Big pharma Cree des psychédéliques sans effets psychédéliques / PsychoACTIF

Big pharma Cree des psychédéliques sans effets psychédéliques

Publié par ,
1329 vues, 12 réponses
zizitaupe_meilleure_bande 
Psycho junior
France
2500
Inscrit le 15 Jul 2021
301 messages
Blogs
Voici un article en anglais du nytimes d’aujourd’hui qui parle des tentatives d’enlever le côté psychédélique des psychédéliques, histoire d’en tirer des benifices synaptiques sans devoir vivre un voyage.  D’un côté c’est super d’imaginer encore plus de possibilités pour les gens touchés de troubles psychiatriques. Mais Le problème je vois dedans c’est la possible légalisation des psychédéliques sans effets récréatifs, qui mets un délai quasi permanent sur la légalisation des psychédéliques traditionnelles, un peu comme on a fait avec le CBD en France (je sais c’est pas pareil, et peut être ça ouvre la porte au thc plutôt que de la fermer, mais je suis pessimiste par rapport aux efforts à la légalisation, surtout dans ce pays qui a du retard la dessus).  Bref je suis curieux de savoir vos avis.


################

Nick Fernandez was in hell — one filled with fire and skulls and the long-legged elephants from a Salvador Dalí painting. A spirit had guided him there after his funeral; other stops on their journey included Grand Central Terminal, the top of the Empire State Building and the sewers flowing beneath New York City. Their final destination was a cave where Mr. Fernandez encountered his own body, hung up on a clothes hanger. By examining his body in this way, he was able to come to peace with all that it had been through and accept it as his own.
Mr. Fernandez was tripping on a very large dose of psilocybin, the psychoactive ingredient in magic mushrooms. He took the drug as part of a clinical trial at New York University for people dealing with anxiety and depression following a cancer diagnosis.
That study and several others have found that psychedelic drugs like psilocybin are remarkably good at alleviating symptoms of depression and anxiety — even in many people who do not respond to currently prescribed medications. They need to be taken only a few times (most clinical trials consist of two or three psychedelic sessions) instead of daily for months or years. Some experts say the therapy could be thought of as a surgery that solves a problem with a single procedure instead of a continuing treatment to manage a chronic condition.


Whether hallucinations like the ones Mr. Fernandez experienced are key to psychedelics’ effectiveness is now a question of great debate among researchers. The answer could determine whether millions of people receive much-needed treatment, and it could provide new insight into how mental health disorders are treated going forward.

Psilocybin is expected to receive approval for depression from the Food and Drug Administration by the end of the decade, possibly in the next few years. But in its current form, psychedelic therapy will only ever be available for a select few. For one thing, it is not an easy, convenient treatment to undergo. It involves several therapy sessions in addition to the full-day intensive trips, which can be physically and emotionally taxing, not to mention expensive. More concerning, recent reports have emerged of clinicians taking advantage of patients during sessions, when they are in an incredibly vulnerable state. People with a personal or family history of schizophrenia are also currently ineligible for the treatment because of concerns that tripping may exacerbate an underlying risk for psychosis.
In response to these obstacles, some scientists are working to develop molecules based on psychedelics that provide the therapeutic benefits of the drugs but without the hallucinations.
“When you consider the fact that one in five people will suffer from a neuropsychiatric disease at some point in their lifetime, we’re talking a billion people worldwide,” said David Olson, an associate professor of chemistry, biochemistry and molecular medicine at the University of California, Davis. “We need scalable treatments, and for that, I think we really need medicines that are easily administered.”
Dr. Olson and others think that psychedelics’ effects on the brain are what give them their therapeutic properties, not the trip they take people on, and that the subjective experience of the drugs can be removed while their impact on depression remains. Research conducted in rodents and petri dishes over the past few years suggests this may be possible. Several studies published by Dr. Olson and others have identified new molecules that act like psychedelics in the brain and maintain their antidepressant properties without causing rodents to hallucinate.

Other researchers are skeptical that these new compounds will work in humans. To them, the powerful emotional and mystical experiences caused by psychedelics are what lead to people’s therapeutic breakthroughs.

“To get the kinds of persisting benefits that we’re seeing, which are weeks, months, even over a year later, that would seem to suggest that there’s some kind of cognitive shift or changes to one’s meaning-making that are going on,” said David Yaden, an assistant professor of psychiatry and behavioral sciences at the Johns Hopkins Center for Psychedelic and Consciousness Research.
People participating in psychedelic studies often say the experience was among the most meaningful of their lives, on a par with the birth of a child or death of a parent. Many report feeling a sense of connectedness with the universe. “This psilocybin journey was the single most transformative experience of my life,” Mr. Fernandez wrote in a Medium post in 2018. “It forced me to reconcile with the mortality of being human. It alleviated my anxiety and gave meaning to my life.”
It is this existential catharsis and the personal insights that accompany it that Dr. Yaden and others believe are so important to people’s healing. Backing up the theory, several studies have found that the feelings of connectedness and meaningfulness and the mystical-type experiences people have during their trip correlate with their therapeutic outcomes.
Regardless of which side is right, the pursuit of an answer to how psychedelics treat depression brings scientists one step closer to understanding not only how to relieve the symptoms of mental illness, but also potentially how to remove them. That’s because the truly revolutionary vision of both psychedelic therapy and its non-psychedelic chemical cousins is to take the medications not on a daily or weekly basis, but only once or twice and potentially be healed for good. “Wouldn’t it be wonderful if we had a drug that you can take at bedtime and you woke up the next day and you were no longer depressed?” said Dr. Bryan Roth, a professor of pharmacology at the University of North Carolina, Chapel Hill, who is also working to develop non-hallucinatory psychedelic compounds.
***
Beginning in the 1960s, scientists thought that depression resulted from having low levels of the neurotransmitter serotonin in the brain, and traditional antidepressant drugs, such as selective serotonin reuptake inhibitors, worked by correcting that chemical imbalance. But there were holes in this hypothesis. Most notably, S.S.R.I.s raise serotonin levels immediately, but symptoms of depression typically don’t alleviate until several weeks after starting the medication.
A new theory emerged in the 1990s and early 2000s that depression, as well as anxiety and PTSD, may stem from the loss of synapses in the brain — the connections between neurons. Scientists discovered that people with depression have less volume in regions of the brain important for mood, executive control and feelings of reward. Chronic stress and genetics are thought to contribute to the atrophying of neurons and their connections.

