Psychoactif
Etiquettes / Les Blogs de PsychoACTIF
 

Etiquettes

Catégorie : Tranche de vie
06 juillet 2020 à  12:44

Salut, je dirais pas mon nom pour une question d'anonymat, alors appelez moi SpaceWitch.

Ce blog est un point sur ma vie. Sur nos vies, si vous vous identifiez.
J'ai 1* ans, je vis chez ma mère et mon beau père avec mon frère, d'un an mon ainé.
Ce dernier est la perfection même. Il est beau, populaire avec tout le monde, intelligent, très bon à l'école, a une copine, des tas d'amis et a la grande ambition de devenir acteur. Si je vous parle de lui avant de vous parler de moi c'est parce que ça a toujours été lui, lui qui existe, lui qui est heureux, lui qui est souriant, lui qui a un avenir, lui qu'on aime.

Je suis un loser. L'antithèse de la fille rêvée. La mauvaise fréquentation, l'erreur qui fait tache sur la photo de famille. Tout le monde le pense mais ne le dit pas. Pourquoi n'est elle pas comme son frère ? Maman adore son fils et ne comprendra jamais sa fille.

J'ai commencé à me droguer à l'âge de 15 ans, par désœuvrement et par tristesse. Ma mère l'a découvert. TOXICOMANE.

Mon complexe d'infériorité et le manque d'affection m'on cassée. Mon cœur est bousillé, pratiquement incapable de recevoir de l'amour. Le monde me dégoute. La société me débecte. Je déteste le gouvernement; une prison, les flics ( maman est commissaire, beau papa est gendarme) ; des connards. Je tire la gueule tout le temps. Parce que la plupart des gens avec qui je suis ne m'intéressent pas. Ils sont fades, et intolérants. Alors je ne souris pas, je pleure pratiquement tous les soirs, en silence dans mon lit, parce que maman n'aime pas le bruit. DEPRESSIVE.

Les gens pensent que je reste dans mon coin et affiche une mine grise pour me faire remarquer. Il n'ont rien compris. J'aimerais qu'ils m'oublient. Je me sens seule. J'aimerais avoir une personne pour m'aimer, qui ne cherche pas à me rendre normale et toute lisse.

Ma mère a épousé un abruti. Homophobe, sexiste, et globalement très intolérant. Un vieux con quoi. Alors je sniffe un peu plus de morphine, pour oublier, pour me sentir mieux. Je les entend dire que les toxicomanes mériteraient de mourir. J'ai un peu plus envie de me tuer. Mais tout le monde s'en fout. Ils vivent leur petite vie, vont au cinéma, font leur courses, vont voter.
Tout le monde me regarde comme si j'étais une ado débile qui se rend malheureuse toute seule. CRISE D'ADO. Personne ne veut prendre la responsabilité de quoi que ce soit. Je prend la mienne. Oui c'est un peu ma faute si je suis aussi bizarre. Les genes? J'en sais rien.
Je pourrais être heureuse. Il me faudrait changer d'environnement, car je ne suis pas a ma place ici. Toujours est t-il que cette période qui perdure et ces etiquettes qu'on me collent à la peau finiront par me définir.

SpaceWitch

Je vous encourage à vous aussi parler de vos etiquettes.



Commentaires
Tu te considères toi même en crise d'ado?

Les étiquettes, représentations sociales, appelle les comme tu veux, sont partie intégrante des systèmes débris humains. Le monde n'est qu'une histoire de représentations lentement intégrées et digérées par les individus qui le composent! Comme tu l'écris, les représentations peuvent être des fardeaux a porter, mais il est impossible de ne pas en devenir soi même le vecteur de temps en temps. Complexe problème.

Quelqu'un existe quelque part pour toi ça c'est certain. Je suis plutôt misanthrope et fatigué de la stupidité du monde, j'exècre la majorité des personnes que je croise, mais on m'a déjà aimé sans chercher à me faire rentrer dans la norme.

Perd pas espoir même si ça a l'air dur.


Salut,

Je me ressens un peu dans tes tristesses.

Sans se laisser définir par ceux qui nous entourent, ni par des étiquettes que l'on se poserait soi-même, lorsque quelque chose est vrai, c'est vrai. Du moins tant que ça l'est. Les choses évoluent.

Dépressif, si tu es en dépression et que tu souffre, alors oui, tu es dépressive.
Toxicomane, si tu use de produits, alors oui, tu es une Utilisatrice (je crois qu'au final, c'est la définition de toxicomane.)

Et ça n'est pas péjoratif du tout. On a le droit d'avoir mal. On a le droit de choisir l'ivresse, et qu'importe le produit au final.
Ces deux "définitions" plus en haut, me correspondent à merveille. Mais je reste moi, je ne suis pas ces mots, ces étiquettes.
Je reste moi.

Après, en effet, il est dur de se sentir soi lorsque le monde qui nous entoure n'a vraiment aucuns rapports avec ce qu'on se sent être.

