sevrage méthadone

Publié par ,
22625 vues, 41 réponses
teknocore
Nouveau membre
Inscrit le 09 Nov 2008
8 messages
bonjour,
je suis nouveau sur ce forum et je viens pour poser une question.
je vis avec une personne depuis 4 mois qui prend de la méthadone. elle a egalement des probleme de depression depuis son adolescence. elle prends 120 mg depuis plus de 3 ans, aujourd'hui ensemble (surtout pcq j'ai un peu insisté pour qu'elle le fasse) elle a dcidé d'arreter du moins de reduire sa consommation.
au début elle a tt arreter d'un coup mais devant la difficulté de la tache je lui en redonne 90 par jour 30 le matin et 60 le soir. mais c'est tres dur pour elle comme vous pouvez l'imaginer.
je suis totalement novice dans ce domaine je cherche de l'aide pour m'aider a trouver la bonne methode ou simplement recevoir des conseils pcq la je ne sais pas trop quoi faire.
je vous remercie d'avance de votre reponse

a bientot
nicolas

Hors ligne

 

behrthram
.
Inscrit le 21 Nov 2007
5989 messages
salut teknocore

bienvenue sur le forum.

si tu veux au départ, il faut que se soit la personne concernée qui décide pour elle, en règle générale on va dire que ça a de meilleurs chance d'aboutir..... mais bon comme il semble que tu ai réussis à  la convaincre, je te déconseille de descendre aussi brutalement son dosage....
allez y doucement et entre chaque palier (à  chaque fois - 5 ) tu la laisse se stabiliser, c'est elle qui doit te donner le signal du palier suivant parce qu'elle aura decidé de le faire.
Laisse la reprendre son sevrage en main si elle a decidé de le faire, ça prendra sans doute plus de temps que tu l'aurais souhaité, mais de 120 pendant plusieurs années tu descends pas en deux mois....
pour commencer laisse lui le choix... et redonne lui un dosage plus adapté à  ce qu'elle a besoin, plutot autour de 100.... voir 110.
D'autre part, que tu lui retire 10 ou 15 de son traitement à  la limite, mais après, laisse lui gerer ses prises comme elle l'entend, c'est elle qui decide, sinon je crains que tu n'arrives pas à  grand choses, à  part lui faire beaucoup de mal...
il faut bien que tu te rendes compte qu'arrêter c'est pas aussi simple que ça, regarde sur le forum les nombreux témoignages concernant la metha et comment décrocher de ces hauts dosages....
pourquoi veux tu qu'elle arrête, ça te gène tant que ça qu'elle prenne un traitement qui l'empêche de prendre les produits de rues (bien plus nocifs), pose toi la question... je peux comprendre que tu souhaites qu'elle arrête, mais parlez en peut etre avant, et surtout ne la "brutalise" pas, enlever 30 d'un coup, un quart de son dosage, est ce que tu te rends compte de la souffrance et de la pression qu'elle subit en ce moment???
et puis, ne te trompe pas, arreter le produit c'est qu'une toute petite partie de la decroche, tu t'en apercevra après...
parle lui, remonte lui un peu son dosage et attendez le palier d'après, ça peut etre dans quinze jours ou dans trois semaines....
bon courage

Hors ligne

 

avatar
bighorsse femme
Banni
Inscrit le 19 Mar 2007
8506 messages
bonsoir
je suis tout à  fait ok avec bertrand ! lui il est modéré dans son propos; moi je suis "choquée" par le fait que ce soit toi qui donne sa métha à  ta copine!! ce n'est pas bon pour votre relation! si elle a peur de "craquer" elle peut demander à  son pharmacien de lui délivrer la métha peu à  peu...mais toi, quel role as tu pris à  ses yeux? c'est chercher les difficultés dans votre relation; elle peut ne rien en laisser paraitre mais peut t'en vouloir de la "mater".;de la conformer à  tes désirs

l angoisse est le vertige de la liberté

Hors ligne

 

