Tramadol post-cuite

Publié par ,
592 vues, 2 réponses
avatar
Cub3000 homme
Plantigrade psychonaute
champi vert59champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 06 Feb 2019
919 messages
Blogs
Salut à tous,

juste un petit témoignage sur une "découverte" (je mets des guillemets car je ne suis certainement pas le premier ni le seul à avoir fait cette expérience) faite récemment...
J'ai déjà eu l'occasion d'évoquer ça sur le forum, mais en gros je gère plus ou moins bien une consommation un peu problématique d'alcool. Je ne suis pas forcément un buveur quotidien, et j'arrive à me passer d'alcool sur de longues périodes sans trop de souci, en revanche quand je commence à boire en soirée, je suis à peu près incapable de m'arrêter avant d'être vraiment complètement ivre, ça va souvent jusqu'au blackout et ça m'a déjà valu pas mal d'emmerdes et de situations dont je me serais bien passé. Mais bref, ce n'est pas de mon rapport à l'alcool dont je veux parler...

Un des inconvénients majeurs de ces sessions de binge drinking, c'est bien sûr le lendemain. À cause des quantités très importantes d'alcool que j'ingurgite, je me tape régulièrement des gueules de bois infernales, avec bien sûr les symptômes physiques classiques et bien pénibles, mais surtout ces gueules de bois me plongent dans un état atroce de dépression : angoisses très fortes, culpabilité à outrance, une profonde tristesse, qui peut aller jusqu'à des idées suicidaires (sans qu'il y ait jamais eu de passage à l'acte, je précise).

J'avais l'habitude d'y remédier en prenant une benzo au réveil et en me recouchant, ce qui me procurait un certain soulagement, mais pas dingue non plus (ça n'améliorait notamment pas le sentiment de tristesse, d'échec). Or, étant arrivé en rupture de mon stock de benzos, il m'est arrivé récemment de prendre à la place deux cachets de tramadol 37,5mg au réveil, et deux autres 4 ou 5h après. Je me suis aperçu que le tramadol avait un effet vraiment puissant sur cet état dépressif, qu'il améliore au point qu'une heure après la prise, si les symptômes physiques de la gueule de bois sont toujours présents excepté le mal de tête soulagé par l'effet analgésique de l'opioïde, il n'y a par contre plus aucune trace d'angoisse, beaucoup moins de culpabilité (disons, un état qui me permet de réfléchir à mes consos et aux problèmes qu'elles posent, mais sans aucunement m'autoflageller ou me sentir découragé), et aucune tristesse, remplacée au contraire par une certaine légèreté.

Je me repose bien mieux que sous benzos, sans forcément dormir d'ailleurs (le tramadol a sur moi clairement un petit effet stimulant) mais sans rumination anxieuse épuisante, et finalement le soir lorsque nausée, troubles digestifs et autres symptômes somatiques sont dissipés, je suis d'aplomb.

C'est précisément dans cet état que j'écris ce post. Je devine que cet usage n'est pas anodin et qu'il ne recevrait probablement pas l'approbation de mon médecin traitant, il n'empêche que le mieux-être éprouvé est incontestable et que franchement, je suis assez heureux d'avoir trouvé cette méthode pour éviter les lendemains de picole apocalyptiques auxquels j'étais habitué. Je ne recommande pas cette pratique, elle comporte évidemment des risques, l'état que procure le tramadol est quand-même très agréable et il y a de toute évidence un petit goût de revenez-y auquel il faut être vigilant, je ne souhaite ni me surdoser, ni développer une dépendance. Par ailleurs il peut être tentant de prendre le tramadol en fin de soirée, au coucher et alors qu'on est encore fortement alcoolisé pour anticiper la gueule de bois. J'ai essayé, ça fonctionne mais évidemment l'interaction de deux dépresseurs additionnés peut-être dangereuse, donc je préfère quand-même éviter, quitte à me taper au réveil une petite heure bien douloureuse avant que le tramadol fasse effet.

Voilà, il n'y a pas vraiment de morale à cette histoire, je ressentais surtout le besoin de coucher cette expérience par écrit, d'une part pour me mettre moi-même au clair avec cette pratique, d'autre part pour échanger avec d'autres forumeux, notamment sur les risques qu'elle pourrait comporter et dont je n'aurais pas conscience : n'hésitez pas à éclairer ma lanterne.

