Comment gérez vous votre dépendance ? / PsychoACTIF

Comment gérez vous votre dépendance ?

Publié par ,
12891 vues, 37 réponses
vAmpire nAt slAyer 
Nouveau membre
France
000
Inscrit le 14 Jan 2022
3 messages

pierre a écrit

Et vous, comment gérer vous votre dépendance ? Avec quel(s) produit(s) ? Qu'est ce que vous avez mis en point ? Comme êtes vous sur de ne jamais manquer ? En avez vous parler avec votre entourage ? Est ce que les outils pour consommer votre produit sont une problématique ?

Bonjour,
J'ai une dépendance aux opiacés/opioides surtout avec la molécule du tramadol, perso je gère ma dépendance avec au moins 400 mg par jour de tramadol qui m'aide à ne pas avoir de symptômes de sevrages et quand j'ai envie de m'amuser un peu plus je pars sur du 700 mg voir 800. Je suis sur de jamais en manquer car, je m'en procure souvent directement en pharmacie mais je ne suis pas pour autant suivis par un médecin. Mes parents sont au courant que j'ai déjà pris de la dihydrocodeine mais aucunement au courant de mon addiction et mes amis à contrario eux sont belle et bien au courant. Aucun outils à pars ma voix orale smile)

Hors ligne

 

Anaya 
Nouveau membre
France
000
Inscrit le 28 Jun 2021
3 messages
Bonjour, j’ai consommé du cannabis de mes 15 à 26 ans, de l’alcool à forte dose surtout en contexte festif puis seule, ainsi que de la mdma, cocaine et héroïne en snif.
J’ai tout arrêté depuis 2 ans et demie.
Avant hier j’ai consommé un verre de vin. J’étais dans une douce euphorie, mais je me suis rappelée de tout ce que j’avais vécu sous l’effet des drogues.
Même si j’ai stoppé, je sens que je ne me suis pas fermé définitivement la porte. Il m’arrive de me dire: « j’ai jamais tenté le LSD… ou je reprendrai peut être de la MDMA en microdosing… »; quand j’ai eu ce verre entre les mains, j’étais soulagée que ma période d’abstinence prenne fin même provisoirement. En effet j’en ai assez de devoir me contraindre en permanence, j’ai l’impression d’être camisolée. Je ne fais pas le deuil car je suis bercée par l’espoir de pouvoir reprendre une consommation raisonnable.
Mon copain a peur pour moi. Il est tout le temps inquiet, sur le qui-vive, cherche à me prouver par tous les arguments que je dois cesser l’alcool définitivement… « souviens toi de l’état dans lequel je t’ai trouvée », me dit-il. De plus il ne me fait pas confiance et pense que ce verre d’alcool est le signe que mon addiction se re déclenche…. « C’est pas toi qui parle, c’est ton addiction ! », cette phrase il me l’a répéte souvent. A tel point que j’en ai marre de lui, j’aimerai l’envoyer balader mais je me retiens.
On se prends souvent la tête parce qu’on ne se comprends pas. Il pense me comprendre mieux que moi même, savoir ce qui est bon pour moi… bref, des attitudes de papa….
Je me demande si je suis dans une forme de déni. Pour mon mec, il n’y a que deux alternatives :  « être heureuse sans alcool ou être folle, continuer de boire » et retrouver une vie d’errance….
N’y a t il pas d’autres alternatives ? Car j’aimerai me rééduquer à une consommation « saine », c’est à dire, pas plus d’un verre lors de repas. En fait je n’arrive pas à communiquer avec lui lorsqu’il pense que « mon addiction parle à ma place »; comme si j’étais agie par une force pulsionnelle incontrolable. Il pose le discrédit sur ma parole sans le vouloir.
Voilà ce serait super d’échanger avec des gens qui pourraient me conseiller car là pendant quelques temps je n’aborderai plus le sujet avec mon mec, que j’ai envie de traiter de tous les noms d’oiseaux.

