Pensées, quotidien et amour ? / Les Blogs de PsychoACTIF
 

Pensées, quotidien et amour ? 



Salut les psychos.

Bon voilà, c'est ici que je commence mon blog.
L’idée me trotter entre les neurones depuis un petit temps, j’ai beaucoup lus les blogs des autres est ça ma donner envie.

En gros j’ai 19 ans, étudiant en lettres et consommateur de produits en tout genre, excepté l’héroïne puisque je suis sous bupré, une autre raison pour laquelle je vient m’exprimer ici.
C’est toujours le plus dur de commencer à écrire je trouve, au bout des moments par contre ça coule sans efforts. Une idée me traverse l’esprit ! Je pourrais brièvement mon compter mon parcours, peu original certes mais c’est mon blog donc ça va. J’avais commencer à l’écrire et puis j’ai changer d’avis. C’est trop nul, et puis rien ne m’y oblige.

Je vais donc vous parler de ma vie en ce moment. Il y'a quelques semaines j’ai commencé mon traitement de substitution buprénorphine. En fait pendant près de deux ans j’étais ce qu’on pourrait appeler un héroïnomane fonctionnel, puisque j’ai réussi à maintenir une relation saine entre héroïne et vie perso. Mais il y'a quelques moi il c’est passer un sale truc. Puis ma conso à exploser. Financièrement c’était Pompéï. Donc je me suis motiver à arrêter.

J’ai commencer mon traitement à 12mg, là je suis à 4 mais c’est dur. Le plus dur, c’est de concilier mes études très exigeantes et ce sevrage par substitution (j’invente le terme). Même si j’ai arrêter l’héro, je compense malheureusement par d’autres truc, principalement de la coke et des benzos. Niveau économique c’est con comme solution, je sais. 

coco


J’ai peur de parler de ma conso de benzos à l’addicto, peur qu’il m’enlève mon traitement de substitution. Mais d’un autre côté j’ai peur de cette addiction au benzos. Pour le moment je me tiens au Valium et en cas d’extrême urgence au midazolam. Qu’en pensez-vous ?

Bref, je vais faire une pause pour ce soir. Une dernière petite, 10mg de diazépam et dodo pour moi.

Au final ça à était deux dernières petites.

tracc


C'est drôle la coke, je trouve que ce qui rend ça addictif c'est pas tant la subtile stimulation mais la "matière" du truc si j'ose dire, ses propriétés sensibles (l'odeur, la légère anesthésie au nez, le petit goût, la texture du truc etc...). Bref c'est plus pour le "style" que j'aime le produit que ces effets psychoactifs. Un peu comme le canna, c'est autant le rituel, le goût, le geste de fumer qui est addictif que l'effet du THC pour moi. D'ailleurs en parlant weed, j'en ai une bien sympa qui va, j'espère, m'aider à trouver le sommeil.

alenver


Oui elle est tellement puissante qu'elle n'est pas soumises aux lois de la gravité
(je suis pas sûr d'avoir le droit de poster des photos, sinon prévenez moi svp, d'ailleurs certaines images s'affichent à l'envers, comment y remédier ?)
De l'hydro apparament, en tout cas elle est sympa. Même avec ma tolérance elle me casse un peu, enfin quand je suis pas sous C. Toute la journée j'essaye de trouver un équilibre entre stimulation (à travers coke, café, parfois speed) et sédation/relaxation (à travers les benzos, la fume et la bupré). Le subutex satisfait à peine le manque physique, mais pour tout ce qui est psychique pas du tout. Au fond j'ai jamais essayer de vraiment juste m'amuser avec la drogue, elle et moi on a toujours eu une relation thérapeutique malsaine, je suis genre le cliché du mec qui consomme par malheur. C'est nul.

J'espère que l'avenir sera meilleur, non seulement pour moi, mais pour chacun de vous!

Bonne soirée et bienvenu sur mon blog smile


Catégorie : Témoignages - 10 octobre 2018 à  23:19



Commentaires
#1 Posté par : Dounia 11 octobre 2018 à  00:40

Coucou,

Es-tu sur que tu n’est pas entrain d balancer d’une addiction à une autre, de l’héro a la coke, du fait d’un sevrage peut être trop rapide du subutex???
Veux-tu vraiment (TOI) cet arrêt un peu brutal?

