Depression, comment marche le microdosage

Publié par ,
3487 vues, 18 réponses
Optinim femme
Nouveau membre
champi vert0champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 20 Sep 2022
3 messages
Salut,
Je suis un mec de 20 ans perdu dans sa vie,
Depressif modéré depuis 6 ans au moins.

J'en ai trop marre, jai déjà fait une ts et je veux aller mieux. Je ne ressens aucune joie, je suis coincé du cul et jai ZERO pote.

Question 1. Le microdosage ça comporte quel risque ?

2. Cest détectable dans le sang ? (Ça empire a long terme ?)

3. Je vis chez ma mère, c'est pas à mettre au congélateur (jdois etre discret) ?

4. Quel prix au mois ? (Jai vu pas mal de sites avec des prix mini à 200e)

5. Pour les etudes ca aide ???

Je vous remercie si vous repondez ne serait-ce qu'a la 3 et 4.

Jen ai trop marre

Hors ligne

 

Optinim femme
Nouveau membre
champi vert0champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 20 Sep 2022
3 messages
Jaimerai savoir aussi quand je commande si je dois mettre mon vraie nom (bureau de poste) je veux pas envoyer ca chez mes parents

Hors ligne

 

Nitupzar homme
Psycho junior
France
champi vert4champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 03 Aug 2020
322 messages
Hello,

Je ne suis pas un spécialiste du micro-dosing car perso je macro-dose plutôt on va dire donc je laisse d'autres personnes me compléter ou me contredire, mais je te donne déjà des éléments.

Déjà, je suis désolé de ta situation. Dans un cas de dépression aussi sérieux il faut être conscient que le LSD en micro (ou à plus haute dose) n'est pas forcément un produit miracle, il y a des témoignages de gens que ça a aidé et ça peut être un outil puissant, mais il faut quand même prendre un peu ça avec des pincettes. Si c'est ton choix de partir là dessus je n'ai pas de légitimité ou de volonté à te décourager, je me permets juste de te dire de faire gaffe et que si ça n'est pas le cas il serait peut être bénéfique de consulter un professionnel.

Par rapport à tes questions :

1. Le micro-dosing c'est a priori très peu risqué car le principe de la micro-dose est d'être sous le seuil d'effet donc normalement pas d'hallu visuelle ou mentale, pas de bodyload, pas de changement drastique du comportement. A un niveau purement médical je n'ai pas connaissances de problèmes particuliers avec le produit surtout à des doses aussi basses. Y'a surement moyen de trouver des témoignages de pratiquants d'assez longue date.

2. Détectable dans le sang ? Je ne veux pas dire de connerie donc je parle sous réserve, mais je crois pas que le LSD fasse partie des substances recherchées dans la plupart des contrôles et les doses en micro sont vraiment infimes. Sur la durée encore une fois je ne veux pas dire de connerie, mais je pense que c'est métabolisé / éliminé assez vite surtout si t'as un rythme de prise tous les 3-4 jours voire plus par ex.

3. Le congélateur c'est conseillé surtout pour le moyen/long terme donc ça dépend de ton stock et de ton rythme de prise. Mais normalement juste dans un truc hermétique, à l'abri de la lumière, de la chaleur ça se conserve bien même plusieurs mois.

4. Je ne sais pas trop où tu veux commander, mais ça me semble énorme 200€/mois. Perso j'achète mon LSD sur le Dark Web et ça me coûte moins de 100€ (je fais même pas gaffe, je dirais plus autour de 70-80 avec les commissions sur les crypto) pour 10 buvards de 200+μg. Pour micro-doser il vaudrait mieux moins fort pour diviser plus facilement, mais le prix reste globalement le même au microgramme. Si tu vises 10μg tous les 3-4 jours par ex t'es loin de 200€ par mois je pense.