Hors ligne

 

Stelli 
Animatrice - Dinosaure de PA
France
5200
Inscrit le 06 Nov 2006
1623 messages

Anaya a écrit

J’ai tout arrêté depuis 2 ans et demie.
Avant hier j’ai consommé un verre de vin. J’étais dans une douce euphorie, mais je me suis rappelée de tout ce que j’avais vécu sous l’effet des drogues.
Même si j’ai stoppé, je sens que je ne me suis pas fermé définitivement la porte. Il m’arrive de me dire: « j’ai jamais tenté le LSD… ou je reprendrai peut être de la MDMA en microdosing… »; quand j’ai eu ce verre entre les mains, j’étais soulagée que ma période d’abstinence prenne fin même provisoirement. En effet j’en ai assez de devoir me contraindre en permanence, j’ai l’impression d’être camisolée. Je ne fais pas le deuil car je suis bercée par l’espoir de pouvoir reprendre une consommation raisonnable.

Je n’ai pas de réponse toute faite, mais pour ma part, l’idée d’une abstinence définitive m’a toujours semblée insupportable. Et après un long cheminement, c’est finalement en acceptant qu’on pouvait très bien vivre, être inséré socialement, et prendre des drogues, ne serait-ce que de temps en temps, était tout à fait possible.

Bien évidemment ça ne s’est pas fait du jour au lendemain, j’ai fait pas mal d’erreurs, dont certaines m’ont coûté plus que d’autres, mais le point le plus important c’est que ces erreurs m’ont finalement beaucoup appris. Sur moi-même, sur mes limites, sur ce dont j’avais besoin, ce dont je ne voulais plus... C’est par essai-erreur que j’ai appris à réguler mes consommations. J’ai parfois du faire des pauses dans mes consommations, pour différentes raisons, souvent dans une optique de gestion de cette conso.

Je suis sous traitement de substitution opiacé depuis plus de 15ans, stabilisée depuis plus de 10ans. Je fume du cannabis quotidiennement, et ne vis pas cette addiction comme un problème, car j’en tire plus de positif que de négatif, malgré le risque légal qui reste le plus gros problème.

Après des années de poly-addiction et poly-conso, j’ai réussi à apprendre à consommer sans que ça n’ait de conséquences trop importantes sur ma vie, mon travail, ma vie de famille, mes finances, ma santé...
Je consomme occasionnellement, à des fréquences très variables, de la cocaïne, de la 3MMC, de l’alcool, des opiacés, des gabapentinoïdes (Lyrica), parfois de la MDMA, rarement des champignons hallucinogènes... et éventuellement d’autres substances selon le contexte et l’occasion.

Je reste prudente quand à mon ressenti en période de consommation, en particulier avec la cocaïne, qui a toujours été mon péché mignon, car je sais que je peux facilement déraper, et ce n’est pas ce que je souhaite. Il m’arrive de m’imposer des pauses plus ou moins longues, afin de m’éloigner du produit et de reprendre le dessus si j’en ressens le besoin. Mais savoir que je m’accorde le droit de reconsommer rend les choses beaucoup plus facile à accepter, et ces pauses beaucoup plus vivables. Je diminue ma tolérance, gère mieux le craving, la fréquence de conso, les quantités aussi... et finalement ça me convient très bien.
Si je sens que je suis sur le fil du rasoir, et que je commence à perdre le contrôle (exemple : retourner en acheter plus tôt que prévu ou plus souvent que je ne devrais), je m’impose une pause de quelques semaines à quelques mois selon les fois et mon ressenti. Ces pauses me sont toujours bénéfiques. Elles sont importantes pour mon équilibre. Je ne les ai jamais vécues comme un sevrage mais comme une méthode de gestion de ma/mes consommation(s).

Je n’ai pas la prétention d’avoir le mode d’emploi pour tous, mais je reste persuadée que partager mon expérience peut en aider plus d’un, comme ça a pu m’aider à l’époque d’écouter et de lire celle des autres.


« J’ai l’honneur de te décerner le titre de bienfaitrice des camés! Bravo! » (trolalol)

Hors ligne

 

Zolivak 
Nouveau membre
France
000
Inscrit le 12 Dec 2020
9 messages
Hello tout le monde!

