sevrage sec de weed / PsychoACTIF

sevrage sec de weed

Publié par ,
1546 vues, 14 réponses
mamajiF 
Nouveau membre
000
Date d'inscription: 23 Jul 2018
Messages: 17
salut à tous,

je viens raconter ma vie, merci pour ce forum qui aide tellement.

je suis une grosse consomatrice de weed depuis une dizaine d'années, surtout ces dernières années. J'ai une relation d'amour incroyable avec cette drogue, qui structurait carrément mes journées. Au début je ne fumais que le soir, pour gérer mes douleurs chroniques, m'aider à apaiser mes angoisses et pouvoir m'endormir. Puis je me suis mise à fumer aussi quand je sentais que je ne pourrai pas échapper au sexe avec mon mari (c'était une relation de violences conjugales). J'ai fini par réussir à quitter cette ordure, les premières années ont été très compliquées, il m'avait coupée de tous mes amis, j'avais plus de travail, pas de thunes, seule avec les enfants et des gros problèmes de santé, et ce type continuait à mes faire flipper comme pas possible, il a fallu que je reconstruise ma vie de A à Z, il ne restait plus rien. Je l'ai fait, et je suis pas peu fière de moi parce que je trouve qu'aujourd'hui je suis quelqu'un de bien, les enfants vont bien, la santé s'est bcp améliorée, bref ça va.

Dans ce process, la weed a été fondamentale. Le pétard du soir était l'opportunité de méditer sur ma journée, sur mes erreurs, sur ce que je voulais véritablement. J'ai développé à la longue une méthode de méditation sous weed qui s'est revelée comme une auto-psychothérapie extrèmement efficace. J'ai commencé à cartonner au boulot, car j'avais pendant ces méditations des idées fulgurantes dont bcp se sont révélées non seulement très justes mais parfois excellentes.

Puis j'ai commencé à fumer en journée parce que ça avait sur moi un effet très stimulant, tout le contraire de l'apathie décrite généralement. Il faut comprendre que j'étais tellement pétrie d'angoisses que fumer, en levant l'angoisse, me sortait de la paralysie et me donnait l'impression d'avoir plus d'energie.

Puis, j'ai arreté le tabac l'été dernier et donc je me suis a fumer plus que de l'herbe pure, et là ça a commencé à prendre des proportions vraiment pas raisonnables : je voyais bien que mon seuil de tolérance au produit devenait délirant, que je pouvais encaisser des doses très élevées et continuer à être fonctionnelle, tenir une discussion, terminer un boulot, faire des courses, etc.

Je commençais à avoir des effets secondaires vraiment pas sympa, notamment au niveau des yeux (visions, plus réactions allergique sur les paupières), visage bouffi, gros gros soucis de mémoire, gros soucis d'élocution, et anxiété sociale +++
J'avais l'intuition également que non seulement ça n'aidait plus ls douleurs chroniques mais que peut etre ça les renforçait, idem pour l'anxiété

En novembre dernier, une personne très chère a chopé un cancer, et ça a bousculé les choses. Je me suis dit qu'il fallait que je commence à considérer rapidement le sevrage. Mon raisonnement était : soit il va mourir et il faut que je sois sevrée avant sinon je vais plonger de façon irrémédiable, soit il va pas mourir (enfin, pas de ce cancer en tout cas) et si je me sèvre, il sera heureux et ça va l'aider à guérir.

Mais je ne voulais pas me violenter pour ce sevrage, je voulais que ça soit une séparation d'amour (je me suis crée une divinité de la weed, je lui parle dans ma tete, je lui demandais de me laisser reprendre ma liberté). J'ai donc fait le pari que le sevrage viendrait spontanément. J'ai procédé en remettant un peu de contrôle sur ma conso et j'ai pu faire trois sessions de 3-4 jours sans aucune weed à l'occasion de voyages à l'étranger afin de tester ma capacité à faire sans.
A chaque fois, j'ai consommé pas mal d'alcool pour compenser, voire des benzo, mais ça allait.

Et puis il y a 10 jours, cette personne chère (qui va vivre, j'en suis sure, c'est un miracle qu'il soit toujours là) m'a demandé quel genre de personne je voulais devenir. Ca m'a fait un choc et le soir même j'ai compris que j'allais arreter la weed, que ça y est, j'étais prete.

