une allégorie (extrait du Temps-Inversé) / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » Nils1984 » 

une allégorie (extrait du Temps-Inversé) 



Sans mes expériences polytoxicomanes, je n'aurais jamais écrit ce texte qui suit issu de mon roman d'anticipation. Je me souviens avoir une fois posté ce texte que j'ai revisité et réécrit ensuite pas mal de fois, jusqu'à trouver ce fond final et cette forme définitive. Je comprendrais que peu de personne voit les rapports entre ce texte et les prérogatives de PA, mais pourtant... ils sont nombreux. Il s'agit bien d'une longue métaphore sur la nécessité à un moment donné de sa vie de "remonter à la surface" quand le tour d'horizon des expérimentations chimiques finit par devenir ingérable. PA m'aura permis en + d'expérimenter mon style d'écriture, de 2016 à 2019, d'expériences très pénibles aux événements actuels qui ont refaçonné nos visions du monde...
Ceci est donc l'intro d'un roman qui est en passe de s'achever d'ici peu, du cyberpunk aux visions trashs, déroutantes et sans concessions, basé en l'an 2120 et traitant d'un totalitarisme cybernétique (le Circuit) mais aussi de toutes les addictions possibles et inimaginables, devenant enjeux de pouvoir et de contrôle des masses (tel le Meilleur des Mondes)...


PS : ce billet est dédié à une amie très chère : à Cependant cool

⁜⁜⁜⁜⁜⁜⁜⁜⁜⁜⁜⁜⁜⁜⁜



Glossaire rapide :



Aodenn : hors-contrée du centre-ouest d’Hexagon
Cittium  : hors-contrée « délivrée » d’Anchorage, le Jardin-noir s’y étend.
Hexagon (Exfrance) : Ancien-État, régie par [[A]], médiapole phare des 3 cyt-forteresses.
Shenling : médiapole géante des côtes Atlantique (Tertiaire). Le Cyt-Rad-S y a sa base.
Kaïds : microsphères célestes de destruction massive, pilotées par les PsychoCentres.
spectroplasme : cavité holographique, d’où se forment les ectholos.
télécard : bracelets-transmetteurs connecté aux hectɵweb. 
syntellite : microsphère intelligente reliée au télécard.
boucle-connective : disque dur externe de la taille d’un pépin de pomme, d’une capacité de stockage gigantesque, qui s’implante exclusivement sur mégatrans. La Clé en est une.
médiapoles : supravilles intelligentes des cyt-forteresses reliées aux réseaux du Circuit, où résident les populations contrôlées au biais d’une RVI absolue, nommée MétaPhrèn.
PsychoCentres : chaque cyt-forteresse est régie par un PsychoCentre qui pilote les médiapoles. Les 3 PsychoCentres ont cependant dépassés d’année en année leur prérogative première et se sont institués progressivement en organisateurs des espaces-transférés, contrôlant de ce fait les Kaïds quand bon leur semble. 
I.S : Intelligences de Synthèse, gérant les PsychoCentres. Dans le MirAge, elles sont localisées entre les infɵplans imperceptibles/inaccessibles, dans le « vide » séparant les infɵdés. L’Ensynaux est un ensemble complexe matriciel formée d’innombrables sections-subdivisions d’I.S. 
Cyt-Rad-S : couloir océanique d’asphanéon, reliant la 2nd à la Prim cyt-forteresse à travers l’Atlantique
Ab-strate : unification totale du Circuit cybernétique au travers des 3 cyt-forteresses et de ses ressources vivantes, largement désertifiées, du Globe totalisé. L’Erzat, Le latin-franglais et les idéogrammes sont les langages courants. 
Anticorps : brigadiers policiers des trois PsychoCentres, scrupuleusement sélectionnés par ceux-ci. Les brigades d’Anticorps sont dirigées par des spirit-XP. 
Immersion : RVI totale, nommée MétaPhrèn par les strates supérieures.
Somawak : Immergé Permanent. Les spirit-XP sont des explorateurs extrêmes du MirAge.
Ancestral : Semi-Immergé, n’ayant que le contacteur et l’hystographique
meutes : clans de nomades ou itinérants et d’indés. Les nomades revendiquent eux-mêmes le terme « meutes ».
hors-contrées : déserts limitrophes des cyt-forteresses. Les hors-contrées sont divisées en cantons, les cantons sont divisés en zon’oasis, tenus par les phratries. 90% des constructions et des habitats sont faites de pierres. Seuls certains cœurs de zon’oasis ont leurs cabanons fabriqués en bois.
zon’oasis : champs libres autogérés de reforestation et de plantations aux frontières ou aux centres des hors-contrées :
Le Sérapis, le Delphinium, l’Iphis, le Jardin-noir, le Fuzz, le lac Stratovarius
Jardin-noir :  immense zon’oasis de Cittium à Anchorage. La légende urbaine le décrit comme l’endroit où « renaitra » le monde. Imperceptible pour les I.S et redouté par les Anticorps, le Jardin-noir est l’épicentre des expérimentations infɵpirates.
phratries : ensemble de tribus de délivreurs-délivreuses [ FDL, lieutenants, mouvances-infɵpirates, négociants-reporters ]. Les tribus sont divisées en sections.
cercle-nuit : réunions / cercles de discussions ré-initialistes dans les gribétons du StorAge. 
anfract : entrées scellées et camouflées dans les terres de zon’oasis, menant au StorAge.

