Psychiatre dangereuse et black out total / PsychoACTIF

Psychiatre dangereuse et black out total

Publié par ,
19782 vues, 42 réponses
Snoop' 
Modératrice à  la retraite
Jolly Roger
000
Inscrit le 09 Jul 2012
2280 messages
Blogs
Salut,

ne sachant plus quoi faire ni penser (ni croire), je viens ici temoigner de ma semaine passée....

je plante le décor, ancienne cocainomane++ durant 10 ans, "clean" depuis bientot 8 ans (sauf cas exceptionnel), je m'en sors avec un traitement de 2 prozac le matin et un sub 8, et un seresta 50 le soir,

sur ce, je fais un "épisode depressif majeur", et donc je dois revoir mon ancienne psychiatre (qui m'a suivie depuis quasiment le debut, soit plus de 10 ans) avec qui je n'ai plus de contact depuis un an, et avant ca des rdv de plus en plus espacés, au profit d'un bon suivi avec la psychologue de mon csapa et l'addicto qui du coup me prescrit mon sub et mes quelques relicats de médocs psy,
ces dernieres se sentant dépassées par mon état, m'ont renvoyé vers elle pour me réadapter mon traitement, + arret etc.....

lundi soir, la psychiatre me prescrit un parchemin : xeroquel, norset (mirtazapine), laroxyl et seresta 3x/jour et me dit que pour la carte vitale je dois revenir demain (je sens qu'elle n'a pas tout suivi),

mardi je debute mon nouveau traitement, en zappant du coup l'autre (prozac et seresta), je me sens un peu bizarre mais.....je gère suffisement pour la revoir (1h de transports, elle est sur Paris), et je ressors avec un papier d'inaptitude pour mon année de formation (...), et je ne pense pas a lui faire remarquer que la veille j'ai refusé de me faire prescrire du norset, et que le pharmacien m'a dit que la mirtazapine=norset,

mercredi, je fais une reaction allergique, moi qui ai perdu un peu plus de 10kg en 2 mois (deja que je suis pas grosse, là ....), j'ai gonflé pendant la nuit, ai repris 5kg dans la nuit, et suis toute bouffie, j'appele ma psychiatre, qui me dit d'arreter le xeroquel et de le ramener au pharmacien, ce que je fais....dans la matinée......

jeudi,

vendredi 14h, je me reveille, completement dans le paté, paumée, je ne me rappele de rien.....j'essaye de retrouver ce que j'ai fait la veille, rien, black out.....
je sais que hier jeudi je devais aller voir une spécialiste des traumas a Paris, je regarde dans mon agenda, et je me souviens brumeusement qu'elle m'a recu tres brievement et qu'elle m'a tendu un post it avec les noms et numeros de la personne qui doit me prendre en charge.....
je decouvre un rdv pris pour la semaine suivante (cette semaine) avec la personne concernée, j'ai donc telephoné ?
je decouvre de nouvelles fringues, de l'encens, j'ai été à  **** forcement, et j'ai fait chauffer la CB,
dans la meme ville juste à  coté je me revois difficilement tendre le papier d'inaptitude momentanée (assez long quand meme, 1 an) à  mon responsable de formation..... eek j'ai été à  mon centre de formation ?
je me rappele meme pas avoir cherché ma carte pour entrer dans l'etablissement, encore moins etre rentrée en bus......tout ce que je sais, c'est que ma fidele chienne me ramene à  la maison tard, il fait nuit, je suis avec elle donc je suis rentrée......sale impression, et vice versa

rajout : j'ai un vague souvenir de m'etre reveillée (cette semaine ci, ou je sais plus) par terre chez moi en pleine nuit, la tete dans un cendrier, qui m'a laissé un coquard a l'oeil, qui n'etait presque plus visible le samedi

samedi, je rappele ma psychiatre paniquée pour lui dire qu'il me manque 2 jours de memoire, et elle me réponds que non, c'est pas le traitement, ca doit etre moi (pas de bol, je suis clean, et je sais que j'ai suivi son ordo et rien d'autre), bon, bref, elle est occupée là , elle me lance "on va faire une fenetre therapeutique, pendant 2 jours vous ne prenez RIEN"....et je vous rappele pour prendre rdv.....

c'etait il y a une semaine de ca, j'ai heureusement eu une personne qui me conseille fortement de reprendre le prozac au moins, en attendant (je prends toujours mon sub, le seul qui n'ai pas "bougé", et qui me stabilise un minimum).
J'ai donc en une semaine gonflé, puis perdu de 5 kg, sans suivi pour mon nouveau traitement, fait sans switch du jour au lendemain, perdu 2 jours et leur contenu de ma mémoire, et ai été laissée sans traitement délibérément 2 jours en plein épisode depressif majeur, sans meme un prochain rdv pour savoir si c'est efficace (non, elle, elle a une resistance +++, "de quoi coucher un Sebastien Chabal dans le corps mais tiens toujours debout", pas de souci....)

Je tenais à  témoigner de tout ca ici, parce que j'ai enfin retrouvé ma conscience, et que quelqu'un m'a dit que c'était criminel de la part de ma psychiatre (que je ne veux plus jamais voir), et que quand je cherche à  me remémorer ces 2 jours je ne sens arriver que de l'angoisse a l'état brut....

Je suis retournée a mon csapa, où on m'a vu en état de choc lundi et on m'a dit de ne me soucier de rien jusqu'a mon prochain rdv avec la psychologue (meme jour que l'addicto)

en attendant, je suis preneuse de vos conseils et opinions, et si vous avez ou connaissez unE psychiatre serieuse, je suis preneuse !

J'ai oublié de dire : pour ma psychiatre, le subutex est "depresseur".....tout est dit je crois

(Je n'ose pas mettre le nom de la psychiatre en question, on m'a pourtant conseillé de le faire, je pose donc ici la question à  mes collègues modérateurs : puis je/dois je citer ce medecin dangereux ? je signale mon post)


Snoop

Dernière modification par Snoop' (19 novembre 2016 à  18:19)


Born by accident, Bastard by choice, just...Bad seed...

"Si chaque personne savait ce que les uns disaient sur les autres, il n'y aurait pas deux amis au monde"

Hors ligne

 

JC 
Adhérent PsychoACTIF
000
Inscrit le 11 Sep 2016
1450 messages
Salut Snoop'

Snoop' a écrit

lundi soir, la psychiatre me prescrit un parchemin : xeroquel, norset (mirtazapine), laroxyl et seresta 3x/jour

C'est pas un peu chargé tout ça ?
Ça reste que mon point de vue mais tout ces médocs mélangés nous font plus de mal que de bien je crois. Pi tout ça ajouté à  l'arrêt brusque du prozac ..

Pourquoi vouloir absolument "abrutir" les gens dépressifs, est ce vraiment la bonne solution ?

Et le pire, je trouve, c'est que quant ce genre de black out arrive c'est impossible, pour eux, que cela vienne de leur prescription ..  thinking

Courage pour la suite.


" Il est difficile de vivre sans l’opium après l’avoir connu parce qu' il est difficile, après avoir connu l’opium, de prendre la terre au sérieux "    JC ..

Hors ligne

 

Mammon Tobin 
Modéranimateur à  la retraite
Jolly Roger
2000
Inscrit le 07 Sep 2007
5436 messages
Salut Snoop'
Baddant cette histoire neutral J'espère que ça va vite s'arranger.

Je ne comprends pas pourquoi ton toubib t'a filé 2 antidépresseurs différents (Norset + Laroxyl, un tétracyclique et un  tricyclique), mais bon c'est elle le médecin... je viens d'essayer de trouver des témoignages de personnes ayant aussi ces 2 AD mais j'ai rien trouvé... j'aurais ptêtre plus de chance sur les forums anglophones...

Juste pour éliminer cette possibilité dès le début avant de se pencher sur ton traitement...
-qui peut tout à  fait être en cause, je pense au Xeroquel en particulier; j'ai toujours refusé de prendre des neuroleptiques/antipsychotiques justement car la liste d'effets secondaires me fait trop flipper;
Par exemple le fait d'avoir "gonflé" c'est un effet secondaire apparemment très courant avec ces classe de médicaments- 

... il serait possible que tu ais acheté un prod quelconque pendant ton black out?
Ou que tu ais croisé un pote qui t'aurais dépanné un truc, et que tu ais zappé à  100%?

Si j'étais à  ta place j'irais quand même vite faire une prise de sang pour voir exactement ce qu'il y a dans ton organisme...

Tiens bon, et fait attention, si tu repasses au Prozac, n'oublie d'attendre que le Norset & le Laroxyl soient bien évacués de ton système (vérifie bien leurs demies-vies), le dernier truc dont tu ais besoin pour conclure cet épisode ce serait un syndrome sérotoninergique.

Tiens nous au courant
Mammon
Reputation de ce post
 
Judicieuse l'idée de l'analyse de sang!

Hors ligne

 

Nab 
Nouveau Psycho
Albania
000
Inscrit le 09 Jul 2016
65 messages
Blogs
Chaud chaud potatoes.

Bonne chance pour la suite en tout cas, mais c'est fou ces "médecins" qui se prennent pour des guérisseurs a balancer dans la tronche de leur patients des tonnes de médocs... Ils se rendent pas comptes que ça peut être super dangereux de mélanger toutes ces merdes surpuissantes t'as l'impression. C'est bien la preuve qu'il faut y aller doucement sur les drogues, qu'elles soient légales ou pas... wink

Je pense vraiment que donner le nom de ton médecin est important. (à  voir avec la modé)

Bonne soirée à  tous, désolé pour les fautes, je sors du taf j'ai juste eu le temps de fumer un ptit donc fatigue.