J'ai 20 ans maintenant et cela doit faire deux ans que je traine une addiction a la kétamine. (sans compté celle du tabac et du thc )

J'ai commencé hyper tot a fumé régulièrement (14 ans)
J'avais toujours été, un peu par curiosité franchement, intéresser par les psychoactifs, les états de consciences et pleins de connerie un peu tout m'intéressais donc quand j'ai eu l'occasion d'y avoir accès et a pouvoir essayer, j'ai directement chercher a le faire.

je faisais mes petites expriences un peu trop tot a mon avis


je réfléchissais beaucoup quand j'étais ados (sens de la vie, un peu sceptique et aimais apprendre ) mais ma personnalité étais du genre très anxieuse socialement, un petit peu "dépressif friendly"

donc rapidement j'ai compris que ça allait permettre de fuir tout ça, de combler le vide que j'avais...
je suis rapidement tombé dans la dépendance et j'ai jamais réussi a arrêter.
j'ai eu énormément de comportement borderline liées a cette consommation
et eu de plus en plus d'angoisse et d'épisode depressif
toute mon adolesence qui fut soupoudrer de connerie
(j'aime le graffiti la techno a l'epoque c'etais n'importe quoi j'etais dans un monde a part et vendais pour financer ma consommation de cannabis )
j'ai découvert les drogue dure j'ai pas hésiter non plus.
la MDMA j'ai accroché un temps et cela m'a value une bonne hospit psy d'en avoir abusé tout les weekend avec mes antécdent, mais bon a l'époque ou je mentais sur le fait d'aller a mes séances psy, ou j'etais mal traité medicalment car je ne voulais pas me soigné la drogue c'etais ma médicine de l'esprit.

je regrette pas  non plus en général ce que j'ai fait et cette hospit a été très bénéfique pour mon morale et j'ai pu m'en sortir a peu prèt après ca sur le plan comportement borderline.

après j'ai découvert les hallucinogène psychédélique et après ca les dissociatif donc la kétamine.

et alors comme pour le thc, mon petit cerveaux d'anxiodépressif a hyper accroché
mais genre vraiment beaucoup
et super une drogue qui ne se voient pas sur le salivaire ou quasiement jamais controlée, moi qui allais pas mal en free c'etais pratique.

j'ai même cru que ça allais me servir a arrêter le cannabis que je pensais etre mon enemie juré vis a vis des angoisse.

mais progressivement ma consommation est devenu incontrolable.
entre mes sessions habituelle pour me sentir bien mes sessions récréative en soirée et mes expériementations sur les effets a plus haute dose et cette recherche d'experience psychédélique je me suis perdu dans l'accoutumence et ma tolérance trop élévé.

j'ai jamais augmenter pour autant les trace au dela d'un certains niveau mais cela ne s'est presque jamais arreter.

tout les jours, tout les matins
l'effet style antidépresseur que ça m'apporter avais complètement disparu les douleurs abdominales commençaient progressivement, problème pour uriner,
cela ne m'arrêtais pas bien que je connaisse les risque..

j'ai sentie le problème, et ma copine aussi. (oublier le fait de mentionner que j'ai passer tout mon confinement a entretenir ma dépendance avec ma copine enfermer chez moi )
je suis rapidement retourner voir ma psy et j'ai mis un temps monstre a lui avouer,
entre le moment ou j'y suis retourner et le moment ou j'ai commencer réellement a entammer de vrai démarche pour essayer d'avancer, j'ai eu un travail (transfrontalier en allemagne) que j'ai perdu suite a une free a l'etranger ou jai eu une interdiction de rouler en allemagne suite a un controle de stups routier sur le retour

puis la de nouveau dégringolade

une consommation qui explose
suite a l'envie irréflechis de ma copine et moi de vouloir stopper sec le thc (elle est beaucoup moins dépandante que moi et ne comprennais pas trop ma difficulté, j'ai donc suivi en me convainquant que c'etais dans la t^te tout ca)

