Revue de presse Cannabis thérapeutique du 11 mars 2019 / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » filousky » 

Revue de presse Cannabis thérapeutique du 11 mars 2019 



IACM-Bulletin du 11 Mars 2019


Science/Homme: Les lois américaines sur le cannabis médical permettent aux jeunes de consommer moins de cannabis


Selon une étude américaine, lorsque le cannabis médical devient légal dans un État américain, les adolescents sont légèrement moins susceptibles de consommer cette drogue. Bien que les lois sur le cannabis à des fins médicales et récréatives limitent la consommation aux adultes, l’accès des adultes peut influer sur la facilité avec laquelle les adolescents peuvent obtenir la drogue et sur le fait qu’ils l’utilisent ou non, c’est ce qu’ont écrit des chercheurs dans le journal américain American Drug and Alcohol Abuse. Pour comparer la consommation de cannabis chez les adolescents dans les États dotés ou non de telles lois, les chercheurs ont examiné des données d’enquêtes sur la consommation de substances recueillies auprès de 861 082 adolescents dans 45 États, âgés de 14 à 18 ans entre 1999 et 2015.

Parmi les États inclus dans l’étude, 11 avaient légalisé l’accès du cannabis aux adultes et 18 le cannabis médical en avril 2015. « En tenant compte de nombreuses autres politiques relatives à la toxicomanie, les lois sur le cannabis à des fins médicales ont été associées à une légère baisse de la consommation actuelle de cannabis chez les adolescents, avec des baisses plus importantes dans certains sous-groupes, tels que les hommes et les adolescents afro-américains et hispaniques « , a déclaré Rebekah Levine Coley dans le Reuters, auteure et leader de l’étude, chercheuse en psychologie à la Faculté de Boston.

Reuters of 22 February 2019
Coley RL, Hawkins SS , Ghiani M, Kruzik C, Baum CF. A quasi-experimental evaluation of marijuana policies and youth marijuana use. Am J Drug Alcohol Abuse. 2019 Feb 15. [in press]



Science/Homme: Les effets médicinaux du cannabis sont principalement basés sur le THC et les fleurs de cannabis ont été les plus efficaces
Une application mobile a permis d’analyser 19 910 automédications de cannabis. Parmi elles, 3 341 personnes ont révélé que les fleurs de cannabis séchées étaient les produits les plus couramment utilisés et étaient généralement associées à un soulagement des symptômes plus important que les autres types de produits à base de cannabis. Des chercheurs de l’Université du Nouveau-Mexique à Albuquerque, aux États-Unis, ont enregistré le type de produits à base de cannabis, le mode de consommation, la souche de cannabis et les principaux composants candidats (THC et CBD), ainsi que leurs effets sur les symptômes et les effets secondaires.

Les patients ont présenté une amélioration moyenne des symptômes de 3,5 sur une échelle de 11 pour les 27 catégories de symptômes mesurées. Parmi les caractéristiques du produit, seuls les taux de THC plus élevés ont été associés de manière indépendante à un soulagement plus important des symptômes et à la prévalence d’effets secondaires positifs et négatifs. En revanche, les niveaux de CBD n’étaient généralement pas associés à des changements de symptômes significatifs ni à des effets indésirables.

Stith SS, Vigil JM, Brockelman F, Keeling K, Hall B. The Association between Cannabis Product Characteristics and Symptom Relief. Sci Rep. 2019;9(1):2712.

Mexique: La Cour Suprême juge que l’interdiction complète de la consommation de cannabis est inconstitutionnelle
La possession et la consommation personnelle de cannabis sont légales, selon plusieurs décisions publiées par la Cour Suprême. Les publications précédentes dans le journal hebdomadaire du tribunal signifient que tous les juges fédéraux seront tenus d’adresser des injonctions aux personnes qui souhaitent utiliser du cannabis à des fins récréatives et qui souhaitent obtenir une protection juridique.

Les juges ont statué que l’interdiction complète du cannabis – prévue par la loi générale sur la santé – n’était pas une mesure proportionnée visant à protéger la santé de la population ainsi que l’ordre public et que l’incrimination de la drogue violait le droit au libre développement de la personnalité. La résolution du tribunal n’oblige pas les juges à offrir une protection juridique aux personnes qui souhaitent cultiver et/ou vendre du cannabis.

