Alcool, tabac, drogues et médicaments… Les addictions, autre dégât collatéral du Covid-19 / PsychoACTIF

Alcool, tabac, drogues et médicaments… Les addictions, autre dégât collatéral du Covid-19

Publié par ,
1174 vues, 1 réponses
pierre
Web-Administrateur
3800
Inscrit le 15 Sep 2006
14935 messages
Blogs
Alcool, tabac, drogues et médicaments… Les addictions, autre dégât collatéral du Covid-19
Le stress, l’absence de cadre ou la précarité ont fait augmenter la consommation et parfois les dépendances à l’alcool, à certaines drogues ou à des médicaments.
Par Sandrine Cabut et Pascale Santi
Publié aujourd’hui à 05h06, mis à jour à 16h13

« Il y a deux choses qui m’ont alerté : je commençais à boire le matin et à cacher des verres, des bouteilles… », raconte Alexis (tous les prénoms ont été changés). Ce mercredi de janvier, ce quadragénaire parisien est venu en consultation au centre de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie (Csapa) Rabelais de Montreuil (Seine-Saint-Denis), où il est suivi depuis quelques mois. Cette structure a pour mission, à l’instar des quelque 500 antennes Csapa sur le territoire, « l’accueil gratuit, anonyme et inconditionnel des publics consommateurs de substances », résume Géraldine Talbot, sa responsable.

Pour Alexis, publicitaire et père d’un jeune enfant, tout a dérapé lors du premier confinement, au printemps 2020. En quelques semaines, sa consommation de vin, « déjà un peu au-dessus des recommandations officielles », souligne-t-il, double. Carburant, béquille, l’alcool devient une obsession. Après un mieux au déconfinement, il replonge avec le deuxième confinement et le retour du télétravail. La prise en charge au Csapa porte désormais ses fruits : « On fixe des objectifs tous les mois, ça pousse à se bouger », se réjouit Alexis, en phase avec l’approche de consommation raisonnée qui lui a été proposée.

Ne pas renoncer complètement à l’alcool mais retrouver sa consommation d’avant, c’est aussi le but de Lucie. Comme Alexis, ce sont la pandémie et les bouleversements de la vie quotidienne qui ont fait basculer dans l’excès cette tout juste quadragénaire, à la vie sociale « très riche ». Privée de danse, sa « bulle d’oxygène », et de sorties, contrainte de donner ses cours face à un écran, l’enseignante s’est mise à boire seule pour combler le vide.

Du vin et du rhum. De plus en plus. Elle se tourne vers son entourage… qui minimise. « Moi, j’ai eu la chance de m’inquiéter, mais ce sont les professionnels qui m’ont aidée, pas mes proches, estime Lucie. Pour l’alcool, beaucoup se voilent la face à cause du côté festif, culturel. » Mi-mai, en cherchant une aide sur Internet, elle a pris contact avec le Csapa Rabelais de Montreuil. Elle se sent « soutenue, accompagnée ». Lucie n’a pourtant jamais vu sa psychologue qu’à travers un écran. « C’est plus pratique en visio », dit-elle.

Ne pas perdre le lien

Au Csapa de Montreuil comme ailleurs, la crise sanitaire a fait émerger et se développer les consultations à distance. Au début du premier confinement, elles ont même été le seul moyen pour l’équipe – une dizaine de personnes dont trois médecins, quatre psychologues et une éducatrice spécialisée – de ne pas perdre le lien. Désormais, les professionnels panachent leur activité entre consultations sur place et à distance, s’organisent pour limiter les effectifs dans les locaux.

Sur le fond, la philosophie n’a pas changé : ici le maître mot est un accompagnement « systémique », qui tient compte des environnements familial, professionnel et social des usagers, pour certains en grande précarité. Mais les consultations dématérialisées ont eu des conséquences imprévues. « Le Covid a un peu fait voler en éclats notre ancrage territorial », constate Géraldine Talbot.