It turned out that antidepressant drugs were able to regrow those lost synapses — a process known as plasticity. It’s possible that by forging new connections in the brain, people can start to change negative thought patterns and regain control over anxious or depressive impulses.

Plasticity also happens naturally, with connections growing every time you learn something new. The location and amount of plasticity will differ depending on the experience, though. Formative life events like becoming a parent and grieving a lost loved one can change the brain in significant ways. The brains of Buddhist monks and other expert meditators — people intimate with mystical experiences — undergo changes, too. There’s even research suggesting that talk therapy works in part by altering patterns of brain activity. The brain doesn’t change by a huge amount during adulthood, not as it does during childhood, when millions upon millions of neurons and synapses are grown and lost, but it’s not static.
These organic changes tend to be subtle. You don’t see long-legged elephants while you meditate, and no one thinks having a child will instantly cure your depression or get you to stop smoking — another potential therapeutic use of psychedelics. People with depression also appear to have less ability to activate plasticity naturally, so medication can be important to jump-start that process.
Like traditional antidepressants, psychedelics are thought to confer their therapeutic benefits by inducing plasticity in the brain. But they work much faster and more intensely. Ketamine, psilocybin and LSD stimulate prolific cell growth and provide psychological relief within a matter of hours. Psychedelics may be a way to amplify the neuronal changes that are possible with S.S.R.I.s or therapy or other profound human experiences, or they might act like a shortcut. Some people refer to psychedelic treatment as being like 10 years of therapy in a day.
It is this explosive property of psychedelics that scientists are trying to recreate in the new compounds. They think that by rapidly rewiring neural circuits, they can change an unhealthy brain into a healthy one.
“We’re not trying to produce the next Prozac,” Dr. Olson said. Instead, the goal is to alter the brain in such a way that it produces lasting, positive changes — changes that could look like a cure.
But some researchers caution that plasticity by itself isn’t necessarily a good thing. Putting the brain in a malleable state without proper guardrails could even cause someone’s symptoms to worsen. That concern is one reason taking psychedelics in a recreational setting is not the same as using them in combination with therapy, experts say.

“Plasticity, as defined in the dictionary, is the ability of a thing to be shaped or molded,” said Robin Carhart-Harris, a professor of neurology and psychiatry at the University of California, San Francisco. “That’s all you’re doing when you’re increasing plasticity, and you could shape someone in a bad direction. You don’t want to do that. That’s why we do psychedelic therapy.”

To Dr. Carhart-Harris, the idea that psychedelics could be beneficial not only without therapy but also without the trip is highly unlikely. “I just think it rests on flawed assumptions that you can get the plasticity effect” without an alteration in consciousness, he said. “They might create something akin to psychedelic tofu or microdosing or something that isn’t that trippy, that does a little bit of plasticity but it’s not really transformative.”
This line of thinking implies that the extreme, rapid plasticity induced by psychedelics is what causes the hallucinations, emotional changes and feelings of connectedness. If correct, it would suggest that you can’t change your brain that much that quickly without feeling it — and experiencing something extraordinary — and if you don’t feel anything, you may not have changed all that much.
Even if the new molecules are successful at decoupling the drugs’ therapeutic benefits from their existential or mystical qualities, Dr. Yaden said something will be lost by removing the psychedelic journey. And given how meaningful many people consider their trips, he said denying patients that experience could even be an ethical issue. “I struggle to find rationale for withholding such a meaningful experience,” he said, in cases where people do not have a medical or psychiatric risk.
Dr. Olson’s response is that traditional psychedelics, and all that come with them, should still be available to people who want the experience of psychedelic therapy. But he hopes that the new compounds could be a better alternative to currently available antidepressants for people who can’t or won’t undergo the full journey.
At stake in this debate is not only the intellectual question of how drugs that take you to hell and back can cure your depression, but also the future of how they are administered as medications and in what form they make it to market.
In the United States, an estimated 8.9 million adults take antidepressants to treat major depressive disorder, but for approximately 30 percent of them, the medications don’t work. If psychedelics were effective for even a fraction of these individuals, it would be an enormous boon for behavioral health, and the psychedelic industry. Already, more than 50 publicly traded companies have popped up to try to capitalize on the enthusiasm around psychedelics, transforming the drugs from a fringe movement to a billion-dollar market. And that’s without F.D.A. approval or legalization. If the effectiveness of psychedelics for depression were maintained but the hurdles and hallucinations were removed, that valuation could explode.

Several of the researchers involved on both sides have financial skin in the game, with biotech companies they’ve either founded or consult for racing to become the next psychedelic — hallucinatory or not — to gain approval from the F.D.A. (A variation of the drug ketamine was authorized for depression in 2019.)

Until then, the researchers will continue their pursuit through the incremental and uncertain work of formulation, preclinical testing and hopefully clinical trials. “I’m agnostic. I fall into the bin of ‘I don’t know.’ But it’s a hypothesis that’s worth testing,” said Dr. Roth. “There’s no definitive data for either you need a psychedelic experience or you don’t need a psychedelic experience. One can interpret the data either way, I think. What I say is, I would like to find out. And that’s what we’re trying to do.”

En ligne

 

g-rusalem 
Psycho junior
6822
Inscrit le 12 Feb 2022
327 messages
Blogs
Supprimé car traduction totale par prescripteur en dessous.

Dernière modification par g-rusalem (17 juillet 2022 à  11:32)


Blog sur les neurosciences et la pharmacologie : https://www.psychoactif.org/blogs/g-rusalem_16998/

Hors ligne

 

zizitaupe_meilleure_bande 
Psycho junior
France
2500
Inscrit le 15 Jul 2021
301 messages
Blogs
Haha oui exactement j’ai essayé de traduire avec mon portable dans google translate Mai’s il y a une limite de caractère et ça m’a fait grave chier.