Ta relation avec ton addicto est peut être pas au top si tu peux pas lui dire la vérité...
Peux-tu envisager de changer?

Courage en tout cas et donne des nouvelles!
Dounia


Posté par : Dounia | 11 octobre 2018 à  00:40

 
#2 Posté par : Morphique le tragique 11 octobre 2018 à  00:46

Merci de ta réponse Dounia smile

C'est marrant je viens de te lire sur un autre post.
Et oui c'est un peu ce que je suis en train de faire, j'en suis conscient mais je vois pas trop d'autres solution. Et puis j'ai énormément de travail, la C m'aide pas mal de ce côté là aussi. Le sub même avec des hautes doses me laisse un peu insatisfait. Enfin bref.

En fait pour l'addicto, je viens de changer pour des raisons d'organisation, je pense pouvoir lui en parler mais je craint que la loi fait qu'on ne peut préscrire de bupré à un consommatuer de BHD, mais je suis pas sûr.

En tout cas merci d'avoir pris la peine de répondre, je dois avouer que des fois parler de sa vie sa fait du bien.

A bientôt j'espère et je te souhaite une agréable soirée smile


Posté par : Morphique le tragique | 11 octobre 2018 à  00:46

 
#3 Posté par : ChillVaudou 11 octobre 2018 à  00:58

Une question  comment fait tu pour t'en sortir niveau tune ?


Posté par : ChillVaudou | 11 octobre 2018 à  00:58

 
#4 Posté par : Morphique le tragique 11 octobre 2018 à  01:02

ChillVaudou : en toute honnêteté, j'ai pas mal de sous de l'état (bourses étudiantes), je fais des petit boulots à droite à gauche, mais à force je t'avoue que j'ai claqué toutes mes économies et je suis un peu dans la merde. Mais j'ai quelques avantages qui me permettent de quand même vivre bien.
Edit : puis je tape pas de la C quotidiennement non plus.


Posté par : Morphique le tragique | 11 octobre 2018 à  01:02

 
#5 Posté par : Dounia 11 octobre 2018 à  01:02

Oui, on se croise sur les posts à cette heure tardive wink
La coke du soir peut être?!?

Pour moi, mais je ne suis pas médecin, pas d’incompatibilités entre benzos et sub, en tout cas on m’a prescrit les deux à haute dose pendant un moment, y compris en HP et avec des neuroleptiques en plus...

Bref, pas là meilleure période de ma vie...

Vois tu aussi un psy ou quelqu’un qui puisse t’aider dans la gestion des addictions?
Si c’est pas le cas, ça peut être une piste à tenter ?
Il y a des psys dans les Csapa.

Comme tu le disais, ça fait du bien juste de parler smile

Bises


Posté par : Dounia | 11 octobre 2018 à  01:02

 
#6 Posté par : cependant 11 octobre 2018 à  10:48

Salut,

Morphique le tragique a écrit

Au fond j'ai jamais essayer de vraiment juste m'amuser avec la drogue, elle et moi on a toujours eu une relation thérapeutique malsaine, je suis genre le cliché du mec qui consomme par malheur. C'est nul.

Je ne suis pas sûre que ce soit nul, au fond on y croit que ça peut être mieux, on se donne les moyens qu'on peut...Après que des fois ils finissent pour compliquer les choses, ça c'est une autre histoire qu'on connaît tous plutôt bien.

Mais si on entend le thérapeutique comme (essayer de) « se faire du bien », ça part d'une bonne intention au moins. Finalement, même si c'était pour s'amuser, ça ne serait pas pour se faire également du bien ?

Après je vois, quand on se sert de trop de béquilles, elles commencent à être encombrantes, elles finissent pour nous empêcher de marcher (alors qu'à la base, ça servait justement à nous « aider » !!).

La balançoire stim/downers est très éprouvante pour moi. J'aime bien, mais à un moment (assez rapide, heureusement pour ma survie) j'en ai marre. Finalement je préfère rester en bas...est-ce que c'est mieux, je ne sais absolument pas.

