Lettre à coeur ouvert à un médecin. / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » Lea2108 » 
 

Lettre à coeur ouvert à un médecin. 



J’avais à cœur de parler avec le médecin qui est devenue mon amie par la suite et que j’ai je pense injustement diabolisée.

J’ai été honnête avec elle, maintenant que j’ai mon médecin de famille derrière, j’espere quelle ne le montrera pas à d’autres médecins.

J’ai tenté l’honnetete, je ne sais pas si l’honnêteté paie de nos jour j’ai tendance à croire que non.

Puis je me dis il y a le secret médical et je lui envoie ça je lui déballe le tout :

Coucou ça va ?

J’espere que oui.

Je vais être honnête j’espere que tu me comprendras

Moi ça ne va pas trop, je me lève tous les jours à 4h du matin, avec de grosses nausées et la diarrhée.

J’ai vu une addictologue, elle m’a dit que ce sont des symptômes de manque, ce que j’ai vécu du mois de mai jusqu’à mi août elle a diagnostiqué un syndrome de sevrage, elle a augmenter la dose à 1 lexomil et un quart ça allait mieux beaucoup mieux plus aucun symptômes. Mais aujourd’hui ça marche plus elle m’a dit que c’etait un risque possible quand on a une demie vie courte comme le lexomil.

J’ai aussi parlé longuement au téléphone avec mon psychiatre à .... , il me suivait quand j’etais jeune pour mes problèmes avec mes parents et par rapport aux décès , il ne m’a rien prescrit, juste dit d’augmenter le lexomil, il ne m’a pas trouvé dépressive, mais il a diagnostiqué de son côté un choc post traumatique lié au sevrage qui m’a énormément choquée j’ai cru mourir il m’a expliqué que c’etait comme si quelqu’un m’avait agresse dans la rue, ben je l’ai ressenti comme ça une atteinte à ma vie voilà ce que lui il en dit, il me connaît depuis petite j’ai confiance en son diagnostic et je suis d’accord avec lui.D’ou le fait que j’ai mes règles tous les jours apparement.

Je reste encore très choquée aujourd’hui je ne pensais pas que de tels symptômes étaient possible pour 1 comprimé par jour, je suis extrêmement choquée ces symptômes a l’arret des vertiges, une angoisse démultipliée, je réveillais Juan a 4h tous les matins, une insomnie incroyable, une envie permanente de vomir, ne plus pouvoir manger, lorsque je pouvais me déplacer on me demander toujours : Tu es malade il se passe quoi ?
Bref ça a été très traumatisant et plus jamais de ma vie je veux revivre une telle chose.

Sincèrement je préfère garder un traitement à vie plutôt que subir ça.

Le psychiatre est aussi dans l’optique que ce n’est pas le moment que je ne suis pas du tout prête déjà car je ne suis pas d’accord mais surtout à cause du contexte familial, au niveau de la sécurité sociale il est au courant, du chômage, de ma précarité ect j’ai eu une vie très difficile et pour moi ça c’est insurmontable, je pourrais jamais arrêter et m’infliger moi même de la souffrance c’est impossible.

J’ai jamais rien touché dans ma vie pourtant j’en ai eu l’occasion mais jamais j’ai touché à la drogue ou l’alcool et je suis extrêmement choquée d’une dépendance aussi grande à un médicament.

J’ai pas du tout envie d’arreter, j’arreterais certainement jamais car me rendre malade est pour moi inconcevable, et le docteur ***** il m’avait pas prévenu de tels symptômes à l’arret et aussi l’existance d’un syndrome de sevrage prolongé qui mets au bas mot 3 ans de ta vie en l’air dans le meilleur des cas je ne peux pas affronter ça.
C’est au dessus de mes forces.
Je risque pas ma vie à des syndromes qui peuvent durer 3 à 10 ans.
Je le supporterais jamais j’ai pas la force contre la douleur. Je veux pas perdre ma vie.
L’addictologue m’a dit que c’etait plus difficile qu’un sevrage a l’héroïne je suis tombée de 10 étage moi qui me suis toujours éloignée des drogues bien présentes dans ma famille.

Seulement voilà, même en ayant augmenter le lexomil les symptômes reviennent les réveils à 4h, les fortes nausées aussi, les diarrhées ect ça recommence.
Le lexomil n’est plus stable en moi et le manque est là je reconnais maintenant les symptômes.

L’addictologue me conseille fortement de passer au Valium, ( j’ai une lettre de cette dame ) moi j’en ai peur de ce médoc, mais c’est ce que dis l’HAS, d’autres médecins m’ont parlé du lyxansia.

Je suis complètement perdue je suis d’accord à arrêter le lexomil puisqu’il me rends malade à le substituer à je ne sais pas lequel encore, mais j’envisage pas du tout de sevrage ça faut bien le comprendre.

Si tu veux m’aider me dire ce qui serait le mieux pour moi, de switcher ou pas pour que les symptômes partent, quel est le médicament le moins pire des deux, et si tu es d’accord à me suivre sachant que je veux pas arrêter et ça risque pas de changer vu les risques à très long terme et les symptômes très handicapants que ça entraîne.

Si tu ne veux pas ce n’est pas grave, mais je ne compte pas du tout arrêter mais je ne me sens pas bien avec le lexomil.

Et je n’ai aucun pathologie psychiatrique j’allais très bien avant ce sevrage.

Voilà, dis moi ce que tu en penses.

Bisous à vous 3

Lettre ouverte à un médecin ....

Catégorie : Autres - 12 septembre 2018 à  19:22



Remonter

Pied de page des forums