En ligne

 

prescripteur 
Modérateur
10600
Inscrit le 22 Feb 2008
9894 messages
Blogs
Bonjour, avec l'extension "traduire mon site web" sous Firefox on traduit sans limite apparente. voir ci dessous. Amicalement

Nick Fernandez était en enfer - un rempli de feu et de crânes et les éléphants aux longues pattes d'une peinture de Salvador Dalí. Un esprit l'y avait guidé après ses funérailles ; les autres arrêts de leur voyage comprenaient Grand Central Terminal, le sommet de l'Empire State Building et les égouts qui coulent sous New York. Leur destination finale était une grotte où M. Fernandez a rencontré son propre corps, accroché à un cintre. En examinant son corps de cette manière, il a pu se réconcilier avec tout ce qu'il avait traversé et l'accepter comme sien.
M. Fernandez trippait sur une très forte dose de psilocybine, l'ingrédient psychoactif des champignons . Il a pris le médicament dans le cadre d'un essai clinique à l'Université de New York pour les personnes souffrant d'anxiété et de dépression suite à un diagnostic de cancer.
Cette étude et plusieurs autres ont montré que les drogues psychédéliques comme la psilocybine sont remarquablement efficaces pour soulager les symptômes de la dépression et de l'anxiété, même chez de nombreuses personnes qui ne répondent pas aux médicaments actuellement prescrits. Ils ne doivent être pris que quelques fois (la plupart des essais cliniques consistent en deux ou trois séances psychédéliques) au lieu de quotidiennement pendant des mois ou des années. Certains experts disent que la thérapie pourrait être considérée comme une intervention chirurgicale qui résout un problème avec une seule procédure au lieu d'un traitement continu pour gérer une maladie chronique.


La question de savoir si des hallucinations comme celles vécues par M. Fernandez sont la clé de l'efficacité des psychédéliques fait maintenant l'objet d'un grand débat parmi les chercheurs. La réponse pourrait déterminer si des millions de personnes reçoivent un traitement indispensable et pourrait fournir de nouvelles informations sur la manière dont les troubles de santé mentale sont traités à l'avenir.

La psilocybine devrait recevoir l'approbation pour la dépression de la Food and Drug Administration d'ici la fin de la décennie, peut-être dans les prochaines années. Mais dans sa forme actuelle, la thérapie psychédélique ne sera disponible que pour quelques privilégiés. D'une part, ce n'est pas un traitement facile et pratique à subir. Cela implique plusieurs séances de thérapie en plus des voyages intensifs d'une journée complète, qui peuvent être éprouvants physiquement et émotionnellement, sans parler de leur coût. Plus inquiétant, des rapports récents ont fait état de cliniciens profitant des patients pendant les séances, alors qu'ils sont dans un état incroyablement vulnérable. Les personnes ayant des antécédents personnels ou familiaux de schizophrénie sont également actuellement inéligibles au traitement en raison des craintes que le déclenchement puisse exacerber un risque sous-jacent de psychose.
En réponse à ces obstacles, certains scientifiques travaillent à développer des molécules à base de psychédéliques qui apportent les bienfaits thérapeutiques des drogues mais sans les hallucinations.
"Lorsque vous considérez le fait qu'une personne sur cinq souffrira d'une maladie neuropsychiatrique à un moment donné de sa vie, nous parlons d'un milliard de personnes dans le monde", a déclaré David Olson, professeur agrégé de chimie, biochimie et médecine moléculaire au Université de Californie, Davis. "Nous avons besoin de traitements évolutifs, et pour cela, je pense que nous avons vraiment besoin de médicaments faciles à administrer."
Le Dr Olson et d'autres pensent que ce sont les effets des psychédéliques sur le cerveau qui leur confèrent leurs propriétés thérapeutiques, et non le voyage qu'ils entraînent, et que l'expérience subjective des drogues peut être supprimée tant que leur impact sur la dépression demeure. Les recherches menées sur les rongeurs et les boîtes de Pétri au cours des dernières années suggèrent que cela pourrait être possible. Plusieurs études publiées par le Dr Olson et d'autres ont identifié de nouvelles molécules qui agissent comme des psychédéliques dans le cerveau et conservent leurs propriétés antidépressives sans provoquer d'hallucinations chez les rongeurs.

D'autres chercheurs sont sceptiques quant à l'efficacité de ces nouveaux composés chez l'homme. Pour eux, les puissantes expériences émotionnelles et mystiques causées par les psychédéliques sont ce qui conduit aux percées thérapeutiques des gens.

"Pour obtenir les types d'avantages persistants que nous constatons, qui sont des semaines, des mois, voire plus d'un an plus tard, cela semblerait suggérer qu'il y a une sorte de changement cognitif ou des changements dans la création de sens qui se produisent, ", a déclaré David Yaden, professeur adjoint de psychiatrie et de sciences du comportement au Johns Hopkins Center for Psychedelic and Consciousness Research.
Les personnes participant à des études psychédéliques disent souvent que l'expérience a été parmi les plus significatives de leur vie, au même titre que la naissance d'un enfant ou la mort d'un parent. Beaucoup déclarent ressentir un sentiment de connexion avec l'univers. "Ce voyage avec la psilocybine a été l'expérience la plus transformatrice de ma vie", a écrit M. Fernandez dans un article de Medium en 2018. "Cela m'a forcé à me réconcilier avec la mortalité de l'être humain. Cela a atténué mon anxiété et donné un sens à ma vie.
C'est cette catharsis existentielle et les idées personnelles qui l'accompagnent qui, selon le Dr Yaden et d'autres, sont si importantes pour la guérison des gens. À l'appui de la théorie, plusieurs études ont montré que les sentiments de connexion et de signification et les expériences de type mystique que les gens ont pendant leur voyage sont en corrélation avec leurs résultats thérapeutiques.
Quel que soit le côté qui a raison, la recherche d'une réponse à la façon dont les psychédéliques traitent la dépression rapproche les scientifiques de la compréhension non seulement de la façon de soulager les symptômes de la maladie mentale, mais aussi potentiellement de la façon de les éliminer. C'est parce que la vision vraiment révolutionnaire de la thérapie psychédélique et de ses cousins chimiques non psychédéliques est de prendre les médicaments non pas sur une base quotidienne ou hebdomadaire, mais seulement une ou deux fois et potentiellement être guéri pour de bon. "Ne serait-ce pas merveilleux si nous avions un médicament que vous pouvez prendre au coucher et que vous vous réveilliez le lendemain et que vous n'étiez plus déprimé ?" a déclaré le Dr Bryan Roth, professeur de pharmacologie à l'Université de Caroline du Nord, Chapel Hill, qui travaille également au développement de composés psychédéliques non hallucinatoires.
***
À partir des années 1960, les scientifiques pensaient que la dépression résultait d'un faible taux de sérotonine, un neurotransmetteur, dans le cerveau, et les antidépresseurs traditionnels, tels que les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine, agissaient en corrigeant ce déséquilibre chimique. Mais il y avait des trous dans cette hypothèse. Plus particulièrement, les ISRS augmentent immédiatement les niveaux de sérotonine, mais les symptômes de la dépression ne s'atténuent généralement que plusieurs semaines après le début du traitement.
Une nouvelle théorie est apparue dans les années 1990 et au début des années 2000 selon laquelle la dépression, ainsi que l'anxiété et le SSPT, pourraient provenir de la perte de synapses dans le cerveau - les connexions entre les neurones. Les scientifiques ont découvert que les personnes souffrant de dépression ont moins de volume dans les régions du cerveau importantes pour l'humeur, le contrôle exécutif et les sentiments de récompense. On pense que le stress chronique et la génétique contribuent à l'atrophie des neurones et de leurs connexions.