Surtout, les demandes venant de femmes ont fortement augmenté, alors qu’elles ne représentent guère que 20 % des publics des Csapa. « Certaines avaient sans doute conscience depuis longtemps de consommer trop mais ne venaient pas. On a l’impression que cette crise a levé leur culpabilité, qu’elles se sont plus autorisées à en parler et prendre soin d’elles », estime Mme Talbot. L’addictologue en est convaincue, « le vécu de la crise est plus difficile pour les femmes, avec une sensation d’isolement plus importante, la gestion des enfants, des violences familiales exacerbées ».

Un autre facteur a favorisé le développement des consultations féminines. Juste avant le confinement de mars 2020, l’équipe du Csapa Rabelais a lancé, à travers une start-up d’Etat, Oz Ensemble, une plate-forme dématérialisée d’addictologie, ciblant l’alcool. Grâce à une application gratuite, l’utilisateur peut mesurer sa consommation quotidienne et situer son niveau de risque.

Surtout, il a la possibilité d’échanger sous quarante-huit heures avec un professionnel, avant un éventuel suivi, en téléconsultation ou dans une structure de proximité. « L’application touche un public moins dépendant, plus jeune (de six ans en moyenne) que celui des Csapa. Plus féminin aussi, détaille Géraldine Talbot. Aujourd’hui deux tiers des 150 usagers suivis en téléconsultation à partir de Oz Ensemble sont des femmes. »

Le lourd tribut payé par les femmes

« Qu’elles arrivent par l’application ou les plates-formes de rendez-vous en ligne, les femmes ayant un problème d’alcool sont contentes de consulter à distance, de ne pas se montrer en salle d’attente. Et c’est parfois plus facile pour elles en matière d’organisation, avec les enfants notamment », renchérit Simona Caldani, une des psychologues de l’équipe.

Psychiatre et addictologue, qui a cofondé en 2017 AddictElles, une association consacrée aux addictions féminines, Fatma Bouvet de la Maisonneuve fait elle aussi le constat du lourd tribut payé par les femmes à la crise sanitaire, avec pour beaucoup, un deuxième confinement bien plus délétère que le premier. « Les addictions au féminin, c’est l’expression exacerbée de toutes les difficultés des femmes dans la vie, et c’est souvent associé à de l’anxiété sociale », décrit-elle.

Dans son expérience aussi, un accompagnement à distance est utile. Depuis la pandémie, AddictElles a mis en place des groupes de parole en visioconférence, animés par un duo professionnelle/ancienne patiente. « Ce sont des groupes de femmes pour les femmes. Ainsi, elles ont plus confiance, car ce qui relève de l’addiction est proche de l’intime, explique la psychiatre. Entre elles, on voit une entraide, une réelle sororité. Et entendre le témoignage de femmes qui étaient au plus bas et s’en sont sorties peut changer leur trajectoire. »
« L’alcool et le tabac, déjà largement utilisés, ont été considérés depuis le début de la crise comme des substances essentielles », Nicolas Authier, du CHU de Clermont-Ferrand

Alcool, tabac, drogues ou encore médicaments… A l’échelle nationale, que sait-on de l’impact de la crise sanitaire sur les addictions ? Cela paraît contre-intuitif, mais durant le premier confinement, la majorité des consommateurs d’alcool (65 %) et de tabac (55 %) ont eu une consommation stable, selon l’enquête CoviPrev de Santé publique France (SPF) de mai 2020. Un quart des buveurs d’alcool ont diminué leur consommation durant cette période, la vie sociale étant réduite à néant, mais 11 % ont bu davantage, estime cette étude menée par questionnaires en ligne sur des échantillons de 2 000 personnes de plus de 18 ans.

Parallèlement, 19 % des fumeurs ont réduit leur consommation de tabac mais plus d’un quart l’ont augmentée. Point préoccupant, « la légère recrudescence du tabagisme pendant le confinement contredit le mouvement de baisse engagé depuis plusieurs années », souligne Ivana Obradovic, directrice adjointe de l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT).

« L’alcool et le tabac, déjà largement utilisés, ont été considérés depuis le début de la crise comme des substances essentielles », explique le professeur Nicolas Authier, chef du service de pharmacologie et du centre de la douleur du CHU de Clermont-Ferrand. Une formulation un brin ironique, en opposition aux produits « non essentiels ».