StorAge
[Réseaux intraterrestres mondiaux de la Délivrance]


Constitué de 3 Clairières :
Clairière d’Ouest (sous les Terres du Centre-Ouest, anfract du Cratère de Chixulub)
Clairière Médiane (sous les Terres du Centre-Nord)
Clairière d’Orient (sous les Terres du Centre-Est)
Chaque Clairière est répartie de 3 Niveaux constitués de districts.
Chaque district se réparti en gribétons, eux-mêmes constitués de blocks [habitats et cabanons]

Surface : à partir de 2108 et son cloisonnement définitif, la Surface est l’horizon à atteindre des prisonniers reclus du StorAge

/forum/uploads/images/1614/le-temps-inverse-1.jpg


Le Temps-Inversé




Au cœur d’un monde souterrain, dans l’une des trois Clairières du StorAge, s’opérait dans la plus incandescente des improvisations, l’ouverture de session d’un cercle-nuit inhabituel. Un appel sur-amplifié de convergence avait tonné la veille de ce jour sur cent directions de nombreux districts, autour de chaque gribéton et de leurs blocks répartis. Dans une mêlée des enfers, se rejoignaient au 2ème Niveau des flux non stop de délivreurs issus d’horizons différents. Une foison de murs fut abattue pour coordonner les passages étroits aux réseautages de canaux, relayés de rails. Deux stations-ruines de métros furent démantelées ; toujours bordées d’engins miniers, de décombres épars et de rames depuis longtemps parsemés en habitats. Une large étendue sanctuarisée se libérait. Par une floraison de galeries excavées en tunnels, des centaines d’hacktivist s’arrimaient dans les enceintes, la plupart équipée de baudriers pour les parcours ascendants et les descentes en rappel. L’abime, le déclin, le désarroi se projetaient de leurs corps en mouvements ; des corps déficients, en carences diverses, des corps qui avaient résisté – qui résistaient toujours – à des années d’ombres, d’éclairages artificiels, de néons sordides et de vivres recyclés ; des corps endurcis jusqu’aux racines de l’âme. Les groupes réunis formaient un ensemble hétérogène, seules se rendaient indistinctes leurs frusques, combinaisons boueuses, hardes sombres, djellabas de désastre. Presque s’apparentaient-ils aux Poilus d’un temps trop lointain, ou aux jeunes soldats Libériens travestis, fringues b-boys et AK47 aux épaules – scène sanglante d’une guerre totale ou guerres tribales passées, somme toute perdues des mémoires. L’archiviste Dinraw et son alliée Zea, négociante-reporter, accostèrent sur place dès l’appel. Connecté à leurs bracelets-transmetteurs, un petit syntellite pupillaire virevoltait à leur côté, captant de seconde en seconde en tant que journal numérique, l’action de ce monde enfoui. Le tandem se créait un passage difficile et non sans dangers ; une position adéquate pour un enregistrement vidéo fut repérée par Zea, cœur battant plus que de coutume.
Les compagnons et compagnonnes regroupés se donnaient des accolades, de leurs mains topaient d’autres mains sur la base de codes liés aux différentes bandes. Même les antagonismes ou désaccords manifestes entre individus, cessèrent pour cette réunion qu’on désignait comme unique. Dans ces corridors de corps las, quelques échauffourées eurent cependant lieu, plus par usure que par envie d’en découdre. Lorsque plusieurs FDL encadrés d’une dizaine de lieutenants se frayèrent un chemin au sein de la foule réunie, les ondes du chambardement furent balayées par un silence progressif. Les FDL se placèrent au centre de l’agora. Parmi eux, marchait le Phasm, paré d’une épaisse parka plus délavée que cendrée. Sa visière en quartz brunâtre se confondait aux cliquetis lumineux de l’obscurité, dissimulant l’ensemble de son visage.
Il salua tour à tour les lieutenants déjà tapis aux abords d’une cavité holographique située au centre de la place. La vaste agora était dominée de cinq piliers de rocs séculaires, surmontés d’épaisses et ventrues balustrades conçues pour la plupart en hâte. Pareilles aux digues, les gradins de ferrailles rafistolées s’imprégnaient d’une marée humaine rapidement émergée. Autour d’elle et disposés de manière symétrique, sept braseros scandaient leurs chants, par la mouvance saccadée et gracieuse de leurs flammes. Les tribunes qui surmontaient les bancs de pierre et celles avoisinantes se remplirent de monde ; un monde que le Phasm contempla dix secondes, pendant que faiblissait l’éruption de sa rumeur.
Avant qu’il n’articule posément ce qui allait advenir, toutes les lueurs émises par les lampes halogènes, les faisceaux provenus des étages supérieurs et les rayonnements des télécard s’éteignirent. Seules les centaines de torches continuèrent d’émettre leur chaleur, qui braisait les façades ombrées de nuances sépulcrales, d’un orange dégradé digne d’une naine rouge à l’agonie. Les braseros parurent y synchroniser l’aléa du mouvement de leurs feux. Le Phasm croisa ses mains au bas-ventre. 

