Sevrage méthadone avec aide disso (dck/o-pce) / PsychoACTIF

Sevrage méthadone avec aide disso (dck/o-pce)

Publié par ,
3835 vues, 32 réponses
fafefifofu 
Psycho sénior
1200
Inscrit le 23 Jul 2016
654 messages
Salut,
J'ai décidé de me sevré de mes 16mg de métha qui me pourrissent littéralement la vie, j'ai déjà pu remarqué et j'ai également lu quelques témoignage comme quoi les disso aidaient beaucoup pour le manque opiacé.
J'ai pris ma derniere dose de métha hier matin, donc aujourd'hui j'ai pu goutter au joie du manque qui été déjà pas mal développé pour le premier jour.
Après a 16mg j'étais pas tout à fait confort et je pense que je métabolise relativement vite la metha qui a toujours eu du mal à me faire 24 h donc ceci explique peut être le fait que le manque à déjà bien avancé en 1 journée.
Bref je passe les détails la journée fût extrêmement longue (en plus c'était mon anniv ...) et là il y a 2h j'ai pris je dirai environ 10 mg de DCK, presque tout mes symptomes se sont envolé.
Je me sens quand même un petit peu bizarre (ça a calmer à 90% je dirai) mais vraiment ça n'a plus rien avoir, juste avant j'étais entrain de greloter sous la couette à osciller entre chaud froid envie de gerber qui pointais son nez, à moitié entrain de comater mais impossible de s'endormir bien sur.
Après même si à la description ça peut sembler vener c'est que le premier jour don ce n'est pas un manque force 10 non plus, est-ce normal que ça me calme autant ?
Quelqu'un à t-'il eu des éxperiences de sevrage aux disso, ou même remarqué une efficacité telle ?
Ou serait-'il possible que la dck ou l'o-pce ai une action sur les recepteur opiacé ?
Si quelqu'un à des infos ou juste des anecdotes n'hésitez pas.
Si ça vous intéresse je vous tiendrai au courant de l'avancé de ce sevrage, ce qui me fait le plus peur c'est le manque de sommeil ...
A voir si ça sera efficace quand les symptomes seront beaucoup plus fort également.

PS. je sais que c'est pas la meilleur des idée un sevrage "à la dure" pour commencer encore moins en compensant avec d'autres drogues, et encore moins des rc ...
Pour ce qui ai du sevrage ça a été murement réfléchi, j'ai mis le taff, ma mère, les médecins au courant, d'ailleurs j'ai trouvé un médecin qui accepte de me suivre la dedans (bon il est pas au courant pour les disso), et j'ai choisis les rc car je n'ai pas accés à d'autres substance (ketamine) et que celle ci a une durée très limité, et une tolérance énorme qui s'installe très vite (et c'est pas donné pour les quantité).
Et le but est juste de me rendre le gros du sevrage moins dur, pas de tripé.

Dernière modification par fafefifofu (04 mars 2021 à  23:18)

Hors ligne

 

Morning Glory 
Modératrice
11400
Inscrit le 10 Oct 2017
3522 messages
Blogs
Joyeux anniversaire...

La DCK est antibactérienne, à proscrire en utilisation rpolongée. L'O-pce je ne sais pas.

En tout cas même pour tes reins prendre ça toute une semaine (voire deux?) c'est pas anodin, bois beaucoup d'eau, cantonne toi aux doses les plus minimes si c'est vraiment ce que tu veux... Et ne perds pas de vue que le plus dur, c'est le post-sevrage d'après celleux y étant passé.es...

Plein de courage

Dernière modification par Morning Glory (05 mars 2021 à  20:30)


Μόρνηνγγ Γλωρύ
I <3 5-HT & DA ~

Hors ligne

 

fafefifofu 
Psycho sénior
1200
Inscrit le 23 Jul 2016
654 messages
Merci pour ton message et pour mon anniversaire ! smile

Oui je sais pour les propriété antibactèrienne, pour le l'o-pce aussi il paraitrait, mais les avis divergent dessus j'ai l'impréssion.
En tout cas j'ai déjà binge comme un porc de l'o-pce pendant plus d'un mois plusieurs dose par jour(et à dose de trip pas loin du hole pas juste pour être bien en plus) et ça m'avais surpris à quel point c'était passé "crème".

Je me nourrie comme à mon habitude (très sainement et en bonne quantité)et franchement c'est grace a la DCK, j'ai même pu faire ma séance de sport ce matin, je suis encore sur le cul de l'efficacité avec laquelle ça marche pour faire passer l'état de manque, et dés que elle commence à redescendre je recommence à retrouvé les symptome du manque opiacés.

Je dirais que je prend des doses de 10mg 2/3 fois par jours, pour l'instant ça me suffit mais c'est que le début.
J'ai même réussis à dormir cette nuit alors que pour moins que ça en enlevant 1mg de métha je fais nuit blanche (j'ai un sommeil compliqué).

Pour l'instant ça m'a l'air miraculeux, j'espere que je vais pas le payer autre part mais je continue dans mon optique.

Je me paye même le luxe de voyagé en mettant les ecouteurs ...sans être ultra dissocié ou quoi juste je me sens bien, je suis même de bonne humeur.

Je vous raconterai la suite ...

Dernière modification par fafefifofu (05 mars 2021 à  21:25)

Reputation de ce post
 
Pourvu que ça dure

Hors ligne

 

Morning Glory 
Modératrice
11400
Inscrit le 10 Oct 2017
3522 messages
Blogs
C'est toi qui vois. Je comprends et respecte ton choix. J'espère que ça va bien se passer. Tiens nous au courant vi, ++

Μόρνηνγγ Γλωρύ
I <3 5-HT & DA ~

Hors ligne

 

JellyFish's Dream 
Psycho sénior
France
600
Inscrit le 22 Mar 2020
598 messages
Blogs
Salut,

fafefifofu a écrit

Pour l'instant ça m'a l'air miraculeux, j'espere que je vais pas le payer autre part mais je continue dans mon optique.

Ouai. Les dissos ont des propriétés un peu miraculeuses j'ai l'impression.
Mais ils sont capables d'engendrer une bonne dépendance psy des familles. Bien réelle. Sans parler de la toxicité, évidemment.
Donc méfie toi.

En tout cas, bon courage, et bonne continuation.

JFD


"L'Histoire est écrite et réécrite à chaque seconde,
Regarde ces fils de **** ça svoit tout dsuite qjsuis pas dce monde. "

Hors ligne

 

Morning Glory 
Modératrice
11400
Inscrit le 10 Oct 2017
3522 messages
Blogs
Pas que psy. Dans les cas les plus extrêmes une dépendance physique peut être observée. Bon faut y aller pour y arriver faut dire (chelou de le dire comme ça lol) mais ça existe.

Μόρνηνγγ Γλωρύ
I <3 5-HT & DA ~

Hors ligne

 

fafefifofu 
Psycho sénior
1200
Inscrit le 23 Jul 2016
654 messages
Oui je sais que il y a des risques, après pour le physique, je pense quand même limiter la casse par exemple pour les pb de vessie vu que les disso que je prend se dosent dans les 10/20mg max, pour le psy je connais les riques, ce sont vraiment des molécules que je connais bien ...
Pour l'instant je pense que au vu de l'efficacité des dissos ça peut en valoir la chandelle (on verra tout ça une foi fini).
Chaques choses en son temps la le but c'est de passé le plus gros du manque physique sans trop morfler, j'ai pleins de choses de prévue une fois tout ça fini.
Sinon petit point, j'ai senti le manque progressé encore surtout vers la fin d'aprem et nuit, insomnie jusqu'a 6h du matin mais j'ai réussis à dormir à peu prés de 6h a 11h, jusqu'a que mon voisin décide de jouer du marteau contre le mur ...
Mais avec la dissociation je sens que il me manque quelque chose au niveau de mon ressenti corporel, mais pas vraiment plus, j'ai quand même énormement de mal à trouvé une position confortable pour dormir par exemple ou quoi même si je ne sens pas réellement de douleur j'ai droit au baillement et nez qui coule quand meme.
A noter que j'ai l'impréssion d'avoir eu la gaule toute la nuit mais en mode vener haha, en vrai je prend ça comme un signe positif une des raisons de pourquoi la métha me pourrissais la vie à des dosages qui n'ont jamais excedé 30/40 mg a mon grand max, et que j'avais literralement 0 libido, et une testostérone qui n'étais même pas compris dans la fourchette basse (j'ai 24 ans, avec une très bonne hygiene de vie depuis 1 ans donc pas normal du tout) je vous dis pas les conséquences sur le quotidien avec une teso ausi basse en plus des effets secondaire de metha(je suis quelqu'un de sensible voir d'yhpersensible visiblement au vu de mes réaction que je ne cite pas toute avec des dosages relativement bas de métha) ...

Dernière modification par fafefifofu (06 mars 2021 à  12:21)

Hors ligne

 

fafefifofu 
Psycho sénior
1200
Inscrit le 23 Jul 2016
654 messages
4 eme jour aujourd'hui, dans l'ensemble ça peut aller je suis pret à suporter ça, la question est combien de temps ?
J'ai réussis à dormir (comater) de minuit a 4h et de 8h a 10h30, je sens que j'ai besoin de bien plus mais c'est compliqué je n'arrive pas a resté en place, je me tord un peu dans tout les sens.
J'ai fait une connerie ... enfaite le médecin que j'ai vu avant de commencer m'a précrit du théralene pour réussir à dormir quand le sommeil est compliqué, me disant que c'était utilisé chez l'enfant et que ça n'avais pas de risque de dépendance, je me suis dit ok cool j'ai ça sous la main au cas ou.
Je me suis renseigné et j'ai vu que c'était un antihistaminique H1, donc je sais à quoi m'attendre, mais je me suis dit quand même on me l'a précrit en sachant que je serai en manque pour dormir donc je vais essayer juste 1 cachet ça devrait minimiser les effets secondaire etc et m'aider à dormir, le premier soir j'ai réussis à dormir direct donc j'ai pas trop capté que ça me mettais dans le mal au levé, donc hier soir j'ai réitéré (tout en étant pas si sur de moi) sauf que là j'ai pas réussis à dormir, et franchement je regrette, juste 5 mg et je ressens clairment les effets délirogène, aini que les secheresse des muceuses, et surtout ça me bloque mon transit donc jusqu'a là ça allait au niveau du ventre, bah enfaite c'est ça qui me dérange ... fin bref je vais beaucoup m'hydrater et attendre que ça quitte mon corps, car en plus de ça ça change l'effet de la DCK et la rend bcp plus ...
délirogène et franchement j'ai pas envie de ça.