Nab'   bleu-trompette

Hors ligne

 

Sappy 
Nouveau membre
Belgique
000
Inscrit le 19 Mar 2016
33 messages
Salut,
Oui je suis totalement d'accord sur ce qu'a dit JC.
En plus, je suis pas médecin mais prendre plusieurs anti depresseur qui agissent sur les mêmes récepteur, c'est a dire la sérotonine dans ce cas si, n'y aurait il pas un risque de syndrôme sérotoninergique ?

Et oui effectivement arrêter un ad d 'un coup est tres mauvais.
C'est chargé comme traitement, tout ceci ne doit pas être trop bon.

Courage à  toi Snoop.

“Celui qui se transforme en bête se délivre de la douleur d'être un Homme.”

Hors ligne

 

prescripteur 
Modérateur
11700
Inscrit le 22 Feb 2008
9006 messages
Blogs
Le prozac a une longue demi vie (de 4 jours à  1 semaine selon les sources), donc à  ton traitement ajoute le prozac même si tu l'avais arrêté depuis quelques jours. Il faut donc faire la transition très progressivement. Mais ce que je dis n'est pas la position officielle. En principe en ISRS et mirtazapine on peut faire un sevrage croisé
http://www.professionsante.ca/files/200 … _oct08.pdf

Je remarque aussi l'augmentation brutale du Seresta (passage de 50 mg à  3 fois 50 mg/j si j'ai bien compris).
Clairement change de psychiatre. Par contre, je pense qu'il ne faut pas citer de nom. Ce serait une première , je crois, sur ce site et l'exposerait à  des poursuites, d'autant plus que tu es modo.
Tu vas hurler...... mais pourquoi ne pas chercher une hospitalisation courte pour équilibrer le traitement suivi d'un moyen séjour dans un milieu protecteur ?? Ce qui t'es arrivé montre qu'il vaudrait mieux surveiller le changement de traitement pour l'adapter au mieux. ce qui est difficile à  faire en ville. D'autre part une petite rupture pourrait aider.
Amicalement

S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

Dillinger 
Nouveau membre
France
000
Inscrit le 22 Apr 2015
14 messages
En effet , si tu as gonflé , je pense que ça vient des neuroleptiques et deux antidépresseur différent je ne comprend pas trop pourquoi.
Quand à  la perte de mémoire , l'association des neuroleptiques et des benzo à  ce dosage , personnellement ça ne me surprend pas .
Je pense que tu devrais te faire hospitalisée quelques semaines le temps de trouver un traitement adapté , si tu ne travail pas , profites en , après au moins tu seras tranquille.wink

Hors ligne

 

Snoop' 
Modératrice à  la retraite
Jolly Roger
000
Inscrit le 09 Jul 2012
2280 messages
Blogs
salut tout le monde, et merci pour ces premieres reponses et avis,

je sais pas trop quoi penser, mais deja il faut que j'eclaircisse certains points qui me semblent importants pour votre comprehension :
je sais que je devais pas etre tres claire quand j'ai expliqué la premiere fois, en ce moment mon cerveau fait ce qu'il veux, c'est la merde.... donc, precisions : j'ai arreté un traitement (n°1, prozac 2x/matin, sub 8 1/matin, et seresta 50 1x/coucher) du jour au lendemain  pour le traitement "n°2" : xeroquel 3x/jour, norset 3x/jour, laroxyl 3x/jour et seresta 50 3x/jour aussi.....
seul le sub a été laissé inchangé, car ce n'est pas de "sa partie" (je n'ose plus mettre "competence"....)

le lendemain, j'ai fait cette reaction allergique, et tel a ma psychiatre, qui m'a dit de laisser le xeroquel et de continuer le traitement n°2, ce que j'ai fais ! donc arret du xeroquel....et arret de ma reaction allergique (ou autre ?) et j'ai continué avec norset, laroxyl et seresta, tous trois 3x/jour....et c'est là  qu'arrive mon amnesie.....

le samedi, j'ai retelephoné a la psychiatre pour lui dire paniquée ce qu'il s'etait passé (enfin, le black out de 2 jours entiers), et là  elle me dit que non, j'affabule, c'est pas possible blabla, me demande et insinue que j'aurai fait des melanges avec X drogue ou pris plus etc, ce qui est faux ca je le sais !
et elle fini par me dire d'arreter tout traitement pendant le week end, soit 2 jours sans rien, dans l'etat de stress qui découle de mon black out, et ma depression majeure, qui du coup, a été completement zappée dans l'histoire.......

donc, arret de tout traitement (hors sub, dieu merci!), et un couple de ma connaissance me conseille de reprendre quand meme le prozac, car je l'ai depuis plusieurs années, et que il m'aide bien au quotidien, jusqu'a ma depression, ce que je fais !

donc j'ai arreté tout traitement, et je me retrouve en free lance, a prendre de mon propre chef mes 2 prozac le matin avec mon subu, et je reprends aussi un seresta le soir, mais je ne dors quasiment pas, je reste eveillée jusqu'a tot le matin, et m'endors au lever du jour (hypervigilance ?)

voila, donc non je ne melange pas quoi que ce soit, j'ai tout stoppé et ai repris moi meme mon ancien traitement, et je me retrouve sans suivi ! sans rdv prochain, sans rien.....

alors oui, j'ai retrouvé "ma conscience", et je reprends un traitement (mon ancien, qui n'etait plus adapté), mais jusqu'a quand je vais tenir comme ca ? je veux pas faire ma pleureuse, mais je me retrouve quand meme en depression lourde ET en état de choc, avec une amnesie totale de 2 jours !

l'hospit', j'y ai pensé, mais avec toutes celles que j'ai eue dans le passé, je suis farouchement contre le fait d'y retourner, limite "plutot creuver" que de me refaire balloter et chargée de medocs+++ qui vont finir de me perdre, en me laissant croupir dans une chambre (je prefere croupir chez moi), et puis j'ai mes animaux ! et personne pour s'en occuper ! donc pas possible de partir.....(meme sans compter la trouille bleue que j'ai d'une nouvelle hospitalisation)

j'ai retenu la prise de sang dans vos conseils, j'y avais pas pensé comme une ****, alors que j'ai d'autres trucs a vérifier, c'est une bonne idée, mais voila que la semaine se termine, et que tout ca remonte au debut de la semaine précedent celle ci, alors restera t'il des traces s'il y a eu autre chose ? et quoi ? je suis certaine (bizarrement) de ne pas avoir "prodé", ni avoir fait des écarts dans l'ordonnance.....c'est la seule certitude que j'ai au final de cette semaine là .....

quant a vos questionnements sur l'utilité de 2 AD differents, de neuroleptique etc.....je ne saurai vous dire, je n'y comprends rien moi meme.....tout ce que je sais, c'est que je me sens en danger, et que je ne peux pas l'expliquer.....et toujours en plongeon dans la depression par dessus tout ca......

je sais plus quoi faire, donc je reste "deconnectée" de la réalité, au chaud chez moi, avec les calins de mes fifilles, et j'angoisse.....je sens que mon cerveau a pris les commandes, je ne suis plus maitresse de mes comportements (au moins j'en suis consciente), et cà , ca me pétrifie, parce que ca veut dire que je suis pas en position de "supporter" le contenu de ces 2 jours oubliés (?)

je pars dans tous les sens donc je vais m'arreter là ,

merci pour vos conseils en tout cas,

Snoop

Born by accident, Bastard by choice, just...Bad seed...

"Si chaque personne savait ce que les uns disaient sur les autres, il n'y aurait pas deux amis au monde"

Hors ligne

 

Acid Test 
PsychoAddict
7520
Inscrit le 28 Sep 2014
2614 messages
Personnelement, je suis plutot anti medocs de ce genre à  moins que ce soit vraiment indispensable et que les effets soient clairement visibles et positifs pour la personne !
As tu pris tous ces medocs pour arreter la coke ???

J'ai été un assez gros consommateur de coke en IV durant les 90's , de crack aussi , tout ça par periodes de quelques jours ,plus ou moins rapprochés selon les années et jusqu'en 2004 !
Ce n'était pas tous les jours mais à  certains moments ,régulierement toutes les semaines et parrfois plusieurs jours d'affilée , donc je connais bien la coke mais je n'ai jamais ressenti de dépendnce physique et quand j'ai arreté du jour au lendemain , je n'ai absolument pas eu besoin du moindre médoc !
Alors qu'en plus , j'étais dans une periode ou je diminuais la methadone et j'avais plutôt le morale à  zero à  cause de ça et jeme sentais épuisé physiquement !
Je continuais à  fumer beaucoup de cannabis par cotre car j'ai toujours beaucoup fumé  jusqu'à  il y a un an où j'ai arreté le cannabis.

Si c'est pour arreter la coke qu'on t'a filé ça , as tu ressenti un bienfait avec ces medocs ?

Et quelle est la raison de ta depression ?
J'ai aussi  fait plusieurs dépressions , à  cause d'une séparation et aussi tout simplement parce que je n'arrivais pas à  mettre en place un projet professionel en rapport avec ma passion, qui est à  la base ma raison d'etre mais je ne vois pas en quoi des medocs pourraient m'aider à  affronter des problemes qui ont des causes bien précises dans mon existence et surtout , encore moins comment des medocs pourraient m'aider à  arranger ces problemes , car à  part m'enfumer l'esprit et me rendre dépendant physiquement à  une autre substance ( vu que je suis retombé dans la dope deux ans apres avoir arreté la methadone )  , je ne vois pas en quoi ça pourrait régler mes problemes !

