je te défoncerai (sexuel, ne pas lire si susceptible d'être choqué) / Les Blogs de PsychoACTIF

je te défoncerai (sexuel, ne pas lire si susceptible d'être choqué) 



Ce  matin, à l'aube, je suis sobre, je fais irruption dans son appartement, j'ai sa clef, il  a consommé de la CC à minuit, et je sais qu'en descente il a des tendances bizarres.

Il est réveillé, il descend sur le plancher, en cycliste et bottines à talons.

Je lui assène des coups de pied avec mes Doc Martens, sur ses cuisses, sur ses fesses, et même sur ses parties génitales. Les semelles sont élastiques, ou alors je ne frappe pas assez violemment, ou ai-je rêvé encore? Il n'aura pas de traces. Pourtant on entend que ça cogne, un beau bruit sourd. La musique des doc sur les corps... le bruit plus fort que les coups ?

Je lui pince les seins violemment, j'utilise la tête de fraisage à fibre aiguisée, qu'il a sur sa cheminée, pour lui picorer les tétons en tapotant sèchement. Je pense que j'y vais très fort car il s'enroule littéralement autour de la tête de fraisage, je suis concentré sur ses tétons. Mais aucune goutte de sang cette fois-ci ne sera versée. Est-il davantage résistant à la douleur? la douleur s'apprend n'est-ce-pas?

J'attrape au vol un de ses godes qui traîne par terre, un pas trop gros, après avoir vérifié l'humidité de son anus (RDR). Je le viole en enfonçant dans son colon le long pénis beige que je  coince avec ma bottine. C'est lui qui va devenir actif à présent, il va bouger. Ça va vite alors, il danse autour du gode. Puis il jouit en silence,on voit ça au fait qu'il arrête de se cabrer au rythme de sa profonde respiration, et qu'il devient raide un long instant. Chorégraphie de l'orgasme masculin. Yoga du premier chakra...

Alors j'enlève mon pied, laissant le gode en place, et je m'en vais , discrètement, pour me recoucher,  dormir encore un quart d'heure. De sales réunions m'attendent ce matin, plus rien de beau comme maintenant.

Ça a duré dix minutes. Quand il n'est pas sous cc, il n'est pas comme ça.

Et moi ... Ce besoin compulsif d'écrire, pour mettre des mots sur les émotions, pour ancrer les souvenirs. Comme si, hors du sexe et de l'intellect, entre les deux... il n'y avait rien.

Catégorie : No comment - 13 juillet 2018 à  20:43

#chemsex #descente #cocaïne



Commentaires
#1 Posté par : janis 13 juillet 2018 à  20:46
Bootspoppers, je reste une inconditionnelle de tes textes.

Merci de partager des émotions, des sensations pas toujours faciles à partager.

Janis

Posté par : janis | 13 juillet 2018 à  20:46

 
#2 Posté par : Ratounette 13 juillet 2018 à  20:58
Wouf.


C'est pas choquant, c'est juste puissamment costaud.

Posté par : Ratounette | 13 juillet 2018 à  20:58

 
#3 Posté par : Anonyme1949 13 juillet 2018 à  21:29
Boots,

C'est magnifique, merci du partage.

Emotions pures, ivresse sexuelle,...

Je suis un hétéro accro à tes maux.

Posté par : Anonyme1949 | 13 juillet 2018 à  21:29

 
#4 Posté par : Alainbeta9 14 juillet 2018 à  09:32
Ça me fait tellement de bien de lire ça... on prend son pied dans des conditions hallucinantes parfois...
Ce n’est pas choquant c’est juste la réalité de nos désirs plus ou moins assumés et plus ou moins assouvis.
Bonnes réunions ;-))

Posté par : Alainbeta9 | 14 juillet 2018 à  09:32

 
#5 Posté par : BoilingBlood 14 juillet 2018 à  09:58

Bootspoppers a écrit

et je sais qu'en descente il a des tendances bizarres.

Dommage qu'on n'ait pas eu de precisions à ce niveau là, j'aurais bien voulu savoir ce que tu juges être des "tendances bizarres", surtout après avoir lu

Bootspoppers a écrit

Je lui pince les seins violemment, j'utilise la tête de fraisage à fibre aiguisée, qu'il a sur sa cheminée, pour lui picorer les tétons en tapotant sèchement.

lol

Aucun jugement de ma part, je précise au cas où.
J'aime toujours lire ces textes personnellement smile


Posté par : BoilingBlood | 14 juillet 2018 à  09:58

 
#6 Posté par : Eau delà 14 juillet 2018 à  11:08
J'aime bien le texte parce que pour une fois t'as pas raconté 120 pages ahah. Après je t'avoue que le viol.. Voilà quoi. Mais c'est bien raconté.

Posté par : Eau delà | 14 juillet 2018 à  11:08

 
#7 Posté par : janis 14 juillet 2018 à  12:23
Je ne sais pas si un viol consenti et scénarisé est toujours un viol? Il me semble qu on a été plongé au sein d une scène, certes vécue intensément, mais totalement sous contrôle.