5. Pas plus ou moins que le reste je pense. Encore une fois je ne micro-dose pas donc j'ai un avis a priori de ce que j'ai lu et compris du truc. Pour moi le micro-dosing c'est potentiellement au moins 50% d'effet placebo ou de positive attitude. Les témoignages que je lis j'ai l'impression que c'est surtout des gens qui ont envie de changer leurs habitudes et leur façon de vivre leur vie. Ils ne prennent pas du LSD en micro-dose juste comme un médicament en croisant les doigts pour que ça marche, mais prennent ça dans le cadre d'autres changements qu'ils mettent en place autour de leurs routines quotidiennes, de leur façon de voir les choses... Peut être que le LSD en micro peut marcher comme (voire mieux) qu'un anti-dépressif lambda, mais je pense qu'il faut d'autant plus l'intégrer à un espèce de reboot personnel avec un ensemble d'autres mesures positives.

6. Je ne sais pas trop comment ça marche pour recevoir à La Poste, j'imagine qu'il est possible qu'ils demandent une vérification d'identité pour recevoir ton courrier ou ouvrir une boite postale et qu'il faille donc que ça soit à ton vrai nom. Par contre si tu ne reçois comme ça que ton LSD et si en plus il vient de l'étranger y'a peut être moyen que ça soit un poil plus suspect que du courrier à la maison. Je pense que le risque est limité d'être intercepté et encore plus d'avoir de vrais ennuis judiciaires derrière, mais c'est pas un risque 0 non plus.

Bon courage !

Hors ligne

 

Nitupzar homme
Psycho junior
France
champi vert4champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 03 Aug 2020
322 messages
Arf j'arrive pas à éditer mon message...

Juste pour rajouter par rapport au point 1. de quand même surveiller que t'aies pas de descente désagréable, perso c'est rare à haute dose, mais on sait jamais et ce genre de choses peut pas mal varier d'une personne à une autre.

Hors ligne

 

Optinim femme
Nouveau membre
champi vert0champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 20 Sep 2022
3 messages
Merci beaucoup d'avoir pris le temps d'écrire ton message :)
Jy vois plus claire

Hors ligne

 

Litospheric homme
Le voyageur
France
champi vert0champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 11 Sep 2019
109 messages
Salut Optinim,

Pour moi la vrai force des thérapies psychedelic c'est le voyage. Ce n'est pas le "médicament" en soit qui te soigner ou t'aider a aller mieux, mais le voyage/ l'expérience que tu vas vivre.

Le microdosage n'a que peu d'intérêt pour un nouveau départ, tu ne ressentira pas ou peu le changement.
Le macro par contre va t'enmener dans un plan de conscience élargi, différent, il va mettre en lumière beaucoup de choses dont tu n'as pas accès dans ton quotidien, des choses enlisé dans ton passé, des choses que tu ne soupçonne pas.

Ce sont ces changements de prisme qui peuvent changer ton comportement, ta vision du monde, de toi, des autres.

Une chose primordial pour arriver à ces changements c'est l'intention et l'intégration du trip. Tu vas avoir besoin d'en discuter, de comprendre ce qui tu aura vécu.
Ça prends du temps mais les enjeux positifs sont immenses.

Fais ça correctement, ne te précipite pas, il y a sur le forum beaucoup de conseil sur comment géré ce premier voyage si c'est ce que tu fais.

Bon courage l'ami !

Les psychédéliques, c'est comme regarder dans un microscope pour la première fois et découvrir une dimension de la vie qu'on ne soupçonnait pas, voir l'infiniment grand pour apprécier l'infiniment petit

Hors ligne

 

avatar
g-rusalem non binaire
Banni
champi vert2champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 12 Feb 2022
412 messages
Blogs

Pour moi la vrai force des thérapies psychedelic c'est le voyage. Ce n'est pas le "médicament" en soit qui te soigner ou t'aider a aller mieux, mais le voyage/ l'expérience que tu vas vivre.

Il y a un schisme dans la communauté scientifique à ce propos à l'heure actuelle. Certains pensent que c'est le trip (son intensité) et pas la neuroplasticité qui induit des changements positifs (ce qui rendrait nul l'efficacité du microdosage), tandis que d'autres pensent qu'on peut séparer effets positifs du trip en question. Je pense personnellement que la vérité réside entre ces 2 extrêmes. C'est-à-dire qu'on peut bénéficier d'effets de microdosages, c'est de l'expérience perso, mais aussi celle de milliers de personnes (cf. reddit microdosing), mais que certains effets bénéfiques pourraient n'arriver qu'avec des hautes doses, et des gros remaniements que ça provoque, comme je l'imagine. Cela dit, les grosses doses sont décriées par Myron Stolaroff qui avance que l'intégration est plus difficile que les doses moyennes petites dans la vie quotidienne, ce qui est un argument qui se tient. Mais bon, on verra avec les progrès scientifiques en la matière.