Pour ce qui est de la crise d'ado.. C'est tellement un terme fourre-tout.. Il suffit de se sentir mal, et de ne pas encore être tout à fait adulte pour le mériter.

À un moment, tu pourras t'éloigner un peu de cet entourage, qui n'a pas l'air de te faire du bien.

À un moment, tu rencontreras par le plus pur des hasards, sans le chercher, quelqu'un qui te fera du bien, qui te donnera.

La route est longue, mais elle en vaut le détour, elle en vaut l'effort.

Courage

JFD


Un jour tu vas partir de chez tes parents,la situation n'est pas éternelle,perso quand on me juge je balance direct a la gueule de la personne qui émet le jugement tout ses défauts ça remet les chose a leur place .
La morphine la came c'est pas une solution,regarde la preuve t'avance pas et tu t'enferme dedans ça ne fait que repousser tes problème a plus tard( je te juge absolument pas c'est du vécu)
A ta place je chercherai a partir de la le plus vite possible,trouve un job ,un appartement et adios les debilos .


Un jour tu vas partir de chez tes parents,la situation n'est pas éternelle,perso quand on me juge je balance direct a la gueule de la personne qui émet le jugement tout ses défauts ça remet les chose a leur place .
La morphine la came c'est pas une solution,regarde la preuve t'avance pas et tu t'enferme dedans ça ne fait que repousser tes problème a plus tard( je te juge absolument pas c'est du vécu)
A ta place je chercherai a partir de la le plus vite possible,trouve un job ,un appartement et adios les debilos .
On ne devient jamais vraiment adulte,on vieillit c'est tout on joue un rôle dans la vie .


Un jour tu vas partir de chez tes parents,la situation n'est pas éternelle,perso quand on me juge je balance direct a la gueule de la personne qui émet le jugement tout ses défauts ça remet les chose a leur place .
La morphine la came c'est pas une solution,regarde la preuve t'avance pas et tu t'enferme dedans ça ne fait que repousser tes problème a plus tard( je te juge absolument pas c'est du vécu)
A ta place je chercherai a partir de la le plus vite possible,trouve un job ,un appartement et adios les debilos .
On ne devient jamais vraiment adulte,on vieillit c'est tout on joue un rôle dans la vie .


Un jour tu vas partir de chez tes parents,la situation n'est pas éternelle,perso quand on me juge je balance direct a la gueule de la personne qui émet le jugement tout ses défauts ça remet les chose a leur place .
La morphine la came c'est pas une solution,regarde la preuve t'avance pas et tu t'enferme dedans ça ne fait que repousser tes problème a plus tard( je te juge absolument pas c'est du vécu)
A ta place je chercherai a partir de la le plus vite possible,trouve un job ,un appartement et adios les debilos .
On ne devient jamais vraiment adulte,on vieillit c'est tout on joue un rôle dans la vie .


Salut à toi Space Witch,

Je me reconnais dans ce que tu dis, la fameuse "étiquette" ! Je l'ai moi même vécu et le vis encore mais la différence c'est que maintenant, avec l'âge et le recul je m'en fout.
Je suis la dernière de d'une fratrie de 3 filles et il est vrai que j'ai eu beaucoup (trop) de liberté pendant mon adolescence. C'est bien et pas bien car c'est là qu'on commencé les problèmes avec les drogues.
Mes soeurs étant jalouse de ma liberté m'en on fait voir de toutes les couleurs et quand ils ont appris que je prenais des "substances illicites" je suis vite devenu les vilain petit canard, j'ai été encore plus mise à l'écart de ma famille et surtout de mes neveux que j'adore, de peur que je les "contamine". Alors que pendant ce temps le reste de la famille ne gênait pas pour se prendre des grosses cuites lors des repas de famille.
A 17 ans j'ai quitté la maison familiale en envoyant tout balader et en rompant tout contact avec mes soeurs. Mais toujours cette étiquette de "mouton noir" de la famille qui ne me quittera jamais vis à vis d'eux.
Je ne sais pas quel âge tu as mais tu m'as l'air bien jeune et donc la vie devant toi.
Tôt ou tard, tu te construira ta vie à toi, entourée de gens qui t’apprécieront telle que tu es, avec qui tu te sentira bien et une nouvelle vie commencera pour toi et tu oubliera cette fameuse étiquette que des "cons" (excuse moi le terme mais il n'y en a pas d'autre qui me vient à l'esprit) t'on donné.
Je te souhaite du courage et tu verra tu sera enfin heureuse, tiens le coup, ça en vaut la peine.
Lolla

Remonter

Psychoactif
Psychoactif est une communauté dédiée à l'information, l'entraide, l'échange d'expériences et la construction de savoirs sur les drogues, dans une démarche de réduction des risques.


logo Don Soutenez PsychoACTIF

Droit d'auteur : les textes de Psychoactif de https://www.psychoactif.org sont sous licence CC by NC SA 3.0 sauf mention contraire.


Affichage Bureau - A propos de Psychoactif - Politique de confidentialité - CGU - Contact - Propulsé par FluxBB - Flux RSS