Sinon hier j'ai aussi forcé sur la dose de DCK sans trop le vouloir + l'effet anticholinergique du théralene, je suis parti très loin ...bon d'un cotés ça m'a fait beaucoup de bien sur des chose assez profondes, et au fur et a mesure que la journée est passé, j'ai pas vraiment eu l'impréssion que les effets du manques se sont accentué, donc à voir comment ça va evoluer aujourd'hui, mais ça me redonne de l'espoir, mais d'un autre cotés je trouve ça très court donc je m'y pépare aussi d'un autre cotés, au final e suis plus mal de part les effets anticho et le manque de sommeil que le manque en lui même ce matin j'ai l'impréssion.

Dernière modification par fafefifofu (07 mars 2021 à  11:51)

Hors ligne

 

Anonyme6525
Invité
Yo ! Je suis ton post de loin depuis le début. Effectivement des somnifères anticholinergiques sous disso c'est peut-être pas le mieux. N'as tu pas accès à des benzodiazépines ? Il n'y aurai pas d'effet chelou avec les dissociatifs (si la dose de benzo reste normale), ça te permettrait surement de mieux dormir.

Et si j'étais toi je pense que j'essayerai de trouver la dose la plus faible en disso qui soulage le manque mais sans te faire triper. Car ça peut aussi te fatiguer à force si tu trip à fond surtout dans cet état de fatigue, et provoquer la formation d'une tolérance aux effets dissociatifs. Parce que je ne sais pas en quelle mesure la DCK peut accélérer le rééquilibre de ton organisme, mais la méthadone est connue pour ses longs sevrages. Par exemple l'ibogaïne (qui partage la même action antagoniste sur les récepteurs NMDA que la DCK, entre autres effets) est réputée pour détruire le manque de la plupart des opiacés en une prise, mais il me semble que ça marche pas forcément pour la méthadone du fait de la longue demie-vie de cette dernière. Il doit aussi y avoir une question de dosage et de durée, d'empleur de la dépendance a la méthadone qui doit entrer en jeu.

En tout cas il me semble qu'il faut voir le truc en mode plutôt "marathon" que "sprint", si la comparaison fait sens !

Tiens-nous au courant en tout cas ! Et bon courage à toi smile
 

fafefifofu 
Psycho sénior
1200
Inscrit le 23 Jul 2016
654 messages
Salut Guygeorges merci pour ton message ça me fait plaisir smile
Alors oui j'ai du seresta 10, au cas ou, mais j'avoue j'ai une peur bleu des benzo ...(je sais c'est débile) mes 2/3 expériences avec j'ai très mal vécu cette sensation de camisole chimique ... donc je vais essayer de me débrouiller sans rien, là je me lève d'une sieste de 2h.
Oui clairement aujourd'hui j'ai réduis les doses de DCK, j'étais en roue libre toute la journée, j'ai lachée énormement de chose de ma vie, j'ai eu des discussion très profonde avec ma mère ça m'a fait un bien incomensurable, je me sens confiant pour le futur, je sais que je suis dans la bonne voie, c'était le moment d'appuyer sur le bouton du iège ejectable si je puis dire ...
Pleins de souvenirs refont surface, je pense que je suis pret à le acceullir aujourd'hui je pense vraiment sortir grandi de tout ça.
J'ai déjà l'imprésion que le plus gros du physique est pasé (je sais ça semble inconvable) mais depuis hier je me sens sur la pente ascendante ou le manque va se mettre à lentement se resorber j'ai l'impréssion que la DCK n'y ai absolument pas pour rien.

Mais oui ça fait complétement sens, c'est un marathon et non un sprint mais je vais gardé le cap ! smile

Ce que je sais c'est que ces derniers temps je fais les meilleurs choix pour moi et mon futur, je ne me suis jamais fais autant confiance et je ne suis pas déçu.

Dernière modification par fafefifofu (07 mars 2021 à  16:44)

Hors ligne

 

Anonyme6525
Invité

J'ai déjà l'imprésion que le plus gros du physique est pasé (je sais ça semble inconvable) mais depuis hier je me sens sur la pente ascendante ou le manque va se mettre à lentement se resorber j'ai l'impréssion que la DCK n'y ai absolument pas pour rien.

Peut-être que c'est possible. J'ai utilisé les antagonistes des récepteurs NMDA (de la mémantine) de façon miraculeuse pour une addiction au GBL il y a plusieurs années. J'avais ressenti une diminution de mon addiction physique puis une baisse de la tolérance sans aucun problème (jusqu'à revenir à ma tolérance quand j'étais naïf au G), aucune douleur, tout naturellement.

Après on a encore beaucoup de choses à comprendre sur ce mécanisme de diminution de la tolérance par les antago. NMDA. Je me suis refoutu au GBL pendant le 1er confinement, en croyant que je pourrai réduire facilement les doses en cas d'abus, j'avais recommandé de la mémantine en parallèle.

Et bah ce coup là ça a pas marché dutout la mémantine c'est le moins que je puisse dire ! C'était l'enfer ça a duré tout l'été mon addiction avant de passer la porte d'un CSAPA et qu'on me foute du valium, tercian et baclofen. Je pense que la mémantine n'as pas marché ce coup-là, car j'étais très fortement tolérant aux dissociatifs, ayant repris le GBL en même temps qu'une consommation de kétamine en IM.

Donc ça peut être presque miracle ce mécanisme, trop beau pour être vrai, mais y'a aussi certaines conditions requises. Tolérance aux effets des dissociatifs, profondeur du déséquilibre initial... Si t'avais été à 120 mg de méthadone, peut être que t'aurai pas du tout senti l'action de la DCK par exemple !

En tout cas tu tiens le bon bout c'est super !

 

fafefifofu 
Psycho sénior
1200
Inscrit le 23 Jul 2016
654 messages
C'est clair que on ne sait vraiment pas grand chose de tout ça au final, mais ce qui est sur c'est que tout ça se sont des outils, qui peuvent aussi bien faire du mal que du bien.
J'ai l'impréssion de me realigné avec moi même au plus profond de moi, j'ai beaucoup de choses refoulées qui resurgissent, tout ça va prendre du temps mais c'est le début de quelque chose de bon.

Par rapport à la tolérance il faut savoir que je n'avais touché à aucune substance (ni même la nicotine) depuis 1 ans.
J'ai l'impréssion d'avoir commencé à être en manque plusieurs jours avant l'arret réel de la méthadone (j'avais déjà commencé à prendre des disso, pour voir comment j'y réagissais).
Je me demande si je ne me suis pas conditionné, je pense que l'on est aussi capable de chose extraordinaire grâce à la volonté.

Hors ligne

 

fafefifofu 
Psycho sénior
1200
Inscrit le 23 Jul 2016
654 messages
Jour 5 :
Je pense vraiment que je suis entrain de me reprogramé au plus profond de moi, aujourd'hui je n'ai déjà plus de douleurs depuis 4/5h du matin alors que je n'ai pas dormi avant 8h du matin aujourd'hui, et que en général plus je manque de sommeil plus j'ai mal ...
J'ai très peu dormi au final aujourd'hui, je me sens lourd, fatigué, mais je me sens bien dans mon corps, j'en reviens pas de pouvoir dire ça au début du jour 5 ...
Je suis entrain de renouer un lien avec ma famille, je me sens soutenue et aimé.*
Je ne pourrais pas vous dire le nombre de souvenirs de ma vie que j'ai revécu, et dont j'ai pu libéré certaines charges émotionnel qui été bloquées, c'est vraiment exeptionnel ce que je vie malgrès tout, j'ai vraiment l’impression de renaitre.

Hors ligne

 

fafefifofu 
Psycho sénior
1200
Inscrit le 23 Jul 2016
654 messages
Bon c'est juste pour dire que j'ai pas laché, j'ai ramené toute ma métha à la pharmacie (un bon gros sac mdr) et j'ai jeté l'o-pce le 8 ieme jour, c'était trop tôt avec du recul car c'est la seul chose qui me calmais vraiment, mais je retrouve ma personalité et ma sensibilité ça commencé à me miné de devoir en prendre toute les nuits, et je pense que ça fatigue mon corps également, mais ce qui est claire c'est que mon intention au moment des prises étant complétement différentes, j'ai eu des trips hyper révélateur, je suis remonté très loin dans mon passé.
Je commence à pouvoir dormir un minimum la nuit (environ 5h depuis 2j), sachant que je n'ai pas réussis à dormir vraiment jusqu'au 8 ieme jours.
Je me suis fait avoir le 5 ieme jours, la journée se passe bien enfaite depuis le début, juste manque d'énergie mais si je me met en mouvement j'ai pas mal, mais le problème c'est dés que la nuit tombe, jusu'a avant hier, je me tordais dans tout les sens pendant presque toute la nuit ...
Je fais un travail avec une énergeticienne et on est remonté encore plus loin dans mon enfance et j'ai compris d'ou venait vraiment mes traumatismes et ce que j'ai chercher à fuire depuis l'age de mes 10 ans, il y a encore beaucoup de travail, mais rien que ça, ça m'a détordu les trips, ce qui m'a énormément fais de bien.
Un tout nouveau monde s'offre à moi j'ai limpréssion, on ne se rend vraiment pas compte des conséquences d'une conso de métha ou d'opiacé au quotidien ... j'avais pleins de problèmes de postures et suite à une fracture de la machoire enfaite elle est decalé et du coups j'ai un mal de tête presque h24, la métha m'a coupé de tout ...
Je pense que c'est pas pour rien que les pupilles se retractent sous opiacé...

