Méthode 2020 : La séparation de l’opium de la Lamaline / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » Kinkazma » 

Méthode 2020 : La séparation de l’opium de la Lamaline 



La séparation de l’opium de la Lamaline :

Pour séparer les 3 substances présentes dans le médicament, il faut déjà avoir une idée des proportions. (Cela va aider à connaître la pureté des produits.)
Il y a 300mg de paracétamol ;
30mg de caféine ;
10mg de poudre d’opium.

Il existe diverses méthodes (détaillées à la fin), mais partant du principe que tout le monde n’a pas le matériel d’un laboratoire ; il m’a fallu trouver comment faire avec un matériel restreint. Une cuisine, et Internet et des marchants.

Vous aurez besoin de :
– 2 bêcher (verre ; gobelet... récipient) ;
– 1 cuillère (tige métallique) ;
– 8 doses d’éthanol (alcool ménager sans odeur) ;
– 2 doses de Lamaline ;
– 1 filtre à café ;
– 1 tamis (maillage inconnu sorry !) ;
– 1 lame (couteau ; rasoir unique...) ;
– Toutes les gélules vidées ;
– 1 balance de cuisine.

J’ai tout d’abord théorisé, puis mis en pratique pour valider.

J’ai commencé par observer la Lamaline à la loupe. Puis remarqué des fragments de diverses tailles. Mais n’ai pas pu différencier l’opium du reste.

En analysant l’histogramme, j’ai pu supposer que l’opium était chimiquement collé au paracétamol, chose qui nous arrange.

J’ai donc approfondi et observé au microscope optique. Puis par un ingénieux montage, à l’aide d’une lampe de poche de 1000 lumens j’ai pu observer à la loupe (grossissement 400x) les diverses particules.

La caféine est séparée du paracétamol, mais ce n’est pas le cas de l’opium.

Voici le protocole que j’ai déduit :

– Peser l’intégralité de vos gélules pleines et noter ça dans un coin.
– Tout d’abord retirer la caféine ;
– Retirer le paracétamol ;
– Retirer les produits ajoutés entre temps ;
– Vérifier les proportions des diverses substances pour mesurer l’impureté ;
– Récupérer la substance.

Au microscope j’ai pu remarquer que la caféine faisait de petits amas plus gros que la poudre si fine qu’est le paracétamol+opium.
C’est donc naturellement que j’ai décidé de retirer le plus gros.

La première étape est de se rendre sur internet et de trouver un tamis.
Prenez un tamis pour la farine la plus fine qui soit au minimum. Le plus fin, c’est le mieux.
Je ne préciserais pas la taille du maillage, car je ne me souviens plus comment calculer la largeur d’un objet dans mon microscope.

Ce qui reste dans le tamis, vous l’aurez deviné c’est la caféine. Mettez-la de côté (très utile en cas de coup de mou).
https://tice.ac-montpellier.fr/ABCDORGA … feine.html

Il reste donc l’opium et le paracétamol.
Certains pensent à l’eau... froide. Mais c’est la méthode la plus inefficace que je connaisse.

https://pubs.acs.org/doi/10.1021/je990124v#

Voici la réponse sur la méthode pour dissoudre le paracétamol.
L’alcool !
L’éthanol à 90%. On le trouve en supermarché, mais il a souvent une odeur. L’alcool qui me paraît être parfait c’est celui des flacons mercurochrome. Par contre le prix est plus conséquent.
« Mon droguiste » vend des produits ménagers, dont l’éthanol.

Il n’y a pas de quantité à ne pas dépasser pour ce qui est de l’éthanol, mais selon mes expériences sachez que 20% (1 dose contre 5) de poudre contre 80% d’alcool à 90°.
(Surtout, ne prenez pas d’alcool comestible comme le rhum/vodka/absinthe/gnaule...!! Il restera de l’eau.)

Dans votre récipient se trouve l’objet de votre désir et le paracétamol.
Touillez, touillez... touillez !!
Pendant une ou deux minutes.

Puis laissez reposer pendant plusieurs minutes, 5/10/15. À vous de voir ; ça dépend de la quantité initiale. Je l’ai fait pour deux gélules et 1 minute a suffi.

