Du stoner au cracker, le calvaire des toxicomanes confinés / PsychoACTIF

Du stoner au cracker, le calvaire des toxicomanes confinés

Publié par ,
1289 vues, 7 réponses
pierre
Web-Administrateur
6400
Lieu: Paris
Inscrit le 15 Sep 2006
14419 messages
Blogs
Voila un bon article de Vice sur le confinement des usagers de drogues. J'y ai participé en tant que Président de Psychoactif et de chef de service d'un CSAPA à Villeneuve la Garenne. Il commence par des citations de Psychoactif... (-:

/forum/uploads/images/1586/12f949b898d5a775c9cc43e9.png



Du stoner au cracker, le calvaire des toxicomanes confinés

L’enfermement suscite l’angoisse de tout consommateur régulier. Mais pour certains dépendants en situation de précarité, la situation est particulièrement critique.

Par Matthieu Foucher
07 Avril 2020, 7:20am


« Chez moi c’est la merde. Mon dealer est à sec, un petit jeune a pris sa place une semaine plus tard, il a du produit mais très mal servi » s’inquiète un membre du forum Psychoactif où, depuis le début du confinement, consommateurs réguliers et toxicos anxieux s’échangent des infos. « Sur le darknet, on dirait que j'ai du bol car moi j'ai reçu tout ce que j'ai commandé super rapido. Héro brune correcte à 25 balles le G et coke très correcte à 50. Plus de la bonne meth pour quand j'arrive pas à taffer » répond un autre dans le même fil. Suite au ralentissement du trafic, beaucoup regardent vers le deep web pour échapper au sevrage forcé. « Jusqu’ici, nos membres ont reçu leur commandes » observe Pierre Chappard, président de Psychoactif. « Mais il y a aussi des arnaques sur le darknet, des trucs qui arrivent et sont de la merde ou qui n’arrivent jamais » tempère Fabrice Olivet, rédacteur en chef d’ASUD dont le forum croule sous les mêmes questions.

Des consommations à la hausse

Si le terme large d’addictions regroupe des réalités très variables selon les pratiques, le territoire et la classe sociale des consommateurs, une chose est sûre : le confinement a ravivé la crainte du manque déjà centrale chez les usagers, et inciterait à la conso : « Dans la période actuelle angoissante, le recours au produit est le comportement humain normal de réconfort. Ça sert à ça les produits psychoactifs » rappelle Fabrice Olivet, reprochant aux institutions et à la Fédération Addiction leurs discours moralisateurs promouvant la sobriété. « Le sevrage forcé ne tiendra pas forcément sur la longueur » ajoute Franck Moulius, coordinateur de Fêtez Clairs, dispositif de réduction des risques en milieu festif dont l’enquête en cours témoigne d’une « explosion de la consommation d’alcool, de tabac et de cannabis », à parts égales, chez les clubbers plutôt insérés.

« Les produits sont encore dispo mais les consommateurs précaires, parfois sans logement, sans droits et sans-papiers, ne peuvent plus faire la manche pour acheter leur conso »

Si son sevrage est moins brutal que d’autres, la weed est pour beaucoup de gens un moyen parfois inconscient de gérer anxiété ou hyperactivité. Le CBD, vers lequel se tourne une partie des fumeurs, ne marche pas pour tous, et le risque de compenser le manque par l’automédication est bien réel. Pablo, 38 ans et entraîneur de handball dans le Var, a arrêté le cannabis à cause de la flambée des prix (il consommait 25 joints par jour) mais pris des décontractants musculaires d’une ancienne prescription (et de type benzodiazépine) pour parvenir à dormir : « Je me suis renseigné sur internet, c’est dangereux quand tu en consommes plus de 15 jours d'affilée. Là j’en suis à mon 11ème, heureusement j’en ai quasiment plus » confie-t-il. Craignant lui que « l’addicto et les big pharma n’accrochent de nouveaux clients », Laurent Appel, conseiller en com spécialisé en réduction des risques et consommateur-activiste, réclame une suspension rapide de l'interdiction du commerce du cannabis, « sinon, le manque va participer à un pétage de plomb collectif et une explosion des violences domestiques ».