Consommation en hausse d’anxiolytiques et d’hypnotiques

Rappelons que le tabac est la première cause de décès évitables – il en provoque 73 000 par an – devant l’alcool – 49 000 par an. Ce dernier est de surcroît souvent un facteur de violences. Ainsi, dans 54,6 % des féminicides, la présence d’alcool, de psychotropes ou de stupéfiants est relevée chez l’auteur et/ou la victime, selon une étude du ministère de l’intérieur.

Pour le cannabis, si la majorité des consommateurs n’ont pas changé leurs habitudes pendant le premier confinement, « la part des usagers quotidiens est passée de 20 % à 31 % », indique l’enquête Cannabis Online de l’OFDT, menée en ligne auprès d’environ 2 800 adultes, usagers dans l’année.

Les drogues de type cocaïne et ecstasy, consommées dans des situations festives, ont elles fortement baissé pendant cette période. En revanche, il y a eu « une tendance à la hausse relativement marquée » pour les anxiolytiques et les hypnotiques, selon le rapport Epi-Phare (commun à l’Assurance-maladie et à l’Agence nationale de sécurité du médicament).

La consommation est restée élevée pendant le deuxième confinement et après. Les addictions comportementales comme celles aux écrans se sont elles aussi accrues. Malgré le recul des paris sportifs, les joueurs de poker en ligne ont quasiment doublé, à 500 000 au deuxième trimestre 2020, selon l’étude Trend de l’OFDT.


Un stress modéré à élevé chez les jeunes

Certaines populations semblent particulièrement vulnérables, au premier rang desquelles les étudiants. Une étude réalisée fin mars 2020 et publiée en février dans Frontiers in Psychiatry, portant sur des étudiants de quatre universités françaises déclarant boire de l’alcool de façon habituelle, s’est intéressée à leurs consommations et à leur ressenti psychique pendant le confinement. Les trois quarts d’entre eux avaient un niveau de stress modéré ou élevé (contre 25 % lors d’une précédente étude, réalisée de 2009 à 2011), constatent Valentin Flaudias (université Clermont-Auvergne), premier auteur de l’article, et ses collègues.

Or, « on note une forte association entre le niveau de stress ressenti et le niveau de consommation d’alcool, notamment chez les filles, plus sujettes au stress, mais aussi l’usage compulsif d’Internet ou les troubles du comportement alimentaire », explique Mickael Naassila (Inserm, université de Picardie), président de la Société française d’alcoologie, et coauteur de l’article. Inversement, « le soutien social est un facteur majeur de résistance au stress », confirme l’étude.

Le psychiatre Xavier Pommereau, responsable de l’hôpital de jour pour les 16-25 ans à la clinique Béthanie, à Bordeaux, souligne de son côté la détérioration de la situation sur le terrain. « Le premier confinement a été plutôt très bien supporté par la majorité des jeunes. Par contre, depuis le deuxième confinement, nous observons plus de crises de boulimie, de conduites addictives avec un niveau d’angoisse élevé », dit-il. Le stress induit par la crise sanitaire a pu révéler des vulnérabilités et exacerber des fragilités.

Ainsi Faustine, étudiante en faculté de droit, dont tous les cours sont en visio depuis septembre 2020, vit seule dans une chambre d’étudiant, loin de sa famille. Elle souffre de ne plus voir ses amis, de ne plus sortir. L’avenir l’inquiète beaucoup. Elle s’est mise à boire un ou deux gins tous les soirs, puis un peu plus, « pour dormir, être apaisée ». Un témoignage loin d’être exceptionnel dans les universités.

« Isolement social et absence de cadre »

« Le public étudiant représente la tranche d’âge où une addiction est la plus susceptible de se développer, constate Fanny Sarkissian, chargée de mission innovation sociale à la Fédération des associations générales étudiantes (Fage). Ces comportements semblent s’être aggravés depuis le premier confinement. Différents étudiants nous disent aussi faire beaucoup plus régulièrement appel à des antidépresseurs ou à des anxiolytiques. »

La docteure Géraldine Talbot, addictologue, dirige l'association CaPASSité qui encadre deux centres de soins d'accompagnement et de prévention en addictologie (Csapa), à Montreuil et à Garges-lès-Gonesse, proposant des soins personnalisés. A Montreuil, le 13 janvier.