Enfin, prenez votre filtre à café et versez dans votre second récipient. Le contenu du premier. Il vous reste la poudre.
Laissez sécher, ou raclez le filtre avec une lame.
(Si vous comptez consommer immédiatement il suffit de verser après que le fond du récipient se soit concentré. Et de garder cette partie. De l’allumer et respirer. Des informations sont encore à suivre.)

Avec les gélules vides, vous pouvez reprendre la caféine et remplir légèrement !! les gélules avec. (Trop=arrêt cardiaque)
https://tice.ac-montpellier.fr/ABCDORGA … feine.html

Vous pouvez stocker l’opium.
Et vous pouvez stocker le paracétamol qui contient encore un peu d’opium une fois l’alcool évaporé.

Puis enfin pesez à nouveau toutes vos gélules vides ou non, vos diverses poudres.
Le but étant d’avoir le même poids qu’au début (c’est un multiple de 340), sinon vous avez raté la manipulation et perdu de la matière, mais ce n’est pas grave. Si vous prenez X gélules : vous aurez 340*X grammes de substance au début. (En théorie, mais la pratique nécessite une vérification réelle.)

Le pire serait de ne pas avoir un bon résultat à ce qui va suivre :

– Pesez le paracétamol :
Il y a 88.2% de paracétamol.
Soit X* 300mg
Pour une gélule, il y aurait 300mg de paracétamol à la fin en théorie.

– Pesez l’opium :
Il y a 2.94% d’opium.
Soit X* 10mg
Pour une gélule, il y a donc 10mg d’opium à la fin... en théorie.

– Pesez la caféine :
Il y a 8.82% de caféine.
Soit X* 30mg
Pour une gélule, il y a donc 30mg de caféine à la fin. En théorie.

En additionnant les poids respectifs, vous devez obtenir le poids du début. Pas de panique il va en manquer. 5% maximum si tout va bien.

Le point particulièrement important à surveiller est que le pourcentage d’opium à la fin ne dépasse pas 3%. (2.94% dans l’idéal... voir moins.)

Si vous avez du mal avec les mathématiques, c’est simple :
– Prenez le poids d’opium final, divisez-le par le nombre de gélules, et divisez par 3.4.
Ou :
– Prenez le poids final, divisez par le poids initial (théorique), et divisez par le 3.4 puis multipliez par 10.

Pourquoi 3.4 ? (300+30+10=340 et pour les pour-cent on doit avoir 100, et 340/3.4=100)

Si on veut juste avoir la pureté en pourcentage, il faut faire :
Avec Qr la quantité réelle, et Qt la quantité théorique.
(1/(Qr/Qt))*100
Ce qui se simplifie par : 100Qt/Qr

Exemple :
Si j’ai 40 gélules, j’ai donc 400mg d’opium théoriquement en fin d’expérience. Mais, moi, j’en ai 430mg.
(100*400)/430 = 93%


Il faut savoir qu’une grande partie des opioides contenus dans l’opium sont soluble, peu soluble, ou très solubles dans l’ethanol. C’est pour cette raison que les deux parties contiennent de l’opium ; enfin des portions. Vous ne pourrez probablement pas avoir 93%. Ni même 80%.
J’ai fait un peu plus de 80% une fois.

D’autre part, si vous comptez respirer les vapeurs d’opium il n’est pas forcément utile de faire sécher ni de filtrer. Mais je le conseil tout de même.

Faites attention à votre éthanol, parfois il lui est ajouté des produits olfactifs qui sont dangereux à la consommation, surtout dans l’éthanol ménager.
L’éthanol dont je puisse me porter garant c’est le mercurochrome 90%.
Je pense sans certitude que sur « MonDroguiste » on trouve l’éthanol pur à 90% sans additifs.

Parlons maintenant de l’extraction à l’eau. N’étant pas un grand connaisseur, je vous dirais simplement que je pense judicieux de retirer la caféine avant tout de même.
En mettant la poudre dans un grand tube, puis en secouant latéralement, puis en l’allongeant pour faire lentement couler tout en faisant tourner : la poudre ça se répartir de telle sorte à ce que les particules fines reste au fond et les grosses au bord. La caféine étant grosse il suffit de la faire couler pour l’enlever. Le tour est joué.
Je n’ai jamais essayé la méthode de l’eau. Ne consommant pas de drogue cette méthode ne me permet pas de reconstituer mes médicaments à la fin.