Je me suis dit que j'allais faire un sevrage de 40 jours et ne reprendre ensuite la weed que lors d'occasions spéciales (qui restent toujours à spécifier)

Mon médecin m'a filé du valium si jamais je crisais ou si j'avais trop d'insomnie à cause du sevrage. Il se trouve que je déteste ce médicament qui m'abrutit, donc je n'y ai recours que si je stresse trop

J'ai fumé mon dernier pétard dimanche dernier, et depuis je me tape un syndrome de sevrage pas piqué des hannetons...

psychologiquement, ça ne manque pas du tout, ce qui me fait dire que c'était le bon moment. J'ai planqué mon stock dans un coin un peu difficile d'accès pour ne pas être tentée, et j'ai prévu des sorties tous les soirs ou presque pour casser l'habitude de la soirée en tete a tete avec mon joints et retrouver le goût des relations sociales.

Je n'ai pas bcp d'anxiété, etonnamment, bien moins qu'avant d'arreter en tout cas (sauf quand je fais des bouffées d'angoisse quand je n'ai pas eu de nouvelles de cette personne chère depuis un moment, mais c'tait pire avant d'arreter). Voire il m'arrive d'être euphorique, parce que je crois que ça m'assomait bien un peu tout de meme, ah ah ah, et c'est comme si je m'étais enlevé un boulet au pied. Et puis je fière de moi mine de rien, ça aide, je suis productive, bref c'est cool.

par contre, sur le plan physique, je douille :

- tremblements
- nausées
- zero appétit
- maux de tete
- muscles hyper tendus
- phénomènes visuels bizarres (je vois flou, je vois des scintillements)
- diarrhées +++
- mon pipi sent super mauvais
- boutons, peau toute pourrie
- haleine de chacal
- réveil à 4h du mat, impossible de se rendormir

l'autre soir on a un peu picolé avec un pote, et le lendemain je me suis tapé une gueule de bois carabinée, alors que ca ne m'arrive quasiment jamais ! Comme si le sevrage avait multiplié l'effet délétere de l'alcool. Ca doit etre l'effet détox je suppose.

Je suis vraiment pas épaisse (50 kg toute mouillée pour 1,68m), donc il y a pas tant de graisse où la weed a pu etre stockée (à part dans mon cerveau ?!?)

voila mon témoignage, ça ne fait que 6 jours, j'ai l'impression que le dernier pétard remonte à 6 semaines.

Je m'interroge sur l'avenir.
Je me demande combien de temps ça va durer ces symptomes.
Peut-etre qu'il faudrait que je reprenne jamais la fumette, je sais pas.

Ca se passe comment à long terme pour le seuil de tolérance au produit ?
Les gros consommateurs, quand vous reprenez après une longue pause, vous retombez direct dans les niveaux de conso précédents (comme pour l'alcool) ou bien vous parvenez à vous refaire une virginité cannabique et à reprednre avec des doses réduites ?

Hors ligne


mamajiF 
Nouveau membre
000
Date d'inscription: 23 Jul 2018
Messages: 17
J'oublais un symptome : j'ai froid tout le temps, non seulement des frissons mais aussi un froid profond, qui va jusque dans les  os

Hors ligne


linec13 
Psycho junior
France
200
Date d'inscription: 14 Oct 2015
Messages: 206
Blogs
Hello,
Pour ma part j'ai ressenti que je n'avais plus de thc dans le corps au bout de trois semaines environ, c'est la que j'ai eu des pulsions très fortes.
Et puis tout s'est apaisé, les sueurs froides aussi.
Ce fera un an en juin, et oui je reconsomme à l'occaze mais je n'ai aucun stock, quand j'en achète je fume tout d'un coup en deux jours et je ne souffre aucunement quand le sachet est fini.
Mes angoisses ont quasiment disparu, pour laisser place à un vide, ennui indéfinissable car je n'aime plus faire ce que j'aimais faire quand je fumais.
Et moi aussi j'ai une grosse gueule de bois quand je picole, je sais pas pourquoi.

Tiens bon pour tes 40 jours, et refais le bilan après.
Bon courage !!!!

A kiss makes my whole day, anal makes my hole weak

Hors ligne


serienoire 
Nouveau membre
000
Date d'inscription: 15 Nov 2018
Messages: 8
Salut,

C'est une super nouvelle que ton proche soit sorti d'affaire

En ce qui concerne ton sevrage, pour avoir eu la même relation que toi avoir le canna (10 ans de cons + histoire d'amour avec le produit)  et pour avoir du arrêter sec aussi (bon j'étais seul, impossible de trouvé de la qualité et pas de produits de substitution... donc super frustrant ) je peux te dire que tu as passé le pic d'intensité physique du sevrage, (vers 3-4jours), les 10-15 premiers jours ton corps va se réhabituer a vivre sans, des sensations corporelles bizarres, des insomnies, des muscles hyper tendus, un certain énervement, et une impatience sont a prévoir mais tous les délires d'anxiété de parano ou quoi vont partir, j'avais remarqué une absence de fatigue aussi.

après 15 jours tu peux avoir encore la sensation d'avoir les muscles tendus mais normalement physiquement le plus dur est passé, après reste l'envie de reprendre, le temps libre a tuer, la partie de soit avec qui on a auto médité qui a disparue, ses idées fulgurantes aussi, tout simplement son amour pour la fume.
C'est difficile quand on s'est construit tout un rituel pendant des années.
Il faut reapprendre à vivre sobre, c'est étrange mais on s'y fait.