Mexiconewsdaily du 23 Février 2019

Science: Des levures génétiquement modifiées peuvent produire du THC, du CBD et d’autres cannabinoïdes
Des scientifiques de l’Université de Californie à Berkeley ont mis au point des levures génétiquement modifiées pour produire du THC et du CBD, les deux principaux ingrédients du cannabis. Les chercheurs ont également conçu les levures pour synthétiser de nouveaux cannabinoïdes non trouvés dans la plante de cannabis. Cette avancée suggère une méthode de production moins coûteuse et plus efficace.
« Pour le consommateur, les avantages sont le CBD et le THC de haute qualité à faible coût : vous obtenez exactement ce que vous voulez avec de la levure », a déclaré Jay Keasling, professeur de bio-ingénierie à l’Université de Berkeley, dans un communiqué de presse. « C’est un moyen plus sûr et plus écologique de produire des cannabinoïdes. »

UPI of 28 February 2019
Luo X, et al. Complete biosynthesis of cannabinoids and their unnatural analogues in yeast. Nature du 27 Février 2019.

Science/Homme: Une combinaison de CBD et de PEA peut réduire la perméabilité de la paroi de l’intestin pendant l’inflammation

Un essai contrôlé mené par des scientifiques de l’Université de Nottingham, au Royaume-Uni, a évalué l’effet du PEA (palmitoyléthanolamide) ou du CBD (cannabidiol) sur l’absorption de lactulose et du mannitol chez l’homme prenant 600 mg d’aspirine.

Dans la muqueuse humaine, l’inflammation a diminué l’ARNnm de la claudine-5, qui était empêchée par le CBD. Le palmitoyléthanolamide et le cannabidiol ont empêché une chute des récepteurs TRPV1 et une augmentation de la transcription des récepteurs PPARα induits par l’inflammation. L’aspirine a entraîné une augmentation de l’absorption du lactulose et du mannitol, lesquelles ont été réduites par le PEA ou le CBD. Les chercheurs ont conclu que ces « résultats ont des implications dans les troubles associés à une augmentation de la perméabilité de l’intestin, telle que les maladies inflammatoires de l’intestin ».

Couch DG, Ortori HCC, Barrett D, Lund JN, O’Sullivan SE. Palmitoylethanolamide and Cannabidiol Prevent Inflammation-induced Hyperpermeability of the Human Gut In Vitro and In Vivo—A Randomized, Placebo-controlled, Double-blind Controlled Trial. Inflammatory Bowel Diseases. 2019 Feb 19. [in press]



En bref


ONU: L’ONU reporte le vote sur le cannabis

De manière prévisible, la Commission des Stupéfiants des Nations Unies (CND) ne votera pas sur les recommandations de l’Organisation mondiale de la Santé concernant le cannabis lors de sa prochaine réunion le 7 Mars à Vienne.
Forbes du 26 Février 2019

Etats-Unis: Conférence clinique nationale sur le cannabis thérapeutique
La treizième conférence clinique nationale sur le cannabis thérapeutique aura lieu du 11 au 13 avril 2019 à Tampa, en Floride.
Site web de la Conférence

Science/Homme: Une préparation orale de cannabis Bedrocan a montré une amélioration significative dans plusieurs maladies chroniques

Lors d’une étude ouverte, 20 patients âgés de 18 à 80 ans souffrant de différentes pathologies et ayant reçu des préparations orales de fleurs de cannabis (Bedrocan) ont présenté un certain nombre d’améliorations sur 6 mois : réduction de la douleur totale, amélioration de la vitalité, du fonctionnement social et de la santé en général.
Université de Modène et Faculté de Médecine de Reggio Emilia, Italie.
Palmieri B, et al. Int J Pharm Pract. 2019 Feb 15. [in press]

Science/Homme: Le CBD a eu un effet puissant sur un patient atteint d’un cancer du poumon
Un patient atteint d’un cancer du poumon, qui a refusé les traitements de chimiothérapie et de radiothérapie, a présenté une bonne réponse tumorale après l’auto-administration de cannabidiol.
Hôpitaux Universitaires des Midlands du Nord (UHNM), Stoke on Trent, Royaume-Uni.
Sulé-Suso J, et al. SAGE Open Med Case Rep. 201921;7:2050313X19832160.

