6-APB, Amour souverain dans parure de Diable / PsychoACTIF

6-APB, Amour souverain dans parure de Diable

Publié par ,
2912 vues, 25 réponses
Morning Glory 
Adhérent PsychoACTIF
10400
Lieu: AuRA
Date d'inscription: 10 Oct 2017
Messages: 787
Blogs
On y est : la Saint-Valentin, date anniversaire de mon expérience à la fois la plus longue, la plus agréable mais aussi une des plus horrifiques de toute ma vie, et qui le restera probablement. Le point de bascule, l’essai qui me projeta dans mes recherches frénétiques sur la RdR, et me conduira à radicalement changer mes consommations par la suite.
Quelle étrange coïncidence que cette date se soit trouvée à la clé de ce trip, bien qu’Halloween aurait fonctionné tout autant.
Il ne s’agit pas là d’une expérience normale selon moi, même pour de la drogue. J’ai créé ce Tr il y a huit mois de ça, soit quatre après l’occurrence (je me suis permise quelques upgrades de la forme depuis). Je n’ai pas alors osé le publier sur PA de par mes craintes habituelles, mais surtout par celle qu’il donne de mauvaises idées à des novices. Je ne veux pas me rendre responsable d’un accident. Du coup je vous ai bien rabattu les oreilles avec, le survolant de-ci de-là dans certains topics, je sais. Mais on restait très loin d’un Tr. Et puis finalement, je me dis que PA est une des seules plateformes françaises qui tente, au travers de témoignages et de son équipe dévouée, de fournir les informations les plus variées et justes possibles sur les drogues, prônant cette éducation comme responsabilisation des usagers qui ne consomment ainsi plus à l’aveugle. Je voudrais que ce Tr soit avant tout un partage d’expérience comme n’importe quel autre, mais aussi un avertissement.

Le récit va être long (oui lol, plus que d'habitude^^) j’en suis désolée, mais il s’étend quand même sur une semaine, ceci expliquant cela.
Afin d’en faciliter la lecture – ainsi que sa reprise dans le cas où vous ne souhaiteriez pas tout lire d’une traite, ou que seuls certains passages vous intéresseraient –, j’ai préféré le segmenter :

1) PRÉFACE – Vous êtes ici
2) APOTHÉOSE – L’expérience initiale
3) PERTE DE CONTRÔLE – Sur-renfocements psychologiques à la prise du produit : avec redrops frénétiques, confusion, mégalomanie, candy-flip 2.0, et corps qui dit stop
4) TOUT S’INVERSE – Break psychotique et crash
5) CONCLUSION – Ne reproduisez pas chez vous


SET&SETTING :
    - Femme de 23 ans donc à l’époque, un peu moins de 60kg.
    - Substances antérieures : Salvia et Morning Glory/HBWR il y a plusieurs années, Kratom, codéine, tramadol, 6-APB, ALD-52, dissociatifs (MXP, 3-MeO-PCP), éthanol… ha et benzos (diazepam, alprazolam, clonazolam), hydroxyzine, sertraline, et enfin N2O à l’hôpital gamine (je les oublie d'habitude mais il s’agit de drogues tout pareil et j'avais bien prit mon pied avec, malgré qu'il ne s'agissait pas du but premier). Donc déjà une petite expérience au 6-APB, mais la première fois que j’obtiens de tels effets : résumé de mes tentatives précédentes sur cette page.
    - Moral excellent toute la semaine qui a précédé, avec un lot conséquent de câlins et bisous. Mais tristesse lors de la prise et volonté de retrouver des câlins. J’ai consommé à la base pour m’évader.
    - Aucune médication dans mon souvenir.
    - Seule chez moi.
    - Substances utilisées sur la session complète :
                    - 6-APB fumarate, dosage total inconnu : au début de cette expérience il devait m’en rester environ 500-800mg au total je dirais. Et non c’pas précis je sais T_T déso… Il faut dire que je ne pensais pas DU TOUT m’envoyer le sachet complet au départ, donc je ne l’ai pas pesé et je ne sais pas non plus si j’avais bien reçu 1g ou non, le site étant accusé de sous-peser cette substance.
                     - Jus de pamplemousse rose, 1L
                     - Puis plus tard ALD-52, 200ug
                     - Et d’autres en descente (alparzolam 1mg environ, hydroxyzine 75mg, sertraline 50mg)


RdR merdique et quasi absente :
    - Usage irréfléchi de différentes substances pouvant se potentialiser les unes les autres.
    - Je n’avais pas de test colorimétrique non plus sad Je me suis donc fiée à l’aspect (poudre beige extrêmement fine, à l’odeur chimique) et à mes premières petites expériences avec ce batch, très similaires à ma première fois au 6-APB d’il y a plusieurs années mais moins fortes (normal, peu dosé 30-50mg). Visus similaires, même impression d’avoir la classe et la tchatche, sauf lors d’un bad. Une notation sur le site du vendeur disait que son batch avait bien réagit à un safety-test. Donc je ne peux pas être sûre à 100 % que ce soit du 6-APB… Mais je ne vois vraiment pas ce que ça pourrait être d’autre (du 5- à la rigueur, mais celui-ci est prétendument plus court et moins psychédélique donc j’en doute aussi).


Dernière précision :
A l’instar de mes TRs précédents, j’ai tenté de décrire le plus fidèlement possible ce que j’ai expérimenté, ni plus ni moins. Si vous trouvez que trop d’hyperboles sont utilisées dans ce texte, vous avez raison et c’est simplement parce que j’en ai vécu une. Les mots me manquaient pour l'exprimer. Je m’excuse donc si certains passages paraissent exagérés, mais ils ne sont pas faits pour l’être.
Je compare l'expérience avec celle d'être percuté.e par un camion à pleine vitesse : je suppose(^^) que le mental, saturé de stupeur et d’adrénaline, ne doit pas bien pouvoir suivre, comme débranché, que tout doit se vivre dans l'instant, brouillon de sensations et émotions extrêmes mêlées, sans parvenir à intellectualiser l'évènement. Mon camion à moi n'était pas fait de gazole et d'acier, mais donna précisément ce type de vécu purement dans l’instant, dépersonnalisé.


Cette intro est déjà bien assez longue… Mesdames Messieurs, notre équipage de bord et moi-même vous remercions d’avoir choisi nos lignes et vous prions de bien vouloir attacher vos ceintures !

Dernière modification par Morning Glory (14 février 2019 à  02:24)

Reputation de ce post
 
MG ma TR-Queen, merci pour ce que tu fais! Tjrs bien ecrit et pertinent. Marla

Soutenez PsychoActif dans sa lutte contre la guerre à la drogue: cliquez pour adhérer à l'association! <3

Hors ligne


Morning Glory 
Adhérent PsychoACTIF
10400
Lieu: AuRA
Date d'inscription: 10 Oct 2017
Messages: 787
Blogs
APOTHEOSE : L'expérience initiale

Dosages : 30mg de 6-APB avec 1L de jus de pamplemousse rose ; + 40mg à T+ 1h45 ; + 20mg à T+2h15. Total=90mg


Suite à une micro-aventure d’une semaine avec une très belle personne pendant laquelle je fis le plein d’affection, le jour de son départ survint. Ce n’était pas une surprise, nous savions tous deux que cet aparté ne pourrait durer.

On a mangé sur le pouce dans une ambiance un peu plus distante et pesante que d’habitude. J’ai ouvert une bouteille de jus de pamplemousse rose, et en ai bu deux verres avec déjà une idée en tête.

Je ne voulais pas trembler ni pleurer devant lui. Régulièrement en manque d’affection, j’avais eu le temps de m’attacher. Je savais qu’il ne fallait pas que je le fasse, mais malgré tout c’est arrivé. Cette semaine passée en sa compagnie s’était avérée magique : je m’étais enfin sentie normale, ni déprimée ni trop angoissée.
Sans médoc.
C’était trop beau pour durer.
Je ne voulais pas. Son départ, bien qu’y étant préparée, allait faire quelques dégâts. A quoi avais-je pensé en lui proposant ça ?

Alors hors de sa vue j’ai raflé une fiole au fond d’un meuble. Une petite fiole toute banale au premier abord, mais ne contenant qu’une gélule unique, préparée par mes soins en cas de coup dur.

30mg de Benzo Fury.


T+00h (Samedi, environ 13h00) : J’observe la fine poudre dans sa cage translucide, fascinée que de si petites choses puissent provoquer de si grands effets. Et je ne pensais pas si bien dire. Du bruit s’élève de l’autre pièce : je gobe rapidement la gélule de peur qu’il me voit.


T+ 00h15 : Il est parti. J’ai réussi à tenir droite, lui aussi. Mais à présent je me sens perdue. Je demeure concentrée sur les effets qui ne vont pas tarder à monter je l’espère, me répétant que ça va aller.
Dans un éclat de folie, je vide la bouteille de pamplemousse rose.
(A ce sujet, je me demande encore aujourd’hui ce qui a bien pu me passer sous le crâne. La douleur nous pousse à faire des choses bien étranges parfois. Je me suis dit que les effets du 6-APB en seraient potentialisés. Finalement, ce n’est peut-être même pas vrai (pamplemousse blanc ?) mais en plus ça peut être dangereux, surtout à l’aveuglette sans m’être suffisamment informée sur les interactions ! Bref, je ne me rappelle plus exactement pourquoi j’ai fait ça. Je devais peut-être avoir l’impression d’être plus safe en me disant qu’en potentialisant les effets, j’aurais à moins user du produit. C’était vraiment irresponsable de ma part, car lorsqu’ensuite les premiers effets sont survenus, j’ai oublié, littéralement, avoir bu le jus de pamp...)


T+ 01h00: Je commence par me sentir mal.
Très. Mal.
Prise de nausées, je me fais violence pour ne pas prendre de metopimazine, mon anti-émétique préféré. Je sais que cela vient du produit, je sais que ça passera. Il faut juste que je tienne un peu.
Puis une chaleur désagréable irradie dans tout mon corps, rapidement suivie d’un froid polaire tandis que mon cœur écrase l’accélérateur de façon alarmante. Des points noirs dansent dans mon champ de vision et je sens mes forces me quitter. Je m’oblige à m’asseoir et à rester tranquille malgré une certaine agitation qui commence : mes bras bougent quasiment d’eux-mêmes et il me faut fournir un effort conséquent pour les détendre. Je me force à respirer le plus calmement possible, alors que j’ai l’impression de courir un marathon ! « Ce n’est que la montée, ça va passer », je me répète comme une litanie. Mais à un moment je crois m’évanouir, je lutte contre la panique. Comme j’ai de nouveau trop chaud, je me lève prudemment pour ouvrir la fenêtre puis me rassoie, saisie de vertiges.
L’air hivernal me fait du bien.
Je suis en T-shirt…


T+ 01h30 : Toutes les mauvaises sensations ont progressivement disparu. Mon cœur bat toujours la chamade mais plus rien de désagréable. Ouf ! Désireuse d’oublier ce très mauvais moment, je me concentre sur les effets. J’ai la banane, rien de transcendant mais je me sens bien, pleine d’une énergie tranquille alors que j’étais presque en pleurs l’heure précédente. De très douces fourmis parcourent mon corps et je me sens légère dans tous les sens du terme.
Et alors me vient à l’idée : quitte à en être là et à ne rien avoir à faire le lendemain (dimanche), pourquoi ne pas retrouver l’expérience originelle, la vraie ? Je me demande si le fait d’être seule ne s’avérerait pas frustrant à cause de la composante empathogène de la bestiole… Puis je me convainc qu’à présent que la montée est passée, les premiers effets masqueront la prochaine (je visai juste : je ne sentis effectivement pas du tout les effets secondaires des montées suivantes). Je m’enthousiasme : il faut en profiter !!


T+ 01h45 : Je redose 40mg que j’avale, faute de gélule, directement en bouche avec un verre d’eau. « Beuuurk ! Tellement chimique. » J’ai l’impression d’avoir une batterie exceptionnellement amère en bouche, et un arrière-goût subsiste dans ma gorge.