Les usagers précaires en danger

Côté opiacés (qu’ils soient illicites comme l’héroïne ou détournés comme le skenan), la situation est critique : les produits sont encore dispo mais les consommateurs précaires, parfois sans logement, sans droits et sans-papiers, ne peuvent plus faire la manche pour acheter leur conso. « Pour les opiacés, le sevrage sauvage ou “cold turkey” est très déconseillé » explique Jamel Lazic, coordinateur de la salle de consommation près de la Gare du Nord : « Tu ne peux plus du tout fonctionner normalement, tu as des coups de chaud de froid, diarrhées et vomissements, un état dépressif, des courbatures et des crampes qui empêchent le sommeil. Les effets sur le corps et la psyché peuvent durer de plusieurs jours à plusieurs semaines. Les personnes sont plus vulnérables aux agressions et aux carottes, et deviennent des proies faciles de la rue ».


Confrontés au manque, beaucoup d’usagers d’opiacés se ruent sur les substituts délivrés par les CSAPA (Centres de soins, d'accompagnement et de prévention en addictologie). Le problème ? En l’absence de recommandations du gouvernement et de matériel pour respecter les mesures de protection, nombre ont fermé leurs portes, délivrant les ordonnances existantes directement aux pharmacies mais n’accueillant plus de nouveaux patients. « Je trouve ça lamentable. Beaucoup d’usagers n’ont plus accès au marché noir, il faut les aider ! Ce sont les plus précaires qui vont prendre le plus cher » déplore Pierre Chappard, également chef de service d’un CSAPA à Villeneuve-la-Garenne (92).

« On a reçu une cinquantaine de nouveaux patients en deux semaines au lieu d’une quinzaine d’habitude »

Face à la crise, d’autres centres ont eux facilité l’accès aux traitements de substitution aux opiacés (TSO), délivrés dans la journée au lieu des une à cinq semaines habituelles : « Je ne sais pas comment on va faire quand tous ces gens vont vouloir continuer à venir, mais on a le devoir de les recevoir parce qu’ils n’ont pas de solution » confie Léon Gomberoff, directeur de centres d’accueil dans le Nord-Est de Paris. D’autres structures ont elles recours à des « bus méthadone » qui délivrent des doses à boire directement aux usagers, telles que Gaïa à Paris ou Bus 31/32 à Marseille – désormais la seule à prendre de nouveaux patients dans la cité phocéenne, affirme sa directrice Maëla Lebrun-Gadelius : « Certaines personnes qu’on ne connaissait pas viennent déjà. Beaucoup errent encore dans la ville en attente de solutions et vont arriver par le bouche-à-oreilles ».

Les oubliés du crack

Habitués au marché noir, les consommateurs de skenan (un antidouleur à base de morphine revendu illégalement) sont particulièrement exposés au manque, celui-ci n’étant pour l’instant pas reconnu officiellement comme traitement de substitution. En Île-de-France, seul le centre de l’association Charonne situé dans le 13ème à Paris dispose d’un protocole pour en distribuer aux tox. « On a reçu une cinquantaine de nouveaux patients en deux semaines au lieu d’une quinzaine d’habitude » confie Abdou Ndiaye, chef de service du centre. D’autres structures, raconte-t-on, le feraient de façon officieuse. « C’est un débat moral vieux de trente ans : on doit prescrire des substituts qui n’ont pas d’effet euphorisant, ça marche pour 80% des usagers mais 20% ont besoin d’un flash. Il faudrait que l’accès au skenan soit facilité en temps d’urgence : des usagers qui ne sont pas dans le système de soin pourront ainsi y entrer » réclame Pierre Chappard.

Les crackers eux sont encore plus démunis : Là encore, le manque d’argent se fait sentir et les substituts, pour l’heure, sont inexistants : « Quelqu’un qui fume une galette de crack par jour à 15 ou 20 euros, c’est une somme à trouver. On a des personnes qui manifestent de l’anxiété, des insomnies et du stress » constate Jamel Lazic. « Autant les opiacés, c’est toujours possible d’en trouver en officine par des ordonnances détournées, mais les consommateurs de crack, tout ce qui leur reste, c’est de mobiliser le maximum de plans pour en trouver, ou se rabattre sur d’autres produits qui n’étaient pas leur produit de prédilection, ce qui crée des risques » complète Abdou Ndiaye.