Il s'est avéré que les antidépresseurs étaient capables de faire repousser ces synapses perdues - un processus connu sous le nom de plasticité. Il est possible qu'en forgeant de nouvelles connexions dans le cerveau, les gens commencent à changer les schémas de pensée négatifs et à reprendre le contrôle de leurs impulsions anxieuses ou dépressives.

La plasticité se produit aussi naturellement, avec des connexions qui se développent chaque fois que vous apprenez quelque chose de nouveau. L'emplacement et la quantité de plasticité varieront cependant en fonction de l'expérience. Les événements formatifs de la vie, comme devenir parent et faire le deuil d'un être cher perdu, peuvent modifier le cerveau de manière significative. Le cerveau des moines bouddhistes et d'autres méditants experts - des personnes intimes avec des expériences mystiques - subit également des changements. Il y a même des recherches suggérant que la thérapie par la parole fonctionne en partie en modifiant les schémas d'activité cérébrale. Le cerveau ne change pas énormément à l'âge adulte, pas comme il le fait pendant l'enfance, lorsque des millions et des millions de neurones et de synapses se développent et se perdent, mais il n'est pas statique.
Ces changements organiques ont tendance à être subtils. Vous ne voyez pas d'éléphants aux longues pattes pendant que vous méditez, et personne ne pense qu'avoir un enfant guérira instantanément votre dépression ou vous fera arrêter de fumer - une autre utilisation thérapeutique potentielle des psychédéliques. Les personnes souffrant de dépression semblent également avoir moins de capacité à activer naturellement la plasticité, de sorte que les médicaments peuvent être importants pour relancer ce processus.
Comme les antidépresseurs traditionnels, on pense que les psychédéliques confèrent leurs bienfaits thérapeutiques en induisant une plasticité dans le cerveau. Mais ils travaillent beaucoup plus vite et plus intensément. La kétamine , la psilocybine et LSD stimulent la croissance cellulaire prolifique et procurent un soulagement psychologique en quelques heures. Les psychédéliques peuvent être un moyen d'amplifier les changements neuronaux possibles avec les ISRS ou la thérapie ou d'autres expériences humaines profondes, ou ils peuvent agir comme un raccourci. Certaines personnes se réfèrent au traitement psychédélique comme étant comme 10 ans de thérapie en une journée.
C'est cette propriété explosive des psychédéliques que les scientifiques tentent de recréer dans les nouveaux composés. Ils pensent qu'en recâblant rapidement les circuits neuronaux, ils peuvent transformer un cerveau malsain en un cerveau sain.
"Nous n'essayons pas de produire le prochain Prozac ", a déclaré le Dr Olson. Au lieu de cela, l'objectif est de modifier le cerveau de manière à ce qu'il produise des changements positifs et durables - des changements qui pourraient ressembler à un remède.
Mais certains chercheurs avertissent que la plasticité en elle-même n'est pas nécessairement une bonne chose. Mettre le cerveau dans un état malléable sans garde-fous appropriés pourrait même aggraver les symptômes de quelqu'un. Cette préoccupation est l'une des raisons pour lesquelles prendre des psychédéliques dans un cadre récréatif n'est pas la même chose que de les utiliser en combinaison avec une thérapie, disent les experts.

"La plasticité, telle que définie dans le dictionnaire, est la capacité d'une chose à être façonnée ou moulée", a déclaré Robin Carhart-Harris, professeur de neurologie et de psychiatrie à l'Université de Californie à San Francisco. « C'est tout ce que vous faites lorsque vous augmentez la plasticité, et vous pourriez façonner quelqu'un dans une mauvaise direction. Vous ne voulez pas faire ça. C'est pourquoi nous faisons de la thérapie psychédélique.

Pour le Dr Carhart-Harris, l'idée que les psychédéliques pourraient être bénéfiques non seulement sans thérapie mais aussi sans voyage est hautement improbable. "Je pense simplement que cela repose sur des hypothèses erronées selon lesquelles vous pouvez obtenir l'effet de plasticité" sans altération de la conscience, a-t-il déclaré. "Ils pourraient créer quelque chose qui ressemble au tofu psychédélique ou au microdosage ou quelque chose qui n'est pas si trippant, qui fait un peu de plasticité mais ce n'est pas vraiment transformateur."
Cette ligne de pensée implique que la plasticité extrême et rapide induite par les psychédéliques est ce qui cause les hallucinations, les changements émotionnels et les sentiments de connexion. Si c'est correct, cela suggérerait que vous ne pouvez pas changer votre cerveau aussi rapidement sans le ressentir - et vivre quelque chose d'extraordinaire - et si vous ne ressentez rien, vous n'avez peut-être pas tellement changé.
Même si les nouvelles molécules réussissent à dissocier les avantages thérapeutiques des médicaments de leurs qualités existentielles ou mystiques, le Dr Yaden a déclaré que quelque chose serait perdu en supprimant le voyage psychédélique. Et étant donné à quel point de nombreuses personnes considèrent leurs voyages comme significatifs, il a déclaré que refuser aux patients cette expérience pourrait même être un problème éthique. "J'ai du mal à trouver une justification pour refuser une expérience aussi significative", a-t-il déclaré, dans les cas où les personnes n'ont pas de risque médical ou psychiatrique.
La réponse du Dr Olson est que les psychédéliques traditionnels, et tout ce qui les accompagne, devraient toujours être disponibles pour les personnes qui souhaitent vivre l'expérience d'une thérapie psychédélique. Mais il espère que les nouveaux composés pourraient être une meilleure alternative aux antidépresseurs actuellement disponibles pour les personnes qui ne peuvent pas ou ne veulent pas subir le voyage complet.
L'enjeu de ce débat n'est pas seulement la question intellectuelle de savoir comment les médicaments qui vous emmènent en enfer et en arrière peuvent guérir votre dépression, mais aussi l'avenir de la façon dont ils sont administrés en tant que médicaments et sous quelle forme ils arrivent sur le marché.
Aux États-Unis, on estime que 8,9 millions d'adultes prennent des antidépresseurs pour traiter un trouble dépressif majeur, mais pour environ 30 % d'entre eux, les médicaments ne fonctionnent pas. Si les psychédéliques étaient efficaces ne serait-ce que pour une fraction de ces personnes, ce serait une énorme aubaine pour la santé comportementale et l'industrie psychédélique. Déjà, plus de 50 sociétés cotées en bourse ont vu le jour pour tenter de capitaliser sur l'enthousiasme autour des psychédéliques, transformant les drogues d'un mouvement marginal en un marché d'un milliard de dollars. Et c'est sans l'approbation ou la légalisation de la FDA. Si l'efficacité des psychédéliques pour la dépression était maintenue mais que les obstacles et les hallucinations étaient supprimés, cette évaluation pourrait exploser.

