Redosage compulsif : allons plus loin / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » Akaion » 

Redosage compulsif : allons plus loin 



Bonjour

Tout le monde ayant consommé des stimulants a pu se trouver confronté au craving. On sait que la dopamine qui circule dans notre système nerveux central active le circuit de la récompense. Mais essayons de comprendre comment nos deux cerveaux fonctionnent.

C'est le cerveau émotionnel et le cerveau rationnel que je vais différencier, de façon pragmatique. On pourrait parler de dichotomie émotionnel-rationnel. Plus un sentiment est intense, plus l'esprit rationnel perd de son efficacité. La plupart du temps ils fonctionnent en harmonie car les sentiments s'avèrent essentiels à la pensée.

Les centres du cerveau émotionnels primitifs se sont développés au niveau du bulbe olfactif essentiel à la survie puis des couches sont apparues ensuite en formant le système limbique entourant le tronc cérébral. Ont continué de s'empiler des couches formant cette fois le néocortex.

Quand on perd le contrôle, c'est que le centre limbique prend le contrôle du cerveau. On réagit souvent même avant que le néocortex pensant comprenne la situation.

L'amygdale, un amas de structures interconnectées est près de la base du système limbique. Elle commande toutes les émotions. Sans elle, aucun sentiment n'est possible.

Lorsque l'impulsion l'emporte sur la raison, c'est que l'amygdale passe au crible toutes nos expériences vécues et selon si un risque est détecté ou non, l'amygdale secrète alors les neurotransmetteurs et hormones qui permettent de réagir au mieux. Dans notre cas de l'épinephrine (adrénaline) et norépinéphrine (noradrénaline) qui accroit la réactivité des sens.

L'amygdale réagit avant le cerveau pensant, le néocortex. Le thalamus envoie un message à l'amygdale en passant par une seule synapse, alors que le message qu'il envoie au néocortex est plus long à lui arriver. Nous traitons l'info trop tard, l'émotion réagit plus rapidement.

Les souvenirs inconscients sont des souvenirs affectifs dont l'amygdale est le siège. Dans le cas d'une consommation de drogues, l'amygdale réagit et envoie la sensation de bonheur ressenti mémorisé dans le circuit de récompense, par l'intermédiaire de la dopamine. Le néocortex interprète notre consommation comme parfois iraisonnable mais la réaction impulsive est déjà déclenchée par l'amygdale en 12 millisecondes, il faut multiplier ce temps par deux pour que le néocortex apose son étiquette.

Heureusement nous avons une structure qu'est le lobe préfontal gauche qui est censé inhiber les émotions parasites émises par l'amygdale.

Finalité de tout cela, lorsque nous perdons le contrôle face aux substances, l'existence de circuits entre le cerveau limbique et les lobes prefontaux a pour conséquence de déclencher une paralysie neuronale et même la mémoire active que gère ces lobes est incapable de fonctionner. C'est ce qui arrive outre mesure aux enfants manifestant un TDAH.

Ce qu'il nous faut alors c'est retrouver un équilibre neurochimique aidé ou non par une médication. Le prochain billet expliquera en détail le fonctionnement du TAG si répandu en ces temps.

Conseil bibliographique :
Daniel Goldman, L'intelligence émotionnelle.

Merci d'avoir lu.
Passez une bonne journée.

Catégorie : No comment - 16 février 2021 à  01:39



Commentaires
#1 Posté par : L-Olliverstone 19 février 2021 à  15:36
Merci fondamentalement précieux comme info.
C'est sûrement pareil pour l'usage de la cocaïne pour les sujets TDA/TDAH ADULTES ?
Difficile de trouver un traitement type Baclofène, méthylphénidate;;;
(....édité par la modération)

Posté par : L-Olliverstone | 19 février 2021 à  15:36

 
#2 Posté par : Toxicobartos 20 février 2021 à  07:49
Bonjour Akaion

Ton papier me fait peur. Depuis deux jours je commence a entendre très distinctement des voix et à voir, de manière très rapide des formes (qui sont humaines)

Je suis diagnostiqué bipolaires depuis 15 ans et bien stabilisé, croix tu que je peux être schizophrène en plus

Merci

Posté par : Toxicobartos | 20 février 2021 à  07:49

 
#3 Posté par : Akaion 28 février 2021 à  00:20
Hello

L-Olliverstone a écrit

Merci fondamentalement précieux comme info.
C'est sûrement pareil pour l'usage de la cocaïne pour les sujets TDA/TDAH ADULTES ?
Difficile de trouver un traitement type Baclofène, méthylphénidate;;;
(....édité par la modération)

Il est vrai qu'en France on manque véritablement d'études cliniques sérieuses sur le sujet, pour ma vision personnelle des choses l'ansm est une agence trop protocolée qui n'a pas le cran de nos amis canadiens par exemple voire américains qui vont proposer des solutions de qualité et démontrer qu'il y a un véritable potentiel non pas démontré dans l'absolu mais qui nous pousse à la recherche du côté du methylphenidate et des sels d'amphétamine pour réduire non seulement les pathologies de TDAH mais les commorbidités toxicomaniques associées.

Toxicobartos a écrit

Bonjour Akaion

Ton papier me fait peur. Depuis deux jours je commence a entendre très distinctement des voix et à voir, de manière très rapide des formes (qui sont humaines)

Je suis diagnostiqué bipolaires depuis 15 ans et bien stabilisé, croix tu que je peux être schizophrène en plus

Merci

Rien ne sert de paniquer. Je suis schizo-affectif ce qu'on appelle aussi une schizophrénie dysthimique soit la moitié du temps en spectre bipolaire et le restant du temps sur de la schizophrénie mais dans une forme moins agressive bien que très ressemblante des autres plus sévères. Ne te pose pas trop de questions au final ce ne sont que des mots et tu verras bien si tu développes quelque chose de sous-jacent ou non, mais inutile de stresser sur des diagnostics. Pense plutôt à ta qualité de vie en général et vois si quelque chose te trouble particulièrement. Si tu as des inquiétudes parle-en à ton psychiatre et si tu en vois un ton psychologue également. Ils t'aideront très certainement à éliminer des désagréments qui n'auraient pas raison d'être.

Bien à toi.
Cdt


Posté par : Akaion | 28 février 2021 à  00:20

Remonter

Pied de page des forums