Déterminer son degré d'addiction / PsychoACTIF

Déterminer son degré d'addiction

Publié par ,
1056 vues, 15 réponses
mrpatate 
Nouveau membre
000
Date d'inscription: 13 Jan 2020
Messages: 6
Bonjour à tous,

Consommateur quotidien d'alcool depuis une quinzaine d'années, je m'interroge sur comment savoir comment où se situe ma dépendance.

Globalement ma consommation journalière représente une demi bouteille d'alcool typé apéritif et de plusieurs bières. L'alcool est pour moi une façon de relâcher les tensions, mon antidépresseur ... J'ai eu des périodes où je consommais bien plus, j'envisageais il y a peu de faire la tentative d'arrêt complet, mais on m'a mit en garde en me disant que je prenais un gros risque ...

Je viens donc glaner quelques conseils ici ou retour d'expérience, en imaginant que la réduction de la quantité est peut être dans un premier temps un moindre mal.

Hors ligne


Ocram 
Adhérent PsychoACTIF
Suisse
21810
Date d'inscription: 25 Jan 2019
Messages: 3287
Blogs

mrpatate a écrit

mrpatate 

Globalement les sevrages secs fonctionnent assez mal... de plus selon le degré de dépendance à l alcool un sevrage sec peut mettre en jeux le pronostique vitale...

Donc j aurais tendance à dire que de commencer à reprendre en main sa consommation en diminuant petit à petit chaque jours /semaine etc semble plus réaliste et moins traumatique.

Tu pourrais également consulter un spécialiste pour faire un bilan et mettre en place un plan d action Vis à vis de tes objectifs.

Plein de courage!

Ocram

Dernière modification par Ocram (13 janvier 2020 à  12:18)

Hors ligne


mrpatate 
Nouveau membre
000
Date d'inscription: 13 Jan 2020
Messages: 6
Merci, pour compléter je n'ai pas eu de symptômes physiques de manque jusqu'alors, en revanche oui une baisse de moral après 24h "sans ma dose".

Je vais conjointement diminuer et consulter afin d'avoir le cœur net. J'ai somme toute du mal à imaginer comment établir le diagnostique physique de la dépendance

Hors ligne


psychodi 
psychocannabinologistologue
France
1900
Lieu: un peu ailleurs, souvent
Date d'inscription: 24 Jul 2013
Messages: 746
Blogs

mrpatate a écrit

J'ai somme toute du mal à imaginer comment établir le diagnostique physique de la dépendance

salut

je te réponds avec l'aide de mon expérience en addictologie en tant que soignant
(perso, je n'ai pas de dépendance à l'alcool mais..à autre chose)

voilà ce que j'ai constaté :
- l'alcoolodépendance s'installe progressivement, c'est un continuum qui peut être très variable d'une personne à l'autre
- si tu n'a pas de symptômes de manque dès le matin genre des trémulations des mains ou de tout le corps, des sueurs, des envies impérieuses de boire de l'alcool...c'est plutôt bon signe
- MAIS si tu as du mal à tenir 72h (3 jours consécutifs en gros) sans consommer, c'est que tu es dans les prémisses de la dépendance pharmacologique
- si tu tiens 3 jours mais avec des cravings importants, même topo : prémisses !!
- si tu tiens + de 3 jours, tu fais "mécaniquement" baisser la tolérance et tu réduis les risques de développer une dépendance + tardivement...d'où l'intérêt du "Dry January" au passage...

aller consulter un médecin ADDICTOLOGUE est une bonne idée (je précise en hurlant "addictologue" parce qu'un médecin généraliste lambda, non formé et peu à l'écoute peut tout à fait banaliser ton affaire...et donc enkyster l'idée que ce n'est pas un réel souci...alors que si tu viens sur le forum, c'est quand même que ça te pose question d'après moi)

take care

Reputation de ce post
 
Commentaire que je trouve très juste. Hilde

il y a des jours étranges
il y a des jours, j'm'étrangle
Surtout...ne pas se biler sur la route...
Psychoactif ? Faut s'abonner là, vite !!