Au-delà de cette population particulièrement à risque, « l’isolement social augmente les consommations, tout comme l’absence de cadre (télétravail, échanges en visio…) », souligne Bernard Basset, président de l’Association Addictions France. Les spécialistes sont d’autant plus inquiets pour l’avenir que d’autres signaux sont au rouge.

« La vraie vague est attendue cette année, car le terreau des addictions est la dégradation de la santé mentale, la dépression, l’anxiété, le lâcher-prise, mais aussi la précarité », anticipe Nathalie Latour, déléguée générale de la Fédération Addiction. Et le terreau est bien là : les états anxieux et dépressifs se maintiennent à un niveau élevé, autour de 20 %, selon les dernières données (18-20 janvier) de l’enquête CoviPrev.

Les outils d’intervention précoce développés par les structures spécialisées en addictologie pour aller vers les jeunes en passant par les professionnels en contact avec eux ont été mis à mal par la crise

« Avec la crise économique qui accompagne la crise sanitaire au long cours, on peut redouter une augmentation des usages dérégulés de substances pour faire face au mal-être, très présent aujourd’hui dans ce contexte d’incertitude », abonde Marie Jauffret-Roustide, sociologue à l’Inserm, coordinatrice du volet français de l’étude Global Drug Survey, qui mesure les modes de consommation. De fait, plusieurs études, menées notamment aux Etats-Unis et en Espagne, ont bien établi l’augmentation des consommations d’alcool ou d’autres toxiques et des prises de risques en période de récession.


Qu’en est-il de l’accompagnement ? « Il y a un écart entre ce que l’on dit de la souffrance de la jeunesse et la prise de rendez-vous dans les structures de type consultations jeunes consommateurs (CJC), qui reste très faible », souligne le psychologue Jean-Pierre Couteron. Un signal d’autant plus inquiétant, selon l’ancien président de la Fédération Addiction, que tous les outils d’intervention précoce développés par les structures spécialisées en addictologie pour aller vers les jeunes en passant par les professionnels en contact avec eux (établissements scolaires, tissu associatif…) ont été mis à mal par la crise. Conséquence : le risque d’un repérage et d’une prise en charge plus tardifs…

« Nous sommes inquiets concernant le maintien des actions de prévention en milieu scolaire, notamment la généralisation du programme de prévention des conduites addictives en milieu scolaire Unplugged, développé par la Fédération Addiction », complète Nathalie Latour. Pour la déléguée générale, il manque des moyens et une volonté politique : « On en a besoin en ce moment où les jeunes sont très touchés par la crise, il faut s’appuyer sur les CJC, impliquer les associations d’étudiants et renforcer le secteur médico-social, pas uniquement l’hôpital. »

Sandrine Cabut et Pascale Santi
Reputation de ce post
 
Merci de ce partage d'un doc intéressant sur le codvid et ses suites

Hors ligne

 

Lise-Ergique 
Naufragée volontaire
1000
Inscrit le 03 Jun 2013
55 messages
Voilà seulement qu'on s'inquiète de tout ça ?! Ca c'est de l'atterissage en douceur, hein... Enfin là, le problème pointé du doigt, ce sont les dégâts sur le long terme de la crise sanitaire dans son entier.

Il y a un an, on s'inquiétait de la hausse des consommations pathologiques diverses en temps de confinement !
J'avais d'ailleurs pris mon téléphone dans une main, mon courage dans l'autre pour témoigner dans "Le téléphone sonne" sur France Inter le 28/03/2020 ( Alimentation, alcool, médicaments, drogues : des excès aux dérapages, comment éviter les sorties de route ? ) : pour ceux que ça intéresse, c'est à 26:19 que j'évoque le sujet des CSAPA fermés et de l'incidence hyper néfaste du passage systématique à la "téléconsultation" pour le suivi psy.

Le Covid a été le prétexte idéal pour une machination hideuse, le "service-public 100% numérique". Jamais gouvernement n'avait eu pareille aubaine pour tenter de démontrer, fallacieusement, qu'une structure dans laquelle exercent des fonctionnaires peut fonctionner "à distance".
Comme si le smartphone et des applis pouvaient permettre de faire des économies de postes de fonctionnaires...