Mais je suis sur un terrain glissant, je sors drapeau-blanc

Janis

Posté par : janis | 14 juillet 2018 à  12:23

 
#8 Posté par : Eau delà 14 juillet 2018 à  16:45
Étant donné que le mec est dans un état pitoyable je pense pas qu'un consentement soit positif ahah

Posté par : Eau delà | 14 juillet 2018 à  16:45

 
#9 Posté par : janis 14 juillet 2018 à  16:54
Si son kiffe est de se faire prendre défoncé....et que les personnes sont proches, se sont entendues au préalable, sobres, alors on peut parler de consentement. Après évidemment ça se discute.

Par contre l utilisation d un safe word peut être très relative même sans être sous l effet de substances (effet des endorphines, etats seconds naturels type sub) , dans ce cas c est au partenaire actif et sobre d être attentif au moindre signe.

Posté par : janis | 14 juillet 2018 à  16:54

 
#10 Posté par : Bootspoppers 14 juillet 2018 à  18:41
Exact Janis : safe word ou adhésion.
Là l'adhésion a été vérifiée:
À la lubrification anale préexistante,
Et au comportement actif du soumis qui s'est fait jouir tout seul.
Au surplus c'était son gode qui était à disposition.
La défonce n'était pas accompagnée d'absence. Le sujet était parfaitement conscient mais excité et désinhibé.
Le mot viol est excessif évidemment.
Quelle tristesse que le même mot puisse être utilisé pour un crime (eh oui) et pour une jolie pratique.
La première fois que j'ai fait éjaculer une nana, c'était dans un viol scénarisé. C'était il y a dix ans en boîte libertine, à Rotterdam. En sortant d'elle j'ai vu avec terreur le sperme couler et j'ai pensé à une rupture de préservatif... Elle a éclaté de rire en voyant mon visage décomposé... J'étais tellement effrayé que je n'aie même pas eu le réflexe courtois d'aspirer la substance et de lui rouler un  pour fêter ça en dégustant à deux le fruit de son fantasme.
Quelle tristesse....
Eau delà :

l'état pitoyable fait doûter du consentement

tu es si mignonne.... mais encore peut être inexpérimentée? La compagnie de personnes mûres ne te serait elle pas bénéfique pour développer tes connaissances sur les honnêtes perversions smile ?
Et franchement les substances aident à s'ouvrir l'esprit...


Posté par : Bootspoppers | 14 juillet 2018 à  18:41

 
#11 Posté par : janis 14 juillet 2018 à  18:55

Bootspoppers a écrit

Quelle tristesse que le même mot puisse être utilisé pour un crime (eh oui) et pour une jolie pratique.
La première fois que j'ai fait éjaculer une nana, c'était dans un viol scénarisé. C'était il y a dix ans en boîte libertine, à Rotterdam. En sortant d'elle j'ai vu avec terreur le sperme couler et j'ai pensé à une rupture de préservatif... Elle a éclaté de rire en voyant mon visage décomposé... J'étais tellement effrayé que je ne même pas eu le réflexe courtois d'aspirer la substance et de lui rouler un matin pour fêter ça en dégustant le fruit de son fantasme.
Quelle tristesse....

Tiens j'avais jamais vu ça comme ça....c'est que le fait qu'il y ait le viol, crime abject au sujet duquel je ne ressens aucune ambiguïté et le "viol fantasme" consenti et objet de scénario, qui porte à confusion, il faudrait trouver un autre mot.

Après oui tu fais bien de différencier le SW de l'adhésion qui passe par une attention portée à un tas de signaux non verbaux. Parce que le SW passée certains stades psychiques il est looooooooooooin.


Posté par : janis | 14 juillet 2018 à  18:55

 
#12 Posté par : Eau delà 14 juillet 2018 à  21:30
Oh beauté je ne veux plus rien savoir de tes perversions. Je reste dans ma poésie de jeune enfant sage.big_smile

Posté par : Eau delà | 14 juillet 2018 à  21:30

 
#13 Posté par : Bootspoppers 14 juillet 2018 à  22:18
Eau delà. Mes perversions ne font nullement miennes, elles sont universelles et touchent au profond de nos âmes humaines.
" Les démons du hasard selon
Les lois du firmament nous mènent
À sons perdus leurs violons
Font danser notre race humaine
Sur la descente à reculons"
drogue-peace

Posté par : Bootspoppers | 14 juillet 2018 à  22:18

 
#14 Posté par : PsychonⒶut 03 août 2018 à  18:06

janis a écrit

Je ne sais pas si un viol consenti et scénarisé est toujours un viol? Il me semble qu on a été plongé au sein d une scène, certes vécue intensément, mais totalement sous contrôle.

Mais je suis sur un terrain glissant, je sors drapeau-blanc

Janis

Complètement d'accord "la scenarisation" et le contexte annule toute forme d'animositée...

Et puis j'imagine qu'un vrai "voleur"  wink ne prendrais pas la peine de vérifier le taux d'humidité, chouette passage lol le mot RDR lâché la au millieu m'as fait rire de bon cœur ...

Et puis...  il a jouis punk-headbang


Posté par : PsychonⒶut | 03 août 2018 à  18:06

 
#15 Posté par : sud 2 france 31 août 2018 à  01:21
certaines phrases font nettement penser à W Burroughs

Posté par : sud 2 france | 31 août 2018 à  01:21

Remonter

Pied de page des forums