Je remarque un truc : t'as baissé vite ton sub on dirait, de 12mg à 4mg en moins de quelques mois (après, comme tu ne spécifies pas, ça se trouve « quelques » ça veut dire plusieurs). Peut-être ça vaut le coup que t'en parles avec ton addicto, au passage il y a un super texte de prescripteur sur le sevrage qui est pas mal du tout, il faut chercher. En tout cas, ça ne doit pas simplifier les choses et peut-être même faciliter la compensation vers d'autres produits...

Ah, juste comme ça en voyant ta trace...moi je préfère (et je trouve que c'est vachement plus rentable vu que j'ai l'impression de mieux assimiler) travailler un peu plus !! Pour moi ça vaut carrément le coup de perdre 30 secondes/1 minute de travail de carte en plus en  écrasant bien : mon nez me remercie, mon esprit défoncé aussi ! Voilà, après chacun ses préférences, mais quand je l'ai fait remarquer aux potes qui laissaient des gros bouts, eh bah, après ils hallucinaient car le produit semblait se multiplier une fois mieux travaillé...

Sur ce, bon courage pour tes études, des fois moi ça me fait du bien d'être guidée (non pas réprimée ou contrôlée, bien entendu !!) par quelque chose que j'aime. Même si à trop de moments je me questionne, je ne suis pas sûre, ça me soûle, mais finalement je suis satisfaite et contente quand, malgré le fait que je fasse n'importe quoi à côté (ou, encore plus parce que j'ai fait n'imp à côté), j'arrive à apprendre des trucs et en faire d'autres...


Posté par : cependant | 11 octobre 2018 à  10:48

 
#7 Posté par : Lilas24 11 octobre 2018 à  11:47

De ce que tu décris, il n'est pas impossible que le valium te serves en effet à compenser la réduction de ton TSO et qu'intuitivement tu te sois tourné vers lui car il te faisais du bien.

Je n'ai pas fait de TSO mais un sevrage dégressif de la codéine et je l'ai terminé il y a 9 mois. Depuis je prends 10mg de valium le soir prescrit par mon addicto en tant que myorelaxant et pas pour son effet sur l'anxiété (je prends un AD pour ça, il suffit pour gérer mon TAG).

Mon cerveau est encore en plein ébullition et si je n'ai pas de craving, j'ai une énorme tension physique et nerveuse en moi qui m'empêche de dormir encore 9 mois après. Ca baisse doucement car au début les 10mg ne suffisaient pas, maintenant ça colle puisque depuis 2 mois je dors enfin car je ne suis plus une centrale nucléaire.

Donc, tu devrais parler du valium à ton addicto car tu en as peut être besoin pour des raisons physiques liées à la baisse de ton TSO.

Pour le reste, c'est à dire une sorte de glissement d'une addiction à l'autre, il ne faut pas avoir peur d'en parler. L'addicto c'est un médecin à part. Quand j'explique à ma généraliste (j'ai décidé de tout lui dire une fois que j'ai été en CSAPA) mon parcours en addictologie elle hallucine car sa vision des traitements médicaux et de la dépendance n'a rien à voir.

Je vois mon addicto comme un soutien indéfectible qui ne juge jamais. Elle m'aide et en retour, je ne trahis pas sa confiance ou du moins l'impression de confiance qu'elle me donne, en ne lui mentant pas, c'est tout.


Posté par : Lilas24 | 11 octobre 2018 à  11:47

 
#8 Posté par : Nils1984 11 octobre 2018 à  15:37

Salut ^^

j'ai trouvé ton témoignage d'une sincérité rare
les grandes lignes ont été déjà écrites roll

juste ceci, j'aime beaucoup cette phrase : je me suis motiver à arrêter. C'est parlant, simple en apparence mais tes mots sont judicieux à mon avis, tellement loin de l'éternelle rengaine de la "volonté" et du "si tu veux tu peux" (j'ai dit une fois à une amie de PsychoA qu'à mes yeux c'est plutôt le contraire qui marche thinking

mais tu y vas fort tt de même, hé mec tu as 19 ans ! relax, ne va pas + vite que le son, et ne te fait pas souffrir pr rien...

Décider de décrocher d'une drogue ou plusieurs, en soi c'est un réel combat honorable, même si c'est rarement gratifiant. Donc NON ce n'est pas nul

jeune filou big_smile appuies toi sur PsychoA pour te réconforter of course smile

ce n'est pas malsain que d'opter pour les produits afin d'enrailler son mal-être
c’est dangereux pour toi de le penser: ça ne peut que créer en toi-même l'impression d'un mauvais œil rivé sur ton comportement et ta façon de percevoir le monde... essaye/tente de t'en débarrasser...