avatar
Eva Brown Sugar
Psycho sénior
Inscrit le 18 Nov 2007
587 messages
Bonjour Teknocore. Ton message est révoltant, j'ose espérer que tu t'es exprimé maladroitement....
- Tu dis "JE" lui redonnes ci & ça... Or, tu n'es pas médecin et même si c'était le cas, déontologiquement votre relation t'excluerai d'office en tant que soignant. On dirait que tu parles d'un enfant a qui tu donnerais son traitement. Te rends tu compte de la violence de ton comportement ?
- Tu dis "au début elle a tout arrêté d'un coup", quelle pression tu as du lui mettre!!!!!!  "J'ai insisté pour qu'elle arrête" : quand vous avez débuté votre relation, elle prenais dejà  de la métha, elle t'as séduit, tu l'as prise avec la métha et avec ses problèmes de dépression. Pourquoi vouloir la changer si brutalement et au nom de quoi t'octroies tu l'égoïste droit de juger et de mettre en péril sa façon d'être au monde.
Ce n'est pas a toi de trouver "la bonne méthode" par rapport à  son traitement, mais à  elle, en collaboration avec le médecin qui la suis.
Quant à  "la bonne méthode" face au fait qu'elle prend de la méthadone, essaye d'abord d'accepter l'idée qu'elle prend un traitement dont elle a besoin, qui lui est prescrit, qu'on ne peut pas arrêter du jour au lendemain.
Aimer une personne c'est l'accepter, ne pas la juger, ne pas la contraindre.

Hors ligne

 

avatar
sativa67 homme
Banni
Inscrit le 13 Apr 2007
2474 messages
entièrement d'accord avec ce qui a été dit plus haut ...

perso je suis à  110 mg et ma metha c'est comme ma brosse à  dent , , je la bois le matin et après je n'y pense plus de la journée ... et je travaille et je mène une vie bien remplie ... je vis très bien mon traitement et j'ai pu constater qu'en baissant trop rapidement (je suis passé en 6 mois de 90 mg à  40 mg) on finis par prendre un autre produit et c'est généralement l'échec assuré .

en aucune manière c'est à  un conjoint de gérer la méthadone de son compagnon (ou de sa compagne) ... cela ne peut qu'engendrer des problemes au sein même du couple .
Sauf si évidement c'est elle qui te le demande mais là  à  toi de te renseigner pour faire les choses le mieux possible et pour ça le mieux est que tu ailles consulter avec elle.

je te souhaite quand même de finir par trouver la paix et crois moi , si elle vit bien son traitement , laisse la tranquille , un beau jour c'est elle qui prendra la décision de baisser ou de se sevrer et là  ton soutien sera précieux pour elle ... en attendant ... crois moi ne joues pas avec elle comme tu le fais ... c'est infantilisant ... et elle doit t'en vouloir d'agir de la sorte ... rien de plus cruel que de faire un chantage à  la "dose" pour quelqu'un de dependant ... certains enfoirés de dealers jouent à  ce jeux pour "rabaisser" certains de leurs clients , de la sale race je te dis ... et en faisant ça tu fais presque la même chose

Hors ligne

 

teknocore
Nouveau membre
Inscrit le 09 Nov 2008
8 messages
Bonjour à  tous,

Merci de m'avoir répondu et surtout aussi rapidement, je d'accord avec vous mais d'abord qui ma demander de lui garder sa méthadone et de lui en donner ces quantités là  et en aucun moi qui est pris cette decision. Qui je suis pour pretendre avoir le droit de vie ou de mort sur ce petit être que j'adore tant. Cette décision on l'a pris a deux. certes c'est moi qui  le plus souvent remettait cette discussion sur  "la table" mais en aucun cas je l'ai forcée a quoi que ce soit.
Je vais lui rendre toute sa méthadone et elle fera differemment. C'est quand meme elle qui a voulu tout arreter d'un coup passer à  0 mg du jour au lendemain, je pensais que c'etait une connerie, et le résultat et là .
Une fois de plus je vous remercie pour votre aide vous etes des gens extra.

nico

Hors ligne

 

avatar
Alain Will homme
ancien Vice-Président
Inscrit le 14 Oct 2008
9618 messages

teknocore a écrit

... elle prends 120 mg depuis plus de 3 ans, aujourd'hui ensemble (surtout pcq j'ai un peu insisté pour qu'elle le fasse) elle a dcidé d'arreter du moins de reduire sa consommation.
au début elle a tt arreter d'un coup mais devant la difficulté de la tache je lui en redonne ...
nicolas

Salut nicolas,

Je viens mettre mon grain de sel... Au premier abord je suis tout à  fait d'accord avec tout ce qui a été dit précédemment.
Mais j'aimerais tempérer un peu les choses car j'ai relu et relu ton post et les réponses.

