concentration " physiologique " dans le sang), l'activité inhibitrice totale de la monoamine oxydase-A mesurée dans ces échantillons était suffisante pour inhiber l'enzyme d'environ 10 %. De cette activité inhibitrice, seule une petite proportion du total s'est avérée être due à l'harmane et au nor-harmane. Ces résultats montrent que l'harmane et le nor-harmane ne contribuent que modérément à l'activité inhibitrice totale de la monoamine oxydase-A de la fumée de tabac, peut-être moins de 10 %. Cela suggère que d'autres inhibiteurs (connus ou inconnus) pourraient contribuer de manière plus significative à l'activité inhibitrice totale que ce qui a été établi jusqu'à présent, et méritent d'être examinés de plus près.

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/28057462/

En France, Jean-Pol Tassin avait publié des travaux (impossible de les retrouver) sur le rôle des IMAO dans la dépendance (mais une autre étude* pointe également des propriétés "renforçantes"). Il parlait aussi de "découplage". J'ai retrouvé un extrait :

Pour l’instant, nos données suggèrent qu’une fois qu’un animal est découplé, il ne se recouple jamais. Même privé de drogues pendant six mois, il est toujours découplé. Le découplage semble irréversible. Cela correspond à ce que disent les cliniciens et les fumeurs eux-mêmes : « j’ai arrêté depuis 10 ans et je sais très bien que si je reprends une cigarette, je repars ». C’est exactement le symptôme.

Je me demande si cette histoire de découplage n'a pas un rapport avec ce que tu dis sur les IMAO-B qui seraient irréversibles...j'aimerai bien comprendre quelles sont toutes les conséquences de ce dernier point ?

* https://www.jneurosci.org/content/25/38/8593


Posté par : Anonyme2021 | 18 mai 2021 à  01:09

 
#77 Posté par : Hilde 18 mai 2021 à  09:53

Anonyme2021 a écrit

Je me demande si cette histoire de découplage n'a pas un rapport avec ce que tu dis sur les IMAO-B qui seraient irréversibles...j'aimerai bien comprendre quelles sont toutes les conséquences de ce dernier point ?

Un bon article pour comprendre le sujet : https://www.psychiatrictimes.com/view/i … -revisited

MAOIs act by inhibiting the activity of MAO and preventing the breakdown of monoamine neurotransmitters (serotonin and NE), thereby increasing their availability. Inhibition may be reversible or irreversible. When an MAOI covalently binds to the enzyme, it is irreversibly inhibited and the enzyme is permanently deactivated. Enzyme activity cannot be restored until the body replaces the enzyme through new enzyme synthesis. Restoration of full activity can take up to 2 weeks.

Anonyme2021 a écrit

Mais j'ai l'impression que l'e-clope ne permet justement pas de rompre totalement avec le produit, de passer à autre chose. Elle entretient peut-être certaines habitudes, le fait d'avoir un truc dans les mains, l'impression de "fumer sans fumer", etc. Perso je suis content d'avoir fait sans.

En fait lors de ma première tentative d'arrêt via une diminution de ma consommation et l'utilisation d'une e-cigarette de 2è génération, j'ai abandonné l'e-cigarette au bout de quelques mois, et ai réussi à m'en tenir un certain temps, au moins 6 mois, à une diminution drastique de ma consommation avant de rechuter. Cela m'avait demandé beaucoup d'efforts.

Après cette expérience, ayant gardé un mauvais souvenir de la vape je voulais réussir à arrêter sans substitution et pendant les années qui ont suivi j'ai fait plein de tentatives d'arrêt ou de baisse de consommation qui ont toutes échoué lamentablement.

Autrement dit, moi aussi je voulais faire sans, et j'aurais préféré faire sans. Mais je n'ai pas réussi. C'est quand j'ai lâché prise sur l'idée de faire sans que j'ai pu faire avec et laisser tomber le tabac.

Je comprends donc très bien ce que tu veux dire et tu as parfaitement raison, je n'ai pas totalement rompu, non avec le tabac mais avec "des habitudes" associées à la prise de nicotine, et j'ai substitué une addiction à une autre.

Clairement, ce n'était pas mon premier choix, c'était mon deuxième choix, mais je suis bien contente de l'avoir eu à disposition car le premier ne fonctionnait pas pour moi.


Posté par : Hilde | 18 mai 2021 à  09:53

 
#78 Posté par : Anonyme2021 19 mai 2021 à  00:49

Hilde a écrit

Un bon article pour comprendre le sujet

Ah merci ! Du coup c'est pas permanent (tant mieux), juste le temps que le corps remplace les enzymes par de nouvelles...

Pour le reste, le principal reste que tu as pu réduire les risques et arrêter de fumer. Perso la e-clope n'existait pas lors de mes arrêts, mais de toute façon j'avais suffisamment réduit pour ne pas avoir besoin de substitut nicotinique. Mais c'est sûrement un outil bien utile.


Posté par : Anonyme2021 | 19 mai 2021 à  00:49

Remonter

Pied de page des forums