Souvent les depressions ne sont pas inhérentes à  la personne elle meme mais à  ce qu'elle vit , hormis pour les personnes qui sont vraiment dépressives je suppose mais je n'étais pas quelqu'un de vraiment dépressif mais plutot mélancolique par periode mais je ne crois pas à  l'aide de ces medocs !
Je pense que certains medocs peuvent aider des personnes qui ont de graves problemes genre schizophrénie , problèmes psychotiques diverses , voir une nature fortement dépressive mais pour les autres , il me semble que c'est plutot une réaction à  ce qu'ils vivent et la meilleure solution me prait etre de remédier ax problemes memes ,qui ont engendré la depression mais je ne vois pas en quoi les médicaments peuvent régler ce genre de problemes bien concrets !
Peut etre que ces médicaments générent un bien etre chez certains ,au meme titre que les opiacés peuvent me permettre de supporter certaines choses , grace au détachement que peuvent apporter les opiacés et le fait de diminuer une certaine sensibilité qui peut etre exacerbée , en plus de la libération de dopamine qui est générée par la drogue et qui peut palier à  un manque lorsqu'n n'est pas heureux dans sa vie mais ce n'est qu'un pansement et ce n'est pas laprise de ces substances qui reglent les problemes !

Penses tu veaiment avoir besoin de ces médicalents pour te sentir bien ?
Le probleme c'est qu'on devient dépendant de ces  médicaments , meme si ils ne nous font pas,forcémznt de bien , tout comme on devient dépédant aux somniferes meme si ils nous font de moins en moins effet au bout d'un moment et quél'on est obligé d'augmenter les.doses , nous faisant rentrer dans un véritable cercle vicieux et il devient  difficile de,s'en passer alors qu'on aurait pu tres bien vivre sans à  la base ( meme si il est vrai que ça peut aider sur une courte période dans certains cas ) !

Dernière modification par Acid Test (20 novembre 2016 à  00:11)

Hors ligne

 

Acid Test 
PsychoAddict
7520
Inscrit le 28 Sep 2014
2614 messages
J'ai aussi une certaine experience des,benzos, antidepresseurs et somniferes ,car lorsque j'ai fait une cure pour polytoxicomanie au début des 90's ( hero et coke IV , crack , cannabis , en plus de LSD et de mdma ) , il n'y avait pas vraiment encore de substitution généralisée et j'ai passé 10 jours en clinique , sous haute dose de je ne sais quoi !
Tranxene peut etre ,je ne sais plus trop mais comme j'ai arraché ma perf et que j'ai essayé de me barrer en rempant tellement j'en pouvais plus ,ils m'ont plongé dans une sorte de coma ou sommeil  artificiel et je suis sorti de là  bas, jéne pouvais meme plus parler( je bavais !)  ni marcher ( il fallait me porter ) ,pendant plusieurs jours apres etre sorti, tellement ils m'avaient assomé de medocs !
Une fois dehors, j'étais à tres haute dose de tranxene 50 et d'anafranil 75 plusieurs fois par jour,avec en plus , 2 ou 3 rohypnol 2mg le soir pour dormir !
Autant dire qu'ils m'ont filé la totale pour me coller dans les choux vu la violence des symptomes de manque ( hero et cannabis conjugués surtout ) .
Le médecin ( je crois qu'il dirigeait la clinique dans Paris , pas loin de,Marmottan )  , qui avait été un collaborateur d'Olivenstein ,m'a dit qu'il n'avait jamais vu quelqu'un d'aussi résistant aux calmants , vu comme je suis quelqu'un d'assez " nerveux " ( sans etre quelqu'un d'agressif ) et le manque exacerbait tout ça !

Jéme suis assez rapidement habitué au traitement ( 15 jours à  peine apres etre sorti de,là  bas ,je faisais de la plongée , une initiation en vacances aux Antilles mais j'ai du descendre a, pas loin de 20m ) et l'envie de,substances s'est faite ressentir car ces medocs ne me mettaient pas particulierement bien pr,rapport aux'drogues !
J'ai donc recommencé à  fumer,du cannabis quotidiennement au meme niveau mais en plus jéme,suis mis à  boire de l'alcool tous les jours ( alors que jén'ai jamais été alcoolique hormis pendant ces 8 mois de traitement aux medocs ) ,genre 1 pack de bière avec une flasque de rhum et souvent une bouteille de,vin en plus le soir ( en plus de,tous ces,medocs !) , puis j'ai recommencé à  shooter la,coke , bouffer des tas d'acides et du mdma aussi !
C'est une des,periodes où je m'en mettais le plus dans la gueule mais en fait je ne crois pas que ces medocs ont eu un effet positif sur moi vu que cet état a surtout découlé d'un arret brutale de l'heroine , que les medocs étaient sensés minimiser !
Au bout de 8 mois j'en ai eu ras le bol de ces medocs et j'ai tout arreté du jour au lendemain pendant l'été ,en reprenant un peu de dope en plus ( surtout hero et cannabis cet été là  ) mais sans retomber dépendant à la came pendant 7 ans .
Mais je ne pense pas que ces medocs étaient la meilleure solution , surtout sur une si longue periode !
On a continué à  me filer ça pendant des mois alors que je pense qu'on aurait du essayer de me les faire diminuer et arreter sur quelques mois !
Je n'étais pas quelqu'un de depressif, j'avais juste besoin de trouver ma voie dans la vie ( j'avais 20 ans à  l'époque ) , de faire quelque chose qui m'interesse et me motive ,donne un sens à  ma vie et j'avais aussi besoin  du soutien de ma famille , plutot qu'avoir à  lutter contre eux pour essayer de me faire comprendre !
Je trouve qu'au lieu d'aider les gens à  se réaliser , on les anesthésie et on les abrutis avec tous ces medocs car c'est bien plus facile que d'aider et d'accompagner les gens à  se trouver et à  se réaliser !
On m'a fait faire une sorte de psychanalyse pendant un an , toutes les semaines ,qui ne m'a rien apporté et servi strictement à  rien , à  part à  me constituer un dossier pour  me faire exempter du service militaire !
Mes parents le voyaient aussi de temps en temps, seuls ou parfois tous les trois ensemble pour faire le point ( ils étaient divorcés , je ne les ai jamais connus ensemble ) et  j'ai appris à  la mort de mon pere , 20 ans apres  , que mon pere lui, a continué à  voir ce psy toute sa vie ...
Je me demande si ce n'est pas lui surtout qui avait besoin de voir un psy en fait !!

Dernière modification par Acid Test (19 novembre 2016 à  18:54)

Hors ligne

 

Snoop' 
Modératrice à  la retraite
Jolly Roger
000
Inscrit le 09 Jul 2012
2280 messages
Blogs
Acid Test, non, pas du tout !
comme je l'ai expliqué dans mes posts plus haut, j'ai arreté la coke y'a des années ! en mai prochain ca fera 8 ans ! j'ai "juste" un passif plein de casseroles rouillées, et un fond depressif (ou melancolique comme tu dis),
et a l'epoque où je consommais, j'avais aussi un traitement de cheval, et moi aussi j'ai été shootée a des doses pas possibles, bavé, a pas pouvoir bouger les levres, (j'ai meme été en isolement, mais bien plus tard, l'enfer !), mais a cette époque je suis rentrée dans les médocs parce que j'etais deja depressive jeune et que j'avais perdu mon grand père (celui qui était ma figure paternelle, que je considerais comme un père, le seul homme de ma vie si j'y pense) et c'etait necessaire a cette periode là , vraiment crois moi !, sans ca je serais tombée dans un état psychotique tellement c'etait trop pour moi.....la coke, c'etait "l'autre moyen" de vivre ", soit je veux écraser le souvenir, soit je suis en position plutot positive et je zappe en partant tres loin.....
mais c'est du passé depuis un bon moment, 8 ans apres tout ca, je n'ai "besoin" pour me maintenir un moral "correct", que de prozac et de seresta le soir, si j'arrive pas a me relacher nerveusement....
en sachant que j'avais reussi y'a quelques années, pas si lointaines, a me sevrer de TOUT ce qui composait mon traitement d'alors.....
j'ai du reprendre un traitement par la force des choses (comme tu dis, cette vie est si belle.....), subu pour une fracture pas soignée et colmatée au patch de fentanyl durant presque 6 mois (sous prescription), et le prozac parce que j'ai encore du mal avec certaines "casseroles" qui restent, plus une formation debutée, et un stress accumulé en aout (pour repondre a ta question du pourquoi de ma depression), un stage en route aussi, et crac....tout a laché.....

je n'ai été revoir mon ancienne psychiatre que parce que la psychologue qui se suit au csapa et l'addicto qui avait prit le relai ne savaient pas quoi faire face a mon état depressif++ (et j'avoue, ca a fait des ravages) et qu'elles preferaient que je revois ma psychiatre (laissée de coté depuis un an) pour juste me "réajuster" mon petit traitement qui n'est pas suffisant ces derniers mois.....

et voila dans quelle situation je me retrouve, avec une belle amnésie de 2 jours et un "traitement" qui m'a été donné à  la louche (alors que ma tolerance a baissé de facon monumentale), et sans aucun suivi (autre que mes appels paniqués) qui m'a litteralement retourné le cerveau......
traitement (n°2) que je ne prends plus, et en seule solution de stabilité, reprendre mon prozac et mon seresta le soir (encore une fois, je ne comptabilise pas le sub, car rien n'a changé, je ne l'ai ni arreté, ni quoi que ce soit, j'ai continué a le prendre chaque matin),

du coup, je reste "bloquée" chez moi, je suis en "mode pause/arret sur image", j'ose pas trop sortir, je me sens pas sécur, et je galère vraiment a essayer de rattacher les bribes de souvenirs flous de ce qui a pu se passer ces 2 jours là .....

je dois voir la psychologue et l'addicto de mon csapa mercredi, peut etre en saurais je plus ? en tout cas, je demanderai a la toubib de me faire passer tous les tests sanguins possibles, si ce n'est pas trop tard (ca remonte à  2 semaines si je passe les tests)....tout ca me fait tres peur.....

Snoop

Born by accident, Bastard by choice, just...Bad seed...