Vraiment le plus dur, c'est l'impossibilité de se sentir bien et de ne pas réussir à dormir, j'ai eu des pulsion assez violente le jours 8/9/10, à cause de l'accumulation, c'est extremement long à vivre, car on a l'impréssion de le vivre seconde par seconde et il est dur de s'occuper la nuit et de se mettre en mouvement, car resté planté à regardé des films vidéos c'est pas assez stimulant, à la limite la musique m'a fait beaucoup de bien.

Dernière modification par fafefifofu (16 mars 2021 à  09:43)

Hors ligne

 

Morning Glory 
Modératrice
11400
Inscrit le 10 Oct 2017
3522 messages
Blogs
Ca fait plaisir à lire smile Il y a surement une part de l'effet antidep / maniaque du disso qui te fait te sentir comme ça, mais si tu as pu en profiter pour faire un travail de fond c'est nice!

Tu dois avoir fait le plus dur, courage! smile

*la pupille se rétracte (myosis) parce que le système parasympathique est activé sinon :p Mais je comprends l'image

Μόρνηνγγ Γλωρύ
I <3 5-HT & DA ~

Hors ligne

 

bloodistory
EnVapé
France
000
Inscrit le 18 Nov 2016
272 messages
Pour la metha, je ne sais pas.

En revanche, pour d'autres opi durs, les dissos aident bien, voire très bien.
J'ai testé O-PCE, 3Meo-PCP & PCE, et d'autres.

Bonne grosse béquille.

Pas testé la K mais je pense aux regards des travaux lus, que ça doit aussi fonctionner très bien.
J'ai pas les sources là sous le coude mais je peux les retrouver au cas ou.

Ca mérite d'être expérimenté, (selon moi), donc sous toutes réserves. Mail existe pléthore d'articles très sérieux sur la question.
Dont trvaux de l'école russe qui a obtenu de bons résultats sur dépendances diverses dont l'alcoolisme chronique. Plein d'autres pays se sont mis à expérimenter la K sur des dépendances opi.
C je ne sais pas, mais ça pourrait peut être aider aussi. C'est une intuition.

Longue vie à PA

Hors ligne

 

fafefifofu 
Psycho sénior
1200
Inscrit le 23 Jul 2016
654 messages

*la pupille se rétracte (myosis) parce que le système parasympathique est activé sinon :p Mais je comprends l'image

Oui en plus de la constipation qui rêvele beaucoup sur notre état de santé et mental, je ne ressentais plus mes emotions au niveau du ventre, c'était que des noeuds, j'ai réapris à respiré avec le diaphragme et non avec la poitrine (comme quand on est stresé), j'ai des douleurs de problème de posture que j'aurai réglé, si j'avai su, j'avais pas mal de noeuds dans le dos aussi, fin pour moi c'est claire et net que ça m'a emprisoné à tout les niveau, c'est bien d'ailleur pour ça que j'ai voulu arreter aussi précipitemment.
Après c'est un cheminement qui ne date pas de hier, je pense que c'est parce que j'étais prés que je l'ai fait comme ça, pour moi c'était pas une option 1 jour de plus avec ça ...

Oui clairement les dissos m'ont énormement aidé, ça calme le manque de manière extremement efficace, je pense pas que il y ai un outil plus efficace.
Je n'avais rien consommé depuis 1 ans, mon but n'était pas de fuir, mais de m'en sortir, je le voyais juste comme un outil pour m'aidé à passé le plus gros du sevrage, et j'ai eu des trips d'une clarté san précédent, j'avais même pas l'impréssion de tripé, alors que j'ai un peu poussé les doses à certains moments.
Je me suis senti plusieurs jours comme sous grosse dose de MDMA ou de Cocaine, un rush de dopamine et de serotonine pour la moindre chose agréable, je pense que c'était une sorte de recompensation.

Sans les disso j'aurai pas réussis honêtement se tordre de douleur et d'incofort toute la nuit de 20h à 8h du mat, c'est de la torture, encore 1 ou 2 nuit ça va, mais pas 10 ... ça m'a énormément calmé.

Ca mérite d'être expérimenté, (selon moi), donc sous toutes réserves. Mail existe pléthore d'articles très sérieux sur la question.

C'est pour ça que j'ai décidé de faire ça moi même, car j'ai lu les articles il y a même un témoignage sur le forum d'un sevrage codé avec de la kétamine en hopital, sauf que le médical est trop fermé pour mettre en place ça, dé que j'en ai parlé j'ai bien compris ce que on en a pensé ...
C'est surement pas le plus safe avec les RC, mais on a l'avantage de pouvoir choisir parmis pas mal de molécules et surtout qui dure beaucoup plus longtemps, donc moins de tolérance + after effect super long, donc c'est assez avantageux pour un sevrage long.

Merci pour le message d'encouragement ça fait plaisir smile
Je pense avoir fait le plus dur physiquement, mais les nuits sont encore courte je manque d'énergie, mai j'ai la rage de vivre haha.

Dernière modification par fafefifofu (17 mars 2021 à  08:47)

Hors ligne

 

Anonyme6525
Invité

Pas testé la K mais je pense aux regards des travaux lus, que ça doit aussi fonctionner très bien.

Oui a un moment il y a même un pays (je ne sais plus lequel), qui avait sorti une préparation avec morphine et kétamine dans un même médicament.

Sinon j'imagine que les différents dissociatifs tapent de façon différente sur les récepteurs NMDA. Peut-être qu'il y a plusieurs sous-types de ces récepteurs. Peut-être que les dissociatifs tapent sur des zones légèrement différentes du cerveau selon leur structure du coup (bien sur ça se recoupe fortement comme il y a une tolérance croisée a tous ces produits).

Le fait est que certains dissos sont plus efficaces que d'autres pour certaines dépendances. En rassemblant un peu les expériences à ce sujet, il apparaît que le DXM est plus efficace que la mémantine pour la dépendance aux opiacés. Par contre, pour une dépendance au GBL, le DXM ne fait rien (sur moi en tout cas) alors que la mémantine est une bénédiction. La kétamine marche pour la dépendance au GBL, mais avec ses propriétés euphorisantes, sa faible durée d'action et sa forte tolérance, je n’ai pas trouvé ça si thérapeutique par rapport à un traitement de mémantine ou là c'est nuit et jour.

Il faudrait comprendre pourquoi ces différences de réactions entre dissos et différentes dépendances.

Je pense personnellement que le mieux ça serai que les chercheurs développent des antagonistes des récepteurs NMDA SPÉCIFIQUES au traitement de la tolérance. Et que le protocole le plus safe serai une diminution progressive de l'opiacé (et pas un sevrage à sec comme tu l'a fait), mais en mode accéléré par la prise d'un dissociatif sur quelques semaines. Pour faire ça dans la douceur et l'absence de douleur, sans pour autant mettre plusieurs années.

En tout cas merci pour ton partage d'expérience ! C'est super intéressant et t'as bien rebondi !

 

fafefifofu 
Psycho sénior
1200
Inscrit le 23 Jul 2016
654 messages
Bon physiquement tout reviens de plus en plus à la normal, j'ai réussis à dormir 8h cette nuit une première depuis le début, (bon pas d'une traite ni complétement profondément tout le temps) mais maintenant c'est le psychologique qui prend un coups, dur de se motivé, je me sens profondément fatigué, mais je sais que c'est normal, ça fait seulement 14 jours et de savoir que physiquement ça va mieux mais que on arrive pas à se motivé quand même ça fout un petit coup au moral, mais je m'accroche, j'ai des rdv prévu qui vont me faire du bien.
Juste le soir ou les symptômes physiques se repointent, je me levais à 4h du matin depuis quelques jours aussi donc forcément la journée est longue, mais ça s'améliore de jour en jour.
J'écoute de la musique en boucle toute la journée, y a que ça et de me baladé dans la nature qui me fais du bien (et jouais de la batterie et dessiné mais j'ai pas tout le temps la motiv), d'ailleurs c'est ouf depuis que j'ai arrêter j'ai l’impression d'avoir la vision HD en mode LSD, je m’émerveille devant tout.

Dernière modification par fafefifofu (18 mars 2021 à  11:02)

Hors ligne

 

fafefifofu 
Psycho sénior
1200
Inscrit le 23 Jul 2016
654 messages
Bon petit point tout ne s'est pas passé comme prévu ...

Pas longtemps après mon dernier message j'ai cracké j'ai perdu la motivation de luté contre cet état de mal être aussi bien physique que psychologique avec une impréssion que j'en verrai jamais le bout et que de toute façon dans le fond ça avait toujours été comme ça.

J'ai donc décidé de reprendre des dissos sauf que j'en ai pris du matin au soir et je redropai dés que ça commencais à redescendre, en tout j'ai du consommé + de 5g de ketamine, 2g d'o-pce et 2/3g de DCk pour pas me sentir mal, ça marchais assez bien, mais j'étais pas productif ni très actif et c'est cela dont j'ai besoin pour me remettre sur pied.
Le soir je poussais même les dosages pour tripé, j'étais pas loin du k-hole à plusieurs reprises, et jai fais de putain de trip à l'o-pce, à chaques fois j'avais l’impression que ça me boostais il y a un réel cotés antidépresseur.