Je conclurai simplement en soulignant la légère ironie de mon parcours de consommation, puisque je me suis toujours méfié à titre perso des opiacés illicites, j'ai très, très rarement tapé dans l'héro et les substances apparentées (je suis de la génération qui s'est initiée aux drogues en rave-party et dans les 90's c'était un milieu où les opiacés étaient en général mal vus voire diabolisés), pour finalement en découvrir les vertus en cherchant un remède aux effets secondaires de la drogue licite la plus consommée au monde...

Dernière modification par Cub3000 (27 avril 2024 à  16:16)


...and we got to get ourselves back to the garden.

Hors ligne

 

avatar
Bruno67 homme
Nouveau Psycho
champi vert0champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 17 Jul 2022
125 messages
Bonjour ,
Je soigne ma dépression avec le tramadol
ça fonctionne très bien .  Auparavant j'étais sous Venlafaxine , j'ai du  arrêter trop d'effets secondaires . Le tram. me convient très bien .

bien à vous

Bruno

Hors ligne

 

avatar
toums85 homme
Psycho junior
France
champi vert19champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 31 Jan 2019
326 messages

Cub3000 a écrit

Salut à tous,

juste un petit témoignage sur une "découverte" (je mets des guillemets car je ne suis certainement pas le premier ni le seul à avoir fait cette expérience) faite récemment...
J'ai déjà eu l'occasion d'évoquer ça sur le forum, mais en gros je gère plus ou moins bien une consommation un peu problématique d'alcool. Je ne suis pas forcément un buveur quotidien, et j'arrive à me passer d'alcool sur de longues périodes sans trop de souci, en revanche quand je commence à boire en soirée, je suis à peu près incapable de m'arrêter avant d'être vraiment complètement ivre, ça va souvent jusqu'au blackout et ça m'a déjà valu pas mal d'emmerdes et de situations dont je me serais bien passé. Mais bref, ce n'est pas de mon rapport à l'alcool dont je veux parler...

Un des inconvénients majeurs de ces sessions de binge drinking, c'est bien sûr le lendemain. À cause des quantités très importantes d'alcool que j'ingurgite, je me tape régulièrement des gueules de bois infernales, avec bien sûr les symptômes physiques classiques et bien pénibles, mais surtout ces gueules de bois me plongent dans un état atroce de dépression : angoisses très fortes, culpabilité à outrance, une profonde tristesse, qui peut aller jusqu'à des idées suicidaires (sans qu'il y ait jamais eu de passage à l'acte, je précise).

J'avais l'habitude d'y remédier en prenant une benzo au réveil et en me recouchant, ce qui me procurait un certain soulagement, mais pas dingue non plus (ça n'améliorait notamment pas le sentiment de tristesse, d'échec). Or, étant arrivé en rupture de mon stock de benzos, il m'est arrivé récemment de prendre à la place deux cachets de tramadol 37,5mg au réveil, et deux autres 4 ou 5h après. Je me suis aperçu que le tramadol avait un effet vraiment puissant sur cet état dépressif, qu'il améliore au point qu'une heure après la prise, si les symptômes physiques de la gueule de bois sont toujours présents excepté le mal de tête soulagé par l'effet analgésique de l'opioïde, il n'y a par contre plus aucune trace d'angoisse, beaucoup moins de culpabilité (disons, un état qui me permet de réfléchir à mes consos et aux problèmes qu'elles posent, mais sans aucunement m'autoflageller ou me sentir découragé), et aucune tristesse, remplacée au contraire par une certaine légèreté.

Je me repose bien mieux que sous benzos, sans forcément dormir d'ailleurs (le tramadol a sur moi clairement un petit effet stimulant) mais sans rumination anxieuse épuisante, et finalement le soir lorsque nausée, troubles digestifs et autres symptômes somatiques sont dissipés, je suis d'aplomb.