"Si chaque personne savait ce que les uns disaient sur les autres, il n'y aurait pas deux amis au monde"

Hors ligne

 

Snoop' 
Modératrice à  la retraite
Jolly Roger
000
Inscrit le 09 Jul 2012
2280 messages
Blogs
Apres avoir "vu" avec mes collègues modérateurs, je me permets, par prévention, de dire ici que ce(tte) psychiatre/psychanalyste à  pour initiales M. M-M (nom composé, et prénom aussi d'ailleurs), et "exerce" entre autres, en libéral, sur Paris, au niveau du métro Ségur....mais aussi en clinique psy en Ile de france....

si quelqu'un ici pense la reconnaitre, ou en cas de doute, je peux donner plus d'infos via MP, je reste à  dispo en cas de besoin

Snoop

Born by accident, Bastard by choice, just...Bad seed...

"Si chaque personne savait ce que les uns disaient sur les autres, il n'y aurait pas deux amis au monde"

Hors ligne

 

Acid Test 
PsychoAddict
7520
Inscrit le 28 Sep 2014
2614 messages
J'aimerais pouvoir t'aider , je connais ce sentiment de perdition et de solitude où l'on a l'impression de ne plus savoir où on en est ,ni que faire pour en sortir !
C'est d'autant plus difficile lorsqu'on n'est pas bien entouré ou pas entouré du tout !
Souvent le probleme est de savoir quoi faire pour se sortir de là  , de savoir quelle chemin emprunter pour y arriver , surtout lorsqu'on n'a personne pour nous guider et que l'on ne sait pas lequel emprunter !
Les problemes avec la drogue, ce n'est pas la substance mais plutot les circonstances qui nous ont ammené dans cette situation et c'est ça qui est difficile à  solutioner , pas le probleme de drogue lui meme ,car lorsqu'on est heureux à  coté, tout se solutionne beaucoup plus facilement !
Le probleme il est là  , pas ailleurs; arriver à  etre heureux !
Lorsque l'on a quelque chose à  quoi se raccrocher , les problemes se reglent beaucoup plus facilement , encore faut il trouver la bouée qui nous empechera de couler !
C'est pour ça qu'il est si facile de dire aux gens " ah mais bouge toi le cul, c'est une question de volonté, il faut sortir de là  ..."
Oui mais pour aller où , pour faire quoi ?
Le but ce n'est pas de survivre comme une machine mais de pouvoir trouver ce qui donne un sens à  notre vie car c'est ça le plus important ; savoir pourquoi on se bat et arriver à  etre heureux !
Sortir les gens de probleme de drogue en les forçant d'une maniere ou d'une autre à  arreter la prise de produits sans se soucier du reste ,c'est de l'hypocrisie !
Mais les médecins ne voient souvent pas plus loin car ça les emmerde de regarder tout ça !
Les médecins ne nous demandent pas quel est le probleme dans notre vie car c'est tellement plus facile de mettre tout sur le dos des drogues mais les drogues ne sont qu'une conséquence d'un mal etre profond lorsqu'on en abuse et la plupart du temps ,ne sont pas la cause elle meme !
Mais ce n'est pas avec un rdv de 10 mn et une ordonnance qu'on regle les choses !
Priver les gens de la substance dont ils ont besoin pour vivre sans leur proposer une alternative valable ,c'est comme de demander aux paysans qui cultivent des champs de pavots ou de coca ,de les détruire,sans leur proposer d'alternative qui leur permettrait de vivre heureux sans ça !
C'est tellement facile de critiquer les travers des gens sans se demander pourquoi et de savoir si ils sont heureux ou pas !
Car la seule question valable est celle ci mais les gens ne veulent pas savoir car ils ne veulent pas s'en occuper !
Rendre les gens heureux pour qu'ils n'aient plus envie de prendre des drogues ou au moins d'en abuser ,c'est autre chose que de leur tenir un discours moralisateur en les poussant à  arreter de prendre telle ou telle substance ,sans les aider à  etre heureux à  coté, c'est la solution de facilité , la solution expeditive sans prendre en compte les vrais problemes des gens et les raisons qui les ont amené à  se droguer !
Mais les gens ne veulent surtout pas savoir , si on n'est pas heureux avec ce que l'on a , ce n'est pas leur probleme et pourtant c'est la base !
Si on voulait que les gens arretent d'abuser des drogues, on ferait ce qu'il faut pour qu'ils soient heureux et n'en prennent pas parce qu'ils n'en ont pas besoin !
Mais faire l'impasse sur les causes est la plus grande hypocrisie qui soit !
Mais finalement, le bonheur des gens  est loin d'etre une priorité dans notre société dirigée par l'argent et le pouvoir !
Si on voulait créer une société où les drogues ne seraient plus un problme, on se soucierait d'abord de leur bonheur et de leur épanouissement , le reste c'est de la branlette et encore , la branlette est bien plus agréable !
Vouloir une société sans drogue sans faire ce qu'il faut pour ça ,c'est comme de vouloir avoir un gamin parfait ,sans s'occuper de son éducation !
La société n'a que ce qu'elle a engendré et ce n'est pas le bonheur mais la misere pour la majorité des gens !
C'est pour ça que le discours des gens qui parlent d'envoyer tout le monde en cure plutot que de leur donner acces à  la substance dont ils ont besoin ,m'exaspere , c'est un discours de faux culs ignorants et égocentriques !
Reputation de ce post
 
merci d'avoir relevé LA question ! Snoop

Hors ligne

 

'Nrockandrolls 
Psycho junior
France
000
Inscrit le 04 Oct 2014
449 messages
salut snoopy,

Ca fait un petit bout de temps que je suis PA et tes postes en particulier. ça m'embête de te savoir aussi mal et peu aidée par des incompétents

Comme t'as expliqué le cheminement effectivement c 'est une incompétente cette psychiatre et je comprends ton besoin de citer son nom, quelle honte !

Face à  une dépression lourde, il me semble que le soutien moral est aussi important que le soutien médicamenteux.
Tu m'étonnes que t'as fait un black out et  a marché en mode robot pendant 2 jours,c'est des doses de cheval , sé dater une personne au possible ne résout pas le problème de fond et ça elle doit le savoir cette psy
J'ai l'impression qu'elle a vraiment pris la solution de facilité. Un suivi rigoureux semblait quand même justfié.

Heureusement que toi t'es pas folle et t'es rendue compte de l'abérrance de la situation, même si pour cela tu dois en souffrir.

Je suis également révoltée contre certains docteurs tout puissants avec un égo surdimentionné. Ils ont fait la même chose avec ma mère,je l'ai vraiment sentie en danger.
2 mois d'HP après une décompensation, elle est sortie avec 100 mg d'halopéridol  (= Haldol)et 5 mg de Zyprexa . Elle a eu ce traitement pendant 6 mois et est toujours suivie par le CMP (centre médico psychologique) depuis sa sortie d'HP.

En 6 mois, je l'ai vu complètement changée, tout d'abord j'ai cru que ça venait de sa pathologie puis au fur et à  mesure j'ai compris que 100 mg d'haldol c'est EEEEEEEEEENORME !!!

Avec ma soeur, on est allé voir la pychiatre du CMP ,on s'est battue pour qu'elle révise le traitement et résultat 10 mg de Zyprexa (neuroleptique), du Lysanxia  (benzodiazépine) si crise d'angoisse en cas de besoin et évidemment plus d'Haldol. Elle bavait , ne pouvait plus conduire, à  arrêter de fumer, a perdue 20 kg.

Elle était bien en danger, alors oui certains psy sont dangereux et d'autres plus compétents en l'occurrence là  je vais les citer : HP de sevrey près de chalon sur saône ce sont  des bouchés !! (désolé pour les modo, j'ai pas l'habitude de faire de vague mais les 2 situations sont révoltantes et ne doivent pas être tu !)



c'est pas la plus sympa des béru mais ça reflète ce que j'en pense !

Un protocole de soin plus adapté avec un bon suivi à  été mise en place pour ma maman.

J'espère snoopy que tu trouveras un médecin compétent qui saura t'écouter. L'urgence de la situation est en opposition avec le faite de trouver un bon psychiatre et un bon traitement ca prend du temps de trouver la personne/ le doc avec qui ça marche et nécessite d'en tester plusieurs docs.  As tu en attendant une personne, un ami,  pour te soutenir ?

Amicalement, nrock

Hors ligne

 

Snoop' 
Modératrice à  la retraite
Jolly Roger
000
Inscrit le 09 Jul 2012
2280 messages
Blogs
merci Acid et N'rock,

Acid, tu as touché juste dans ton dernier post, hormis les professionnels de mon csapa, personne ne se pose cette question fondamentale du pourquoi ? et je confirme que les medecins psychiatres font dans la facilité, ne se posent aucune question a part, dans mon cas, se soucier que ma carte vitale soit bien "passée" (donc 2 fois) pour qu'elle soit grassement payée par la Sécu (j'en profite pour remercier ce systeme de securité sociale, qui a certes des inconvenients, mais sans laquelle nombre d'entres nous, moi la premiere, n'auraient pas du tout accès aux soins dans ce pays où l'on ne peux meme plus aller voir son generaliste en urgence, sans avoir pris rdv avant) !

je dois dire qu'hier en te lisant Acid, j'ai craqué, et j'ai voulu t'envoyer un mp, mais j'en avais pas le "courage" on va dire.....la question du bien etre, plus que du bonheur, est capitale si on veut pouvoir venir réellement en aide a des personnes en (grande) difficulté....et je sais que ne plus savoir pourquoi je me bat (ou plutot me débat), ne plus avoir de but, de raison valable pour continuer a avancer (vers où ?) me fout un sacré coup, encore une fois.....

