Participation des usagers dans les structures addicto / PsychoACTIF

Participation des usagers dans les structures addicto

Publié par ,
18723 vues, 13 réponses
pierre
Web-Administrateur
9700
Lieu: Paris
Date d'inscription: 15 Sep 2006
Messages: 13949
Blogs
Dans le cadre d’un projet sur la collaboration entre professionnels de santé et usagers des structures addicto, la Fédération Addiction propose aux usagers de venir prendre la parole sur l’utilisation qu’ils font du système de santé, et sur la manière dont ils ont ou n’ont pas été inclus dans la construction des services d’accompagnements en tant qu’usagers de structure addicto, en tant que pairs, en tant que citoyens.

Psychoactif s'associe à ce processus qui veut améliorer la participation des usagers dans les structures addicto, et a décidé de faire un appel à témoignage sur ces questions :

1) Avez-vous déjà été consulté sur votre accompagnement dans votre CSAPA ou votre CAARUD ?

2) Vous êtes-vous déjà investi dans l’accompagnement d’un autre usager (usager pairs) ? Quelle est la différence entre l’aide entre usager et celle fournie par les professionnels ? Est-ce que cette aide a eu un impact sur vous ? 

Si vous souhaitez partager vos expériences, elles seront synthétisées et présentées par moi lors de la journée du 7 novembre à Lille !

Pierre
Reputation de ce post
 
Questions trop rarement abordées, merci! Marla

Hors ligne


plotchiplocth 
Adhérent PsychoACTIF
2400
Date d'inscription: 13 Mar 2019
Messages: 699
Blogs

pierre a écrit

Psychoactif s'associe à ce processus qui veut améliorer la participation des usagers dans les structures addicto, et a décidé de faire un appel à témoignage sur ces questions

pierre a écrit

Si vous souhaitez partager vos expériences, elles seront synthétisées et présentées par moi lors de la journée du 7 novembre à Lille !

super initiative, content que PA soit là, vraiment heureux d'avoir adhéré  smile
merci Pierre


j'ai guéri de l'idée de guérir

Hors ligne


Stelli 
Adhérent PsychoACTIF
France
2100
Lieu: Nice
Date d'inscription: 06 Nov 2006
Messages: 579
En ce qui concerne mon CSAPA (que je ne fréquente plus, ayant déménagé et étant depuis passée en médecine de ville pour la méthadone), je n’ai jamais pu participer à quelque décision que ce soit ni aucune action, autrement qu’en tant que bénéficiaire. J’ai tenté à une époque d’impulser quelques idées, mais que ce soit par manque de moyens ou d’intérêt, elles n’ont jamais été suivies d’effet.
On m’a demandé si j’étais satisfaite des activités auxquelles je participais, ce qui était le cas, mais aucune n’a périclité, malheureusement. Je n’ai pas été consultée particulièrement sur la prise en charge de manière plus générale. Ni sur mon ressenti à ce sujet.

