Première fois sous LSD / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » Bon Vivant » 

Première fois sous LSD 



Une semaine après avoir testé le 5-MeO DMT, j’ai enfin la chance d’essayer le LSD. C'est mon dernier jour sur ces deux semaines passées en Angleterre chez mon pote John. On est au milieu du mois d'Août et il fait super beau.

On retourne à la cabane, au bord de la plage, et on prend la moitié d’un carton chacun, ce qui nous revient à 125µg chacun. On part aller se promener autour de l’île sur laquelle il vit, en attendant que l’effet arrive. Au bout d’une demie heure, John commence déjà à sentir les effets. Il en avait déjà pris avant. Etrangement, les effets ne font qu’apparaître une heure et quart plus tard pour moi. On était posés sur un rocher, au bord d’une petite falaise, les jambes qui pendaient au-dessus de l’eau. John commence à méditer. Pour ma part, j’attends. Et là, le LSD prend effet. La montée des effets est très graduelle et douce. Mais il faut arriver à un pic, et tout doucement, je me paralyse. Je ne peux plus parler ni bouger. Le temps s’immobilise. Je me sens comme un nouveau-né. J’ai envie de me lever. Je me retourne et aperçois John qui continue de méditer. J’attends. Je ferme les yeux de temps en temps, afin d’admirer le début du spectacle. Les visuels se concrétisent. Je commence à revenir à moi. Je pose ma main sur le rocher à côté de moi. J’arrive à tordre la pierre. La matière n’existe plus. Je flotte, avec mes yeux ouverts. J’ai encore mon toucher mais je ne sens plus la matière. A ce moment-là je comprends que c’est comme avec le concept du temps, la matière physique n’est qu’une autre chose afin de nous rassurer et nous donner une base solide pour créer une réalité harmonique. On enveloppe le temps et l’espace. Nous créons le temps et l’espace.
Après un certain temps, j’arrive à me lever. Je vais vers John et je m’assois à côté de lui. De l’eau se trouve dans un creux de la roche. Je suis hypnotisé par la beauté de cette minuscule flaque d’eau de mer. Je prends l’eau avec mes deux mains et la verse sur mon visage. Il y avait pas meilleure sensation à ce moment là. John comprends que l’effet est arrivé pour moi.

Sur les 7 heures de LSD, on s'est promené, on a eu la chance de trouver un endroit relativement calme, où on a pu profiter du soleil et de la nature. On était éblouit par toute la beauté que la nature nous offrait. J’ai l’impression qu’on voyait la même chose. Nous regardions chaque insecte, et le chemin qu’ils empruntaient. Le dessus des insectes était absolument incroyable, on pouvait voir clairement avec tellement de netteté chaque couche qui se superposait sur l'insecte. Je me souviens manger une banane, et au bout d’un croc, j’avais l’impression de pouvoir voir dans l’infini de cette banane, au centre même de la chose, jusqu’à sa dernière particule. Ma vision était extrêmement nette. J’ai, d’habitude, une vision sensible à la lumière, je dois toujours porter des lunettes de soleil lorsqu’il fait ensoleiller sinon je ne vois rien. Et là, je n’avais plus besoin de mes lunettes de soleil, je pouvais même voir dans le soleil (comme sous champis). Toutes les couleurs se reflétaient, chaque forme ressortaient, comme des couches superposées qui sont toujours présentes, mais pas visible à l’œil nu.
La plupart des effets sont assez similaires aux champignons, mais je me souviens durant l’expérience que j’aurai pu prendre une dose plus importante. Je ne voulais pas sur le moment car j’étais très satisfait, mais je savais que je pouvais aller plus loin dans l’expérience. Durant tout le trip, mon cœur était bercé d’une chaleur incroyable. J’étais submergé d’amour et de bonheur suprême. John est un bon guide et s’intéressait à mon expérience, vu qu'à ce moment dans sa vie, les visuels n'étaient toujours pas présents. Il me posait des questions auquel trouver des mots était parfois difficile. A un moment donné, il me demande la différence entre le LSD et l’Extasy. A un certain temps, j’en prenais régulièrement pensant que cela était bénéfique, mais c’était juste une autre drogue récréative pour moi. Et je me souviens lui dire que finalement, le LSD, c’est ce que l’Extasy aurait dû être. Parce qu’on ressent une réelle extase à travers le LSD, et autres psychédéliques d’ailleurs. Et ce n’est rien d’artificiel comme avec la MDMA ou d’autre drogue je trouve. Ici, on a affaire à quelque chose d’extrêmement réel, de spirituel, qui surgit de notre conscience et de notre cœur, de notre âme.