j'ai completement donc perdu le controle avec la kétamine en remplacant le thc

puis cystite et problème qui s'aggrave en septembre derniers
je retourne voir ma psy et contact mon csapa (il ya de l'attente tout de même)
j'explique en transparence tout mes problèmes

entre temps je fait une surdose de keta (episode tachicardique) j'ai cru que j'allais mourir mais je consomme toujours ,


enfait j'ai enchainer les essaies d'arret brutaux sous la pressions de mes proche (parents amis petites amie) puis craquait de manière autodestructrice quand je faisait des crise émotionnelle a cause de problemes personnelle ou autre
je me suis mis a énormément mentir..


puis on arrive a tout récemment ou j'ai l'impression de rentamer une tendance positive

je  ne parle plus dans les détails de ma consommations a mes proche et gère les quantités seul en etant beaucoup plus raisonnable (mon aller aux urgences suite a ma surdose m'a un peu calmer  )

je me fait suivre par mon médecin psychiatre rigouresement pour essayer d'y voir clair dans les troubles que j'ai et les raisons qui me pousse a consommer tout les jour.

j'ai finis par assumer ma consommation de cannabis car elle m'aide franchement a pas abuser avec le reste et j'arrive maintenant a la controler, fume souvent avec du cbd et fume que le soir et pas tout les jours
j'ai entammer depuis deux semaine un traitement antidepresseurs + benzo et j'essai vraiment de me passer de keta mais c'est très difficile..

j'essaie de ne pas me mettre en danger et de ne pasinquieter mes proche et d'évoluer progressivement mais j'y vais a mon rythme (lentement) et les remarque des autre sont difficile a supportée.


tout comme morning glory plus haut je me cache souvent derrière mes connnaissances dans le sujet, j'aime montrer que je gère les chose alors que ca n'a pas tout le temps été le cas
et j'ai la même vocation qu'elle, je pense en tout cas toujours a m'investir dans la RDR
mais mes angoisse et les remarque de certains me font douter de ma légitimité.. je me perds souvent même si j'ai toujours voulu être trvailleurs social (éducateur plus précisément ) donc bon, mais je me pose toujours beaucoup trop de question et je n'ai toujours pas confiance ne moiet je culpabilise énormément. (question légitimité d'exercer un métier comme ca alors que je suis ce que je suis)


en bref j'ai encore du chemin pour me sentir bien et ne pas culpabiliser de ma propre personne.. et ca pas uniquement a cause de ma consommation mais bien  aussi parce que je n'ai jamais appris a le faire autrement qu'avec les psychoactifs.
pour l'approvisionnement chomage et aide et un amis proche m'en refourgua a bas prix, et c'est hyper facile d'en trouver sur le arché noir dan sma région y'a enormement de revendeur

j' espère ne pas avoir été désagréable a lire, et suis ouvert aux questions si il y'en a.
Je tens a dire que psychoactifs.org est vraiment d'une aide énorme aux quotidiens pour faire des recherche ou trouver un certains réconfort quant au fait de se sentir isoler du reste du monde et seul dans sa spirale

Prenez soins de vous,
ZOLIVAK.

Dernière modification par Zolivak (18 janvier 2022 à  22:44)

Hors ligne

 

Azerty69 
Nouveau membre
France
000
Inscrit le 10 Nov 2021
3 messages
Salut tout le monde smile

J'ai lu pas mal de témoignages et c'est vraiment intéressant de voir les différentes approches et expériences de chacun.

Pour ma part, je ne sais pas du tout si je suis dépendante ou non....
J'ai déjà fumé du cannabis mais ce n'est vraiment pas mon truc, le LSD j'ai testé une fois mais ça ne m'a quasiment rien fait c'était assez décevant...

La drogue que je consomme le plus c'est la MDMA que j'ai commencé à prendre en début 2020 à intervalle de 2/3 mois entre chaque conso, maintenant que j'y pense, ça fait quand même pas mal de fois au bout de deux ans...