Hors ligne


Ocram 
Adhérent PsychoACTIF
Suisse
21810
Date d'inscription: 25 Jan 2019
Messages: 3287
Blogs
Re,

J en profite également pour bien souligner que la Dépendance est une chose et l addiction en est une autre. L une et l autre peuvent être imbriqué mais ce n est pas automatique.

C est d ailleurs pas parce qu il n y a pas de dépendance qu il n y a pas un problème d addiction à prendre au sérieux.

Je pense, à l instar de psychodi qu il serait bon de prendre RDV avec un addicto pour faire un bilan.

Ocram

Hors ligne


mrpatate 
Nouveau membre
000
Date d'inscription: 13 Jan 2020
Messages: 6
Merci pour ces informations et conseils, et oui si on viens ici ce n'est pas forcément pas hasard ...

Stopper 72h n'occasionne pas de risque de Delirium Tremens ?

Hors ligne


filousky 
Modérateur
France
11300
Lieu: Là-bas, là-bas dans la forêt
Date d'inscription: 14 Dec 2008
Messages: 9376
Blogs
D'après tes écrits, faire une pause de 72 heures seul est franchement dangereux.

Je te réponds avec l'aide de mon expérience malheureuse, une partie de ma vie passée alcoolique. Je pourrais classer à ma façon l'évolution de mon addiction vers la dépendance quantités consommées en quatre étapes :

- 1° étape : l'adolescence et les boums arrosées jusqu'au coma éthylique sans consommation quotidienne
- 2° étape : tous les WE, pour la fête, achat d'une bouteille de scotch

Jusque là, je pouvais arrêter sans conséquences physiques ou psychologiques mais le produit avait déjà fait son lit dans mon inconscient. C'est la période addiction qui s'installe doucement au fil des ans. Période pendant laquelle tu peux arrêter net sans mettre ta vie en jeu.

3° étape : À Jeun jusqu'à la fin de la journée de travail (16 heures) et ensuite alcool fort en quantité (1/2 bouteille). À partir de là, plus besoin de déni, je me savais cuit à point et dans l'impossibilité de résister, même un soir. Déjà à ce stade, le manque d'alcool me faisait faire des crise d'épilepsie. C'est le stade que tu décris dans ton post.

4° étape : le manque d'alcool arrive assez vite et se traduit par des malaises, nausées, spasmes et besoin irrépressible de boire 1/4 de litre d'alcool à 40°C dès le premier réveil vers 4 heures du matin et le reste de la bouteille pour aller jusqu'au soir.
Là, je ne pouvais plus plus arrêter sans surveillance médicale.
Mon propre frère est décédé à l'hôpital pendant un sevrage qui l'a mis trois jours en plein délirium tremens sans que les médecins parviennent à le soulager. Le 4° jour, il a rendu l'âme. 

Cela fait un peu plus de trente ans que je n'ai pas bu le verre qui décalque ! Et avec bonheur non dissimulé. 

Amicalement

Fil

Analyse de drogues anonyme et gratuite
Si tu pisses contre le vent, tu vas mouiller tes sandales !

Hors ligne


mrpatate 
Nouveau membre
000
Date d'inscription: 13 Jan 2020
Messages: 6
Merci pour ce témoignage Fil, j'en suis à priori au stade 3+ :

Je n'ai pas de problème pour tenir la journée sans alcool (sans déni aucun), mais en revanche je me réveille assez souvent la nuit, je suppose quand la substance ne fait plus effet (on va dire fin de descente), ces horaires varient à priori avec le début de la prise.

J'ai arrête les alcools forts en règle générale, ou du moins prise avec modération, genre avec une vodka et une bière, je peux avoir aussi "ma dose" pour la journée, alors qu'en principe je consomme plutôt une demi bouteille de vin ou vin cuit + 4 bières / jour

@Fil deux questions si tu le veux bien : comment t'en es tu sorti ? la diminution de la quantité est elle une piste acceptable dans un premier temps ?

