OxyContin: l’incroyable saga de l’antidouleur qui décime les Américain / PsychoACTIF

OxyContin: l’incroyable saga de l’antidouleur qui décime les Américain

Publié par ,
1893 vues, 2 réponses
FunkyHunk 
Banni
France
000
Date d'inscription: 28 Sep 2017
Messages: 987
Blogs
'jour,

Je suis tombé à linstant sur cet article:

https://a.msn.com/r/2/BBKDx2C?m=fr-

Aux États-Unis, la crise des opiacés fait rage. En 2017, elle a tué 64.000 personnes, devenant la première cause de mortalité accidentelle. Une famille –les Sackler– a construit sa fortune sur la vente du plus populaire de ces antidouleurs: l’OxyContin...
Deux pilules de vingt milligrammes d'OxyCotin. | Handout / US Drug Enforcement Administration / AFP: OxyContin: l’incroyable saga de l’antidouleur qui rend les Américains accros © Fournis par Slate OxyContin: l’incroyable saga de l’antidouleur qui rend les Américains accros

La Mortimer Sackler est une rose appréciée des horticulteurs pour l’élégance de sa corolle, son parfum entêtant et sa résistance aux maladies… Elle a été baptisée ainsi en 2010 pour honorer la mémoire du médecin éponyme, peu connu du grand public, mais père de l’un des antidouleurs les plus puissants au monde: l’OxyContin. Un médicament aujourd’hui accusé d’avoir déclenché une grave crise sanitaire aux États-Unis, où l’espérance de vie est en baisse –une première depuis cinquante ans. Ce recul s’explique en partie par les overdoses mortelles d’opiacés, qui tuent chaque jour 175 personnes, soit l’équivalent d’un Boeing 747 qui s'écraserait chaque semaine… Une situation dramatique, qualifiée «d’urgence nationale» par le président Trump.

À côté des antidouleurs pointés du doigt, comme le Fentanyl et le Percocet, un nom revient souvent, celui de l’OxyContin. Dérivé de l’oxycodone, un analgésique puissant classé comme stupéfiant par l’OMS, il est commercialisé depuis 1995 par le laboratoire pharmaceutique Purdue Pharma, fondé par les frères Sackler.

Dès sa mise sur le marché, cet antidouleur est considéré comme révolutionnaire. À la différence des formules existantes, l’OxyContin promet de soulager la douleur «en continu», sur une période de douze heures. Une particularité dont il tire d’ailleurs son nom, formé à partir de continuous.

En France, le recours à l’OxyContin est très réglementé. Il reste essentiellement prescrit dans le cas de douleurs cancéreuses. A contrario, depuis les années 2000, son usage s’est massivement répandu en Amérique du Nord, où il est désormais employé pour apaiser fibromyalgies, blessures sportives ou encore les douleurs liées à l’arthrose. Six ans après son lancement, l’OxyContin générait déjà près d’un milliard de dollars de bénéfice sur le sol américain.
Le plus court chemin vers l’héroïne? 

Pourtant, dès la fin des années 1990, on soupçonne ce médicament «miracle» de présenter un grand risque addictif. Il est facile de réduire un comprimé d’OxyContin à l’état de poudre, pour la sniffer ou se l’injecter –ce qui procure un effet proche de l’héroïne. Face aux critiques, Purdue Pharma sort une nouvelle formule en 2010, plus difficile à écraser. Une bonne idée, qui va pourtant se révéler désastreuse… Les accros à l’ancienne version vont mal vivre ce sevrage forcé et se tourneront vers des alternatives moins chères et plus dangereuses. Établi avec certitude, ce lien entre OxyContin et drogues dures, a fait l'objet de nombreux travaux de recherches.

On citera, entre autres, l’étude de trois économistes de l’Indiana parue en 2017 et intitulée «How the Reformulation of OxyContin Ignited the Heroin Epidemic» (Comme la nouvelle formule de l'OxyContin a initié l'explosion de consommation d'héroïne). Celle-ci montre qu'un tiers des consommateurs de cet antidouleur se sont ensuite tournés vers d’autres drogues –l’héroïne pour 70% d’entre eux. D’après l’American Society of Addiction Medicine, quatre consommateurs d’héroïne sur cinq auraient d’ailleurs commencé avec des opiacés sur ordonnance. Aujourd’hui, un véritable marché noir s’est mis en place. À New York, par exemple, un cachet «d’Oxy» se négocie aux alentours de quatre-vingt dollars.