Dernière modification par g-rusalem (23 septembre 2022 à  17:55)


Blog sur les neurosciences et la pharmacologie :
cliquez ici.

Hors ligne

 

Nitupzar homme
Psycho junior
France
champi vert4champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 03 Aug 2020
322 messages
On sort un poil du sujet de départ, mais je suis plutôt d'accord avec g-rusalem. Je n'ai pas (encore ?) essayé le microdosing, mais je peux imaginer qu'il puisse y avoir un effet sur la neuroplasticité.

Pour les trips macro, au delà de l'intensité, il y a aussi le contenu qui est très important avec la faculté de voir/comprendre des choses issues de son subconscient et/ou de l'inconscient collectif.

Pour les hautes doses c'est sûrement vrai que des fois ça peut emmener tellement loin que l'éventuel intérêt personnel/psychologique peut peut être laissé en arrière, même si perso je trouve aussi que le fait d'aller parfois très loin permet aussi de gagner une nouvelle perspective sur soi et sur le monde qui nous entoure.

Hors ligne

 

avatar
g-rusalem non binaire
Banni
champi vert2champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 12 Feb 2022
412 messages
Blogs

Etude récente qui s'interroge sur le risque du microdosage et des stimulants de type sérotoninergiques à créer des valvulopathies par l'action sur les récepteurs 5HT2B. Important à garder en tête à mon sens, quand j'entends parler de "protocoles" comme si c'étaient des choses établies scientifiquement ou médicalement.



Les drogues stimulantes et psychédéliques exercent leurs effets par le biais d'interactions avec les systèmes monoaminergiques. Par rapport aux autres récepteurs et transporteurs monoaminergiques, le récepteur 5-hydroxytryptamine 2B (5-HT2B) représente une cible relativement peu étudiée des drogues sérotoninergiques. Cependant, des études suggèrent l'implication des récepteurs 5-HT2B dans le mécanisme d'action des stimulants sérotoninergiques et l'activation des récepteurs peut en outre entraîner des effets indésirables spécifiques tels que la valvulopathie cardiaque chez les utilisateurs. L'activation des récepteurs 5-HT2B a été démontrée pour les nouvelles substances psychoactives de type stimulant de la classe des benzofuranes et pour les amphétamines substituées présentant un profil sérotonergique distinct de celui des dopaminergiques. Outre les stimulants, de nombreuses drogues psychédéliques activent le récepteur 5-HT2B, mais leurs conséquences ne sont pas claires. La valvulopathie cardiaque n'est probablement pas un effet indésirable à prendre en compte lorsque les psychédéliques sont utilisés occasionnellement, mais il peut en être autrement pour le "microdosage" qui implique de faibles doses de psychédéliques prises quotidiennement ou plusieurs fois par semaine.

https://link.springer.com/chapter/10.10 … 55920-5_16

Dernière modification par g-rusalem (27 septembre 2022 à  21:03)


Blog sur les neurosciences et la pharmacologie :
cliquez ici.

Hors ligne

 

avatar
zizitaupe_meilleure_bande homme
Psycho sénior
France
champi vert7champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 15 Jul 2021
555 messages
Blogs
G-rusalem

Est-ce qu’il y a des cas recensés? Ou est-ce juste théorique?  j’ai lu qq part que ça reste théorique pour l’instant…

Hors ligne

 

avatar
Morning Glory femme
Ex modo
champi vert20champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 10 Oct 2017
4371 messages
Blogs
Je ne sais pas. Il faudrait de grosses études sur les humains pour savoir, et encore, chaque personne présentant des variable confondues, ça me semble pas hyper simple.
Je crois que Sacha Shulgin avait développé une valvulopathie cardiaque, mais comment être sûrs que c'est sa conso conséquente de psychés ? Après tout, ce n'est qu'une étude de cas...
Mais enfin perso j'y crois. Je préfère croire des études plutôt que me dire "hooo, c'est pas encore sûr à 100%, y a ptêt une petite chance que ça passe et que tout aille bien...." (Comme, pour grossir de trait, quand on fume et qu'on espère passer au travers des 2-3 morts / 4 fumeurs directement liés aux complications de la clope)
Après, tout le monde n'est pas comme moi. Mais ça me semble logique de mon point de vue.