T+ 02h15 : Je me sens bien. Mais j’ai complètement oublié avoir bu un litre de jus de pamp’. Je crois qu’à ce stade, je planais déjà pas mal sans trop m’en rendre compte. Après une petite hésitation je complète donc avec 20 mg pour atteindre au total les 90, mon sweet spot normalement. Songeant qu’il s’agit d’une « party-drug », j’installe des projecteurs de couleur que je mets une plombe à régler dans ma chambre et me visse mon casque audio sur les oreilles, l’idée étant de me sentir en soirée (oui, toute seule. Aucun commentaire ;p).



T+ 03h00 : Assise sur mon lit, devant mon miroir j’attends, mais je ne sais plus trop quoi exactement. J’ai un peu perdu la notion du temps, je ne réfléchis plus à ce que je fais là, j’apprécie le moment. Les morceaux dans mon casque sont bons, quoique même certains qui ne me toucheraient pas habituellement me paraissent ici très entraînants. Je laisse donc YouTube switcher à sa guise sur du nightcore, tout me va. Les lumières sont chatoyantes. Je pense rêveusement à tout ce qui pourrait aller de bien dans ma vie lorsque mon monde bascule.

Je me souviens bouger mes mains devant moi et admirer de magnifiques traceurs apparus d’un seul coup, comme par magie. Ils sont rapides, nombreux, relativement flous et rapprochés les uns par rapport aux autres. Un vague point d’interrogation s’allume dans ma tête, je lève les yeux vers le miroir… Et tout explose. La pièce entière se floute, les couleurs bavent les unes sur les autres et m’envahissent, la musique se fond en moi. Toute réflexion est balayée comme un fétu de paille. Dans la confusion, j’entre-aperçois mon reflet dans la glace porter instinctivement ses mains à son visage. Le frôlement sur mes joues devient frémissement, mes doigts s’embrasent telles des torches contre ma peau et une sensation incroyable, indescriptible, mélange de picotements, flammes, fleurs et plumes part de ce contact, se propage à ma tête et de là, se déverse dans tout mon corps telle une cascade nouvellement délivrée de sa digue. Ce bien-être sature mon esprit qui, incapable de décrypter ce qui arrive, vaguement n’enregistre plus qu’une extase sans nom. J’ouvre la bouche comme un poisson hors de l’eau, le souffle coupé tant par la soudaineté de l’évènement que par son ampleur.

Les lattes du parquet glissent les unes sur les autres, les couleurs de mes spots sont d’un contraste époustouflant. Les contours des éléments de la pièce, y compris les miens, se fondent en un flou artistique qui réagit aux mouvements. Le monde se fait vaporeux comme un songe, l’air doux comme un nuage. Un fort goût sucré m’emplit la bouche et se répand sous forme de sensation dans tout mon corps.
Je me lève, effectue quelques pas de danse qui me semblent grandioses (« je suis géniale *_* »).
Et la seconde vague déferle.


T+ 03h30 environ : Le tsunami d’Euphorie la plus pure, la plus fabuleuse que j’ai jamais rêvé imaginer ressentir dans ma vie m’étreint d’un seul coup. Fracassée j’en perds l’équilibre, me retiens à mon lit. Je ne contrôle plus mon corps qui s’emballe : mes bras se tendent d’eux-mêmes devant moi, ma respiration se fait haletante, mes yeux se ferment et même mes lèvres s’entre-ouvrent… Un gémissement tétanisé monte de ma gorge. « Hey mais ?! J’ai l’impression de faire l’amour à quelqu’un ! » Alors que je suis seule et je le sais pertinemment  – d’ailleurs bien sûr, mes doigts ne rencontrent que le vide. Mais une lame de plaisir me traverse de haut en bas, je me sens fissurée de l’intérieur.
Paradoxalement le phénomène n’a rien de sexuel : il est à des milles de ce que je connais de l’orgasme, et je ne ressens rien de plus dans mon intimité ni même aux seins que partout ailleurs. Il s’agit de vagues d’Amour, de sentiment amoureux, cette passion particulière poussée à un tout autre niveau.
J’apprends donc pour la première fois et de façon totalement inopinée ce que l’on doit ressentir à faire l’amour à quelqu’un qui nous fait réellement vibrer, plutôt que seulement baiser… et c’est vraiment très différent ! Les sentiments ont beaucoup plus à jouer et la félicité qui en résulte ne provient pas de la même chose, pas que. On ne parle pas là d’un simple plaisir physique, il y a effectivement une sorte de fusion. Sauf que j’apprends tout ça SANS faire l’amour justement, et je sens bien que la force de ce que je ressens n’est pas naturelle. Puissance 10, je dirais. Il est impossible, impensable de ressentir des sensations et émotions au quart de ce degré en étant sobre. On n’a même pas inventé de mot pour décrire ça. Je me fis la réflexion après le déluge : je pourrais être la première personne à fouler Mars que je ne trouverais subjectivement pas l’expérience aussi agréable et extraordinaire, j’en suis intimement convaincue.
L’évidence m’ayant frappée lors de mon tout premier trip aux psychédéliques, celui qui m’aura probablement marquée à vie sous LSA il y a six ans, se renouvelle forte d’une certitude décuplée : nous ne sommes biologiquement pas faits pour ressentir ça, ce n’est pas quelque chose de normal !
Je ne savais même pas qu’une telle alchimie existait, et j’ai d’ailleurs un peu de mal à m’en souvenir dans son entièreté. Je pense vraiment que mon cerveau a été dépassé, overclocké.

Au cour des six prochaines heures, régulièrement poussés par cette transcendance mon cœur et ma respiration s’emballeront et j’embrasserais l’être le plus aimé de toute ma vie… inexistant, mais comme tellement présent.
/forum/uploads/images/1550/saturation-des-sensbis.jpg

T+ 04h00 environ : Ma playlist, toujours aléatoire sur youtube, bascule sur :  
La musique est sublimée : chaque note est fruitée, intense, capiteuse. La chaleur afflue en rythme avec elle, m’en faisant ressentir toute la passion bien au-delà de la simple mélodie. Au moment du refrain (relativement brutal, enfin les fans de métal ou de transe me traiteront de petite joueuse mais bon :3), les « I love you » prononcés me semblent personnellement adressés. Ces ‘‘déclarations’’ me saturent tellement émotionnellement que les effets sonores qui les suivent m’embarquent dans un véritable cyclone. J’en pleure. Les murs autour de moi tremblent, le ciel gronde, j’ai l’impression que c’est la fin du monde ! Mais rien de grave, tout va bien : le commanditaire de cette apocalypse n’est autre que le Bonheur lui-même…
(Aujourd’hui encore le visionnage de ce remix me rappelle l’expérience et fait remonter de petites pointes de plaisir. Il est un de mes meilleurs souvenirs du trip, partie intégrante de sa clé de voûte car il résonna encore plus fort en moi que les autres morceaux et je me le repassais durant une bonne partie de l’expérience.)

Yeux fermés, l’euphorie créer une puissante synesthésie : voilà que je la vois en allégorie.
Elle m’apparaît sous la forme d’ombres mauves et jaune-orangées qui se meuvent en cercle, formant une bulle opaque mais lumineuse autour de moi. Régulièrement, une d’elles approche au-dessus de ma tête et éclate en milliers de pétales pourprés comme ceux d’une rose, lesquels retombent avec grâce sur mon corps et le frôlent. Et là… là, je les sens sur ma peau. La première hallucination tactile de ma vie. Ces pétales semblent  plus vrais que nature, quoi qu’éthérés au toucher. Un peu comme un tissu très fin, effleuré le plus légèrement possible puis immédiatement retiré. Cette (fausse, j’en suis consciente) sensation me procure un immense plaisir physique, du même acabit que mes doigts contre mes joues lors de la montée mais cette fois-ci sans que je n’ai rien à faire, et ce, de façon aléatoire et simultanée sur tout mon corps.
Mais comme si ce n’était pas plus que suffisant, les pétales non contents de m’enflammer la peau se fondent ensuite en moi, littéralement, puis convergent vers mon cœur et se métamorphosent de sensation physique en sentiment psychique… L’inverse fonctionne tout autant : les sentiments irradient du fond de ma poitrine vers ma peau, jusqu’à se sentir physiquement. La barrière pourtant opaque entre les sensations et les émotions, rendue poreuse par le trop-plein de tout, me laisse de moins en moins différencier les deux. Stupéfiant.

J’ai l’impression d’être engloutie sous un océan de câlins, la même sensation qu’un vrai câlin mais  – bien sur –  immatériel. Cela part justement de l’émotion et du ressenti psychologiques que provoque normalement un câlin, lesquels sont ensuite artificiellement retranscrits en sensations. Mais c’est tout autour de moi, et en terme d’intensité c’est puissance 10 à l’instar des émotions précédentes. S’en est presque trop : j’ai l’impression d’étouffer, de me noyer au sens quasi-littéral dans cet élan d’affection fictif.
Répondant à mon image mentale d’être sous un océan hyper-condensé de câlins, les ombres colorées autour de moi adoptent la forme d’animaux marins : orques, dauphins, tortues… tous nagent autour de moi en un ballet majestueux.
/forum/uploads/images/1550/visuels-yeux-fermes.jpg
Voilà à quoi ça ressemblait. Aux différences qu’il n’y a ni orques ni tortues ici, et les ombres devraient être plus collées les unes aux autres et être plus grandes, plus nombreuses aussi, formant presque ledit océan par elles-mêmes.


T+ 06h00 : L’euphorie redescend de trois crans sans prévenir, aussi soudainement qu’elle est apparue, dans une sensation leste comparable à celle de sauter une marche d’escalier. Un peu intriguée je regarde l’heure et… et bien heu… Bon, je n’en suis pas à mon coup d’essai non plus avec cette substance, je sais à quoi m’en tenir mais je ne m’y ferais jamais. Je pensais me trouver au début du voyage, une heure à tout casser, et me voilà en amorce de la descente !! Malgré un plaisir toujours très présent et le fait que le come-down de cette substance est généralement lent (je pense qu’il me serait bien resté deux-trois heures de trip à ce stade), je reprends mes esprits et la fameuse frustration que j’ai toujours ressentie en fin de trip de 6-APB, re-dou-table, me saisit : « Ce n’est pas juste, le temps est passé quatre fois plus vite que la normale, ça ne devrait pas être terminé, j’en veux encore !!! » Je ne me rends pas compte de mon caprice digne d’une gamine de six ans.
Rappelons qu’une telle expérience avec le 6-APB ne m’était jamais arrivée, les précédentes ayant été assez différentes : sociales, et surtout beaucoup moins loves et euphoriques… Cette désorientation démultiplie le craving, moment d’hésitation…
Je ne tiens pas longtemps. Je me dis qu’après tout, de nombreuses personnes redropent en fin d’effets : ça ne doit pas être un drame ! Et puis ça me permettra d’amortir la descente, car je dose deux fois moins cette fois. J’ai la conscience tranquille : après ça, j’arrête. Je pèse 40mg de fine poudre avec ma balance et l’avale avec de l’eau, laissant le goût vaguement désagréable me frotter le palais. J’en profite pour faire une pause et respirer l’air frais à ma fenêtre. J’ai le smile : « Bordel j’y crois pas j’y retourne, c’est trop coooooool ! »


T+ 07h00 : Les murs de ma chambre, toujours éclairés par mes spots ressemblent à d’énormes bonbons fluorescents. Le trip est un peu moins fort qu’au départ : je me sens plus lucide (quelle erreur !) et me tourne vers d’autres pensées : le monde est doux, le monde est beau, le monde est bizounours ! J’aime les gens de tout mon cœur alors que je suis seule chez moi. La peur et le pouvoir gouvernant le monde me sont des concepts à présent creux. Tout n’est que Sensualité, Entraide et Empathie, pardi ! Je songe que la perfection n’est pas de ce monde, mais de celui des drogues… parfois oui.