Hors ligne


cependant
sans remède
4300
Date d'inscription: 25 Mar 2018
Messages: 611
Blogs
Salut,

désolée si je suis peut-être un peu HS, mais j'ai une question concernant ce que tu as remarqué :

psychodi a écrit

[
- l'alcoolodépendance s'installe progressivement, c'est un continuum qui peut être très variable d'une personne à l'autre
- si tu n'a pas de symptômes de manque dès le matin genre des trémulations des mains ou de tout le corps, des sueurs, des envies impérieuses de boire de l'alcool...c'est plutôt bon signe
- MAIS si tu as du mal à tenir 72h (3 jours consécutifs en gros) sans consommer, c'est que tu es dans les prémisses de la dépendance pharmacologique
- si tu tiens 3 jours mais avec des cravings importants, même topo : prémisses !!
- si tu tiens + de 3 jours, tu fais "mécaniquement" baisser la tolérance et tu réduis les risques de développer une dépendance + tardivement...d'où l'intérêt du "Dry January" au passage...

psychodi, tu as remarqué ce fonctionnemment aussi pour d'autres substances ?
car j'ai l'impression de me voir dans cette histoire de trois jours avec ma conso d'opiacés...juste le petit manque passé que j'ai trop envie de reconsommer...

bref, désolée de l'intervention, mais merci si on peut m'éclairer.

Je n'ai pas de conseils/expériences pour l'addiction/dépendance à l'alcool (à part que pour moi les opis m'ont enlevé presque toute envie de boire, mais ce n'est sérieusement pas un conseil !!!!)

Cela dit, bon courage à l'auteur du post pour trouver des solutions qui lui conviennent smile

Hors ligne


filousky 
Modérateur
France
11300
Lieu: Là-bas, là-bas dans la forêt
Date d'inscription: 14 Dec 2008
Messages: 9376
Blogs
Je peux répondre à la première mais pas à la seconde en raison de mon vécu.

J'ai picolé maladivement après un sevrage Opiacé Benzodiazépines bien salopé effectué à Fernand Vidal version nazie. Je ne cite pas de noms de service ou de chef de service, mais il y a eu des baffes qui se sont perdues.

Je suis rapidement passé à une consommation massive d'alcool fort, une consommation "assommoir". J'ai passé deux ans à aller de cure en post cure et en rechute jusqu'à ce que je sache que j'avais repris le contrôle. Ma solution était dans l'abstinence totale car à chaque verre débuté, je terminais la bouteille.

J'ai choisi la solution sobriété, ai passé une année en dépression et puis à l'occasion d'un séminaire de développement personnel, j'ai redémarré une pente ascendante avec reprise de confiance avec un gros lavage de psychologie comportementale.
C'était en 1989/1990 avec le redémarage en 1991 (nouvelle femme, nouvel enfant, création de ma société d'Import Export avec l'ex CEI (ex URSS), nouvelle route.

Je trimballais avec moi une autre bombe à retardement qui n'a pété que vers 2000, le VHC, mais c'est une autre histoire.

Pour la seconde question, il y a trente ans, il n'était pas envisageable de garder une consommation raisonnable suite à un problème rencontré avec l'alcool. Aujourd'hui, je sais que cela se conçoit et fonctionne sur de bons potes que j'ai vu reprendre la main sur leur surconsommation d'alcool. Mais cela n'a pas été non plus de la rigolade.

Amicalement

Fil

Analyse de drogues anonyme et gratuite
Si tu pisses contre le vent, tu vas mouiller tes sandales !

Hors ligne


TxA3ii 
Nouveau membre
000
Date d'inscription: 14 Jan 2020
Messages: 20
Est-ce que les CSAPA permettent une prise en charge immédiate des problèmes liés à la dépendance d'alcool ?
J'ai pris RDV en février, je bois de moins en moins, mais j'ai besoin de passer par l'usage de Seresta mais ça ne m'empêche pas de boire...
Il est vrai que j'ai fait des arrêts "brutaux", mais avec des périodes de très grosse prostration qui débouchait finalement sur une consommation chaotique...
J'ai l'impression qu'en essayant un arrêt progressif on se sent plus confiant, arrêter brutalement même sans impact sur le pronostic vital entraîne à un moment ou à un autre une rechute avec consommation plus importante qu'avant l'arrêt...
Pour le moment, je peux cesser de boire pendant un certains temps, sans symptôme alarmant, mais à chaque élément déclencheur la consommation devient encore plus ingérable qu'auparavant, est-ce je suis dans l'addiction où est-ce que je suis entrain de la mettre en place, et est-ce que se tourner vers le CSAPA est approprié dans mon cas où est-ce qu'il faudrait accepter une consommation quotidienne mais modéré ?

