L'amanite tue-mouche? / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » Daane-El » 

L'amanite tue-mouche? 



GENERALITES



Moi 1: T'es sur? C'est chiant les généralités!
Moi 2: Oais mais bon on cause d'amanites là, yen a qui se tue avec et vu que l'Amanite Tue-Mouche, notre cher Logo, n'est pas la seule à faire halluciner je pense qu'il est bon de se rendre compte déjà en général de ce qu'est une amanite
Moi 1: OKOK c'est bon vas y mais c'est chiant quand même.

Il faut absolument s’abstenir de toute consommation d’une espèce qui n’est pas parfaitement identifiée.

Amanite tue-mouches -Amanita Muscaria-



/forum/uploads/images/1558/lpo_5_-_amanite_tue-_mouches_-_amanita_muscaria.jpg

Justement, une des amanites qui se remarque le plus avec son chapeau rouge ponctué de points blancs est l’amanite tue-mouches. C’est une belle espèce qui pousse souvent sous les bouleaux, mais également les chênes et certains conifères. Cette espèce a des propriétés hallucinogènes importantes, à cause notamment du muscimol qu’elle contient en bonne quantité. Les troubles neuropsychiques (agitation, euphorie, délire, etc…) sont suivis d’une étape de torpeur, voir de coma dans les cas les plus graves. Il y a aussi des troubles digestifs (vomissements, diarrhées) comme dans la plupart des intoxications.
/forum/uploads/images/1558/lpo_3_-_anneau_juponneux_de_l_amanite_tue-_mouc.jpg


Amanite panthere -Amanita Pantherina-



/forum/uploads/images/1558/lpo_6_-_amanite_panthere_-_amanita_pantherina-9.jpg

L’amanite panthère a des effets proches de l’espèce précédente, mais il faut en outre ajouter des convulsions au tableau clinique, ce qui peut la rendre d’autant plus dangereuse. Comme pour l’amanite tue-mouches, les premiers signes d’intoxication ( digestifs et comportementaux ) sont relativement rapides : de 1 à 3h après l’ingestion Elle se reconnaît à son chapeau brun parsemé de points blancs disposés de façon régulière et concentrique, ainsi qu’à son pied bulbeux ; au-dessus de ce bulbe, on peut remarquer la présence d’un renflement en forme d’hélice. Tous ces caractères distinctifs peuvent s’atténuer, voir disparaître avec l’âge, mais sont relativement bien marqués chez les jeunes sujets.
Cette espèce peut être localement abondante, mais beaucoup moins toutefois que l’espèce suivante, avec qui elle peut être facilement confondue, mais qui n’est pas toxique si elle est cuite suffisamment ; elle passe même pour être un bon comestible, recherchée par les amateurs.

Amanite rougissante -Amanita Ubescens-



/forum/uploads/images/1558/lpo_7_-_amanite_rougissante_-_amanita_rubescens.jpg

Elle est nommée amanite rougissante ( ou amanite vineuse , ou golmotte), car sa chair n’est pas uniformément blanche comme l’amanite panthère, mais se teinte d’une couleur plus ou moins rosée ou lie-de-vin (d’où son autre nom d’amanite vineuse). Cette teinte rougeâtre est particulièrement visible au niveau des blessures ( morsures de limaces, passage de larves , etc …) ou après cassure. Le chapeau est orné de grandes plaques claires, et non de simples points blancs comme l’amanite panthère. Son pied ne montre pas de véritable volve, mais un simple bourrelet, sans hélice au-dessus ; il possède un anneau juponneux ( parfois jaune chez une sous-espèce ).Cette amanite possède une substance qui détruit les globules rouges, mais cette substance est détruite à la cuisson

Amanite fauve -Amanita Fulva-



/forum/uploads/images/1558/lpo_8_-_amanite_fauve_-_amanita_fulva-b7040.jpg

Autre amanite qui passe pour être comestible (mais plus médiocre) : l’amanite fauve ; son chapeau a une belle couleur fauve - orangé, avec une bordure striée et un mamelon plus sombre au centre. A la base du pied, on remarque la présence d’une volve embrassante bien marquée ; c’est une petite espèce de début de saison, à chair mince, qui peut être localement abondante, plutôt sous feuillus. Elle a une « cousine » à chapeau gris ( l’amanite vaginée ), avec les mêmes caractéristiques et le même niveau de comestibilité, à savoir que ces 2 espèces sont toxiques crues, mais les substances toxiques sont détruites à la cuisson, comme pour la golmotte.