Science/Homme: Interactions du CBD avec d’autres antiépileptiques
L’apport concomitant de CBD a eu peu d’effet sur le clobazam. L’exposition au stiripentol a légèrement augmenté, mais aucun effet cliniquement significatif sur l’exposition au valproate n’a été observé. Le cannabidiol a été modérément bien toléré, avec une incidence similaire d’événements indésirables rapportés lors de l’administration concomitante de clobazam, de stiripentol ou de valproate.
GW Research Ltd, Cambridge, Royaume-Uni.
Morrison G, et al. Clin Pharmacol Drug Dev. 2019 Feb 21. [in press]

Science/Cellules: Une combinaison de CBD, d’irradiation gamma et d’une autre molécule s’est révélée plus efficace contre le glioblastome
Les cellules de glioblastome « ont montré une sensibilité considérable à la destruction induite par le CBD, qui a également été augmentée en association avec une irradiation gamma et du KU60019 ». En conclusion, « le traitement du GBM humain par la triple combinaison (CBD, irradiation gamma et KU60019) pourrait augmenter de manière significative les niveaux de mort cellulaire in vitro et potentiellement améliorer le rapport thérapeutique au GBM. »
Université Columbia, New York, États-Unis.
Ivanov VN, et al. et al. Oncotarget. 2019;10(8):825-846.

Science/Homme: De nombreux jeunes patients atteints du syndrome du côlon irritable utilisent du cannabis pour traiter leurs symptômes
Des entretiens ont été menés auprès de jeunes patients âgés de 13 à 23 ans, atteints du syndrome de l’intestin irritable. 15 d’entre eux étaient des consommateurs de cannabis et 67 ne l’étaient pas. Les chercheurs ont constaté que les utilisateurs « percevaient un bénéfice médical », le plus souvent un soulagement de la douleur.
Hôpital pour Enfants du Colorado et École de Médecine de l’Université du Colorado, États-Unis.
Hoffenberg EJ, et al. J Pediatr Gastroenterol Nutr. 2019;68(3):348-352.

Science/Homme: Les femmes atteintes d’adénomyose ont des niveaux inférieurs de récepteurs aux cannabinoïdes dans l’endomètre
Il y avait un niveau réduit de récepteurs CB1 et CB2 dans l’endomètre de patientes diagnostiquées comme ayant une adénomyose. Selon les auteurs, « les récepteurs aux cannabinoïdes pourraient participer à la pathogenèse de l’adénomyose ».
Hôpital d’Obstétrique et de Gynécologie de Beijing, Université Médicale de la Capitale, Chine.
Shen X, et al. Biomed Res Int. 2019;2019:5468954.

Science/Animal: Les récepteurs CB2 jouent un rôle important dans l’inflammation
Les scientifiques ont utilisé des souris génétiquement modifiées dépourvues de récepteurs CB2, ce dernier jouant un rôle important lors de la mobilisation aiguë de certains globules blancs (neutrophiles) vers des sites inflammatoires. Ainsi, le récepteur CB2 « pourrait représenter une cible thérapeutique pour la mise au point de nouveaux composés anti-inflammatoires destinés au traitement de maladies inflammatoires chez l’homme ».
École de Pathologie Sir William Dunn, Université d’Oxford, Royaume-Uni.
Kapellos TS, et al. FASEB J. 2019 Feb 25 [in press]

Science/Animal: L’activation du récepteur CB2 peut réduire la motilité accrue de l’intestin
Des recherches sur modèle murin ont montré que l’activation du récepteur CB2 pourrait exercer un effet inhibiteur important sur l’hypermotilité du côlon induite par le stress.
Département de Gastroentérologie, Hôpital Renmin de l’Université de Wuhan, Chine.
Lin M, et al. Neurogastroenterol Motil. 2019 Feb 21 [in press]

Science/Homme: La consommation de cannabis n’a aucun effet important sur le cerveau des adultes
Dans une étude portant sur 28 consommateurs de cannabis âgés de 70 ans en moyenne et 28 non-consommateurs âgés de 67 ans en moyenne, il n’y a pas eu d’impact significatif sur le volume cortical global.
Département de Psychologie et de Neuroscience, Université du Colorado à Boulder, États-Unis.
Thayer RE, et al. Psychiatry Res Neuroimaging. 2019;285:58-63.