Après si tu es bien entourée ça devrait beaucoup mieux se passer que dans mon cas.
Il ne faut pas hésiter a compenser en s'octroyant des petits plaisirs, bouffe, sortie... C'est très important surtout au début ou quand ça va pas.

Les rares fois ou j'ai eu l'occasion de retoucher du bon matos  après plusieurs mois d'arrêt je peux te dire que ce fut excellent,
Les effets ne seront pas les mêmes que t'es premieres fois mais pas non plus comme lorsque ton corps était saturé depuis des années, c'est un entre deux sympas. Comme lorsque tu fumait en soirée avec tes potes durant les premières années.


Bon courage pour la suite de ton combat
Tiens nous au courant

Hors ligne


mamajiF 
Nouveau membre
000
Date d'inscription: 23 Jul 2018
Messages: 17
merci beaucoup serienoire et linec13, ça m'a bien boostée vos messages, je me dis : encore une semaine difficile, ça ira, je peux faire.

ça continue à piquer bcp, surtout j'ai des bouffées d'angoisse régulières pour lesquelles je ne voudrais pas prendre de benzodiazepines meme si je sais que ça va casser la crise en 15 minutes, parce que ce serait trop bete de m'y accrocher et je sens que je suis  vulnérable a plein de trucs là.

Le truc c'est que mon proche n'est pas sorti d'affaire du tout, mais d'après les médecins il devrait etre mort depuis bien deux trois mois, donc on y croit tres tres fort, mais c'est sur que ça aide pas à se sentir serein et joyeux. Au fond de moi je suis certaine qu'il peut survivre au cancer mais je ne suis pas sure qu'il survive à la chimio...

il faut donc que je me trouve un truc pour atténuer les angoisses qui soit ni la weed ni les medicaments (j'ai un diagnostic de troubles anxieux généralisés, donc je sais que ces angoisses ne sont pas juste un effet du sevrage mais sont au contraire révélées par le sevrage et ne seront pas passagères a priori, sauf tres bonne surprise, donc je prends ça au sérieux)

je me rends compte que si je suis arrivée à un tel niveau de conso d'herbe, c'est aussi pour maintenir ma productivité au boulot et je me dis qu'on vit dans un monde à la noix tout de meme où il faut prendre tout le temps des trucs pour rester dans la course.

sinon j'ai eu mon premier rêve cette nuit, ça c'était tres cool smile

Et je sens une certaines vivacité d'esprit revenir, et ça aussi c'est tres agréable

Hors ligne


mamajiF 
Nouveau membre
000
Date d'inscription: 23 Jul 2018
Messages: 17
ça fait 3 semaines d'abstinence.
Franchement, si j'avais imaginé que c'était si dur, je sais pas si j'aurais eu le courage de me lancer.

Sur le plan psychologique, etonnament, ça ne manque pas du tout (j'ai la pensée de m'en rouler un peut-être 1 ou 2 fois la semaine, et ça passe en quelques minutes). J'ai toujours un gros stash planqué dans mon placard et je ne suis pas du tout tentée. Etonnament aussi, le rituel ne me manque pas tant que ça non plus.
En revanche, sur le plan physique, ça reste difficile, même si j'ai senti que le pic était à 15j d'abstinence. Problèmes digestifs +++,  douleurs partout, céphalées.

Le plus dur, et de très loin, c'est le sommeil. Devoir m'endormir sans mon joint du soir me terrorise, et pour une bonne raison : je me reveille une nuit sur deux vers 4h du matin avec des angoisses atroces, parfois avec la certitude absolue que je vais me buter, un niveau de haine contre moi que j'avais rarement atteint, parfois au contraire la haine de tous ceux qui m'ont fait du mal, bref je me prends dans la face tout ce que la weed maintenait masqué depuis tant d'années.

La semaine dernière était particulièrement éprouvante parce que ma lucidité nouvelle m'a fait avoir une série d'épiphanies concernant mon fonctionnement psychologique, et je n'aime pas du tout ce que j'ai vu. Prise de conscience fort douloureuse donc, même si je sais que ça ouvre le chemin vers une construction de soi plus en adéquation avec la personne que je veux devenir.