amanite vireuse -amanita virosa-



/forum/uploads/images/1558/lpo_9_-_amnite_vireuse_-_amanita_virosa-55580.jpg

Revenons aux amanites plus dangereuses, avec notamment une espèce qui semble en expansion dans la région : l’amanite vireuse (rien à voir avec l’amanite vineuse, décrite précédemment). Elle se reconnaît facilement car elle est entièrement blanche, sans tache sur le chapeau ou le pied ; le chapeau est souvent en cloche, parfois désaxé ou penché ; elle possède une volve bien nette qui dépasse souvent du sol ; le pied possède un anneau fugace, c’est-à-dire qui disparaît plus ou moins rapidement. Surnommée « ange de la mort », l’espèce est donc très dangereuse : on considère généralement qu’un seul individu de taille moyenne peut entraîner la mort d’un être humain.

[b]Amanite phalloide -Amanita Phalloides-



/forum/uploads/images/1558/lpo_10_-_amanite_phalloide_-_amanita_phalloides.jpg

/forum/uploads/images/1558/lpo_11_-_autres_teintes_pour_amanite_phalloide-.jpg

C’est aussi le cas de l’autre espèce mortelle de notre pays, l’amanite phalloïde, mais cette dernière semble plus localisée dans le département (individus isolés ou stations isolées). Dans sa forme classique, cette espèce possède un chapeau gris olivâtre, avec des stries plus ou moins marquées, mais il y a une variabilité importante, avec des chapeaux plus verts, plus gris, plus clairs, parfois délavés, ce qui peut compliquer la détermination. Comme pour l’amanite vireuse, on note la présence d’une volve bien marquée à la base du pied (mais il faut le déterrer un peu) et d’un anneau ample.

Cette amanite est responsable de la plupart des cas mortels qui surviennent chaque année en France. Comme pour la précédente, les symptômes d’intoxication ne surviennent pas si rapidement que ceux des autres amanites (tue-mouches et panthère notamment) ; il faut en effet attendre plus longtemps (de 6 heures à 2 jours) avant de ressentir les premiers signes, qui sont de type digestifs (vomissements, diarrhées et déshydratation). Puis survient une phase de rémission de plusieurs heures, voire de quelques jours, au cours de laquelle les toxines ingérées vont peu à peu entraîner la destruction des cellules du foie principalement, mais les reins peuvent être atteints aussi ; ceci entraîne de nouveaux troubles bien plus graves que les premiers, et qui deviennent alors irréversibles si l’individu n’a pas été pris en charge durant la première phase.
En fait, les confusions se font la plupart du temps avec d’autres champignons à lames, comme les lépiotes (coulemelles) ou les agarics (qui ont des lames roses en général).

D’autres amanites sont plus ou moins fréquentes dans la région, mais la toxicité est sans aucune mesure avec les amanites phalloïdes ou vireuses ; mais cette toxicité est difficile à évaluer, car très variable suivant les personnes qui les absorbent : donc mieux vaut s’abstenir de les consommer !


Amanite citrine -Amanita Citrina-



/forum/uploads/images/1558/lpo_12_-_amanite_citrine_-_amanita_citrina-51fe.jpg

Par exemple, une espèce très courante dans l’Ouest est l’amanite citrine : comme son nom l’indique, son chapeau est jaune citron, avec quelques taches plus claires (qui sont en fait le reste d’un voile qui recouvre tout le champignon au moment de sortie) ; elle n’a pas de véritable volve, mais un bulbe bien marqué, ce qui est une différence majeure avec l’amanite phalloïde. Il n’en reste pas moins que la confusion entre les deux espèces reste importante, et c’est la principale raison qui doit conduire à s’abstenir de la récolter ; de toute façon, elle a une saveur désagréable, même après cuisson, et peut s’avérer indigeste.