Science/Homme: La consommation de cannabis a un petit effet sur le cerveau chez les jeunes
Dans une étude portant sur 781 jeunes âgés de 14 à 22 ans, il existait « des associations faibles ou limitées entre la consommation de cannabis et les mesures structurelles du cerveau ».
Université de Pennsylvanie, Philadelphie, États-Unis.
Scott JC, et al. Neuropsychopharmacology. 2019 Feb 19. [in press]

Suisse: Le gouvernement veut mettre en place une étude pilote sur l’usage récréatif du cannabis

Le gouvernement a déclaré que la Suisse pourrait autoriser jusqu’à 5 000 personnes à fumer légalement du cannabis dans le cadre d’études pilotes visant à définir de nouvelles règles pour l’utilisation de la drogue par les adultes. Le cabinet a proposé des projets pilotes limités pouvant entraîner des modifications des lois interdisant le cannabis. Le plan sera mis à la disposition du public vers le milieu d’année, a annoncé le Bureau fédéral de la Santé.
Reuters du 28 Février 2019

Science/Homme: Possibles effets négatifs sur les jeunes souffrant de dépression
Lors d’une étude portant sur 141 jeunes adultes âgés de 18 à 25 ans, dont 24 souffraient de dépression majeure et utilisaient du cannabis, il y a eu des preuves que la combinaison de cannabis et de dépression majeure pouvait avoir des associations négatives additives sur l’épaisseur du cortex cérébral dans une certaine région du cerveau (gyrus temporal moyen) et la mémoire.
Département de Psychiatrie, Université de l’Illinois à Chicago, États-Unis.
Radoman M, et al. Cogn Affect Behav Neurosci. 2019 Feb 26. [in press]

Science/Homme: Fumer du cannabis peut être un facteur de risque d’asthme
Selon une enquête auprès de 2 602 jeunes adultes suivis pendant 13 ans, la consommation de cannabis était associée à un risque accru de prescription de médicaments pour l’asthme d’environ 70%. Les auteurs ont écrit que leurs résultats suggèrent que « le cannabis est un facteur de risque d’asthme bronchique ou d’utilisation d’un médicament contre l’asthme, même lorsque les facteurs de risque connus sont pris en compte. La consommation de cannabis avec du tabac devrait être évitée chez les personnes à risque. »
Unité consultative nationale norvégienne sur les Troubles concomitants de Toxicomanie et de Santé Mentale, Hôpital Innlandet Trust, Norvège.
Bramness JG, et al. BMC Pulm Med. 2019;19(1):52.

Science/Homme: Les patients atteints du syndrome du côlon irritable sont plus susceptibles de consommer du cannabis
Selon une vaste enquête menée auprès de 4 709 043 patients, la consommation de cannabis était associée à un double risque de syndrome du côlon irritable.
Département de Médecine, Centre Médical North Shore, Salem, États-Unis.
Adejumo AC, et al. EUR J Gastroenterol Hepatol. 2019 Feb 21. [in press]

Science/Homme: De nombreux patients atteints de cancer se sont traités avec du cannabis
Une analyse des données de 816 patients atteints de cancer aux États-Unis a révélé que 19% étaient positifs au THC lors des tests d’urine.
Département de Médecine des Soins de Soutien, Centre du Cancer Moffitt, Tampa, États-Unis.
Donovan KA, et al. J Palliat Med. 2019 Feb 22. [in press]



