combattre le craving de coke !! / PsychoACTIF

combattre le craving de coke !!

Publié par ,
972 vues, 4 réponses
cact88 
Nouveau Psycho
000
Inscrit le 22 Sep 2017
173 messages
Bonjour ,

Cela fais 20 ans que je prend des prods j'ai toucher a tout , lsd ,speed , came , coke ,weed et MD et beaucoup d'alcool  principalement ces derniers mois je suis a fond dans la coke avec des envies irrésistibles d'en prendre .. j'ai des problème d'argent et au boulot j'achète un  gramme je tape toute la journée ou toute la nuit puis 2 jours après j'en rachète c'est plus fort que moi j'ai l'impression de ne penser qu'a sa !

Sa devient une obsession une fois que j'ai ouvert mon gramme je tape trace sur trace sa me fait tellement de bien aussi par contre comme je l'est dit plus haut problème au taf quand j'ai passer la nuit a taper je suis moins productif problème d'argent c'est devenu ces dernier mois mes plus grosse dépenses .

Avez vous des techniques ,astuce pour essayer de ne plus y penser tout le temps ce craving de merde ?

je tient a dire que j'ai basé pendant des années étant plus jeune mais un séjour en HP ma fait arrêter , voila je veux juste discuter avoir des conseils merci a tous !!

Hors ligne

 

Voytek 
Nouveau membre
France
000
Inscrit le 07 Jul 2022
8 messages
Salut a toi,

J'ai commencé la coke il y environ 6 mois et c'est pareil pour moi il m'arrive d'avoir des "plusion" où j'ai très envie de consommer. Cela m'arrive généralement quand je picole et que j'suis bourré c'est plus fort que moi.

Une fois commencé je ne m'arrête plus temps que le sachet n'est pas fini. La coke c'est super vicieux cette monté d'euphorie qui est plutôt cool.

Essai de résister et de penser au conséquence de ce que ta consommation va faire sur ta vie ou peut-être essaie d'en parler à quelqu'un ça peut vraiment aider.

Hors ligne

 

sky56253
Nouveau Psycho
France
000
Inscrit le 24 Mar 2017
180 messages
Hello,

Je pense, en tout cas c’est comme ça que cela fonctionne pour moi…..éviter l’alcool qui lève les inhibitions ; se construire un quotidien qui éjecte la consommation de produits quels qu’ils soient. Sans une vie satisfaisante hors defonce, c’est à mon sens voué à l’échec. Et je parle en connaissance de cause !

Je connais bien crois moi……ce soir fut un nouvel échec pour moi.

C’est possible, je l’ai fait. Mais il faut renoncer à une voie qui de toutes façons mène la ou on ne souhaite pas aller.

Pour info, ce soir côtoyer des gens de ce monde a provoqué que des types sous influence partent de notre super soirée….en tirant quatre coups de feu en l’air depuis leur bagnole qui partait….5 minutes plus tard, trois combis et la blinde de flics pour contrôler tout le monde. Fort heureusement ils cherchaient des armes, pas des stupéfiants. Et je ne suis pas du tout du genre à avoir une arme. Fouille au corps pour tous, moi y compris, mais pas vider les poches….et heureusement pour certains. Quel monde génial comme compagnie n’est ce pas……?

Cela m’empêchera t’il d’y retourner ? Hé bien je l’espère. Mais c’est pas sur.

Courage !!

Sky.

Dernière modification par sky56253 (10 juillet 2022 à  05:31)

Hors ligne

 

prescripteur 
Modérateur
10700
Inscrit le 22 Feb 2008
9888 messages
Blogs
Bonjour, c'est juste une idée comme ça et il faudrait creuser.
Le craving est dû plus au "rituel" ( circonstances etc.. tout ce qui rappelle la coke) qu'au produit lui même. C'est du moins ce qu'affirment certains spécialistes.
L'idée serait de "brouiller le message" en variant les rituels de prise et/ou en associant les rituels habituels à d'autres activités (sport, bouffe etc..).