je n'ai toujours pas osé telephoner a mon centre de formation pour savoir ce qu'il en etait de ma formation, et dans quel etat je me suis presentée a mon responsable.....je prefere attendre de voir ma psychologue et mon addicto, qui je l'espere, l'une ou l'autre, appeleront pour moi, en ma presence, pour tenter d'expliquer que non, l'ancienne toxico qui ne s'en est jamais cachée et qui veux devenir educ spé pour travailler en CAARUD n'etait pas droguée aux drogues illégales, mais out par la force d'une prescription completement abusive de mon ancienne psychiatre....comment rattraper le coup ? ca aussi me fais angoisser.....je sais ce qu'est une "parole contre parole" entre une paumée et une professionnelle (j'y ai deja gouté petite, quand une juge a "écouté" ce que j'avais a dire sur mon geniteur alors que j'etais gosse, et que 20n minutes plus tard, elle decidait que je devais absolument le voir une fois par semaine, jusqu'a ma majorité. les liens familiaux sont sacrés, vous savez ? HS, desolée)

N'Rock, merci pour tes mots aussi, malheureusement ce n'est qu'apres un coquard a l'oeil, une reaction allergique (au xeroquel semble t'il), et une amnesie totale de deux jours, que j'ai arreté de prendre ces merdes (desolée mes collègues modos, je ne trouve pas d'autre terme approprié), et que j'ai été conseillée de reprendre "au moins" mon ancien traitement, en attendant.....je n'ai pas eu la lucidité dont tu parles, et j'en ai honte, je n'ai donc rien retenu de mon passé ?

pour ce qui est de mon entourage, euh......ca va etre vite fait, tres tres peu de monde s'est préssé au portillon, a mon grand desarroi (ce qui ajoute a mon état actuel), chacun a sa vie et ses propres problemes, je dois en tenir compte meme si j'ai du mal, mais j'ai pu quand meme voir quelques fois une connaissance à  moi, et une amie de longue date m'a dit etre en depression aussi, du coup, elle va peut etre venir passer quelques jours chez moi, mais pas avant la semaine prochaine.....pour le reste, je peux compter sur les doigts d'une seule main les personnes qui ont pris de mes nouvelles ces 3 dernieres semaines (a noter que je suis tres isolée, n'ai pas d'amis dans ma ville, et que cela dure depuis plusieurs années); en fait, les personnes que je vois "le plus regulierement" sont mes collègues modos et animateurs de PA, quand on se voit une a deux fois l'an en "réel", et les personnes de ma promo (qui me prennent pour un OVNI pour la majorité) et celles du stage où j'étais jusqu'alors, le reste est du temps solitaire (heureusement que j'ai mes animaux), et ca n'aide en rien non plus.....bref, passons.....

sinon, j'ai vu une psychologue spécialisée traumato (parcours de soin debuté a la rentrée, mais j'ai été passée de main en main depuis) qui veux bien me suivre, si ma psychologue est ok pour faire un travail "en parralèle", car elle est dans un autre csapa (seul moyen de voir une spé traumas sans avoir a payer des fortunes que je n'ai pas), je l'ai vue jeudi dernier, (juste avant la rencontre entre psychoheads) et elle a l'air serieuse, mais elle est loin (approx 1h30 pour y aller), et quand je lui ai decris vite fait ma semaine et mon experience de vie (dont un trauma ressorti à  l'age de 29 ans, en lien direct avec l'histoire de la juge plus haut, si tu suis mes posts, tu dois savoir de quoi il retourne), et elle m'a fais encore plus flipper, me disant que si ca se trouve, mon amnésie n'est pas due aux medocs mais a quelque chose que je n'aurai pas supporté durant ces deux jours et que j'aurai inconsciemment occulté (vu que ca m'est deja arrivé), et là , mes ressentis et doutes se sont affolés, il faut vraiment que je fasse checker le contenu de mon sang et faire des exams pour en savoir plus (et pour ce, je dois attendre au moins jusqu'a mercredi, et ca fera alors deux semaines completes, restera t'il quelque chose a detecter ?) trouille bleue.....
tout ceci explique que lundi dernier, l'AS de mon csapa m'aie vue "en état de choc" d'apres ses propres mots.....et je reste encore a moitié prostrée.....

comme tu le dis N'Rock, trouver ce qui est a faire en premier n'est pas clair dans ma tete, tout est confus, meme si j'ai "retrouvé ma conscience" (toujours des mots de mon AS), et je ne me sens pas la force de chercher et tester plusieurs psychiatres pour en trouver unE qui veuille bien me prendre en charge avec un suivi approprié.....l'histoire de ta maman est un exemple parfait de ce que j'ai deja vécu et que je revis actuellement, sauf qu'a l'epoque, j'avais ma conso de coke qui "stabilisait" en quelque sorte les moments de perditions psychiques, ce qui n'est plus le cas depuis un bail !
en ce moment, seul mon subutex m'aide a me stabiliser, et seule une iv de 4mg (en plus de mon 8 en sublingual le matin) faite samedi m'a faite "redescendre et me remettre pieds sur terre, mais là  encore, ca sera sans aucun doute repris contre moi et contribuera a me discréditer.....
heureuse que pour ta maman ca se soit arrangé, et que vous ayez gueulé pour faire revoir son traitement ! et combien d'autres sont dans ce cas ? la France championne de prescriptions medicales psy ? ca m'etonne pas, mais est ce vraiment de leur propre chef qu'ils sont gavés de meds ? j'en doute profondement......

je m'arrete là , je crois que j'ai ecris une tartine, desolée.....néanmoins, taper ces pensées/ressentis m'a un peu déchargée de mes angoisses, ca fait du bien d'exterioriser un peu, je pense que je vais aller au csapa pour voir si je peux parler a quelqu'un, et presenter mes excuses a l'infirmiere (il semblerait que je l'ai incendiée a ma derniere visite (c'est l'AS qui m'en a fait part, pas de souvenir) en l'invectivant qu'elle ne faisait pas de rdr, mission premiere d'un csapa, et que personne ne m'écoutait je sais pas trop quoi encore......encore une fois, qu'est ce que j'ai fais, et dit ? bref, faut que je lui presente mes excuses, elle avec qui j'ai pourtant toujours eu de bons termes et de longues discussions sur la RDR justement, et qui va meme jusqu'a me tenir au courant des avancées des structures dans ce domaine a chaque fois qu'elle me voyait......j'ai honte....tellement !

merci aux courageux qui m'ont lu jusqu'au bout, ca doit pas etre facile a suivre,

Snoop

Born by accident, Bastard by choice, just...Bad seed...

"Si chaque personne savait ce que les uns disaient sur les autres, il n'y aurait pas deux amis au monde"

Hors ligne

 

prescripteur 
Modérateur
11700
Inscrit le 22 Feb 2008
9006 messages
Blogs
L'EDMR pourrait etre particulièrement indiqué chez toi. Parles en à  ta psy, voir si c'est possible autour de chez toi pour un prix acceptable..
http://www.psy.be/psycho/therapie/therapie-emdr.htm
Amicalement

S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

Snoop' 
Modératrice à  la retraite
Jolly Roger
000
Inscrit le 09 Jul 2012
2280 messages
Blogs
Merci Prescripteur pour cette info;
on m'a deja parlé de cette methode, je l'avais decouverte sur ce forum d'ailleurs, dans un temoignage, avant d'en faire mention a ma psychiatre (dans le passé), ne sachant pas trop de quoi il en retournait et elle n'avait pas retenu cette option, mais maintenant je me re-pose la question, du coup....vu l'efficacité de cette criminelle en puissance ! bon, certes, en lisant les contre indications, je peux comprendre son refus, j'ai des troubles de la personnalité, et a ce moment là , d'ailleurs elles sont de retour, de fortes "idées noires" on va dire (pour ne pas dire le mot en S....)
une chose est sûre, maintenant je ne ferais encore moins confiance ! deja que c'etait pas un job simple de m'avoir en therapie....(pour l'anecdote, ma psychologue (du csapa) m'a reparlé une fois du chemin parcouru depuis notre premier entretien, à  l'epoque je lui avais sorti tout de go "je veux bien (faire une therapie), mais il est hors de question de parler du passé") pas simple, comme j'ai dit....sûrement pour ca que j'ai peu d'ami(e)s

j'ai une amie, (que je commence a perdre de vue, vies differentes etc...), qui m'a egalement parlé de cette methode (l'EMDR), car elle l'a faite elle meme, apres une aggression a son travail, et ce qu'elle m'en disait m'avais bluffé justement, et me l'avais recommandé aussi, pour "sortir" ce qui n'arrive pas a franchir la barriere de la parole, mais on en etait restées au fort coût....toujours le meme probleme, je suis au RSA...
je lui en parlerai quand meme, j'ai rien a perdre, et tout a y gagner (quoi que, revivre les ressentis d'alors, je l'ai toujours fui, et quand par malheur quelque chose remonte, je somatise tellement que je ne controle rien niveau corporel...perte ou prise de poids tres rapides, montées de lait (rigolez pas) alors que j'ai pas d'enfant, je savais meme pas que c'etait possible, jusqu'a avoir une fois des saignements apres un reveil/souvenir/trauma "refoulé" qui s'est repointé !)
pour ca que je doute aussi niveau sensations de ce qui s'est ou pas passé...

une autre m'a parlé d'hypnose, me l'a recommandé aussi, mais toujours pareil, j'ai pas forcement envie de revivre sensoriellement ces choses....j'en ai peur, regarder "le diable" dans les yeux....mes yeux...bref,


j'ai été au csapa cet apres midi, je suis arrivée, on m'a demandé comment ca allait, crac, en pleurs...j'ai demandé si l'infirmiere etait là , oui, et si je pouvait la voir, pour m'excuser, ce que j'ai fait. elle ne m'en voulait pas, mais s'inquietait, je n'etais pas comme d'habitude, comportement bizarre etc etc....
elle m'a recu et j'ai essayé de lui expliquer tout ca, pas facile, mais elle m'a comprise, on a parlé de beaucoup de choses, mes impressions, mes peurs justement de somatiser un truc qui ne se serait pas passé cette semaine-là , mais malheureusement deja vecu par le passé, beaucoup de confusion dans mes bribes de souvenirs, elle a fini par me faire faire un test urinaire pour savoir si j'ai pris des trucs (je sais que non, mais je veux une certitude), qui s'est revélée negative a la coke et a l'hero, a la metha, mais positif au sub, au cannabis (j'en ai pris la semaine derniere en effet pour me "poser") et aux benzos.....je n'ai donc pas menti, je n'ai effectivement rien pris "d'autre" que ma prescription ! Ce sont donc bien les médocs prescris, ou....

on a parlé un moment, savoir les priorités, vers qui me tourner, hospit' ? NON, plus jamais !! les tests a faire, depistages et autres....elle a des inquietudes, notes des "symptomes" que je n'avais pas relevés comme tels (pas grand chose, mais suffisamment pour douter), je sors avec une adresse....
j'ai un rdv demain matin, je saurai au moins où j'en suis.....là  encore, j'angoisse à  mort (j'espere pour rien !!)
je vais pas vous mentir, je pense pas que je vais parler plus de la suite....
il est prévu que je repasse au csapa demain aprem', justement pour en parler, quelque soit les résultats; au moins, je sais que là  bas, je me sens en securité, et qu'en cas de probleme, on me lachera pas dans la nature "comme ca", comme l'a fait mon ancienne psychiatre...