Plusieurs des chercheurs impliqués des deux côtés ont la peau financière dans le jeu, avec des sociétés de biotechnologie qu'ils ont fondées ou consultées pour que la course devienne le prochain psychédélique - hallucinatoire ou non - à obtenir l'approbation de la FDA (une variante du médicament kétamine a été autorisé pour dépression en 2019.)

Jusque-là, les chercheurs poursuivront leur quête à travers le travail progressif et incertain de formulation, de tests précliniques et, espérons-le, d'essais cliniques. « Je suis agnostique. Je tombe dans la poubelle des "je ne sais pas". Mais c'est une hypothèse qui mérite d'être testée », a déclaré le Dr Roth. "Il n'y a pas de données définitives pour savoir si vous avez besoin d'une expérience psychédélique ou si vous n'avez pas besoin d'une expérience psychédélique. On peut interpréter les données dans les deux sens, je pense. Ce que je dis, c'est que j'aimerais savoir. Et c'est ce que nous essayons de faire. »

S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

prescripteur 
Modérateur
10600
Inscrit le 22 Feb 2008
9894 messages
Blogs
Bonjour, je retiens particulièrement le dernier paragraphe

Jusque-là, les chercheurs poursuivront leur quête à travers le travail progressif et incertain de formulation, de tests précliniques et, espérons-le, d'essais cliniques. « Je suis agnostique. Je tombe dans la poubelle des "je ne sais pas". Mais c'est une hypothèse qui mérite d'être testée », a déclaré le Dr Roth. "Il n'y a pas de données définitives pour savoir si vous avez besoin d'une expérience psychédélique ou si vous n'avez pas besoin d'une expérience psychédélique. On peut interpréter les données dans les deux sens, je pense. Ce que je dis, c'est que j'aimerais savoir. Et c'est ce que nous essayons de faire. »

Mais en attendant de savoir quelques remarques.

Plusieurs experimentations montrent que les psychedeliques creent une "libération" du réseau du mode par défaut. Le réseau par défaut est (je simplifie ou divague donc corrigez moi) en quelque sorte le sillon que nous avons creusé dans notre vie psychique et avec lequel nous tournons en rond. Les psychedeliques permettraient de sortir de ce sillon, ce qui peut etre une expérience positive mais aussi négative.

https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9se … %C3%A9faut

C'est potentiellement la base neurologique du soi17,18, puisqu'il est associé au traitement des souvenirs autobiographiques, est activé quand l'individu a des pensées centrées sur lui-même ou pense à son propre état émotionnel, se souvient du passé ou planifie l'avenir5,19. Cependant, une forte activité du réseau par défaut est corrélée à des sentiments négatifs, comme de la rumination et l'inquiétude pour l'avenir1

Les statistiques présentées au début de l'article montrent le poids écrasant des maladies psychiques.  Pourtant les pouvoirs publics un peu partout dans le monde ne soutiennent ni la recherche pharmacologique "avancée" (ie les produits potentiellement efficaces mais illégaux ou "non officiels") ni la recherche non pharmacologique. A l'école il y a 10 à 100 fois plus de cours sur les connaissances que sur l'art du bien être psychique (acquisition des "habiletés sociales").
Avez vous vu dans un programme politique la proposition d'une grande action collective contre la maladie psychique, autre qu'augmenter les places d'hopital psychiatrique ?
Et pourtant les chiffres montrent que c'est un probleme bien plus grave que beaucoup de ceux qui sont abordés dans les campagnes electorales. On a l'impression que, pour les politiques, c'est une fatalité et qu'ils n'y peuvent rien.
Mais cet article montre que l'obstacle principal est la masse des préjugés sur les "psychoactifs" , restreignant l'usage à ceux qui ne sont ni agreables, ni hedonistes, ni "libérateurs". (et la pharmacologie "officielle" ne nous déçoit pas sur ce manque de qualités).

Amicalement

Dernière modification par prescripteur (17 juillet 2022 à  11:15)


S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

g-rusalem 
Psycho junior
6822
Inscrit le 12 Feb 2022
327 messages
Blogs

Merci Prescripteur même sans utiliser deepl, la traduction est de qualité.

Donc pour résumer :

- La neuroplasiticité induite par les psychédéliques serait la cause de leurs effets positifs sur la dépression et d'autres pathologies. À ça, je dois préciser qu'ils produisent une neuroplasticité dans des aires spécifiques. La coke produit aussi une neuroplasticité, mais délétère, ce qui crée l'addiction et ses comportements compulsifs.

- En partant du principe qu'on provoque une neuroplasticité au bon endroit, les psychédéliques sont très neutres dans leur façon de faire. Il faut orienter le coup de reset si je puis dire, avec de la thérapie pour maximiser l'effet positif pour l'individu.

- Olson est le chercheur qui est arrivé avec cette idée de "psychoplastogène", molécule aux propriétés voisines des psychédéliques sans les hallucinations.

Personnellement, j'ai l'impression qu'avec ce genre d'idées opposées (1. On peut avoir tous les effets positifs des psychédéliques sans le trip, 2. Il faut absolument le trip pour avoir un effet positif des psychédéliques), la réalité doit se situer un peu entre les 2. Ça serait génial qu'on ait une grande part de l'effet positif des psychédéliques sans le trip. Mais une énorme remise en question, se confronter à un traumatisme profondément défendu, ça doit forcément être facilité par une expérience puissance qui ne laisse pas d'autre choix que de se confronter à ce qui remonte de l'inconscient.

J'ai un peu l'impression avec ça que les psychoplastogènes ce seront des molécules complémentaires et très utiles, plus accessibles. Anecdotiquement, j'ai trouvé utile la prise de microdosage de champignon avant d'aller en séance de psychothérapie EMDR. Je conçois facilement la prise de psychoplastogène comme catalyseur d'une psychothérapie. Mais ça ne remplacera peut-être pas les "vrais" hallucinogènes et l'expérience spirituelle intense qui peut en découler.