Sauf que j'ai essayé a 2/3 reprises de ne pas consommé et de voir ou j'en était par rapport à mon sevrage de méthadone, et les douleurs physique sont presque revenu de plus belle, mais c'étais surtout psychologique et je n'avais plus aucune patience et le moindre inconfort était démultiplié.
Je suis censé cherché une alternance et un appartement rapidement et j'arrivais pas à me mettre au travail, ce qui me faisais de plus en plus peur et culpabilisé,
la dépression s’installait de plus en plus, je mettais de heures à me levé le matin, parce que je n'avais aucune envie de me lever pour subir.
J'ai même pensé à me faire hospitalisé ou a aller dans une maison de repos car de moi même impossible de faire quoi que ce soit, je suis même aller juqu'a me dire que j'allais retourner voir un médecin et tanté de passé au subutex, tant pi que mon mal être et trop profond pour vivre sans pour le moment.
Car enfaite même si je m'en rendais pas compte c'est un état que je connais depuis toujours, juste complétement demultiplié par le sevrage et que c'est comme si je devais apprendre à vivre normalement alors que je n'ai pas encore su le faire de ma vie ...

J'ai donc pris rendez-vous pour faire des séance de reiki hier, aujourd'hui, demain et après-demain.
Ca m'a fait un bien fou je suis toujours pas au top mais j'ai de nouveau envie de m'en sortir, et j'ai de nouveau de l'énergie et pas cette envie de m'écrouler ou de dormir toute la journée (malgrès que même dormir j'y arrive pas encore très bien mais déjà je n'ai plus besoin de benzo ni de théralene).
J'ai réussis à me mettre à cherché les alternances, à ranger, nettoyer, à prendre soin de moi, je me suis remis au sport à marché et même à lire, j'arrive de nouveau à me projeté sans avoir un déferlement de pensées négatives.
J'ai jeté le reste d'o-pce que j'avais sans trop de pb en plus j'ai fini sur un trip magnifique la veille de ma première séance de reiki.

Et surtout même si je le savais déjà mais j'ai compris que je ne pourrai pas avancé en continuant de consommé quoi que ce soit à chaque fois que je me sens mal ou que je ne sais pas quoi faire, il faut refaire le câblage de mon cerveau avec des choses saines et constructives.
J'ai toujours mal au ventre dés que j'ai un moment de flottement ou quand je reste sur la même tache trop longtemps, j'ai une capacité de concentration très limité je divague beaucoup mais j'arrive à me recentré.
A voir comment ça va evoluer mais je pense que ce coup-ci c'est la bonne même si je sais que il va encore y avoir des hauts et des bas.

Je sais que tout le monde le dis, mais j'ai sous estimé le cotés psychologique, mais bien ça le plus dur à géré, surtout que une fois dans l'angrenage de la dépréssion c'est très dur de s'en sortir ...

Dernière modification par fafefifofu (22 avril 2021 à  19:58)

Hors ligne

 

Morning Glory 
Modératrice
11400
Inscrit le 10 Oct 2017
3522 messages
Blogs
C'est vrai que ta conso de dissos devenait préoccupante hmm
Je te souhaite de réussir à traverser le PAWS, tu as la gnaque en tout cas

Μόρνηνγγ Γλωρύ
I <3 5-HT & DA ~

Hors ligne

 

fafefifofu 
Psycho sénior
1200
Inscrit le 23 Jul 2016
654 messages

C'est vrai que ta conso de dissos devenait préoccupante hmm
Je te souhaite de réussir à traverser le PAWS, tu as la gnaque en tout cas

Ouais j'ai même commencé à avoir pas mal mal aux reins, cqui faisait une douleur qui s’ajoutait supplémentaire et dés que elle revenait je reconsommait ...ce qui me faisait d'autant plus culpabilisé.
Elle est parti direct dés le lendemain de ma dernière prise, sinon rien a signalé du cotés vessie.
Aussi bizarre que cela puisse paraitre, j'été obligé de prendre d'un disso pour réussir à fermer l’œil (alors que en temps normal ça m’empêche de dormir).

Merci c'est gentil !
J'ai cru comprendre que toi aussi tu as arrêter la morphine à petite dose (je sais pas comment tu as fais pour rester à des dosages aussi bas d'ailleurs), je ne sais pas ou tu en es mais bon courage à toi également.

Hors ligne

 

Anonyme6525
Invité

Le soir je poussais même les dosages pour tripé, j'étais pas loin du k-hole à plusieurs reprises, et jai fais de putain de trip à l'o-pce, à chaques fois j'avais l’impression que ça me boostais il y a un réel cotés antidépresseur.

Faut un peu relativiser l'effet soi disant antidépresseur des dissociatifs. Effectivement sur un individus naïf, y'a un fort effet AD. Mais quand tu abuse du dissociatif, la kétamine deviens dépressive, addictive. Ses dérivés RCs c'est la même chose.

Ton expérience me fait penser que la meilleure méthode reste la diminution progressive et sans douleur avec des doses décroissantes d'opiacés. Je reste cependant intéressé par le potentiel des dissociatifs pour accélérer le processus de rééquilibre du système opiacé, mais toujours sur une longue période, à faible dose (2x60mg DXM par jour par exemple), avec des produits à demie-vie longue (mémantine) qui sont difficilement utilisable pour tripper.

En tout cas bon courage pour la suite !

 

fafefifofu 
Psycho sénior
1200
Inscrit le 23 Jul 2016
654 messages

Faut un peu relativiser l'effet soi disant antidépresseur des dissociatifs. Effectivement sur un individus naïf, y'a un fort effet AD. Mais quand tu abuse du dissociatif, la kétamine deviens dépressive, addictive. Ses dérivés RCs c'est la même chose.

Ha mais je suis complétement d'accord avec toi, je l'ai bien vu les 2/3 fois ou j'ai fait une pause pour voir ou j'en été y a eu une sorte d'effet rebond, car ça met un peu dans du coton enleve toute les douleurs physique également, et enleve l'anxiété chez moi, donc dés que ça s’estompait je supportais encore moins les douleurs et j'hésitais pas à re droper dés le moindre petit inconfort ....
Alors que la solution est d'accepter ces douleurs et pas de les fuir une fois de plus ...

Mais ce que je voulais dire c'est que je pense que ça m'a permis de tenir un petit moment, car je sais pas comment j'aurai géré sans rien... les trips que j'ai fait mon reboosté et redonné envie de faire des choses du moins sur le moment..., j'ai pu aller voir des potes, composer de la musique, aller marcher avoir de bonnes discussion avec ma mere et ma soeur car ça me m'étais de bonne humeur, même gerer un entretien, je sais pas pourquoi mais peu importe la dose j'arrivais toujours à bien marché et a bien parlé, voir encore mieux que d'habitude vu que j'avais zero anxiété.
Le seul bémol c'est que il m'était très dur voir impossible de me mettre au travail et globalement une impréssion de surplace voir de régréssion c'est installé petit à petit j'arrivais pas à me projeter.
Après je ne sais pas si c'est du à mon état de manque, j'avais l’impression que ça ne me défoncais pas comme à "l’époque", je restais relativement lucide h24, les gens disait que ça se voyait même pas que j'étais défoncé, après surement une histoire de tolérance vu les doses que je m'envoyais à la fin mais dés le début j'ai eu cette impression.

Mais le problème dans le fond restais le même car je n'étais capable de rien faire sans dissociatif.
C'était un peu ma bouée de sauvetage avant de remonté dans le bateau, j'avais bien compris que si je restais sur la bouée j'allais me noyer, me fallut juste un petit coup de pouce extérieur (les séance de Reiki), et au final je ne sais pas trop si j'ai gagné ou perdu du temps avec car je n'ai pas fais sans dissociatifs, mais aujourd'hui je me sens presque normal, aucune douleur, j'arrive à m'occuper sainement toute la journée, juste j'ai encore de petites sueur froide/chaude de temps en temps, je n'ai plus mal au ventre, maintenant c'est devenu une sensation de faim presque permanente je sens que je vais prendre un peu de poids haha mais vu que je refais du sport ça devrait aller.
Reste le sommeil qui pour moi n'est pas vraiment du sommeil encore (je rêve éveiller et me retourne des dizaines et des dizaines de fois dans la nuit)mais j'arrive à rester au lit sans me sentir trop mal toue la nuit, et je complète avec une sieste l'aprem.
Faut quand même que je me donne un petit coup de pied au cul pour taffer et pour faire les choses mais c'est normal j'ai compris que jusqu’à la je n'acceptais pas que tout demande un certain effort ...
En plus c'est bête mais le fait d'avoir fini sur une bonne note avec des trips mémorable me réconforte, avant j'aurai juste voulu recommencer encore et encore et la c'est comme si j'étais rassasié.

Ton expérience me fait penser que la meilleure méthode reste la diminution progressive et sans douleur avec des doses décroissantes d'opiacés. Je reste cependant intéressé par le potentiel des dissociatifs pour accélérer le processus de rééquilibre du système opiacé, mais toujours sur une longue période, à faible dose (2x60mg DXM par jour par exemple), avec des produits à demie-vie longue (mémantine) qui sont difficilement utilisable pour tripper.

Je te rejoins et je rejoins l'avis de la plupart des gens et du coups des médecins, que c’était pas la meilleur des idées, mal grès tout ce que j'ai pu lire et ma détermination quand je me suis retrouvé sans rien c'était pas la même ...
En même temps dans la vie les changement sont toujours plus efficace et susceptible de duré quand c'est fait avec douceur ou en prenant le temps à quelques exceptions prêt.
Car en me précipitant comme j'ai fait, j'ai aussi coupé avec les bonnes habitudes que j'avais commencé à prendre sous métha ce qui fais que je n'avais plus rien à quoi me racroché et à surement accentué mon mal être (arrêt du sport etc).
J'ai tenu 2/3 semaine sans rien mais j'étais pas pret à ce que ce soit aussi long...