Fais ce que tu as à faire, "deviens ce que tu es" disent les Anciens. Repousser/éloigner/détruire son sentiment de culpabilité c'est un travail de longue haleine

un drogué ne fuit jamais la réalité, il vit seulement sa propre réalité, je pense ^^

bye et comme Dounia dit : donne des nouvelles !! salut


Posté par : Nils1984 | 11 octobre 2018 à  15:37

 
#9 Posté par : Morphique le tragique 11 octobre 2018 à  21:32

Wow ça fait plaisir de voir du monde smile
Dsl je ne peut que me connecter le soir, je travail toute la journée.
Bon ce soir aussi je tourne à la C (voir ci dessous), mais j’ai décidé que je finis ce demi et puis plus rien jusqu’à la semaine proc, au moins. Bref.

J'ai aussi trouver une herbe assez sympathique.

weed2

cc2


Oui, j'aime bien poster des photos. En fait je m'inspire pas mal de blogs sur PA qui étaient bien illustrés, je trouvais ça accrocheur. (Speedmicha, Dreamyn, Papaseul, Jacobson).

Dounia a écrit

Oui, on se croise sur les posts à cette heure tardive wink
La coke du soir peut être?!?

Pour moi, mais je ne suis pas médecin, pas d’incompatibilités entre benzos et sub, en tout cas on m’a prescrit les deux à haute dose pendant un moment, y compris en HP et avec des neuroleptiques en plus...

Bref, pas là meilleure période de ma vie...

Vois tu aussi un psy ou quelqu’un qui puisse t’aider dans la gestion des addictions?
Si c’est pas le cas, ça peut être une piste à tenter ?
Il y a des psys dans les Csapa.

Comme tu le disais, ça fait du bien juste de parler smile

Bises

La coke du soir, exactement ! Sauf que hier après mon dernier post et diazépam mon mis au lit. Mes excuses. En tout cas tu m’as motivé à parler de mes autres conso à mon addictologue, jusque là il à était super compréhensif.
Pour le psy, j’ai pris un rendez-vous à mon CSAPA. D’ailleurs ça à aucun rapport, juste une pensée comme ça, mais je me suis dit qu’aller voir un psy, c’est un peu une modernisation de la confession chrétienne.

Ton passé à pas l’air facile, ce genre de camisole chimique dont tu parles fait peur. Ce serait indiscret de te demander où tu en es aujourd’hui, comment tu apprécie ta vie ?
En tout cas merci du message ça fait plaisir smile


cependant a écrit

Mais si on entend le thérapeutique comme (essayer de) « se faire du bien », ça part d'une bonne intention au moins. Finalement, même si c'était pour s'amuser, ça ne serait pas pour se faire également du bien ?

Après je vois, quand on se sert de trop de béquilles, elles commencent à être encombrantes, elles finissent pour nous empêcher de marcher (alors qu'à la base, ça servait justement à nous « aider » !!).

Je partage ta pensée, c’est un peu ce qui m’est arrivé et qui arrive à beaucoup d’entre nous. Peut-être que si on avait une idée de ce qu’était vraiment le bien on tomberait pas dans ce genre de pièges. Je pense que tout dépend de notre relation avec l’objet d’addiction (que ce soit une drogue ou autre chose), si on la voit comme étant un “plaisir” où une “béquille” comme tu dis. Après il y’a le déni qui complique les choses.

cependant a écrit

La balançoire stim/downers est très éprouvante pour moi. J'aime bien, mais à un moment (assez rapide, heureusement pour ma survie) j'en ai marre. Finalement je préfère rester en bas...est-ce que c'est mieux, je ne sais absolument pas.

Je suis un peu pareil, d’ailleurs je supporte pas les stims sans opiacés ou benzos à côté. Déjà trop anxieux de base.
Je préférerais me contenter de la bupré mais ça couvre à peine le manque physique, je ressent aucun effet narcotique. D’où le valium pour mitiger la coke. Bref.

cependant a écrit

Je remarque un truc : t'as baissé vite ton sub on dirait, de 12mg à 4mg en moins de quelques mois (après, comme tu ne spécifies pas, ça se trouve « quelques » ça veut dire plusieurs). Peut-être ça vaut le coup que t'en parles avec ton addicto, au passage il y a un super texte de prescripteur sur le sevrage qui est pas mal du tout, il faut chercher. En tout cas, ça ne doit pas simplifier les choses et peut-être même faciliter la compensation vers d'autres produits...