Des semaines tendues à venir


Dans les prochaines semaines, les réserves s’épuisant, nombre de professionnels craignent des décompensations dues à des troubles psy non-traités ainsi qu’une hausse des suicides chez les toxicos en manque. « Beaucoup de patients ont des crises d’angoisse massives, des sentiments de persécution ou de parano, c’est difficile de rester enfermés et isolés. Avec ces patients-là, le téléphone ne suffit pas » met en garde Abdou Ndiaye. Pour les personnes à la rue, la fermeture des CAARUD (Centres d'Accueil et d'Accompagnement à la Réduction de risques pour Usagers de Drogues) signifie aussi l’absence de nourriture et de douches : « Plein de CAARUD ont fermé et ne distribuent plus que du matos mais ça ne suffit pas, les usagers précaires ne vont pas rester deux mois sans se laver ! » dénonce Pierre Chappard.

« Des réseaux solidaires s’organisent mais la faim plus le manque de produits vont entraîner beaucoup de violences »

A Marseille, la période s’annonce très tendue : « La ville est abonnée absente depuis 40 ans, la métropole ne réagit pas, l’Agence Régionale de Santé nous fait de beaux rapports mais il n’y a rien sur le terrain. Des réseaux solidaires s’organisent mais la faim plus le manque de produits vont entraîner beaucoup de violences » s’alarme Maëla Lebrun-Gadelius. Prédisant une quasi-guerre civile, Laurent Appel demande lui une réquisition des écoles vides pour accueillir les populations les plus à risques : « Les responsables doivent sortir du cadre, c’est urgent ». La crise en cours serait-elle le moment de repenser sérieusement nos politiques des drogues ?

Matthieu est sur Twitter.

Source : https://www.vice.com/fr/article/v74kxd/ … s-confines

Dernière modification par pierre (07 avril 2020 à  21:42)

Reputation de ce post
 
En effet , très bon article ... (MM)
 
Vraiment top - TheRealSlimShady
 
Je partage sur les réseaux sociaux - rick

Hors ligne

 

Mister No 
Pussy time
9601
Inscrit le 04 Aug 2014
6966 messages

Laurent Appel, conseiller en com spécialisé en réduction des risques et consommateur-activiste, réclame une suspension rapide de l'interdiction du commerce du cannabis, « sinon, le manque va participer à un pétage de plomb collectif et une explosion des violences domestiques

Quelle odieuse image du consommateur de cannabis est véhiculée ici !
Un pétage de plomb collectif ? Des violences domestiques ?
Après on s'indigne de la stigmatisation. thinking
Dernier point, l'autoproduction permet déjà des réseaux de solidarité et ce avant cette crise, qui a débuté un peu avant la pandémie pour  le cannabis. Les prix se sont envolés depuis la précédente récolte.
Soutenir le commerce du cannabis, c'est une aberration de plus pour les plus précaires.

Dernière modification par Mister No (08 avril 2020 à  08:56)


Just say no prohibition !

Hors ligne

 

linec13 
Psycho junior
France
400
Inscrit le 14 Oct 2015
230 messages
Blogs
C'est pas tellement stigmatisant, dans le sens où aux quartiers Nord de Marseille, il n'y a rien, pas de loisirs, pas de commerces, pas de transports. Les appart' sont insalubres, donc à vivre confiné dans un tel endroit, si on t'enlève la fumette, ben oui tu vas péter les plombs.
Tous les petits boulot au black sont en stand by, les enfants ne vont plus à l'école, toute la petite famille vit H24 les uns sur les autres. Les profs saturent les élèves de devoirs, tout le monde est stressé, la nourriture manque car bien souvent la cantine est l'unique repas de la journée.
Pas une raison pour taper ta femme et tes gosses certes, mais le manque de THC est déjà bien assez horrible en temps normal, alors dans ces conditions ...

A kiss makes my whole day, anal makes my hole weak

Hors ligne

 

Mister No 
Pussy time
9601
Inscrit le 04 Aug 2014
6966 messages
C'est forcément stigmatisant pour tous les consommateurs qui ne sont pas dépendants, les autres aussi... nombreux sont ceux qui ne peuvent pas imaginer qu'un rapport de dépendance existe avec le cannabis et quand un rapport de dépendance existe, il peut être simple d'attendre le ravitaillement sans la case benzos ou compenser avec de l'alcool avant de cogner sur les autres ou tirer sur le chien.