Amanite jonquille -Amanita Gemmata-



/forum/uploads/images/1558/lpo_13_-_amanite_jonquille_-_amanita_gemmata-a7.jpg

Enfin l’amanite jonquille a une comestibilité encore plus difficile à évaluer, car elle passe pour être tantôt recherchée, tantôt relativement toxique (syndrome panthérinien) ; il semble qu’il y ait une variabilité importante chez l’espèce, au niveau des substances qu’elle synthétise. Cette espèce est souvent décalée dans le temps par rapport aux autres amanites ; elle peut apparaître au printemps, en été, en fin de saison, etc… Comme son nom l’indique, son chapeau est jaune, souvent assez soutenu, avec des plaques claires sur le revêtement ; la volve n’est pas très marquée : c’est plutôt un bulbe à rebord, comme pour l’amanite citrine.

Et ne croyez surtout pas qu’une amanite déjà bien entamée par une limace est donc forcément comestible pour un humain !

Mais ne perdons pas de vue le fait que tous les champignons participent activement à la décomposition de la matière organique dans le sol, ce qui permet d’obtenir un humus riche en substances utiles pour la vie des plantes, des arbres notamment, avec lesquels ils constituent souvent de précieux alliés au moyen des mycorhizes et une mycorhize est le résultat de l'association symbiotique, appelée mycorhization, entre des champignons et les racines des plantes. La mycorhize est une composante majeure de l'édaphon et de la rhizosphère..

Moi 1: Non là t'arrêtes t'es trop chiant!! T'façon le prochain chapitre c'est moi qui le fait.
Moi 2: OK euhh...Donc, bonnes cueillettes, mais pas d’imprudences !

Chapitres à venir: la cueillette, la préparation, la prise,set, setting, dosages personnels, effets personnels et sans le nommer sur mon meilleur pote, ma vision du monde après-Trip, antiquité, symbolique, l’onguent des sorcières qui s'enfilaient des balais, des types qui boivent le pipi d'autres types, profonde spiritualité, chamanisme d'origine diverse.

Catégorie : Carnet de bord - 18 mai 2019 à  14:54



Commentaires
#1 Posté par : Daane-El 18 mai 2019 à  17:29

CUEILLETTE,PREPARATION ET DOSAGES



Promenons nous dans les bois
Pendant que le loup n'y est pas
La la li la la la la la la la!!

On va chercher du coté des boulots principalement et des conifères comme le pin maritime ou parasol. Lorsque je les trouve, je ne prend que celles qui sont encore en boule et je fais attention à ce qu'aucun insecte ou limace n'ait attaqué le fruit que je convoite. Et je n'en prend jamais plus qu'il ne m'en faut.

L'intoxication par l'Amanite Tue-Mouche n'est que très rarement mortelle. Cette espèce est surtout connue pour être hallucinogène. Son principal constituant psycho-actif est le muscimole. Le champignon a donné son nom à la muscarine, poison du système nerveux parasympathique qu'il contient en très faible quantité, et à un type de récepteurs cellulaires, les récepteurs muscariniques.

L'Amanite Tue-Mouche contient plusieurs composés biologiquement actifs dont deux au moins ont des effets psychotropes : le muscimole et l'acide iboténique. La dose toxique chez l'adulte est d'environ 6 milligrammes de muscimole et de 30 à 60 milligrammes d'acide iboténique, ce qui correspond approximativement à la dose contenue dans un chapeau d'A. muscaria. Néanmoins, la quantité et le ratio de composés chimiques contenus dans un champignon varient considérablement d'une région à l'autre et d'une saison à l'autre. Les champignons de printemps et d'été contiendraient jusqu'à dix fois plus d'acide iboténique et de muscimole que les spécimens d'automne.

Et c'est là qu'est l'os: L'acide iboténique!! C'est ce qui amène le syndrome muscarinien (alias panthérien) et si ce syndrome est trop poussé, il provoque une amnésie totale ou presque du Trip en plus d'être hyper inconfortable pour le corp ainsi que l'esprit qu'y s'y trouve. Ceci n'est que notre expérience personnelle à moi et mon pote.

La parade se trouve dans le chauffage, je fais sécher mes amanite en deux fois. La première étape, je chauffe à 100 degrés/1 heure mais chaque chapeau est emballé de papier film et c'est là que l'acide iboténique se change en muscimole. Ensuite je les sèche définitivement au dessiccateur et je réduit tout ça en poudre et je fais des pochons de 0,5 grammes. La poudre a un gout prononcé de noisettes torréfiées

Quand je veux tripper avec ma poudre d'amanite, j'utilise du lait, du rhum et du miel. Avaler les pochons directs c'est possible aussi mais je trouve ça moins cool et je préfère prendre mon temps à l'ingestion.