J’ai une petite pensée à l’égard du mec parti il y a quelques heures, et éprouve une pointe de culpabilité de me sentir si bien suite à son départ. Mais n’était-ce pas le but en prenant ça, justement ?
L’action la plus minime que j’initie, le geste le plus anodin que j’effectue me provoquent un plaisir et une récompense immenses, complètement disproportionnés. Je me sens comme le Christ en me torchant le cul.

A partir de là et pour tout le reste du trip, je commence à avoir tour à tour chaud et froid : j’ouvre donc régulièrement la fenêtre, puis la referme pour mettre du chauffage quasiment à fond, pour ensuite la rouvrir et ainsi de suite.
(Une chance que cela se passa en février, le mois d’août m’aurait sûrement valu de sérieux problèmes d’hyperthermie y compris lors de la première montée… Je précise que je n’avais pas encore mes thermomètre et oxymètre, et ces deux-là m’auraient été bien utiles. C’est d’ailleurs cette expérience qui me poussa à les acheter.)


T+ 08h00 environ : Je mate la vidéo de DrugsLab traitant de la Fury et me sens totalement en phase avec les présentateurs. Je ris avec eux, j’ai envie de serrer l’écran du PC dans mes bras. Je ne fais même pas attention à leurs conseils « ne redroppez pas...…. ». Puis je commence à écrire un commentaire pour échanger sur les effets ressentis… enfin j’essaye : je suis obsédée par la tournure de mes phrases et des mots choisis, au point de toujours tout reformuler sans jamais envoyer le message. Ma pensée en arborescence est poussée à l’extrême, chaque idée en engendrant plusieurs nouvelles à une vitesse effroyable. J’arrive d’ailleurs à la visualiser : bien qu’à l’époque absolument non au courant de ce fonctionnement chez moi, je vois mes pensées et leurs possibles se ramifier devant moi comme les branches d’un diagramme ou d’un arbre à la croissance infinie. Mais je ne suis plus en contrôle, encore bien moins que d’habitude. Tout va beaucoup trop vite ! Je ne choisis pas les bifurcations de plus en plus rapides, et en oublie celles laissées derrière. Mon discours devient totalement incohérent, changeant de sujet toutes les deux lignes au beau milieu de phrases inachevées. J’en mélange le français et l’anglais (!). Puis il finit par se faire même délirant sans que je m’en rende compte.

Dernière modification par Morning Glory (14 février 2019 à  01:51)

Reputation de ce post
 
Texte mis dans les morceaux choisis de Psychoactif. (Agartha)

Soutenez PsychoActif dans sa lutte contre la guerre à la drogue: cliquez pour adhérer à l'association! <3

Hors ligne


Morning Glory 
Adhérent PsychoACTIF
10400
Lieu: AuRA
Date d'inscription: 10 Oct 2017
Messages: 787
Blogs
PERTE DE CONTROLE : Sur-renforcements psychologiques à la prise du produit avec redrops frénétiques, confusion, mégalomanie, "fury-flip" et corps qui dit stop

Dosages : le reste du paquet, par redrops successifs entre 20 et 80mg à chaque fois que je sentais les effets redescendre ; + 200ug d’ALD-52


T+ 11h00 (Dimanche, environ 0h00) : Les effets redescendent de nouveau. « Merde, j’ai perdu tout mon temps à écrire ! » Ça m’a complètement empêché de profiter des effets, j’étais accaparée par l’écran tout ce temps qui a filé comme une poignée de minutes, et mon message est loin d’être achevé !
Madame Frustration, son sourire vicelard aux lèvres, frappe de nouveau à la porte de mon cerveau.
Poussée par la substance je reste parfaitement sûre de moi : « Bah au point où j’en suis, j’ai qu’à passer la nuit sous 6-APB, ça fera comme si j’étais allée en boite. Après j’arrête. »

Je redrope. Tiens ? Il y a un arrière-goût sucré que je n’avais jusqu’à présent pas perçu au milieu du chimique.




T+ 16h00 environ : J’ai la classe seule chez moi, naturellement comme ça. Une vraie star. Ma vie est géniale, je peux renverser des montagnes avec le petit doigt. Dépression ? Phobie sociale ? Je ris : qu’est-ce que c’est que ces bestioles ?
Toute notion même minime de RdR a quitté mon esprit. Des concepts tels que risque, santé, pharmacologie ou même biologie me sont étrangers (je suis pourtant formée à ça). La seule chose à laquelle je m’identifie est le plaisir brut : il est ma vie, la seule chose qui compte. Non : il est la seule chose qui existe encore.
J’ai de nouveau perdu énormément de temps à écrire inutilement sur le PC. En plus une idée me traverse l’esprit : au vu de l’extase phénoménale obtenue sans rien faire, que se passerait-il si je me masturbais sous le prod ? Il serait intéressant de l’inclure dans mon trip-report sur la chaîne de Drugslab !
Allez une petite dernière, pour la science ! Après j’arrête.
Le goût fruité de la poudre sature mes papilles, je me prends à la retenir un peu en bouche.


T+ 30h00 environ : Mon message a été envoyé, je suis fière de moi. Mais sidérée, je constate avoir mit des heures et des heures pour l’achever. Les horloges sont devenues complètement folles, je ne vois pas d’autre explication car les lois de la physique ne sont pas sensées permettre ça, tout relatif le temps soit-il ! Quoi que je fasse il s’étiole de plus en plus vite, je ne parviens pas à le suivre. Je ne sais même plus combien de fois j’ai redosé durant ma tâche d’écriture. Mais ce n’est pas grave : malgré mon impression, si je me fie à l’horloge les effets semblent de plus en plus longs à descendre. Cette drogue est tellement géniale. C’est ma préférée. Tellement au-dessus de mes si chères Morning Glory et MXP – que je pensais alors pourtant être le summum du plaisir atteignable – et de très loin !

Je tombe par hasard sur une vidéo parlant de Candy Flip. « Bon sang, qu’est-ce que j’aimerais en faire un jour ! »
Rapidement une petite lumière éclaire mon esprit, et c’est tout juste si elle me souffle que je mérite le prix Nobel : je n’ai ni de MDMA, ni de LSD-25… Mais j’ai du 6-APB et du 1A-LSD, non ? De proches analogues… Non ce ne serait pas bien. Je n’ai pas dormi depuis plus de 24h, quand même…
Hum.
Bof.
L’euphorie et le sentiment de récompense déferlent sur moi, ridiculement irrésistibles lorsque je décide que puisque j’ai un bon trip et que la montée si désagréable est passée depuis longtemps, autant en profiter pour candy flipper, « ça m’évitera de prendre le risque de bader en le faisant plus tard ».
Je prends un buvard de 100ug, puis réalise qu’il me faut à nouveau doser la Bfury pour que ça marche, car je redescends encore. « Mince… Ça commence à faire beaucoup, mais à présent que j’ai prit le buvard… » Je sors une énième fois ma balance et en remarque les interstices encrassés de poudre beige. « J’en ai foutu partout… haha, c’est trop drôle :’)  »
Je lèche le récipient de pesée, puis mes doigts. Cette poudre a un goût divin, on dirait un bonbon vanille-caramel, je l’adore.
« Mais c’est la dernière hein, je le fais uniquement pour le candy flip ! Après j’arrête. »


T+ 31h00 : Aucun signe de montée du LSD. Frustration : « Pourquoi, POURQUOI ?! » Je m’énerve. Je redrope 100ug. La sensation de toute-puissance s’abat, tyrannique : « C’est moi qui décide si ça marche ou pas, et ça va marcher !! »


T+ 32h00 : Les hallucinations du LSD se superposent à celles du 6-APB dans un vrai capharnaüm. J’hallucine GRAVE. Quelle surprise… Je me sens si satellisée que, à nouveau en réponse à mes pensées préconscientes, je me sens physiquement en altitude, comme très loin en apesanteur, en orbite autour de la Terre.

Je visualise yeux fermés la rue piétonne bondée de passants en bas de chez moi. J’ai l’impression de les voir s’y presser pour vaquer à leurs occupations respectives, enfermés dans leur petit monde et ignorant leurs voisins. Puis un frôlement leur fait lever les yeux. Ils commencent à se sourire mutuellement alors qu’ils se croisent, et les regards s’adoucissent, s’accrochent. La foule recommence à se presser, mais les corps des uns contre ceux des autres cette fois. Des vêtements tombent, ils sont nus rapidement. Bientôt la rue ondule en une marrée couleur chair tandis que tous s’embrassent, se caressent et s’unissent. Illuminée je me persuade que l’Amour a atteint la société, que plus jamais nous ne parlerons de guerre ni ne comprendrons ce mot.
La scène est très semblable à celle de Le Parfum :
/forum/uploads/images/1550/capture.jpg
(Je me souviens parfaitement avoir obtenu le même genre de visuels d’une précision quasi-photographique yeux clos lors de ma première fois au 6-APB, durant les bref moments de solitude de la soirée (aux toilettes, quoi^^’’). J’y voyais des femmes dénudées se livrer à une danse lascive sous une pluie de lasers et de stroboscopes. C’était pour le moins excitant, surtout à mon âge à l’époque. Ça m’a beaucoup marquée.)


T+ 35h00 environ (Lundi) : Les effets du LSD semblent progressivement se superposer à ceux du 6-APB. J’ai l’impression que les deux types de visuels s’accouplent eux aussi, pour n’en former plus qu’un. Je vois des fractales partout.
Un cristal grossièrement taillé est suspendu au-dessus de ma tête. Il darde une lumière chaude et bienveillante autour de moi, dessinant des courbes dorées sur mon derme. Ses rayons se parent de couleurs multiples et il me semble voir là toutes les teintes en angles possibles et imaginables du bonheur à la fois, sans exception.
Mais une chose étrange, appartenant à un monde plus physique, oublié, et que je crois d’abord imaginée me perturbe : une sourde douleur monte de ma poitrine et s’étale sournoisement sous mon thorax. Comme un tiraillement. Non : une sorte de petite déchirure plutôt. Je ne pense pas à mon cœur, je ne sais plus ce qu’est un cœur. En revanche je vois une telle lumière sous le noir de mes paupières, que me vient à l’esprit que cette fois, plus encore que lors du rush de départ si tant est que ce soit possible, c’est trop. Les pics de jouissance culminent trop haut, leurs crêtes si acérées m’écorchent l’âme ; mon intégrité est rongée par l’euphorie avide, mon corps brûlé vif. Les signaux d’alerte dans ma poitrine mis à l’écart, je ne ressens rien de désagréable à proprement parler puisqu’il s’agit justement d’hédonisme. Mais en quelque sorte… si. J’ai peur que cela rende le phénomène très compliqué, voire impossible à décrire.
Germe de ceci, noyée dans le brouillard des drogues et du manque de sommeil combinés, une question toute simple : « Peut-on mourir de plaisir ? » Peut-être suis-je allée trop loin. JAMAIS, pas même sous LSA je ne m’étais posé la question de si trop de bonheur pouvait exister, la réponse aurait été bien trop évidente : on est toujours capables d’en avoir un peu plus, ou à tout le moins plus il y en a mieux c’est. Pour la première (et sans doute dernière heureusement) fois j’expérimente un trop-plein de plaisir, oppressions tout droit issues du délice des sens et de l’esprit.
/forum/uploads/images/1550/taille3.jpg

T+ 40h00 environ : A chaque fois que je me lève ma vision s’obscurcit, des acouphènes m’assaillent et la tête me tourne. Cependant aucune sensation de faiblesse, je me sens bien. J’ai néanmoins la présence d’esprit de m’asseoir rapidement : je sais loin, très loin au fond de moi, que je suis sur le point de faire un malaise. Une fois, rendue à moitié sourde et complètement aveugle car restée debout plus de quelques secondes, je ne parviens même plus à trouver la chaise à tâtons !
(Je ne me souviens pas être tombée ni avoir perdu connaissance… mais ce n’était pas de bonne augure du tout, ça sentait le malaise vagal contrebalancé par la drogue, laquelle me maintenait artificiellement debout. Pourtant je ne me suis pas sentie alarmée le moins du monde, rien de plus qu’une vague et éphémère inquiétude : le plaisir le plaisir le plaisir… mur )


T+ 50h00 environ : Aussitôt ces menus problèmes (on s’entend : c’est ce que j’en pensais à ce moment) oubliés, je me dis que je n’ai toujours pas eu l’occasion de tester l’orgasme sous Benzofury… Allez, une petite dernière pour enfin m’y coller ?
Surprise en me saisissant du pochon, je me mets une énième fois en colère, et me dis que le shop l’a sans doute effectivement moins rempli que ce qu’ils annonçaient…
Au fond du carré de plastique ne subsistent que 50mg.
Je m’en délecte puis éventre le sachet pour en lécher avidement le peu de poudre plaquée aux parois, puis c’est au tour de la balance. J’admets à ce moment coller au parfait archétype  que la société se fait d’une junkie. Je hais ces préjugés, me voir leur donner raison même pour une fois une seule devrait me révolter, mais en l’occurrence… je ris…
Cette fois c’est sûr, et ça m’attriste : j’arrête.