Sous le feu des critiques, Purdue Pharma doit répondre aux accusations de la presse américaine, qui reproche au laboratoire pharmaceutique d'avoir sciemment sous-évalué le risque addictif de l’OxyContin, vendu à grand renfort de publicité…
Secrets, mensonges et séduction

Révolutionnaire, l’OxyContin? Le Los Angeles Times en doute. En 2016, le journal révèle les conclusions confidentielles des tests cliniques réalisés par le laboratoire avant commercialisation. Résultat: sur les douze heures d’actions vantées, l'OxyContin ne procure un réel apaisement que de sept à huit heures.

Un «petit» mensonge aux lourdes conséquences, puisqu’il pousse à la surconsommation et peut entraîner le patient dans une spirale addictive. Quant au changement de formule en 2010, qui aurait pu être pris pour une reconnaissance de responsabilité, il n’aurait été engagé par Purdue Pharma qu’à des fins commerciales. Le brevet de l’OxyContin arrivant à terme, l’entreprise se serait ainsi assuré la mainmise sur le médicament, empêchant la création de génériques par des concurrents.

En 2007, lors d’un procès pour publicité mensongère, Purdue Pharma a plaidé coupable, reconnaissant «avoir exploité les idées reçues du corps médical»,en laissant croire, à tort, que l’OxyContin était moins puissant que la morphine.Une tromperie qui aurait fait partie d’un plan de communication à plus grande échelle, comme l’a révélé le New Yorker en octobre 2017. Le laboratoire s’est attiré les bonnes grâces de médecins éminents, à coups de séminaires et de campagnes d’information.

Lorsqu’il se retrouve inquiété par la justice, Perdue Pharma préfère négocier de coûteux arrangements plutôt que risquer un procès. Ce fut notamment le cas en 2015, où, accusé d’être responsable de l’épidémie de consommation d'opiacés, le laboratoire s’est engagé à payer vingt-quatre millions de dollars à l’état du Kentucky.
Philantropes et bienfaiteurs de l'art

Mais le plus grand coup de génie des Sackler reste d’avoir parfaitement dissocié leur patronyme du produit qu’ils commercialisent. Ni leur labo, ni leurs médicaments n’en font mention. Il existe pourtant un monde où leur nom est bien connu: celui des amateurs d’art et de musées. On trouve ainsi une aile Sackler au Metropolitan Museum et au Guggenheim de New York, à la Tate Modern de Londres, ainsi qu’un un escalier «Sackler» au Musée Juif de Berlin. Depuis 1971, la famille a même droit à un morceau d'espace, puisqu'un astéroïde porte son nom.

Ce «philantrophywashing» n’épargne pas la France, où on inaugura en 1997, en grande pompe, «l’aile Sackler des Antiquités Orientales» au Musée du Louvre. En 2013, Raymond Sackler, l’un des trois frères fondateurs, est même promu officier de la Légion d’honneur. Dans son discours de cérémonie, le diplomate François Delattre salue «l’un des médecins les plus remarquables de la psychiatrie, [...] prospère homme d’affaires, grand ami de la France et individu exceptionnel».

À défaut de l’écrire sur les boîtes de leurs médicaments, les Sackler ont aussi gravé leur nom aux frontons de grandes universités, parmi les plus prestigieuses, de Tel-Aviv à Leiden en passant par Cambridge, Harvard ou encore Yale, où les enfants de Raymond Sackler, Richard et Jonathan, ont ouvert une chaire de médecine. La nouvelle génération n’a pas attendu la mort du dernier des frères Sackler, en 2017, pour reprendre le flambeau. Marissa, la fille de Mortimer, dirige Beespace, une organisation à but non lucratif qui lève des fonds pour des organismes humanitaires, tels que le Fonds Malala pour le droit à l’éducation des filles.
Une dynastie de self-made (wo)men

Aujourd’hui à la tête d’un empire financier établi à quatorze milliards de dollars par le magazine Forbes, les Sackler comptent parmi les familles les plus riches d’Amérique, devant les Rockefeller et juste derrière les Busch, fondateurs de Budweiser, la bière leader sur le marché américain.