Il semble que ce soit toi qui as souhaité que ton amie diminue sa méthadone. Il semble aussi qu'elle a été d'accord. Donc je voudrais être un peu moins vindicatif que les autres en considérant que vous faites cela d'un commun accord ? C'est peut-être une façon pour vous de voir les choses mais je ne suis pas certain que ce soit une bonne façon de procéder. Ta compagne devrait considérer le fait qu'elle est dépendante de cette méthadone ; inutile pour elle de se rendre également dépendante de toi par l'intermédiaire de sa méthadone, car d'une certaine manière c'est sur cette voie que vous vous engagez.

C'est peut-être une demande de sa part (?) mais si c'est le cas, je crois qu'elle commets une erreur.

A votre place je ne construirai pas une relation "autour" de la méthadone.

Tu précises qu'au début, elle a tout arrêté d'un coup ; ça montre qu'elle n'est pas très au fait de la meilleure façon pour se séparer de la méthadone. Comme cela a été dit, il n'est pas possible d'arrêter la méthadone à  un tel dosage pris depuis 3 ans du jour au lendemain.
Heureusement que tu lui en redonnes, mais il faudrait que vous alliez voir, ensemble si tel est votre désir, le médecin qui lui prescrit sa méthadone pour apprendre à  gérer sa diminution.

Si vous lui expliquez la situation où vous en êtes, je suis presque certain qu'il vous conseillera ce qui a été dit plus haut dans les messages : une diminution plus lente par pallier plus petits à  la demande de ta compagne en fonction de son ressenti.

C'est clair que ton message et ton "appel au secours" a pû paraître "choquant".
Personnellement à  une époque, j'ai essayé de décrocher du skenan un peu de la même manière. Cela a contribué encore davantage à  la destruction de ma relation qui était à  ce moment-là  déjà  bien esquintée. Mais qui aurait pu tenir le coup si l'un et l'autre avions géré séparément notre substitution par la suite, ce qui n'a pas été le cas. Et du coup je me suis retrouvé seul...

Voilà  j'espère que personne ne m'en voudra d'avoir écrit cela, car j'ai crû voir au travers du message de teknocore un peu de ce que j'ai pu vivre. Et les choses n'étaient pas aussi "catégoriques" qu'on pouvait le supposer.


Il m'arrive de trouver que la vie est une horrible plaisanterie. F. Sagan.

Je vois dans la révolution la revanche du faible sur le fort. La liberté est un mot que j'ai longtemps chéri. Sade (Le marquis de)

Hors ligne

 

avatar
Alain Will homme
ancien Vice-Président
Inscrit le 14 Oct 2008
9618 messages
J'ai écrit mon message pendant que tu postais le tien, teknocore... J'arrive un peu tard... désolé wink

Mais je crois que j'avais bien compris la situation...

Dernière modification par Alain Will (10 novembre 2009 à  12:43)


Il m'arrive de trouver que la vie est une horrible plaisanterie. F. Sagan.

Je vois dans la révolution la revanche du faible sur le fort. La liberté est un mot que j'ai longtemps chéri. Sade (Le marquis de)

Hors ligne

 

behrthram
.
Inscrit le 21 Nov 2007
5989 messages
salut nicolas

c'est justement pour ça que j'ai essayé de t'expliquer ce qu'il en etait, maintenant j'espere que vous pouvez rediscuter de tous ça ensemble et agir pour le mieux... arreter une substitution c'est jamais simple, c'est jamais une partie de plaisir, c'est toujours douloureux et ça demande souvent une remise en question de tout un ensemble de choses....
certains ont réagit "viscéralement" parce que nous avons plus ou moins tous subit les extravagances soit de nos proche soit de médecins pas qualifié,  le principale c'est d'arriver à  dialoguer, c'est par la que nous arriverons peut être à  faire évoluer les choses... si tu veux un conseil: fait en sorte qu'elle arrive à  s'en sortir sans te détester..... tu sais quand tu es "de l'autre coté", c'est très difficile à  vivre d'etre infantilisé, refuse de jouer ce jeux, c'est de votre responsabilité à  tous les deux c'est ensemble qu'il vous faut avancer, pas l'un derriere l'autre...
bon courage à  vous deux....