Après, je dois avouer être très intéressé par cette recherche, car là, on va très probablement mieux comprendre l'expérience psychédélique. Par exemple, le 3-meo-DMT est décris comme très peu visuel, mais personne ne remettra en cause sa capacité hallucinogène et transformatrice, ce qui pose la question de l'utilité du visuel pour un trip. Si on fait le parallèle avec les pratiques méditatives, il y a des méditations de visualisation, des méditations de mantras (ou l'on répète des sons/mots), des méditations silencieuses, et toutes ces méditations ont la capacité de transformer profondément le cerveau. Peut-être que plus que la manière de provoquer la neuroplasticité, qu'importe la manière, l'effet thérapeutique arrive lorsqu'on la provoque. Peut-être que l'expérience spirituelle, c'est le boost de neuroplasticité le plus intense qu'on puisse provoquer, à tous les niveaux, ce qui en fait la manière la plus radicale et potentiellement positive de procéder...



Plusieurs experimentations montrent que les psychedeliques creent une "libération" du réseau du mode par défaut. Le réseau par défaut est (je simplifie ou divague donc corrigez moi) en quelque sorte le sillon que nous avons creusé dans notre vie psychique et avec lequel nous tournons en rond. Les psychedeliques permettraient de sortir de ce sillon, ce qui peut etre une expérience positive mais aussi négative.

J'ai la même conception même si je suis pas spécialiste. Le réseau par défaut qui donne le sens du soi, et qui s'accompagne de toutes nos ruminations. L'idée que les psychédéliques provoquent leur effet positif en affaiblissant ce réseau, me convainc encore plus de l'utilité de la méditation qui cible ces mêmes réseaux neuronaux. A quand une prévention non pharmacologique de la pathologie mentale avec des cours de méditation à l'école ? C'est toujours plus efficace de prévenir que de guérir après coup.



Ici par exemple : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6137697/

Ces dernières années, l'étude scientifique de la méditation et des drogues psychédéliques a connu des développements remarquables. L'attention accrue portée à la méditation dans les neurosciences cognitives a conduit à une classification transculturelle des styles de méditation standard validée par des données neuroanatomiques fonctionnelles et structurelles. Parallèlement, la renaissance de la recherche sur les psychédéliques a mis en lumière la neurophysiologie des états modifiés de conscience induits par les psychédéliques classiques, tels que la psilocybine et le LSD, dont les effets sont principalement médiés par l'agonisme des récepteurs de la sérotonine. Peu de tentatives ont été faites pour établir un lien entre ces deux domaines de recherche, malgré des preuves intrigantes de chevauchement entre la phénoménologie et la neurophysiologie de la pratique de la méditation et des états psychédéliques. En particulier, de nombreuses traditions contemplatives visent explicitement à dissoudre le sens du moi en provoquant des états modifiés de conscience par la méditation, tandis que les psychédéliques classiques sont connus pour produire des perturbations significatives de la conscience de soi, un phénomène connu sous le nom de dissolution du moi induite par la drogue. Dans cet article, nous discutons des preuves disponibles concernant les convergences et les différences entre les données phénoménologiques et neurophysiologiques sur la pratique de la méditation et les états induits par les drogues psychédéliques, avec un accent particulier sur les altérations de l'expérience de soi. Si la méditation et les psychédéliques peuvent tous deux perturber la conscience de soi et les processus neuronaux sous-jacents, nous soulignons que ni la méditation ni les états psychédéliques ne peuvent être conçus comme des catégories simples et uniformes. De plus, nous suggérons qu'il existe des différences phénoménologiques importantes même entre les états conscients décrits comme des expériences de perte de soi. En conséquence, nous proposons que la conscience de soi soit mieux interprétée comme une construction multidimensionnelle, et que la " perte de soi ", loin d'être un phénomène univoque, puisse prendre plusieurs formes. En effet, divers aspects de la conscience de soi, y compris les aspects narratifs liés à la mémoire autobiographique, les pensées liées au soi et le voyage dans le temps mental, et les aspects incarnés ancrés dans les processus multisensoriels, peuvent être affectés différemment par les psychédéliques et les pratiques de méditation...

Dernière modification par g-rusalem (17 juillet 2022 à  11:49)


Blog sur les neurosciences et la pharmacologie : https://www.psychoactif.org/blogs/g-rusalem_16998/

Hors ligne

 

prescripteur 
Modérateur
10600
Inscrit le 22 Feb 2008
9894 messages
Blogs
Oui c'est un sujet passionnant,  probablement potentiellement plus productif comme exploration que celle de la Lune. Amicalement

Dernière modification par prescripteur (17 juillet 2022 à  13:49)


S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

meumeuh
Modérateur
5300
Inscrit le 21 Nov 2017
3818 messages
Blogs
Je suis bien d'accord c'est on peut plus passionnant...
Merci ZZ , 4sharing wink

KeepCalm&SmokeCrack
Effets indésirables,
inattendus? ⤵️
AnalyseTonProd avec PA.org et Sintes

Hors ligne

 

prescripteur 
Modérateur
10600
Inscrit le 22 Feb 2008
9894 messages
Blogs
Bonjour, c'est en effet une différence fondamentale entre la pensée occidentale et  la pensée orientale. Dans la pensée occidentale il faut en principe s'affirmer, être fort, renforcer son moi. voir toutes les publications de developpement personnel sur ce sujet.
Avec l'inconvénient qu'on "passe en force" quand on y arrive et qu'on souffre quand on n'y arrive pas.
Au contraire, dans les philosophies orientales (mais pas forcément dans le vie publique) il est important de  dissoudre le moi, de le relativiser. Voir l'image de la vague dans l'océan, qui pense qu'elle est "quelqu'un", alors que ce n'est qu'une vague, qui va disparaitre ou se transformer.

Evidemment chacun choisira ce qui lui convient mais je crois qu'il est important de connaitre les deux voies, de mesurer leurs avantages et inconvénients, avant de choisir.

Personnellement je suis adepte de la vision de l'homme (homo sapiens)  comme animal social, reussissant parce qu'il s'entraide, contre les predateurs violents (fauves, hommes de pouvoir,  et peut etre homme de neandertal). Dans cette optique la modération du moi est un facteur de progrès.