Les notions de chimie :

https://tice.ac-montpellier.fr/ABCDORGA … AUDANOSINE

Solubilité des produits :

- Paracétamol : Eau:10 g.L-1 à 20 °C ; 250 g.L-1 à 100 °C ; Ethanol: soluble ; Ether: très peu soluble.
- Caféine : chloroforme : soluble ; eau et éthanol : légèrement soluble.  

Parmi les molécules présentes dans l’opium :

- Morphine : insoluble dans eau, éther, acétone. Un peu soluble dans l’éthanol. Soluble dans le méthanol et la pyridine.
- Codéine : Éthanol, éther, benzène, chloroforme.
- Thébaïne : Très soluble dans l’éthanol et le chloroforme ; soluble dans le benzène ; légèrement soluble dans l’éther ; insoluble dans l’eau.
- Papavéraldine : soluble dans le benzène et le chloroforme ; légèrement soluble dans l’éthanol et dans l’éther ; insoluble dans l’eau.
- Papavérine : Très soluble dans l’éthanol, le chloroforme ; soluble dans l’acétone, le benzène, la pyridine ; légèrement soluble dans l’eau.
- Narcéine : Ethanol.
- Narcotine : Le composé lévogyre est soluble dans l’éthanol, la propanone, le benzène, le chloroforme.
- Laudanosine : inconnue.

- Dans l’idéal il faudrait un mélange de 15% de méthanol ; 45% d’éther ; 40% de chloroforme, pour séparer l’opium du paracétamol et filtrer simplement le tout avec le filtre à café. Mais il est particulièrement difficile de se procurer ces produits. D’autre part le méthanol est un poison pour le corps humain (l’éthanol aussi, mais beaucoup moins) ce qui signifie qu’il faut attendre que la poudre soit parfaitement sèche. Pour cette méthode, il suffit de remplacer l’éthanol de mon protocole par ce mélange. Et bien sûr dans le filtre il reste le paracétamol et le peu de caféine restant. Il faut laisser s’évaporer le tout.

- Sinon il reste une méthode beaucoup moins efficace à cause des taux d’ébullitions des produits inférieurs à celui de l’eau. En effet le paracétamol est très soluble dans l’eau à 100°C, mais les opiacés entrent en ébullition aux alentours de 80°C pour les plus fragiles. Après avoir filtré la caféine au tamis, il suffit d’introduire la poudre dans l’eau bouillante, et mélanger très intensément, et dans le temps le plus court possible filtrer à travers un filtre à café le liquide et son dépôt d’opium.



En conclusion :
L’éthanol seul ne permet pas de conserver l’intégralité des composants de l’opium, mais constitue le meilleur compromis. Surtout pour la rentabilité.
L’extraction à l’eau reste un excellent moyen mais telle qu’elle est répandue n’est pas une solution viable.

J’ai une formation scientifique, je vérifie ce dont je parle, je teste et expérimente. Même si ma documentation est sérieuse ; je ne suis pas un chimiste de profession.
D’ailleurs je n’ai jamais consommé de drogues, et serait par conséquent incapable de dire si oui ou non mon opium est bon. Raison pour laquelle je ne l’ai pas utilisé. Essayez par vous-même : c’est toujours la meilleure méthode.

Catégorie : Expérimental - 07 avril 2020 à  06:50

#ethanol #Extraction #lamaline #opiacés #Opioïdes #opium

Reputation de ce commentaire
 
Bravo pour toutes ces connaissances, merci ! C.
 
Merci !



Commentaires
#1 Posté par : Caïn 04 février 2021 à  15:38
Mais une fois que tu as reconstitué les différents composants, qu'est-ce que tu en fais (si ce n'est pas indiscret) ? Puisque tu n'es pas consommateur.
Et en tout cas merci de partager ta science !

Posté par : Caïn | 04 février 2021 à  15:38

 
#2 Posté par : Kinkazma 04 février 2021 à  15:56
C’est une bonne question, pour la plupart des premiers jets, j’ai considéré le produit de trop mauvaise qualité et que j’ai simplement jeté. *

L’un des jets ainsi que le meilleur ont été mis en flacon de verre brin comme trace de l’expérience, l’un pour comparer et montrer mon progrès.

*pour le jeter j’ai quand même voulu le rendre irrécupérable. Donc je l’ai mis aux toilettes. Dilué dans les égouts ça me paraissait plus sage que dans une poubelle dans un gros flacon marqué opium.