Hors ligne

 

gnesa
Nouveau membre
Inscrit le 10 Nov 2008
1 message
Bonjour
J'ai 34 ans, 15 ans d'opiacés  non stop. En 2002 je suis passée à  la métha (20mg), marre d'injecter le tem puis le sub(16 à  24 mg/jour). Avec la métha j'ai décidé de jouer le jeu et accepté le dosage donné. Au bout de 3 semaines j'étais stabilisé tout allait bien. Suite à  la naissance de mon 3ème enfant en 2004, j'ai envisagé de diminuer tant et si bien que je suis descendue à  1 mg (j'y suis depuis plusieurs mois). J'ai décidé d'arrêter. Ma dernière prise remonte à  plus de 48 heures. Pour l'instant j'ai surtout froid. Je ne flippe pas trop. En effet mon passage de 2 à  1mg s'est traduit par de la fatigue et de rares impatiences dans les jambes. Je n'ai pas trop à  ma plaindre. En ce qui me concrene le plus difficile a été tant que j'étais au dessus de 10mg. A partir du moment où j'ai passé la barre de 10 les diminutions de 1 à  2 mg toutes les 6 à  8 semaines se faisaient sans peine. Je ne voudrais pas faire croire que ça se passe sans anicroche mais j'ai une mémoire sélective et les mauvais moments passent à  la trappe. Mon médecin m'a d'ailleurs rassuré me disant que je n'étais pas au bout de mes (bonnes) surprises.

Pendant le temps où je vivais en couple mon conjoint qui lui était sous métha puis à  nouveanusous sub me prenait la tête surtout lorsqu'il a tout arrêté. Je lui ai clairement fait comprendre que la décision de diminuer ou d'arrêter n'appartenait qu'à  moi et que je le ferai quand je le souhaiterai. Il est vrai que j'ai commencé à  un petit dosage (20mg, 25mg quand je fus enceinte) mais là  encore j'ai refusé d'augmenter alors qu'on me l'a proposé. Le meilleur juge en matière de sevrage reste soi-même.
Bon courage à  vous deux Teknocore, mais laisse ta copine apprécier ce qu'elle juge bon pour elle. C''est en faisant les choses avec la meilleure intention qu'on fait quelquefois le plus de dégâts.

Gnesa

Hors ligne

 

avatar
bighorsse femme
Banni
Inscrit le 19 Mar 2007
8506 messages
un jour j'ai dû prendre une décision qui m'a surement en partie du moins couter mon couple : mon ami était en train de mourir (vésicule biliaire HS) ;je l'ai fait décro sans qu'il "le sache"..donc en mettant de moins en moins de came dans sa pompe, jusqu'à  ce qu'il n'y ait plus rien...ceci à  l'époque où la substitution n'existait pas bien sur...j'ai agi ainsi afin qu'il vive..il a pu etre opérer.;3 mois plus tard, il m'a dit avoir eu des doutes sur ma façon de préparer les shoots.;je lui ai expliqué..il l'a très très mal pris!!!!!! notre couple a d'ailleurs "disparu" peu à  peu depuis de moment jusqu'à  la mort de ce couple..
l'enfer est pavé de bonnes intentions!

l angoisse est le vertige de la liberté

Hors ligne

 

behrthram
.
Inscrit le 21 Nov 2007
5989 messages
salut big

et franchement, toi tu l'aurais pris comment????
sur le forum on est tous en train de dire (et toi aussi) que nous devons être en première ligne quand aux décisions qui nous concerne, il en est de même pour les maladies, de quel droit peut on s'investir de cette "mission" de sauvetage forcé...???
tu sais il y a une dizaine d'année un enculé de veilleur de nuit est revenu au foyer ou j'etais (seul) pour voir si tout allait bien, il ne le faisait jamais, je pensais donc etre tranquille pour mourir enfin dans la dignité qu'à  l'epoque on ne me laissait pas.... Il m'a trouvé dans le coma et a appelé samu et pompier, à  15 minutes pret j'etais mort, il aurait du revenir à  21 heures il m'aurait donc "decouvert", c'était ma volonté, tu peux pas t'imaginer et lui non plus jusqu'à  ce que je le lui dise à  quel point je lui en veux... alors c'est pas pareil, mais la demarche reste la même, le libre arbitre de chacun d'entre nous quelque soit la situation doit etre respecté, agir dans le dos des gens, c'est leur cracher dans la gueule.

