Morceaux choisis : Les soirs où ça pue l'odeur du vide, (copyright) / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » Nemesis » 

Morceaux choisis : Les soirs où ça pue l'odeur du vide, (copyright) 



Paris, dimanche, 16 octobre 2011


je les retrouve, je sens que je les retrouve. Ces soirs.

Tiens, ils me font tellement flipper que je me sers un whisky, comme ça, pour anesthésier la gène. Pour fluidifier l'écrit, aussi. L'alcool, anticoagulant de l'encre... J'ai pas trouvé mieux.

En panique. De nouveau. Les mêmes réflexes qui reviennent, les mêmes pensées qui m'assaillent et me voilà  de retrouver l'étau de l'isolitude.

Faut dire que ça n'allait pas depuis quelques temps déjà , depuis les vacances à  Méco, au Portugal. J'y ai cassé un truc dans mon histoire avec Vince, et pendant un mois durant, nous avons tenté de la raccomoder, en vain. Je suis le dernier étonné de l'échec de notre relation. Nous ne sommes pas parvenu à  nous départir de nos rôles acquis pendant la dépression, lui en infirmier modèle, moi en malade pétri de souffrance et d'exclusives. C'était mort.

Quand la vie est revenue dedans mes veines, les mêmes plis, les mêmes faux pas sont aussi réapparus. Le sort en était jeté. Nous nous somme séparés il y a une semaine tout juste, d'un commun accord. Mais dans les séparations d'un commun accord, il y en a toujours un qui est plus d'accord que l'autre. Et cette fois, ce n'est pas moi.

Pendant deux ou trois jours, je crois que j'ai trouvé ça plutôt chouette, de retrouver mon célibat. En début de semaine, pour la première fois depuis que j'ai déménagé, c'est à  dire depuis 15 ou 16 mois, je parvenais à  prendre mes marques, chez moi, sur le Bassin de la Villette. J'engageais des dépenses importantes, qui sans être somptuaires, signifient à  tous et à  moi le premier que je m'installe là . Pour un temps.

J'ai aussi retrouvé les chemins de mes nuits fauves, pécho au passage un petit mec de vingt ans mon cadet, une sorte de petit chat,  avec lequel j'ai baisé, fort bien, et qui l'espace de quelques soirées m'a apporté ce torrent de tendresse que j'attendais. Dont acte, je m'installais dans ma nouvelle vie de célibataire et tout devait aller bien.

Ma peur de l'abandon, cette garce, cette pourriture que ma mère m'a transmise, n'a pas eu besoin de plus d'une semaine pour reprendre les commandes de mon quotidien. Et me voilà  ce soir, des idées sombres plein la tête, et surtout, surtout, je hume l'odeur du vide, ton absence et en miroir mon extrême fragilité.

J'ai envie d'écrire. Non ! Pas envie, besoin... L'autre symptome.

J'ai envie d'un trait aussi. Juste un. Pour me rappeler comment ça fait. Pour écrire plus vite et avoir les idées plus claires,  plus grises, aussi.

Alors, ce soir, je me suis cassé. Comme hier. Comme demain je me casserai. Fuir cet isolement, et qu'importe si c'est moi qui l'ai construit, il m'est insupportable. Alors j'ai retrouvé le chemin des bordels, des bas fonds du Paris éternel, pourris.

De nouveau, j'ai filé ma bite à  des inconnus, sans doute dans le même état de déreliction que moi. Je les ai croisé, fourré, sans jamais les rencontrer. Je m'étonne, depuis mes 42 ans, de toujours trouver des partenaires de cul potables, quand dans le ghettos, à  30 ans, t'es rangé au rang des vieux.

Pour contrer la garce, la solitude, je m'invente une famille virtuelle avec laquelle je reste en interraction, 24/24, ersatz de toi. Facebook, twitter, grindr, bbz, bears, citegay, gayromeo. je multiplie à  l'envi les login pour survivre dans un existence de pseudos, une pseudo existence.

Et pourtant, c'est toi qui me lis, eux qui me parlent, qui ensemble, me tenez, un fil ténu. Mais un fil.