En bonne compagnie parmi ces géants de l’industrie U.S., les Sackler illustrent un pan du rêve américain. Descendant d’une famille juive originaire d’Europe de l’Est, arrivée à Brooklyn dans les années 1920, la fratrie composée d’Arthur, de Raymond et de Mortimer entre très tôt dans les affaires. En 1952, les trois frères se portent acquéreurs de la Purdue Frederick Company, un modeste fabricant de médicaments du Greenwich Village. À l’époque, on est encore bien loin de l’empire Purdue Pharma, et les frères font tourner la boutique grâce à la vente de spray pour les oreilles, de laxatifs ou de Bétadine.

Il faudra attendre une décennie pour voir les Sackler réussir leur premier coup. Arthur Sackler est contacté par le laboratoire Hoffmann-La Roche, concepteur du Librium et du Valium, pour mettre au point une stratégie de développement destinée à vendre ces composés aux propriétés anxiolytiques. Le coup de maître d'Arthur est d'avoir élargi les prescriptions de ces produits à de très nombreuses indications. Le Valium connaîtra un succès sans précédent, devenant le médicament le plus vendu aux États-Unis. Arthur Sackler a réussi à le marketer pour le vendre à une population sans troubles psychiatriques, notamment aux étudiants stressés. Le journaliste Patrick Radden Keefe dit de l’aîné de la fratrie: «Dès qu’il s’agissait de l’alchimie du marketing, Arthur faisait preuve d’une intuition digne de Don Draper [le héros de la série télévisée Mad Men, ndlr].»

Moins porté sur les affaires, le cadet Mortimer finira, lui, par renoncer à sa citoyenneté américaine en 1974 (prétendument pour des raisons fiscales) et mènera grand train en Europe, sur les plages du Cap d’Antibes ou en compagnie du gotha suisse. Le petit dernier, Raymond, plus réservé et plus consciencieux, deviendra le patriarche de la dynastie Sackler. Se rendant régulièrement dans les bureaux de Purdue, il aimera se faire appeler «Dr. Sackler» jusqu’à sa mort en juillet 2017, respectivement sept et trente ans après celles de ses frères Raymond et Arthur.
Responsabilité individuelle

De plus en plus attaqué, Purdue Pharma sort de sa réserve habituelle pour se constituer une défense. L’entreprise refuse de porter seule la responsabilité de la crise des opiacés, rappelant qu’elle ne représente que 2% des parts du marché des antidouleurs. Pourtant, le pic de consommation est bien consécutif au lancement de l’OxyContin, qui bouleversa les politiques de vente.
© Fournis par Slate

Un kit anti-overdose, désormais vendu dans les pharmacies new-yorkaises sans ordonnance pour tenter de limiter le nombre de victimes de la crise des opiacés. | Spencer Platt/Getty Images/AFP

L’autre argument traditionnellement avancé par Pharma Purdue est celui de la responsabilité individuelle. Ce ne serait pas le produit ni la dose qui feraient le poison, mais le consommateur. J. David Haddox, directeur adjoint de la politique sanitaire du laboratoire, aurait un jour déclaré, avec un cynisme dont on vous laisse juge: «Si je vous donne une branche de céleri et que vous la mangez, c’est bon pour votre santé. Mais si vous décidez de la passer au blender et de vous l’injecter dans les veines, ça ne le sera pas…»
«La drogue la pure que j’ai jamais goûtée»

En janvier dernier, Bill de Blasio, le maire de New York annonçait que la ville avait décidé de poursuivre en justice les grands laboratoires pharmaceutiques pour leur rôle dans l’épidémie de consommation d'opiacés, chiffrant le préjudice à hauteur de 500 millions de dollars. Dans cette bataille, de Blasio a été rejoint par Elizabeth Sackler. Connue pour son féminisme et son action philanthropique, la fille d’Arthur s’est depuis longtemps désolidarisée de sa famille, estimant toutefois que son père, mort avant la sortie de l’OxyContin, ne pouvait en aucun cas être jugé responsable de la crise actuelle.