Hors ligne

 

teknocore
Nouveau membre
Inscrit le 09 Nov 2008
8 messages
bonjour;

j'ai bien lu tous voc messages de conseil et de soutien a mon copain il est vrai que c'est par amour que j'ai souhaite arreter la metha mais il ne ma aucunement
forcée il ne ferai ja

Hors ligne

 

teknocore
Nouveau membre
Inscrit le 09 Nov 2008
8 messages
suite du post precedent cause un bug
il ne aucunement forcée cxe n'est pas son genre
par ailleurs j'ai assez peur d'arretr a cause de inconveinients psychologiques je souffre de dépression mélancolique très hard et drogue m'a permi de me sentir ieux c'est la que je suis tombée dans le piege...j'essaie de me reconstrure peu a peu c'est du j'ai mal tout au fond et parfois il suffirait d'un revolver....TANT LA DOULEUR DE VIVRE EST FORTE....SI il y a un dieu ce dont je doute deplus en plus qu'il me vienne en aide;;;;;;alors chaque jour est partfois insuportable

Hors ligne

 

alcaloX
Banni
Inscrit le 08 Jun 2007
998 messages
Salut Teknocore (le couple),

Si vraiment tu veux que ce soit lui qui te donne ta métha. journaliére, pour xx raisons, faite le mais ne descends pas trop vite.
Qui fasse gaffe, explique lui et dans un an tu sera a 60mg et ça ira mieux.
Je vous le souhaites..

Hors ligne

 

behrthram
.
Inscrit le 21 Nov 2007
5989 messages
salut "teknocore", et bienvenue à  toi....

je sais que tu vie un moment penible, tu sais arrêter brutalement le produit ou même essayer de commencer de descendre ton traitement dans l'etat psychologique ou tu es n'est pas à  mon avis la meilleurs des choses à  faire... je comprend bien que tu t'es fait piégée et que tu voudrais sortir de ce cercle infernal, mais ça ne peu malheureusement pas se faire comme ça....
est ce que tu as essayer de trouver un psychologue ou un psychothérapeute pour t'aider, ou au moins pour pouvoir parler, sortir ce qui te fais tellement mal ou simplement parler de ta situation.... tu sais parler, pouvoir dire à  une personne complètement exterieur ce qui se passe à  l'intérieur, c'est très important si tu veux entamer un sevrage dans de bonne conditions... il m'a fallut des années pour pouvoir sortir avec des mots ce que j'avais vecu, aujourd'hui je sais le temps que j'ai perdu en ne le faisant pas avant, mais avant je ne pouvais pas....
comme tu aime ton compagnon qu'il t'aime aussi, qu'il veut t'aider et qu'il peut t'épauler, essaye de trouver un professionnel qui puisse t'aider, parce qu'il y a sur les forum une limite que nous ne pouvons pas dépasser, nous sommes des usagers de drogues et si nous pouvons conseiller, orienter, nous ne sommes pas des professionnels du soins et toi précisément tu en as besoins.... n'ai pas peur d'affronter ta vie, tu n'en tireras que du bénéfice même si ça va aussi te faire beaucoup de mal.....
ça me fait mal de te voir comme ça, parce que ta situation ressemble etrangement à  ce que je vivais il y a quelques années de ça....
vous etes dans quel coin??? (si tu veux pas repondre en direct contacte moi en privé)
bon courage, et s'il te plait remonte un peu ton dosage, et regarde venir ne te précipite pas sur quelque chose qui va te faire trébucher....

Hors ligne

 

avatar
Eva Brown Sugar
Psycho sénior
Inscrit le 18 Nov 2007
587 messages
Bonsoir Mme tecknocore.
Je viens d'arrêter la métha après 7 ans environ. C'est pas facile.

Vos posts à  tous les deux m'interpellent.