J'aime beaucoup cette drogue, mais j'en ai pris très souvent chez moi avec mon conjoint ou avec un ou deux amis, mais pour être franche le setting commence à m'ennuyer un peu et je n'ai plus envie d'en prendre pas parce que je n'aime pas la drogue mais parce que je cherche de nouvelles expériences mais j'ai du mal à trouver des gens ou un milieu où je pourrais vraiment profiter de mon trip à fond vu que la majorité de mon entourage ne sont pas vraiment là dedans...

Je pense de temps en temps à la MD, parfois j'aime bien faire des choses que je faisais pendant mes trips ça me procure une bonne sensation... j'essaie parfois de voir comment je pourrais en prendre et de planifier les choses et puis ensuite je laisse tomber à cause des raisons dites avant... je ne saurais donc pas dire si je suis dépendante ou pas j'aimerais avoir votre avis la dessus pour être plus objective.

Dernière modification par Azerty69 (Hier à  18:56)

Hors ligne

 

eduardo 
Nouveau membre
France
600
Inscrit le 06 Feb 2021
42 messages
Pour ma part je ne sais pas si je gère quoique ce soit
pour l'alcool c'est l'abstinence avec des rechutes plus ou moins espacées...
pour le shitt c'est la catastrophe, le seul truc que je m'impose est de ne pas fumer la journée
pour la coke, je suis largement sevré, même psychologiquement, je m'en tiens éloigné on va dire
pour les benzos, je tente de diminuer, je galère, c'est la dépendance qui me pèse le plus

pour les drogues récréatives genre MD, LSD, j'ai tout arrêté mais j'en ai gobé un paquet et je n'ai jamais ressenti de réelles dépendances

Hors ligne

 

Azerty69 
Nouveau membre
France
000
Inscrit le 10 Nov 2021
3 messages

Zolivak a écrit

Hello tout le monde!

J'ai 20 ans maintenant et cela doit faire deux ans que je traine une addiction a la kétamine. (sans compté celle du tabac et du thc )

J'ai commencé hyper tot a fumé régulièrement (14 ans)
J'avais toujours été, un peu par curiosité franchement, intéresser par les psychoactifs, les états de consciences et pleins de connerie un peu tout m'intéressais donc quand j'ai eu l'occasion d'y avoir accès et a pouvoir essayer, j'ai directement chercher a le faire.

je faisais mes petites expriences un peu trop tot a mon avis


je réfléchissais beaucoup quand j'étais ados (sens de la vie, un peu sceptique et aimais apprendre ) mais ma personnalité étais du genre très anxieuse socialement, un petit peu "dépressif friendly"

donc rapidement j'ai compris que ça allait permettre de fuir tout ça, de combler le vide que j'avais...
je suis rapidement tombé dans la dépendance et j'ai jamais réussi a arrêter.
j'ai eu énormément de comportement borderline liées a cette consommation
et eu de plus en plus d'angoisse et d'épisode depressif
toute mon adolesence qui fut soupoudrer de connerie
(j'aime le graffiti la techno a l'epoque c'etais n'importe quoi j'etais dans un monde a part et vendais pour financer ma consommation de cannabis )
j'ai découvert les drogue dure j'ai pas hésiter non plus.
la MDMA j'ai accroché un temps et cela m'a value une bonne hospit psy d'en avoir abusé tout les weekend avec mes antécdent, mais bon a l'époque ou je mentais sur le fait d'aller a mes séances psy, ou j'etais mal traité medicalment car je ne voulais pas me soigné la drogue c'etais ma médicine de l'esprit.

je regrette pas  non plus en général ce que j'ai fait et cette hospit a été très bénéfique pour mon morale et j'ai pu m'en sortir a peu prèt après ca sur le plan comportement borderline.

après j'ai découvert les hallucinogène psychédélique et après ca les dissociatif donc la kétamine.

et alors comme pour le thc, mon petit cerveaux d'anxiodépressif a hyper accroché
mais genre vraiment beaucoup
et super une drogue qui ne se voient pas sur le salivaire ou quasiement jamais controlée, moi qui allais pas mal en free c'etais pratique.