Et pour rebondir sur ton parcours filousky, est-ce qu'il y a des activités qui ont pu t'aider mis à part le soutient psychologique ? Par exemple faire du sport (qui peut devenir du coup une autre forme d'adiction ?). En ce qui me concerne ça n'a fait qu'empirer car je trouve que le sport est un peu brutal et contraire à mon côté "intravertie", on se sent en forme aprés une séance menée à bout à la salle de sport mais également "congestionné" et du coup ça favorise l'idée de vouloir se "détendre" et surtout donne l'impression d'avoir à f aire des efforts herculéens pour remonter la pente, ce qui crée davantage de stress hmm

Dernière modification par TxA3ii (23 janvier 2020 à  00:50)

Hors ligne


psychodi 
psychocannabinologistologue
France
1900
Lieu: un peu ailleurs, souvent
Date d'inscription: 24 Jul 2013
Messages: 746
Blogs

TxA3ii a écrit

Est-ce que les CSAPA permettent une prise en charge immédiate des problèmes liés à la dépendance d'alcool ?

oui, la "prise en charge" est "immédiate" dans le sens où...tu as un rendez-vous pour en parler, ce qui est une 1ère étape !!

après, l'arrêt de l'alcool, le changement de regard sur les consommations (et leurs fonctions éventuelles !)...voire la sobriété complète et durable qu'évoque Filousky (j'aime pas bien le mot "abstinence" personnellement)..et bin à ce que j'ai pu constaté autour de moi, c'est un long parcours, qui commence souvent avec un "sevrage" (autre mot que j'ai du mal à digérer, ça fait très infantilisant je trouve) parfois en milieu hospitalier si la dépendance pharmaco le nécessite
parce que oui, on peut faire un DT, ou des crises d'épilepsie à l'arrêt d'une conso quotidienne, quand on arrive au "stade +3"...c'est à dire à l'alcoolodépendance installée (biologiquement parlant)

@cependant : je ne peux pas trop m'avancer au sujet d'autres psychotropes, l'alcool étant quand même assez spécifique (on peut en mourir, d'arrêter brutalement)...alors que pour les autres prod, tu passes un sale quart d'heure mais ça parait moins létal quand même (sauf autre problème de santé associé...les arrêts cardiaques par exemple)

amicalement


il y a des jours étranges
il y a des jours, j'm'étrangle
Surtout...ne pas se biler sur la route...
Psychoactif ? Faut s'abonner là, vite !!

Hors ligne


mrpatate 
Nouveau membre
000
Date d'inscription: 13 Jan 2020
Messages: 6
Merci à tous de nourrir ce post et de vos conseils ...

Quel poison quand même

Hors ligne


psychodi 
psychocannabinologistologue
France
1900
Lieu: un peu ailleurs, souvent
Date d'inscription: 24 Jul 2013
Messages: 746
Blogs

mrpatate a écrit

Merci à tous de nourrir ce post et de vos conseils ...

Quel poison quand même

de rien mrpatate

je ne suis pas d'accord pour dire que l'alcool est "un poison"
si je laisse la boutanche sur la table et que je n'y touche pas...en quoi est-ce un poison ? idem pour la coke, les cookies ou n'importe quoi d'autre truc "addictif"

ça reste une bouteille avec un produit inerte dedans...

par contre, c'est le RAPPORT avec la boutanche qui va être "empoisonnant" (dans les 2 sens du termes)

d'où l'intérêt (de mon point de vue) de s'interroger sur la place qu'on lui accorde et sur la ou les fonctions que cela prend pour soi...les "bonnes raisons de boire" versus "les bonnes raisons de ne plus le faire"...

amicalement


il y a des jours étranges
il y a des jours, j'm'étrangle
Surtout...ne pas se biler sur la route...
Psychoactif ? Faut s'abonner là, vite !!