Pour aider le sommeil à venir et gérer les angoisses du soir (que je traine depuis toute petite), j'ai recours à l'alcool, pas en très grosses doses parce que le corps ne peut plus encaisser comme avant, ce qui est surement une bénédiction. Et un soir sur deux ou trois, je prends une goutte de valium. Je déteste vraiment cette substance mais ça m'assure une nuit complète au lieu du réveil angoissé de 4h du matin. (pourquoi 4h ? Ca doit correspondre à un truc hormonal ?!?)

J'ai pris 2 fois des petites doses de lsd (une fois un quart de buvard et une fois un demi) et 3-4 fois des microdoses, et à chaque fois, ça m'a fait bcp de bien, comme une respiration. 

Les bons côtés du sevrage maintenant :

les rêves reviennent, pas encore toutes les nuits. Même si ce ne sont pas des rêves sympa, je m'y retrouve bien plus forte et équipée contre l'adversité qu'à l'époque d'avant la weed où je faisais tant de cauchemars. En gros, ce sont les mêmes thématiques de mauvais rêves (comme quoi on change pas tant que ça) mais je n'y suis plus aussi vulnérable et démunie qu'avant, et ça, j'avoue que j'apprécie.

Les problèmes visuels sont encore là mais s'atténuent chaque jour, et je trouve que les couleurs sont belles, mes yeux sont plus souvent contents

Les problèmes de peau ont passé, j'ai le visage moins bouffi, les traits moins tirés, les poches sous les yeux ont rétréci, bref j'ai perdu quelques années, et je suppose qu'on peut dire que je redeviens jolie par que les hommes sont redevenus très souriants avec moi, comme quand j'avais 20-25 ans, et ça aussi, c'est fort appréciable, ça booste l'égo

J'ai repris le sport, ça vient plus facilement, je retrouve un corps fonctionnel, j'ai plus d'énergie, enfin, j'en ai toujours eu beaucoup, mais là c'est plus naturel, je sais pas comment expliquer ça, mais ça fait du bien, je me tiens droite, je me sens plus forte.

je me sens hyper sociale ! enfin, faut pas exagérer hein, ça ne me pose toujours aucun problème de ne parler à personne de la journée, je reste quelqu'un qui aime profondément la solitude, mais dire bonjour au voisin ou prendre le métro n'est plus une torture quoi.

Corrolaire : je n'ai presque plus de problème d'élocution. Je parle bien plus facilement aux gens que j'apprécie. Et je me suis remise à utiliser le téléphone ! Alors que c'était véritablement devenu impossible. Au point où je devais me préparer mentalement plusieurs heures avant de pouvoir passer un coup de fil auquel je ne pouvais pas échapper, c'était épuisant. Pas que j'adore le téléphone, mais c'est tout de même fort pratique de pouvoir y avoir recours.

Coté libido, je m'inquiétais beaucoup du sexe sans weed (ça faisait plus de 10 ans que je n'avais pas pratiqué) et c'est certes un peu moins bien sans que avec, mais ça marche tout de même, c'est une bonne surprise.

Le plus chouette dans tout ca, c'est que je suis revenue à mes premières amours : les livres, que j'avais abandonnés au fil des ans. Et ça, c'est vraiment du bonheur.

Hors ligne


Drim 
Psycho sénior
France
4310
Lieu: Rhône
Date d'inscription: 27 Apr 2018
Messages: 666
Blogs
Salut, c'est super que tu ais passé le plus dure.
C'est jamais facile de laisser une habitude comme ça, même si comme tu le remarque le bédo est pas le truc le plus addictogène niveau comportement et craving, mais c'est une autre affaire en ce qui concerne le sommeil. En tout cas j'ai un peu les mêmes soucis de dodo quand j'arrête.
Après tout est une question de remplacer le (plus ou moins grand) vide que laisse la conso.

Par contre dans tout ça j'aurais une question, quelle était ta conso de weed avant l'arrêt ? Pur, ok, mais à quelle dose ? Parce que tu as eu des symptômes bien hard quand même.

Bonne continuation en tout cas bravo

             = .---.               
  =  =  _/__~0_\_       .      *
= == (_________)  -0-
       *  o     .    '

Hors ligne


linec13 
Psycho junior
France
200
Date d'inscription: 14 Oct 2015
Messages: 206
Blogs
Hello j'ai jamais essayé le CBD, mais ya des bons retours pour l'anxiété et tensions musculaires.
C'est fou comme on se redécouvre quand on arrête le cannabis ...
Mon anxiété m'a quitté pour laisser place à une hyper émotivité, je pleure de bonheur quand je vois mon chien qui court dans l'herbe, je pleure de tristesse quand je vois un enfant ou un animal en souffrance.
J'aime la nouvelle moi, mais depuis peu ( pour rappel j'ai arrêté en juin 2018 )
C'est bien de laisser des écrits, tu pourras t'y référer pour mesurer le chemin parcouru depuis ton arrêt.
Bisous tiens bon les rêves vont devenir moins hardcore, enfin je te le souhaite

A kiss makes my whole day, anal makes my hole weak

Hors ligne


mamajiF 
Nouveau membre
000
Date d'inscription: 23 Jul 2018
Messages: 17
Je bénis psychoactif, vos réponses me font un bien fou coeur

Drim a écrit

Après tout est une question de remplacer le (plus ou moins grand) vide que laisse la conso.