j'ai même cru que ça allais me servir a arrêter le cannabis que je pensais etre mon enemie juré vis a vis des angoisse.

mais progressivement ma consommation est devenu incontrolable.
entre mes sessions habituelle pour me sentir bien mes sessions récréative en soirée et mes expériementations sur les effets a plus haute dose et cette recherche d'experience psychédélique je me suis perdu dans l'accoutumence et ma tolérance trop élévé.

j'ai jamais augmenter pour autant les trace au dela d'un certains niveau mais cela ne s'est presque jamais arreter.

tout les jours, tout les matins
l'effet style antidépresseur que ça m'apporter avais complètement disparu les douleurs abdominales commençaient progressivement, problème pour uriner,
cela ne m'arrêtais pas bien que je connaisse les risque..

j'ai sentie le problème, et ma copine aussi. (oublier le fait de mentionner que j'ai passer tout mon confinement a entretenir ma dépendance avec ma copine enfermer chez moi )
je suis rapidement retourner voir ma psy et j'ai mis un temps monstre a lui avouer,
entre le moment ou j'y suis retourner et le moment ou j'ai commencer réellement a entammer de vrai démarche pour essayer d'avancer, j'ai eu un travail (transfrontalier en allemagne) que j'ai perdu suite a une free a l'etranger ou jai eu une interdiction de rouler en allemagne suite a un controle de stups routier sur le retour

puis la de nouveau dégringolade

une consommation qui explose
suite a l'envie irréflechis de ma copine et moi de vouloir stopper sec le thc (elle est beaucoup moins dépandante que moi et ne comprennais pas trop ma difficulté, j'ai donc suivi en me convainquant que c'etais dans la t^te tout ca)

j'ai completement donc perdu le controle avec la kétamine en remplacant le thc

puis cystite et problème qui s'aggrave en septembre derniers
je retourne voir ma psy et contact mon csapa (il ya de l'attente tout de même)
j'explique en transparence tout mes problèmes

entre temps je fait une surdose de keta (episode tachicardique) j'ai cru que j'allais mourir mais je consomme toujours ,


enfait j'ai enchainer les essaies d'arret brutaux sous la pressions de mes proche (parents amis petites amie) puis craquait de manière autodestructrice quand je faisait des crise émotionnelle a cause de problemes personnelle ou autre
je me suis mis a énormément mentir..


puis on arrive a tout récemment ou j'ai l'impression de rentamer une tendance positive

je  ne parle plus dans les détails de ma consommations a mes proche et gère les quantités seul en etant beaucoup plus raisonnable (mon aller aux urgences suite a ma surdose m'a un peu calmer  )

je me fait suivre par mon médecin psychiatre rigouresement pour essayer d'y voir clair dans les troubles que j'ai et les raisons qui me pousse a consommer tout les jour.

j'ai finis par assumer ma consommation de cannabis car elle m'aide franchement a pas abuser avec le reste et j'arrive maintenant a la controler, fume souvent avec du cbd et fume que le soir et pas tout les jours
j'ai entammer depuis deux semaine un traitement antidepresseurs + benzo et j'essai vraiment de me passer de keta mais c'est très difficile..

j'essaie de ne pas me mettre en danger et de ne pasinquieter mes proche et d'évoluer progressivement mais j'y vais a mon rythme (lentement) et les remarque des autre sont difficile a supportée.