En ce qui concerne le CAARUD, géré par AIDeS à Poitiers, après quelques années à le fréquenter essentiellement pour récupérer du matos, j’ai commencé à m’impliquer plus. À la différence du CSAPA, je ne me suis jamais sentie jugée au CAARUD. Par rapport au CSAPA, où la relation avec les professionnels de santé est asymétrique, je n’avais pas cette sensation au CAARUD. Le fait que les usagers soient inclus dans les actions donnaient une autre dimension à la relation à l’autre, plus propice à des discussions sur des sujets souvent tabous ou intimes. Le cadre est très différent aussi. Et puis en CSAPA, j’ai toujours eu la sensation que la finalité c’était l’abstinence, alors qu’en CAARUD, on était plus terre à terre, on fait avec la réalité telle qu’elle est. Finalement on respecte vraiment l’usager.
Je me suis engagée comme volontaire comme on dit chez AIDeS, j’ai participé à de plus en plus d’actions. D’abord sur les maraudes où on allait à la rencontre des usagers sur différents sites, et j’ai suivi la formation initiale pour les volontaires. Mon engagement est devenu plus militant. Mes actions se sont diversifiées et j’ai commencé à être à l’origine de certaines d’entre elles. J’ai participé à des groupes de réflexions pour et à propos des femmes consommatrices, à des testing (en particulier dans les pharmacies), des campagnes de dépistage.
Accompagner d’autres usagers m’a été extrêmement bénéfique. Pouvoir mettre à profit les connaissances acquises après des années de toxicomanie, d’intérêt pour les substances psychoactives, et pour la RdR (à laquelle j’ai été sensibilisée très tôt,  merci le manuel du shoot à moindre risque et aux vidéos pour un shoot propre), développer de nouvelles compétences, vivre de nouvelles expériences, faire la connaissance de personnes très intéressantes, apprendre des usagers eux-mêmes, m’a permis de reprendre confiance en moi, et surtout de sublimer une expérience de vie que je me représentais jusque là comme négative, voire honteuse.
À l’époque je consommais toujours, pas au quotidien mais fréquemment. Et je commençais à assumer un peu plus ma conso. M’engager auprès des autres usagers a sans doute été une étape dans mon cheminement (ça n’est pas fini, mais je continue d’une manière différente), aussi bien vis à vis de ma conso que de ma façon de voir les choses, de me représenter mon propre parcours.
Tout ceci s’est déroulé en parallèle de ma fréquentation du forum, que je fréquentais déjà depuis quelques années, et qui a aussi beaucoup impacté ma représentation de l’usager, et de moi-même. J’ai d’ailleurs invité un certain nombre d’UD (dont des UD et volontaires du CAARUD) à venir y faire un tour, la plupart des gens que je rencontrais à l’époque ne connaissant pas. Je me rappelle avoir laissé traîner quelques plaquettes au CSAPA et au CAARUD...

Dernière modification par Stelli (30 octobre 2019 à  18:31)

Reputation de ce post
 
Texte mis dans les morceaux choisis de Psychoactif. (pierre)

Hors ligne


Marla Singer 
En vacances :)
9300
Lieu: en transit
Date d'inscription: 25 Oct 2014
Messages: 587
Blogs

Stelli a écrit

Accompagner d’autres usagers m’a été extrêmement bénéfique. Pouvoir mettre à profit les connaissances acquises après des années de toxicomanie, d’intérêt pour les substances psychoactives, et pour la RdR (à laquelle j’ai été sensibilisée très tôt,  merci le manuel du shoot à moindre risque et aux vidéos pour un shoot propre), développer de nouvelles compétences, vivre de nouvelles expériences, faire la connaissance de personnes très intéressantes, apprendre des usagers eux-mêmes, m’a permis de reprendre confiance en moi, et surtout de sublimer une expérience de vie que je me représentais jusque là comme négative, voire honteuse.

Ressenti complètement partagé!

C'est tellement un grand pas pour l'estime de soi quand tu parviens à "valoriser" / tirer du positif d'un parcours de vie que tout le monde conspue...
Qd j'ai exercé en CARRUD, je n'y était pas en tant que "pair" / (ex) usagère, au contraire je cherchais à lisser mon image au max par peur d'être mise de côté, ou pire vue comme un "danger", un "problème". Du coup c'est pas une "vraie" expérience type "auto-support".
Je me suis infligée bcp de "violence symbolique" au cours de ma vie, donc à cette époque je n'imaginais pas pouvoir bosser dans des structures type CARRUD / CSAPA à "découvert" / avec mon identité d'usagère.

Mais au fur et à mesure, je pense que les gens ne sont pas dupes : trop de connaissances spécifiques sur la RdR, les stups, la legislation, les TSO... pour que ce soit une "heureuse coincidence" tongue
Ca restait dans le non dit, l'impalpable....
Au niveau de l'équipe, tant que tu ne fais pas de vagues, ne pose pas problème, c'est plutot la bienvenue.  Bon j'ai ressenti parfois une sorte de mise en concurrence / agacement avec l'infirmière par ex ( je l'avais corrigé / repris 2 ou 3 fois sur des détails - elle maintenait aux usagers que la métha n'était pas classé stup, ce genre d'erreur...- je l'ai fait en toute bienveillance et pas devant les usagers, mais elle était un peu saoulée d'etre reprise par la petite nouvelle, je crois... Ou elle a cru que ça remettait en cause ses compétence, je sais pas... ). Mais qd on devait faire les maraudes ensemble, elle était pas mécontente : j'etais pas rebutée par la précarité ou la proximité avec des malades imprégnés de divers fluides corporels... merci-1