Dernière modification par Morning Glory (14 février 2019 à  01:54)

Reputation de ce post
 
C'est toujours fantastique ma bichette ce que tu écris ! Huck.Finn.

Soutenez PsychoActif dans sa lutte contre la guerre à la drogue: cliquez pour adhérer à l'association! <3

Hors ligne


Morning Glory 
Adhérent PsychoACTIF
10400
Lieu: AuRA
Date d'inscription: 10 Oct 2017
Messages: 787
Blogs
TOUT S'INVERSE : Break psychotique et crash

Dosages : 1mg d'alprazolam ; + 75mg d'hydroxyzine ; + 50mg de sertraline. Je suis sure des dosages pour la sertraline mais j'ai pu prendre un peu plus des deux autres sur la durée totale, surtout l'alprazolam. Je ne me souviens plus de la temporalité exacte des prises.


T+ ??? (Mardi, et les jours suivants) : J’ai enfin quitté mon casque dont le volume était poussé presque à fond tout ce temps, éteint les spots. Finalement je n’ai pas réussi à me masturber, ni même à essayer. Mes pensées sont trop décousues, je ne sais plus ce que je fais depuis longtemps et ma « volonté d’acier » ne m’a pas permit d’effectuer l’ensemble de gestes simples pour y parvenir. Je n’arrive plus à rien. Ma notion du temps s’est vaporisée. Visuellement tout tangue, ondule, s’effondre autour de moi. Toute euphorie a disparu. Je me sens calme au milieu de ce maelström, si calme.

Je me rends compte que je n’ai ni dormi ni mangé depuis maintenant presque 72h, ni n’en ai ressenti le besoin… La folie de mes actes et les conséquences probables sur ma santé m’effleurent enfin l’esprit… puis s’évaporent.


T+ ??? : J’ai prit mon quatrième alprazolam 0,25mg (ce qui pour moi est une grosse dose), et mon troisième hydroxyzine 25mg (idem). Je vais peut-être enfin pouvoir dormir, maintenant. Côté nourriture je n’ai toujours rien pu avaler, j’ai le cœur au bord des lèvres.
Les murs de ma salle de bain se sont tapis d’algues sombres plus vraies que nature et peu ragoutantes. Je pense qu’il s’agit d’un effet normal de mon Candy Flip 2.0, en réalité redescendu depuis longtemps… Je sais qu’elles sont fausses, mais néanmoins trop dégoûtée j’attrape un bout de carton pour timidement les toucher. En ne rencontrant que la surface solide et rugueuse du crépis je ne peux réprimer un petit sursaut car, quand même, une part de moi s’attendait à la texture molle et gluante des algues… Cela ne va pas sans me rappeler les premiers films 3D : nous savions tou.te.s que ce n’était pas réel, mais certain.e.s d’entre nous ne pouvaient s’empêcher de se protéger les yeux d’une main lorsqu’un objet « sortait » de l’écran. Quoique cette fois c’était… encore beaucoup plus réaliste.

En regardant par ma fenêtre je vois les bâtiments roses onduler très rapidement comme si la vitre était un miroir déformant se livrant à une danse endiablée, ou une de ces gelées colorées dont nos cousins anglais ont le secret, mais particulièrement fluide et élastique tant les oscillations sont amples et vives.


T+ ??? : Des créatures fantasmagoriques me tiennent compagnie. J’en ai une dans ma chambre et une seconde dans le séjour.
Celle de ma chambre ressemble vaguement à un tatou, mais son corps est complètement rond et translucide, comme une bulle. Le second est plus allongé mais vraisemblablement de la même espèce : ils sont tous deux transparents, les membres vaporeux. En revanche les petits grains gris que je perçois à leur surface sont eux si… palpables, réalistes… physiques ! J’admire ces bestioles, pensant toujours naïvement à des effets du combo 6-APB/LSD. Elles semblent évoluer dans une autre dimension que la nôtre, mais en même temps ces particules sur elles… Je sais qu’elles ne sont pas réelles mais… peut-être… qu’en approchant la main… je pourrais les toucher ? J’ai néanmoins une certaine méfiance vis-à-vis d’elles. Elles ont l’air parfaitement inoffensives, placides, et ne bougent vraiment pas beaucoup. Plutôt amicales en fait. Mais elles restent des créatu… hallucinations ! Je me demande comment elles régiraient à mon contact, puis me ravise : cette fois je préfère ne pas le savoir.


T+ ??? : Je dors un peu. Toute notion du temps m’est toujours inconnue, j’éprouve d’ailleurs une certaine difficulté à distinguer la nuit du jour. Ma mémoire se fait récalcitrante, je ne garde que des souvenirs assez sporadiques de ce long tunnel sombre.

D’assoupissements en éveils, je me sens progressivement sortir de mon appartement, prendre l’air… Je me rappelle marcher en forêt avec une connaissance de League of Legends/Facebook, que je n’ai en réalité physiquement jamais rencontré. Je lui parle de mon aventure. Je sais que lui aussi se drogue, qu’il comprendra. J’ai besoin de partager mon expérience.
Puis je me retrouve assise sur la banquette crasseuse d’un train ancien, lui écrivant sur mon téléphone portable.
Et suis de retour en forêt à lui parler à haute voix.
Tout ceci me semble très banal. Pour autant je ne dors pas, non…
J’ai les yeux grands ouverts.
Par intermittence, je me vois à la troisième personne pianoter sur le tchat de LoL, sur mon PC (la réalité, donc). Je discute avec mon interlocuteur, faisant fi de mes difficultés d’écriture et de mes pensées toujours aussi déglinguées.
Mais progressivement, je sens que quelque chose cloche. J’ai l’impression d’être épiée. Dans les bois une autre voix que celle de mon ami s’élève, et des branches craquent sous des pas lourds dans mon dos. Je suis seule dans la rame du train, et mon intuition me souffle que toutes les issues sont condamnées. D’ailleurs je ne parviens plus à me lever de mon siège : j’ai les membres lourds, lourds comme du plomb. Une chape oppressante s’abat sur mes épaules et l’angoisse m’enserre la gorge. Sur mon PC dans la réalité, je trouve des messages complètement modifiés lorsque je me relis, effacés, dupliqués ou d’autres encore que je n’ai jamais écris.
Il me faut énormément de temps pour comprendre ce qui se passe. Je reviens partiellement mais plus durablement à moi, dans ma chambre devant mon PC. On dirait que c’est de pire en pire, les messages envoyés ne sont pas ceux que j’écris, ou d’autres pourtant loin en amont dans la conversation resurgissent tels quels. Ne comprenant rien à ce meli-melo, ma première réaction est de fulminer sur les messages, de tenter de me corriger sans succès.
Et puis j’entends des sons rauques. Des voix masculines. Quelqu’un me parle.
Je réponds. Je crois instinctivement qu’il s’agit du chat vocal de LoL (qui n’existait même pas à l’époque je crois), et que des potes de mon correspondant me font une blague. Je les démasque dans un rire nerveux, leur apprenant que je ne suis pas dupe, soulagée d’avoir percé leur petite farce à jour. Les deux (je crois qu’ils sont deux) n’ont pas du tout la réaction escomptée. Ils hésitent, me demandent à demi-mots de quoi je parle.
La conversation est loin d’être agréable. Je crois qu’ils se moquent de moi, m’humilient verbalement, et moi j’ai du mal à réagir car encore en réflexion sur ce qui se passe. Toujours est-il que je percute enfin, après un temps très long à discuter. J’aperçois un des messages que j’écris sur le chat changer de lui-même à l’instant où j’allais appuyer sur entrée, sans que je ne touche à rien. Le mystère est enfin résolu, et ça ne me plaît pas du tout : je me fais hacker !!
(Je retrouverais plus tard une foule de trojans et un keyloger, donc ce passage n’était certainement pas imaginaire. La faute au crack de Windows installé il n’y a pas si longtemps de ça ? Probablement aussi à mon antivirus opensource un peu daté roll En tout cas cela ne pouvait pas moins bien tomber ! En revanche je n’ai aucune preuve de tout le folklore autour, notamment les conversations à voix haute avec les malfaiteurs, bien qu’ils auraient pu s’emparer de micro et haut-parleurs sans souci.)

J’aurais pu initier ce que toute personne sensée aurait entreprit : télécharger un antivirus fiable, débrancher internet, installer et nettoyer. Au lieu de quoi je pars dans une paranoïa hystérique et un désespoir sans fond. Mes pensées jouant toujours au bowling, il m’est impossible de formuler une idée cohérente. J’effectue donc des recherches google à n’en plus finir, obsédée par l’idée de trouver le meilleur antivirus possible pour en chasser les clandestins. J’ouvre des dizaines et des dizaines d’onglets différents, beaucoup se fermant tous seuls, que ce soit l’œuvre des hackers ou de moi-même sans m’en rendre compte. Je vis (du verbe vivre) mes recherches sur le net comme si je me rendais physiquement dans des structures spécialisées, où j’expose mon problème à des gens qui me prient en retour de patienter. Je reconnais les présentateurs du Drugslab dans des vidéos comparatives d’antivirus, avec un décor inédit (vidéos dont je n’ai plus trouvé aucune trace par la suite).
Je veux prévenir ma famille et d’autres personnes mais les mails peuvent eux-même transmettre des vers, je ne veux pas les infecter à leur tour. Alors je tente par SMS mais ceux-ci n’aboutissent plus. Je me dis qu’ils sont passés par ma box par wifi pour infecter mon portable. Je suis seule, ils m’ont isolée du reste du monde.
Je me sens traquée, espionnée. Ils peuvent m’entendre. Ils contrôlent le curseur de ma souris sans que je puisse rien y faire, et maintenant je crois qu’ils tentent de voler mes données ! Je contacte les administrateurs de mon mail, Facebook et Coinbase mais ne suis même pas capable de fournir des informations pertinentes. Et alors que je m’apprête à entrer mes mots de passe j’entends un vague bruit, une esclaffade immédiatement étouffée puis plus rien. Bien sur. Les malfrats n’attendent que ça, que je l’écrive ce fichu mot passe, pour pouvoir le voler dans la foulée ! Ils viennent de couper leur micro pour ne pas que j’entende leurs rires de hyènes. Je pleure, j’ai si peur. Je me sens violée dans ma vie privée, brisée psychologiquement, je m’effondre.


T+ ??? (au moins deux jours plus tard) : Finalement je les menace par écrit (j’ai encore beaucoup de mal à agencer mes idées mais il y a du mieux) d’aller voir la police, en énumérant toutes les violations de la vie privée commises, ce qu’ils risquent etc… Et… ils sont partis. Comme ça d’un coup, plus de nouvelles. Juste quelques derniers virus installés comme cadeau d’adieu, des virus de kikoolol, qui modifient l’interface utilisateur pour la rendre très difficilement lisible, des trucs comme ça.
Je PENSE que le hacking était bien réel, qu’ils existaient vraiment mais qu’il ne s’agissait que de gamins qui s’amusaient, et que ce serait tombé au pire moment possible. Cela dit ça fait une grosse coïncidence, et je n’en serais jamais 100 % certaine malgré encore une fois, les nombreuses trouvailles faites par mon nouvel antivirus quelques jours plus tard.