Pour mes dosages



0,5 gramme sec: ça me monte en 1 heure à peu près,c'est doux et c'est social, légères modifications de la luminosité, des formes et comme une légère ivresse euphorisée mais contenue, à ce dosage je peux en prendre pour une soirée entre pote à refaire le monde. Cela reste 4 heures tout au plus et ça s'en va sans me laisser de froid ni de déprime.

1 gramme sec: les hallucinations sont plus prononcées, tenir une conversation est compliqué en terme de concentration, je perd vite le fil car les hallus sont pénétrantes et captent la majeure partie de mon attention, cependant je garde le contrôle et à aucuns moments je n'ignore que c'est le champignon qui fait ça. Je trouve ce dosage très bien adapté à ma personne pour aller danser soit au Hellfest, soit en festival techno, soit au balloche de campagne. Déjà là je préfère être seul dans mon délire musico hallucinant. Les effets sont au pic à prise +2 Heures et descendront 5/7 heures plus tard.

1 gramme et demi sec: très grosse euphorie et besoin de bouger. Là je veux même plus essayer de parler, je suis toujours là en conscience de ce qui se passe autour de moi mais la perception que j'en ai c'est comme s'il y avait un filtre et la dépersonnalisation arrivant, je deviens spectateur de moi même dans le monde et je fais le yoyo entre l'état d'acteur de ma vie et celui de spectateur sans pour autant perdre de vue ce qu'est la réalité. Les déformations visuelles sont très heurtées, pas très belles ceci dit j'apprécie énormément le coté lumineux de la vision. Ceci est mon dosage maximum pour le chem-dancing, A Roskilde, au Danemark, lors d'un festival j'avais dansé 9 heures non-stop sans boire ni manger ni pisser. Au delà de ce dosage, c'est comité restreint entre moi et mon meilleur pote.

2 grammes sec: Ambiance calme et nature avec mon pote, l'effet est lourd et va laisser énormément de souvenir de sensations, là je commence à perdre pied et je commence à rester longtemps dans le monde que j'ai mentalement fabriqué autour d'une vision. Il faut que je sois allongé. de temps à autre je reviens à la réalité et je dis des trucs qui n'ont ni queues ni têtes où des fois juste des sons, des onomatopées inventées pour l'occasion. Sur ces moments de "lucidité", je parviens tout de même à me situer dans le temps malgré un gros déboussolage général. Ce sera monté en 30 minutes et ça va rester 12-14 heures, quand je vais revenir pour de bon je serais très fatigué j'aurai probablement envie de pleurer et je vais le faire car en descente moi, j'aime me laisser aller à la mélancolie, ça me fait un bien fou. J'aurai besoin de 12-14 heures pour descendre et récupérer et un jour de plus pour une régression à la normale complète. J'aurais cependant une semaine de merde, déprimé par le fait d'être redescendu.

2 grammes et demi sec: ça monte en trente minute, le pic est au bout d'une heure, je suis dans un autre monde 9-11 heures de rang ensuite pendant 4-6 heures j'oscille entre raison et illusions la perception étrange que tout on corps est aspiré vers le haut et l'univers m'englouti je n'ai que des souvenirs de sensations et des souvenirs de souvenirs, c'est trop bizarre j'adore ça! Alors que je ne sais pas raconter ce qui se passe j'en ai un vécu au niveau sensoriel complètement clair, un espèce d'état extatique orgasmé permanent alors que d'après mon sitter je pouvais avoir des expressions du visage et du corps de quelqu'un d'épouvanté. je me roulais au sol et cherchant à m'élever tout en cherchant à remplir mes poumons d'air sans jamais les vider par d'interminables inspirations. Un souvenir de sensation que je suis pas seul et que ce qui est derrière moi est énorme et puissant Après c'est juste inexplicable, ça se vit c'est tout. Ensuite descente et mélancolie bien 15 heures et un autre jour pour être physiquement bien. Evidemment ce sera une semaine de déprime.