Posté par : Kinkazma | 04 février 2021 à  15:56

 
#3 Posté par : Zazou2A 04 février 2021 à  17:02
Yop,

Dans ta methode tu ne tiens pas compte des différents excipients que contient le Lamaline en plus des produits actifs

Puis je trouve perso, que ça fait énormément de manip, pour recup les 10mg de poudre d’opium (opium à morphine, pharmaceutique donc qui titre a 10%) soit à peine 1mg de morphine (si on compte quil n’y a aucune perte)

Je saurais pas dire si la méthode est efficace ou non, en tout cas je n’ai pas l’impression qu’elle soit forcément intéressante dans le sens : temps investis + nombre de manip par rapport au résultat possiblement obtenus

Perso je crois que le plus prudent reste de considérer le potentiel récréatif du lamaline comme particulièrement limité
Néanmoins la synergie poudre d’opium/para et caféine en fait un anti douleur efficace pour quelqu’un de naïfs aux opi

drogue-peace

Zaz
Reputation de ce commentaire
 
Oui...les excipients ! Et effet recréatif limité...si c pour 2 gélules, pas beso

Posté par : Zazou2A | 04 février 2021 à  17:02

 
#4 Posté par : Caïn 04 février 2021 à  18:29
Evidemment jeter le produit est plus sage mais tu aurais pu faire des heureux autour de toi qui auraient volontiers récupéré l'opium. Récemment, je suis tombé par hasard sur une gélule de méthadone de 60 mg sur le trottoir, ça m'a fait un extra... extra. Ceci dit je comprends, il y a aussi le risque qu'un enfant tombe dessus par malchance.
Mais j'en viens à ce qui m'intéresse, j'ai au moins deux boîtes de Lamaline. N'ayant  pas possibilité de me procurer le mélange éthanol, éther, alcool à 90 ° que tu préconises, je pensais (moi en revanche je suis consommateur et apprécie les opiacés) procéder comme ça.
- Pour virer la caféine, je suivrai ta méthode du tube transparent (ça, j'en ai un, type tube à essai), je pense avoir pigé le truc, les plus grosses particules tombent d'abord, c'est la caféine.
Ensuite n'ayant plus a priori que la poudre qui contient opium + paracétamol, je ferai une extraction à l'eau froide. (C'est assez simple là aussi.)
Pour tester, dans un premier temps, comptant plutôt l'ingérer (tel Thomas De Quincey), je boirai la potion amère. (Quitte une autre fois à tenter la méthode d'évaporation pour récupérer la poudre.)
Qu'en penses-tu ?

Posté par : Caïn | 04 février 2021 à  18:29

 
#5 Posté par : Kinkazma 04 février 2021 à  21:13
Avec le tube, c'est plus simple de le garder droit, de le faire vibrer, puis de le faire tourner sur lui-même en l’inclinant. Faire tomber quelques grains, et recommencer.

Utiliser l'eau, est assez peu efficace, comme je l'ai dit.
Je te conseille d'utiliser un filtre à café quand même, et de faire s'évaporer au bain marie.
D'ailleurs, tu peux saler ton eau pour réduire son point de fusion, et de commencer avec de l'eau bien froide.

D'ailleurs tu peux aussi utiliser de la vodka, ou un alcool consommable pour abaisser le point de fusion.
Plus l'eau est froide et moins le paracétamol sera absorbé. Tu peux donc carrément remplacer l'eau par la vodka, et ça empêchera encore plus le paracétamol d'y entrer. Par contre l'évaporation sera odorante, longue et probablement inévitable.

Posté par : Kinkazma | 04 février 2021 à  21:13

 
#6 Posté par : Caïn 05 février 2021 à  09:51
Merci Kinkazma,
Mais Apparemment tu as une petit problème d'édit (ton dernier post apparait quatre fois).
Quand tu parles de point de fusion, c'est le moment où l'eau se transforme en glace ?
Tu sais le but c'est d'éviter d'avoir trop de paracétamol, qu'il y en ait un peu tant pis. Et pour la caféine, c'est à la limite moins grave s'il en reste puisque ce n'est pas aussi néfaste que le paracétamol, c'est même un bon stimulant.
Et puis tu sais quand on est consommateur de drogue, on sait bien que l'on ne fait pas forcément du bien à notre corps. 
Sinon je vois bien l'intérêt de l'évaporation si tu comptes fumer l'opium obtenu. Mais si tu comptes l'avaler, ça n'a pas une grande utilité, si ?
(D'autant que je crois qu'il faut éviter l'ébullition, donc c'est là aussi compliqué.)
Merci encore de tes réponses,
C.

