Souvenir effacé (DMT) / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » Bon Vivant » 

Souvenir effacé (DMT) 



15 Juin 2021

Je suis seul à nouveau, à la maison. Il fait super beau. J’ai fini de digérer. Je me dis pourquoi pas reprendre de la DMT, même si je venais d’en prendre la veille. Je prépare la pipe, je mets 45mg, une dose inférieure de la veille et c’est ce que je voulais. Je me pose sur lit et je me détends. Il est 15h45. J’allume la pipe pour ma première taffe. Je la garde longtemps en moi. J’expire et je commence déjà à sentir les effets monter. Je me lance pour la deuxième taffe. Je ferme les yeux, tout en gardant la fumée dans les poumons. Je commence à voir des visuels apparaitre. Je relâche la fumée. Je reprends mon souffle. Je me lance pour ma dernière taffe. Je ne la sens même plus. Je m’allonge complètement et je ferme les yeux. Je garde toujours la fumée en moi, pendant que les visuels commencent à se bâtir. J’expire et le trip commence.

J’arrive dans un environnement qui semble clos et ouvert à la fois. Des entités, ou ce qu’il me semble être plusieurs, travaillent et font du jardinage. Je ne sais pas pourquoi mais ça me renvoie à un flashback de mon rêve de la veille, où je rêvais d’un tracteur. Je les vois labourer les terres avec leurs outils. Pendant ce temps-là, par instance, j’ai l’impression de voir la frontière entre mon esprit et la réalité. Je peux voir les phosphènes sur mes paupières, qui servent d’empreintes pour créer ce que je vois. Une fois que je remarque cela, tout se met à se transformer et je me mets à me déplacer en flottant, vers l’arrière. Ce qui semblait être cette même entité que la veille apparait. Cette forme géométrique qui dirige toute forme, cette grandeur féminine prend le dessus et m’emporte avec elle. Doucement, je me retire de tout ceci et je traverse les murs pour arriver dans une sorte de salle, très petite, comme une boite. Cette salle est en mouvement continue sur place, comme une usine de forme, de vie, de couleurs, un chemin pour tout ce qui existe.
Et je ne sais pas pourquoi, mais je me dis que ce n’est pas ceci, que je ne suis pas dedans, alors qu’en même temps je suis absolument fasciné par ce que je vois et je reste bouche bée. Tout est très colorée et texturée et je suis dans une réalité si complexe que je n’arrive pas à mettre de mots dessus. Cette dirigeante me laisse, comme si je l’avais vexé en quelque sorte. Je me retrouve sous une sorte de bureau avec un vieil homme qui cherche du regard cette dirigeante, cette force féminine. Je suis par terre, allongé, complètement apaisé, et là je ne sais pas pourquoi mais je tente de me rappeler de ce qui vient de se passer. Et je me souviens de ne plus m’en souvenir. Et je reste fixé là-dessus, comme un crétin, alors que je suis dans un monde absolument spectaculaire. J’arrête alors de lutter et je reviens petit à petit à moi. Les visuels disparaissent graduellement. La sensation de bien-être, d’apaisement, de flottaison reste encore bien ancrée en moi par contre.

Je rouvre les yeux et je me sens bien. Je n’ai pas l’impression d’avoir trippé, je ne ressens pas de fatigue. Tout comme la veille, j’avais oublié de le préciser dans le dernier trip report, mais quand je suis revenu à moi, je m’étais mis à me toucher les mains, et c’était comme si c’était quelqu’un d’autre qui touchait mes mains. Et c’était pareil cette fois-ci aussi. Je reprends un peu mes bases et je regarde par la fenêtre. J’admire le paysage, avec les nuages immenses qui couvrent le ciel. Je suis hypnotisé par les nuages. Les insectes et les oiseaux qui volent devant moi laissent de légers tracers. Je reste allongé encore un petit bout de temps, je reflète sur ce qu’il vient de se dérouler. Je me suis vraiment rendu compte que je ne dois pas créer d’attentes, je ne dois pas désirer quelque chose qui est hors de mon contrôle, quelque chose qui n’a toujours pas pris forme. Je dois être plus présent dans le présent, et accepter ce que j’ai sous la main.
Et le fait d’oublier ce qu’il venait de se dérouler était assez effrayant et en même temps libérateur à partir du moment où j’ai décidé de ne plus me focaliser dessus. C’est incroyable quand même d’avoir pu oublier quelque chose de si grand et intense en si peu de temps. Il y a beaucoup trop d’informations à gérer d’un coup, c’est pour ça qu’on ne puisse pas s’en rappeler facilement. Je me souviens surtout d’avoir eu une vraie connexion avec cette dirigeante, avec cette entité, et qu’on a communiqué sans rien dire. Il s'est passé quelque chose mais je ne saurai dire quoi exactement. Et tout a disparu en un clin d’œil, me laissant seul dans ce monde, qui disparait petit à petit peu de temps après.

C’était un bon trip, qu’à durer environ 10 minutes. Je suis entré dedans avec l’intention d’en voir plus, d’en savoir plus. Et j’ai encore appris, une fois de plus. J’ai l’impression à chaque fois que ce n’est que le début, que j’ai beaucoup à apprendre, que je recommence à zéro quand je reviens d’un trip sous DMT. Après le trip, quand je suis resté allongé à contempler le monde par ma fenêtre, j’avais encore cette sensation forte de cocoon dans mon cœur. Comme si un ballon de baudruche avait recouvert mon cœur et qu’il s’était enfin dégonflé, ou éclaté. Cette même sensation qu’on peut retrouver sous LSD ou champi, mais plus forte ici, évidemment c'est dû à sa courte durée. A l’heure où j’écris ce TR, seulement quelques heures plus tard, et je continue à ressentir encore un peu ces effets au niveau du cœur. Je me sens bien, mon souffle est bien, j’ai l’impression de pouvoir courir pendant des heures. Mon seul regret est de ne pas avoir médité après le trip, je n’y avais pas pensé sur le coup mais c’est pas grave, je le ferais la prochaine fois.


Catégorie : Trip Report - 22 juin 2021 à  22:55

#DMT #Psychédélique #solo #souvenir



Remonter

Pied de page des forums