Ah, juste comme ça en voyant ta trace...moi je préfère (et je trouve que c'est vachement plus rentable vu que j'ai l'impression de mieux assimiler) travailler un peu plus !! Pour moi ça vaut carrément le coup de perdre 30 secondes/1 minute de travail de carte en plus en  écrasant bien : mon nez me remercie, mon esprit défoncé aussi ! Voilà, après chacun ses préférences, mais quand je l'ai fait remarquer aux potes qui laissaient des gros bouts, eh bah, après ils hallucinaient car le produit semblait se multiplier une fois mieux travaillé...

Sur ce, bon courage pour tes études, des fois moi ça me fait du bien d'être guidée (non pas réprimée ou contrôlée, bien entendu !!) par quelque chose que j'aime. Même si à trop de moments je me questionne, je ne suis pas sûre, ça me soûle, mais finalement je suis satisfaite et contente quand, malgré le fait que je fasse n'importe quoi à côté (ou, encore plus parce que j'ai fait n'imp à côté), j'arrive à apprendre des trucs et en faire d'autres...

J’ai baissé sur 3 mois, tout allait bien mais là en dessous de 5-6mg ça ce gâte.
Merci pour le texte, je finis de revoir mes cours et je vais y jeter un coup d’oeil smile
Et pour la trace là c’était un peu dans l’urgence, en général je la met sur une assiette un peu chaude (préalablement au micronde une quarantaines de secondes) et j’y vais à la lame de rasoir. J’adore quand ça fait des très beaux flacons :p mais merci quand même du conseil!

Je me retrouve tellement dans ton dernier paragraphe! Ou peut-être que je sur-interprète.
Même quand ça va mal, être productif dans ce que l’on aime, donner de soi, créativement ou par l’apprentissage c’est salvateur. Ça donne une certaine satisfaction similaire à celle procurée par la drogue, mais sans la culpabilité qui l’accompagne.

Pour les autres je vous répond tout à l’heure, là je vais me faire un petit (coke oblige) truc à manger. J’ai aussi écrit quelques poèmes/textes ces derniers temps, je les publierais peut-être si ça intéresse.
----
Me revoilà !

@Lilas24 (j'ai décidé d'arrêter de tout cité (sauf si une vrai nécéssité s'impose) pour limiter la taille des posts.

Pour ce que tu dis à mon sujet, oui c'est un peu ça. J'ai toujours besoin d'avoir quelque chose dans le sang de toute façon, je cherche une sorte d'équilibre chimique.

Merci pour ton témoignage, tu me donnes pas mal d'espot et surtout tu as suscité beaucoup de questions en moi! 
1) Sais tu si c'est possible un traitement dégressifs à la codéine, médicalement encadré ? Je veux dire une option comme subutex ou métha, même si on consomme un autre opiacé de base ?
2) Je suis aussi quelqu'un de très anxieux (d'où aussi les benzos), mais l'idée des AD me fait un peu flipper... ça t'as aider personnellement ? Dans un sens, aurais tu préféré être en maintien codéine toute ta vie ?

J'ai pris la décision d'en parler à mon addicto, je l'ai trouver génial, mais j'aurais sûrement pas eu le courage sans vos conseils et bonnes paroles smile J'espère que j'aurais la même relation avec mon addicto que tu as avec le tien. En tout cas force à toi l'ami, n'hésites pas (c'est valable pour tout le monde) à partager sur ton parcours, tes pensées, ce que tu veut ici. C'est mon blog mais aussi le votre.

@Nils1984

Déjà, grand merci pour le compliment, même si j'ai plutôt l'impression de pas rendre les faits en tant que tel.

Je suis complètement d'accord avec toi sur le "blabla de la volonté de s'en sortir". J'ai l'impression que les non-consommateur ne pourrons jamais comprendre que nos relations aux produits sont biens plus complexes qu'ils ne l'imaginent.