Posté par : Caïn | 05 février 2021 à  09:51

 
#7 Posté par : Kinkazma 05 février 2021 à  14:47
Le point de fusion, c’est le changement d’état. Liquide/solide dans ce cas.

Si tu mets de l’alcool à 40° (donc 40% alcool et 60% eau [en gros]) et que tu bois ça direct, avec l’opium c’est possiblement violent. Donc l’évaporation va d’abord retirer l’alcool, puis l’eau. Le bain marie va éviter que le liquide ne boue, quand celui autour le fera. Donc tu prend un bol, tu mets ton liquide dedans et tu mets ton bol à bouillir.

De mon point de vue, si tu peux virer un machin susceptible de bousiller ton foie, pourquoi t’en priver ? Et si tu compte épargner ton cœur, retirer la caféine même partiellement est à mon sens une nécessité.
Entre rechercher un état particulier et vouloir se détruire il y a une marge. Elle s’effrite quand on cherche cet état à n’importe quel prix, même celui de notre corps. Qui plus est pour une question d’effort à fournir.

Enfin l’alcool ne pas pas retirer tout le paracetamol non plus, mais 36% de plus au moins que l’autre méthode.
L’alcool absorbe 10x moins de paracetamol que l’eau, et peut absorber l’opium. Chose pratique il s’évapore aussi plus vite que l’eau.

Pour résumer :
La méthode de l’eau froide est inefficace car optimisable avec peu, et surtout dangereuse en cas d’inadvertance ou d’utilisation fréquente.

Celle que je te propose ici sera plus compliquée, quoique pas tant que ça.
Plus sûre, et surtout moins dangereuse en cas d’inadvertance.
Je m’explique.
Tu peux retirer une bonne partie de la caféine avant, puis séparer avec de la vodka qui ne gèle pas l’opium et le paracetamol et cela sans avoir à tenir compte du gèle qui bousillerait ton process.
Quoiqu’il arrive tu aura un meilleur taux d’opium vis à vis du paracetamol : plus d’opium et moins de paracetamol que dans l’autre version.

Le bémol, c’est que pour éviter le coma éthylique (en vrai ça doit passer 300ml de vodka) il va te falloir faire s’évaporer l’éthanol avec un bain marie. T’arrêter quand il n’y en plus, ce que tu devrais voir au goût ! Ou poursuivre pour obtenir une pâte (teintée du goût de ta vodka...)

Posté par : Kinkazma | 05 février 2021 à  14:47

 
#8 Posté par : Caïn 05 février 2021 à  18:28
Bon le soucis c'est que je n'avais pas de vodka. De toute façon, c'était un coup d'essai. Voilà comment j'ai procédé.
J'ai pris six gélules que j'ai vidées, et mises dans mon tube transparent. Je pense avoir bien réussi le procédé que tu expliques pour virer la caféine. Les plus gros grains se détachaient et tombaient. J'ai renouvelé plusieurs fois jusqu'à n'avoir plus que la poudre fine dans le tube.
Je l'ai versée dans un verre contenant en gros 15 cl d'eau déjà froide (sortie du frigo). J'ai bien mélangé, surtout en surface (en fait j'aurais dû faire l'inverse mettre la poudre dans le fond du verre avant l'eau, tant pis ce sera pour la prochaine fois).
J'ai salé généreusement, suivant ton conseil. Mélangé et mis 20 mn au congélo, en surveillant, et en mélangeant un peu de temps en temps pour éviter que ça ne gèle.
Le mélange gelé, couleur brun moyen, je l'ai filtré avec un entonnoir plus filtre à café. En laissant au fond ce qu'il y 'avait (pas grand chose en fait). J'ai obtenu un mélange brun mais plus clair, transparent.
Je l'ai mis à évaporer dans une assiette creuse au bain-marie. Mais bon, j'ai réduit le mélange de moitié (je n'avais plus qu'un demi-verre).
J'ai bu, ça avait un sale goût amer et salé.
Niveau effet, pas grand-chose, ni bien ni mal. J'ai une petite tolérance aux opiacés étant sous traitement subutex 1 mg (je n'en ai pris que la moitié ce matin).
Donc bon, à refaire avec une demi-boîte, voire une boîte. Et en prenant le temps de faire évaporer l'eau, ne serait-ce que pour essayer de fumer l'opium obtenu.