C'est précisément dans cet état que j'écris ce post. Je devine que cet usage n'est pas anodin et qu'il ne recevrait probablement pas l'approbation de mon médecin traitant, il n'empêche que le mieux-être éprouvé est incontestable et que franchement, je suis assez heureux d'avoir trouvé cette méthode pour éviter les lendemains de picole apocalyptiques auxquels j'étais habitué. Je ne recommande pas cette pratique, elle comporte évidemment des risques, l'état que procure le tramadol est quand-même très agréable et il y a de toute évidence un petit goût de revenez-y auquel il faut être vigilant, je ne souhaite ni me surdoser, ni développer une dépendance. Par ailleurs il peut être tentant de prendre le tramadol en fin de soirée, au coucher et alors qu'on est encore fortement alcoolisé pour anticiper la gueule de bois. J'ai essayé, ça fonctionne mais évidemment l'interaction de deux dépresseurs additionnés peut-être dangereuse, donc je préfère quand-même éviter, quitte à me taper au réveil une petite heure bien douloureuse avant que le tramadol fasse effet.

Voilà, il n'y a pas vraiment de morale à cette histoire, je ressentais surtout le besoin de coucher cette expérience par écrit, d'une part pour me mettre moi-même au clair avec cette pratique, d'autre part pour échanger avec d'autres forumeux, notamment sur les risques qu'elle pourrait comporter et dont je n'aurais pas conscience : n'hésitez pas à éclairer ma lanterne.

Je conclurai simplement en soulignant la légère ironie de mon parcours de consommation, puisque je me suis toujours méfié à titre perso des opiacés illicites, j'ai très, très rarement tapé dans l'héro et les substances apparentées (je suis de la génération qui s'est initiée aux drogues en rave-party et dans les 90's c'était un milieu où les opiacés étaient en général mal vus voire diabolisés), pour finalement en découvrir les vertus en cherchant un remède aux effets secondaires de la drogue licite la plus consommée au monde...

Je ne connais que trop bien ce que tu ressens.

Ayant été dans une grosse addiction au tramadol par le passé, il est vrai que ça calme nettement les épisodes de détresse psychique succédant à une très grosse cuite. Par contre chez moi le tramadol n'agissait pas sur le mal de crâne, seul le paracetamol calmait les maux de tête.

Après pour mon cas c'était différent car déjà dans une grosse addiction au trama. Si bien qu'au plus fort de ma conso, ça me coupait l'envie de boire, d'ailleurs ça me coupait l'envie de sortir tout court, et comme je ne bois jamais tout seul...

Par contre, sans aucun jugement de ma part (ce serait le monde a l'envers ^^). C'est clairement une pente glissante de l'utiliser pour soigner des lendemain difficiles. Le problème des opiacés c'est pas qu'on en devient dépendant dès les premières prises, c'est rarement le cas. Mais plutôt qu'on y retourne très facilement car en sois au debut y'a pas de redescente. A mon avis le risque dans ton cas ce serait de se dire que peu importe si j'me prend une grosse cuite, j'ai qu'a prendre du tramadol derrière. Ça enlève un frein qui fait qu'on limite les grosses beuveries (gueule de bois). Frein parfois nécessaire pour éviter les abus.

Bref je pense que tu sais tout ça donc passons...

Moi je trouve que les opiacés de manière générale (même si le tramadol est plus faible et à double action avec la sérotonine) m'enlève toute envie de boire. Les effets sont aussi plus propres que l'alcool en restant à dose thérapeutique.

C'est vrai qu'un lendemain de soirée arrosée c'est très efficace et appréciable, je trouve que ça permet de lisser les émotions pour atteindre un état de zenitude rapidement. Le seul truc dommage c'est la tolérance et le goût de reviens y qui arrive vite. Mais ça j'ai l'impression que c'est commun à beaucoup de substances qui procure du bien être, c'est chiant ^^

Reputation de ce post
 
Merci pour ce retour - Cub3000

La vie n'est pas un combat, mais une passion à défendre !

Hors ligne

 


Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

logo Psychoactif
[ Forum ] Première fois - Premier post - Questions sur l'usage de tramadol
par lampe0108, dernier post 11 févier 2018 par lampe0108
  3
logo Psychoactif
[ Forum ] Effets - Différence d'effet entre tramadol et O-desmethyl-tramadol
par PtiDav, dernier post 15 mars 2015 par splinK
  9
logo Psychoactif
[ Forum ] Rendre du tramadol LP en tramadol libération immédiate
par looney2000, dernier post 12 janvier 2019 par Vapkingbzh
  4
logo Psychoactif   [ PsychoWIKI ] Tramadol, effets, risques, témoignages
logo Psychoactif   [ PsychoWIKI ] Usage, abus et addiction à la codéine et au tramadol

Pied de page des forums