3 grammes secs: comme 2,5 avec des convulsions, de l'hyperventilation et de l'hyper sudation bref de l'hyper pas bien donc je ne suis pas allé plus loin en terme de dosage.

Ces dosages sont les miens et je ne conseille à personne la prise d'Amanites Tue-Mouches. Faites très attention à vous

Reputation de ce commentaire
 
Super mini guide
 
Très interessant, bien joué. Ocram
 
Enfin. Ça manquait . Merci. Boots

Posté par : Daane-El | 18 mai 2019 à  17:29

 
#2 Posté par : marvin rouge 18 mai 2019 à  17:50
Cool tr

Ça marche hein ? G pris des volées..
C prenant comme trip

Mais tu est RDR. Moi je l'étais bcp moins ya qq années..
(Cf dose de lsd, champi que j'ai pris et prend.. sans ompter la dmt, aya et iboga (dur l'ibo.. c raide, heureusement que j'avais bien causé avant avec le bwiti)

Jamais su qq dosages j'ai pris, on parlais moins rdr à cette époque.

C le seul produit qui m'a mis une vrai dissolution de l'ego (enfin ce ke j'en pense)

Et pourtant j'en ai pris des psyche, naturel et synthétique.. c mon dada, même en étant encore à 100 de méthadone.

Tu beug arrivé à certains dosages. Impossible de parler, et pr certains pendant un paquet d'heures

Posté par : marvin rouge | 18 mai 2019 à  17:50

 
#3 Posté par : Ocram 19 mai 2019 à  09:27

a écrit

La première étape, je chauffe à 100 degrés/1 heure mais chaque chapeau est emballé de papier film et c'est là que l'acide iboténique se change en muscimole.

Bonjour,

Merci deja pour ce guide, c est vraiment la classe d'avoir réussi à faire un protocole aussi précis pour un prod aussi... Délicat fache-non-non

Ma question, quand tu dis que tu filmes le chapeau et que tu laisses au four pendant 1 heures à 100 degrés le papier film ne fond pas sur le chapeau?

D'avance merci.

Ocram


Posté par : Ocram | 19 mai 2019 à  09:27

 
#4 Posté par : Daane-El 19 mai 2019 à  11:12
Yop,

Non cela ne fond pas, mon papier film est étudié pour le four comme pour la chambre froide.

On peut utiliser n’importe quoi pourvu que ce soit hermétique. Au début j'utilisais des petits pots en verre fermés par couvercle en fer. Un jour, il y en a un qu'a explosé dans mon four, une chance d'avoir mis mes pots dans un plat à bords hauts, cela n'a pas pourri mon four d'amanite ni de verre. Encore heureux, ma première femme m'aurait certainement engueulé.

Après j'ai fait ça au bain-marie aussi mais c'est chiant du coup je me suis mis au papier film. Donc voilà exactement comment je fais quand je vais et rentre du bois:

Je trouve mes Amanites, je laisse celles qui sont largement ouvertes et je ne prend que celles encore en boules en veillant tout de même à ce que l'ensemble du rouge du chapeau soit uniforme, par exemple celle de droite sur ma première photo du premier post ben c'est l'idéal alors que sur la seconde photo on observe deux toutes petites bien rondes aussi mais là c'est trop petit pour moi et je les laisse. Pour celles que je sélectionne, je les coupe en transversal pour vérifier la fraîcheur intérieure du champignon puis je met cela dans mon panier d'osier.

J'en profite pour vous dire de faire très attention au champignons que vous ramassez, qu'ils soient prévu pour faire le poulet du dimanche en famille ou pour aller parler aux ancêtres; donc comestibles ou non, il y a en ce moment une recrudescence de "maladie du renard" surtout à l'est de la France mais cette saloperie se répand et à dire vrai il faut se méfier de tout se que l'on ramasse dans les bois en France. Donc ne prenez que des champignons à l'esthétique parfaite. Et si vous repérez à deux ou trois mètres des excréments qui vous font penser à ceux d'un chien alors ne ramassez rien du tout dans ce secteur

Je rentre chez moi, vire mes bottes et la veste, me lave les mains, file dans la cuisine, met le four à préchauffer, remplis une bassine d'eau et de vinaigre blanc et j'y trempe mes Amanites 5-6 minutes c'est pour tuer les organismes que l'on ne voit pas à l’œil nu. On peut le faire à l'eau de javel également c'est alors un bouchon d'eau de javel pour 5 litres d'eau, mais après faut rincer et déjà 5-6 minutes à tremper, ça fait beaucoup d'eau et je ne veux pas que mes champignons se gorge d'eau. c'est pour cela que j'utilise le vinaigre, il n'y a pas besoin de le rincer.