Je suis revenue chez moi de façon stable, finit la téléportation d’un lieu à un autre et qui me semblait tout à fait normale, comme dans un rêve. En revanche les coins de la pièce sont particulièrement assombris, ma vision se rétracte en tunnel et il fait noir comme par une nuit sans lune. Typique des hallucinations délirogènes. Je ne me rends compte de rien, je me pense parfaitement équilibrée. Je perçois des présences avec moi, tantôt des amis, de la famille. Je leur parle à voix haute je crois, mais je ne crois pas qu’il me répondent cette fois. Lorsque je fais un mouvement du bras ou de la jambe et que je le vois en périphérie de ma vision, je pense que quelqu’un d’autre s’est introduit chez moi, ce qui me fait sursauter constamment. Il me faut toujours une poignée de secondes après avoir vivement tourné la tête vers le fantôme pour m’apercevoir que ce n’était que moi.
/forum/uploads/images/1550/who-are-youbis-.png

Finalement je ne garde pas plus de souvenirs de ces nombreux jours durant lesquels je me suis forcée à manger et à dormir pour récupérer, sans sortir de chez moi (j’aurais fini en HP, donc vraisemblablement je ne l’ai pas fait) et sans vraiment comprendre ce qui m’arrivait.


T+ 1 semaine (samedi) : Sept jours. Cela fait sept jours que cette personne dont je parlais au début du Tr est partie ; sept jours que j’ai ouvert la boite de Pandore. Que c’est fini. Moins de 48 heures dans ma tête. « Qu’est-il devenu de son côté, depuis tout ce temps ? » Cette simple et anodine pensée me jette sans vergogne dans les tréfonds du désespoir. J’avais déjà connu un petit crash avec la Bfury, mais un comme ça jamais. Clouée au lit, en larmes, dépourvue de toute volonté et assaillie de craintes enfantines telles que la peur du noir, je sens enfin, très clairement mais beaucoup trop tard, le poids de mes conneries à présent. L’Enfer m’ouvre ses portes. Effrayée par la neurotoxicité supposée du produit, je prends 50mg de sertraline afin de bloquer mes transporteurs SERT… puis je flippe grave à l’idée d’avoir déclenché un SS car pleine de paresthésies, nausées et acouphènes. De plus je suis toujours sonnée, j’ai l’impression de tripper légèrement mais tout n’est que dysphorie. Je déteste cette drogue. Elle est si crade, les effets secondaires n’en valent pas du tout, du tout la peine ! Elle est celle que j’exècre le plus, et de très loin !
/forum/uploads/images/1550/crash4.jpg

Deux jours plus tard, trop au fond du gouffre pour le supporter, je pioche une toute petite dose dans ce qui me reste de MXP, celle que je pensais être de la MXE à l’époque. Elle seule parvient à me calmer, très certainement au prix d’une potentialisation conséquente de la neurotoxicité des deux types de drogues combinées.



Les after-effects :
La semaine suivante je repris mes esprits, lentement. Mais je fis face à des flashbacks quotidiens, tous réglés sur le début d’après-midi (la même heure que celle à laquelle mon trip avait commencé). L’avantage est que j’en tirais un certain plaisir. Malgré les horreurs engendrées, retrouver quelques effets du 6-APB (et aussi un peu du LSD) m’enchantait. J’en vins à remettre les spots et la même playlist pour rechercher volontairement le flashback, tentant de me remémorer le plus possible les effets dans l’espoir d’en humer la réminiscence. Je sentis alors une petite cascade d’amour en moi, comme dans le dos de mon esprit, et me dis qu’elle serait toujours présente dorénavant, inépuisable, accessible quoi qu’il arrive. Qu'elle était un cadeau de la Bfury, que j’en garderais une trace positive qui ferait de moi une personne meilleure.
Tu parles.
Tout ceci finit par s’espacer et complètement disparaître au bout de deux semaines.

Inutile bien sûr de m’étendre sur mes difficultés de vie sociale et professionnelle engendrées par ma soudaine disparition…

Les cravings suivirent pendant un bon mois et demi, peut-être même plus, pendant lesquels je ne pouvais m’empêcher de penser au 6-APB et à ses effets. Plusieurs heures par jours et même par nuits j’y pensais, complètement obsédée.
Je retrouvai d’ailleurs dans mes affaires un comprimé contenant la substance tant désirée mélangée à de la noix de muscade deux semaines plus tard… et incapable de me contenir je finis par l’utiliser, avec heureusement très peu d’effets (je n’aurais jamais cru dire ça un jour mais : merci la tolérance !!)

Le crash se poursuivit, lui, plusieurs mois. Étant dépressive de base, autant dire que cette fois j’étais au bout du bout. Même les antidépresseurs, sous lesquels j’avais été pendant plusieurs années, ne faisaient donc plus effet. La MXP devint à minima bi-hebdomadaire, avec les nouvelles conséquences que vous connaissez (perte d’effets, réduction de certaines capacités cognitives et de la mémoire, etc).

Mon addicto m’avait conseillé de me rendre chez un cardiologue pour vérifier qu’il n’y ai pas de séquelle à ce niveau, et compte tenu des douleurs que j’avais ressenties à la poitrine cela me semblait une bonne idée ; mais certains paramètres s’y sont opposés.
Cela dit un électrocardiogramme, bien qu’insuffisant pour témoigner de l’ensemble des fonctions cardiaques (dont les fameuses valves, mais entre nous une valvulopathie en trois jours faudrait quand même être sacrément malchanceuse), s’est montré tout à fait normal après coup, ce qui a été encourageant.
De plus j’ai vu un autre médecin plus récemment et il semblerait vraiment que ces douleurs au thorax ne venaient finalement pas de mon cœur, mais d’autre chose de tout aussi vraisemblable, non lié à la drogue et surtout, beaucoup moins inquiétant.
Ouf !


Il me prend aujourd’hui encore la rêverie d’atteindre ne serait-ce qu’un fragment des sensations des premières heures, lorsque je repense à cette aventure ou que je tombe sur mon amant chimique au détour d’un shop. Mais on ne peut heureusement plus parler de craving car ce n’est pas non plus incontrôlable : « seulement » un désir brûlant doublé de l’espoir candide qu’une telle expérience puisse être réitérée un jour, sans ses inconvénients… Dangereuse chimère de laquelle je me tiens à distance, tant que faire se peut. Car cette boite de laquelle j’ai par la porte entre-ouverte arraché quelques merveilles me sera, selon toute vraisemblance, dorénavant et à jamais fermée ; surtout suite à cet abus magistral et compte tenu de toutes les variables l’ayant exceptionnellement rendue accessible, qui ne seront probablement plus jamais alignées de la même façon. A la place en essayant, je pourrais bien trouver les ossements poussiéreux de mon plaisir passé. Et m’y perdre, toujours plus frustrée…

Dernière modification par Morning Glory (14 février 2019 à  02:51)


Soutenez PsychoActif dans sa lutte contre la guerre à la drogue: cliquez pour adhérer à l'association! <3

Hors ligne


Morning Glory 
Adhérent PsychoACTIF
10400
Lieu: AuRA
Date d'inscription: 10 Oct 2017
Messages: 787
Blogs
J’avais déjà perdu au moment de prendre les 90mg initiaux, seule et avec le sachet disponible. Avec le recul cette attitude s’apparentait à un saut en parachute, mais sans le parachute.
Les premières heures ont été de très loin les plus agréables de toute ma vie, mon highlife ultime que je ne pense plus jamais atteindre ou même approcher (je ne compte pas toucher à la cocaïne pour comparer). Je ne VEUX plus atteindre un tel niveau ! Pas toute seule en tout cas. Le 6-APB m’a fait me sentir tellement bien, puissante, centrée sur le plaisir que je n’ai plus pu réfléchir à quoi que ce fût. Je me sentais géniale mais étais lobotomisée, incapable de réfléchir ou d’écrire de façon cohérente. Pantin désarticulé aux mains de la substance, je me pensais plus que jamais la seule, l’unique à tirer les ficelles alors que mes désirs les plus tribaux régnaient en maîtres.
Le jus de pamplemousse n’était pas non plus l’idée du siècle, j’ai peut-être eu de la chance de m’en sortir à « si bon compte ».

Je ne sais pas ce qui s’est concrètement passé par rapport à mes autres expériences pour obtenir des effets si violents, mais j’ai émit quelques hypothèses :
- La substance était somme toute différente ou d’une qualité supérieure à ce que j’avais connu précédemment (je ne sais d’ailleurs pas si j’avais obtenu ou non du fumarate pour mes premières fois, je crois qu’à l’époque c’était plutôt du HCl qui tournait).
- Le S&S est plus qu’important avec cette molécule instable, et le fait d’avoir eu une semaine de câlins précédemment a déclenché ces effets si incroyablement « love ».
- J’étais seule chez moi, soit sans distraction sociale ni appréhension du jugement d’autrui, et me suis donc laissée aller aux effets « internes » avec plus de facilité ; mais sans boite à fermoir minuté comme je possède aujourd’hui et avec donc les pochons disponibles, cela a forcément contribué au dérapage.
- Le jus de pamp’ a potentialisé les effets.
- Concernant spécifiquement le break psycho, outre bien sur l’excès monumental de substances (les excès d’empathogènes ou de stims sont délirogènes, et le mélange à des psychédéliques peut aggraver cet effet. Ce n’est pas un secret mais je n’en avais alors aucune idée, c’est dire si j’ai évolué depuis), le fait d’avoir prit trois cachets d’hydroxyzine 25mg en seulement quelques heures voire minutes n’a rien dû arranger. En effet même si je n’avais pas atteint le seuil normalement requis pour de tels effets, cette substance est elle aussi délirogène à hautes doses. La prendre pour dormir alors que j’étais déjà fragilisée par la descente n’était peut-être pas le comportement le plus approprié.


Temporalité et balance bénéfices/risques :
Finalement l’expérience désirable, premier redrop inclus, aura duré une dizaine d’heures… Contre une bonne quarantaine d’abus et d’absence de lucidité, une moitié de semaine d’Épisode Psychotique Bref, un bon gros mois de cravings insupportables, plusieurs de crash et une tolérance aux empathogènes complètement explosée, durablement. Tout ça sans parler des dégâts sur ma santé.
Je crois qu’il est plus simple de se faire une idée avec un diagramme :
/forum/uploads/images/1550/diagramme.jpg
Est-il bien utile d’ajouter quelque chose ?…



Un peu de pharmacologie:
- L’affinité du 6-APB aux récepteurs 5-HT2b comme agoniste spécifique est exceptionnellement élevée, aussi une utilisation répétée peut amener des problèmes cardiaux (valvulopathie).
- Son agonisme non négligeable sur les récepteurs 5-HT2a semble également être un facteur de risque pour les (tiens !) psychoses, bien qu’il semble être à la base responsable des effets psychédéliques accrus.
- L’effet de chasse qu’il produit sur la sérotonine (et peut-être sur d’autres monoamines mais j’en suis moins sure) expose aux mêmes risques de crash, et très probablement de neurotoxicité, que ses consœurs MDA et MDMA.
- Il a un effet inhibiteur sur le DAT plus puissant que la MDA et la MDMA, et certains semblent parler d’effets subjectifs de toute puissance et de sens aiguisés vaguement similaires à ceux de la cocaïne.
- Enfin son action sur les récepteurs TAAR1 est similaire à celle de l’amphétamine.
([url=https://bpspubs.onlinelibrary.wiley.com/doi/pdf/10.1111/bph.13128]Source de FF4Life[url])


Les leçons que j’en tire:
Je ne veux ni sacraliser ni diaboliser cette drogue : si j’avais procédé avec un minimum de RdR, il est évident que je n’aurais certainement pas vécu cette perte de contrôle. Mais j’insiste quand même sur le caractère très aléatoire de ses effets et qu’il s’agit neuropharmacologiquement parlant d’une artillerie lourde, mine de rien.