Putain désolé je blablate beaucoup ...

Dernière modification par fafefifofu (23 avril 2021 à  19:31)

Hors ligne

 

Mista 
Nouveau membre
France
000
Inscrit le 23 Apr 2022
33 messages

Anonyme6525 a écrit

J'ai déjà l'imprésion que le plus gros du physique est pasé (je sais ça semble inconvable) mais depuis hier je me sens sur la pente ascendante ou le manque va se mettre à lentement se resorber j'ai l'impréssion que la DCK n'y ai absolument pas pour rien.

Peut-être que c'est possible. J'ai utilisé les antagonistes des récepteurs NMDA (de la mémantine) de façon miraculeuse pour une addiction au GBL il y a plusieurs années. J'avais ressenti une diminution de mon addiction physique puis une baisse de la tolérance sans aucun problème (jusqu'à revenir à ma tolérance quand j'étais naïf au G), aucune douleur, tout naturellement.

Après on a encore beaucoup de choses à comprendre sur ce mécanisme de diminution de la tolérance par les antago. NMDA. Je me suis refoutu au GBL pendant le 1er confinement, en croyant que je pourrai réduire facilement les doses en cas d'abus, j'avais recommandé de la mémantine en parallèle.

Et bah ce coup là ça a pas marché dutout la mémantine c'est le moins que je puisse dire ! C'était l'enfer ça a duré tout l'été mon addiction avant de passer la porte d'un CSAPA et qu'on me foute du valium, tercian et baclofen. Je pense que la mémantine n'as pas marché ce coup-là, car j'étais très fortement tolérant aux dissociatifs, ayant repris le GBL en même temps qu'une consommation de kétamine en IM.

Donc ça peut être presque miracle ce mécanisme, trop beau pour être vrai, mais y'a aussi certaines conditions requises. Tolérance aux effets des dissociatifs, profondeur du déséquilibre initial... Si t'avais été à 120 mg de méthadone, peut être que t'aurai pas du tout senti l'action de la DCK par exemple !

En tout cas tu tiens le bon bout c'est super !

Salut  J’aimerais me sevré de mes 30 mg de metha et je sais pas du tout comment avoir de la memantine ou même le tussidane mon doc il est pas du genre facil...y’a des doc qui en prescrive ou alors je vais a la pharma direct ?

Dernière modification par Mista (10 mai 2022 à  18:33)

Hors ligne

 

Mista 
Nouveau membre
France
000
Inscrit le 23 Apr 2022
33 messages

fafefifofu a écrit

Faut un peu relativiser l'effet soi disant antidépresseur des dissociatifs. Effectivement sur un individus naïf, y'a un fort effet AD. Mais quand tu abuse du dissociatif, la kétamine deviens dépressive, addictive. Ses dérivés RCs c'est la même chose.

Ha mais je suis complétement d'accord avec toi, je l'ai bien vu les 2/3 fois ou j'ai fait une pause pour voir ou j'en été y a eu une sorte d'effet rebond, car ça met un peu dans du coton enleve toute les douleurs physique également, et enleve l'anxiété chez moi, donc dés que ça s’estompait je supportais encore moins les douleurs et j'hésitais pas à re droper dés le moindre petit inconfort ....
Alors que la solution est d'accepter ces douleurs et pas de les fuir une fois de plus ...

Mais ce que je voulais dire c'est que je pense que ça m'a permis de tenir un petit moment, car je sais pas comment j'aurai géré sans rien... les trips que j'ai fait mon reboosté et redonné envie de faire des choses du moins sur le moment..., j'ai pu aller voir des potes, composer de la musique, aller marcher avoir de bonnes discussion avec ma mere et ma soeur car ça me m'étais de bonne humeur, même gerer un entretien, je sais pas pourquoi mais peu importe la dose j'arrivais toujours à bien marché et a bien parlé, voir encore mieux que d'habitude vu que j'avais zero anxiété.
Le seul bémol c'est que il m'était très dur voir impossible de me mettre au travail et globalement une impréssion de surplace voir de régréssion c'est installé petit à petit j'arrivais pas à me projeter.
Après je ne sais pas si c'est du à mon état de manque, j'avais l’impression que ça ne me défoncais pas comme à "l’époque", je restais relativement lucide h24, les gens disait que ça se voyait même pas que j'étais défoncé, après surement une histoire de tolérance vu les doses que je m'envoyais à la fin mais dés le début j'ai eu cette impression.

Mais le problème dans le fond restais le même car je n'étais capable de rien faire sans dissociatif.
C'était un peu ma bouée de sauvetage avant de remonté dans le bateau, j'avais bien compris que si je restais sur la bouée j'allais me noyer, me fallut juste un petit coup de pouce extérieur (les séance de Reiki), et au final je ne sais pas trop si j'ai gagné ou perdu du temps avec car je n'ai pas fais sans dissociatifs, mais aujourd'hui je me sens presque normal, aucune douleur, j'arrive à m'occuper sainement toute la journée, juste j'ai encore de petites sueur froide/chaude de temps en temps, je n'ai plus mal au ventre, maintenant c'est devenu une sensation de faim presque permanente je sens que je vais prendre un peu de poids haha mais vu que je refais du sport ça devrait aller.
Reste le sommeil qui pour moi n'est pas vraiment du sommeil encore (je rêve éveiller et me retourne des dizaines et des dizaines de fois dans la nuit)mais j'arrive à rester au lit sans me sentir trop mal toue la nuit, et je complète avec une sieste l'aprem.
Faut quand même que je me donne un petit coup de pied au cul pour taffer et pour faire les choses mais c'est normal j'ai compris que jusqu’à la je n'acceptais pas que tout demande un certain effort ...
En plus c'est bête mais le fait d'avoir fini sur une bonne note avec des trips mémorable me réconforte, avant j'aurai juste voulu recommencer encore et encore et la c'est comme si j'étais rassasié.

Ton expérience me fait penser que la meilleure méthode reste la diminution progressive et sans douleur avec des doses décroissantes d'opiacés. Je reste cependant intéressé par le potentiel des dissociatifs pour accélérer le processus de rééquilibre du système opiacé, mais toujours sur une longue période, à faible dose (2x60mg DXM par jour par exemple), avec des produits à demie-vie longue (mémantine) qui sont difficilement utilisable pour tripper.

Je te rejoins et je rejoins l'avis de la plupart des gens et du coups des médecins, que c’était pas la meilleur des idées, mal grès tout ce que j'ai pu lire et ma détermination quand je me suis retrouvé sans rien c'était pas la même ...
En même temps dans la vie les changement sont toujours plus efficace et susceptible de duré quand c'est fait avec douceur ou en prenant le temps à quelques exceptions prêt.
Car en me précipitant comme j'ai fait, j'ai aussi coupé avec les bonnes habitudes que j'avais commencé à prendre sous métha ce qui fais que je n'avais plus rien à quoi me racroché et à surement accentué mon mal être (arrêt du sport etc).
J'ai tenu 2/3 semaine sans rien mais j'étais pas pret à ce que ce soit aussi long...

Putain désolé je blablate beaucoup ...

fafefifofu a écrit

Faut un peu relativiser l'effet soi disant antidépresseur des dissociatifs. Effectivement sur un individus naïf, y'a un fort effet AD. Mais quand tu abuse du dissociatif, la kétamine deviens dépressive, addictive. Ses dérivés RCs c'est la même chose.

Ha mais je suis complétement d'accord avec toi, je l'ai bien vu les 2/3 fois ou j'ai fait une pause pour voir ou j'en été y a eu une sorte d'effet rebond, car ça met un peu dans du coton enleve toute les douleurs physique également, et enleve l'anxiété chez moi, donc dés que ça s’estompait je supportais encore moins les douleurs et j'hésitais pas à re droper dés le moindre petit inconfort ....
Alors que la solution est d'accepter ces douleurs et pas de les fuir une fois de plus ...

Mais ce que je voulais dire c'est que je pense que ça m'a permis de tenir un petit moment, car je sais pas comment j'aurai géré sans rien... les trips que j'ai fait mon reboosté et redonné envie de faire des choses du moins sur le moment..., j'ai pu aller voir des potes, composer de la musique, aller marcher avoir de bonnes discussion avec ma mere et ma soeur car ça me m'étais de bonne humeur, même gerer un entretien, je sais pas pourquoi mais peu importe la dose j'arrivais toujours à bien marché et a bien parlé, voir encore mieux que d'habitude vu que j'avais zero anxiété.
Le seul bémol c'est que il m'était très dur voir impossible de me mettre au travail et globalement une impréssion de surplace voir de régréssion c'est installé petit à petit j'arrivais pas à me projeter.
Après je ne sais pas si c'est du à mon état de manque, j'avais l’impression que ça ne me défoncais pas comme à "l’époque", je restais relativement lucide h24, les gens disait que ça se voyait même pas que j'étais défoncé, après surement une histoire de tolérance vu les doses que je m'envoyais à la fin mais dés le début j'ai eu cette impression.

Mais le problème dans le fond restais le même car je n'étais capable de rien faire sans dissociatif.
C'était un peu ma bouée de sauvetage avant de remonté dans le bateau, j'avais bien compris que si je restais sur la bouée j'allais me noyer, me fallut juste un petit coup de pouce extérieur (les séance de Reiki), et au final je ne sais pas trop si j'ai gagné ou perdu du temps avec car je n'ai pas fais sans dissociatifs, mais aujourd'hui je me sens presque normal, aucune douleur, j'arrive à m'occuper sainement toute la journée, juste j'ai encore de petites sueur froide/chaude de temps en temps, je n'ai plus mal au ventre, maintenant c'est devenu une sensation de faim presque permanente je sens que je vais prendre un peu de poids haha mais vu que je refais du sport ça devrait aller.
Reste le sommeil qui pour moi n'est pas vraiment du sommeil encore (je rêve éveiller et me retourne des dizaines et des dizaines de fois dans la nuit)mais j'arrive à rester au lit sans me sentir trop mal toue la nuit, et je complète avec une sieste l'aprem.
Faut quand même que je me donne un petit coup de pied au cul pour taffer et pour faire les choses mais c'est normal j'ai compris que jusqu’à la je n'acceptais pas que tout demande un certain effort ...
En plus c'est bête mais le fait d'avoir fini sur une bonne note avec des trips mémorable me réconforte, avant j'aurai juste voulu recommencer encore et encore et la c'est comme si j'étais rassasié.