Un coup d’œil sur le passé


Il y a un an

IACM:
Le Programme des Ambassadeurs est ouvert aux candidatures
Science/Homme: L’utilisation intensive de cannabis chez les patients infectés par le VIH est associée à une amélioration de la fonction immunitaire
Science/Homme: Le cannabis est efficace pour soulager les symptômes des patients atteints de cancer
Science/Homme: Le cannabis peut avoir un effet bénéfique sur les patients atteints de fibromyalgie
Science/Homme: Selon une étude expérimentale, le cannabis améliore les effets de réduction de la douleur de l’opioïde oxycodone

Il y a deux ans

IACM:
Conférence des Cannabinoïdes 2017 – Appel aux descriptions des présentations et aux inscriptions

Catégorie : Actualités - 12 mars 2019 à  09:39

Reputation de ce commentaire
 
merci très complet Hyrda



Commentaires
#1 Posté par : filousky 12 mars 2019 à  17:14
Dans ce bulletin, la plus belle actualité est celle-ci : Science/Homme: Les effets médicinaux du cannabis sont principalement basés sur le THC et les fleurs de cannabis ont été les plus efficaces

Ça va remettre les pendules à l'heure concernant le CBD seul et les cannabinoïdes des synthèse annoncés dans l'étude sur Parkinson à La Timone à Marseille.

Un petit coup de pied dans les tibias de Big Pharma.
THC + Fleurs de cannabis = efficacité plus grande ...... CQFD !

Posté par : filousky | 12 mars 2019 à  17:14

 
#2 Posté par : Mister No 12 mars 2019 à  18:29

Ça va remettre les pendules à l'heure concernant le CBD seul et les cannabinoïdes des synthèse annoncés dans l'étude sur Parkinson à La Timone à Marseille.

Salut Fil,

Je crains que sans le vouloir, tu tires à boulet rouge sur une équipe qui ne demanderait pas mieux que de travailler sur différentes plantes afin de trouver un alchimie particulièrement profitable à ceux qui souffrent de Parkinson.

Je ne connais pas personnellement l'équipe de Marseille, mais ils sont contraints d'utiliser des synthétiques.
Les synthétiques sont donc la seule option possible pour eux de mener des recherches.
D'après moi, ils ne sont pas à blâmer sans plus d'infos ou ce serait stupide.

Le marinol ou le dronabinol sont des molécules de synthèse, mais c'est purement du THC.
Les protocoles de recherche passent par des études molécules après molécules.

Il faudrait que les scientifiques aient le droit de travailler avec des extraits ou des herbes standardisées pour leurs études et admettre des protocoles différents pour évaluer les plantes standardisées ou les extraits full spectrum comme une seule molécule.

En attendant, évaluer les molécules les unes après les autres permet un peu de combler le retard et permet d'avancer en terme de savoir, pas de prise en charge.

Certains en France utilisent des synthétiques pour leur recherches pour apporter des solutions, ici Parkinson, d'autres pour diaboliser le cannabis. Les deux groupes de recherches sont contraints de travailler avec des synthétiques. Le naturel, c'est juste pour l'expérimentation animale. Nous sommes en France.

Cette équipe a choisi d'étudier 2 composants de la plante, THC et CBD et n'ont eu d'autre choix légal que celui d'utiliser du THC de synthèse.
Ils ne le font pas pour prouver les dangers du cannabis mais pour évaluer et imaginer une prise en charge possible dz la maladie de Parkinson.

Je ne pense résolument pas qu'ils prônent l’utilisation d'une seule ou deux molécules de synthèse, vu que le sujet les intéresse, ils doivent déjà avoir vu ce qui se faisait à l'étranger.

Je ne veux pas me montrer catégorique ; autant Costentin, je sais qu'il sera tondu à la libération, autant je pense que l'équipe de Marseille a une démarche plus humaniste et pas axée sur les synthétiques malgré les zodieuses apparences.

Attendons un peu avant de dégainer ?

Je leur laisse le bénéfice du doute.
Les médecins, les chercheurs sont soumis à la même loi, surtout tant que le code de santé public sera bafoué par les autorités françaises.
Depuis 2013 il est possible d'obtenir des autorisations pour la recherche et même d'importer...

Qui a obtenu une autorisation ?


Posté par : Mister No | 12 mars 2019 à  18:29

Remonter

Pied de page des forums