Je sors la plaque du four, j'emballe individuel dans le film chaque morceau, je plaque et direct au four 90-100 degrés pour une heure. Ensuite je déballe je les met sur grille et au dessiccateur, ça va super vite, en moins d'une heure j'ai des galette d'Amanites toutes sèches, à partir de là je met un masque sur le museau.

Je pulvérise mes Amanites au blender et j'attend bien une heure avant de l'ouvrir pour être sur que tout soit bien retombé au fond du bol et je transvase le tout sur une assiette. Et là je fais mes pochons d'un demi gramme que je vais stocker au congélateur.

Depuis peu de temps, j'ai appris que des petits malins en vendaient en Teuf sous forme de gélules dosée de 0,7 grammes à 1,2 gramme et qu'ils ne savent pas toujours ce qu'ils vendent, par contre je sais pas dans quelle fourchette de prix. Alors moi je m'en fous, je n'en achèterais jamais mais si ça vous arrive d'en trouver par cette voie, faites gaffe et soyez sur de ce que vous aller consommer, en principe la poudre d'amanite a un gout de noisette très concentré avec un petit gout de brûlé par dessous. Pour la couleur c'est assez variable, la dernière que j'ai faite est marron clair avec teinte de rose, celle d'avant elle était grise rosacée, celle encore avant tirait plus sur le banc .......

Posté par : Daane-El | 19 mai 2019 à  11:12

 
#5 Posté par : Ocram 19 mai 2019 à  13:24
Daanel-el merci bcp. Peut être qu'un tel protocole pourrais me motivé dans l'avenir... Reste juste à me trouver une paire de gonades bien solide. big_smile

Pour le moment je vais rester avec mes amanites de césar que je coupe en carpaccio assaisonné d'huile d'olive, d'un filet de citron et de fleurs de sel. Une vraie tuerie mais sans dissociation par contre fume_une_joint

Ocram

Posté par : Ocram | 19 mai 2019 à  13:24

 
#6 Posté par : Mister No 21 mai 2019 à  21:27
Ye#ss Ocram!
Il manquait celle qui me fait le plus tripper. fume_une_joint
Comestible réputé mais pas de fonfon. Attention aux confusion comme d'hab.



J'ai beau lire vis récits, autant je serai partant pour des psylos une fois de plus, autant je n'ai pas envie de tester la tue mouche. punk1

Dernière modification par Mister No (21 mai 2019 à  21:31)


Posté par : Mister No | 21 mai 2019 à  21:27

 
#7 Posté par : Daane-El 23 mai 2019 à  18:35
Ah l'oronge... oui c'est de beaux et très bons spécimen.

D'ailleurs on peut la confondre avec la Tue-Mouche car après une bonne rincée celles-ci perdent leurs points blanc et prennent une teinte orangée. Par ailleurs on la nomme également fausse oronge.

J'en profite pour dire à tous les lecteurs silencieux que l'amanite tue-mouche n'est pas un "must-have" dans votre curriculum du toxico. Moi je vis l'amanite depuis mes 14 ans, c'est le deuxième psychotrope que j'ai pris dans ma vie une semaine après une poignée de sémilancéata frais. Donc j'en parle avec une apparente légèreté mais ne vous y trompez pas c'est l'amanite qui contrôle le trip et pas moi, j'ai eu des moments très très difficiles avec cette belle et enivrante sorcière. Bon j'ai aussi vécu des moments de fortes jouissances mais c'est pas gratuit tant physiquement que psychologiquement.

Posté par : Daane-El | 23 mai 2019 à  18:35

 
#8 Posté par : Ocram 23 mai 2019 à  19:40
A 14 ans t as pris de l'amanite !!! respect-2 tu es un vrai solide. C'était violent?

Ocram

Posté par : Ocram | 23 mai 2019 à  19:40

Remonter

Pied de page des forums