Avec les usagers / le public, la relation (éducative) se faisait simplement, c'était fluide, j'étais plutot appréciée et sollicitée. Pourtant j'étais pas laxiste, au contraire, je lachais rien sur le respect du cadre (par peur de verser dans la complaisance).
C'est un peu un numéro d'équilibriste : il faut tirer parti de ses connaissances, de son vécu, mais se positionner en professionnel (en gros ne pas voir l'usager comme un pote de défonce, en gros). Etre pair... mais pas trop qd même...
Savoir (se) mettre des barrières, pour l'usager et pour nous aussi...
A ma facon de parler, d'écouter, de comprendre, de conseiller, ça se ressentais forcément que j'avais cotoyé les mm milieux. Mais ça restait subtil. Je me servais pas de mon "dico de la street" pour amadouer les usagers, en mode clin d'oeil appuyé. Justement je faisais gaffe là dessus. Du coup c'était vraiment au fil de la relation, des échanges que ça pouvait se percevoir...
J'ai été surprise qu'aucun ne soit venu gratter, sonder, pour vérifier, mais il y avait une sorte de pudeur, de "je sais que tu sais que je sais... mais c'est pas le sujet" lol

Je m'étais pas mal investie sur l'accompagnement niveau administratif, projet pro, ré insertion pour ceux qui étaient demandeurs, et on me disais souvent que je me démenais "pour de vrai". C'etait pas juste un pretexte servant de support à la relation éducative, les demandes formulées je les prenais au sérieux et en compte. Et ça en valait la peine car il y a eu des réussites, parfois surprenantes.
Justement, même des mois, un an après avoir fini mon contrat, j'ai eu des usagers qui me remerciaient, ou qui étaient fiers de me montrer leur parcours et leur réussites... Et franchement ça fait plaisir, c'est même étonnant de voir à quel point on a marqué qqun ou eu un impact positif. Ca se compte sur les doigts d'une main, mais c'est un des meilleurs compliment. Ceux qui me remerciaient, je leur disait merci car ils m'ont apporté. Et je leur rappellais bien que la performance vient d'eux, je leur ai juste fourni les outils pour qu'ils y arrivent.

Pour moi un des apports important du pair aidant, c'est le regard porté sur l'usager : pas dans le mépris, la charité, le misérabilisme... Les considérer en humains, en égaux.
Avoir un UD connu comme tel dans une équipe, ça permet je pense déjà à l'équipe de se questionner sur son rapport à l'usager,les préjugés, clichés que chacun a.
Ca oblige en quelques sorte à bein se comporter : pas de moqueries, de dédain, de discrimination...  Enfin moins, je pense.
Et du coté du public, avoir une image valorisante de l'UD. Voir que la consommation n'est pas une fatalité qui mène forcément à la précarité. On mérite d'avoir des modèles, des exemples de vie positifs...

Bon il est tard (ou trop tôt!), c'est pas très construit tout ça, je viendrais peut etre compléter, reformuler plus tard...