Les décrochages scolaires en masse faute d'accès à Internet dans le foyer, le non-recours aux aides faute de rdv dans les CCAS, les cancers métastasés et les morts faute de diagnostic effectué à temps, les décompensations psychiatriques qui ont explosé faute de rendez-vous chez le psychiatre, les faillites de petits commerçants et licenciements faute d'accès à une information claire concernant les aides diverses allouées aux PME...
J'espère fortement que certains enseignants-chercheurs "islamogauchistes" (...non je vais pas rouvrir une parenthèse pour me lamenter davantage) se penchent dès à présent sur les conséquences sociétales de ce foirage monstrueux à l'échelle d'un pays entier.

Il faut vraiment que tout ça soit identifié, collecté, noté.
Que le coût humain apparaisse sur l'addition, que le Gouvernement en carton assume cette catastrophe & fasse pénitence devant une commission digne de ce nom. Pas un simulacre d'audition comme celui où Buzyn et consorts ont pu mentir éhontément.


PASSAGE STORYTIME : Because I need to express myself girl_cray2
Pour illustrer ce carnage social, il y a mon modeste cas.
Ironie du sort, j'ai été embauchée fin février 2020 (un mois avant mon appel à France Inter en fait) dans un centre social comme agent d'accueil administratif. Aussi, à peine vaguement formée, j'apprends qu'on est confiné, le centre fermé. Je switche en télétravail, avec pour tout outil de travail mon portable pro sur lequel sont déviés les appels reçus au centre et un PC.
Angoisse maximale. Bénéficiaire de la RQTH et ayant une santé fort précaire (pathologie psychiatrique + physique) j'ai vite alerté l'équipe soignante qui me suit de la situation. Sauf que parmi ces soignants, il y a mon psychiatre, qui bosse dans un CSAPA qui avait lui aussi fermé ses portes aux usagers. Malgré leur volonté de continuer à assurer un suivi, j'ai/nous avons découvert à nos dépens à quel point une demi-heure de blabla par téléphone ne palliait clairement pas l'absence de rendez-vous physique. Le plus terrible est que ma thérapie commençait à porter ses fruits : nous avions ensemble ébauché un "plan d'attaque" à base de pratique sportive et de séances de méditation, couplé à une médication aux dosages enfin adapté (métha/anxio/neuroleptiques/antidép).

Tout a commencé à se morceler.
Cloîtrée chez moi, mes troubles alimentaires (anorexie avec crises de boulimie vomitive) et mes crises d'angoisse ont été multipliées par 3.
J'ai recommencé à consommer de l'héro - c'était mon seul dérivatif, puisque ça me donnait un "prétexte" pour sortir (y a évidemment pas de case pour ça sur leur attestation à la c*n ; disons que j'en profitais pour aller chercher du pain). Lorsque l'on m'a rappelée pour retourner en présentiel au boulot, c'était pour remplacer ma collègue qui elle, bénéficiait du chômage partiel...
Bien pratique, les petits contrats CAE : payés par l'Etat, j'ignore combien nous fûmes à avoir servi de fusibles aux dysfonctionnements divers engendrés par le manque de personnel dans les institutions publiques.

Aussi, j'avais beau être vaguement apaisée par la possibilité de retourner à mon bureau, l'angoisse de vide s'est en fait mue en surmenage. Comme ma directrice bossait elle aussi à distance et évaluait mon job via des tableaux récap sur Google Drive, elle ne m'a pas vue péter petit à petit les plombs. Au contraire, elle me félicitait, et moi je n'osais pas lui dire que je croulais sous le boulot. Epuisée, j'ai donc commencé à prendre de la C pour pouvoir tenir.

Reconnue travailleuse handicapée, j'aurais dû passer devant la Médecine du Travail en mars, mais parce que l'Etat s'est montré conciliant à l'égard des employeurs qui avaient "oublié" de prescrire les visites médicales d'embauche, la mienne n'a eu lieu... Qu'en juillet. Je pesais 39kg et la toubib a elle-même contacté le spécialiste nutrition du CHU qui me suit deux fois par an pour demander mon hospitalisation en urgence.

