Legal high : comment ils ont décollé en Grande-Bretagne ? / Les Blogs de PsychoACTIF

Legal high : comment ils ont décollé en Grande-Bretagne ? 



L'industrie des legal highs n'a cessé de croÎtre en Grande-Bretagne , avec un nombre de magasins estimés à  plus de 250, et  alors que le pays est considéré comme une « plaque tournante internationale » pour les acheteurs en ligne .

Une étiquette " produits chimiques de recherche » (research chemicals)  est souvent utilisée comme un moyen pour les fournisseurs de legal high pour promouvoir leurs marchandises, sous le prétexte juridique qu'ils sont tous achetés par des chercheurs pour des expériences scientifiques. Malheureusement, les récentes tragédies, comme la mort à  18 ans d'Adam Hunt, soulignent le potentiel en coût humain car les gens expérimentent des substances dangereuses et non testées.

Les décideurs ont débattu comment faire face à  ces dangers. Interdire des substances tels que la méphédrone a suscité des controverses, avec des chiffres montrant une hausse de sa popularité depuis l'interdiction.

David Cameron était auparavant désireux de poursuivre des " méthodes alternatives" pour faire face aux  problèmes de drogue. Aujourd'hui , il a été accusé de se « dégonfler », alors qu' il s'est déplacé vers une position plus ferme .

HuffPostUK a traqué un des hauts initiés des legal high pour en savoir plus. Nous avons rencontré quelqu'un qui  se fait appeler "Midas" , fondateur du site communautaire sur les legal highs " Chem 'R' Us  » .

Donc, Midas , en combien de temps l'industrie des legal highs a grandi en Grande-Bretagne ?

Le marché des legal high au cours des années 90 a été principalement peuplée par un groupe restreint de psychonautes qui ont utilisé de nouveaux produits chimiques pour en savoir plus sur leurs bénéfices ou explorer leurs effets sur l'esprit. Cela a duré jusqu'au début des années  2000, lorsque la substance chimique méphédrone ( 4 -MMC ) a été «redécouverte» et synthétisée par un chimiste israélien .

Le Royaume-Uni a été attiré rapidement et plus tard dans la décennie des boutiques en ligne ont commencé à  en vendre en raison de sa jolie marge. Il est devenu un hit dans la scène club du Royaume-Uni et les ventes de cocaïne ont chuté de plus de 70% . Après beaucoup d'attention des médias dans les tabloïds locaux et nationaux, les ventes de ce produit ont explosé et en Avril 2010, une interdiction de la substance dans le Royaume-Uni était en place, conduisant à  une augmentation de l'utilisation de ce produit.


/forum/uploads/images/1385/1385144073.png



Ayant eu un avant-goût des profits que pouvaient rapporter ces reserach chemicals, les entreprises ont commencé à  passer des contrats avec la plupart des chimistes chinois pour qu'ils «inventent» ou « réinventent » plusieurs substances qui ont des effets  similaires tout en conservant un statut légal.

L'attitude agressive d'interdiction du gouvernement vis à  vis de ces nouvelles substances a causé un effet boule de neige avec de plus en plus de «nouveaux» produits chimiques synthétisés et mis sur le marché, certains sans aucun profil de sécurité, à  l'opposé de ceux qui ont déjà  été interdits et donc essaysé et testés dans une certaine mesure. Alors que les législateurs ne peuvent pas faire face à  ce phénomène, plusieurs entrepreneurs ont ouvert des  boutiques  en raison de l'attraction des usagers combinée à  un profit énorme.

L' attention de plus en plus  grandes des médias  au cours de ces dernières années a contribué à  faire croitre cette industrie dans des proportions massives avec de plus en plus de «nouveaux» produits chimiques entrant sur le marché .

Combien font les vendeurs de legal highs ? Des milliers de livres ? Millions ?

Tout dépend de leurs tactiques de marketing, de leur réputation et du fait qu'ils se livrent à  la vente en gros  ou ont simplement pour but de répondre aux «chercheur» .

Est ce que le gouvernement devrait réprimer plus durement le marché des legal highs  ?

La pire chose à  propos de l'interdiction des legal highs, c'est qu'elle va causer plus de dommages aux jeunes, car ca ne va pas les arréter des consommer lors d'une fête ou d'un événement social . Ca ne va pas arrêter non plus les laboratoires en Chine de les produire et les entreprises de l'Ouest de les vendre .

Avec les nouveaux legal highs dont on ne sait rien et qui arrivent  sur le marché en raison de l'interdiction récente et les legal highs anciennement légaux qui se retrouvent sur le marché noir à  des festivals, le gouvernement a tout faux  et la saison des festivals de cette année révélera si c'est le cas.

Comment une interdiction affecte les vendeurs de legal high et l'industrie ?

Les entreprises sont obligées de faire des rabais massifs sur leur stock de legal high bientôt interdits. Pendant ce temps, les consommateurs s'approvisionnent, en commandant de grandes quantités et certains vont le faire afin de les revendre sur le marché noir .

Les fournisseurs britanniques envoient leurs restes de legal highs bientôt  interdits à  l'étranger pour d'autres sociétés là  où ces produits ne sont pas interdits, et les entreprises travaillent ensemble avec des chimistes dans les laboratoires en Chine pour produire quelque chose d'autre qui n'est pas couvert par l'interdiction et aurait des effets similaires. Souvent on ne sait rien à  propos de l'effet de la substance chimique et de son dosage, cela ajoute un danger supplémentaire .

Que devrait faire le gouvernement être fait pour réduire les risques ?

Ils devraient obliger les entreprises qui vendent ces produits à  inclure le nom chimique du produit qu'ils vendent et ne pas permettre aux fournisseurs de lui donner un nom  fantaisiste comme "Jolly Green Granules " , ou "Brain Blast Powder" que les consommateurs ne peuvent pas utiliser pour obtenir des informations .

Combien de fournisseurs de « produits chimiques de recherche » ne sont que des façades pour les legal highs ?

La plupart des boutiques en ligne de research chemical que vous rencontrerez vendent leurs produits juste  comme « produits chimiques de recherche  » parce qu'ils y sont forcés par la loi. Que ces produits chimiques soient effectivement utilisés à  cet effet  est douteux .

Il y a cependant quelques boutiques de produits chimiques de recherche qui ne fournissent seulement qu'à  cette fin, comme Abcam biochimiques, Cayman Chemical , et Sigma -Aldrich .

Catégorie : Research Chemicals - 22 novembre 2013 à  19:20

#research chemicals #legal high



Commentaires
#1 Posté par : Disturb 23 novembre 2013 à  10:44
Ultra interressant !!!!

bien joué les potos super

Posté par : Disturb | 23 novembre 2013 à  10:44

Remonter

Pied de page des forums