Souvenirs/traumatismes qui « remontent »

Publié par ,
819 vues, 1 réponses
ChatonMiaou femme
Banni
France
champi vert0champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 17 Jan 2023
16 messages
Bonjour à tous.

Je ne consomme absolument rien d’autre que de la c. (Clopes et alcool certes, mais je parle de drogues en tant que telle. Et pour ces 3 substances, on est sur du « festif ». Même si je pense que c’est trop, ce n’est pas tous les jours).

Avez vous constaté, chez vous-même ou chez les autres, que la c vous fait parler/penser à vos traumatismes forts ?

Je précise: pas du tout en bad ou en déprime, simplement c’est un sujet qui rentre dans vos discussions sous prod, vous éprouvez le besoin/l’envie d’en parler ? J’insiste: pas en mode dépression ou pour pleurer ou autre.

Simplement, à partir du moment où vous tapez (plutot beaucoup que peu) ça remonte.


Je demande car je me suis renseignée, et selon ce que j’ai pu lire, la c n’est pas connue pour cet effet.

Alors je voudrais une expérience d’utilisateurs.

Pour précisions: j’ai un énorme traumatisme liée à la figure du père. J’en parle tjs très librement, mais c’est sujet tellement triste que ce thème n’arrive pas toujours sur le tapis, en soirée ou autre. Et j’ai remarqué qu’après une soirée où je tape pas mal, ça revient. Je ne l’aborde pas forcément de moi-même, mais sous c les gens aiment discuter donc voila. Je cherche à savoir cela pour savoir si cela vient de moi, et donc je dois creuser le truc avec moi-même et mon psy, ou si c’est un des effets, et dans ce cas-là, même si je dois le creuser, ca voudrait eventuellement dire que ca ne m’obsède pas.

Merci bcp de votre lecture. Bcp de bienveillance sur vous.

Hors ligne

 

avatar
Zarathoustra homme
Psycho sénior
France
champi vert2champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 27 May 2017
655 messages
Blogs
J'étais passé de la prise de coke en mode social puis ensuite seul. Plus rien aujourd'hui.

Mais la coke me faisait énormément parler, une vraie pipelette où la conversation était quelque chose de jouissif. Puis si descente tout le contraire un calvaire. Relance et hop, ça repartait. Plus la soirée avançait, plus des sujets obsédants se manifestaient.

En résumant je tripais à fond... et si descente, je me barrais fissa et ne supportais plus la moindre parole. Troublant.

Alors ça fait remontrer des sujets avec "passion", c'est trés volubile les effets de la c. Jamais de dépression....sinon d'affreux descentes au début. Puis plus du tout avec de la bonne coke (DM surtout). Aucune descente.

Mais je devenais trop obsédé par le produit, les effets, le coté social m'ennuyait.

Ensuite seul : écriture au kilomètres... dans une forme de journal intime avec 3 pages par minutes.

Puis j'ai diminué (le produit n'étant plus aussi apprécié) et j'ai totalement arrêté.

Clope ou alcool sont de la drogue, avec leur propre identité. N'y voit me patch "légalisé" qui reste une construction sociale pour le coup.

Dans un monde de no drogue, clope et alcool seraient interdite.

Dans un monde open drogue, tu aurais de la coke ou mdma chez ton buraliste.

Dernière modification par Zarathoustra (20 janvier 2023 à  23:27)


Passage d'une addiction à une autre... vers les 6 substances magiques en mode total émerveillement.

Hors ligne

 


Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Pied de page des forums