– Cette nuit est un tournant décisif de notre histoire, frères et sœurs. Nous faisons appel à Garima, hacktivist d’Ombrillégal, de la phratrie T’R-Ink.

Déjà naquit un violent souffle d’étonnement, égaré et perplexe, coloré d’effarement. Ce souffle viral se répandit en chaque lieu, en tous sens, relayé par les télécard sur l’ensemble des hyper structures du StorAge. L’incertitude régnante se mit brusquement en standby, la foule réunie parut onduler d’improbables questionnements. L’étonnement ainsi partagé endossa l’habit d’un gospel, le tempo cardiaque de Dinraw devint brutal. Incrédule, il murmura aux oreilles de Zea, qui cramponnait ses mains à la rambarde :

– Bon sang, c’est une hacktivist de l’Aodenn ! Restée de tous temps à la Surface. Ils ont donc réussi…?

Le Phasm lança :

– Garima… tu nous entends, tu nous perçois ?
– Oui à peu près…, murmura la silhouette qui se formait au creux du spectroplasme, pour apparaitre en ectholo parasité de fréquences instables.
– Quelles nouvelles du monde ?

Détonna alors une explosion de joie, immédiate et surpuissante acclamation, électrochoc de cris libérateurs et de rires embrasés, d’une furie de mains battantes et de poings levés, dépassant en intensité les secousses d’un séisme. Des secondes irréelles aussi brèves à la vie qu’un météore se dérobant à la vue.
Survivance portée haut par l’ovation, ce moment aux yeux de tous était envoutant, unique.
Absorbés par la liesse, Dinraw et Zea rugissaient, battaient des mains, se fusionnaient au rythme d’un sentiment commun de libération. Aucune larme versée, seuls des cris de joie – aussi inaltérés que les pleurs d’un nouveau-né. Les lueurs ombrées magnifiées par l’éclairage sommaire des torches, se firent moins brillantes que le sourire que Zea déployait, envoyant ses instructions au syntellite, qui filmait les abords, zoomait alentour les expressions sonnées des visages mortifiés. La brulante vénération de ce moment ne put cesser qu’après l’intimation des lieutenants encerclant l’agora de revenir au silence.
Bien qu’à moitié camouflé par un masque-octet, le visage de Garima semblait porter de lourds stigmates de brulures cicatrisées, et son expression n’avait rien d’exaltée. Emmaillotée d’une combinaison d’artificier sous un drap de laine lui tombant jusqu’aux chevilles, ses yeux clignaient rarement.