Si son sevrage est moins brutal que d’autres

J'hallucine, au 21 eme siècle, le cannabis est dépeint sous l'angle de son sevrage pour des pathologies que la médecine traditionnelle parvient à apaiser avec l'artillerie lourde, alors qu'une grande partie des consommateurs ne connaitra pas de syndrome de sevrage, comme pour une majorité de personnes qui consomment de l'alcool.

Des consommateurs prêts à commettre des violences familiales en raison de leur manque.

Je comprends que le confinement est difficile, je n'ai pas de jardin, ni de piscine, mais c'est difficile pour tout le monde, je suis vraiment en accord sur ce qui est dit, les plus précaires sont encore plus vulnérables.

Malgré tout, il est temps que l'image de l'usager de cannabis reprenne des couleurs, je veux bien admettre que la situation est plus que catastrophique, mais cela peut se faire sans misérabilisme forcené.

Dernière modification par Mister No (08 avril 2020 à  16:55)


Just say no prohibition !

Hors ligne

 

pierre
Web-Administrateur
6400
Lieu: Paris
Inscrit le 15 Sep 2006
14419 messages
Blogs

Mister No a écrit

Quelle odieuse image du consommateur de cannabis est véhiculée ici !
Un pétage de plomb collectif ? Des violences domestiques ?

Oui je suis d'accord avec toi. Pourtant Laurent Appel est plutot quelqu'un de mesurer, et défenseur de la légalisation...

Hors ligne

 

Mister No 
Pussy time
9601
Inscrit le 04 Aug 2014
6966 messages
Je pense qu'il s'agit là d'une maladresse et l'expression d'un grand sensible qui connait la dure réalité de ceux qui n'ont pas un jardin avec piscine en ces temps difficiles.

L’enfermement suscite l’angoisse de tout consommateur régulier.

De tous !

Aller voir les potos, la famille, le plan quand on veut, c'est un luxe perdu pour l'instant...
Une des premières dépendances chez les mammifères, c'est les contacts, les relations sociales.
C'est cela aussi et surtout qui manque à tous, usagers ou pas.

Et pour la drogue, patience, ça va arriver si ce n'est déjà fait. drugs

Dernière modification par Mister No (08 avril 2020 à  17:16)


Just say no prohibition !

Hors ligne

 

Arteno 
Nouveau membre
France
000
Inscrit le 07 Aug 2019
38 messages
25 joints par jours surpris

Sa fait casiment un joint toutes les demi heure et moi qui pensait fumer beaucoup lol

Hors ligne

 

Toxicmisery1991 
Nouveau membre
France
000
Inscrit le 05 Apr 2020
37 messages
Je suis confiné chez  ma mère.
Impossible pour moi d'aller me fournir en cocaïne elle m'empêche de sortir et les prix ont augmenté considérablement.
Les craving sont tellement insupportable que je me met à acheter des fioles de poppers dans les tabac histoire d'oublier deux minutes l'envie de coke qui me submerge.
Enfin bref vivement la fin du confinement car j'en ai ras le c**

Arrêté de prendre de la cocaïne. Prenez du prozac au moins vous oublierai le poids de l'existence et il n'y a pas de descente. BLANCHE GARDIN

Hors ligne

 