Ceci dit ça ne m'a pas empêchée d'utiliser des microdoses sur des courte périodes de temps. Pas très efficaces sur moi hmm

Et enfin, il faut peser le ratio bénéfice risque. Est-ce que ces risques en valent la peine ou pas? Pour ça, ce sera du cas par cas. Je reconnais personnellement que contre ma dépression de 12 ans, si les microdoses avaient fonctionné j'aurais sûrement continué. Mais c'est à voir en fonction de chacun-e.

Dernière modification par Morning Glory (28 septembre 2022 à  06:02)


Μόρνηνγγ Γλωρύ
I <3 5-HT & DA ~

Hors ligne

 

avatar
g-rusalem non binaire
Banni
champi vert2champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 12 Feb 2022
412 messages
Blogs

zizitaupe_meilleure_bande a écrit

G-rusalem

Est-ce qu’il y a des cas recensés? Ou est-ce juste théorique?  j’ai lu qq part que ça reste théorique pour l’instant…

Je ne pense pas qu'il y ait des cas recensés, c'est bien trop tôt. Étant donné que comme dit MG, prouver que ça peut créer des valvulopathies ça doit être hyper galère. C'est un truc que tu développes en plusieurs années. Mais l'ampleur du phénomène est impressionnante. Sur le reddit dédié au microdosage, il y a 217000 personnes !

Il y a 2 conclusions que je fais à la lecture de cet abstract. De 1. Il ne faut pas s'inquiéter de développer une valvulopathie quand tu prends des doses occasionnelles de psychédéliques. De 2. En 2021, le risque théorique d'avoir des valvulopathies avec le microdosage et ses prises fréquentes, n'as toujours pas été totalement écarté, ce qui nécessite de plus amples études.

Quand je vois le "protocole" de Stamset, qui n'a de protocole que le nom, en mode 5/7 avec en combo des compléments alimentaires qu'il vend, ça m'énerve vraiment. Il n'y a aucune base scientifique solide vis-à-vis de ça et en plus c'est bien plus dangereux face au risque (théorique) possible. Et il y a des effets secondaires au microdosage, comme de l'anxiété jamais/parfois/souvent selon les personnes.

Personnellement, j'ai trouvé ça très utile pour mon sommeil il y a quelques mois. Je m'en suis pas rendu compte, mais mes insomnies m'avaient créé une certaine angoisse de performance du sommeil (ça a l'air ridicule dit comme ça). Et le microdosage m'a permis de dissiper cette angoisse quand je m'endormais, et me relier au plaisir simple d'être dans mon lit le soir. Casser l'association dormir = galère dans mon cerveau, et augmenter la qualité de mon sommeil. Cette angoisse n'est pas réapparue. J'ai aussi noté un effet positif potentiel du microdosage avant d'aller en séance avec ma psychologue EMDR.

Je trouve l'idée intéressante, passionnante même. Les gens expérimentent à tout va là-dedans. Pour ma part, je le fais aussi même si maintenant beaucoup moins. Mais il faut à mon sens rappeler les risques, la limite de nos connaissances à l'heure actuelle. Et pas inciter les gens à en prendre 5/7 sans aucune base solide au minimum quoi. Qu'ils ne croient pas que parce que c'est "naturel", la psilocybine est totalement transparente pour l'organisme.

Après si l'effet positif réel est validé, en fait, même sans ça, la recherche est en train de reprendre vraiment fort au niveau psychédélique. Et à terme, ou pourra pourquoi pas faire du design sélectif de composés activant le récepteur 5HT2A (apparemment responsable de la majorité des effets neuroplastiques et hallucinogènes) de façon sélective, sans activer le récepteur 5HT2B responsable des valvulopathies notamment. C'est maintenant possible grâce aux avancées énormes des 10 dernières années (voir 5 dernières années) sur la résolution de structure expérimentale de tous ces récepteurs. On connaît bien mieux leur agencement dans l'espace, on peut donc créer rationnellement des nouveaux composés avec encore plus de sélectivité. Des groupes l'ont déjà fait, pas dédiés à faire des psychédéliques, mais il y a déjà eu des preuves de la fonctionnalité du concept.