Ca c'est facile, j'ai le travail, le workaholisme ça marche bien moi. Plus sérieusement, j'ai un énorme projet pro, qui me tient beaucoup à coeur, et c'est justement parce que ma conso de weed commençait à interférer trop négativement avec la réalisation de ce projet que j'ai eu envie de faire une pause et de retrouver du contrôle.

Drim a écrit

Par contre dans tout ça j'aurais une question, quelle était ta conso de weed avant l'arrêt ? Pur, ok, mais à quelle dose ? Parce que tu as eu des symptômes bien hard quand même.

Je trouve aussi, je ne m'attendais à une telle claque... J'ai jamais trop osé regarder en face ma conso, je me racontais que c'était 50 balles par mois mais en vérité je crois que c'était plutot 100 ou 150 (j'achetais par sachet de 100 balles, des variétés bien dosées), à 7 balles le gramme, donc sans doute entre 15 et 20g par mois, avec des courtes périodes de fiesta solo, où je pouvais monter à 2-3g/jour (mmmmh, j'adorais). Mais bon, je sais pas vraiment, au fil des ans j'ai très habilement multiplié les sources, éparpillé mes réserves, de façon à ne pas pouvoir tracker ma conso.

Hors ligne


mamajiF 
Nouveau membre
000
Date d'inscription: 23 Jul 2018
Messages: 17

linec13 a écrit

Hello j'ai jamais essayé le CBD, mais ya des bons retours pour l'anxiété et tensions musculaires.

J'adore pas le cbd en vérité, je trouve que ça abrutit pour finalement pas tant de bénéfice que ça, mais peut etre que je devrais retester


linec13 a écrit

J'aime la nouvelle moi, mais depuis peu ( pour rappel j'ai arrêté en juin 2018 )

Je me redécouvre, c'est exactement ça. Je n'ai jamais été aussi sharp, sur le plan intellectuel (evidemment !). Je mesure surtout à quel point je suis enragée, pire que le plus révolté des ados, une vraie Louise Michel. Je mesure aussi à quel point l'herbe calmait cette rage, dont je ne savais pas quoi faire et qui se retournait contre moi (c'est donc effectivement un instrument d'asservissement du peuple). Aujourd'hui, j'ai cette capacité d'action au travers de mon taf, qui me donne la puissance de feu nécessaire pour agir et mettre en oeuvre les changements de société que me dicte cette rage. Je pense que ça va me prendre du temps pour aimer la nouvelle moi, parce que j'ai ces bouffées de lucidité pas agréables du tout, mais en tout cas, j'ai plus de respect pour qui je suis que je n'en ai jamais eu, et c'est un excellent début smile

linec13 a écrit

C'est bien de laisser des écrits, tu pourras t'y référer pour mesurer le chemin parcouru depuis ton arrêt.
Bisous tiens bon les rêves vont devenir moins hardcore, enfin je te le souhaite

Ca reste hardcore pour le moment, mais peut-etre que je suis en capacité de les encaisser maintenant...
Utiliser le forum comme journal, oui, voila l'idée, et vos réponses, encore une fois, me remplissent de gratitude.

Hors ligne


mamajiF 
Nouveau membre
000
Date d'inscription: 23 Jul 2018
Messages: 17
Salut les gens

Je reprends ce fil qui me sert effectivement de journal.
Ca fait donc quasi 3 mois sans weed
A une exception pres :  j'ai pu fumer une fois, dans un cadre tres strict que je me suis fixé, et j'avoue que j'ai vraiment adoré smile
C'était comme des retrouvailles amoureuses <3
Je suis heureuse d'avoir trouvé ce cadre, parce qu'il me permet d'envisager de fumer à nouveau mais sous controle. Bon, si j'arrive pas à m'y tenir, ça sera une autre histoire, mais on verra le cas echeant.

La nouveauté, qui me pousse a vous ecrire, c'est que comme j'avais bcp compensé avec l'alcool, j'ai décidé de faire une grosse pause là dessus aussi (genre passer l'été sans boire). Ca fait donc un mois que j'ai arrété. Pas évident, je me suis fait une petite rechute d'une semaine a plus ou moins me vider ma bouteille toute seule le soir.  Mais bon, je me suis reprise et je suis a nouveau au régime sec.
Pas de syndrome de sevrage et pas trop de craving (franchement ça va), mais je constate une fatigue enorme, comme un truc qui attendait depuis des années de me tomber dessus, je me traine comme si je pesais mille tonnes, j'ai des coups de barre phénomenaux. Ca fait un mois que ça dure et j'ai pas l'impression que ça diminue tant que ça...