Ton expérience me fait penser que la meilleure méthode reste la diminution progressive et sans douleur avec des doses décroissantes d'opiacés. Je reste cependant intéressé par le potentiel des dissociatifs pour accélérer le processus de rééquilibre du système opiacé, mais toujours sur une longue période, à faible dose (2x60mg DXM par jour par exemple), avec des produits à demie-vie longue (mémantine) qui sont difficilement utilisable pour tripper.

Je te rejoins et je rejoins l'avis de la plupart des gens et du coups des médecins, que c’était pas la meilleur des idées, mal grès tout ce que j'ai pu lire et ma détermination quand je me suis retrouvé sans rien c'était pas la même ...
En même temps dans la vie les changement sont toujours plus efficace et susceptible de duré quand c'est fait avec douceur ou en prenant le temps à quelques exceptions prêt.
Car en me précipitant comme j'ai fait, j'ai aussi coupé avec les bonnes habitudes que j'avais commencé à prendre sous métha ce qui fais que je n'avais plus rien à quoi me racroché et à surement accentué mon mal être (arrêt du sport etc).
J'ai tenu 2/3 semaine sans rien mais j'étais pas pret à ce que ce soit aussi long...

Putain désolé je blablate beaucoup ...

Salut filou, je me reconnais vachement dans ton discours, je suis pareil bcp d'émotion et de sensibilité, je suis maintenant a 30 mg de metha et j’aimerais en finir avec cette merde de camisole qui me déconnecte complet, j’étai au sub ya encore 2 mois et je pensai qu’en passant à la metha ça serait plus simple pour moi mais en fait c’est limité pire j’ai 0 libido, c’est ouf genre 1 mois que j'ai pas eu la faute bordel. J’ai 31 ans et pas envie de me retrouver à 40 pige encore dans cette merde si ta des conseil’ des piste je suis preneur surtout comment on fait pour trouver , par le dark Web ? Moi c’est surtout la memantine et le tussidane qui m’intéressent mais les molécule que tu as tester on l’aire assez efficace donc si ta des pistes je suis preneur.

Hors ligne

 

fafefifofu 
Psycho sénior
1200
Inscrit le 23 Jul 2016
654 messages
Salut Mista,

Alors on a pas le droit de donner des plans ni de conseiller des produits.
Tout ce que je peux te dire c'est que les produits que je cite se trouvent facilement sans passé par le darknet (en cherchant un peu tu trouveras des pistes sois sur le forum soit sur google).
Ceci étant dit je préfère te mettre en garde ce sont des produits extrêmement puissant dont certains se dosent aussi bas que 10/20 mg et envoient très loin pour plusieurs heures avec des after-effect se faisant ressentir jusqu’à 48 h après la prise.
A usage prolongé comme je l'ai fait il peuvent amené des états psychotiques, dépressif et sont très mauvais pour la vessie,reins (j'avais des douleurs aux reins sur la fin).

Je l'ai fait parce que j'ai une assez grande affinité avec ces produits là que j'ai beaucoup expérimenté par le passé.

Renseigne toi bien avant de te lancé la dedans et si par la suite tu as des questions j'y répondrai avec plaisir !

Sinon par rapport à ce que j'ai fait ça a marché pour moi certes mais maintenant que c'est fait je reste persuadé que ce n'était pas la meilleur façon de s'y prendre ...

Déjà je pense que il faudrait que tu réduises tes dosages de méthadone progressivement le plus bas possible avant de tenter un sevrage sec (si jamais tu veux vraiment stoper net au bout d'un moment).

Et surtout il faut savoir que la manque physique et tes consommations passés ou actuels ne sont que la partie visible de l'iceberg ...

Clairement même si j'ai passé des moment HORRIBLE ! en manque ce n'était clairement pas le plus dur.
Je me suis tapé presque 1 ans de dépression, aucune énergie, un vide profond, des sensations de manque physique qui me revenait régulièrement également, j'ai recommencé à consommé tellement je me sentais pas bien (pas d'opiacé mais des dissociatifs et stimulants surtout).

J'ai vraiment cru que ça n'en finirait jamais, aujourd'hui ça va vraiment beaucoup mieux mais il faut faire énormément d'efforts.

La métha en dehors du manque physique venais couvrir bien d'autres choses dans ma vie et ça je ne m'en suis rendu compte qu'en arrêtant.

j'ai également changé de regard par rapport à elle, certes il y a beaucoup d'inconvénient, mais c'est surement grâce à la métha que j'ai pu faire ce cheminement également, et c'est un cheminement qui prend du temps, donc un conseil ne précipite pas trop ça, arrêter la métha n'est pas une fin en soit.

Je ne pense pas que je puisse conseillé de se sevrer à la dure avec des dissociatifs comme je l'ai fait à qui que ce soit.
Je pense que je n'aurai pas supporter le manque physique sans les dissociatifs mais de s'auto géré sur ça c'est super casse gueule, il n'y a aucun cadre ... je finissais vraiment par prendre les dissociatifs pour un oui ou pour un non du matin au soir.

Par contre un chose est sur contre le manque physique c'est extrêmement efficace.
Mais il faut savoir que par la suite je me sentais toujours en manque physique dés que j’arrêtais de consommé les dissociatifs et cela même plusieurs mois après l'arrêt de la méthadone.

Parce que (c'est ma vision des choses) une fois passé l'état de manque physique initial, il reste le mal être psychique qui se répercute sur le physique, et celui là si il est là c'est pour te faire réagir, et de prendre un autre produit pour le masquer n'est en aucun cas la solution c'est juste repoussé l’échéance ...

A toi de voir mais il faut savoir que si jamais tu as déjà mis des choses en place qui vont dans ce sens c'est super, mais ça pourrais te couper dans ton élan ou cassé l'équilibre que tu as trouvé pour le moment.

Je veux pas paraitre moralisateur j'imagine que ce n'est pas forcément le discours que tu es venu chercher mais vraiment encore un fois réfléchi bien.

Quoi qu'il en soit je te souhaites du courage dans ton parcours !

Si tu as des questions plus précises n'hésites pas.

Hors ligne

 

Mista 
Nouveau membre
France
000
Inscrit le 23 Apr 2022
33 messages

fafefifofu a écrit

Salut Mista,

Alors on a pas le droit de donner des plans ni de conseiller des produits.
Tout ce que je peux te dire c'est que les produits que je cite se trouvent facilement sans passé par le darknet (en cherchant un peu tu trouveras des pistes sois sur le forum soit sur google).
Ceci étant dit je préfère te mettre en garde ce sont des produits extrêmement puissant dont certains se dosent aussi bas que 10/20 mg et envoient très loin pour plusieurs heures avec des after-effect se faisant ressentir jusqu’à 48 h après la prise.
A usage prolongé comme je l'ai fait il peuvent amené des états psychotiques, dépressif et sont très mauvais pour la vessie,reins (j'avais des douleurs aux reins sur la fin).

Je l'ai fait parce que j'ai une assez grande affinité avec ces produits là que j'ai beaucoup expérimenté par le passé.

Renseigne toi bien avant de te lancé la dedans et si par la suite tu as des questions j'y répondrai avec plaisir !

Sinon par rapport à ce que j'ai fait ça a marché pour moi certes mais maintenant que c'est fait je reste persuadé que ce n'était pas la meilleur façon de s'y prendre ...

Déjà je pense que il faudrait que tu réduises tes dosages de méthadone progressivement le plus bas possible avant de tenter un sevrage sec (si jamais tu veux vraiment stoper net au bout d'un moment).

Et surtout il faut savoir que la manque physique et tes consommations passés ou actuels ne sont que la partie visible de l'iceberg ...

Clairement même si j'ai passé des moment HORRIBLE ! en manque ce n'était clairement pas le plus dur.
Je me suis tapé presque 1 ans de dépression, aucune énergie, un vide profond, des sensations de manque physique qui me revenait régulièrement également, j'ai recommencé à consommé tellement je me sentais pas bien (pas d'opiacé mais des dissociatifs et stimulants surtout).

J'ai vraiment cru que ça n'en finirait jamais, aujourd'hui ça va vraiment beaucoup mieux mais il faut faire énormément d'efforts.

La métha en dehors du manque physique venais couvrir bien d'autres choses dans ma vie et ça je ne m'en suis rendu compte qu'en arrêtant.

j'ai également changé de regard par rapport à elle, certes il y a beaucoup d'inconvénient, mais c'est surement grâce à la métha que j'ai pu faire ce cheminement également, et c'est un cheminement qui prend du temps, donc un conseil ne précipite pas trop ça, arrêter la métha n'est pas une fin en soit.

Je ne pense pas que je puisse conseillé de se sevrer à la dure avec des dissociatifs comme je l'ai fait à qui que ce soit.
Je pense que je n'aurai pas supporter le manque physique sans les dissociatifs mais de s'auto géré sur ça c'est super casse gueule, il n'y a aucun cadre ... je finissais vraiment par prendre les dissociatifs pour un oui ou pour un non du matin au soir.

Par contre un chose est sur contre le manque physique c'est extrêmement efficace.
Mais il faut savoir que par la suite je me sentais toujours en manque physique dés que j’arrêtais de consommé les dissociatifs et cela même plusieurs mois après l'arrêt de la méthadone.