Posté par : Caïn | 05 février 2021 à  18:28

 
#9 Posté par : Kinkazma 05 février 2021 à  18:43
Je m'y attendais. N'importe quel alcool à 40° ou plus c'est bon.
Me semble-t-il, malgré le gout c'est plus fort en injestion, possiblement en "cataplasme" dans la bouche. Les cellules bucales sont très poreuse.

Posté par : Kinkazma | 05 février 2021 à  18:43

 
#10 Posté par : Caïn 06 février 2021 à  11:12
Kinkazma,
En rajoutant un alcool de 40°, mettons à 40%, tu évaluerais à combien le filtrage du paracétamol, autour de 80 % d'enlevé, ou moins ?
De ton côté, comme tu disais avoir réussi à recréer des gélules contenant séparément, le paracétamol, la caféine et l'opium.
Si tu les as testés, as-tu relevé des effets spécifiques ?
Tu vois hier soir, c'était très supportable mais j'ai ressenti que ça me brassait au niveau du ventre ou plutôt du foie (mais c'est pas évident de distinguer).
Et sans grand effet opiacé notable, mais comme je te le disais j'ai une petite tolérance aux opis.
Pour la caféine, j'ai eu un ou deux coups de barre vers 21 heures. Mais au moment de me coucher, j'étais pas si fatigué. J'ai dû m'endormir vers minuit et j'ai bien dormi, donc pas de problème lié à la caféine, pas de nervosité non plus.

Bref si tu arrives à recréer des gélules qui te procurent les effets de chaque molécule, c'est très fort de ta part.
Tout le problème des Lamalines (et dans une moindre mesure de l'Isalgi), vient de là, il y a une trop forte concentration de paracétamol.
Pour la caféine, c'est en revanche compréhensible, elle vient contrebalancer les effets de somnolence induits par l'opium. Du moins elle devrait, mais comme l'opium est en trop faible quantité...
Mais pour finir je dirais qu'au moins le médicament a agi sur ce pour quoi il m'était prescrit. Je n'ai pas eu de douleurs dentaire, alors que mon dentiste est en train de préparer ma gencive, et même l'os sous la gencive, pour me poser un bridge.

Posté par : Caïn | 06 février 2021 à  11:12

 
#11 Posté par : Kinkazma 06 février 2021 à  12:54
Attends, je me suis trompé. J’étais crevé hier avec les 4 formations que je suis en même temps. Bon je reprends.

La solubilité du paracetamol est de 13([+ou-]1)g/L (d’eau) à 20°C
Donc si tu fais ta mixture, tu dois avoir 1/7 litre grand maximum. Pour être certain de ne pas te blesser.
Mais, ce chiffre ne tient pas compte de la température ni des adjuvants dans l’eau.
Il faut ajouter un produit qui abaisse le point de fusion et qui soit au pire consommable, au mieux extractible.

Donc d’après wiki :
Le paracetamol est « soluble dans 70 volumes d'eau, 7 volumes d'alcool à 95 %, 13 volumes d'acétone, 40 volumes de glycérol ou 50 volumes de chloroforme. Cependant, il est insoluble dans l'éther et le benzène. Le paracétamol est stable dans l'eau, mais sa stabilité diminue en milieu acide ou basique. Les mélanges de paracétamol sont stables dans des conditions humides. Cependant, les comprimés qui contiennent de la codéine ou du stéarate de magnésium se dégradent en diacétyl-p-aminophénol dans une atmosphère humide. »

Bon, hier j’ai fait de mémoire. Connerie. Une dose de paracetamol est soluble dans 70 d’eau, et dans 7 d’éthanol. Il est donc 10x plus miscible dans l’éthanol. C’est donc complètement con de prendre de l’éthanol puisque l’opium y est aussi soluble. Exit la Vodka.
J’ai encore confondu avec l’éther. Pourtant j’en ai parlé au tout début, c’est avec de l’éther qu’on sépare l’opium du paracetamol. Difficile d’en trouver.