Mes vrais amis, que sont-ils devenus ? Egarés pour la plupart entre l'hôpital Bichat et la Clinique de Saint-Mandé, éparpillés dans les affres des dysfonctionnements de mon cerveau malade, je ne les compte plus que sur les doigts d'une main. Et j'en crève comme j'en veux à  ma vieille de ne nous avoir pas appris à  socialiser. Faudra que j'en parle au psy. Là , il y a un blème.

Et Myriam, mon toubib, alter alma, qui me somme d'écrire, ce que je vis, ce que je traverse, comme exutoire ou comme traces.

Un autre verre.

Ce soir, rue Saint Maur, au bordel de ma jeunesse, j'ai tenté de te remplacer par son cul. Etrangement, quand ils ont voulu m'embrasser, j'ai fuis alors que tout mon être quémandait de la tendresse, une reconnaissance. Mais lorsque je caressais leur corps, je ne sentais que la peau qui se détachait des os. Ils étaient morts et moi avec.

Alors je suis rentré, vite.

Et Ecrire.

Et oui, un autre verre.

Le retour dans le désert de ma vie va être violent. J'aurai beau lutter contre mes travers, le chemin qui s'annonce sera hard, et je serai seul pour le gravir, alors que j'ai tellement besoin de toi.

Mais il est tard.

Trop tard.

Ecrire encore un peu,  puisqu'il le faut.

Mais on se rapproche inéluctablement  du dernier acte. Et c'est sans doute aussi bien ainsi.

Merci pour le bonus. J'ai failli y croire.

Catégorie : Témoignages - 28 avril 2016 à  01:39



Commentaires
#1 Posté par : Nemesis 28 avril 2016 à  01:41
bon, tout doucement, reprendre le clavier et faire autre chose que le copier-coller de mes masterpieces. J'ai du talent, je suis libre de le gacher, comme ma vie et les drogues m'y aident beaucoup. Sans amers

Copyright ? On m'y a invité, j'ai a peu près tout bousillé dans ma vie, reste les chroniques de 30 années. Témoin pas écrivain... Texte chosi au hasard pour me pousser au cul et au moins faire ça pour moi. Les tacles sont légitimes. Je peux donner le sentiment d"ego mais l'estime de moi est impossible a réparer

Posté par : Nemesis | 28 avril 2016 à  01:41

 
#2 Posté par : krash 28 avril 2016 à  02:42
Tu as choisis un morceau choisi, sous copyright. Quelle chance. Tu votes aussi pour toi?

Posté par : krash | 28 avril 2016 à  02:42

 
#3 Posté par : Mazette 28 avril 2016 à  10:26
En tout cas j'adore ton écriture

Posté par : Mazette | 28 avril 2016 à  10:26

 
#4 Posté par : wastedreamor2 01 mai 2016 à  05:48
@ krash, moi j'ai voté, 5*..., rarement aussi mérité.
si c'était une question.

Parce que : just waoww

Posté par : wastedreamor2 | 01 mai 2016 à  05:48

 
#5 Posté par : Nemesis 11 mai 2016 à  21:33

krash a écrit

Tu as choisis un morceau choisi, sous copyright. Quelle chance. Tu votes aussi pour toi?

Non, mais libre à  toi. C'esst moi que je soigne. Quand j'écris je tape pas autre chose que sur un clavier. Maintenant, Musso écrit aussi. il publie même !

moi je publie ici.

C'est aussi ça l'auto support plutôt que de se filer des seringues et de s'injurier, non ?


Posté par : Nemesis | 11 mai 2016 à  21:33

 
#6 Posté par : Tetris68 11 mai 2016 à  22:37
Nemesis je pense que peut être il/elle a cru que c'était le texte d'un autre que tu avais C/C.

En tout cas mon avis ne vaut pas grand chose mais je trouve que tu as beaucoup de talent.
C'est poignant de te lire, ça prend aux tripes.
Amicalement.

Posté par : Tetris68 | 11 mai 2016 à  22:37

 
#7 Posté par : zegil 26 mai 2016 à  00:34
Si j'etais pas une femme, je serai bien ton homme.....

Posté par : zegil | 26 mai 2016 à  00:34

Remonter

Pied de page des forums