Amicalement

S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

prescripteur 
Modérateur
10700
Inscrit le 22 Feb 2008
9888 messages
Blogs
Bonjour, une biblio à l'appui de mon post precedent. Amicalement

http://www.prars.ca/sites/default/file% … avings.pdf


http://www.annecoppel.fr/wp-content/upl … ritual.pdf


https://www.jneurosci.org/content/26/24/6583


Résumé

La capacité des drogues d'abus à augmenter la dopamine dans le noyau accumbens sous-tend leurs effets de renforcement. Cependant, des études précliniques ont montré qu'avec une exposition répétée au médicament, des stimuli neutres associés au médicament (stimuli conditionnés) commencent à augmenter la dopamine par eux-mêmes, ce qui est un effet qui pourrait sous-tendre le comportement de recherche de drogue. Ici, nous testons si des augmentations de dopamine se produisent à des stimuli conditionnés chez des sujets humains dépendants à la cocaïne et si cela est associé à un besoin impérieux de drogue. Nous avons testé dix-huit sujets cocaïnomanes par tomographie par émission de positrons et [ 11 C]raclopride (radioligand du récepteur dopaminergique D 2 sensible à la compétition avec la dopamine endogène). Nous avons mesuré les changements de dopamine en comparant la liaison spécifique du [ 11 C]raclopride lorsque les sujets regardaient une vidéo neutre (scènes de nature) versus lorsqu'ils regardaient une vidéo de cocaïne (scènes de sujets fumant de la cocaïne). La liaison spécifique du [ 11 C]raclopride dans le striatum dorsal (caudé et putamen) mais pas dans le striatum ventral (dans lequel se trouve le noyau accumbens) a été significativement réduite dans la condition cocaïne-signal et l'ampleur de cette réduction était corrélée avec les autodéclarations de fringale. De plus, les sujets avec les scores les plus élevés sur les mesures des symptômes de sevrage et de la gravité de la dépendance qui se sont avérés prédire les résultats du traitement, avaient les plus grands changements de dopamine dans le striatum dorsal. Ceci fournit la preuve que la dopamine dans le striatum dorsal (région impliquée dans l'apprentissage des habitudes et dans l'initiation de l'action) est impliquée dans le besoin impérieux et est une composante fondamentale de la dépendance. Étant donné que le besoin impérieux est un facteur clé de la rechute, les stratégies visant à inhiber les augmentations de dopamine à partir de réponses conditionnées sont susceptibles d'être thérapeutiquement bénéfiques dans la dépendance à la cocaïne.

https://ajp.psychiatryonline.org/doi/10 … 57.11.1789

Résumé

OBJECTIF: On a émis l'hypothèse que les signaux liés à la cocaïne perpétuent l'abus de drogues en induisant une réponse de besoin qui incite à un comportement de recherche de drogue. Cependant, les mécanismes, la neuroanatomie sous-jacente et la spécificité de cette neuroanatomie ne sont pas encore entièrement compris. MÉTHODE : Pour résoudre ces problèmes, des consommateurs de cocaïne expérimentés (N = 17) et des sujets de comparaison (N = 14) ont subi une imagerie par résonance magnétique fonctionnelle tout en visionnant trois films distincts représentant 1) des individus fumant du crack, 2) des scènes de nature en plein air et 3 ) contenu sexuel explicite. Les sites de désir candidats ont été identifiés comme ceux qui ont montré une activation significative chez les consommateurs de cocaïne lors de la visualisation du film sur la cocaïne. Ces sites devaient ensuite montrer une activation significativement plus élevée par rapport aux sujets de comparaison visionnant le film sur la cocaïne (spécificité de la population) et aux consommateurs de cocaïne visionnant le film sur la nature (spécificité du contenu). RÉSULTATS : Les régions cérébrales qui satisfaisaient à ces critères étaient largement latéralisées à gauche et comprenaient le lobe frontal (gyrus frontal médial et moyen, gyrus frontal inférieur bilatéral), le lobe pariétal (lobule pariétal inférieur bilatéral), l'insula et le lobe limbique (gyrus cingulaire antérieur et postérieur). ). Sur les 13 régions identifiées comme sites de soif putatifs, seules trois (le cingulaire antérieur, le lobule pariétal inférieur droit et le noyau dorsal caudé/latéral) ont montré une activation significativement plus importante pendant le film de cocaïne que pendant le film sexuel chez les consommateurs de cocaïne, ce qui suggère que les signaux de cocaïne ont activé des substrats neuroanatomiques similaires en tant que stimuli naturellement évocateurs chez les consommateurs de cocaïne. Enfin, contrairement aux effets du film sur la cocaïne, les usagers de cocaïne ont montré une réponse plus faible que les sujets de comparaison au film sexuel. CONCLUSIONS : Ces données suggèrent que le besoin impérieux de cocaïne n'est pas associé à un circuit neuroanatomique dédié et unique ; au lieu de cela, la capacité des signaux appris liés à la drogue à produire une activation cérébrale comparable à celle observée avec des stimuli non évocateurs de drogue chez des sujets de comparaison en bonne santé est unique au consommateur de cocaïne.