– Nous sommes désolés ami. Seules trois phratries ont survécu. Deux tribus de Démos Furia et quatre de la 0-Très poursuivent le combat. Les trois PsychoCentres se sont déchainés, même leurs concepteurs ont été pris au piège. Nous avons été passé à l’insecticide. Une forme terminale d’agent-orange a été utilisée contre nos derniers champs libres et nos récoltes. On dénombre une centaine d’hacktivist encore en vie. Tous les hacktivist de T’R-Ink ont été exterminé. Mais ces estimations ne sont pas certaines car nous n’avons aucune nouvelle de la 5ème d’Océanie et d’Ankorr. Les hacktivist de ces tribus sont apparemment toujours de ce monde. Pour ce qui est des territoires… ils sont ravagés, et… comment dire… personne ne comprend ce qui se passe ici. Voyez par vous-même :

Le syntellite de Garima se centra sur l’holographie pour transmettre des captures d’images de l’espace terrestre, au moyen de sondes troposphériques envoyées d’une zon’oasis toujours opérationnelle. Une série subite de films-témoins tacla d’entrée de jeu les esprits. La sidération se lisait sur chaque visage, l’effroi envisagé n’avait rien à voir avec l’effroi en ces instants vécu. Des implorations épouvantées, choquées, provinrent des plus mystiques hacktivist installés aux balustrades. Mais certains des plus sceptiques s’épouvantèrent bien davantage.

– Ce foutoir n’est qu’une hallucination ! C’est impossible ! cria Zea, à l’encontre de Dinraw mais aussi des FDL, dont les visages s’efforçaient de rester neutres. En apparence seulement.

Or ce n’était que bagatelles, comparé à l’énième zoom qu’opéra le syntellite espion. L’effroi, au vu des captures vidéo, fit germer le plus profond des silences. La foule réunie se verrouilla dans un mutisme de glace.

Peur du gouffre… pensa Dinraw, la main compressée sur l’épaule de son alliée.

– Alors on en est là, murmura-t-il d’une voix défaite.

L’ectholo de Garima réapparut. Désormais ses yeux plongeaient et se fixaient sur les hauteurs insondables de son monde, de cet autre monde et pourtant même monde.
Le millier de délivreurs rassemblés, incrédule, se recroquevillait dans un silence transi. Des sifflements de protestation le forèrent parfois, tel un trou dans une muraille, d’où surgiraient des faisceaux de lumière. Le Phasm s’avérait imperturbable.

– Garima, d'où est établi ce contact ? Est-ce que le Jardin-noir… existe encore ?
– Contact établi du Sérapis. Cette zon’oasis fait partie des rares encore viables, selon les sondes envoyées. Oui notre Jardin-noir résiste plus que jamais, trois hectares seulement lui ont été raflé. Les délivreurs de Cittium luttent comme des lions, la légende pourrait devenir réalité.
– Quand est-il de la boucle-connective ouverte à Hexagon ? Il se dit ici qu’un trou-de-ver s’y est formé, est-ce que tu confirmes ? questionna sans ambages le Phasm.
– Alors… en toute vraisemblance, le secteur de la médiapole [[A]] où la Clé a été ouverte est engouffrée dans un vortex, comme une bulle protectrice géante, sur un hectare. En ce qui concerne notre position actuelle, ici, en réalité… nous sommes paralysés. Il y a bien sûr la zon’oasis Delphinium de la 3ème Muraille, toujours debout, et comme mentionné à l’instant : l’extrême nord-ouest de Manhattan. Et quelques meutes fédérées autour de Demos Furia restent alliées aux trois phratries citées, je n’ai pas le nombre exact…
– Peux-tu indiquer précisément leurs positions et coordonnées actuelles, les passages reliant nos anfract sont toujours opérants à travers le Cyt-Rad-S mais deux tribus de la 0-Très sont encore sur le pied de guerre, ses sections peuvent pénétrer dans Anchorage.
– Oui mais ami… il faut que tu saches, que vous sachiez, que les indés qui occupent ces secteurs sont désormais hors de contrôle, leur animosité envers nous est devenue irrationnelle. On n’a pas de mots pour décrire les actes qu'ils ont commis l'hiver 115 sur une dizaine de rescapés d'Amplyum. On parle de cultes animistes et de nécrophagie. Leur mysticisme guerrier fana-tique a fait que certains ont mangé des cerveaux humains.

Le Phasm durcit sa voix.

– Le sort en est jeté, hacktivist. L'Aodenn n'est pas en mesure de nous réaccueillir, nous serions repérés par les Kaïds dès notre sortie. Non, c'est vraiment ce que nous craignions. Ils nous attendent de pied ferme depuis onze ans, Garima. Tu le sais. Nous accosterons au Delphinium ou dans l’Iphis.