Si malgré tout vous viendriez à la convoiter :
- Pensez absolument groupe et/ou trip-sitter si vous pouvez.
- Très psychédélique, je pense que le set&setting est primordial suivant l’expérience que vous souhaitez obtenir.
- Gaffe aux interactions médicamenteuses ET alimentaires, même si vous connaissez sûrement pour la plupart déjà. En ce qui concerne le jus de pamplemousse ou de tout autre agrume d’ailleurs, vraiment n’essayez pas, à moins de savoir parfaitement ce que vous faites. Je pense que ça doit vite pouvoir dégénérer en roulette russe.
- Le « Fury Flip » doit certainement se comporter différemment d’un vrai Candy Flip, et ceci doit être prit en compte notamment du fait de l’agonisme du 6-APB sur les 5-HT2a, entre autres choses. Abus ou non, il est très incertain qu’il présente le même profil toxicologique que le candy, aussi une grande prudence est de mise avec ce combo.
- Vraiment je pense que les périodes/lieux surchauffés ne sont pas une bonne idée, peut-être encore moins qu’avec de la MD. Si vraiment vous en prenez dans ce genre de contexte, faites au moins des pauses régulières pour vous rafraîchir et vous reposer, en prenant bien sur en compte la distorsion temporelle.
- Bien que cela ne me soit pas arrivé sur cette session précisément, elle peut donner une soif extrême avec l‘impression d’être complètement déshydraté.e et de ne jamais avoir suffisamment bu, ou au contraire faire oublier l’utilité de boire : donc bien penser à écouler un à deux verres (250-500mL) d’eau ou de soft par heure, ni plus ni moins.
- Et bien sur évitez de garder du stock à côté x) Aucun signe avant-coureur ne m’a avertie de ma perte de contrôle. Compte tenu de ses effets puissants, peu connus et très longs pour un empathogène, le redrop ne semble de toute façon pas très RdR.
- Les dosages semblent varier en fonction de la forme de 6-APB que vous obtenez, et la pureté assez instable. Commencez doucement au cas où. (https://www.reddit.com/r/researchchemic … te_or_hcl/)
- Comme pour la MD, pas plus d’une fois tous les trois à six mois, et pour limiter la neurotoxicité, et pour éviter le crash, et pour tenter de garder la « magie ». Mais avec le risque accru de valvulopathie plus encore vous espacez et moins longtemps vous la prenez, mieux c’est.


Bref, ‘faites ce que je dis, pas ce que j’ai fait’ : le but quand on se drogue, c’est aussi de pouvoir recommencer le lendemain.



Ça n’a sûrement l’air de rien comme ça mais j’ai énormément appris de cette erreur. Ma vision de la réduction des risques en a été grandement chamboulée. Au par avant je ne me formalisais pas de certains points jugés trop pointilleux. A présent, si je n’ai bien entendu pas la prétention d’être parfaite ni ne suis tout à fait à l’abri d’un dérapage (risque zéro, tout ça), je suis à tout le moins nettement plus intransigeante. J’en veux pour preuve l’achat progressif de matériel, la réduction assez drastique de mon usage de drogues neurotoxiques (choix perso bien entendu), le suivi pas à pas des règles (grande exception dans ma vie) de RdR, ainsi qu’un désir neuf de me rendre utile sur un certain forum…
En venant à lui et puisque le jour s’y prête, au risque de faire doublon avec d’autres déclarations je dois dire que vous m’avez tou.te.s énormément apporté, peut-être plus que vous le pensez, tant en informations vitales qu’en barres de rires, confiance en moi et relations sociales dans certaines de mes heures sombres. Il y a un an encore je culpabilisais tant de prendre de la drogue, persuadée que quoi que je ferais elle aurait ma peau d’une façon ou d’une autre, littérale ou figurée. Peut-être aurais-je d’ailleurs été plus tatillonne à temps sur la RdR, si je n’avais pas été bercée par tant de duplicité.
Parce que « perdue pour perdue, à quoi bon ? » Je doutais encore d’être un étron, par ces seuls psychédéliques m’éveillant tant de passion. A force de lectures ici, le clou finalement fût enfoncé : c’est la société qui en monstre m’a déguisée, rien de tout cela n’est vérité.
Soulagement.
Alors toi, courageux.se lecteur.trice venu.e à bout de mon roman, parcouru ou non complètement. Toi qui fais vivre PA en lisant anonymement ou écrivant pseudonymement : tu as contribué à me délivrer d’une partie de mes chaînes, à tes côtés ma philosophie se fait un peu plus saine. Et par ces lignes m’inspirant suffisamment pour prendre l’allure d’un mauvais poème, j’ose te dire que sans toi mon aventure ici ne serait pas la même. Alors qui que tu sois, quoi que tu penses de moi, d’une certaine façon : je t’aime.

Allez, joyeuse Saint Valentin à tou.te.s ~

Morning


[Edit: wouaaaa il est vraiment trop long, c'est encore pire une fois sur le forum xD Je vous en voudrais pas si vous le lisez pas lol ]

Dernière modification par Morning Glory (14 février 2019 à  01:25)

Reputation de ce post
 
Super TR le 6-apb m'envoie pas si loin :( .. <3Merci pour ton partage.
 
Super Tr, merci à toi!! Daane-El
 
Super beau Tr et magnifique message de fin. GinGon
 
Super TR très complet. Nemesia.
 
Wahou ! Belle écriture, que de nuances / Drim
 
Impressionnant tant par ton vocabulaire et ta description des effets / holipton
 
Très beau TR, Riche en enseignement. StuPanda

Soutenez PsychoActif dans sa lutte contre la guerre à la drogue: cliquez pour adhérer à l'association! <3

Hors ligne


Agartha 
Modérateur
France
7800
Date d'inscription: 27 Oct 2016
Messages: 980
Blogs
yo,

wow, juste wow

je crois que j'ai jamais lu un tel TR de ma vie mdr
j'ai dû prendre des pauses et un max de clopes pour le finir, mais j'y suis arrivé \o/

Je saurais même pas où réagir tellement y'a de trucs à dire^^ Quelle expérience quoi qu'il en soit!

Alors qui que tu sois, quoi que tu penses de moi, d’une certaine façon : je t’aime.

On te kiffe aussi ma gueule!



Par contre le moment du hacking, c'est vachement chelou et c'est vrai que ça ferait une sacrée coïncidence, mais du coup en plus y'avait pas d'historique de conversation sur LoL à l'époque (ou alors ça restait genre 2-3j?), donc t'as jamais su réellement ce que t'écrivais à ton pote non?

sacré mindfuck ce TR!
https://media.giphy.com/media/26ufdipQqU2lhNA4g/giphy.gif


a++


In my head, I feel like I'm a guest, so I'ma throw it all away,
I'm matter, but I don't matter
I can feel my skull shatter from the dull chatter

Hors ligne


Ocram 
Adhérent PsychoACTIF
Suisse
4400
Date d'inscription: 25 Jan 2019
Messages: 577
La pour le coup ça m'a quand meme secoué yikes !!!
La violence du truc quand même.
Bravo d'en être revenu, TR très touchant et d'une grande intensité, je vais prendre une douche pour m'en remettre... fume_une_joint

Merci du partage

Ocram

Dernière modification par Ocram (14 février 2019 à  10:46)

Hors ligne


Morning Glory 
Adhérent PsychoACTIF
10400
Lieu: AuRA
Date d'inscription: 10 Oct 2017
Messages: 787
Blogs

Agartha a écrit

je crois que j'ai jamais lu un tel TR de ma vie mdr

Hoyaaay! FIRST! big_smile

j'ai dû prendre des pauses et un max de clopes pour le finir, mais j'y suis arrivé \o/

Loool sans blague! T'es un fou, t'as vraiment tout tout tout lu en si peu de temps?! xD Bravo alors t'es endurant, et merci aussi smile

On te kiffe aussi ma gueule!

coeur

Par contre le moment du hacking, c'est vachement chelou et c'est vrai que ça ferait une sacrée coïncidence, mais du coup en plus y'avait pas d'historique de conversation sur LoL à l'époque (ou alors ça restait genre 2-3j?), donc t'as jamais su réellement ce que t'écrivais à ton pote non?

Ouai je sais même plus si le mini-historique restait quand on rouvrait le client, du coup je suis même plus sure d'avoir revérifié après, en étant clean. Il me semblait que oui mais dans l'absolu je sais pas.
Moi si on me demande, subjectivement je peux dire que OUI j'ai vu des messages plus haut dans la conversation être copiés-collés dans la zone de texte et revenir ainsi en boucle dans la conversation, et des messages que j'écrivais être modifiés au fur et à mesure... ou encore des mots comme par exemple "ducon" ou des trucs lourds de ce genre arriver d'eux-mêmes dans le tchat mais en plus je me rendais bien compte que ça ne faisait aucun sens la pour le coup, et en plus j'étais hyper embêtée de passer pour celle les ayant envoyés^^" Mais vu que j'étais franchement pas clean, je peux être sure de moi tout en étant complètement à côté de la plaque en effet.
Le pire c'est que j'ai pas prit de capture d'écran ni du tchat ni de l'antivirus! Ca c'est vraiment con, l'antivirus j'avais gardé les bestioles en quarantaine pour avoir une preuve pour porter plainte, au cas où, plusieurs semaines et ils n'ont pas bougé jusqu'à ce que je les vire. Donc les virus étaient bien réels c'est la seule chose dont je suis vraiment 98% sure.


Ocram merci beaucoup de m'avoir lue et pour ton retour!
Je suis toujours aussi contente de pouvoir faire passer un brin d'émotions et de ce que je vis sous trip en écrivant, c'magique l'écriture quand on y pense ^_^


Et merci beaucoup à Daane-El, GinGon et la personne anonyme aussi <3
GinGon et dire que j'ai faillit le supprimer le message de fin, heureusement que je commence à avoir plus confiance en moi justement y a un an il serait pas resté celui-là x)

Heyyy vous êtes quelques uns à suivre hein quand même, vous êtes des gros lecteurs en fait, du coup je vous en referais PLEIN des comme ça :3
Spoiler

Dernière modification par Morning Glory (14 février 2019 à  18:14)


Soutenez PsychoActif dans sa lutte contre la guerre à la drogue: cliquez pour adhérer à l'association! <3

Hors ligne


Origuon 
Nouveau membre
France
100
Date d'inscription: 13 Jan 2019
Messages: 19
Eh bien ta pas chômer cette fois ci t'y est aller à fond , repose toi tu le mérite bien et j'te conseille d'attendre un peu avant de reprendre quoi que ce soit , j'ai pas assez de post sur le forum pour envoyer de message privé du coup je le demande ici , aurais tu discord ? big_smile ça fait déjà un petit bou de temps que je lis quasi tout ce que tu poste et que je brûle d'envie de te parler en PM .