L'importance des expériences de craving dans la perpétuation de la toxicomanie humaine a été fréquemment affirmée (1 – 3) . On pense que le besoin impérieux de drogue est un état de motivation puissant ou un désir intense qui pousse le consommateur de cocaïne à rechercher de la cocaïne. Cependant, les mécanismes psychologiques spécifiques, affectifs et cognitifs, qui sous-tendent le besoin impérieux de drogue, ses déterminants et sa relation avec la prise de drogue ultérieure ne sont pas entièrement compris. D'un point de vue phénoménologique, les consommateurs de cocaïne signalent que l'état de manque se produit environ deux fois par jour (chaque épisode durant environ 20 minutes ou moins [4] ), est d'intensité variable et peut être induit par plusieurs moyens. Par exemple, l'administration de cocaïne peut rétablir la réponse à la cocaïne chez les rats (5) et il a été démontré qu'elle incite les humains à consommer davantage de cocaïne (6) . Il a récemment été démontré que les techniques de laboratoire qui induisent du stress provoquent une augmentation de l'état de manque autodéclaré chez les cocaïnomanes (7) . Un corpus de recherche suggère également que les signaux environnementaux liés à la drogue peuvent servir à susciter le besoin chez les consommateurs de drogue (3 , 8 , 9) et que la force d'un tel besoin induit par un signal est positivement corrélée à la sévérité de la dépendance à la cocaïne (10) . Childress et ses collègues (8) ont rapporté que les consommateurs de cocaïne citent fréquemment comme initiateurs de soif des signaux externes tels que l'argent ou un ami consommateur de drogue et des signaux internes tels que la dysphorie. Une analyse des déterminants de la rechute de crack a révélé que 34 % des rechutes faisaient suite à des rencontres avec des stimuli liés à la drogue et 11 % à des manipulations d'argent (11) . Cependant, les sites neuronaux et les systèmes psychologiques responsables de l'initiation et du maintien de l'envie de cocaïne induite par les signaux et la façon dont ils peuvent différer des autres états d'excitation ne sont pas bien compris. De telles données semblent essentielles pour le développement de nouvelles interventions comportementales et pharmacologiques pour le traitement de la cocaïne, une situation d'autant plus urgente que les schémas thérapeutiques actuels sont moins que totalement efficaces pour la majorité des personnes qui recherchent un traitement. Les techniques de neuroimagerie non invasives offrent désormais la possibilité d'identifier les fondements neuroanatomiques de ces phénomènes psychologiques.

Des recherches antérieures en neuroimagerie ont impliqué un certain nombre de régions corticales et sous-corticales dans le besoin de drogue chez l'homme, y compris les structures préfrontales et limbiques. Par exemple, des corrélations significatives entre les scores d'état de manque autodéclarés et le métabolisme cérébral régional du glucose dans le cortex préfrontal et orbitofrontal ont été rapportées (12) . Une atteinte frontale similaire a été observée par Maas et ses collègues (13) , qui, au moyen de l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf), ont signalé une activation significative du cortex préfrontal dorsolatéral gauche et du cingulaire antérieur correspondant à la présentation de stimuli liés à la cocaïne. Il a également été rapporté que les signaux de cocaïne, par rapport aux signaux neutres, produisaient des augmentations du métabolisme cérébral régional du glucose dans les régions préfrontale dorsolatérale, orbitofrontale médiale, rétrospléniale, péristriée et dans un certain nombre de régions temporales et pariétales (14) . Des corrélations significatives de 0,60 ou plus ont été trouvées entre les mesures de soif autodéclarées et le métabolisme cérébral régional du glucose dans le cortex préfrontal dorsolatéral, le cervelet et le lobe temporal médial, en particulier l'amygdale. D'autres études de neuroimagerie ont reproduit une implication frontale et limbique dans le besoin de cocaïne (15 – 17) . On pourrait supposer que l'image émergente d'une implication neuronale généralisée reflète la participation d'un certain nombre de processus cognitifs et émotionnels travaillant de concert pour produire l'expérience de soif subjective.