Une autre personnalité peut compter sur le soutien d’Elisabeth Sackler: la célèbre photographe américaine Nan Goldin. Elle a fait de la lutte contre les opiacés un combat personnel. C’est qu’elle connaît bien les affres de l’addiction, ayant été personnellement accro à l’OxyContin pendant plus de trois ans, après se l’être fait prescrire une première suite à une blessure au poignet. Sur son compte Instagram, une série de clichés documente sa descente aux enfers. On y aperçoit, entre autres, la chambre occupée par la photographe lors d’un séjour à Berlin où une tablette d’OxyContin gît au milieu d'autres objets.
Reputation de ce post
 
Un article utile à lir !!! Merci pour le partage :) Reck.

Powered by Me®

Hors ligne


Recklinghausen 
Adhérent PsychoACTIF
France
3610
Lieu: dans ma famille. N'y. Y.
Date d'inscription: 09 Mar 2015
Messages: 6185
Salut,

Il est néanmoins facile d'accuser le produit alors que, à titre personnel, j'aurais plutôt tendance à penser que ces personnes, responsables de la production et de la distribution d'Oxycontin, ont menti sur les propriétés de leur molécule l'oxycodone ( par omission la plupart du temps ).

Et ont profité de la facilité à corrompre les " éminents médecins " qui ont encouragés les prescriptions d'Oxycontin et ceux qui ont permis l'élargissement de ces prescriptions pour des douleurs pouvant être pris en charge par des médicaments moins puissants et moins addictifs.

Ils ont recommencé leur technique utilisée pour le Valium et l'Oxycontin est devenu un opiacé prescrit plus facilement... À la plus grande joie du compte bancaire personnel de cette famille.

C'est à dire que le produit serait responsable...

Mais pas les créateurs et producteurs et les nombreuses personnes qui ont du être " financées " pour que cette molécule passe à travers les diffèrentes étapes avant la commercialisation ?
Ni les cliniques de la douleur qui ont été créé pour écouler cette molécule ?

En ce qui concerne ce produit qui m'est prescrit, je suis plutôt d'accord sur la plus courte durée d'action qu'il n'est précisé sur la notice.

La molécule ne me soulage " que " 3 heures à la place des 4 annoncées pour la forme LI ( Oxynorm et Oxynormoro)...

Et pour ce qui est du LP ( Oxycontin ), je ne saurais trop dire car je le prends le soir pour ne pas me réveiller en manque pendant la nuit.

Au bout d'un peu plus d'un an de prescription d'Oxycodone ( LP + LI ), je reconnais que c'est un médicament compliqué à gérer du fit de son gout prononcé pour le " reviens-y ".

Et il est très facile de prendre un petit comprimé de plus, ce qui peut poser des problèmes en fin de mois et engendrer un chevauchement.

Avec Zazou2A, nous nous posons la question du parallèle entre l'action sur la dopamine de cette molécule et le " bien être " qui augmente la tentation de redrop, principalement lors de la mise en place de ce médicament.

A l'heure actuelle, ce médicament ne me procure plus les effets psychotropes si sympathique du départ mais me rappelle à l'ordre lorsque j'oublie de le consommer ( départ de crise de manque ).

Mais il continue à prendre en charge de façon satisfaisante les diffèrentes douleurs qui m'empêchent quelquefois de me déplacer.

Il me permet d'avoir une vie " active " en pouvant participer aux tâches ménagères et à pouvoir continuer à conduire, tout en continuant mon activité professionnelle.

Je pense ( je suis presque certain ) que je ne serais plus en état physique de faire toutes ces choses en raisons des douleurs importantes qui irradient mon organisme à longueur de temps.

L'inconvénient, comme ce médicament est classé stupéfiant, j'ai quelques soucis quand apparaissent des pics de douleurs car je ne peux pas augmenter les prises sans prendre le risque de me retrouver sans rien avant la fin des 28 jours.
Un effet effectivement un peu court qui amène une consommation toutes les 3 heures d'une gélule de 10 mg ( sauf la nuit et je prends une dose bolus sur le soir, où la douleur est plus présente ).