Parce que (c'est ma vision des choses) une fois passé l'état de manque physique initial, il reste le mal être psychique qui se répercute sur le physique, et celui là si il est là c'est pour te faire réagir, et de prendre un autre produit pour le masquer n'est en aucun cas la solution c'est juste repoussé l’échéance ...

A toi de voir mais il faut savoir que si jamais tu as déjà mis des choses en place qui vont dans ce sens c'est super, mais ça pourrais te couper dans ton élan ou cassé l'équilibre que tu as trouvé pour le moment.

Je veux pas paraitre moralisateur j'imagine que ce n'est pas forcément le discours que tu es venu chercher mais vraiment encore un fois réfléchi bien.

Quoi qu'il en soit je te souhaites du courage dans ton parcours !

Si tu as des questions plus précises n'hésites pas.

Super merci beaucoup pour ta réponse,

j’avais déjà essayé d’arrêter les opiacé mais avec la ketamine pour le coup et ça m’à pas réussi j’était dans un malsain H24 puis misère vu que ça redescend toute les 45 min du coup j’était obligé de me taper une trace toute les heure et en jonglant entre trip k hole  et manque physique. Rendu à un point où j’ai été obligé d’appeler les pompiers. Et repartir sur du sub.

Par contre j’avais pu tester quelque fois la dxm en très faible dosage je devait être à peine au palier 1 et franchement j’était pas si mal. Surtout que la durée de vie est longue et c’était une bonne béquille sauf que je pouvais pas m’en procurer plus que ça vu que c’était passer sous ordonnance.

C’est pour ça semblerai que les molécule dont tu parle on aussi une demi vie longue et c’est ce qui m'a intéressé.

Comme je disait j’été sous subutex il ya un mois, j’ai fait un switch à la metha car je prenais mon sub en 5 prise (4x0.4mg et 0.8mg le soir) 2.4mg/j 
je prenais toute les 4h parce que chaque 4h je commençais à me sentir en manque.

Et comme on m’à dit que la metha a une durée de vie plus longue je me suis dit que ça serait peut être mieux.
Sauf que depuis 1 mois que je suis sous metha j’ai l’impression d’être complètement à la ramasse, depressif, plus de libido, plus de confiance et plus de motivation à rien sauf regarder des films.

Je me sent complètement emprisonné. Et je veut retrouver ma joie de vivre quoi.

Hors ligne

 

Anonyme6525
Invité
Je plussoie les très bonnes réflexions de faf sur le sujet, qui sont en total accord avec ce que je pense du truc.

Déjà je pense que il faudrait que tu réduises tes dosages de méthadone progressivement le plus bas possible avant de tenter un sevrage sec (si jamais tu veux vraiment stoper net au bout d'un moment).

Ça par exemple. Plus le déséquilibre est grand, plus revenir à un état d'équilibre est long. D'ailleurs même si des addiction à l'héroïne peuvent potentiellement être écrasée par une flood dose d'iboga, pour la méthadone et sa plus grande puissance/demie-vie, c'est moins évident.

Je ne pense pas que je puisse conseillé de se sevrer à la dure avec des dissociatifs comme je l'ai fait à qui que ce soit.
Je pense que je n'aurai pas supporter le manque physique sans les dissociatifs mais de s'auto géré sur ça c'est super casse gueule, il n'y a aucun cadre ... je finissais vraiment par prendre les dissociatifs pour un oui ou pour un non du matin au soir.

Ça aussi je plussoie. Ça peut ne pas paraître important, mais à mon sens, il y a un monde entre ne serai-ce que choper de la métha sur le marché noir et avoir une prescription d'un médecin + suivi du même produit. On parle de set and setting pour les psychédéliques, bah je pense que pour un sevrage ou un TSO, il faut tout aussi soigner le set et un médecin donne un cadre. Tenter les dissos pour se sevrer, c'est vraiment très très très expérimental.

j’avais déjà essayé d’arrêter les opiacé mais avec la ketamine pour le coup et ça m’à pas réussi j’était dans un malsain H24 puis misère vu que ça redescend toute les 45 min du coup j’était obligé de me taper une trace toute les heure et en jonglant entre trip k hole  et manque physique. Rendu à un point où j’ai été obligé d’appeler les pompiers. Et repartir sur du sub.

Oui ça n'est pas viable dans le sens ou la kétamine toutes les 1 h ça déséquilibre aussi. Lorsque j'ai réussi à arrêter le GBL avec la mémantine, j'ai essayé de penser un schéma de dose et je m'y suis plus ou moins tenu. J'ai essayé d'utiliser la plus grande douceur. Cad 5 mg / jour pdt 1 semaine, puis 10 mg, 15, 20 pour finir à 40 (donc 5 semaines pour le "traitement" puis arrêt, tout en sachant que la mémantine a du rester active 1 ou 2 semaines facile une fois l'arrêt). Je n'étais pas fortement dépendant du GBL (c'était tout de même mon pic de plus haute tolérance ou il me fallait 3.2 mL par doses), et surtout je n'étais pas tolérant aux dissociatifs. Ce schéma ne m'a provoqué aucun effet dissociatif en soi à aucun moment, j'étais très loin d'alterner Khole ou manque. Je n'avais que l'effet du GBL que j'ai continué à prendre sans arrêter brusquement, en fait sans vouloir diminuer ma conso. Et dans ce cadre précis, ma tolérance a chuté progressivement dans une période d'un mois pour revenir à une tolérance nulle. Donc 1 mois d'un effet dissocatif très très légers (subperceptif) pour un produit avec une demie-vie de 1h à tout casser. Combien de temps pour un produit avec une demie-vie de 24 h comme là méthadone ? Si on peut faire la comparaison (ce qui est surement inexact), il faudrait tabler sur un traitement à la mémantine de 24 mois !

Je pense que tenter le coup avec autre chose que de la mémantine ou du DXM à très faible dose est voué à l'échec. J'ai aussi tenté de me sevrer à la kétamine lorsque j'ai replongé dans le GBL pendant le confinement, et effectivement ça me permettait d'arrêter 24h ma conso et pousser à 48h avec un peu de valium, mais dés le sachet de fini, je replongeais illico dans le H24. Et je pense que d'avoir fait ça plusieurs weekends d'affilée m'as plus fragilisé qu'autre chose. La a haute dose de façon répétée sur un organisme pas en forme, c'est pas vraiment thérapeutique.

Un organisme est en particulier déréglé par des changements brusques dans sa physiologie. ROA rapides, consommations répétées. Pour revenir à un état antérieur et de façon durable, les TSO nous montrent que la façon la plus efficace de procéder est dans la plus grande douceur.

Sauf que depuis 1 mois que je suis sous metha j’ai l’impression d’être complètement à la ramasse, depressif, plus de libido, plus de confiance et plus de motivation à rien sauf regarder des films.

Ces symptômes peuvent venir d'une atteinte de la métha à ta production de testostérone. Je te recommande de te faire tester au niveau hormonal pour vérifier ça. Ces symptômes sont peu spécifiques et pourraient venir d'autre chose, mais certaines personnes sous opiacés forts sont sensibles à cet effet-là. Avec un traitement de substitution à la testostérone si c'est bien de ça dont il s'agit, tu pourrai bénéficier à 100% du TSO sans les effets secondaires que tu décris.

Et je finierai par dire que si tu es limite niveau hormonal, rajouter des dissociatifs (en tout cas à dose dissociative, des dérivés du PCP, des trucs fort et rapide comme la kéta) sera nécessairement plus négatif que positif, étant donné qu'ils défoncent bien l'axe hypothalamo-hypophysaire (perturbation LH/FSH ce qui provoque toute une cascade de merde). C'est prouvé scientifiquement qu'un antago NMDA a la capacité de reréguler un système glutamaergique déréglé (ce qui est le cas dans la plupart [toutes ?] les dépendances physiques), mais ce n'est qu'une variable dans l'equation.  Peut être pour ça que la médecine a conclu qu'ils n'apportaient pas un avantage thérapeutique significatif dans le traitement des dépendances.

 

Mista 
Nouveau membre
France
000
Inscrit le 23 Apr 2022
33 messages

Anonyme6525 a écrit

Je plussoie les très bonnes réflexions de faf sur le sujet, qui sont en total accord avec ce que je pense du truc.

Déjà je pense que il faudrait que tu réduises tes dosages de méthadone progressivement le plus bas possible avant de tenter un sevrage sec (si jamais tu veux vraiment stoper net au bout d'un moment).

Ça par exemple. Plus le déséquilibre est grand, plus revenir à un état d'équilibre est long. D'ailleurs même si des addiction à l'héroïne peuvent potentiellement être écrasée par une flood dose d'iboga, pour la méthadone et sa plus grande puissance/demie-vie, c'est moins évident.

Je ne pense pas que je puisse conseillé de se sevrer à la dure avec des dissociatifs comme je l'ai fait à qui que ce soit.
Je pense que je n'aurai pas supporter le manque physique sans les dissociatifs mais de s'auto géré sur ça c'est super casse gueule, il n'y a aucun cadre ... je finissais vraiment par prendre les dissociatifs pour un oui ou pour un non du matin au soir.

Ça aussi je plussoie. Ça peut ne pas paraître important, mais à mon sens, il y a un monde entre ne serai-ce que choper de la métha sur le marché noir et avoir une prescription d'un médecin + suivi du même produit. On parle de set and setting pour les psychédéliques, bah je pense que pour un sevrage ou un TSO, il faut tout aussi soigner le set et un médecin donne un cadre. Tenter les dissos pour se sevrer, c'est vraiment très très très expérimental.

j’avais déjà essayé d’arrêter les opiacé mais avec la ketamine pour le coup et ça m’à pas réussi j’était dans un malsain H24 puis misère vu que ça redescend toute les 45 min du coup j’était obligé de me taper une trace toute les heure et en jonglant entre trip k hole  et manque physique. Rendu à un point où j’ai été obligé d’appeler les pompiers. Et repartir sur du sub.