Vers la fin du trip, on décide de rentrer. La vue et les paysages restent magnifiques alors que les effets s’estompent. J'avais l'impression de marcher dans le jardin d'Eden dans lequel je me trouvais dans mon premier trip sous DMT. Pendant une bonne heure, on a encore un pied là-haut et un pied ici. La transition est douce et calme. Les descentes avec les psychédéliques sont généreuses avec nous, et nous laisse le temps de se réadapter à notre réalité. A l’inverse d’autre drogue, comme la MDMA, où la descente est brutale physiquement et moralement. Pendant environ 48h, les effets secondaires restent en moi. Je reste calme et ébahi. Le jour après mon trip sous LSD, je rentrais en France, et j’étais encore bouche bée par toute cette expérience et toujours émerveillé par les couleurs, sur tout le reste de la semaine même. Tout avait un nouveau sens.

Lors d’un trip, on se rend compte de beaucoup de chose, et qui ont un sens. Sous LSD, j’ai vraiment compris que tout était connecté, je ne sais pas comment, mais les messages qu’on m’envoyait, qu’on me transmettait, était que tout est connecté, tout à un sens. Donc si tout est connecté, cela veut dire que tout se déroule pour une raison. Tout ce qui s’est passé avant nous a mené ici. Là où on est, à faire ce que l'on fait. Le chemin a déjà été tracé. Il suffit de le suivre. Et en le suivant, il nous mettra dans la bonne direction, dans la direction pour devenir une meilleure personne. Il faut faire confiance au chemin. Il faut se laisser guider, même s’il est parfois rempli d’obstacle, il faut continuer sur le même chemin et ne pas chercher de raccourcis. Tout est connecté, et chaque chose à sa raison. Et lorsque cette chose s’est déroulée, elle va modifier qui on est. Elle va soit nous définir, soit nous détruire, soit nous rendre plus fort. C’est à nous de choisir ensuite comment traiter cette nouvelle chose qui s’est déroulée.
Une autre découverte faite sous LSD est que sans lumière, il n’y a pas de couleurs. Et sans couleurs, il n’y a pas de bonheur. Nous avons la chance de voir les couleurs grâce à la lumière (blanche). Cette lumière qui traverse l’espace et le temps est composé de couleurs, allant du violet au rouge. Lorsque la lumière frappe un objet, disons par exemple un arbre, toutes les couleurs vont être absorber par l’arbre, sauf pour les pigments marrons, qui sont rejetés et qui reflètent ensuite vers notre rétine. On apprend cela en SVT au collège. Mais ce que l’on ne nous dit pas finalement et que chaque objet, chaque chose, est de toute les couleurs à la fois, sauf celle que l’on aperçoit. Et le LSD nous permet de voir la vraie face cachée des couleurs. On voit la vraie couche qui superpose notre réalité.