Histoire d’être rigoureux, il faut connaître plus précisément le degré de solubilité du paracetamol dans l’eau en fonction de la température.
https://sci-hub.se/https://pubs.acs.org … /je990124v

On y voit qu’à 20°C c’est 12.78g/L
À 0°C c’est 7.21g/L
On remarque aussi sur la figure 3 que la croissance n’est pas linéaire. Donc baisser la température ne va pas baisser proportionnellement la solubilité.
On peut espérer qu’à -5°C le taux sera de 5g/L.

Revenons en la méthode de l’eau froide.
Il faut un produit comestible, qui abaisse le point de fusion de l’eau pour réduire la proportion de paracetamol.
J’ai parlé de sel :
L’eau saturée en sel (30% de sel) fusionne à -21.6°C. C’est par contre immonde.
Je pense qu’avec 12% voir 15% de sel, l’eau va fusionner vers -10°C.
http://www.chimix.com/an10/cap10/capesa11.html

Je pourrais chercher d’autres produits qui abaisseraient le point de fusion mais ça fait 2h que je regarde des études et ça me gonfle.

Donc pour un congélateur à -8 (-6 c’est mieux) on peut mettre 300ml d’eau et 32g voir 45g de sel. Faire un essai des deux voir si ça congèle. Si c’est liquide, ajouter la poudre (séparée de la caféine) et bien mélanger avant de laisser autant de temps qu’on veut, ça ne va pas geler !

Le problème c’est qu’en évaporant on va concentrer le sel et en déshydratant... on aura du cristal de sel à l’opium. (Ne jamais fumer de sel.)
Et dans tous les cas ce sera pas bon.

Avec ma méthode on retire 30% de paracetamol en plus, au minimum. Mais c’est pas bon.

Posté par : Kinkazma | 06 février 2021 à  12:54

 
#12 Posté par : Caïn 06 février 2021 à  15:17
Ha ha, merci Kinkazama,
Je ne suis pas chimiste et donc incapable de déchiffrer les schémas. Mais j'en arrive à la conclusion que le problème est presque insoluble. En dehors de l'éther point de salut. Ce qui voudrait dire que les méthodes de CWE (cold water extraction) que l'on trouve sur ce forum, pour le codoliprane par exemple, et ailleurs sont en réalité inopérante. Puisque l'on procède avec une eau trop chaude ou plutôt pas assez froide, au mieux à 1 ou 2 °.
Ceci dit ça ne m'étonne pas trop, j'en avais tenté une une fois, et j'avais eu mal au bide. Mais peut-être que pour la codéine c'est plus faisable.
En tout cas merci de tes réponses.
Si tu as le temps, jette un coup d'œil là-dessus :
https://www.psychoactif.org/forum/t1423 … .html#divx

Posté par : Caïn | 06 février 2021 à  15:17

 
#13 Posté par : Kinkazma 06 février 2021 à  15:49
Non c'est jouable en retirant la caféine au préalable.
Même sans le sel en fait. C'est juste pas très efficace.

Pour ton foie j'ai l’explication me semble-t-il.
D'une part, il n'est pas censé ressentir la douleur, donc si tu as mal, c'est ailleurs.
L'estomac, lui le peut. Souvent les indigestions qui suivent un repas trop gras s'accompagnent de douleurs dues à la vésicule biliaire et au pancréas qui offrent un effort les surmenant.
Malgré tout, parlons de ton foie. Tu ingères un certaine quantité de caféine, d'opium, et plus particulièrement de paracétamol. Ton foie est une usine, un alambic, un centre de traitement des déchets toxiques et des produits indigestes. Entre autres choses.
Quand un machin lui arrive, il l'identifie puis le découpe/l'assemble en/avec d'autres machins qui vont subir le même traitement jusqu'à ce que ton foie ait réussi à en faire des bidules utiles ou neutres.

Ce n'est pas facile à expliquer, mais à faire c'est plus difficile encore. Sachant que tu n'as pas été défoncé, ni excité... on peut faire l'hypothèse que c'était un peu trop de paracétamol. Donc ton foie a été maltraité, et ton corps a essayé de lutter en faisant taffer les organes de la digestion.
Tu me dirais que tu avais des nausées (même légères) je ne serais pas surpris. Quelques remontées acides...