D'ailleurs, quelque part j'ai menti. Je me suis motivé à sortir de la consommation quotidienne, de la dépendance.
Mais au fond je constate que c'est surtout pour faire des opiacés un truc "spécial", que je consomme rarement, mais que je consomme en beauté. J'ai déjà prévu mon prochain extra, pas avant décembre, mais je pense déjà à la #4 thailandaïse, la brune de rotter et l'oxy que je garde de côté. C'est là que je trouve ça nul.

Oui je suis jeune, j'ai commencer (bien trop) jeune aussi. La vie devant moi ça m'inquiète, j'ai l'impression d'avoir déjà tout gâché.

Pour le site, là 100% du réconfort. C'est génial d'avoir la conception des autres.
C'est drôle d'ailleurs, je vous connaîts déjà quelque part, Nils je t'ai vu sur pleins de posts. J'espère faire bientôt partie de la famille smile

En tout merci énormément pour tes paroles, je méditerais dessus, même si je suis d'accord je sais qu'il me faudra du temps pour intégrer ces idées.

Un grand merci pour votre participation, tous autant que vous êtes, j’adore cet espace d’échange sans jugement, j’ai rarement connu une communauté aussi accueillante. Je vous fais un tas de bisous et vous souhaite à tous une belle vie florissante !


Posté par : Morphique le tragique | 11 octobre 2018 à  21:32

 
#10 Posté par : Morphique le tragique 11 octobre 2018 à  23:41

C'est bon, j'ai finis le demi de C snort. Pour bien dormir, le combo classique kétazépadine : snort

bzdndma


Accompagner d'un gros joint rasta
Maitenant je vais prendre sur moi et essayer de me calmer. De m'ensomneler.
Pas facile, j'ai beaucoup de travail. Hâte de voir l'addicto, de travailler, et aussi de vous parler. Bonne soirée à tous coeur


Posté par : Morphique le tragique | 11 octobre 2018 à  23:41

 
#11 Posté par : Dounia 12 octobre 2018 à  11:56

Coucou Morphique,

J'aime vraiment ta façon d'écrire et d'illustrer!

Tu me demandais quelques éléments sur mon parcours, je vais essayer de faire bref pour ne pas trop dériver dans ce blog qui est le tien wink

Pour faire court, petite chose fragile un peu perdue dans ce monde, je suis bipolaire, ce qui m'a amené à quelques séjours à l’hôpital avec grosse camisole chimique comme tu dis après des craquages complets...

Dans certains hôpitaux, la façon de te soigner c'est ça et juste ça, te donner plein de médocs et te garder le plus calme possible. J'en ai connu d'autres où c'était beaucoup mieux aussi, notamment en étant suivie en addicto.

Là je suis suivie par toute une équipe en CSAPA, avec addicto, psychologue et psychiatre. Je prends toujours des médicaments mais beaucoup moins.
J'ai un régulateur d'humeur, du valium (un peu), du zopiclone pour dormir et basta. Ça m'aide bien pour les descentes de coke d'ailleurs wink

J'ai eu quelques années de dépendance à l’héroïne et quelques années de dépendance croisée entre héro et subutex. Là, à part quelques extras skénan de temps en temps, je suis sortie de la dépendance aux opiacés.... mais je prends pas mal de coke et un peu de MD quand l'occasion s'y prête.

J'ai la trentaine, une famille, et je voudrais bien sortir de la culpabilité des traces faites en cachette, entre deux portes. Des fois, j'ai l'impression schizophrène d'avoir une double vie, une double face...
L'image de femme qui gère que je montre au monde et ma part de fragilité, de doute d'incertitude, ma part de tox que je peux enfin montrer sur PA et dans mon CSAPA.

Prends soin de toi et fonce, dis tout à ton addicto et si tu peux, ne culpabilise pas trop. Tu es tout jeune, c'est con mais c'est vrai, tu as la vie devant toi et conso ou pas, subutex ou pas, elle n'est pas forcée d'être tragique!


Posté par : Dounia | 12 octobre 2018 à  11:56

 
#12 Posté par : Lilas24 12 octobre 2018 à  13:21

Coucou,

Pour l'anxiété:

J'ai pris 24 codoliprane tous les soirs en me couchant pour tenter de gérer mon anxiété qui explosait de partout. Un jour j'ai compris que la codéine c'était une passoire à petit trous mais une passoire quand même et c'est là que j'ai débuté la réduction de la codéine.