Fun fact, c'est depuis mon lit que j'ai vu passer la patrouille de France (mais si, vous savez, ce geste incroyablement réconfortant pensé par je ne sais quel conseiller en com à l'Elysée, censé "féliciter l'engagement des soignants de régions durement touchées par la crise sanitaire").
L'infirmière qui était à mes côtés à ce moment-là a maugréé : "Quand on connaît le prix d'une heure de vol d'un alphajet, c'est juste de la pure provocation : ça revient à cramer du fric en kérosène précisément au-dessus de la tête des soignants qui manquent cruellement de ressources humaines, matérielles et financières".

Pendant mon mois d'hospit, suivie par des internes épuisés et faute de médecins "seniors" tous barrés en vacances, j'ai dû faire face à des erreurs médicales quotidiennes... Et à l'heure de ma sortie, j'avais encore perdu du poids - malgré cela, on m'a laissée ressortir, mais que je me rassure, "Vous serez alimentée par sonde nasogastrique à domicile".
J'ai vite compris qu'ils manquaient tellement de lit qu'ils ne pouvaient se permettre de me garder.

Sauf que comme je n'étais pas remise sur pied, je n'ai pas pu retourner au boulot. En plus, gavée par sonde, cela rendait tout déplacement hors de chez moi extrêmement galère. Toutes mes médications ont augmenté en termes de dosages - sans ça, je devenais intenable. J'errais, shootée comme jamais, mais sponsorisée par la Sécurité Sociale.

Mon CDD prenait fin le 16 décembre, mon arrêt a pris fin le 8. Vous vous doutez de la fin de l'histoire : mon contrat n'a pas été renouvelé.

Et aujourd'hui, go back à la case chômage. Et j'égrène les perles des addictions sur un chapelet de plus en plus lourd à porter.

(C'était une histoire parmi tant d'autres, une histoire qui fait sûrement écho chez certains. La chronique d'un drame annoncé, solennellement à la télé, par un Président plein de mépris pour ses concitoyens et qui j'ose l'espérer, aura un jour à répondre de son impéritie)
Reputation de ce post
 
Merci beaucoup d'etre venu partager ton témoignage de ce que ca t'a fait vivre
 
Merci du témoignage + Mr Bungle :p
 
Merci Mr No

« It's better to burn out than to fade away »

Hors ligne

 

  • Psychoactif
  •  » Forums 
  •  » Actualités
  •  » Alcool, tabac, drogues et médicaments… Les addictions, autre dégât collatéral du Covid-19

Répondre Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire




    Psychoactif en Images
    Plus d'images psychoactives
    En ce moment sur PsychoACTIF  
     Psychoactif 
    De nouveaux animateurs-trices sur Psychoactif
    Il y a 5jAnnonce de Equipe de PsychoACTIF
     Psychoactif 
    Enquete : la communauté Psychoactif, qui sommes nous en 2021 ?
    31 mars 2021Annonce de Equipe de PsychoACTIF
     Appel à témoignage 
    Etude sur les problèmes liés à la consommation et au basage du cr...
    Il y a 18hCommentaire de Meumeuh (5 réponses)
     Appel à témoignage 
    Montrez votre matos de vape!
    Il y a 9jCommentaire de NiVuNiConnu (7 réponses)
     Appel à témoignage 
    Témoignez de votre utilisation du CBD ?
    Il y a 2jCommentaire de nofutureorriding85 (32 réponses)
     Forum UP ! 
    C-liquide - C-liquid préfait
    Il y a 23hDiscussion sans réponse depuis 12h
     Forum 
    Faire son CBD E-liquide soit même ?
    Il y a moins d'1mnNouvelle discussion de Weyz0x dans [Cannabinoïdes de synt...]
     Forum 
    Effets indésirables Venlafaxine , Effexor
    Il y a 17mnCommentaire de Lilas24 dans [Médicaments psychotro...]
    (7 réponses)
     Forum 
    Analyse de drogue - Ou et comment analyser ses drogues en France ?
    Il y a 55mnCommentaire de Meumeuh dans [Conseils généraux de...]
    (16 réponses)
     Forum 
    Culture - Peut-on manger des champignons qui ont poussés sur les cotés ou su...
    Il y a 1hCommentaire de Ivy34 dans [Psilocybe - Champigno...]
    (2 réponses)
     Forum 
    {lois} petite questions judiciaire svp
    Il y a 2hCommentaire de splinK dans [Répression - Victimes...]
    (4 réponses)
     Forum 
    Bad trip & Crise de panique - Astuces/Tips Bad Trip
    Il y a 2hCommentaire de Brakasse dans [Cannabis...]
    (6 réponses)
     Forum 
    Accro à l’ixprim, j’en ai marre.
    Il y a 3hCommentaire de Mauddamier dans [Tramadol...]
    (2 réponses)
     Forum 
    Dosage - 500 Euro de Gitane par moi ... c'est plus possible santé et argent !!
    Il y a 3hCommentaire de filousky dans [Tabac et cigarette el...]
    (16 réponses)
     Blog 
    La Condition Pavillonnaire
    Il y a 30mn
    6
    Commentaire de marvin rouge dans le blog de Morning Glory
    (20 commentaires)
     Blog 
    Ce que la drogue m'a apporté - Instant philosophie
    Il y a 8hNouveau blog de MangerDesPommes dans [Opinion]
     Blog 
    Photothèque de FDL
    Il y a 12h
    20
    Commentaire de Meumeuh dans le blog de FrenchDrugsLover
    (110 commentaires)
     