Prend soin de toi big_smile

Dernière modification par Origuon (14 février 2019 à  20:16)

Hors ligne


Morning Glory 
Adhérent PsychoACTIF
10400
Lieu: AuRA
Date d'inscription: 10 Oct 2017
Messages: 787
Blogs
Merci Origuon!

repose toi tu le mérite bien et j'te conseille d'attendre un peu avant de reprendre quoi que ce soit

Par contre tu fais erreur, ça s'est passé l'année dernière ça wink Tu as dû manquer l'introduction dans ta lecture.
Par contre les empathos ouai c'est finit pour au moins un an, et si je suis suffisemment sage théoriquement je devrais plutôt attendre bien trois hmm (perte de magie)

Huum je t'envoie un PM j'espère que tu pourras le recevoir malgré tout smile


Soutenez PsychoActif dans sa lutte contre la guerre à la drogue: cliquez pour adhérer à l'association! <3

Hors ligne


Agartha 
Modérateur
France
7800
Date d'inscription: 27 Oct 2016
Messages: 980
Blogs

t'as vraiment tout tout tout lu en si peu de temps?

ah ben si je t'assure que j'ai tout lu^^ 2h c'est largement suffisant mdr

d'ailleurs, dans ton graph' le "temps en heures", t'as du te gourer avec "temps en minutes" hehe j'ai l’œil madame


In my head, I feel like I'm a guest, so I'ma throw it all away,
I'm matter, but I don't matter
I can feel my skull shatter from the dull chatter

Hors ligne


Origuon 
Nouveau membre
France
100
Date d'inscription: 13 Jan 2019
Messages: 19

Morning Glory a écrit

Merci Origuon!

repose toi tu le mérite bien et j'te conseille d'attendre un peu avant de reprendre quoi que ce soit

Par contre tu fais erreur, ça s'est passé l'année dernière ça wink Tu as dû manquer l'introduction dans ta lecture.
Par contre les empathos ouai c'est finit pour au moins un an, et si je suis suffisemment sage théoriquement je devrais plutôt attendre bien trois hmm (perte de magie)

Huum je t'envoie un PM j'espère que tu pourras le recevoir malgré tout smile

Merci j'ai bien reçu ton PM et oui effectivement j'ai sauter l'introduction sans le voire xd
j'viens de la lire

Hors ligne


Morning Glory 
Adhérent PsychoACTIF
10400
Lieu: AuRA
Date d'inscription: 10 Oct 2017
Messages: 787
Blogs
Agartha:
Oui c'est vrai si tu l'as prit depuis le moment où je l'ai posté remarque^^

Ha non non, c'est bien des heures wink Le crash s'est étiré sur presque six mois. Mais je comprends ta confusion, ça en fait du temps au final... du coup j'hésitais avec une échelle en jours mais pour les trois premiers stades, qui représentent quand même l'expérience principale c'était plus à l'échelle non plus^^ C'est le coeur lourd que j'ai dû trancher sad lol
J'ai surtout mit ça pour qu'on se rende compte qu'au final l'expérience était objectivement plus négative que positive. Après subjectivement j'ai + le souvenir des premières heures compte tenu de leur intensité mais ça ne me semble pas très représentatif de la réalité.


Origuon:
Oui c'est les morceaux choisis qui renvoient direct à la première partie du Tr en fait, enfin comme ça il parait un peu plus court au moins, ça décourage moins xD

Dernière modification par Morning Glory (14 février 2019 à  22:54)


Soutenez PsychoActif dans sa lutte contre la guerre à la drogue: cliquez pour adhérer à l'association! <3

Hors ligne


StuPanda 
Nouveau Psycho
France
000
Date d'inscription: 10 Jan 2018
Messages: 51
Bonjour,

J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ton tr, tu as une sacré plume. Je me suis mis un peu en retard au boulot pour te lire, mais bon ça valait le coup (ça va je suis pas surcharger lol ).

J'ai pas grand chose à dire en soi sur le tr hormis qu'il est bien, je constate encore que les meilleurs tr à lire sont les pires à vivre. Enfin je suis content pour toi que tu te sois remise.

Prends soin de toi smile

Dernière modification par StuPanda (16 février 2019 à  10:57)

Hors ligne


Morning Glory 
Adhérent PsychoACTIF
10400
Lieu: AuRA
Date d'inscription: 10 Oct 2017
Messages: 787
Blogs
Merci beaucoup beaucoup beaucoup d'être si nombreux à prendre le temps de lire yikes
Et si en plus vous aimez alors c'est vraiment parfait ^_^
Vos compliments me touchent, je pense effectivement être en train de doucement améliorer ma plume en écrivant tous ces Tr depuis un an, ça fait un excellent entrainement et en plus c'est passionnant alors c'est. trop. bien x)

StuPanda a écrit

Je me suis mis un peu en retard au boulot pour te lire,

HAAAA x_x

mais bon ça valait le coup (ça va je suis pas surcharger lol ).

Pfiouuuu xD

Prends soin de toi toi aussi smile


xoxo à tou.te.s!

Reputation de ce post
 
Un champi pour l'ensemble de la discussion. Boots.

Soutenez PsychoActif dans sa lutte contre la guerre à la drogue: cliquez pour adhérer à l'association! <3

Hors ligne


Hilde.0 
Lose Yourself
France
2035
Date d'inscription: 04 Feb 2019
Messages: 144
Blogs
Je ne suis pas très portée sur les TR et pourtant cette fois-ci j'ai tout lu...

Tes mises en garde de départ et ton regard constamment RdR sur cette expérience ont agi comme un fil conducteur auquel je me suis raccrochée, le suspense était entretenu, j'ai adoré l'apogée puis entre redrops et péripéties diverses, j'ai attendu la chute.

Ton récit de la descente est bien plus pudique que celui de la montée, mais le soin apporté à ton petit graphique exprime mieux que des mots le besoin de se raccrocher à la raison lorsqu'on lutte contre le craving. Ton échelle temporelle m'a rappelé cela:
http://www.3d-fossiles.com/images/HORLOGE2.jpg
En inversé.
Si tes deux pixels verts avaient été à droite ça n'aurait pas eu le même sens (sic).

Merci d'avoir partagé cette expérience avec PA.

Ils manquent seulement d'imagination

Hors ligne


J-Fraktal
Nouveau membre
France
100
Date d'inscription: 06 Feb 2018
Messages: 9
Salut!

Je ne prends (malheureusement) pas le temps de commenter les Tr que je lis mais cette fois je voulais te remercier pour cet instant de lecture. Belle plume et grande intensité émotionnelle ressentie.

Merci encore <3

Hors ligne


Morning Glory 
Adhérent PsychoACTIF
10400
Lieu: AuRA
Date d'inscription: 10 Oct 2017
Messages: 787
Blogs
Merci pour vos derniers champis Huck.Finn et Boots ^.^

Hilde, Fractale, alors je suis d'autant plus touchée par vos commentaires, merci beaucoup!

Hilde.0 a écrit

Tes mises en garde de départ et ton regard constamment RdR sur cette expérience ont agi comme un fil conducteur auquel je me suis raccrochée, le suspense était entretenu, j'ai adoré l'apogée puis entre redrops et péripéties diverses, j'ai attendu la chute.

hihihi :p

Ton récit de la descente est bien plus pudique que celui de la montée,

Grave, j'en ai conscience, sur trois-quatre jours il aurait dû prendre la moitié du Tr et non un tiers, mais comme dit je n'ai pas vraiment plus de souvenirs ou de détails à donner hmm J'aurais peut-être pu donner quelques détails en plus sur la forêt et le train why not, mais j'étais pas sure que ça apporte grand chose de décrire le sentier et la disposition des sièges en détail^^" Mais je suis d'accord avec toi il est moins complet/précis malheureusement.

mais le soin apporté à ton petit graphique exprime mieux que des mots le besoin de se raccrocher à la raison lorsqu'on lutte contre le craving.

Objectif atteint alors, ty! wink

Ton échelle temporelle m'a rappelé cela:
http://www.3d-fossiles.com/images/HORLOGE2.jpg
En inversé.
Si tes deux pixels verts avaient été à droite ça n'aurait pas eu le même sens (sic).

Ha oui c'est sur mais j'en n'aurais vraiment pas abusé dans ce cas lol Par contre si le vert avait été à la place du gris et le gris changé en deux pixels... ToT ToT ToT respect-2 respect-2 respect-2 (faut que j'arrête de rêver rastapasdebol )


Salut!

Je ne prends (malheureusement) pas le temps de commenter les Tr que je lis mais cette fois je voulais te remercier pour cet instant de lecture. Belle plume et grande intensité émotionnelle ressentie.

Merci encore <3

Merci à toi <3

Dernière modification par Morning Glory (18 février 2019 à  10:21)


Soutenez PsychoActif dans sa lutte contre la guerre à la drogue: cliquez pour adhérer à l'association! <3

Hors ligne


KuckStarter 
Nouveau membre
France
000
Date d'inscription: 29 May 2018
Messages: 10
Wow !
Je viens de tout lire, et juste...
woaw !!
Bravo à toi et merci pour ce partage.
super

"Effrayés par Icare, ils n'osent plus voler
Et pourtant le soleil, est à notre portée !"

Hors ligne


Morning Glory 
Adhérent PsychoACTIF
10400
Lieu: AuRA
Date d'inscription: 10 Oct 2017
Messages: 787
Blogs
Merci beaucoup Kuckstarter! smile

Je reviens ici rapidement juste pour dire, Hild.0, que j'ai bien réfléchi et qu'en fait, oui certains passages (pas tant que ça, mais certains quand même) de la dernière partie auraient pu être un peu plus détaillés en fin de compte.
En fait y a je pense eu le fait que c'était beaucoup moins agréable de détailler cette partie-ci que les deux autres, ce qui motive forcément moins, et aussi le Tr était déjà 'trop' long à ce moment-là donc j'hésitais ptet un peu à en rajouter. C'est un peu frustrant maintenant que je le vois^^
Donc merci pour ta remarque, elle devrait me permettre de m'améliorer pour la suite smile

@ plus loin! wink

Soutenez PsychoActif dans sa lutte contre la guerre à la drogue: cliquez pour adhérer à l'association! <3

Hors ligne


Hilde.0 
Lose Yourself
France
2035
Date d'inscription: 04 Feb 2019
Messages: 144
Blogs

Morning Glory a écrit

Merci beaucoup Kuckstarter! smile

Je reviens ici rapidement juste pour dire, Hild.0, que j'ai bien réfléchi et qu'en fait, oui certains passages (pas tant que ça, mais certains quand même) de la dernière partie auraient pu être un peu plus détaillés en fin de compte.
En fait y a je pense eu le fait que c'était beaucoup moins agréable de détailler cette partie-ci que les deux autres, ce qui motive forcément moins, et aussi le Tr était déjà 'trop' long à ce moment-là donc j'hésitais ptet un peu à en rajouter. C'est un peu frustrant maintenant que je le vois^^
Donc merci pour ta remarque, elle devrait me permettre de m'améliorer pour la suite smile

@ plus loin! wink

En fait ce n'était pas vraiment un reproche de ma part, c'est surtout que cela m'avait surprise compte tenu de ce que tu annonçais en titre et en préambule.
Le côté agréable est extrêmement bien retranscrit et transmis au lecteur, le côté horrible est relaté avec beaucoup plus de distance et plus intellectualisé (je comprends bien que c'est beaucoup moins agréable à raconter...) et finalement il nous prend moins aux tripes. D'ailleurs ma curiosité s'exerce aussi à l'encontre de la période après les 6 mois, comment as-tu fait pour revenir à la normale, est-ce que les choses se sont remises dans l'ordre petit à petit, ou plutôt tout d'un coup?


Ils manquent seulement d'imagination

Hors ligne


Morning Glory 
Adhérent PsychoACTIF
10400
Lieu: AuRA
Date d'inscription: 10 Oct 2017
Messages: 787
Blogs
Oui j'ai bien comprit t'inquiète wink

Mais de toute façon je n'aurais pas pu retranscrire la chose avec autant de précision que le trip initial, parce que j'ai justement vécu le truc avec plus de détachement... ou alors, c'est mon souvenir qui est plus détaché je ne sais pas. J'ai vraiment beaucoup moins de détails en mémoire, je ne sais pas si c'est normal ou pas d'ailleurs pour un déliro, ou si c'est propre à cette expérience-ci, ou encore si mon cerveau a zapé certains passages en mémoire par protection... Bref je m'en souviens un peu comme un rêve de cette partie-ci, de façon détachée c'est exactement ça (mais ça n'a rien enlevé à l'horreur du truc, j'étais perdue au milieu d'un monde changeant, persécutée que cela fût vrai ou halluciné, et avec très peu de discernement entre le vrai et le faux, incapable de rationnaliser quoi que ce fût. C'est très impressionnant de perdre l'esprit car justement on ne s'en apperçoit pas forcément, ce qui rend tout beaucoup trop réaliste, en tout cas sur le coup).

De plus en parlant de réalisme, je ne pense pas qu'il soit possible de retranscrire cette partie de la même façon que les deux autres, car les deux expériences sont complètement différentes: lors du break psychotique, pas de visuels particuliers à déclarer mis à part au début. Pas de sensations complexes et inhabituelles à rapporter, ou alors aucune conscience qu'elles l'étaient. Du coup forcément, je l'ai racconté plus comme une succession de faits et non dans le ressenti, parce que... je sais pas, c'était plus comme décrire une journée ou un cauchemar bizarre qu'un trip en fait. Je me sentais normale, pas perchée, ne me rendais pas compte que je n'étais pas clean. Ce serait comme essayer de décrire ce que tu ressens tous les jours dans ton corps, l'intéret demeure limité je crois. Par contre racconter ce que tu as fait dans ta journée ou ce qui s'y est passé, là oui.