Mme, Tu dis que si tu veux arrêter, c'est par amour, ça veux dire que Mr Tecknocore t'aimeras mieux sans métha ?
Mon expérience du couple m'a appris de me méfier des relations basées sur le désir de changer l'autre. "Nous serons enfin heureux après que tu auras arrêté ci, commencé ça, devenu plus çi et moins ça". Finalement on passe son temps a attendre que l'autre se conforme enfin a ce qu'on voudrait qu'il soit et qu'il ne sera jamais. Ce type de relation entraine beaucoup de frustration de part et d'autre, de la culpabilité et de la tristesse.
Je ne dis pas que votre relation est ainsi, mais c'est un piège que vous pourrez peut-être éviter si vous le déjouez dès le début.
Mme Tecknocore, ton désir de plaire a Mr Tecknocore ne doit pas te conduire a des situations périlleuses pour ta santé physique et mentale: l'arrêt de 120 à  0 d'un coup ressemble a un acte d'amour romantique (donc désespéré), comme une sorte de suicide psychologique  ?
Si tu veux construire une relation durable, mets des choses stables dedans: la baisse progressive de la métha si tu le souhaites. Mais il vaut mieux ne pas détruire son équilibre, même précaire, lorsque l'on veut bâtir une relation.
Je vous souhaite plein de bonnes choses

Hors ligne

 

avatar
bighorsse femme
Banni
Inscrit le 19 Mar 2007
8506 messages
bertrand
si je devais refaire ce que j'ai fais à  cette époque là , je le referai sans aucune hésitation! tu vois? non car si je l'ai fait , c'est parce que lui ne savait pas ce qu'il risquait à  tout moment, que la décroche se devait d'etre faite de façon urgente; il ne m'a pas reproché de douleur, non, juste de ne pas avoir partager les shoots!! alors non! je ne voulais pas d'un cadavre dans mon lit! c'etait mon droit le plus stricte! maintenant, pour le suicide, cela n'a rien à  voir! rien; j'ai aussi connu un "connard" (je l'ai appelé ainsi à  l'époque) qui m'a "sauve" la vie..

l angoisse est le vertige de la liberté

Hors ligne

 

avatar
bighorsse femme
Banni
Inscrit le 19 Mar 2007
8506 messages
teknocore
je souscris au message que t'adresses bertrand; losque la douleur de vivre est à  ce point là , il ne faut pas se mettre ainsi en danger! meme si ton moi profond verrait d'un "bon oeil" la fin de tout..quand la défonce a servi d'anti douleur psychique au point qu'elle a été vitale pour toi, il est certain que vivre sans, meme substitué s'avere difficile, un calvaire presque , quotidien...alors imagines descendre la métha si vite! c'est pas bon du tout! vous allez tous les deux dans le mur! lui par culpabilité;toi, parce que tu risques gros.
as tu essayé de parler à  un psy? (pas psychiatre ) as tu deja eu un traitement anti dépresseur ou autre? cela peut aider dans certains cas

l angoisse est le vertige de la liberté

Hors ligne

 

behrthram
.
Inscrit le 21 Nov 2007
5989 messages
bighorsse

si tu devais le refaire tu le referais??? alors tu es contre le libre arbitre, tu es contre le choix que peu prendre une personne pour ce qui concerne sa propre vie, qu'il soit conscient ou pas, n'a rien à  voir, mais le faire dans son dos, je trouve ça gerbant, jamais je ferais un truc aussi ignoble. De plus tu n'es pas medecin pour decider de ce qu'il faut ou pas faire... c'est au malade en concertation avec ses medecins de discuter de tous ça, la tu te comporte comme tous ceux qui nous font tant de mal, tu prend la decision quitte à  "infantiliser" la personne que tu aimes (tu le fais dans son dos, sans même lui en parler, pour son "bien", je connais plein de toubibs qui pratiquent de la sorte, je me bat contre eux depuis des années)

Hors ligne

 

avatar
reskaper
en route pour le soleil
Inscrit le 27 Apr 2007
3346 messages
Hello techno..
Pourquoi lui donner les dose de metha en deux fois
je le répète pour celui qui n aurait pas suivit , que lorsqu on commence a prendre sa metha en deux fois c est une habitude qui après on  ne peux plus se passer de faire
ensuite c est deux fois malade par jour
pour la fin du sevrage cela sera un problème de plus que je ne conseille pas

il faut donner la metha en deux fois que lorsque le sujet la mètaboilise trop vite (et seul un test chez le mèdecin peut le dèfinir )
dans le cas contraire c est un handicap de plus qui devrait être éviter
Pour la voir vécut.. 

amitié

Dernière modification par reskaper (11 novembre 2009 à  11:48)


une goutte d eau dans un océan..