Snoop

Born by accident, Bastard by choice, just...Bad seed...

"Si chaque personne savait ce que les uns disaient sur les autres, il n'y aurait pas deux amis au monde"

Hors ligne

 

'Nrockandrolls 
Psycho junior
France
000
Inscrit le 04 Oct 2014
449 messages
Salut snoopy,

Je commence une thérapie EDMR avec la psychologue du CSAPA qui me suis pour régler les problèmes de confiance en moi et surtout de confiance dans les autres. Ça me bouffe mes relations et ça m'embête car quand même de nature sociable. Je te donnerai qq info en mp ou (blog si courage).

Pleins de bisous je t'envoie de ma Bourgogne pluvieuse.

Nrock

Dernière modification par 'Nrockandrolls (21 novembre 2016 à  20:35)

Hors ligne

 

Snoop' 
Modératrice à  la retraite
Jolly Roger
000
Inscrit le 09 Jul 2012
2280 messages
Blogs
Merci N'Rock,

je viens icic donner le dernier (c'est certain) episode de toute cette histoire....

j'ai été voir ma gyneco en planning familial, pour savoir....elle y a noté des "rougeurs" (au fond), et n'a pas su me dire si certitude (elle ne saurait voir de lésions), elle m'a redirigée vers un labo pour un premier depistage (le reste dans un mois) et vers les urgences pour voir un legiste, qui lui, saurai dire avec certitude.....apres les prises de sang, je m'y suis rendue, non sans grande difficultés.....on me dit a l'accueil (bondé) qu'on ne peux rien faire pour moi si je n'ai pas d'abord été porter plainte contre X chez les keufs (ce qui ne servira a rien, je le sais parfaitement !).....

je ressors effondrée des urgences, et reste prostrée à  pleurer devant les urgences derriere un camoin de pompiers....au bout d'un moment, j'appele a l'aide en telephonant d'abord a une amie, sans reponse, elle doit travailler, puis a mon csapa, qui entends l'intonation de ma voix et re-prends compte de mon état, qui me dit que je peux pas rester comme ca, que si je n'ai pas la force d'aller traverser toute la ville en bus pour aller au comico, je ne peux pas non plus rester comme ca dehors; on me conseille de re-rentrer dans les urgences, et de dire que je n'en suis pas capable, et que c'est possible, en expliquant cela, que les flics envoient quelqu'un pour prendre ma deposition (ou plainte, kif kif) sur place a l'hopital....

je re-rentre, je suis en crise, du mal a parler, je tremble de tous mes membres, et on me fait entrer en salle d'attente......plus de 2 heures plus tard, on appele mon nom.....j'etais prete a partir.....une infirmiere me recoit, je lui explique que je suis en depression majeure, et que ma psychiatre m'a changé brutalement de traitement, ce qui m'a causé cette amnésie, qui a elle meme apporté consequence de biens d'autres "manieres", là  elle me regarde bizarrement, je sens que mon sort est deja plié (psychiatre, traitements, black out, et sans doute les notes du dernier "medecin" que j'ai vu pour ma clavicule où il avait marqué sur mon dossier "junkie"), puis me dit qu'ici je n'aurais accès qu'a une consultation ! et on me ré-explique "le protocole", je ne peux pas voir de medecin legiste sans avoir porté plainte pour "simple suspicion" de viol....vue blouillée par mes larmes, elle me prend la tension (merci beaucoup madame l'infirmiere !! vraiment !!) appele le service de medecine legale (no comment....) qui lui confirme ce protocole révoltant; elle souhaite me passer le telephone, car je "semble d'apres elle, ne pas avoir compris", je refuse, lui lancant que je suis pas stupide ni demeurée et que j'ai pas besoin qu'on me le dise une troisieme fois.....elle semble fachée de ma reponse, me pousse a bout, "dites moi donc pourquoi vous etes venue ! dites moi ce que vous voulez comme reponse ! je lui crie que je veux etre certaine, que je sens avoir été violée, et que je veux juste une reponse !
et là , elle me prend de (tres) haut, me dit que de toute facon, c'est comme ca, et pas autrement, je ne peux aller en medico legal qu'en ayant le papier de la plainte des flics ! je commence a perdre l'esprit, lui dit que je connais le fonctionnement de "ces plaintes", que c'est une abbération, et que de toute facon, cette plainte n'aboutira jamais a rien, elle le sait aussi bien que moi ! je veux juste avoir une certitude ! ca remonte a deux semaines, bientot 3, et il n'y auras bientot plus aucun moyen de savoir, c'est urgent ! (je dois m'applatir d'excuses pour etre restée prostrée une semaine chez moi),
là , d'on ton de dedain et tres hautain, me balance direct a la gueule que de toute facon, si ca remonte a 2 semaines, voire un petit peu plus, il ne faut pas rever, on ne pourra rien voir......RIEN ! (et là , je repense a un temoignage de ma collegue moderatrice Shaolin, en lien avec ce sujet, que le corps peu parler longtemps apres, dans le cas qu'elle a présenté, quelques mois apres).....
je perds mes moyens, je re-tremble de tous mes membres, toujours en pleurs, le regard fixé sur cette affiche collée sur le bureau sur la prevention de la violence etc, l'écoute primordiale des patients en service hospitalier, et fini par me lever d'un bond, lui disant que c'st une belle hypocrisie de mettre cette affiche en évidence alors qu'il n'en est rien, "foutaises", qu'elle peut la retirer de son bureau, cette infirmiere, merci pour rien, et je sors, en prenant la seule sortie possible, en repassant par la salle d'attente, où ca papotte bien, (maux de tetes, de ventre, rien qui ne concerne les "urgences" d'un hopital.....(a part une dame qui m'observe avec compassion et qui attendait depuis aussi longtemps que moi, car son medecin l'avait envoyée "en urgence" passer une IRM ou je ne sais quoi, car elle est en train de faire un AVC et qui etait encore a attendre.......), où on me regarde avec un air de monstre....je pars en laissant la porte ouverte, et j'entends d'un ton qui sous entends que JE ne me suis pas comportée correctement, limite que je l'ai aggressée (c'est donc moi la fautive, encore une fois), un "au revoir "madame" (sous entendu vu le ton de sa phrase : arretes de me prendre pour un clébard c'est ta faute, pas la mienne si tu n'as pas ta reponse (que je sais deja interieurement......)

je suis rentrée en bus, sans pouvoir m'arreter de pleurer.....je repense a l'EMDR subitement, et a son fonctionnement : on revient sur des événements traumatiques jusqu'a ce qu'ils soient "traités" differement par notre esprit, et que ca fonctionne quand le patient se sens et se sait maintenant en sécurité.......je me rends compte que ca n'arrivera jamais ! je me suis toujours sentie aux aguets, et j'ai donc toujours eu en face de moi la réalité concernant les flics et le corps medical, des incompetents qui s'en foutent pas mal, sans aucune empathie, je sais maintenant definitivement qu'ils sont inhumains, depourvus de coeur, et que effectivement, je ne peux pas avoir confiance, attendre une quelconque aide et soutien de leur part, et encore moins espoir, d'etre un jour secourue par....les sois disants professionnels concernés.....

je n'ai plus que le csapa vers qui me retourner, seul endroit où je me sens un peu securisée, le monde exterieur c'est terminé !

Je tenais a temoigner de cet "accueil" aux urgences de l'hopital (pareil, je ne sais pas si je peux donner le nom de la ville de cet hopital, mais je le ferais sans hesiter par mp)

ce qui a suivi, je n'en parlerai pas.....

Snoop

Born by accident, Bastard by choice, just...Bad seed...

"Si chaque personne savait ce que les uns disaient sur les autres, il n'y aurait pas deux amis au monde"

Hors ligne

 

Tetris68 
Il était une fois l'héroïne...
France
000
Inscrit le 20 Mar 2016
2375 messages
C'est révoltant je sais même pas quoi dire tellement ça me fout les nerfs d'entendre ça, j'ai honte pour eux.

J'espère que tu as quelqu'un pour te soutenir car je sais que rien de ce que je pourrais dire ne t'aidera mais je suis vraiment désespéré de lire ça.

Je m'excuse de pas savoir trouver les mots qui pourrait te rechauffer un peu l'âme mais ton histoire me touche profondément.

Amicalement.

L'héro c'est fabuleux mais quand t'arrêtes faut redécorer.

