réunion psycho heads 5 mai 2018: Journée mystique à Héricourt / Les Blogs de PsychoACTIF

réunion psycho heads 5 mai 2018: Journée mystique à Héricourt 



5 mai 201, samedi.
Pascal vient me chercher à la gare, il m'apprend qu'il vient de se faire cambrioler.
Mais miracle. Nous allons chez lui. Sa femme a le sourire aux lèvres : les voleurs ont laissé dans le jardin ce qu'ils ont emporté. On en est quitte pour un peu de rangement.
Le destin veille sur Pascal comme Pascal veille sur nous.

Voilà, nous sommes là 5, 4 stars de PA, en chair et en os. Et moi.
Je me faisais une tout autre idée des personnages. Les pseudos présentent, de façon onirique ou parfois un peu réductrice, comme des personnages de B.D. À côté d'eux, je suis un grand agité. Tous sont extrêmement calmes et posés. Dreamyn me parle de Howard Becker, entre autres choses liées à la vie et à la mort. D'abord d'autres sujets de politique publique, très important. J'aurai du boulot pour quelques mois devant moi.
Tout d'un coup, dans cette grande salle lumineuse, le calme s'intensifie. Z sort un énorme cabas de courses d'un hypermarché. On nous a parlé d'un atelier, une séance de réduction des risques.
Mais c'est bien autre chose que je vais vivre.
Z déploie sur la table une nappe bleue qui brille à la lumière. Il sort une coupelle, de l'eau, des petits grains blancs d'une gélule, ainsi qu'une aiguille acérée, une lancette, avec une seringue. Z commence par faire devant notre silence recueilli une toilette approfondie de ses mains et de ses avant-bras. Il parle doucement, il nous a remis le rituel imprimé sur un papier en couleur pour que nous puissions suivre. Je bois ses paroles. Devant nous, il broie la poudre pour en faire une fine farine au milieu d'un papier, la dispose dans la coupe avec l'eau pure qu'il chauffe légèrement au feu d'un briquet. Il filtre le mélange dans la seringue après avoir préalablement humecté la toupie. C'est la fin de la préparation de la cérémonie. Tout cela dure longtemps, un petit quart d'heure. Il n'y a pas de musique, il n'y en a pas besoin, on entendrait les mouches voler.
La partie publique arrive à son terme. Publique est un bien grand mot, puisque nous ne sommes qu'en réalité que quatre assistants à être initiés.
Z se lève.
Le reste sera intime, voire secret. J'ai le privilège de l'accompagner dans un bureau à côté. Z me parle, tout en douceur. Je vois de nombreuses plaies à ses mains. Il a un corps maigre, peut-être a-t-il une légère barbe ? Peut-être a-t-il des cheveux longs?
Il se pose un garrot.
Et là, à mon regard émerveillé, les larmes à mes yeux, il m'offre la vision de la seringue qui s'illumine au flamboiement du sang.

Catégorie : Réduction des risques - 26 septembre 2018 à  22:54



Commentaires
#1 Posté par : janis 26 septembre 2018 à  23:22
Merci de ton intensité Boots.

Posté par : janis | 26 septembre 2018 à  23:22

 
#2 Posté par : Nils1984 27 septembre 2018 à  02:13
wouah mais... wouah **
(j'aboie pas, j'ai vu la scène décrite...

un flash-back y'a longtemps...

avant une sentence parfaite en fin de texte...)

wouah

merci vieux

et take care

Posté par : Nils1984 | 27 septembre 2018 à  02:13

 
#3 Posté par : Zazou2A 27 septembre 2018 à  10:37
Je connaissais le texte, mais ça fait plaisir de le voir publié!

Un très bon moment passé avec vous en tout cas ! J'espère qu'on aura l'occaz de le faire de nouveau cet hiver !

demon1merci-1fume_une_joint

drogue-peace

Zaz

Posté par : Zazou2A | 27 septembre 2018 à  10:37

 
#4 Posté par : Bootspoppers 27 septembre 2018 à  11:55
Eh oui zazou... Tout ce qui est secret doit être révélé !  ☺

Posté par : Bootspoppers | 27 septembre 2018 à  11:55

 
#5 Posté par : Nils1984 27 septembre 2018 à  13:06
Salut Boots
t'en es où avec la C du coup ??