Oui ça n'est pas viable dans le sens ou la kétamine toutes les 1 h ça déséquilibre aussi. Lorsque j'ai réussi à arrêter le GBL avec la mémantine, j'ai essayé de penser un schéma de dose et je m'y suis plus ou moins tenu. J'ai essayé d'utiliser la plus grande douceur. Cad 5 mg / jour pdt 1 semaine, puis 10 mg, 15, 20 pour finir à 40 (donc 5 semaines pour le "traitement" puis arrêt, tout en sachant que la mémantine a du rester active 1 ou 2 semaines facile une fois l'arrêt). Je n'étais pas fortement dépendant du GBL (c'était tout de même mon pic de plus haute tolérance ou il me fallait 3.2 mL par doses), et surtout je n'étais pas tolérant aux dissociatifs. Ce schéma ne m'a provoqué aucun effet dissociatif en soi à aucun moment, j'étais très loin d'alterner Khole ou manque. Je n'avais que l'effet du GBL que j'ai continué à prendre sans arrêter brusquement, en fait sans vouloir diminuer ma conso. Et dans ce cadre précis, ma tolérance a chuté progressivement dans une période d'un mois pour revenir à une tolérance nulle. Donc 1 mois d'un effet dissocatif très très légers (subperceptif) pour un produit avec une demie-vie de 1h à tout casser. Combien de temps pour un produit avec une demie-vie de 24 h comme là méthadone ? Si on peut faire la comparaison (ce qui est surement inexact), il faudrait tabler sur un traitement à la mémantine de 24 mois !

Je pense que tenter le coup avec autre chose que de la mémantine ou du DXM à très faible dose est voué à l'échec. J'ai aussi tenté de me sevrer à la kétamine lorsque j'ai replongé dans le GBL pendant le confinement, et effectivement ça me permettait d'arrêter 24h ma conso et pousser à 48h avec un peu de valium, mais dés le sachet de fini, je replongeais illico dans le H24. Et je pense que d'avoir fait ça plusieurs weekends d'affilée m'as plus fragilisé qu'autre chose. La a haute dose de façon répétée sur un organisme pas en forme, c'est pas vraiment thérapeutique.

Un organisme est en particulier déréglé par des changements brusques dans sa physiologie. ROA rapides, consommations répétées. Pour revenir à un état antérieur et de façon durable, les TSO nous montrent que la façon la plus efficace de procéder est dans la plus grande douceur.

Sauf que depuis 1 mois que je suis sous metha j’ai l’impression d’être complètement à la ramasse, depressif, plus de libido, plus de confiance et plus de motivation à rien sauf regarder des films.

Ces symptômes peuvent venir d'une atteinte de la métha à ta production de testostérone. Je te recommande de te faire tester au niveau hormonal pour vérifier ça. Ces symptômes sont peu spécifiques et pourraient venir d'autre chose, mais certaines personnes sous opiacés forts sont sensibles à cet effet-là. Avec un traitement de substitution à la testostérone si c'est bien de ça dont il s'agit, tu pourrai bénéficier à 100% du TSO sans les effets secondaires que tu décris.

Et je finierai par dire que si tu es limite niveau hormonal, rajouter des dissociatifs (en tout cas à dose dissociative, des dérivés du PCP, des trucs fort et rapide comme la kéta) sera nécessairement plus négatif que positif, étant donné qu'ils défoncent bien l'axe hypothalamo-hypophysaire (perturbation LH/FSH ce qui provoque toute une cascade de merde). C'est prouvé scientifiquement qu'un antago NMDA a la capacité de reréguler un système glutamaergique déréglé (ce qui est le cas dans la plupart [toutes ?] les dépendances physiques), mais ce n'est qu'une variable dans l'equation.  Peut être pour ça que la médecine a conclu qu'ils n'apportaient pas un avantage thérapeutique significatif dans le traitement des dépendances.

Wow merci pour toute ces précieuse informations.

J’aurais peut etre la possibilité de me procurer du bromidrate de dxm est ce que c’est pareil ?

Le médicament s’appelle "Bissoltussin 10,5mg comprimé" disponible au portugal.

Le dosage correspond a quoi et est ce que le bissoltussin serait comprable a du tussidane ?

Merci

Hors ligne

 


Répondre Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

[ Forum ] Methoxphenidine - Question : première expérience disso
par Ofdrykkja, dernier post 20 décembre 2017 à  00:40 par Ofdrykkja
  9
  [ PsychoWIKI ] PAWS, le syndrome prolongé de sevrage
  [ PsychoWIKI ] Méthadone et grossesse
  [ QuizzZ ] Risquez vous une overdose d'opiacé ? (heroine, morphine, methadone)
15775 personnes ont déja passé ce quizzz !
  [ QuizzZ ] Testez vos connaissances sur les overdoses d'opiacés
15781 personnes ont déja passé ce quizzz !

Psychoactif en Images
Plus d'images psychoactives
En ce moment sur PsychoACTIF  
 Psychoactif 
Fanzine 5 : PUD, numérique et régulation des usages
Il y a 7jAnnonce de Equipe de PsychoACTIF
 Psychoactif 
Edito : Nous sommes des Personnes Utilisatrices de Drogues (PUD)
11 mai 2022Annonce de Equipe de PsychoACTIF
 Forum 
Règles - Supprimer mon compte
Il y a moins d'1mnCommentaire de hugmesatan dans [Utilisation du site P...]
(5 réponses)
 Forum 
Durée de vie Xéplion 150mg
Il y a 11mnNouvelle discussion de Sitiace dans [Injection et réductio...]
 Forum 
Recherche - Problème avec des ordonnances (légales), besoins d'aide
Il y a 1hCommentaire de psychic dans [Utilisation du site P...]
(6 réponses)
 Forum 
Clorazépate - Beaucoup (trop ?) de Tranxène
Il y a 3h
1
Commentaire de Anagram dans [Benzodiazépines...]
(11 réponses)
 Forum 
Effets secondaires
Il y a 3hCommentaire de pandora86 dans [Benzodiazépines...]
(3 réponses)
 Forum 
Dosage & posologie - OK le pamplemousse rose et l’omeprazole c’est avec la metha ca rig...
Il y a 3h
3
Commentaire de opiumparis dans [Méthadone...]
(15 réponses)
 Forum 
Opium effet
Il y a 3hCommentaire de opiumparis dans [Opium et rachacha...]
(2 réponses)
 Forum 
Cocaéthylène
Il y a 4h
3
Commentaire de Petrograd dans [Cocaïne-Crack...]
(9 réponses)
 Blog 
Souvenir...
Il y a 45mnNouveau blog de L autre Lebowski dans [Tranche de vie]
 Blog 
Je suis tellement mal...
Il y a 13h
4
Commentaire de xxxzzzaaa dans le blog de GordReno.C17
(11 commentaires)
 Blog 
Edito : Nous sommes des Personnes Utilisatrices de Drogues (PUD)
Il y a 18h
36
Commentaire de Agartha dans le blog de Equipe de PsychoACTIF
(106 commentaires)
 
  QuizzZ 
Testez vos connaissances sur les overdoses d'opiacés
Dernier quizzZ à 15:20
 PsychoWIKI 
Kétamine, effets, risques, témoignages
 Topic epinglé 
Neurchi 2 Psychoactif
 Nouveaux membres 
Deep_Dimension_Traveler, Rapsodie, Ric hochet nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.
S'identifier

Mot de passe oublié

Morceaux choisis 

 Je vous aime !!!!
par Jevousaime, le 17 Jun 2022
Voilà, juste pour vous dire que je vous aime, j'aime ce site, j'aime vos conseils !!! Non non j'ai pas pris de MDMA, c'est sincère ! Plus sérieusement, enfin plus mesuré je dirais, heureusement que ce site existe, à part certains zigotos, c'est bourré de positivités, vous vous aidez les uns...[Lire la suite]
 British Columbia: Première province du Canada à decriminaliser la possession de toutes les drogues
par Mammon Tobin, le 01 Jun 2022
... en petites quantités, moins de 2.5g en tout (toutes substance mélangées; dans ces articles ils parlent spécifiquement d’héroïne, de fentanyl, de cocaine, de méthamphétamine, et de MDMA) Salut les aminches, je suis tombé sur cet article qui m'a bien fait plaisir tout à l'heure: htt...[Lire la suite]
 Edito : Nous sommes des Personnes Utilisatrices de Drogues (PUD)
par Equipe de PsychoACTIF, le 11 May 2022
Voici l'édito du Fanzine N°5 de Psychoactif. Psychoactif mène un combat contre la stigmatisation de l'utilisation des drogues. Le langage est un outil important pour transmettre des messages et le choix des termes compte. Jusqu'à là, nous avions utilisé l'acronyme « UD » pour parler des u...[Lire la suite]
Tous les morceaux choisis
Les derniers champis

+1 LcG pas la peine de forcé sur une substance qui te rend malo dans [forum] Première fois en festival (cherche conseil)
(Il y a 52mn)
Hyper instructif sur les taz et MDMA dans [forum] Taz, md.. quelques questions
(Il y a 12h)
je pussoi pour les decharge sur le gaba on est bcp (le doc) dans [forum] Beaucoup (trop ?) de Tranxène
(Il y a 19h)
Complet d'accord sur "coke mais pas les sous" et sur l'ensemble l'ami - Serrah dans [forum] NEP - Un stimulant prometteur, warning cardiotoxicité
(Il y a 20h)
Merci de ton message c’est chic. Ocram dans [commentaire de blog] Edito : Nous sommes des Personnes Utilisatrices de Drogues (PUD)
(Il y a 21h)

Pied de page des forums