C'est familier pour vous ?
La weed me stimulait bcp c'est vrai. L'alcool aussi à sa façon. Mais tout de même ?

L'autre effet kiss pas kool du tout, c'est que je me suis mangé des bouffées suicidaires bien pénibles, comme des grosses bulles de desespoir qui remontent à la surface et qui devaient trainer au fin fond de ma mare depuis un moment je suppose...
Je gere, ça va, à mon age, je sais comment traiter ces bouffées là, mais je me dis que je comprends mieux pourquoi je fumais tant et pourquoi je buvais tant, si la conséquence c'etait le seul moyen de maintenir masqué ce mechant trou noir au fond de mon coeur.

Meme question du coup : ça vous a fait pareil ? Vous avez pris ça comment ?

Hors ligne


Albatros 
Surf life
800
Lieu: Blue planet
Date d'inscription: 09 May 2019
Messages: 96
Salut !

Tout d'abord, bravo pour ton sevrage, ça avait l'air d'être hard +++, 3 mois c'est vraiment super, le plus dur est derrière toi et tu le sais sans doute déjà !

Faut faire gaffe avec l'alcool. Premièrement, parce que c'est en soi une substance pas anodine, avec un mécanisme d'addiction assez sournois, et que quand t'es dedans c'est vraiment difficile de décrocher. Et puis surtout, si tu es dans la démarche d'arrêter la weed, ce serait dommage de la remplacer par une autre addiction, peut être encore plus difficile à gérer ! Donc bravo pour ta démarche, je pense que tu as bien fait de faire une petite pause sur l'alcool, ça vaut sans doute le coup !

J'ai jamais été un grand consommateur d'alcool donc je peux pas répondre à ta question. Par contre weed oui et je me suis tapé un sevrage dégueu (avant de reprendre quelques mois après en plus), et je pense que les bouffées d'angoisse/suicidaires,... devaient être quelque chose de déjà présent chez toi sans doute masqué par la weed. Moi quand j'ai arrêté, en dehors des symptômes physiques qu'on a tous (insomnies, frissons, …), y'a eu des trucs que je pensais derrière moi auxquels j'ai eu à faire face de nouveau. Donc je pense que la weed permet d'enfouir temporairement certaines choses, mais ça remonte lorsque t'arrêtes … Après moi, de mon côté, ça a été une expérience assez bénéfique, j'ai pu régler certaines choses en étant clean donc ça valait le coup.

Donc voilà, plein de courage, mais tu as l'air d'être une personne très lucide et intelligente donc je ne me fais aucun souci pour toi ! En tous cas ça vaut le coup si t'es motivée !

Peace & love
Albatros

Dernière modification par Albatros (13 juillet 2019 à  20:25)

Hors ligne


mamajiF 
Nouveau membre
000
Date d'inscription: 23 Jul 2018
Messages: 17
Salut Alabatros

Merci. J'ai bien peur que tu ais raison concernant les effets insidieux de l'alcool.

Je pense que la méchante fatigue vient de la détox de l'alcool, du moins en partie, et puis mon corps a mal partout, I feel like shit comme disent nos amis anglophones, mais un peu moins chaque jour il me semble, ou du moins chaque phase où je me sens plombée me parait moins intense et moins longue que la précédente. J'en déduis que je suis peut-être un poil plus accro à l'alcool que ce que je voulais bien admettre. Apres tout pourquoi pas, rien de si étonnant puisque j'en consomme depuis toujours (sérieux, ma premiere goutte d'alcool c'était a ma naissance, suivant la tradition henri IV, puis mes premiers souvenirs de fetes familiales sont associés avec des fonds de verre de champagne qu'on me refilait en douce). Du coup je m'interroge sur la possibilité de consommer de l'alcool a nouveau dans un cadre safe. De façon a pouvoir apprécier les bons cotés sans avoir a craindre de retomber dans une consommation excessive. Des temoignages seraient bienvenus les gens si vous avez ça dans la besace smile
C'est difficile de trouver de la documentation objective là dessus, car tous les sites un peu institutionnels sont en mode AA, type "l'alcool c'est mal /point/", hors l'abstinence absolue point de salut, etc.

Mais bon, pour le moment, la question ne se pose pas, je n'ai pas de difficulté à ne pas boire, je suis même plutot contente de mon "dry summer", je retrouve une vivacité intellectuelle fort bienvenue notamment. J'attends encore de retrouver la forme physique, car là j'ai l'impression d'avoir 100 000 ans, avec des maux de tete, des courbatures et une digestion plus pourrie que jamais, mais je suis sure que ça va venir.