Hors ligne

 

alcaloX
Banni
Inscrit le 08 Jun 2007
998 messages
Je suis comme toi reskap je métabolise vite et donc je prends en deux fois aussi.
Peut être que c'est son cas aussi ?

Hors ligne

 

behrthram
.
Inscrit le 21 Nov 2007
5989 messages
pour le savoir, une seule solution..... après se sont des "prévisions sur la commette"....

Hors ligne

 

alcaloX
Banni
Inscrit le 08 Jun 2007
998 messages
Bertrand et big, je crois qu'il nous a dit qu'il avait fait cette méthode d'un commun accord.
Donc je ne vois pas où est le probléme.
Maintenant le faire si la personne n'est plus en mesure de raisonné là ..c'est un long débat.
C'est comme la mére Humbert qui a voulu mettre un terme a la douleur de son fils en voulant l'aider à  mourir. Quoique c'est lui qui lui a demandé.
Faut qu'il y ai un dialogue entre les deux partie sinon ça craind..Le faire en pensant que... et l'autre n'est pas au courant c'est un peu, comment dire..pas euuuhh je trouve pas les mots..
même si ça a marché une fois, je sais pas si c'est la bonne solution.

Hors ligne

 

avatar
Alain Will homme
ancien Vice-Président
Inscrit le 14 Oct 2008
9618 messages

alcaloX a écrit

Je suis comme toi reskap je métabolise vite et donc je prends en deux fois aussi.
Peut être que c'est son cas aussi ?

Ben finalement on est plusieurs à  prendre cette sacrée métha en deux fois par jour...

Bertrand a écrit

pour le savoir, une seule solution.....

Tu penses à  la prise de sang en disant ça ? Je sais que c'est l'usage pour y être passé moi-même mais à  l'époque où on m'a fait la prise de sang, je prenais déjà  ma métha en deux fois. Résultat : la méthadonémie résiduelle n'était pas franchement basse puisque justement j'en prenais deux fois par jour. Donc le doc' n'a pas pu conclure franchement que j'étais un métaboliseur rapide.

Je pense que ce dosage doit être indiqué pour quelqu'un qui prend la métha en une seule fois et qui se sens mal "couvert" sur 24h. Là , s'il est métaboliseur rapide, il y aura un creux au moment de la prise de sang et un résultat de dosage plus bas que la normale.


Il m'arrive de trouver que la vie est une horrible plaisanterie. F. Sagan.

Je vois dans la révolution la revanche du faible sur le fort. La liberté est un mot que j'ai longtemps chéri. Sade (Le marquis de)

Hors ligne

 

avatar
Alain Will homme
ancien Vice-Président
Inscrit le 14 Oct 2008
9618 messages

alcaloX a écrit

...
Faut qu'il y ai un dialogue entre les deux partie sinon ça craind..Le faire en pensant que... et l'autre n'est pas au courant c'est un peu, comment dire..pas euuuhh je trouve pas les mots...

"Ca craint",comme tu dis... Lorsque mon amie a appris qu'elle avait un cancer j'ai su tout de suite de mon côté quelle serait l'issue. C'était perdu d'avance malheureusement.
Nous avons finalement peu parlé. Elle connaissait ma subsitution bien sûr et savait que pour diverses raisons, je "maîtrisais" les soins palliatifs, entre autres pour avoir déjà  vécu la même situation.

J'ai longtemps pensé que tôt ou tard elle allait me confronter à  une situation très difficile. Elle ne voulait en aucun cas perdre sa dignité. Hors, elle savait très bien qu'un cancer avec métastases, cela transforme un être humain en une triste carcasse squelettique.