Ces propos n'engagent que moi (et mes multiples personnalités) fume_une_joint

Hors ligne


ismael77 
Adhérent PsychoACTIF
France
4710
Date d'inscription: 03 Apr 2019
Messages: 135
Blogs
En tant que simple usager, j'ai connu une douzaine de structures csapa, les bus de gaia, mdm, des caarud surtout dans le 93 (Aulnay et Montreuil). Tous différents.
EGO est à part, c'est exemplaire. Tous les CAARUD sont super. Les csapa, sont plus problématiques.
Exemple : un test urinaire positif 90% du temps, est un symptôme de l'échec du traitement, dont les soignants sont responsables. Or au lieu de donner un monitoring et de mieux soigner, on va (sans le vouloir) stigmatiser l"échec, culpabiliser.
Sa place serait dans une structure à bas seuil...
Mais beaucoup d'ud ne connaissent pas d'autres ud, et vont connaitre plein de plans, et le TSO ne change pas la misère en palais.
Le fait d'être suivi par un psy du csapa peut influer, si celui-ci fait part au prescripteur de rechutes honteuses, la parole n'est pas libre. Si ce qu'on dit peut entrainer un empêchement de voir ses enfants, ou un placement en hdt ou ho, ou modifiant le traitement.
J'ai pu observer l'évolution de la prise en charge de l'addiction, depuis ma première hospit' en 94, en psychiatrie ado (maison de Solen à Bicètre, fondée par ppda). A la salle de shoot au pays basque sud.
Mais je déplore qu'avec la magnifique progression des connaissances des aidants et ud (moins), l'addictologie soit psychiatrisée.
En effet, fini l'échange, l'ancien tox qui te sert de tuteur, non là tu as une stagiaire éduc spé. Garderie, et encore si le stagiare en profitait pour apprendre du "patient" mais non.
L'horizontalité des débuts de la RDR, remplacée par une verticalité avec en haut le psychiatre. Et ses solutions les plus courantes, d'ailleurs les rencontres internat' de l'addiction (ATHS Ah T'es HS?) sont sponsorisées par les labos.
Il en faut et les infos qui vont avec, mais le psychiatre va vous sortir un dalloz et vous dire que vous ne pouvez pas être angoissé ou en manque avec ce traitement niant l'évidence d'un gars qui a tous les symptômes mais calmé par un neuro, on gère...On n'écoute plus les ud et on prend ce qu'ils disent pour des choses peu crédibles, pourtant, leur formation je la connais aussi bien qu'eux et en plus j'ai l'expérience, le recul, et pas la parole, "soit vous prenez mes anti-psychotiques et pas de benzos, soit on arrête", la dernière. On a pas de réponse autre que "je sais je vais vous prescrire un régulateur d'humeur, et au bout de 17 ans je constate qu'on a tous pris les mêmes aux mêmes périodes. J'ai pris tout ce qui existait et tous on au mieux été sans effet souvent ont créé des maux pires que la drogue. C'est la méthadone à la bonne dose qui compte le plus pour moi.
Il y a autant de dogmes que de praticiens, petits dosage, benzo ou pas, morphine ou pas...On change souvent de docteurs, le dernier était au collège que j'étais déjà au csapa et connaissait les produits. J'en ai enterré trois.

Il n'y a plus de place pour l'usager, seulement le "patient" progrès, avant on était des marginaux, on est désormais des nazes...médiocres tox qui captent pas ce qui leur arrive, "nous allons, fort de nos 22 ans lui expliquer..."

Je connais c'est classique, dans la psychiatrie (ce n'est pas un hasard si on prescrit à des addicts des produits hyper forts venu de psychiatrie), on dit "le patient sait moins bien que nous comment il va, on se fie à son impression...", véridique.


Le journal PA que je leur ai passé il y a de ça 6 mois, pas de réponse...

Pourtant tout ce qui est, vient de nous, c'est nous qui avons appris leur métier aux bâtisseurs de la RDR comme A Copel. Une autre époque. Le seul endroit ou trouver PA chez moi c'est sur le net. La parole de l'ud est sur "un site de drogués" (qu'ils lisent, attention ils ne se rendent pas compte, ne comprennent pas mes reproches). Et hiérarchie parfois ridicule jusqu'aux CTR...LE Directeur...

(pas tous), Charonne est un des meilleurs.
On s'est fait confisquer notre soin. Même si je suis hyper reconnaissant je dirai qu'on a fait énormément de choses importantes, et beaucoup d'erreurs. Pour tomber dans une routine pyramidale qui a juste oublié d'où elle venait. Mais dans l'ensemble bravo. Ne nous reposons pas sur nos lauriers et autonomisons le pire est à venir avec les prochaines élections! on coupe toujours le social en premier, alors des drogués..

Dernière modification par ismael77 (07 novembre 2019 à  02:47)

Reputation de ce post
 
merci pour le temoignage. plotch

Suivez moi dans mes retours d'expériences itinérantes!
Et plus encore...

Hors ligne


pierre
Web-Administrateur
9700
Lieu: Paris
Date d'inscription: 15 Sep 2006
Messages: 13949
Blogs
Merci beaucoup pour vos réponses.
Je vais lire des passages de vos témoignages aujourd'hui au colloque à Lille.