Et qui rend toute tentative de constitution d'un petit stock quasi impossible... J'ai plutôt tendance à compléter en fin de mois plutôt qu'à avoir encore quelques comprimés.

Il n'empêche que la fortune de cette famille s'est constituée avec des médicaments addictifs...

Et que j'ai tendance à faire le petit parallèle avec Gustavo Frings dans la série Breaking Bad wink

D'un autre côté, pour un vendeur de médicaments, il serait stupide de créer une molécule qui dure longtemps, qui soulage ou qui soigne sans effets secondaires et qui n'entraînent aucune addiction...

Il est préférable de créer des molécules qui soignent mais qui engendrent d'autres effets ( qui demandent de consommer d'autres médicaments ) ou qui occasionnent une dépendance importante pour un bénéfice maximum !!!

Je passerai sur la diffamation vis à vis de la population injectrice pour une tentative de justification car il est tout à fait possible de faire une overdose en gobant des ( voir 1 seul ) comprimés d'Oxycodone !!!!

Il n'empêche qu'il aurait suffit d'expliquer la vérité au départ sur cette molécule pour qu'elle ne soit plus accusée de quoi que se soit.

L'avantage de rendre une molécule responsable ?

L'impossibilité à la traduire en Justice car elle n'est responsable de rien... Au contraire de l'ensemble des personnes qui ont menti au sujet de cette molécule !!!

@ +


Reck.

L'amour d'une famille, le centre autour duquel tout gravite et tout brille.

Hors ligne


Zazou2A 
Psycho modo / RDR dreamer
France
5300
Lieu: Bretagne/corse
Date d'inscription: 15 Oct 2015
Messages: 2580
Blogs
L article est très intéressant !
Mais je crois que j’étais déjà tombé dessus !

Et je trouve le post de Reck très bien argumenté !

https://www.psychoactif.org/forum/t3084 … .html#divx

Je vous met un lien sur une étude comparative oxy/morphine qui montre bien que l oxy à souvent été préférer pour des raisons de marketing; s’il yen a qui on envie d’un peu de lecture, je trouve que ça vient bien compléter ton article FH  !
Et explique aussi pk l oxy « accroche + » que la morphine !

Sinon Jspr que vous allez bien tout les 2? Si vous lisez vous le direz c que vous en avez pensé !



drogue-peace

Zaz

/forum/uploads/images/1522/1522056467.jpg


2 petites photos souvenirs que j’ai encore sur ce tel !

Dans un monde qui va si mal, ce serait de ne rien prendre que d être malade..

Hors ligne


  • Psychoactif
  •  » Forums 
  •  » Actualités
  •  » OxyContin: l’incroyable saga de l’antidouleur qui décime les Américain

Répondre Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

[ Forum ] Médecins américain et crise des opiacés
par krakra, dernier post 15 août 2017 à  17:04 par krakra
  0
[ Forum ] Guerre à  la drogue - Ethan Nadelmann, le chantre américain du cannabis
par pierre, dernier post 19 novembre 2013 à  19:36 par pierre
  0
  0
  [ PsychoWIKI ] Oxycodone (Oxycontin), effets, risques, témoignages
  [ QuizzZ ] Risquez vous une overdose d'opiacé ? (heroine, morphine, methadone)
13425 personnes ont déja passé ce quizzz !
  [ QuizzZ ] Testez vos connaissances sur les overdoses d'opiacés
12196 personnes ont déja passé ce quizzz !