Anecdote instructive : autant mes proches se réjouissent de ma détox de weed, et m'écoutent sans difficulté qu'en j'en parle, autant tout le monde change vite de sujet quand je parle de ma détox d'alcool, surtout quand je dis que je me rends compte que je suis probablement un peu alcoolique et qu'il faudra bien que j'en tire les conséquences. Et je sais bien pourquoi ça crée le malaise : si moi je suis border concernant l'alcoolisme, alors la moitié de mes proches le sont peut etre bien aussi, et ce n'est pas une vérité agréable à contempler...

Hors ligne


Drim 
Psycho sénior
France
4310
Lieu: Rhône
Date d'inscription: 27 Apr 2018
Messages: 666
Blogs
Salut mamajiF, félicitation pour toutes les avancées dans tes objectifs.

T'a l'air de super bien gérer, pour moi la forme elle vient du triptyque, sommeil, alimentation, sport.
Si tu fait attention au sommeil et à l'alimentation avec un peu de dépense physique là dessus c'est tout benef' pour la forme et le moral.

             = .---.               
  =  =  _/__~0_\_       .      *
= == (_________)  -0-
       *  o     .    '

Hors ligne


mamajiF 
Nouveau membre
000
Date d'inscription: 23 Jul 2018
Messages: 17
Salut Drim,

merci pour ce rappel plein de sagesse merci-1

Le sommeil, que j'avais gravement perdu en stoppant la weed, et ça s'est empiré avec l'arret de l'alcool, est en train de revenir doucement, et j'apprécie beaucoup, j'avoue. Je redecouvre le plaisir des choses simples wink

L'alimentation j'ai toujours fait hyper attention.
Le sport en revanche, c'est le point délicat.  Je sais bien que c'est ça qui me manque mais j'ai un mal fou à m'y remettre, j'ai zéro tonus, le corps qui pleurniche à chaque articulation, je me donne des micro objectifs dignes d'une dame de 102 ans, genre je suis contente quand j'ai réussi à faire 3 minutes de yoga super
Ca me fait mal à l'orgueil, parce que quand je consommais bcp de tout, j'étais au contraire hyper sportive, avec des abdos d'acier et des reflexes en béton. Et là depuis janvier (en gros suite au choc de cette annonce du cancer de ce proche), j'ai tout laché et tout remis en question dans ma vie. Alors c'est pas négatif puisque ça me conduit a faire une grosse détox et réflechir à mes gros trauma qui étaient planqués par les substances. Mais bon je voudrais bien retrouver l'énergie que j'avais quand j'étais une stonehead rasta, ah ah ah c'est vraiment un comble.

Je réflechis aussi bcp à cette idée qui est ancrée en moi qu'on ne peut pas revenir à une consommation modérée/contrôlée une fois qu'on est passé par les grands excés. Je me demande dans quelle mesure c'est vrai, et dans ce cas ça veut dire que je me berne toute seule à chercher à revenir à une conso safe, que c'est juste mon inconscient qui cherche un moyen de revenir à l'état ancien, ou bien si c'est au contraire c'est faux parce que ça vient d'un discours social/médical un peu paternaliste et moraliste, genre la drogue c'est mal et il n'y a pas de conso safe...

Ou encore peut-être que c'est possible pour certaines substances et pas pour d'autres...
En  tout cas, pour la weed, je me fixée un cadre de une fois par mois, et c'est ce we smiley-gen013fume_une_joint

Hors ligne



Répondre Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

[ Forum ] Aspect, gout & odeur - Rendre sa weed banal en weed fruité ?
par Reubeufumeur92, dernier post 22 août 2019 à  12:07 par Drim
  15
[ Forum ] Difference rest weed et weed classique
par el_consomatteur, dernier post 25 janvier 2018 à  22:20 par Garsduso
  8
[ Forum ] 30€ de weed
par Sagl27, dernier post 06 février 2018 à  22:19 par Mister No
  11
  [ PsychoWIKI ] PAWS, le syndrome prolongé de sevrage
  [ QuizzZ ] Evaluer votre dépendance au cannabis
33841 personnes ont déja passé ce quizzz !