Des protestations sourdes, inquiètes, usurpèrent encore le grand envoutement exalté des débuts.

« Du calme ! » lancèrent des FDL déterminés.

Delphinium était une zon’oasis qui ne possédait pas cinq pour cent des forces défensives du Sérapis. Dinraw sentit une vague qu'il associait toujours au moral mortifère causé en son temps par les premières heures qui suivirent le cloisonnement définitif. Si loin là-bas dans le temps…
Huit ans déjà. Huit ans à pourrir éclairé par des lumières de caves. Dinraw comprit que l’essentiel du plan des FDL se basait sur une réouverture tactique des anfract du Globe. L’ectholo acquiesça, ses traits noirs asséchés décrivaient un énième effort de résignation. 

– Bien, fit-elle à mi-voix.

Le Phasm toucha sa tempe droite dévoilée, tatouée de sept petits X en cercle. Le ton de sa voix se fit plus fraternel.

– Notre objectif de diversion est resté le même durant toutes ces années. De mémoire jamais les Anticorps n'ont osé s’aventurer dans Anchorage. Deux tribus de Cittium y accosteront puis établiront un couloir défensif et la solide couverture requise. Les deux-cents et quelques indés qui peuplent les gribétons des trois Clairières nous apporteront toute l'aide nécessaire, et si notre sort est d'investir Delphinium, nous le ferons sans hésiter. Nous sommes heureux de vous revoir, vous et la Surface. Tenez bon.

– Merci. Merci... vous aussi. Les renseignements vous seront envoyés d'ici trois minutes.

L’ectholo disparut telle une coupure sèche de courant.
Au centre de l’agora, les FDL comme les lieutenants gardaient une attitude indifférente, sciemment contrôlée. Le Phasm lança sans tarder ses directives, sur chaque axe et point clé des opérations à venir. Mais au cœur des tribunes et des places environnantes, une partie de la foule réunie fit valoir son ressenti. Une décharge de tensions, de bousculades et de cris rageurs ne tarda pas à suivre. Zea vit un couple qu’elle fréquentait régulièrement, installé dans la fosse. Elle cria le nom de son amie, qui ne lui adressa qu’un salut désenchanté, ses mains tremblaient, se crispaient aux épaules de son partenaire. La foule déjà revêche, était chahutée par des agitateurs de tous bords ; un nombre croissant d’hacktivist toujours plus instable faisait clore à l’horizon des évènements la promesse d’une sécession. La crainte redoutable résidait dans l’imminente pénurie d’eau, qui chaque jour approfondissait les troubles. Sans compter les moyens de la distribuer équitablement – qui devinrent la prise-de-tête officielle des appareils soignants, à travers les trois Clairières de l’immense réseau intraterrestre planétaire.
Deux ans de plus en ce purgatoire et plus aucun subterfuge, même de bonne foi, ni appels à la patience ou à la méditation, ne sauraient désormais fonctionner. Les marchands de sable et leur pensée magique étaient unanimement plus méprisés que n’importe quel pandémonium institué à la Surface. Les FDL lentement se dispersèrent pour regagner leurs bureaux d’études respectifs. Le Phasm resta auprès des lieutenants, qui s’entretinrent avec les éléments perturbateurs des divers clans indomptés. L’air était chaud, empli de tensions mais cependant plus clair. Dinraw pressa sa main sur l’épaule de Zea, qui le regarda en s’efforçant de sourire. Le syntellite pupillaire et grésillant flottait paisiblement à leur côté. Aucun d’eux ne pouvait pleinement admettre ni accepter ce réel dévoilé par la délivreuse Garima. Personne ne pouvait concevoir comme véritable ces témoignages visuels que rien ne saurait décrire – excepté peut-être « extinction massive ». Dinraw se dit, en coupant son enregistreur, que cette assemblée n’était qu'une sorte de mise en bouche, un signal d'espoir, sorte de grand cru qui devait passer encore un peu de temps à l’ombre avant d’être savouré. Belle foutaise. Le plus trash restait à accomplir. Ce qui finira par advenir restera d’une façon ou d’une autre… indicible.

Savait-il au fond, savait-il vraiment, ce que cela signifiait ?

Indicible.

[...]


Catégorie : Expérimental - 03 mars 2021 à  09:50



Remonter

Pied de page des forums