    Psychoactif en Images
    Plus d'images psychoactives
    En ce moment sur PsychoACTIF  
     Appel à témoignage 
    Questionnaire PAACX pour les chemsexeurs HSH
    20 décembre 2019Commentaire de pierre (0 réponse)
     Appel à témoignage 
    Passage des flacons aux gélules de méthadone
    Il y a 9jCommentaire de C.naya123 (26 réponses)
     Forum UP ! 
    Sevrage tramadol et rivotril
    Il y a 23hDiscussion sans réponse depuis 12h
     Forum UP ! 
    Dilution tussidane
    Il y a 22hDiscussion sans réponse depuis 12h
     Forum 
    Formatage - Forum
    Il y a moins d'1mnCommentaire de Pixelou dans [Utilisation du site P...]
    (2 réponses)
     Forum 
    Moisissure/Contamination - Kit contaminé ?
    Il y a 3mnCommentaire de Cactus Magique dans [Psilocybe - Champigno...]
    (1 réponse)
     Forum 
    Addiction - Arrêt de la codéine ... que c’est dur
    Il y a 6mnCommentaire de Lilas24 dans [Codéine et dihydrocod...]
    (1 réponse)
     Forum 
    Reprise metha lune de miel ou pas
    Il y a 23mnCommentaire de Charlink dans [Méthadone...]
    (12 réponses)
     Forum 
    Actualité - Classement du Kratom comme psychotrope (= stupéfiant) en France po...
    Il y a 23mn
    11
    Commentaire de cependant dans [Kratom...]
    (86 réponses)
     Forum 
    Descente - Effets d'une descente quelques jours après ?
    Il y a 33mnCommentaire de Mortythetraveler dans [MDMA/Ecstasy...]
    (1 réponse)
     Forum 
    O-PCE - O-PCE, je comprends pas ce produit
    Il y a 38mn
    3
    Commentaire de trucbizarre dans [RC dissociatifs...]
    (14 réponses)
     Forum 
    [Coke pure] Questions
    Il y a 46mnCommentaire de YHWH dans [Cocaïne-Crack...]
    (10 réponses)
     Blog 
    Quand on allait bicrave des tazs au Gibus
    Il y a 32mnCommentaire de L'étranger dans le blog de ismael77
    (1 commentaires)
     Blog 
    8h54 pour Paris
    Il y a 1hCommentaire de winny dans le blog de L'étranger
    (1 commentaires)
     Blog 
    Cocaïne et porno
    Il y a 7hNouveau blog de soloyo86 dans [Carnet de bord]
     
      QuizzZ 
    Evaluer la gravité de votre addiction
    Dernier quizzZ à 11:36
     PsychoWIKI 
    Kratom, effets, risques, témoignages
     Topic epinglé 
    Cannabis : vous vous êtes mis à la vaporisation, expliquer nous c ...
    S'identifier

    Mot de passe oublié

    Morceaux choisis 

     Benzodiazépines : méfiez-vous des effets paradoxaux.
    par Yog-Sothoth, le 19 Jan 2020
    Bonjour. J'espère que vous allez bien. Je vous souhaite à tous une heureuse année 2020. J'écris ce post pour témoigner d'un accident que j'ai eu avec les prods, un accident qui m'a envoyé en réa et qui a failli me tuer. Je témoigne ici parce que j'ai été victime d'un effet rare des benzo...[Lire la suite]
     Pour les experts où les novices ayant soif de le devenir.
    par Heashka, le 18 Jan 2020
    Okay. Ce soir on s'attaque à du lourd. Ce thread n'a pas pour vocation à vulgariser mais pour les débutants et curieux en pharmacologie, je fais d'autres threads sur lesquels je vous conseille de vous réorienter. Maintenant, on va parler lourd. Très lourd. Il fallait absolument introduire au p...[Lire la suite]
     Toxicophobie mon amour
    par Mascarpone, le 14 Jan 2020
    Tellement fort que pour ceux qui auraient la rame de cliquer sur le lien, je le copie ici : Etes-vous toxicophobe ? “C’est des délires de camé, ça n’a donc aucune espèce de crédibilité”, “quand on veut se mettre hors du système, on a rien à recevoir de ce système”, “Quand...[Lire la suite]
    Tous les morceaux choisis
    Les derniers champis

    +1 (Prescripteur) dans [commentaire de blog] La naloxone
    (Il y a 2h)
    Roooh trop fort la machine j’en ai jamais vu mais ça claque suf dans [forum] Pourquoi ça ne marche plus ?
    (Il y a 2h)
    Clair, bien argumenté et pas con du tout! Mas dans [commentaire de blog] La naloxone
    (Il y a 5h)
    Fine analyse. - TheRealSlimShady dans [commentaire de blog] La naloxone
    (Il y a 12h)
    C’est quoi ce doc sans source et bourré de préjugés dans [commentaire de blog] La naloxone
    (Il y a 12h)

    Pied de page des forums