Hors ligne


mrpatate 
Nouveau membre
000
Date d'inscription: 13 Jan 2020
Messages: 6
Recadrage très juste, j'aurais du dire quelle substance insidieuse et puissante (et légale)

Pour ma part, l'éventualité du sevrage en milieu hospitalier m'inquiète énormément ...

Hors ligne


psychodi 
psychocannabinologistologue
France
1900
Lieu: un peu ailleurs, souvent
Date d'inscription: 24 Jul 2013
Messages: 746
Blogs

mrpatate a écrit

Pour ma part, l'éventualité du sevrage en milieu hospitalier m'inquiète énormément ...

je comprends que cela puisse être un peu flippant
mais pourquoi, d'après toi ? qu'est-ce qui t'inquiète là dedans ?

l'hospitalisation, ça peut être un moyen de te permettre un break avec l'alcool de façon "sécurisée" sur le plan physiologique et peut-être aussi de faire un break avec ton contexte de vie habituel...ça peut être très court, de l'ordre de 5 à 10 jours (ça peut paraitre long écrit comme ça...)... histoire de "décrocher" déjà physiquement avec le produit...une fois "lucide" et "sans alcool" (et sans symptômes de manque chiants...)...tu verras peut-être les choses d'une manière différente...

il peut y avoir une sorte de progression, accompagné par un CSAPA par exemple :
- essayer le "sevrage ambulatoire", avec des rendez-vous fréquents au CSAPA s'il permet ce genre d'accompagnement
- passer par la case hôpital si l'ambulatoire, ça galère trop
- faire un "sevrage" de 5 à 10 jours puis le consolider avec un SSR (soins de suite) où les séjours peuvent durer d'avantage

modifier son contexte de vie habituel reste fondamental d'après moi mais bon...j'ai pas la science infuse non plus hein...juste des constats faits à travers ma pratique en addicto et aussi par mes expériences de vie perso avec les prod...

tout mon soutien pour ta démarche
quels qu'en soient les chemins


il y a des jours étranges
il y a des jours, j'm'étrangle
Surtout...ne pas se biler sur la route...
Psychoactif ? Faut s'abonner là, vite !!

Hors ligne



Répondre Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

  1
[ Forum ] Addiction - Addiction alcool
par PetitCailloux80, dernier post 06 octobre 2018 à  16:07 par PetitCailloux80
  3
[ Forum ] Addiction - Une addiction pour une autre...
par Lauresse, dernier post 02 avril 2018 à  14:53 par Lauresse
  6
  [ QuizzZ ] Evaluer la gravité de votre addiction
50907 personnes ont déja passé ce quizzz !