En fait je peux même vous montrer le truc rapidement, c'est passionnant, enfin de mon point de vue. Il y a une structure expérimentale du 5HT2B lié au LSD qui est sortie en 2016 je crois, et une structure du 5HT2A qui est sortie en 2020, lié au 25-CN-NBOH (un anaolgue des NBomes ?). Quand on les superpose et qu'on zoom sur le site actif, ça donne ça :


/forum/uploads/images/1664/2.png


Les tubes, c'est une représentation de la structure du récepteur, et des tubes partent les chaines latérales des acides aminés qui font des interactions avec les molécules. En vert c'est le récepteur 5HT2A et en gris le 25-CN-NBOH. Et en bleu, c'est le récepteur 5HT2B avec le LSD en magenta.

Ce qu'on vois c'est que les 2 sites actifs des récepteurs sont extrêmement proches. Mais dans le cercle en rouge pointillés, y'a une petite différence. Y'a une sérine (un acide aminé hydrophile, qui aime l'eau) qui fait une liaison hydrogène avec le LSD dans le cas du 5HT2B, alors que c'est une alanine (un acide aminé hydrophobe qu'aime pas l'eau) dans le cas du 5HT2A. L'image est de mauvaise qualité car j'ai pas trop le temps, mais tout le jeu c'est de créer par exemple un LSD avec une partie plus hydrophobe à ce niveau là, pour qu'il rentre mieux dans le 5HT2A que le 5HT2B.

Bref, je me suis perdu en route, bonne journée big_smile

Dernière modification par g-rusalem (28 septembre 2022 à  08:49)


Blog sur les neurosciences et la pharmacologie :
cliquez ici.

Hors ligne

 

avatar
zizitaupe_meilleure_bande homme
Psycho sénior
France
champi vert7champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 15 Jul 2021
555 messages
Blogs
Merci pour les réponses!

Oui j’ai vu le cas de Alexander Shulgin cité, et ça donne envie d’y voir une connexion, mais comme toi MG il me faut une étude pour être sûr. Et du coup personnellement je joue pas avec le feu. Ceci dit je n’ai pas de raison de faire du microdosage car j’ai pas de dépression, et pour tout ce qui et créativité et illumination, le macro dosage me va très bien.

G-rusalem pour le côté neurochimique, désolé mais je suis nul avec la compréhension de tout ça. Mais à la fin de ton poste voulais tu dire qu’il y’a la possibilité de créer une nouvelle molécule encore plus hallucinogène/neuro plastifiant (??) ?  Une molécule plus lsd que le lsd?

Hors ligne

 

avatar
g-rusalem non binaire
Banni
champi vert2champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 12 Feb 2022
412 messages
Blogs

zizitaupe_meilleure_bande a écrit

G-rusalem pour le côté neurochimique, désolé mais je suis nul avec la compréhension de tout ça. Mais à la fin de ton poste voulais tu dire qu’il y’a la possibilité de créer une nouvelle molécule encore plus hallucinogène/neuro plastifiant (??) ?  Une molécule plus lsd que le lsd?

Ce que je suggérais, c'est qu'il est possible de modifier le LSD pour qu'il se lie toujours autant au récepteur 5HT2A responsable des effets hallucinogènes, mais beaucoup moins au récepteur 5HT2B, responsable des valvulopathies.

On a vraiment un travail de fond à faire sur la compréhension des mécanismes moléculaires de l'expérience psychédélique. Mais une fois que ça sera bien saisi, on sera à même de faire du design de composés avec des effets secondaires moins importants, tout en gardant les effets thérapeutiques initiaux.

Et à ça, je faisais une petite suggestion imagée ou je superposais les 2 récepteurs impliqués, 5HT2B et 5HT2A (le LSD se lie aux 2) pour vous montrer que l'endroit où se lie les molécules, c'est le même au niveau de la position, et presque les mêmes au niveau de la forme si tu veux.