Je recommande vivement la lecture de humanité

https://toutelaculture.com/livres/essai … isounours/

https://aca.nexia.fr/fichier/61e041c484 … imiste.pdf

Nul doute que cet extrait, s'il était lu par tous les humains améliorerait le sort des "drogués"

Le meilleur remède contre la haine, le racisme
et les préjugés
Comment réconcilier des ennemis jurés ? Nelson Mandela
a compris plus que tout autre la force de la rencontre.
Toute sa vie, Gordon Allport s’est demandé d’où viennent
les préjugés et comment les combattre. Il a trouvé un
remède miracle, le contact ! L’apartheid n’était pas la
solution mais la cause de tous les problèmes en Afrique
du Sud. L’hypothèse du contact est simple. Si les noirs et
les blancs se rencontraient, ils apprendraient à se connaître
et connaître, c’est aimer. En 2006, Thomas Pettigrew,
son élève, présenta une étude titanesque montrant que
le contact amène à davantage de confiance, de fraternité
et d’entraide. Cela aide à voir le monde avec les yeux
d’autrui et nous transforme en tant que personne, nous
commençons à remettre en question nos propres préjugés.
Ce qui ressort aussi de ces études, c’est qu’une seule
expérience négative est ressentie plus fortement qu’une
main tendue. Il faut du temps pour s’habituer à l’autre. Vivre
avec des étrangers s’apprend, de préférence dès le plus
jeune âge. Cela ne veut pas dire que nous ne pouvons pas
être nous-mêmes. Au contraire, on ne peut se débarrasser
de ses préjugés que si l’on conserve son identité.



Amicalement

Dernière modification par prescripteur (18 juillet 2022 à  10:55)


S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

Mister No 
Pussy time
2900
Inscrit le 04 Aug 2014
8124 messages
Je me méfie des effets secondaires et ou des effets d'annonce.

Big pharma a fait tourner en masses des opioides qui ne provoquaient soit disant pas de dépendance.

Certains cannabinoides sans effets d'ivresse testés se sont accompagnés de mort durant les essais cliniques.

Big pharma à créé des coupes faim sans les effets des amphétamines, médiator et molécules coupe faim à la mode dans les années 80.

A chaque fois, des incidents à minimum (cannabinoides) et pour les opioides, chute de l espérance de vie aux states...
Je ne parle pas du scandale du médiator.

D'ailleurs certains acteurs de la HAS virés post scandale du médiator reviennent sur le devant de la scène pour vacciner à tout prix nos enfants contre la COVID.

Bien entendu ce serait un immense progres si des molécules pouvaient avoir des effets thérapeutiques sans effets psychédéliques ou si on pouvait de ce fait pousser le potentiel thérapeutique par une utilisation quotidienne par exemple.

Mais laisser big pharma aux manettes, c'est comme nommer un pédophile récidiviste pour diriger la colonie de vacances.

Peu de petits ou d'indépendants pourront engager des recherches, des études cliniques, mais une place existe là où les psychédéliques sont ou seront légalisés ou défaut dépénalisés.

Dernière modification par Mister No (18 juillet 2022 à  22:12)


Just say no prohibition !

Hors ligne

 

g-rusalem 
Psycho junior
6822
Inscrit le 12 Feb 2022
327 messages
Blogs

Je me méfie des effets secondaires et ou des effets d'annonce.

Tu as raison, et il y a des questions importantes auquel il faut répondre. Tu cites le médiator très justement, je pense notamment au risque de cardiotoxicité créé par tout ce qui active les récepteurs 5HT2B (présents aussi dans le cœur), ce qui comprend aussi bien évidemment les hallucinogènes sérotoninergiques. Il y a une énorme culture du microdosage qui s'est répandue, ça serait dommage qu'une flambée des cas de valvulopathies suive. Mais si la recherche reprends, alors on va surement régler ces interrogations. Moi, je suis hyper confiant et enthousiaste et je pressent que ça peut créer une révolution en psychiatrie. Mais il y a des questions précisent auquel on doit être en mesure de répondre.

Dernière modification par g-rusalem (18 juillet 2022 à  22:08)


Blog sur les neurosciences et la pharmacologie : https://www.psychoactif.org/blogs/g-rusalem_16998/

Hors ligne

 

zizitaupe_meilleure_bande 
Psycho junior
France
2500
Inscrit le 15 Jul 2021
301 messages
Blogs
J’ai entendu récemment sur un podcast que l’intérêt porté sur les psychés aujourd’hui et surtout car on n’a pas beaucoup d’autres options, ayant épuisé les capacités des SSRI etc. Qu’en gros il n’y a pas énormément de classes de pharmaceutiques, et que tout a déjà été inventé, et que maintenant on cherche à réutiliser les drogues qu’on a pour traiter les maladies auxquelles elles n’étaient pas forcément destinées à la base (sauf que dans le cas des psychédéliques c’est surtout la légalité qui les a empêché de devenir courant comme traitement).  Je sais pas ce que ça vaut, ce renseignement, à quel point c’est grossier/fait pour les lambdas comme moi sans connaissance chimique qui écoutent des podcasts.

En ligne

 

g-rusalem 
Psycho junior
6822
Inscrit le 12 Feb 2022
327 messages
Blogs

J’ai entendu récemment sur un podcast que l’intérêt porté sur les psychés aujourd’hui et surtout car on n’a pas beaucoup d’autres options, ayant épuisé les capacités des SSRI etc. Qu’en gros il n’y a pas énormément de classes de pharmaceutiques, et que tout a déjà été inventé, et que maintenant on cherche à réutiliser les drogues qu’on a pour traiter les maladies auxquelles elles n’étaient pas forcément destinées à la base (sauf que dans le cas des psychédéliques c’est surtout la légalité qui les a empêché de devenir courant comme traitement).  Je sais pas ce que ça vaut, ce renseignement, à quel point c’est grossier/fait pour les lambdas comme moi sans connaissance chimique qui écoutent des podcasts.

En recherche pharma, ça coûte plusieurs milliards de sortir un médicament. Et on commence à avoir des médicaments pour un paquet de cibles biologiques. Du coup, réétudier les propriétés d'un médicament qui a déjà une autorisation de mise sur le marché, et lui trouver une autre utilité, ça réduit les coups de recherche de façon drastique : Il n'y a pas besoin de repasser par tous les tests de sureté du médicament. Ca s'appelle le "repurposing".

La kétamine pour la dépression est un bon exemple de repurposing. Le médoc était déjà utilisé couramment en anesthésie, il a juste fallu qu'on évalue son effet antidépresseur et hop, une nouvelle utilisation !