La détermination que le besoin a été induit par l'exposition à des signaux liés à la cocaïne nécessite que certains critères soient remplis. Il a été proposé que la réponse au besoin devrait être à la fois spécifique à la population et au contenu, étant observée chez les consommateurs de cocaïne mais pas chez les sujets de comparaison naïfs à la cocaïne et en réponse aux stimuli de la cocaïne mais pas, par exemple, aux signaux liés aux opiacés (18) . Nous suggérons que la pertinence du critère spécifique au contenu dépende du choix de stimuli de comparaison. Par exemple, une augmentation de l'excitation peut être une composante du besoin de cocaïne induit par un signal. Bien qu'il puisse être raisonnable d'exiger que cette excitation ne soit pas induite par des stimuli autrement neutres (par exemple, des accessoires spécifiques aux opiacés, comme l'ont démontré Ehrman et al. [19] ), on pourrait s'attendre à une réponse similaire à d'autres stimuli d'excitation (par exemple, stimuli sexuellement évocateurs). En effet, la mesure dans laquelle la réponse neuroanatomique aux signaux de cocaïne est reflétée en réponse à d'autres stimuli évocateurs est une question ouverte qui peut éclairer certains des processus (communs) évoqués par les deux ensembles de signaux. À cette fin, la présente étude a cherché à déterminer si une réponse neuroanatomique observée chez les consommateurs de cocaïne lorsqu'ils sont exposés à des stimuli liés à la cocaïne serait unique aux consommateurs de cocaïne (c'est-à-dire non présente chez les sujets de comparaison naïfs à la cocaïne) et unique aux stimuli de la cocaïne ( c'est-à-dire non présent pour les stimuli neutres) mais peut-être partagé par des stimuli évocateurs non médicamenteux.


https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4562995/


https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2990695/


Extinction des signaux associés à la drogue et au sevrage dans les modèles animaux : pertinence pour le traitement de la dépendance

Karyn M. Myers et William A. Carlezon, Jr.

Informations complémentaires sur l'article
Résumé

Le besoin de drogue conditionné et le sevrage suscités par des signaux associés à la consommation de drogue ou au sevrage aigu sont parmi les nombreux facteurs contribuant à la prise compulsive de drogue. Comprendre comment empêcher ces signaux d'avoir ces effets est un objectif majeur de la recherche sur la toxicomanie. L'extinction est une forme d'apprentissage dans laquelle les associations entre les signaux et les événements qu'ils prédisent sont affaiblies par l'exposition aux signaux en l'absence de ces événements. Les preuves provenant de modèles animaux suggèrent que les réponses conditionnées aux signaux de drogue peuvent être éteintes, bien que la mesure dans laquelle cela se produit chez l'homme soit controversée. Les enquêtes sur les substrats neurobiologiques de l'extinction du besoin de drogue conditionné et du sevrage peuvent faciliter l'utilisation réussie de l'extinction des signaux de drogue dans des contextes cliniques. Bien que ce travail en soit encore à ses débuts, il semble que l'extinction des signaux associés à la drogue et au sevrage partage des mécanismes neuronaux avec l'extinction de la peur conditionnée. En utilisant la littérature sur l'extinction de la peur comme modèle, il est possible d'organiser les observations sur l'extinction des signaux de drogue dans un cadre cohérent.
Mots-clés : extinction, dépendance, envie, sevrage, signal associé à la drogue, signal associé au sevrage, thérapie d'exposition aux signaux, réponse conditionnée
Introduction

La toxicomanie est caractérisée comme un mode de consommation de drogue à répétition compulsive qui persiste malgré les conséquences négatives et le désir d'arrêter de consommer. Il s'agit d'un trouble complexe et multiforme qui a résisté aux solutions simples, et les thérapies actuelles sont décevantes dans la mesure où de nombreux toxicomanes ont du mal à maintenir l'abstinence.