    Psychoactif en Images
    Plus d'images psychoactives
    En ce moment sur PsychoACTIF  
     Appel à témoignage 
    Témoignage : problème d'accès à la méthadone dans les CSAPA
    Il y a 2jCommentaire de Macama06 (5 réponses)
     Appel à témoignage 
    Questionnaire PAACX pour les chemsexeurs HSH
    Il y a 1jCommentaire de LeChatNerveuxDepressif (1 réponse)
     Forum UP ! 
    Interaction & Mélange - Donormyl + Euphon?
    Il y a 22hDiscussion sans réponse depuis 12h
     Forum UP ! 
    Arrêt & Sevrage - Clonidine (CATAPRESSAN) pour calmer le manque
    Il y a 16hDiscussion sans réponse depuis 12h
     Forum 
    Expériences - 4-ACO-DMT: expérience de mort imminente
    Il y a moins d'1mn
    2
    Commentaire de Nikka dans [RC Psychédéliques...]
    (7 réponses)
     Forum 
    Switch - Passage du subutex à  la métha
    Il y a 6mn
    3
    Commentaire de filousky dans [TSO - maintenance au...]
    (44 réponses)
     Forum 
    Moisissure/Contamination - Comment identifier une culture de champignon contaminée
    Il y a 7mn
    3
    Commentaire de Kírkê dans [Psilocybe - Champigno...]
    (9 réponses)
     Forum 
    Les benzo sans prescription peuvent stoppé un trip
    Il y a 20mnCommentaire de filousky dans [Benzodiazépines...]
    (6 réponses)
     Forum 
    Bad trip & Crise de panique - Crise d’angoisse
    Il y a 46mnCommentaire de filousky dans [Cannabis...]
    (4 réponses)
     Forum 
    Vaporiser - Vaporiser pour un meilleur goût ?
    Il y a 53mnCommentaire de filousky dans [Cannabis...]
    (6 réponses)
     Forum 
    Interaction & Mélange - HELP ABOUT RC + KETA ! (Au passage, merci à RICK pour ta réponse,...
    Il y a 54mnCommentaire de Nemesia dans [Cathinones et RC stim...]
    (1 réponse)
     Forum 
    Sexualité - Libération
    Il y a 1hNouvelle discussion de gremlins1962 dans [GBL, GHB, 1.4-BD...]
     Blog 
    Combien de cachet de tussidanne pour atteindre un palier 2
    Il y a 9hCommentaire de Agartha dans le blog de Yayapoi
    (1 commentaires)
     Blog 
    Pousse des champignons mexicain
    Il y a 12hNouveau blog de L'askada dans [Expérimental]
     Blog 
    Descente en enfer avec la méthadone injectée
    Il y a 13hCommentaire de L'askada dans le blog de micahmichien
    (13 commentaires)
     
      QuizzZ 
    Etes-vous dépendant aux benzodiazépines ?
    Dernier quizzZ à 10:23
     PsychoWIKI 
    Les vaporisateurs de cannabis
     Topic epinglé 
    Cannabis : vous vous êtes mis à la vaporisation, expliquer nous c ...
     Nouveaux membres 
    kilko69, M-J-s-Tarpex, Figuration nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.
    S'identifier

    Mot de passe oublié

    Morceaux choisis 

     4-ACO-DMT: expérience de mort imminente
    par Psychotropeur, le 14 Jun 2019
    Bonjour a tous! J'ai décidé de vous partagé mon expérience avec la 4-ACO-DMT, qui fut mon plus grand voyage psychédélique. Tous a commencé avant hier. Je n'avais jamais consommer de grandes doses de psychédéliques, et je n'avais pas forcément prévu de le faire, étant TRES sensible a ces...[Lire la suite]
     Vous vous sentez à l'aise au CAARUD ?
    par HeroinIsMyLife, le 13 Feb 2020
    Moi parfois oui parfois non. Genre hier, j'y suis allé car une socio-esthéticienne vient nous faire des soins, et elle est très douce, agréable, et gentille. Ca me relaxe. Sauf que j'ai passé un aprèm pourri : non seulement je n'ai pas pu la voir, trop de monde (pas de bol c'est comme ça), ma...[Lire la suite]
     Drug Checking Mobile sur le stand de Nuit Blanche? à Antigel (Genève), les 31 janvier et 14 février
    par Intervenant Nuit Blanche, le 12 Feb 2020
    Hello, Petit rappel pour dire que l'équipe Nuit Blanche? et le laboratoire de Berne vous proposent à nouveau une analyse en direct (en 15 minutes), ce vendredi 14 février 2020 au Grand Central d'Antigel. Nous serons au 1er étage avec un espace chil out. Soyez les bienvenus, pour un échange...[Lire la suite]
    Tous les morceaux choisis
    Les derniers champis

    Un beau tissu d'ânnerie et de clichés. Dommage car 2-3 conseils sensés.- A.L. dans [forum] Témoignages d'un alcoolique guéri par la prière intensive...
    (Il y a 54mn)
    Excellent ! Cusco dans [forum] Présentation 2020
    (Il y a 4h)
    toujours aussi créative Hyrda dans [blog] Fucking Saint Valentin.
    (Il y a 1j)
    :) plotch dans [blog] Fucking Saint Valentin.
    (Il y a 1j)

    Pied de page des forums