Hors ligne

 

prescripteur 
Modérateur
11700
Inscrit le 22 Feb 2008
9006 messages
Blogs
Bonjour, L'EDMR est fait justement pour améliorer les choses chez ceux qui n'y croient pas. Cela permet de "digérer" sans invoquer de façon "bloquante"  les souvenirs et les défenses. Donc je te conseille d'essayer.
Pour les urgences ils ont été mauvais c'est sûr, mais aussi il faut savoir suivre leurs contraintes si on veut un résultat, c'est malheureux mais à  cogner sur les portes fermées on ne réussit qu' à  se meurtrir les doigts.
Amicalement

S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

Tetris68 
Il était une fois l'héroïne...
France
000
Inscrit le 20 Mar 2016
2375 messages
Bordel on parle de quelqu'un en souffance total qui considère la mort comme une libération pas du connard du coin qui vient aux urgences pour une gastro mais vous savez dans quel état faut être pour considérer la mort comme l'unique solution ? ?

Même le manque de came est une pichnette a côté de ça, ça te ronge complètement jusqu'à  avoir envi de se mettre un couteau dans le bide pour ressentir autre chose que cette gangrène qui bouffe tout sur son passage sans parler de l'impression de perdre toute dignité alors non je suis désolé rien ne justifie ce traitement pas même les procédures a la con qui sont complètement dérisoires a côté de cette souffrance infini.

Putain j'suis dégouté vaut mieux que je me la ferme mais si dans un cas comme ça on a pas d'empathie on a rien a foutre dans un hosto.

Je dirais plus rien car je perd le contrôle quand j'entend des trucs pareils.

(Prescripteur c'est pas destiné a toi mais a l'infirmière en question, je préfère éviter le qui proquo).

Désolé si je suis un peu agressif mais ça me depasse tellement.

L'héro c'est fabuleux mais quand t'arrêtes faut redécorer.

Hors ligne

 

Snoop' 
Modératrice à  la retraite
Jolly Roger
000
Inscrit le 09 Jul 2012
2280 messages
Blogs
Prescripteur,
"mauvais" a l'hopital ? c'est un point de vue qui t'es personnel, je le qualifierait pas avec autant de bienveillance et de moderation !

et non, je ne ferais plus rien !!!

faut 'il te rappeler qu'a la base, c'est un(e) medecin psychiatre qui est a l'origine de tout ca ? et c'est moi qui en paies les "frais", et en plus, je devrais etre arrangeante ? NON NON ET NON !!

c'est TER-MI-NE de quémander des soins et de me prendre des portes......peut etre que je me trompe en disant ca, mais on voit bien que tu n'as jamais subi de telles choses, et là  je te vois en tant que ancien medecin, et donc partial, tu es a coté de la plaque sur ce coup là  !

Ciao (m'en veux pas de ma reaction, j'espere que tu pourra passer outre)

Born by accident, Bastard by choice, just...Bad seed...

"Si chaque personne savait ce que les uns disaient sur les autres, il n'y aurait pas deux amis au monde"

Hors ligne

 

Ricoson 
Adhérent PsychoACTIF
France
000
Inscrit le 28 Jun 2012
1819 messages
Blogs
"pas du connard du coin qui vient aux urgences pour une gastro".

Bonjour à  tous.

C'est nul d'écrire ça. Pourquoi ce serait un connard  ?
Lui aussi il galère des fois avec son gosse à  faire la queue.

Ceci dit, je te souhaite Snoopy de retrouver ton équilibre.
C'est un moment difficile.

Rico

Soyons réalistes, exigeons l'impossible !!

La majorité des imbéciles reste invincible et satisfaite en toute circonstance. La terreur provoquée par leur tyrannie se dissipe simplement par leur divertissement et leur inconséquence.

Hors ligne

 

Tetris68 
Il était une fois l'héroïne...
France
000
Inscrit le 20 Mar 2016
2375 messages
Je parlais dans le sens de tout ceux qui bloquent les urgences pour des choses qui  n'en sont pas, c'est pas l'histoire de la gastro.

J'ai vu des trucs hallucinants aux urgences c'est pour ça que depuis que j'ai une mutuelle je met plus un pied dans le public.

T'es accueilli comme une merde et t y passe la nuit et quand tu regardes autour de toi plus de la moitié n'ont rien a faire là .

Les sous effectifs sont abusé dans l'hôpital public, je sais pas comment ils tiennent.
Reputation de ce post
 
je me le dmd aussi perso g horreur d urg c 90% de bobologie + les vrais sufenta

L'héro c'est fabuleux mais quand t'arrêtes faut redécorer.

Hors ligne

 

Mammon Tobin 
Modéranimateur à  la retraite
Jolly Roger
2000
Inscrit le 07 Sep 2007
5436 messages
Oh non.. non non non j’espérais de tout mon cœur que ce thread n'allait pas aller dans cette direction...
Je peux juste te dire que je suis désolé pour ce qui t'arrive, et que je ne te traitais absolument pas de menteuse quand je recommandais de faire un test pour les drogues que tu pouvais avoir dans le sang; j’espérais ptêtre trop que ça soit tout sauf ça.

Ta psychiatre est partiellement responsable, c'est un fait...

J'espère que tu es bien entourée.

Hors ligne

 

'Nrockandrolls 
Psycho junior
France
000
Inscrit le 04 Oct 2014
449 messages
Je rejoins mammon,

Même si la colère est légitime, derrière il y a la souffrance réelle.

Face à  d'administration et au protocole qui sont plus que lourds pour une personne qui ose déjà  venir une seule fois franchir une porte alors avoir du courage et de la motivation c'est bcp demandée.
Peux tu snoopy te faire accompagner dans tes démarches par une personne de ton CSAPA ou une personne d'une association dans cette démarche difficile mais nécessaire.

Hors ligne

 

mikykeupon 
Modérateur à la retraite
France
000
Inscrit le 10 Mar 2009
9631 messages
Blogs
Snoopy, je découvre seulement maintenant cette discussion... et au nom de notre longue amitié je tiens à  te présenter mes excuses, je ne te savais pas tant en détresse. Comme tu le sais, je commence tout juste à  redescendre de ma colère, et il va me falloir un peu de temps pour rattraper mon absence.

Pour commencer arrête de te traiter de tous les noms car tu es loin d'être c****, je pense même qu'un de tes soucis est que tu analyses trop ce qui t’arrive et t'entoure, et dans ce monde comment ne pas être mal quand on voie toutes les horreurs qu'il se passent ?...
Regarde comment tu as progressé depuis ton arrivé à  psycho, tu avais commencé une formation d'éduc spé pour bosser en CAARUD, tu es usagère pair, modératrice, tu reçois de nombreux remerciements sur psychoactif pour tout ce que tu apportes, tant de choses dont tu peux et tu dois être fière car ce n'est pas rien.

Pour ce qui est de ta reconversion professionnelle je ne pense pas que tu ais à  t'en faire. L'équipe de ton CSAPA te suivent depuis suffisamment longtemps pour faire la part des choses. N'oublie pas que ce qui t'es arrivé ne viens pas de toi mais d'une mauvaise réaction médicamenteuse. Ce qui peut arriver à  des non-UDs. Parles-en bien avec l'infirmière et le reste de l'équipe pour qu'il prennent bien en compte tes craintes afin de te rassurer pour l'avenir.

Tu m'as fait sourire avec le terme "casseroles", je le trouve très poli vue l'énormité de certaines casseroles.

MODE HER SUPREM MODERATOR ON :
Merci d'éviter les jugements, les personnes dans les salles d'attente n'ont aucune influence sur ce qui se passe, donc merci de ne pas les insulter. Pareil pour le personnel hospitalier qui trouve lui aussi sûrement ce système pas au point, mais si l'on veux que le système fonctionne il lui faut un cadre et des processus d'actions à  mettre en place afin que les rouages ne se grippent pas et que tous les services puissent fonctionner le plus correctement possible.
En l'occurrence il aurait fallu simplement demander que l'hôpital appel la police pour prendre une déposition, il n'est pas toujours nécessaire ni utile de rentrer dans les détails. Le système fonctionne avec des cases à  cocher, il ni a pas de place pour les sentiments.

Hors ligne

 

Sufenta
Modérateur
600
Inscrit le 11 Apr 2015
5929 messages
Ton histoire snoop me fait hurler et me rappelle une anecdotes en février dernier ma chérie à  l'époque sous morphine à  cause de multiples fractures et ne supportent pas le tramadol a été mise sous palier 3 chose qu'elle a regretté et voulant se sortir de ce bourbier je lui conseil un rdv en csapa, chose qu'elle fait elle a rdv une semaine plus tard puis un nouveau rdv ou la psychiatrie décidé de la passer sous buprenorphine

Je pars le lundi matin à  l'époque je bossais à  une centaine de km et dormais chez un pote, elle se retrouve toute seule pour ce switch, elle était à  2×100 mg de morphine lp aucun atcd de toxicomanie, je me dis que ça va aller qu'elle sera bien entourée.

Premier jour là  doc lui prescrit 2 mg et lui dit de le prendre demain matin au réveil chose qu'elle fait et la c'est le drame elle se sent super mal m'appelle au taf pour des conseils je lui dis appelle ton csapa tu dois être mal dose ou tu as pas attendu assez longtemps elle est en panique pleure et moi impuissant à  100 bornes de la au taf je lui dit appel ton csapa et demande à  être reçu, elle appelle et on lui dit je vous revois demain matin prise de panique et seule elle bouffe qlq gélules de morphine qui lui restait 3 si mes calculs fait était juste. ... et la elle décompense complet .

Je sors du taf à  15h l'appel et me rend de suite compte que ça va pas du tout discours incohérent logorrhée et complètement perdu. Je sens très mal l'histoire et j'appelle un ami médecin qui me dit de passer il me fait une ordonnance pour du valium injectable je fil plus vite que l'éclair à  la pharmacie et à  la maison...

J'arrive et retrouve l'appartement en mode Beyrouth il y a 30 ans et ma chérie sous la douche en pleurs et transit de frissons je la calme la sèche et lui fait une ampoule IM de valium  (il y en a 6 ) j'appelle mon pote médecin pour lui expliquer il me dit attend si dans une heure c'est pareil fait lui en une autre heureusement au bout de 45 min de petit câlin et de mots rassurent elle s'endort jusqu'au lendemain.