Donc, on a une clef, et 2 serrures ouvertes par cette clef. Et tout le jeu, c'est de jouer avec la forme de la molécule (la clef), pour que la clef ouvre une serrure, mais pas l'autre, malgré qu'elles soient presque exactement les mêmes.

Dernière modification par g-rusalem (28 septembre 2022 à  18:10)


Blog sur les neurosciences et la pharmacologie :
cliquez ici.

Hors ligne

 

avatar
zizitaupe_meilleure_bande homme
Psycho sénior
France
champi vert7champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 15 Jul 2021
555 messages
Blogs
Je vois, merci pour les explications. C’est très intéressant!

Hors ligne

 

avatar
prescripteur homme
Modérateur
champi vert98champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 22 Feb 2008
11835 messages
Blogs
Bonjour, pour info quelques refs sur les valvulopathies liées à la serotonine. Y compris pour Prescrire une analyse de l'aveuglement des cardiologues sur le Mediator. Amicalement

https://www.edimark.fr/Front/frontpost/ … /16269.pdf

https://www.prescrire.org/Fr/218/1902/5 … tails.aspx

https://www.frontiersin.org/articles/10 … 74573/full


https://www.cvcasejournal.com/article/S … 1/fulltext

Dernière modification par prescripteur (06 octobre 2022 à  11:17)


S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

avatar
Golom homme
Nouveau Psycho
Spain
champi vert2champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 15 Aug 2022
86 messages

Litospheric a écrit

Salut Optinim,

Pour moi la vrai force des thérapies psychedelic c'est le voyage. Ce n'est pas le "médicament" en soit qui te soigner ou t'aider a aller mieux, mais le voyage/ l'expérience que tu vas vivre.

Le microdosage n'a que peu d'intérêt pour un nouveau départ, tu ne ressentira pas ou peu le changement.
Le macro par contre va t'enmener dans un plan de conscience élargi, différent, il va mettre en lumière beaucoup de choses dont tu n'as pas accès dans ton quotidien, des choses enlisé dans ton passé, des choses que tu ne soupçonne pas.

Ce sont ces changements de prisme qui peuvent changer ton comportement, ta vision du monde, de toi, des autres.

Une chose primordial pour arriver à ces changements c'est l'intention et l'intégration du trip. Tu vas avoir besoin d'en discuter, de comprendre ce qui tu aura vécu.
Ça prends du temps mais les enjeux positifs sont immenses.

Fais ça correctement, ne te précipite pas, il y a sur le forum beaucoup de conseil sur comment géré ce premier voyage si c'est ce que tu fais.

Bon courage l'ami !

Bonjour,
Désolé, mais je ne trouve pas ça cool du tout d'inciter quelqu'un qui ne va pas bien mentalement à prendre des psychédéliques !
C'est d'ailleurs comme ça que les accidents arrivent en général !
Un trip ça se fait quand "tout" va bien, c'est la règle première et c'est à ne jamais enfreindre !


Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme!

Hors ligne

 

avatar
g-rusalem non binaire
Banni
champi vert2champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 12 Feb 2022
412 messages
Blogs

Votre dernier article est très intéressant prescripteur lorsqu'ils parlent d'une des IRSS comme une potentielle cause rare (a l'heure actuelle totalement discutée) de valvulopathies.