Bref, si t'as suivi mes conseils, sur le dosage à ne pas dépasser pour que "au pire" il ne t'arrive rien, tu n'auras donc aucunes séquelles. cad la solubilité va définir combien tu peux mettre de gélules dans combien d'eau.

14g/L =1/4L donc environ 10 gélules pour 200ml si on veut être sûr. 250ml ça passe.

Posté par : Kinkazma | 06 février 2021 à  15:49

 
#14 Posté par : Caïn 08 février 2021 à  14:15
Bah en fait, ça corrobore mes expériences précédentes. Je me souviens avoir fait une extraction à froid de codoliprane (je dirais huit cachets).
Et bon, j'avais eu un petit effet opiacé mais j'avais aussi été gêné au niveau digestion. Alors que finalement en bouffant ne serait-ce qu'une une dizaine de néo-codion, ou même en sirop, j'avais l'effet codéine mais sans aucun problème digestif.
Alors peut-être que mes extractions à froid n'étaient pas super réussies mais j'ai quand même l'impression que le procédé est insatisfaisant.
Ou alors il faut vraiment le faire sans faute...

Posté par : Caïn | 08 février 2021 à  14:15

 
#15 Posté par : Caïn 13 février 2021 à  17:57
Salut Kinkazma,
Pour toi, on enlève combien de paracétamol avec une extraction à froid bien réalisée. 70, 80 % dans le meilleur des cas ?

Posté par : Caïn | 13 février 2021 à  17:57

 
#16 Posté par : Kinkazma 13 février 2021 à  19:11
On peut mettre 14g/Litres à 20°C, je l’ai déjà dit. Avec 300ml on aura dedans un maximum de 4.66g.
Pour maintenir un niveau de sécurité suffisant, on doit se contenter de 200ml d’eau.

Le paracetamol étant moins soluble dans l’eau froide, on peut monter à 400ml, mais si la préparation est ratée, c’est dangereux.

Tu peux aussi faire tes recherches toi-même. Ce que je fais pour toi, est accessible à n’importe qui avec Google scholar et Google standard. Dans une simple recherche : solubility+paracetamol
Tu peux y adjoindre « température » pour connaitre la solubilité à 5°C, par exemple. Ça n’est pas que je ne veux pas te répondre, mais que c’est un peu lassant si tu peux trouver la réponse seul en 10mn. Quand il me faut le même temps, alors que cette réponse n’est pas pour moi. Enfin.

Quand tu sais que tu as une dose totale de N grammes dans ta solution, et que tu sais que l’eau sature à 14g/L, (11g/L vers 5°C, mais c’est vraiment à vérifier), tu peux déterminer que c’est plus avantageux de saturer ton eau de paracetamol, qui restera en poudre au fond, et d’y mettre un maximum d’opium, puis séparer en doses faibles pour préserver ton foie. Donc prendre un petit paquet de 100ml, une à deux fois par jours. La limite de cette idée est la solubilité de l’opium dans l’eau. Aucune idée.
Sinon tu divises tes 14g par un nombre et si tu es en dessous de 3, tu divises l’eau par ce même nombre et dedans, il y a cette quantité, voir moins.

Pour en apprendre plus sur l’opium, je crois avoir partagé des liens en haut, ou ailleurs sur le site avec la codéine peut-être.


Donc à ta question il m’est difficile de répondre sans connaître avant la quantité que tu veux mettre. Exemple :
Avec 7 tonnes, tu peux en retirer 99.99% facile. Avec 12mg, 0.000...1%
Restons cohérents, si tu fais ça avec plus de 14g, c’est que tu peux en retirer à coup sûr. Sinon c’est à calculer en pesant.

Tu pèses le poids du filtre, le poids de tes comprimés. Tout. Puis tu pèses à la fin. Si ton filtre pèse maintenant 5g de plus, c’est probablement ce que tu as enlevé de paracetamol. Si tu avec 6g de comprimés, et que tu en retrouves plus de 1g à la fin, (sans compter l’eau), c’est que tu as fait de la merde à un moment. Bref, c’est ce je fais en haut, et tu peux l’adapter à toi.

Reviens me donner tes chiffres, on peut en discuter.

Posté par : Kinkazma | 13 février 2021 à  19:11

Remonter

Pied de page des forums