Quand j'ai consulté en addicto, elle m'a diagnostiquée un trouble anxieux généralisé très vite. Elle m'a prescrit un antidépresseur, la venlafaxyne à 37,5mg d'abord. Son effet sur moi  a été énorme et rapide. C'est comme si j'étais dans la boue jusqu'au cou et que soudain, le marécage se vidait en me libérant l'esprit et aussi la souffrance car je ne me rendais même plus compte que l'anxiété démesurée générait de la souffrance (oppression, douleurs dans le ventre, les bras...). En arrivant à 150mg de venlafaxyne en 2 mois, je ne ressentais presque plus rien au niveau anxiété.

Ca ne veut pas dire que je ne suis plus du tout anxieuse car la machine à fabriquer les angoisses, c'est moi, c'est ma personnalité qui est comme ça. Par contre, l'anxiété est faible en ressenti et maintenant que je vois un psychologue avec lequel je fais une thérapie comportementale, je l'identifie tout de suite et je cherche à l'analyser, y faire face, l'éliminer si c'est ridicule ou l'accepter si ça a du sens. Je ne dis pas que c'est facile mais en tout cas, je suis bien et avec l'AD je dirai libérée de 90% de mon anxiété.

Ah, info intéressante, personnellement mon envie de codéine a disparu avec mes angoisses. Je t'avoue que cela me laisse perplexe mais depuis que je prends l'AD l'envie est partie et n'est toujours pas revenue alors que mon sevrage est fini depuis presque 10 mois.

La codéine:

J'ai fait un sevrage dégressif, d'abord seule puis en CSAPA pour la partie la plus dure (les 10 derniers cachets). Mon addicto a reconnu que pour la codéine, ils préfèrent le TSO car on aurait tendance à avoir du mal à supporter la difficulté. Sauf qu'elle a pris le pari et que j'ai bien été au bout.

La difficulté physique a été réelle en arrivant à 6 codoliprane et elle a été permanente jusqu'à aujourd'hui encore sur certains points. J'ai géré la codéine comme je voulais mais à ce stade, peu importe l'écart, j'ai morflé avec de méga impatiences nocturnes, de la tension physique et nerveuse, de l'insomnie.

Pour les impatiences, j'ai pris du Lyrica qui a bien marché et que j'ai arrêté quand elles ont disparu soit 4 mois après la fin du sevrage (je précise que c'est très rare des impatiences aussi énormes donc pas de panique). Pour la tension physique et nerveuse, elle est toujours là.

C'est à ça que sert le valium, 10mg tous les soirs depuis la fin du sevrage. C'est un myorelaxant pour moi car je n'en ai pas besoin pour mon anxiété qui se gère avec l'AD. J'ai tenté de le baisser mais ça a été le désastre. Il faut donc accepter que l'après sevrage puisse laisser pendant des mois des manifestations physiques qui sont permanentes chez moi, même si elles ont déjà baissé (au début les 10mg étaient insuffisant, maintenant ils le sont).


Alors, faire un sevrage dégressif en prenant un autre opiacé, je ne sais pas du tout si c'est possible. Le sevrage dégressif me parait adapté aux médocs opiacés, pas au reste, mais rien n'empêche que tu arrêtes le médoc en dégressif et que tu t"occupes ensuite du reste autrement.

Pour la préférence, aucune hésitation, si tu es un grand anxieux comme moi, ce ne sont pas les opiacés qui vont t'aider, c'est un leurre. Je ne dis pas que trouver le bon AD est facile, parfois on tâtonne mais ça vaut le coup de tenter car s'il y a un vrai lien entre ton anxiété et ta conso d'opiacé, tu verras c'est étonnant d'être libérée de cette envie.


Posté par : Lilas24 | 12 octobre 2018 à  13:21

Remonter

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Traduction par FluxBB.fr


Psychoactif est une communauté dédiée à l'information, l'entraide, l'échange d'expériences et la construction de savoirs sur les drogues, dans une démarche de réduction des risques.



Licence Creative CommonsDroit d'auteur : Les textes de Psychoactif de https://www.psychoactif.org sont sous licence CC by NC SA 3.0