Une régurgitation structurelle sévère de la TV a été diagnostiquée chez ce patient. Sur la base d'examens approfondis visant à exclure d'autres causes de valvulopathie, nous privilégions le diagnostic de VHD d'origine médicamenteuse (DI-VHD), lié à une prise prolongée d'ISRS. Bien que le mécanisme physiopathologique exact par lequel ces produits pharmaceutiques peuvent provoquer des modifications morphologiques et fonctionnelles des valvules cardiaques ne soit pas entièrement compris, il a été observé que le DI-VHD rappelle la cardiopathie carcinoïde.1 En raison des similitudes entre la DI-VHD et la cardiopathie carcinoïde, il a été découvert que la DI-VHD est médiée par les voies de signalisation du récepteur 5-hydroxytryptamine 2β.1 ,2 Les agents sérotoninergiques ou leurs métabolites qui interagissent spécifiquement avec ce récepteur peuvent donc provoquer une DI-VHD de type carcinoïde. Pourtant, l'association entre les ISRS/IRSN et le VHD est controversée, et les mécanismes physiopathologiques qui pourraient sous-tendre une relation causale restent énigmatiques. En ce qui concerne les ISRS, des études cas-témoins limitées et de petite taille ont été rapportées. Mast et al.4 ont rapporté une évaluation rétrospective de la sécurité des médicaments et n'ont pas réussi à établir une association entre les ISRS et la régurgitation valvulaire cardiaque. Une étude prospective multicentrique française n'a pas soutenu un rôle valvulopathique des ISRS chez les patients exposés au benfluorex.5 De Backer et al.6 ont étudié rétrospectivement le risque de VHD en relation avec l'utilisation des ISRS. Ils ont observé une association entre l'utilisation d'antidépresseurs sérotoninergiques et une augmentation dose-dépendante du taux de régurgitation valvulaire. En général, les difficultés d'interprétation des résultats controversés de l'ID-VHD sont liées au risque inhérent de biais et de confusion dû à des problèmes méthodologiques dans la conception des études, au type de populations étudiées, au faible nombre de patients inclus, à la nature rétrospective des études, à la courte durée du suivi, aux évaluations échocardiographiques non aveugles et aux définitions variables de l'ID-VHD évaluée par échocardiographie7.

Même si les ISRS ou les IRSN sont réellement à l'origine de la DI-VHD, un dysfonctionnement valvulaire significatif peut être un événement rare, malgré le grand nombre de patients traités par des ISRS ou des IRSN. Les événements rares sont (statistiquement) difficiles à établir une relation cause-conséquence correcte, car d'autres causes concomitantes de valvulopathie peuvent être plus fréquentes chez ces patients. Par conséquent, l'exclusion d'autres causes potentielles du phénotype valvulaire dégénératif actuel est obligatoire. Sur la base (1) de l'exclusion d'autres causes potentielles pour le phénotype TV, (2) des lésions dégénératives similaires observées sur la valve mitrale et aortique chez notre patient, et (3) de l'observation de plaques collées à l'examen histopathologique, nous apportons la preuve d'une valvulopathie induite par les ISRS/IRSN. Certes, notre rapport de cas a déclenché un examen minutieux pour savoir si l'identification histopathologique d'une " plaque de type carcinoïde " est la lésion pathognomonique pour diagnostiquer une DI-VHD sérotoninergique. En effet, le biais de déclaration dans les études précédentes sur les valvulopathies à médiation sérotoninergique peut avoir négligé la présence de telles lésions dégénératives dans d'autres causes ou voies de valvulopathie dégénérative alternative (sans effectuer d'examens histologiques des valves réséquées dans ces cas). Par conséquent, des recherches supplémentaires sur cette question peuvent être nécessaires, et il faut rester vigilant quant à une éventuelle DI-VHD dans la pratique clinique.


Blog sur les neurosciences et la pharmacologie :
cliquez ici.

Hors ligne

 

avatar
prescripteur homme
Modérateur
champi vert98champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 22 Feb 2008
11835 messages
Blogs
Oui, en fait cet article et celui de Prescrire montrent la difficulté d'attribuer à un produit un risque de valvulopathie. Donc si c'est difficile avec les IRS qui sont prescrits par millions, la mise en évidence (ou non) pour les microdoses demandera beaucoup de temps et d'efforts. A moins que le risque ne soit très important (par rapport aux autres serotoninergiques) , ce qui est peu probable. Amicalement

S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 


Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

logo Psychoactif
[ Forum ] Micro-dosage - LSD et dépression : microdosage
par Garsduso, dernier post 21 décembre 2018 par boti745
  15
logo Psychoactif
[ Forum ] Micro-dosage - Microdosage du LSD contre la dépression
par Morning Glory, dernier post 17 mai 2019 par mamajiF
  14
logo Psychoactif
[ Forum ] Micro-dosage - Question microdosage besoin d’aide svp
par Alexrun, dernier post 20 mai 2023 par toums85
  2

Pied de page des forums