    Psychoactif en Images
    Plus d'images psychoactives
    En ce moment sur PsychoACTIF  
     Appel à témoignage 
    Participation des usagers dans les structures addicto
    19 novembre 2019Commentaire de ismael77 (13 réponses)
     Appel à témoignage 
    La déréalisation et la dépersonnalisation
    Il y a 5jCommentaire de elossh (23 réponses)
     Appel à témoignage 
    TSO et douleur et anesthésie
    06 novembre 2019Commentaire de Meumeuh (19 réponses)
     Forum UP ! 
    Simple question de reduction de risque
    Il y a 1jDiscussion sans réponse depuis 12h
     Forum UP ! 
    TR 3mmc: jamais vu un prod ayant un aussi grand craving
    Il y a 16hDiscussion sans réponse depuis 12h
     Forum 
    Anésthésie & douleurs - Fracture ouverture pas de morphine pour soulager
    Il y a moins d'1mnCommentaire de Mister No dans [Méthadone...]
    (4 réponses)
     Forum 
    Arrêt & Sevrage - Mon expérience du cannabis
    Il y a 7mnNouvelle discussion de Miro92 dans [Cannabis...]
     Forum 
    Market - Dépôt sur Empire Market
    Il y a 18mnCommentaire de alsoufara dans [Anonymat et sécurité...]
    (10 réponses)
     Forum 
    Tache rouge/rose/violette après iv
    Il y a 23mnNouvelle discussion de Ask33 dans [Buprénorphine (Subute...]
     Forum 
    Mise en garde à propos d'un site sur le clear net vendant des RC
    Il y a 2h
    1
    Commentaire de Kratomman dans [Research Chemicals (R...]
    (17 réponses)
     Forum 
    Fibromyalgie - Témoignages conseils
    Il y a 2hNouvelle discussion de Colo dans [Cannabis thérapeutiqu...]
     Forum 
    Effets inverse des stimulants
    Il y a 2hCommentaire de JeremyPa dans [Nootropiques ou nootr...]
    (3 réponses)
     Forum 
    Effets - Effet extasy (380mg)
    Il y a 2hCommentaire de DeToulouse dans [MDMA/Ecstasy...]
    (4 réponses)
     Blog 
    Des tourments et des tourments et encore des tourments..
    Il y a 18mnCommentaire de Escape dans le blog de Escape
    (2 commentaires)
     Blog 
    Trip Lsd Seul
    Il y a 1h
    3
    Commentaire de hardskin74 dans le blog de Inconnitotester
    (25 commentaires)
     Blog 
    Méditation sous psychédélique
    Il y a 2hCommentaire de prescripteur dans le blog de Psychoulah
    (5 commentaires)
     
      QuizzZ 
    Evaluer la gravité de votre addiction
    Dernier quizzZ à 17:57
     PsychoWIKI 
    Méphédrone (4-MMC), effets, risques, témoignages
     Topic epinglé 
    Cannabis : vous vous êtes mis à la vaporisation, expliquer nous c ...
     Nouveaux membres 
    Jeannyferre6, ZeroAxion, Bobmapy, Deirdre, Ryze nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.
    S'identifier

    Mot de passe oublié

    Morceaux choisis 

     Fabriquer flacon benzo en goutte
    par Nemesia, le 06 Dec 2019
    Salut, Je vais vous donner ma méthode pour fabriquer de l'Etizolam (ou autre benzo, tant qu'il est pur, vérifier la solubilité possible dans le diluant) en gouttes, pour ne pas avoir à le doser à la pipette. Le matériel : - Etizolam en poudre - Un diluant, je conseille le propylène glycol...[Lire la suite]
     Retour d'XP --- 20 ans apres --- !!
    par xinxio, le 29 Nov 2019
    salut à tous, je voudrai vous faire part de mon retour d'experience 20 ans apres ma derniere prise Aujourd'hui je ne prends plus rien, je suis comme qui dirait tombé dans la marmitte comme Obelix Je peux produire sur demande avec mon cerveau ce que je shouaite ( c'est pas de la VOD mais de la D...[Lire la suite]
     Trip report 4HO-MIPT
    par Kattio, le 26 Nov 2019
    Bonjour, voici mon premier trip report, j'en posterai de temps en temps sur psychoactif :) Âge: 20 ans. poids: 60kg. Taille: 1,75m. Bonne santé physique et psychique. But de la consommation: aborder des problèmes que je peux rencontrer différemment, réfléchir sur moi-même, le côté découv...[Lire la suite]
    Tous les morceaux choisis
    Les derniers champis

    Super ! Vivel dans [forum] Fabriquer flacon benzo en goutte
    (Il y a 59mn)
    Nice / Cub3000 dans [blog] To E.
    (Il y a 3h)
    ~MG dans [forum] Début d’une addiction?
    (Il y a 8h)
    Encore merci pour le retour en béton [rick] check mon billet de bloc page2 dans [forum] CT jour 3: 1 mois d'utilisation de kratom
    (Il y a 11h)
    oups ! / Cub3000 dans [forum] Débutant - Culture indoor baie vitrée
    (Il y a 15h)

    Pied de page des forums