tout comme morning glory plus haut je me cache souvent derrière mes connnaissances dans le sujet, j'aime montrer que je gère les chose alors que ca n'a pas tout le temps été le cas
et j'ai la même vocation qu'elle, je pense en tout cas toujours a m'investir dans la RDR
mais mes angoisse et les remarque de certains me font douter de ma légitimité.. je me perds souvent même si j'ai toujours voulu être trvailleurs social (éducateur plus précisément ) donc bon, mais je me pose toujours beaucoup trop de question et je n'ai toujours pas confiance ne moiet je culpabilise énormément. (question légitimité d'exercer un métier comme ca alors que je suis ce que je suis)


en bref j'ai encore du chemin pour me sentir bien et ne pas culpabiliser de ma propre personne.. et ca pas uniquement a cause de ma consommation mais bien  aussi parce que je n'ai jamais appris a le faire autrement qu'avec les psychoactifs.
pour l'approvisionnement chomage et aide et un amis proche m'en refourgua a bas prix, et c'est hyper facile d'en trouver sur le arché noir dan sma région y'a enormement de revendeur

j' espère ne pas avoir été désagréable a lire, et suis ouvert aux questions si il y'en a.
Je tens a dire que psychoactifs.org est vraiment d'une aide énorme aux quotidiens pour faire des recherche ou trouver un certains réconfort quant au fait de se sentir isoler du reste du monde et seul dans sa spirale

Prenez soins de vous,
ZOLIVAK.

Stop culpabiliser ! Perdre confiance en toi c'est le meilleur moyen de te mettre des bâtons dans les roues. Je suis certaine que tu feras un bon éducateur, il faut te donner des objectifs et te dire que comme n'importe quelle autre personne tu es capable de le faire !!! Tu es addicte à une drogue, et alors ? je pense que si tu commences un nouveau métier tu seras plus concentré sur ça que sur la drogue, même si je suis sure que je ne peux imaginer à quel point ça doit être difficile de résister. Tu as déjà fait un bon bout de chemin ne lâche pas continue comme ça. Et il faut surtout changer cette estime que tu as de toi même. Apres tout personne n'est assez bien placé pour te juger car personne n'a vécu à ta place !

En tout cas bon courage à toi, ne lâche rien ! GANBARE !!! big_smile

Dernière modification par Azerty69 (Hier à  19:19)

Hors ligne

 

Zefy 
Nouveau Psycho
Belgique
210
Inscrit le 24 Dec 2019
87 messages
Blogs
Je ne la gère pas, c'est elle qui m'emporte. Les benzos j'ai réussi a trouvé une stabilité mais tout ce qui est morphinique c'est plus fort que moi malgré le fait que je me suis correctement sevré. 6 mois plus tard une seule prise m'a fait retomber petit à petit..

Zefy

Dans la vie, j'ai eu le choix entre l'amour, la drogue et la mort. J'ai choisi les deux premières et c'est la troisième qui m'a choisi...
Jim Morrison

Hors ligne

 


Répondre Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

[ Forum ] Risque de future dépendance
par moellebrisee, dernier post 04 février 2019 à  12:35 par Mister No
  4
[ Forum ] Dépression et dépendance biologie du cerveau
par KALE, dernier post 24 mai 2013 à  17:13 par drugstore cowboy
  20
[ Forum ] Gérer sa consommation - Quel est votre compromis ?
par Celui-là-bas, dernier post 02 novembre 2019 à  18:52 par plotchiplocth
  6