Posté par : Nils1984 | 27 septembre 2018 à  13:06

 
#6 Posté par : Bootspoppers 27 septembre 2018 à  13:41
@Nils
J'ai commencé à 10 mg.
Puis 50 mg.
100 mg pour l'instant.
130 ou 150 mg ce weekend.
Je monte progressivement et toujours accompagné.  Je sais que je vais m'approcher du point critique.    Alors je tente de faire gaffe.
(Sinon j'ai découvert le crack et c'est bien. Mais tout s'apprend ... pas addict mais content de connaître ca).
*****
Mais en vérité .... ma cocaïne pour l'instant c'est vous,  mes semblables. 
***
Donc j'ai versė une larme à Hericourt.
Pour mon premier vrai fix, dans une autre campagne perdue comme Hericourt , c'est l'ange qui m'accompagnait qui a fait rouler sa larme sur mon avant bras. De cette symétrie,  je m'en suis souvenu en te relisant. ...
Cette larme d' E*** à M*** comptera plus pour moi que le contenu de toutes les pompes à venir.
Quel dommage qu'on ne nous ai pas photographiė e s. ...

Pourquoi on pleure dans ces moments là? 

(Ça ma rappelé une exposition que j'ai vue à New York de Nan Goldin sur les droguės des années  70-80. Bon c'est con de dire que Nan G c'est nul en terme de formalisme.  Beaucoup de clichés étaient flous,  délavés.
Ma femme et moi on est resté scotché e s.
Une émotion indicible. 
Je crains de ne plus jamais pouvoir aller au Museum of Modern Art  tant j'ai peur de ne pas pouvoir renouer avec cette communion unique dans ma vie entre un lieu, un sujet, ma femme chérie, et moi même.  J'aurai peur de profaner le souvenir.
C'était en septembre 2016.
Un des moments les plus forts de ma vie.
Je crois que  je devrais publier un blog sur Nan G).

/forum/uploads/images/1538/12292071.jpg

Posté par : Bootspoppers | 27 septembre 2018 à  13:41

 
#7 Posté par : Artiste de Reve 28 septembre 2018 à  15:29
Salut Boots, salut les Autres,
                                               vous m'étonnez tous de prendre à la légère une initiation à l'injection, qui généralement débouche sur une "vie de junky".
             Alors ce n'est pas du tout responsable de montrer le rituel et par une drole de pudeur se cacher pour la dernière partie, et en plus avec un non-initié qui risque de ne pas le rester longtemps.
             L'overdose en IV, est à ma connaissance la plus grande cause de décès chez les toxicos. Alors si des membres de PA se retrouvent en extérieur pour augmenter les risques, il y a un truc qui m'échappe.
      Pour tout dire, je ne suis pas quelqu'un de particulièrement raisonnable. Récemment j'ai fais gouter du HBW à 3 personnes individuelement, des doses de 5 à 7 graines selon les cas. Eh bien ce fut un échec total, ou à peu près, à par un ange et des formes géométriques une fois. Les 3 personnes n'étaient pas pretes sauf une. C'est une lourde responsabilité ça aussi, sur le plan psychiatrique, si la personne est malade, fragile,..., ça peut provoquer des dégats graves.

Posté par : Artiste de Reve | 28 septembre 2018 à  15:29

 
#8 Posté par : Artiste de Reve 28 septembre 2018 à  16:00
Boots, tu parles de l'Ange qui fait rouler un larme sur ton avant bras. Tu as vu un ange pendant combien de temps avant de ressentir le contact avec cette abominable seringue.
            Je ne sais pas ce que tu, vous, en pensez mais j'aurais préféré lire le TR d'une bande de PA qui se fait un trip spirituel avec des psylos par exemple, avec pour certain quelques pécos. Pas la peine de prendre autre chose avec ça.
            Je suis assez intéréssé par les trip mysthique alors si vous en avez à rapporter.

Posté par : Artiste de Reve | 28 septembre 2018 à  16:00

Remonter

Pied de page des forums