Lettre à Bettina. / Les Blogs de PsychoACTIF

Lettre à Bettina. 



Ma chère Bettina,


Tu l'auras constaté, tu es loin d'être la seule dans cette situation troublante, mélange d'amour et de haine pour une drogue qui te donne tant mais qui te demande aussi beaucoup en retour. Et tu remarqueras combien nos faiblesses, les plus personnelles et les plus communes, pèsent lourd dans cette bataille où l'on ne souhaite pas nécessairement éliminer notre adversaire mais simplement le museler, telle une bête sauvage, l'incube ou la succube de nos nuits noires...

Alors que faire ? Apprendre à se connaître, en profondeur et sans se mentir à soi-même, affronter, surtout, certains démons qui ne se manifestent pas uniquement sous l'influence des psychotropes mais restent tapis en nous depuis trop longtemps. À titre personnel, je pense pouvoir affirmer sans hésitation que c'est en cela que "la drogue" a été une bénédiction, l'occasion d'une forte et violente remise en question, parfois au bord du gouffre et au seuil de la mort. Je cherche une image parlante. Ce serait... Une confession religieuse sévère, une pénible et larmoyante séance de psychothérapie, un échange ou plutôt un face-à-face musclé. Très musclé. J'imagine une scène de film dramatique, bien cliché, grandiloquente, où quelqu'un me tient par le col les deux poings serrés et me hurle au visage "Pourquoi tu fais ça, cherche la bonne réponse et donne-la moi, sans te foutre de ma gueule !", "Quelles-sont tes priorités dans la vie ?", "Tu es ici, en ce bas monde, pour t'améliorer. Je t'écoute : tu n'as donc jamais aperçu la lumière, dans les instants fugaces de bonheur que tu as forcément connu ?". C'est une caricature - cependant assez proche de mon ressenti. La drogue devient alors un mystérieux allié, ennemi à deux faces capable de te secouer, de t'offrir l'opportunité d'une vraie confrontation intime avec toi-même; elle se révèle, dans un retournement final - excessivement théâtral - comme étant l'ange qui te relèvera après t'avoir fait durement tomber, à plusieurs reprises, au risque de te briser les os, sur une estrade de catch !

C'est une première approche.

De quelle manière considérer alors ces fameuses consignes de Réduction Des Risques qui sonnent comme un sermonnage rabat-joie et ennuyeux ? Car je te connais bien, je sais, Betty, que tu les écoutes d'une oreille distraite, effrontée que tu es, en sifflotant et en te disant que tu n'as à recevoir de leçons de personne. Il faut y voir, je crois, j'en suis sûre, le moyen de conserver tous les effets positifs déjà décrits dans mon premier paragraphe, en plus de l'ensemble des sensations primaires agréables et récréatives procurées par la substance que tu consommes, tout en préservant au maximum ta santé qui n'a pas de prix. Personne n'aime la discipline. Et pourtant, tu vas vite réaliser que, paradoxalement, celle-ci débouche toujours sur quelque chose de tout à fait antinomique : la liberté.

Je n'ai pas tout à fait terminé ma lettre, j'espère que les lignes ci-dessus susciteront déjà ta curiosité, motiveront au moins ton désir d'en savoir plus. Ces paroles, je les adresse à toi, chère Bettina. Mais je manquerais scandaleusement d'humilité si je ne t'apprenais pas qu'elles me sont aussi destinées, à moi, l'incorrigible et déraisonnable enfant qui a tant de mal à faire confiance aux autres et qui ne cesse de se débattre, toujours prête à suivre ses pulsions animales après avoir tenu les étincelants discours moraux d'une âme purifiée.

À toi d'élaborer ton propre règlement, ta règle monastique, en fonction de ce que tu es, de tes travers avant tout. Un ensemble de "garde-folles", comme j'aime le dire en souriant (à l'origine, le garde-fou désigne une barrière empêchant de tomber dans le vide; Saint Bole, priez pour nous...). Tu commenceras, bien entendu, par piocher dans la liste des nombreux conseils donnés par les frères et sœurs bienveillants qui les ont établies à partir de leurs expériences et des connaissances médicales sur le sujet. Puis, tu n'hésiteras pas à souligner ce qui te semble important, pour toi, la Bettina et ses réactions habituelles et inattendues. Je suis certaine que tu sais de quoi je parle, cela te regarde, c'est ton combat. Et petit à petit, tu vas reconquérir cette sereine liberté évoquée plus haut, tu vas découvrir l'immense satisfaction du dresseur/de la dresseuse parvenant à ses fins.

Avant de terminer cette lettre, je reviens sur une petite chose qui me chagrine ou plutôt éveille en moi un vague sentiment de culpabilité sans doute injustifiée. Il y a des degrés dans la misère humaine. Et il y a des degrés dans la profondeur de l'addiction. Je me permets de t'écrire et je m'efforce de t'orienter au mieux. Je dois toutefois admettre, humblement encore une fois, que je n'ai pas connu l'enfer des nombreuses personnes en souffrance qui témoignent sur le forum que nous fréquentons toutes les deux et que nous affectionnons. Je n'ai été que léchée par les flammes du brasier. Dans mon inconscience, j'ai, heureusement, toujours su éviter les pièges qui me seraient fatals z'ou fataux. Mais j'en garde des cicatrices suffisamment profondes pour pouvoir aborder ces problèmes, à mon petit niveau... Rien n'est simple, rien n'est facile, est-il utile de le rappeler ?

Je t'embrasse, ma chère Bettina, et si je ne te souhaite pas une victoire probable, c'est parce que je sais que tu vas réussir.