Je redoutais le moment où elle me demanderait de faire quelque chose... Eh bien, jamais, aussi bien consciente qu'à  moitié embuée dans les bras de la morphine, elle ne m'a demandé une telle chose. Elle a voulu vivre jusqu'au bout. Jusqu'à  la dernière minute. Et je peux dire que même si elle ne parlait plus, elle avait l'air de se sentir heureuse et apaisée.

Alors jamais, non jamais, je n'aurai abusé de mon pouvoir dans son dos, profitant d'un jour ou d'un moment où elle n'aurait plus répondu à  rien pour la faire partir. Jamais je n'aurai pu faire ça.

J'ai toujours vécu en pensant que si cela devait m'arriver, j'aimerai partir encore digne, avec une aide... Que je mettrai un terme à  mes souffrances d'une manière ou d'une autre. Mais cette certitude mon amie me l'a enlevée. La seule chose qu'elle m'ait dit c'est "C'est dur, très dur, mais c'est bon d'être encore là ... et d'en profiter un peu, encore un peu..."

De quoi bien me bousculer dans mes certitudes...


Il m'arrive de trouver que la vie est une horrible plaisanterie. F. Sagan.

Je vois dans la révolution la revanche du faible sur le fort. La liberté est un mot que j'ai longtemps chéri. Sade (Le marquis de)

Hors ligne

 

avatar
Alain Will homme
ancien Vice-Président
Inscrit le 14 Oct 2008
9618 messages
Pardon pour le hors-sujet vis à  vis du post initial ; je peux supprimer mon message s'il le faut bien sûr...

Il m'arrive de trouver que la vie est une horrible plaisanterie. F. Sagan.

Je vois dans la révolution la revanche du faible sur le fort. La liberté est un mot que j'ai longtemps chéri. Sade (Le marquis de)

Hors ligne

 

behrthram
.
Inscrit le 21 Nov 2007
5989 messages
salut alcalox

tu dis: "Bertrand et big, je crois qu'il nous a dit qu'il avait fait cette méthode d'un commun accord.
Donc je ne vois pas où est le problème".

c'est pas par rapport à  mr et mme teknocor qu'on se crepe le chignon, c'est par rapport au post de big ou elle explique qu'elle a "forcé" la decroche de son ex dans son dos.... et la, de par ce que je vie depuis maintenant plus de 25 ans (ma seropositivité)  je peux pas etre d'accord avec ce genre de comportement....

Hors ligne

 

alcaloX
Banni
Inscrit le 08 Jun 2007
998 messages
Je te comprends Alain et suis désolé pour ton amie..
Elle a voulu vivre jusqu'au bout et  c'est son droit..
Mais on peus aussi vouloir mettre un terme a ces souffrance en voulant mourir.
Pour moi ça me parais logique.
Si elle t'avais demandé de mettre un terme a sa vie, qu'aurait tu fais ?
Pas évident, chaque cas est different et (perso) je suis pour l'heutanasie.
hors sujet aussi (si il faut on fait un nouveau sujet)

Hors ligne

 

alcaloX
Banni
Inscrit le 08 Jun 2007
998 messages
Bertrand, je suis d'accord avec toi, comme je disais faut qu'il y ai consentement.

Hors ligne

 


Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

logo Psychoactif
[ Forum ] Sevrage methadone : ouvrir les gelulles de méthadone
par killeuse2luxe, dernier post 06 juillet 2016 par Hanjo
  5
logo Psychoactif
[ Forum ] Arrêt & Sevrage - Sevrage methadone
par Djedje, dernier post 30 janvier 2020 par Zazou2A
  1
logo Psychoactif
[ Forum ] Arrêt & Sevrage - Sevrage méthadone
par henri1, dernier post 19 janvier 2018 par Farfadet74
  2
logo Psychoactif   [ PsychoWIKI ] PAWS, le syndrome prolongé de sevrage
logo Psychoactif   [ PsychoWIKI ] Méthadone et grossesse
logo Psychoactif   [ QuizzZ ] Risquez vous une overdose d'opiacé ? (heroine, morphine, methadone)
19443 personnes ont déja passé ce quizzz !
logo Psychoactif   [ QuizzZ ] Testez vos connaissances sur les overdoses d'opiacés
19459 personnes ont déja passé ce quizzz !

Pied de page des forums