Le lendemain ma chérie va au csapa comme elle peut a pieds et transit de froid c'était en février et la elle se prend un savon de la psychiatrie vous m'avez menti avec 2 mg de bupre cela aurait du vous soulager les 200mg de morphine vous deviez prendre plus alors que non ... je vous prescrit 6mg/jrs plus une boîte de xanax pour le soir et je veux plus vous voir de la semaine.  On marche sur la tête c'est très grave d'induire un ttt comme ça il aurait fallu la voir tous les jours au début et adapter mais surtout qu'elle se sente soutenu et suivie. Je suis rentré tous les jours je commence à  6h30 donc lève 4h pour gérer et le soir pas couche car forcément elle dormait mal.  Au bout de la semaine ça va un poil mieux mais c'est pas génial elle l'a passe à  8mg et au bout de 15jr après à  12 mg elle se stabilise enfin.

Puis après un mois la psy veut la passer à  16 mg elle refuse tout comme les benzo car ça allait vraiment mieux, et la elle lui dit vous êtes dans le refus de soins lol la blague c'est quoi cette doc qui jette ses patients qd ils vont mal et veut les surdoser qd ça va mieux au bout de 2 mois je lui conseil un relais en médecine de ville avec qlq que je connais et qui est compétent ça c'est passé niquel de février à  l'induction du ttt à  aujourd'hui elle est passé de 12 mg à  1,4 mg et va bien ?

Tout ça pour te dire snoop courage comme prescripteur te la conseillé il existe des méthodes autres que les médocs et surtout trouve un médecin compétent il y en a plein peut être ton carud en connaît ou sinon pas le choix fait en plusieurs jusqu'au bon mais ton csapa aussi à  plusieurs doc tu as le droit de changer.

J'espère de tout coeur que ça va s'arranger et te passe tout mon soutient. Amicalement sufenta

SINTES: Analyse de produits :
https://www.psychoactif.org/sintes

Hors ligne

 

Snoop' 
Modératrice à  la retraite
Jolly Roger
000
Inscrit le 09 Jul 2012
2280 messages
Blogs
merci à  tous, et merci pour vos messages,

juste deux choses :

@Mammon, non non, ne t'inquietes pas, je n'ai pas pris ca pour un sous entendu, j'avais deja moi meme l'idée de faire ces tests anti drogues, juste pour prouver à  cette psychiatre que justement je n'avais pas menti comme elle le pensait (et elle en était persuadée cette *****!) et j'ai dans l'idée à  ma prochaine visite de demander à  l'infirmiere la copie des tests pour l'envoyer en recommandé à  mon ex psychiatre avec un mot sympa,

@miky, là  désolée, autant le debut m'a franchement touché, autant ta note de modération, j'arrive pas a l'avaler; les longs discours, c'est quand on a le temps, dans le cas (mon cas) j'ai du l'expliquer a travers une vitre a hublot, avec derriere moi une vingtaine de personnes qui toussaient, parlaient et riaient au telephone (c'est des "urgences", ca ?) j'ai du faire deux fois du coup la queue pendant 15/20 minutes avant meme d'arriver devant cette vitre......une fois dans la salle d'attente, j'ai dû attendre plus de deux heures, et entre le temps où je me suis assise en essayant vainement d'etre le plus en retrait/le moins en contact avec personne, la salle s'est remplie, puis vidée, puis re-remplie, et commencais a se re-vider quand j'ai été appelée (et j'ai passé TOUT ce temps repliée, avec des spasmes au ventre, en pleurs, et tremblante de tous mes membres, face à  une dame en face de moi qui avait été envoyée "en urgence" aux "urgences" car elle faisait un debut d'AVC !) durant tout ce temps, j'en ai entendu des discussions telephoniques, des rigolades, des gloussements de rires de jeunes et moins jeunes qui patientaient pour une bronchite ou autre gastro, quand ils ne se plaignaient pas a trop haute voix, donc non, ca passe pas, et encore moins en ce moment mec !
Pour les petites maladies ou les petites blessures, y'a des medecins de ville, on appele ca des generalistes, et pour tout ce qui est entorses etc, y'a aussi des specialistes, et non, ces gens n'ont pas a aller voler le temps de personnes en REELLES situations d'urgences et/ou detresse !
Et pour finir, ces rouages dont selon toi les hopitaux ont besoin, sont ces memes rouages (ou "protocoles") qui m'ont empeché d'etre traitée avec un minimum d'empathie (meme pas une once), et pourtant, en arrivant la deuxieme fois au guichet vitré, j'ai clairement demandé a ce qu'ont appele la police pour prendre ma deposition sur place (je te laisse relire)

Bye

Born by accident, Bastard by choice, just...Bad seed...

"Si chaque personne savait ce que les uns disaient sur les autres, il n'y aurait pas deux amis au monde"

Hors ligne

 


Répondre Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire




    Psychoactif en Images
    Plus d'images psychoactives
    En ce moment sur PsychoACTIF  
     Psychoactif 
    Fanzine N°4 : nous voulons connaitre le taux de pureté de nos drogues
    20 septembre 2021Annonce de Equipe de PsychoACTIF
     Appel à témoignage 
    Enquête sur la cannabis comme aide au sevrage/baisse/controle des...
    Il y a 8jCommentaire de plotchiplocth (11 réponses)
     Appel à témoignage 
    Avec Safe testez le nouveau spray nasal (MAD)
    Il y a 1jCommentaire de Lugaru (39 réponses)
     Appel à témoignage 
    Quel serait le kit d'injection adapté à vos pratiques ?
    Il y a 8jCommentaire de Snakeee (43 réponses)
     Forum 
    Ordonnance renouvelable
    Il y a 3mnCommentaire de Mauddamier dans [Opiacés et opioïdes...]
    (13 réponses)
     Forum 
    Vaccin covid ?
    Il y a 3mnCommentaire de Mister No dans [Cannabis...]
    (4 réponses)
     Forum 
    Comment bien préparer son 3-mmc
    Il y a 31mnCommentaire de Morning Glory dans [Cathinones et RC stim...]
    (1 réponse)
     Forum 
    Vaporiser - VaporGenie
    Il y a 3hCommentaire de DeltaS dans [DMT, changa et ayahua...]
    (5 réponses)
     Forum 
    Amanite tue-mouche - Mon "tout savoir sur l'Amanite Tue-Mouche"
    Il y a 3h
    11
    Commentaire de La Morvandelle dans [Enthéogènes...]
    (38 réponses)
     Forum 
    Connaissez-vous ce taz? Deux demis cercles, jaune/orangé
    Il y a 3hCommentaire de Vee dans [MDMA/Ecstasy...]
    (4 réponses)
     Forum 
    Arrêt & Sevrage - Encore un autre !
    Il y a 5hCommentaire de Haribo1202 dans [Cannabis...]
    (5 réponses)
     Forum 
    Flunitrazolam : mon expérience.
    Il y a 6h
    2
    Commentaire de Dextro dans [RC Benzodiazépines...]
    (8 réponses)
     Blog 
    Des truffes après un viol
    Il y a 2hCommentaire de marvin rouge dans le blog de Lorel_Jackson
    (4 commentaires)
     Blog 
    Juste envie de partager.
    Il y a 2h
    31
    Commentaire de marvin rouge dans le blog de Papaseul
    (338 commentaires)
     Blog 
    Dissolution de l’égo, destruction de soi-même, autodestruction
    Il y a 18h
    1
    Commentaire de 3MMCBro dans le blog de 3MMCBro
    (6 commentaires)
     
      QuizzZ 
    Testez vos connaissances sur l'histoire de la réduction des risques
    Dernier quizzZ à 23:22
     PsychoWIKI 
    Kanna (Sceletium tortuosum), effets, risques, témoignages
     Topic epinglé 
    Neurchi de Psychoactif
     Nouveaux membres 
    MissEloFlo, Willy Nourson, Jonsnow46 nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.
    S'identifier

    Mot de passe oublié

    Morceaux choisis 

     Fin des Phenergan
    par Sirop2, le 16 Sep 2020
    J’ai fait quelques recherches des Antihistaminique H1 et j’ai pas trouvé un qui équivaut au phener, et pour répondre à ta question j’aime le côté sédatif de la prometh. Si des personnes ont des noms de AH en vente libre je suis preneur...[Lire la suite]
     La pathologie et les médicaments font peur?
    par Jérimadeth, le 09 Oct 2021
    Coucou ! Merci Subohm de lancer ce sujet (qui me concerne & me préoccupe aussi) ! Mon avis, ce n'est que mon avis (assez proche de celui de prescripteur, not. sur la psychiatrie); je suis ouvert aux opinions différentes/critiques. Et je ne suis pas expert en psychiatrie non plus mais UD et con...[Lire la suite]
     Enquête sur la cannabis comme aide au sevrage/baisse/controle des autres drogues
    par pierre, le 15 Sep 2021
    Les associations Principes Actifs et PsychoACTIF, en lien avec l'équipe de recherche du SESSTIM, réalisent une enquête sur le cannabis comme méthode de substitution aux autres drogues. Certains consommateurs de drogues ont fait le choix d'utiliser le cannabis pour réduire leurs consommations,...[Lire la suite]
    Tous les morceaux choisis
    Les derniers champis

    Merci dans [forum] DMT et e.cig
    (Il y a 10h)
    Merci pour le bouquin, je me le suis pris ! - SplinK dans [commentaire de blog] Dissolution de l’égo, destruction de soi-même, autodestruction
    (Il y a 11h)
    +1 (Prescripteur) dans [forum] Passage méthadone à subutex Combien de temps ?
    (Il y a 12h)
    Ban dans 5, 4, 3, 2... dans [forum] De l’amour à la drogue, descente aux enfers
    (Il y a 1j)
    Plein de bon sens MG ~ dans [forum] seuvrage hopital a sec
    (Il y a 1j)

    Pied de page des forums