Répondre Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire




    Psychoactif en Images
    Plus d'images psychoactives
    En ce moment sur PsychoACTIF  
     Psychoactif 
    Participez à l'etude : global drug survey - special covid-19
    Il y a 8jAnnonce de Equipe de PsychoACTIF
     Appel à témoignage 
    Pendant le confinement avez vous essayé d'arréter ou de baisser v...
    Il y a 1hCommentaire de Salikholys (15 réponses)
     Appel à témoignage 
    Enquete sur les pratiques d'injection de la morphine
    Il y a 9jCommentaire de pierre (38 réponses)
     Appel à témoignage 
    Arrivez vous toujours à trouver vos prods à l'heure du (post)conf...
    Il y a 23hCommentaire de derflex (442 réponses)
     Forum UP ! 
    Kit Golden Teacher Contaminé ?
    Il y a 20hDiscussion sans réponse depuis 12h
     Forum UP ! 
    Miansérine, symptomes de sevrage? (comparé au seroplex)
    Il y a 16hDiscussion sans réponse depuis 12h
     Forum 
    Effets secondaires - Ketamine cysite?
    Il y a moins d'1mnCommentaire de Régular Psyché dans [Kétamine et PCP...]
    (2 réponses)
     Forum 
    Cannabidiol - Expérience de Mixologie (Cocktails) et CBD ?
    Il y a 7mnCommentaire de Mister No dans [Cannabis...]
    (5 réponses)
     Forum 
    Descente - Hallu auditives
    Il y a 1hCommentaire de Salikholys dans [Speed-Amphétamines...]
    (3 réponses)
     Forum 
    Après le sevrage - Pendant le confinement avez vous essayé d'arréter ou de baisser vo...
    Il y a 1h
    4
    Commentaire de Salikholys dans [Decro - Sevrages... e...]
    (15 réponses)
     Forum 
    Zolpidem première fois
    Il y a 2hCommentaire de Haupayy dans [Zolpidem (Stilnox) et...]
    (4 réponses)
     Forum 
    Diazépam - Diazépam + alcool fort
    Il y a 2hCommentaire de Haupayy dans [Benzodiazépines...]
    (16 réponses)
     Forum 
    Les psychiatres
    Il y a 3hNouvelle discussion de JulienLoki72 dans [Au coin du comptoir.....]
     Forum 
    Culture - Aménagement pièce de culture
    Il y a 7hCommentaire de Daane-El dans [Psilocybe - Champigno...]
    (1 réponse)
     Blog 
    Cannabis - Journal d'un sevrage degressif
    Il y a moins d'1mn
    1
    Commentaire de Drim dans le blog de Drim
    (7 commentaires)
     Blog 
    Business
    Il y a 8hCommentaire de Maldor dans le blog de kris68
    (4 commentaires)
     Blog 
    Un produit de santé naturel
    Il y a 12hCommentaire de Sterling dans le blog de whitejunkee
    (2 commentaires)
     
      QuizzZ 
    Consommez-vous le MDMA/Ecstasy à moindre risque ?
    Dernier quizzZ à 05:36
     PsychoWIKI 
    Cannabinoïdes synthétiques
     Topic epinglé 
    Neurchi de Psychoactif
     Nouveaux membres 
    Lise Ergique, SipinJuiceDoclulu nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.
    S'identifier

    Mot de passe oublié

    Morceaux choisis 

     Pendant le confinement avez vous essayé d'arréter ou de baisser votre consommation de drogues ?
    par Federicoloco, le 30 May 2020
    Salut, je suis lecteur de psychoactif depuis quelques années maintenant, et ta question m'a décidé à m'inscrire il y a tout juste 5 minutes afin de répondre,(édit après écriture: vu le pavé, beaucoup plus en fin de compte) ... Et bien pour ma chérie et moi, qui prenions de l 'héro depuis...[Lire la suite]
     [TUTORIEL] Injecter le xanax et les autres benzos simplement
    par L'Apoticaire, le 18 Jun 2019
    Bonsoir, On est beaucoup à savoir que le xanax et la plupart des benzos ne sont pas ou presque solubles dans l'eau, et donc de ce fait, non-sniffables et non-injectables avec de l'eau PPI. Mais, les benzos se dissolvent très bien dans le propylène glycol, propylène glycol que l'on peut facilem...[Lire la suite]
     La meilleure méthode d'extraction de DMT pour non chimistes : Cyb's Hybrid ATB Salt Tek
    par SillyCone, le 22 May 2020
    Coucou les aminches ! Comme je suis en train de me refaire une petite extraction de mimosa, j'en profite pour vous poster la méthode que j'utilise depuis sa sortie en 2012, traduite par Gogole : Cyb's Hybrid ATB Salt Tek en français A suivre A LA LETTRE, sans changer la moindre virgule. Pas qu...[Lire la suite]
    Tous les morceaux choisis
    Les derniers champis

    Bon conseil avec experience perso à l appui dans [forum] Addiction à être drogué mais pas à une substance
    (Il y a 4h)
    Les pauvres :lol: dans [forum] Codéine + toilettes
    (Il y a 9h)
    pas mal de RdR la dedans, ca fais plaisir! // haupayy dans [forum] Codéine + toilettes
    (Il y a 10h)
    Très pertinent comme message - Nikka dans [forum] Probleme bad trip LSD
    (Il y a 11h)
    pahahahaha genial // papaille, haupayy, eaupaille, 'fin comme tu veux dans [forum] Neurchi de Psychoactif
    (Il y a 11h)

    Pied de page des forums