Psychoactif en Images
Plus d'images psychoactives
En ce moment sur PsychoACTIF  
 Psychoactif 
Le Fanzine Psychoactif N°4 est sorti
Il y a 9jAnnonce de Equipe de PsychoACTIF
 Appel à témoignage 
Comment gérez vous votre dépendance ?
Il y a 3hCommentaire de Zefy (37 réponses)
 Appel à témoignage 
Vous lisez des articles de presses qui stigmatisent les usagers :...
Il y a 5jCommentaire de prescripteur (23 réponses)
 Appel à témoignage 
Avec Safe testez le nouveau spray nasal (MAD)
22 décembre 2021Commentaire de Subohm (82 réponses)
 Forum 
Aucun effet - Dernière prise il y a 6 mois : 750 mg LI
Il y a moins d'1mnCommentaire de Raveron86 dans [Tramadol...]
(1 réponse)
 Forum 
Prix du cannabis - Arnaque
Il y a 41mnCommentaire de RawBeefTeK dans [Cannabis...]
(2 réponses)
 Forum 
Effets secondaires - Impossible de m’endormir après une prise de Tramadol
Il y a 3hCommentaire de Zefy dans [Tramadol...]
(6 réponses)
 Forum 
Erreur. Le lien que vous avez suivi est incorrect ou périmé.
Il y a 3hCommentaire de Ploping dans [Utilisation du site P...]
(4 réponses)
 Forum 
Social - À quelle age vous avez consommer la 1ère fois ?
Il y a 3h
1
Commentaire de Zefy dans [Au coin du comptoir.....]
(28 réponses)
 Forum 
Triple M Syrup
Il y a 3hCommentaire de Zefy dans [Opiacés et opioïdes...]
(3 réponses)
 Forum 
Forum - Trip Tramadol
Il y a 3hCommentaire de Zefy dans [Utilisation du site P...]
(6 réponses)
 Forum 
Question aux injecteur de C.
Il y a 3hCommentaire de ectatrip dans [Cocaïne-Crack...]
(1 réponse)
 Blog 
Aidez moi à planter et extraire la khat !
Il y a 1hNouveau blog de yukastro dans [Actualités]
 Blog 
Tramadol et crise d'épilepsie
Il y a 3hNouveau blog de laptitechinoise13 dans [Trip Report]
 Blog 
Concerta, danger
Il y a 4hCommentaire de BleulerGen dans le blog de Cris
(3 commentaires)
 
  QuizzZ 
Consommez-vous le MDMA/Ecstasy à moindre risque ?
Dernier quizzZ à 03:06
 PsychoWIKI 
Methylphenidate (Ritaline), effets, risques, témoignages
 Topic epinglé 
Avocats spécialisés dans les infractions sur les stupéfiants
 Nouveaux membres 
cendrecovfefe, laptitechinoise13, MrAublivion nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.
S'identifier

Mot de passe oublié

Morceaux choisis 

 Différence entre la Morphine et le Sophidone ?
par Zazou2A, le 18 Jan 2022
Yop, Alors ça va dépendre de comment tu comptes consommer, la sophidone, c’est de l’hydromirphone, un opi semi synthétique (comme l’héro) dérivé de la morphine Mais elle est 7,5 fois plus potente, en terme d’analgésies L’hydro, c’est une molécule qui est souvent considérée...[Lire la suite]
 Mise en garde 5F-SGT-151 (Herbal Incense)
par Momo76, le 15 Jan 2022
Bonjour, je viens mettre en garde contre l'Herbal incense qui est vendu dans la plupart des laboratoires de recherche chimiques, j'ai préparé un peu moins que la moitié de cette herbe (0.200gr) et du damania dans un joint. En effet je n'avais fumé que deux malheureuses taffs dans ce dernier et...[Lire la suite]
 Retrouvez nous à Amboise, Indre et Loire
par AidesCaarud37, le 14 Jan 2022
Bonjour, Aujourd'hui nous vous partageons une photo de nos militants accompagnés d'une adulte relais du territoire d'Amboise. Nous serons dès maintenant présents tous les 2° et 4° lundi de chaque mois entre 14h et 16h, à la MJC d'Amboise, 1 rue Rémi Belleau. C'est l'occasion de nous re...[Lire la suite]
Tous les morceaux choisis
Les derniers champis

Oui, ça fait pareil à ma compagne pour les anti-dep' dans [forum] Arrêt codéine et sevrage compliqué
(Il y a 10h)
C'est saloperies comme tu dit, pour bcp aident à retrouver une vie normale (MM) dans [forum] Arrêt codéine et sevrage compliqué
(Il y a 15h)
Gaffe aux dates, le derniers poste sur ce topic a plus de 8 ans... dans [forum] quelle est la différence entre la morphine et les sulfates de morphine
(Il y a 1j)
C'est beau tout ça, ça fait plaisir à voir et à lire - MikeO' dans [blog] culture homemade de truffes psylocibe
(Il y a 1j)
On est sur PA pas sur un forum de stigmatisation. dans [forum] Je faille partir, surdose de crack
(Il y a 1j)

Pied de page des forums