Je vais sûrement faire un autre post sur mon ressentis sur ces deux semaines psychédéliques en Angleterre, sur les bénéfices et sur comment ça m'a affecté sur le long terme. Sinon ce post risque d'être beaucoup trop long. En tout cas, ce dernier trip sous LSD était juste parfait du début jusqu'à la fin. Je me souviens me dire à la fin du trip que j'explorerai sans hésiter en profondeur cette univers, ce monde psychédélique, mais que là, à l'instant, je voulais juste me reposer et imprimer toutes ces nouvelles informations. Avec le LSD, et les champis d'ailleurs, je trouve qu'on amène une autre dimension parmi la notre, alors qu'avec la DMT c'est l'inverse, on voyage jusqu'à une autre dimension. Et en même temps, je trouve que le LSD, les champis et la DMT sont sur le même niveau. Si les 15 minutes de trip sous DMT sont une goutte de peinture, et qu'on la laisse tomber sur une feuille de papier, la goutte va s'écraser, laissant un impact sur la feuille. Et cet impact représente la durée d'un trip sous LSD ou champis. Je sais pas si c'est vraiment clair mais je le vois comme ça en tout cas.

Peace x Bon Vivant


Catégorie : Trip Report - 23 décembre 2020 à  16:01

#LSD #première expérience #trip report

Reputation de ce commentaire
 
Joli et parlant :)



Commentaires
#1 Posté par : Céline Blanche 23 décembre 2020 à  16:45
Une autre découverte faite sous LSD est que sans lumière, il n’y a pas de couleurs. Et sans couleurs, il n’y a pas de bonheur. Nous avons la chance de voir les couleurs grâce à la lumière (blanche). Cette lumière qui traverse l’espace et le temps est composé de couleurs, allant du violet au rouge. Lorsque la lumière frappe un objet, disons par exemple un arbre, toutes les couleurs vont être absorber par l’arbre, sauf pour les pigments marrons, qui sont rejetés et qui reflètent ensuite vers notre rétine. On apprend cela en SVT au collège. Mais ce que l’on ne nous dit pas finalement et que chaque objet, chaque chose, est de toute les couleurs à la fois, sauf celle que l’on aperçoit. Et le LSD nous permet de voir la vraie face cachée des couleurs. On voit la vraie couche qui superpose notre réalité.

Réflexion très intéressante, je n'avais jamais vu les choses sous cet angle ! tongue

Posté par : Céline Blanche | 23 décembre 2020 à  16:45

 
#2 Posté par : supermario64 23 décembre 2020 à  18:37
Bonsoir,

Il est splendide ton trip ! tu as eu bien de la chance smile

Le premier trip c'est particulier, tu découvre pleinement les effets etc. ton cerveau n'a pas l'habitude, toute l'expérience est inédite pour lui.

J'ai moi aussi un bon souvenir de mon premier trip (quoiqu'il n'étais pas aussi complet) et les suivant l'était bien moins car j'ai été trop gourmand et pas assez patient.

Le LSD demande de la patience, de la sagesse si je puis dire dans la relation que l'on a envers le LSD.

Posté par : supermario64 | 23 décembre 2020 à  18:37

 
#3 Posté par : Bon Vivant 24 décembre 2020 à  00:25
Merci pour le retour, et encore, j'ai l'impression d'avoir rien raconté, c'est bizarre, c'est pareil avec mes trips sous DMT, je les ressens et je m'en souviens, mais ça reste toujours compliqué de décrire une expérience.

Et malheureusement depuis, j'ai toujours pas eu la chance de reprendre du LSD, alors que j'ai quelques tabs avec moi. J'attends juste le bon moment, et je prends note, je ferai en sorte de bien rester patient la prochaine fois. Et je suis bien d'accord, il faut pratiquer cette relation, avec un certain respect, je pense qu'il ne faut pas avoir trop d'attente, comme ça le résultat est plus bénéfique.

Céline [label=/sujet/blanche a écrit

Blanche[/label]]Réflexion très intéressante, je n'avais jamais vu les choses sous cet angle ! tongue

Et ça reste juste mon point de vue par rapport à un fait scientifique, c'est à chacun de le voir comme il le veut, et ça me fait plaisir que tu soulèves ce point. Si cela t'intéresse, je t'encourage d'aller encore plus loin et de regarder dans le monde des fractals.


Posté par : Bon Vivant | 24 décembre 2020 à  00:25

Remonter

Pied de page des forums