C'est vrai que la participation des usagers dans les structures addictologie, le compte n y est pas !
Les médiateurs pairs sont une rareté, les conseils de la vie sociale sont une blague, la parole des usagers n'est pas écoutée.... c'est ce que je vais dire en substance aujourd'hui et ça va jeté un froid...

Hors ligne


plotchiplocth 
Adhérent PsychoACTIF
2400
Date d'inscription: 13 Mar 2019
Messages: 699
Blogs

pierre a écrit

Les médiateurs pairs sont une rareté, les conseils de la vie sociale sont une blague, la parole des usagers n'est pas écoutée.... c'est ce que je vais dire en substance aujourd'hui et ça va jeté un froid...

courage alors .... heureusement qu'il y a quelqu'un pour le dire, ca ramene du réel dans des messes qui en sont parfois éloignées

bonne journée à toi et merci de porter cela


j'ai guéri de l'idée de guérir

Hors ligne


Stelli 
Adhérent PsychoACTIF
France
2100
Lieu: Nice
Date d'inscription: 06 Nov 2006
Messages: 579

pierre a écrit

Merci beaucoup pour vos réponses.
Je vais lire des passages de vos témoignages aujourd'hui au colloque à Lille.

C'est vrai que la participation des usagers dans les structures addictologie, le compte n y est pas !
Les médiateurs pairs sont une rareté, les conseils de la vie sociale sont une blague, la parole des usagers n'est pas écoutée.... c'est ce que je vais dire en substance aujourd'hui et ça va jeté un froid...

Pierre, tu nous feras un retour après ton intervention au colloque! Je suis curieuse de connaître la réaction des professionnels présents...

Dernière modification par Stelli (07 novembre 2019 à  16:48)

Hors ligne


plotchiplocth 
Adhérent PsychoACTIF
2400
Date d'inscription: 13 Mar 2019
Messages: 699
Blogs

Stelli a écrit

Pierre, tu nous feras un retour après ton intervention au colloque!

tout aussi curieux que Stelli smile
j'imagine (peut-etre a tort) que ca doit pas etre les moment de représentation les plus sympas... mais pu***n qu'est ce que c'est utile
merci Pierre


j'ai guéri de l'idée de guérir

Hors ligne


pierre
Web-Administrateur
9700
Lieu: Paris
Date d'inscription: 15 Sep 2006
Messages: 13949
Blogs
Bonjour

J ai lu les posts en entier de Stelli et Marla et j'ai commenté.
J'ai  parlé de savoir experientielle, de stigmatisation, de violence symbolique, de l'absence de considération des usagers et de leur parole par les professionnels.

Discours plutôt bien reçu que ce soit par les pros, mais aussi par les usagers qui étaient là et qui sont venus me voir à la fin. Ca m'a fait plaisir car notre discours sur la stigmatisation et la violence symbolique est bien compris des usagers !

Ce matin je suis dans le train pour Marseille pour présenter Psychoactif à un groupe de chercheurs.

Hors ligne


plotchiplocth 
Adhérent PsychoACTIF
2400
Date d'inscription: 13 Mar 2019
Messages: 699
Blogs
merci pour le retour Pierre. Heureux d'apprendre que tu es entendu

pierre a écrit

groupe de chercheurs.

chanceux smile


j'ai guéri de l'idée de guérir

Hors ligne


Stelli 
Adhérent PsychoACTIF
France
2100
Lieu: Nice
Date d'inscription: 06 Nov 2006
Messages: 579
C’est super ça! Contente d’avoir pu aider!

Hors ligne


Bootspoppers 
Adhérent en congé longue durée de PA
France
5710
Lieu: Ile2F, Est, à l'W & Ailleurs
Date d'inscription: 02 Aug 2016
Messages: 1633
Blogs

pierre a écrit

J ai lu les posts en entier de Stelli et Marla et j'ai commenté.
J'ai  parlé de savoir experientielle, de stigmatisation, de violence symbolique, de l'absence de considération des usagers et de leur parole par les professionnels.