Le besoin de drogue conditionné et le sevrage suscités par des signaux appariés à la drogue font partie des nombreux facteurs qui contribuent à l'usage compulsif de drogue. On sait que les toxicomanes réagissent à des signaux tels que la drogue, l'attirail de consommation de drogue, les personnes qui consomment de la drogue et les environnements où la drogue a été consommée, avec des rapports subjectifs d'état de manque et de sevrage ainsi que des indices physiologiques d'éveil, d'anxiété et d'inconfort ( Childress et al. , 1986 ; Ehrman et al., 1992 ; Foltin et Haney, 2000 ; Herman, 1974 ; Hugdahl et Ternes, 1981 ; O'Brien et al., 1977 ; Pomerleau et al., 1983 ; Sideroff et Jarvik, 1980 ; Wikler, 1948 ). Lorsqu'on leur demande de considérer les facteurs contribuant à la rechute, les toxicomanes identifient les signaux associés à la drogue comme étant tout aussi ou plus puissants que d'autres influences, y compris les humeurs ou les choix impulsifs ( Heather et al., 1991 ).

Comprendre comment empêcher ces signaux d'avoir ces effets est un objectif majeur de la recherche sur la toxicomanie. Dans cette revue, nous nous concentrons sur une manière d'y parvenir : l'extinction, une forme d'apprentissage dans laquelle les associations entre les signaux et les événements qu'ils prédisent sont affaiblies par l'exposition aux mêmes signaux en l'absence de ces événements. De plus en plus de preuves indiquent que le besoin de drogue conditionné et le sevrage chez les animaux peuvent être éteints par l'exposition à des signaux appariés de drogue ou de sevrage en l'absence d'administration de médicament ou de sevrage aigu. La mesure dans laquelle cela se produit chez les toxicomanes humains est moins claire, mais de nombreux laboratoires (dont le nôtre) sont engagés dans des études conçues pour identifier les mécanismes comportementaux et neurobiologiques de l'extinction des signaux associés à la drogue ou au sevrage dans l'espoir qu'une meilleure compréhension de ceux-ci faciliteront l'application réussie des procédures d'extinction dans les contextes thérapeutiques.

L'organisation de cette revue est la suivante : nous décrivons ce qui a été appris sur les caractéristiques comportementales de l'extinction des signaux associés à la drogue et au sevrage chez les animaux, les résultats des études cliniques sur l'extinction des signaux de la drogue chez l'homme et la littérature émergente sur les substrats neurobiologiques de l'extinction du besoin de drogue conditionné et du sevrage. Dans notre discussion sur l'extinction, nous nous sommes largement inspirés de la littérature sur l'extinction de la peur pour fournir un cadre dans lequel examiner la littérature relativement modeste sur l'extinction des signaux associés à la drogue et au sevrage. Pour fournir un contexte avant d'aborder ces questions, nous commençons par discuter du concept d'administration de médicaments en tant qu'épisode d'apprentissage associatif, en décrivant les paradigmes pour étudier l'acquisition et l'expression de réponses conditionnées aux signaux appariés de médicament et de sevrage chez les animaux de laboratoire, et en présentant certains des découvertes majeures sur les mécanismes neurobiologiques du besoin conditionné de drogue et du sevrage.

S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 


Répondre Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

[ Forum ] Craving - Dépression et craving du à la coke
par Sookinaa, dernier post 13 décembre 2017 à  11:06 par gaspard99
  8
[ Forum ] Craving - Cocaïne: craving vs raisonnable
par Lapignonbadant, dernier post 31 décembre 2018 à  23:55 par sky56253
  1
[ Forum ] Injecter - Coke injection craving et abstinence
par Toxicmisery1991, dernier post 02 août 2020 à  09:05 par filousky
  4
  [ PsychoWIKI ] Cocaine, effets, risques, témoignages
  [ PsychoWIKI ] Complications aiguës de l'usage de cocaïne
  [ QuizzZ ] Evaluer la gravité de votre addiction
10226 personnes ont déja passé ce quizzz !