Quand je dis que j'aurais pu donner plus de détails c'est que j'aurais effectivement plus insister sur le moment où je perçois des gens alors que c'est moi qui fais un mouvement par exemple tu vois, pour donner de la profondeur au récit. Mais sinon l'ensemble du Tr est là, je ne pense rien avoir oublié (enfin, de ce dont je me souviens encore une fois, parce que bien sur que sur trois jours y a des trucs qui sont passés à la trappe mais je peux rien y faire). En plus je suis en train de me dire que faire ça pour la partie de délire, c'aurait un peu été à double tranchant car vu que je ne suis pas certaine de mes souvenirs, en donnant plus de précisions que ce dont je suis sure je risque d'affabuler, et donc biaiser un peu plus le Tr.
Même des trucs centraux j'ai du mal à les situer, comme la prise de sertraline: comme précisé je ne sais plus la temporalité, était-ce au début de la partie déliro, ou après? A moins que cela ne fusse pendant? Dans le Tr il a fallu trancher, mais je n'en suis pas certaine. J'ai même failli oublier d'en parler, au départ! Pourtant ça ce n'était pas un détail, elle était je pense importante à noter cette prise de médoc^^ Alors imagine le flou des petites précisions.

Je ne sais pas si je suis claire, surtout sur la partie comme quoi décrire ce genre d'expérience n'a rien à voir avec la description psychédélique thinking Bref si ça ne l'est pas n'hésite pas à me le dire bien sur.



Concernant les six moiiis, bein pareil hum, que dire que dire... J'ai énormément abusé des dissos comme dit dans le Tr, ce qui ne m'a aidée que sur du court terme au final. J'ai eu pas mal de mal à les arrêter d'ailleurs, même lorsqu'ils me faisaient plus de mal que de bien (descentes de plus en plus difficiles, plus aucune euphorie ni effet antidépresseur). J'ai mit plusieurs mois à m'en défaire.
Mon addicto m'a prescrit plein d'antideps, paroxetine, vortioxetine, mirtazapine, et aripiprzol. Je n'ai prit sérieusement que la vortio et la mirta. Mais j'avais déjà beaucoup trop de tolérance aux SSRIs et dérivés, donc ça ne m'a que mise dans des états mixtes assez éprouvants pour moi et pour mon entourage (j'étais disproportionnellement irritable, colères noires, agitation très forte, et aucune amélioration de l'humeur). Ce problème du manque d'effets des antideps pouvait aussi venir du crash lui-même c'est possible, mais ma tolérance est une variable confondue du coup, impossible donc de le déterminer.

Et j'ai paaaas fait grand chose d'autre dans mon souvenir. Quelques psychothérapies vite fait. C'est revenu très progressivement au cours de ces nombreux mois. Après généralement je pète pas le feu non plus, je suis dépressive de base^^ mais au moins le crash a cessé d'en rajouter.

Et niveau sensations ba je pourrais décrire, mais c'est une dépression quoi: tu vois tout en noir et blanc (les yeux captent les couleurs, mais c'est comme si elles n'étaient plus retranscrites derrière, ou sans aucun éclat ni émotion n'en émanant). Plus d'énergie, comme aspirée hors de ton corps. Plus aucune envie, plus aucune joie, aucun intéret. Dormir devient la seule chose fun (ou plutôt: soulageante). La moindre action devient très coûteuse, psychiquement mais aussi physiquement.
Après ça dépend quand même des personnes, je décris pour moi bien entendu.
Bref une dépression quoi, assez sévère mais une dépression wink

J'espère que ça répond à tes questions?
Si tu recherches d'autres détails je suis là.

Dernière modification par Morning Glory (26 février 2019 à  22:25)


Soutenez PsychoActif dans sa lutte contre la guerre à la drogue: cliquez pour adhérer à l'association! <3

Hors ligne


RandallFlag 
Psycho sénior
9210
Date d'inscription: 24 Jul 2018
Messages: 962
De base j'aime pas les TR.

Mais celui là il se lit bien.
(Merci du partage)

Hors ligne


Hilde.0 
Lose Yourself
France
2035
Date d'inscription: 04 Feb 2019
Messages: 144
Blogs
@MG: la partie 'break psychotique' me semble bien détaillée, à ce moment-là tu délires et as perdu la notion du temps néanmoins tu réussis après coup à rapporter les choses de façon claire et je n'en demande pas plus. On sent bien que tu ne vis pas du tout de la même façon les effets empatho-hallucinogènes d'un côté et les effets délirogènes de l'autre.
C'étaient les 'after-effects', au-delà de la première semaine, qui me semblaient un peu flous.
Finalement tu expliques que cet excès a déclenché une véritable dépression compliquée par le manque d'efficacité voire la toxicité des solutions thérapeutiques que tu as essayées qui s'est prolongée au moins 6 mois. Je comprends beaucoup mieux ce que tu appelles 'crash' prolongé.
Merci!!

Ils manquent seulement d'imagination

Hors ligne


Jack0069 
Nouveau membre
200
Date d'inscription: 06 Feb 2019
Messages: 26
Merci pour ce magnifique partage.

Fais attention à toi, une si jolie plume...

"A force de lectures ici, le clou finalement fût enfoncé : c’est la société qui en monstre m’a déguisée, rien de tout cela n’est vérité."

Hors ligne


Morning Glory 
Adhérent PsychoACTIF
10400
Lieu: AuRA
Date d'inscription: 10 Oct 2017
Messages: 787
Blogs
Merci Randall, mouhaha je vais te convertir demon1
Merci à toi Jack, et Marla aussi pour le champi!  coeur


Hilde, hannnn j'avais pas capté ça moi^^ Tout s'éclaire.
Oui voilà dépression, angoisses (comme je le disais: la peur du noir^^ les premiers soirs je dormais lumière de chevet allumée), phobie sociale exacerbée.
Et je pense malheureusement que puisque j'avais mes stocks de séroto à sec, en effet trouver une solution thérapeutique efficace aurait de toute façon été plus difficile que pour une dépression classique. Mais ouai mes antécédents avec les antideps n'aidaient pas.
Contente que le flou soit levé o/

@++

Soutenez PsychoActif dans sa lutte contre la guerre à la drogue: cliquez pour adhérer à l'association! <3

Hors ligne



Répondre Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

[ Forum ] Première fois - Première prise de cette molecule 6-APB
par jason13thh, dernier post 22 juin 2018 à  16:46 par groovie
  18
[ Forum ] 6-APB, c est fini?
par ex bakounine, dernier post 12 juin 2018 à  13:23 par jason13thh
  3
[ Forum ] Expériences - 6-APB : La grosse discussion
par pierre, dernier post 04 mai 2019 à  08:07 par Ocram
  33
  [ PsychoWIKI ] Les benzofuranes
  [ PsychoWIKI ] 6-APB (Benzo Fury), effets, risques, témoignages
    Psychoactif en Images
    Plus d'images psychoactives
    En ce moment sur PsychoACTIF  
     Psychoactif 
    Assemblée générale de Psychoactif 2018 : un moment fondateur
    20 avril 2019Annonce de Equipe de PsychoACTIF
     Psychoactif 
    Participer à l'enquete Eurotox
    08 avril 2019Annonce de Equipe de PsychoACTIF
     Appel à témoignage 
    Psychoactif et système de dons 2.0
    Il y a 5jCommentaire de pierre (44 réponses)
     Appel à témoignage 
    Consommez vous de la cocaïne au travail ?
    Il y a 7hCommentaire de Daddyouf (19 réponses)
     Forum 
    Candy flip (LSD + MDMA) - Qu’elle est votre dosage ?
    Il y a 25mnCommentaire de PandaCore dans [LSD 25...]
    (4 réponses)
     Forum 
    Expériences - Baisse d'euhporie, mais pas baisse (autres) d'effets
    Il y a 26mnNouvelle discussion de vaskez22 dans [Alcool...]
     Forum 
    Descente - Gérer la descente de MD
    Il y a 30mn
    6
    Commentaire de LoveUDude dans [MDMA/Ecstasy...]
    (34 réponses)
     Forum 
    Gérer sa consommation - Conseil pour être actif quand high?
    Il y a 51mnNouvelle discussion de Psychotropeur dans [Cannabis...]
     Forum 
    Paroxetine - A l'aide
    Il y a 1hNouvelle discussion de YrkaPandi dans [Antidepresseurs...]
     Forum 
    Culture - Debutant, doute pain + questions diverses
    Il y a 2hNouvelle discussion de AgeOfShroom dans [Psilocybe - Champigno...]
     Forum 
    Usage thérapeutique - Kétamine et dépression
    Il y a 3h
    1
    Commentaire de Morning Glory dans [Kétamine et PCP...]
    (26 réponses)
     Forum 
    Analyse de drogue - Drug-check Genève
    Il y a 3hCommentaire de Ocram dans [Conseils généraux de...]
    (2 réponses)
     Blog 
    Présentation
    Il y a moins d'1mnNouveau blog de LoveUDude dans [Tranche de vie]
     Blog 
    Baisse de moral, coup de blues et hors sujet.. en direct. POST 7.
    Il y a 25mnNouveau blog de LaVieEstBelle dans [En passant]
     Blog 
    Pas glop pas glop.
    Il y a 56mnNouveau blog de OrgaWZ dans [Trip Report]
     
      QuizzZ 
    Evaluer la gravité de votre addiction
    Dernier quizzZ à 01:47
     PsychoWIKI 
    PAWS, le syndrome prolongé de sevrage
     Topic epinglé 
    La cueillette, le séchage et le stockage
     Nouveaux membres 
    LoveUDude, LoloLaCastagne, Doplur, narval, ikb6, Isoretemple nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.
    S'identifier

    Mot de passe oublié

    Morceaux choisis 

     Qu'est ce que c'est? Où c'est qu'on la trouve? Elle a des cousines?
    par Daane-El, le 18 May 2019
    GENERALITES Moi 1: T'es sur? C'est chiant les généralités! Moi 2: Oais mais bon on cause d'amanites là, yen a qui se tue avec et vu que l'Amanite Tue-Mouche, notre cher Logo, n'est pas la seule à faire halluciner je pense qu'il est bon de se rendre compte déjà en général de ce qu'est une a...[Lire la suite]
     LSD en boîte pour la première prise - trip report
    par LoloLaCastagne, le 21 May 2019
    Salut à tous, Set : Samedi soir était une occaz un peu spéciale puisque le dj Mall Grab passait. Avec 2 très bons amis nous avons décidé de prendre un toncar, eux avaient déjà testé mais c'était la première fois pour moi. J'avoue que j'ai mis un peu de temps à me lancer étant donné que...[Lire la suite]
     Première Salvia - À la frontière des mondes
    par Conscience, le 04 May 2019
    Il existe un ailleurs Quelque part Loin de nous Près de toi Il se manifeste tous les jours Tu le sens parfois quand… Il existe une autre réalité Où le temps et l’espace sont distordus Ta perception s’y promène parfois Au détour de quelques… Tu te sens aspiré dans l'au-de...[Lire la suite]
    Tous les morceaux choisis
    Les derniers champis

    "les opiacés ne sont pas vicieux, mais leur utilisation" très bien dit, vaskez22 dans [forum] Rétours sur la réduction de la tolérance aux opiacés
    (Il y a 23mn)
    Le pragmatisme avant tout / Fluche dans [forum] Benzo + cannabis (prazepam) psy première fois, besoin d'avis. RDR ?
    (Il y a 4h)
    Rapide et efficace ! dans [forum] Est-ce une contamination ?
    (Il y a 4h)
    C'est pas à moi Mr No dans [forum] Je veux commander mais pas chez moi
    (Il y a 5h)

    Pied de page des forums