      QuizzZ 
    Evaluer la gravité de votre addiction
    Dernier quizzZ à 12:17
     PsychoWIKI 
    Usage, abus et addiction à la codéine et au tramadol
     Topic epinglé 
    Neurchi de Psychoactif
     Nouveaux membres 
    JeremColocado, Petitjoueur, tranxène50, Labbepierre, Arnoldpsyco nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.
    S'identifier

    Mot de passe oublié

    Morceaux choisis 

     Témoignez de votre utilisation du CBD ?
    par Lise-Ergique, le 07 Apr 2021
    Hola, Moi qui détestais fumer de la weed classique, je me suis découvert une vraie affinité pour le CBD il y a de cela quelques mois. J'en pouvais plus de gober des benzos par poignée et d'être malgré tout confrontée à des insomnies carabinées et des crises d'angoisse paralysantes. Fermer l...[Lire la suite]
     Présentation nouvelle pipe SAFE
    par Zazou2A, le 08 Apr 2021
    Yop, Pour les pipes à crack « classique » Il existe un modele coudé, et un droit Mais là tu nous parle de nouvelles Pipes développer par Safe, Lloigor avait fait un retour dessus très interessant d’ailleurs; qui sont bcp plus universel, elle permette la vaporisation et peuvent donc se...[Lire la suite]
      J'hallucine avec la loi française
    par Xoko, le 09 Apr 2021
    Bonjour à tous Tout d'abord je me présente, je suis espagnol arrivé en France il y a peu de temps, en Espagne je commandais périodiquement des truffes magiques dans un magasin néerlandais en toute tranquillité d'esprit puisqu'en Espagne la possession de drogue pour consommation personnelle n'e...[Lire la suite]
    Tous les morceaux choisis
    Les derniers champis

    waw. salopio. jalousie. >JFD dans [forum] Cherche prix et photos de prods pour enrichir le PsychoWIKI
    (Il y a 5h)
    Si tu aimes Tool,essaye A Perfect Circle(s'tu connais pas encore)! Lise-Ergique dans [forum] Musique que je kiff pour chiller ou pour triper
    (Il y a 7h)
    Молчат Дома ! Délicieusement kitschoss ♥ ! *Lise-Ergique* dans [forum] Musique que je kiff pour chiller ou pour triper
    (Il y a 8h)
    Magnifique♥ ms perso jla mets plutôt dans ma playlist YT "For my funerals" ! xD dans [forum] Musique que je kiff pour chiller ou pour triper
    (Il y a 9h)
    oh quelqu'un qui consomme aussi de la 2/3 fea ! / Régular Psyché dans [forum] Cherche prix et photos de prods pour enrichir le PsychoWIKI
    (Il y a 12h)

    Pied de page des forums