Après, je pense que la reprise au niveau de la recherche sur les psychédéliques, ça va bien plus loin que du simple repurposing, comme tu le dis toi-même. On passe de drogues qui étaient illégales et officiellement sans aucunes propriétés thérapeutiques, à une recherche de leurs propriétés thérapeutiques. Et en tant que mécanisme d'action, ils sont totalement uniques par rapport à tous les médicaments actuels disponibles sur le marché. Il y a donc théoriquement à la clef une révolution en termes de traitement médicamenteux de certaines pathologies mentales. Mais ce n'est pas des médicaments comme des autres que tu dropes 3x par jour. C'est plutôt une grosse prise unique (thérapie psychédélique), ou des petites prises répétées (thérapie psycholytique) même peut-être microdosage ou découverte de molécules non psychédéliques ayant les mêmes propriétés sur la neuroplasticité (psychoplastogènes). Ça nécessite un suivi psychologique, ça va bouleverser la psychiatre (en tout cas je l'espère dans le bon sens).


Blog sur les neurosciences et la pharmacologie : https://www.psychoactif.org/blogs/g-rusalem_16998/

Hors ligne

 

  • Psychoactif
  •  » Forums 
  •  » Actualités
  •  » Big pharma Cree des psychédéliques sans effets psychédéliques

Répondre Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

[ Forum ] Medicament - L'Obs parle des psychedeliques
par prescripteur, dernier post 26 mai 2021 à  23:25 par Lise-Ergique
  2
[ Forum ] Infos psychédéliques
par melville.duras, dernier post 17 novembre 2017 à  09:37 par krash
  3
[ Forum ] Agenda - Wébinaire - Autisme et psychédéliques
par Zoë.D, dernier post 19 avril 2021 à  08:27 par Zoë.D
  7

Psychoactif en Images
Plus d'images psychoactives
En ce moment sur PsychoACTIF  
 Appel à témoignage 
Avez vous des problèmes de médecin pour votre traitement de subst...
Il y a 7jCommentaire de Faust08 (12 réponses)
 Appel à témoignage 
Avez vous deja subi une "obligation de soin" pour les drogues ?
22 septembre 2022Commentaire de VickNarobi (22 réponses)
 Forum UP ! 
(TR) Première fois Salvia
Il y a 1jDiscussion sans réponse depuis 12h
 Forum UP ! 
Conduite et drogues - Contre expertise test sanguin cocaïne
Il y a 1jDiscussion sans réponse depuis 12h
 Forum 
Cuisiner la Kétamine - Ketamine en paillete
Il y a 33mnNouvelle discussion de guizguiz84 dans [Kétamine et PCP...]
 Forum 
Moisissure/Contamination - Soupçon de conta au dactylium
Il y a 3hCommentaire de Hazema dans [Psilocybe - Champigno...]
(2 réponses)
 Forum 
Overdose - Urgence
Il y a 4hNouvelle discussion de AIIchiro4 dans [Heroïne...]
 Forum 
Actualité - Diabolisation du crack par des medias
Il y a 4hCommentaire de Amevagabonde dans [Cocaïne-Crack...]
(5 réponses)
 Forum 
Addiction - Marre de cet enfer en vie
Il y a 5h
1
Commentaire de meumeuh dans [Cocaïne-Crack...]
(13 réponses)
 Forum 
Sniffer - Envie de tester la coke
Il y a 5h
1
Commentaire de meumeuh dans [Cocaïne-Crack...]
(31 réponses)
 Forum 
Micro-dosage - Sevrage Anti-dépresseur / Psylocibine
Il y a 5hCommentaire de Virgilopsis dans [Psilocybe - Champigno...]
(14 réponses)
 Forum 
Micro-dosage - Heroine Methadone et psilocybine
Il y a 6h
2
Commentaire de Virgilopsis dans [Psilocybe - Champigno...]
(18 réponses)
 Blog 
CHANTIERS TAPAJ - Venez à notre rencontre
Il y a 12h
1
Commentaire de cependant dans le blog de AidesCaarud37
(2 commentaires)
 Blog 
Un plan cul et un plan fourniture... après plus d'un an....
Il y a 19hNouveau blog de ralph69 dans [Carnet de bord]
 
  QuizzZ 
Evaluer la gravité de votre addiction
Dernier quizzZ à 04:13
 PsychoWIKI 
Héroïne, effets, risques, témoignages
 Topic epinglé 
Neurchi 2 Psychoactif
 Nouveaux membres 
Atom, Darkstyle20, MilleSalades, PaulB, Piou Piou Piou nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.
S'identifier

Mot de passe oublié

Morceaux choisis 

 Marre de cet enfer en vie
par prescripteur, le 01 Sep 2022
Bonjour, comme je le dis dans un autre post, la meilleure alternative à consommer n'est pas ne pas consommer (si on n'y arrive pas bien sûr) mais comment consommer ?, notamment en se faisant un programme de dose, timing etc. et en s'y tenant, si possible. En reprenant le pouvoir sur ta consommati...[Lire la suite]
 Méthadone mon amour
par Toxicmisery1991, le 04 Oct 2022
Bonjour messieurs mesdames... Je suis un ancien toxicomane qui prenait énormément de cocaïne en shoot ainsi que pas mal de subutex ( qui ne faisais vraiment plus grand chose ) Ça fait longtemps que je prends plus rien enfin prèsque ...je m'explique.. J'ai commencé un traitement méthadone il y...[Lire la suite]
 CHANTIERS TAPAJ - Venez à notre rencontre
par AidesCaarud37, le 04 Oct 2022
Le dispositif TAPAJ Tours propose quelques chantiers au mois d'Octobre : Public cible : consommateur-trices entre 18 et 25 ans, en situation de précarité (ou errance). Nous avons 4 chantiers de 4 heures à proposer et d'autres à venir ! Les Tapajeurs sont déclarés et obtiennent un contrat...[Lire la suite]
Tous les morceaux choisis
Les derniers champis

Texte mis dans les morceaux choisis de Psychoactif. (meumeuh) dans [forum] Marre de cet enfer en vie
(Il y a 5h)
merci pour l'info dans [blog] CHANTIERS TAPAJ - Venez à notre rencontre
(Il y a 5h)
j'approuve - MM dans [forum] Comment se refaire une santé ??
(Il y a 5h)
C'est le dosage qui fait le poison de toute facon - Empyrée dans [forum] thérapie: DMT ou 5-MeO-DMT ???
(Il y a 7h)
Старайтесь писать разборчиво и понятно. Спасибо. Нить dans [forum] Marre de cet enfer en vie
(Il y a 14h)

Pied de page des forums