Psychoactif en Images
Plus d'images psychoactives
En ce moment sur PsychoACTIF  
 Appel à témoignage 
Avez vous des problèmes de médecin pour votre traitement de subst...
Il y a 5jCommentaire de Faust08 (12 réponses)
 Appel à témoignage 
Avez vous deja subi une "obligation de soin" pour les drogues ?
22 septembre 2022Commentaire de VickNarobi (22 réponses)
 Forum UP ! 
Arrêt & Sevrage - Journal de bord d'un (ancien) drogué !
Il y a 13hDiscussion sans réponse depuis 12h
 Forum 
Parent - Inquiète pour les interactions médicamenteuses chez ma mère
Il y a moins d'1mn
1
Commentaire de Unposcaille dans [Familles, amoureux(eu...]
(9 réponses)
 Forum 
Besoin d'infos sur le sufentanil
Il y a 8mnCommentaire de NoRaisonToRun dans [Opiacés et opioïdes...]
(21 réponses)
 Forum 
Problèmes étranges suite à un choc septique
Il y a 12mnCommentaire de vaultindustries dans [TSO - maintenance au...]
(5 réponses)
 Forum 
Grain
Il y a 26mnCommentaire de MikeO'ryize dans [Psilocybe - Champigno...]
(2 réponses)
 Forum 
Pharmacie - Dysfonctionnement sexuel lié aux anti dépresseurs et aux autres mo...
Il y a 44mn
4
Commentaire de Mychkine dans [Conseils généraux de...]
(20 réponses)
 Forum 
3-CMC retour d'expérience après plusieurs mois de consommation
Il y a 47mn
8
Commentaire de Carawou32 dans [Cathinones et RC stim...]
(43 réponses)
 Forum 
Overdose - Info dose limite
Il y a 53mn
1
Commentaire de prescripteur dans [Oxycodone (Oxycontin)...]
(67 réponses)
 Forum 
Peganum Harmala Ou rue de Syrie
Il y a 1h
1
Commentaire de SillyCone dans [Enthéogènes...]
(10 réponses)
 Blog 
CHANTIERS TAPAJ - Venez à notre rencontre
Il y a 13mnNouveau blog de AidesCaarud37 dans [Carnet de bord]
 Blog 
Lancement du site Mixtures.info
Il y a 16hCommentaire de Patinpon dans le blog de Mixtures.info
(1 commentaires)
 Blog 
Une sonde dans la …. En passant
Il y a 17h
2
Commentaire de Morning Glory dans le blog de Kanekilife
(17 commentaires)
 
  QuizzZ 
Consommez-vous le MDMA/Ecstasy à moindre risque ?
Dernier quizzZ à 13:18
 PsychoWIKI 
Héroïne, effets, risques, témoignages
 Topic epinglé 
Neurchi 2 Psychoactif
 Nouveaux membres 
Atom, MilleSalades, Piou Piou Piou, Unmecnormaldebanlieue, ZepekMany nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.
S'identifier

Mot de passe oublié

Morceaux choisis 

 Avez vous des problèmes de médecin pour votre traitement de substitution ?
par Faust08, le 29 Sep 2022
Coucou, Témoignage venant tout droit de Belgique (env 40 min de la frontière). Je suis à la recherche de TSO (typique ou atypique) depuis fin 2019 et cherche vraiment à stabiliser ma conso depuis debut 2021. En Belgique les CSAPA n'existent pas, ce sont les hôpitaux ,les ASBL et bien plus sou...[Lire la suite]
 Avez vous des problèmes de médecin pour votre traitement de substitution ?
par cependant, le 28 Sep 2022
Salut, moi par contre je peux témoigner de quelques difficultés (difficulté accès, refus de prescription et refus de soin)...même si pour l'instant ça se passe plutôt bien ! Ça vient peut-être du fait que j'étais partie sur un TSO non officiel aussi, mais ça se révèle être un avantage...[Lire la suite]
 Avez vous des problèmes de médecin pour votre traitement de substitution ?
par Fastofle, le 22 Sep 2022
Salut Pierre, je bosse dans une structure alliant un CSAPA et un CAARUD. Nous sommes dans les Hauts de France. Nous rencontrons ces derniers temps des difficulté d'orientation vers les généralistes du secteur pour la délivrance de traitement de substitution. Il y a plusieurs facteurs. - Dépa...[Lire la suite]
Tous les morceaux choisis
Les derniers champis

honete dans [forum] Conso quotidienne crystal meth possible ?
(Il y a 12h)
bien fait dans [forum] Conso quotidienne crystal meth possible ?
(Il y a 12h)
Je plussoie ta pondération, ton objectivité et ton analyse. S.O.K dans [forum] Inquiète pour les interactions médicamenteuses chez ma mère
(Il y a 16h)
Wouaouw, le monstre ! Jamais vu ça ! / SC dans [forum] culture home made truffes
(Il y a 21h)
Un plaisir à lire les conseils et le partage de SiilyCone dans [forum] Peganum Harmala Ou rue de Syrie
(Il y a 1j)

Pied de page des forums