Helena.

Catégorie : En passant - 05 novembre 2019 à  08:13

#rdr

Reputation de ce commentaire
 
Une vraie bouffée d'oxygène. Bettinna
 
magnifique merci Hyrda
 
C'est beau, c'est drôle, et ça me parle beaucoup, Isore



Commentaires
#1 Posté par : Bettina 05 novembre 2019 à  10:39
Ma très chère Lena,

L'empathie, l'altruisme, sont des notions qui se perdent de nos jours, c'est pourquoi tu es extraordinaire.

Je t'ai lue et te relirai encore afin que tes mots coulent en moi et m'apaisent à chaque lecture.

En dehors du fait que tu écris merveilleusement bien, ton texte fait sens.

Merci d'être là, merci d'être toi.

Bien affectueusement,

Bettina.

Posté par : Bettina | 05 novembre 2019 à  10:39

 
#2 Posté par : Bootspoppers 05 novembre 2019 à  19:01

LenaÀLaRechercheDuParadis a écrit

, tout en préservant au maximum ta santé qui n'a pas de prix. Personne n'aime la discipline. Et pourtant, tu vas vite réaliser que, paradoxalement, celle-ci débouche toujours sur quelque chose de tout à fait antinomique : la liberté.

Que dire de plus?


LenaÀLaRechercheDuParadis a écrit

À toi d'élaborer ton propre règlement, ta règle monastique,

La beauté d une liturgie festive partagée avec des soeurs et frères ...
La drogue m a permis de vivre de ces moments d exception.

Merci lena pour cette audacieuse et brillante épistole.
La première lettre de Lenaauporteduparadis à Bettina. Je vais l apprendre celle là. Vite.


Posté par : Bootspoppers | 05 novembre 2019 à  19:01

 
#3 Posté par : LenaÀLaRechercheDuParadis 06 novembre 2019 à  08:01

Bettina a écrit

L'empathie, l'altruisme, sont des notions qui se perdent de nos jours, c'est pourquoi tu es extraordinaire.

Je n'ai pas de mérite. Un mois que je me "shoote" aux hormones féminines, en intradermique et en plug. Ça me ferait mal si après ça je ne commençais pas à (re)devenir douce et gentille !

Plus sérieusement : heureuse de savoir que ce texte puisse agir, pour toi et pour d'autres lecteurs et lectrices, comme un baume apaisant...

Bootspoppers a écrit

Que dire de plus ?

"On ne peut trouver la liberté que par la discipline" affirmait Pierre Boulez en réponse à Claude Debussy, "Il faut chercher la discipline dans la liberté". Cette réflexion stoïcienne et pré-chrétienne m'a toujours beaucoup marquée, dans son apparente contradiction.


Posté par : LenaÀLaRechercheDuParadis | 06 novembre 2019 à  08:01

 
#4 Posté par : Isoretemple 06 novembre 2019 à  18:40

Bootspoppers a écrit

LenaÀLaRechercheDuParadis a écrit

, tout en préservant au maximum ta santé qui n'a pas de prix. Personne n'aime la discipline. Et pourtant, tu vas vite réaliser que, paradoxalement, celle-ci débouche toujours sur quelque chose de tout à fait antinomique : la liberté.

Que dire de plus?

C'est aussi un des passages qui m'a le plus parlé.

LenaÀLaRechercheDuParadis a écrit

La drogue devient alors un mystérieux allié, ennemi à deux faces capable de te secouer, de t'offrir l'opportunité d'une vraie confrontation intime avec toi-même; elle se révèle, dans un retournement final - excessivement théâtral - comme étant l'ange qui te relèvera après t'avoir fait durement tomber, à plusieurs reprises, au risque de te briser les os, sur une estrade de catch !

J'aime beaucoup celui-là aussi...

Très inspirant ce texte Helena...


Posté par : Isoretemple | 06 novembre 2019 à  18:40

 
#5 Posté par : Asrid 07 novembre 2019 à  03:33
le secret est révélé car on s'en sort si on a le temps de résister jusqu'à cette instant lorsque on se sent libérer et réduire les risque ne peut qu'éviter de ne pas avoir un temps de vie assez long pour y arriver car avec le temps et la patience cela se résout seulement lorsque l'on est  encore là pour le voir. un seul conseil: vivre

Posté par : Asrid | 07 novembre 2019 à  03:33

 
#6 Posté par : LenaÀLaRechercheDuParadis 09 novembre 2019 à  05:32

Isoretemple a écrit

J'aime beaucoup celui-là aussi...

De manière moins prosaïque, j'appelle les stimulants qui sont mon péché fripon des "accélérateurs de connerie". En effet, j'ai l'impression d'être poussée dans mes retranchements, dans mes limites, et qu'afin de me donner une bonne leçon, "quelqu'un" (c'est confus, s'agit-il du concours de l'ange gardien évoqué voire invoqué plus haut, du sortilège de l'incarnation du produit, de l'œil de Dieu en personne, je ne sais pas, je ne sais plus) me met au défit : "Tu en veux ? Là se trouve ta jouissance ? D'accord. C'est d'accord, on va t'en donner...". Dialogue intérieur schizophrénique triternaire entre le Bon, la Brute et la Truande.

Asrid a écrit

Un seul conseil : vivre.

De fait, le temps a une grande importance, un rôle propre. Il va, en principe, nous servir si nous l'observons avec patience, et nous desservir si nous le piétinons délibérément.


Posté par : LenaÀLaRechercheDuParadis | 09 novembre 2019 à  05:32

Remonter

Pied de page des forums