Discours plutôt bien reçu que ce soit par les pros, mais aussi par les usagers qui étaient là et qui sont venus me voir à la fin. Ca m'a fait plaisir car notre discours sur la stigmatisation et la violence symbolique est bien compris des usagers !

Je suis fier de vous ! De nous toustes.


En congé longue durée de PA. cliquez pour adhérer à l'association!

Hors ligne


ismael77 
Adhérent PsychoACTIF
France
4710
Date d'inscription: 03 Apr 2019
Messages: 135
Blogs

pierre a écrit

Avez-vous déjà été consulté sur votre accompagnement dans votre CSAPA ou votre CAARUD ?

Pire, en ce qui me concerne, il y a eu un refus de faire un bilan et de fixer des objectifs. Pour eux je vais bien, tant que je prends des traitements qui sont lourds, et jamais remis en question malgré la non efficacité et puis l'aggravation et l'apparition de symptômes nouveaux, et effets secondaires m'empêchant de travailler.
17 ans à essayer tous les traitements et en vain. On a volé ma vie, mais c'est de ma faute, la passivité, et l'illégalité, enfin j'ai été diagnostiqué bipolaire, et puis l'état a pris des proportions terribles. Et si je n'avais eu des bulles formées aux chevilles à cause (prob) du lamictal, je serais encore sous lithium, à trembler et aller aux WC 200 fois par jour, et je vous épargne le détail.

Aucun monitoring et pire :
voulant faire le point, j'ai écrit au csapa et au psy, car je ne me sentais pas compris, entendu.
Ma psy m'a demandé si elle devait lire mon mail...Après 5 ans à lui confier mon intimité...
" S'il est calme même, si (il se croit/dit) désespéré et angoissé, ça va!" Et aussi speed et dépressif plus parfois, tout le temps. Mais ce serait pire sans, non?

Ce que je ressens ne compte pas comme leur impression, eux qui souvent ne connaissent pas mon nom!

Alors oui, on doit reconquérir notre place au sein du soin.

La psychiatrisation de l'addicto a un effet terrible sur le meilleur des traitements pour les "HQ" ou hauts potentiels, soi disant, en fait ceux qui pensent en arborescence : la stimulation et la réalisation de cette profusion d'idées et de boulimie passionnée de livres, de sport et de recentrage.
Après tout ça pourrait être pire.
C'est le seul argument auquel je me raccrochais, je pourrais être en rechute sévère, ou à l'hosto, et je suis chez moi au rebut, s'il n'y avait la lecture et l'écriture je serais devenu quoi. Qui?

Un légume qui ne ressent plus d'amour pour sa femme, ne connaît que la peur et un gouffre abyssal, que la came viendrait remplir à ravir, au moins six heures en dehors de la vie. Pour ne pas vivre de léthargie il faut réagir dès les premiers signes, il est anormal de ne plus avoir de sentiment pour ses enfants...Alors mieux vaut pleurer sa race que faire la limace..

   Vite et de façon confuse, on a besoin d'un lien intime à soi, pour créer.
Et si les anti-psychotiques sont indiqués pour certains, ils tuent la créativité, salvatrice et dynamique.

Si arrêter la dope consiste à devenir un mec normal,
un gars posé, lobotomisé sur les bords, alors je préfère souffrir,
que ne rien ressentir, que de la peur et de la solitude.

Alors que les ressources sont en nous, il faut que le soigné, soit acteur plein, c'est ma vie, j'ai enterré docteurs, et pris tous ces puissants neuroleptiques, antidépresseurs, anti-psychotiques, et certains anxiolytiques (le dogme anti benzo oublie la primaire indication des valium et "calmants" le remède indispensable aux réelles et incontrôlables crises de panique et d'angoisse, terribles;  qu'on dénigre aujourd'hui.

A l'époque on avait pas le choix. Maintenant si. Mais si,
un Psychiatre décide de couper le benzo ou de toucher au TSO sans méthadonimie (17 ans pour apprendre l'existence de ce test, qui a révélé un sous dosage dingue, 160 mg de métha, demie vie : 2 heures). Les séances de psy, m'ont amené à réalisé que les thérapeutes n'étaient pas forcément qualifiés, en fait j'en ai jamais eu qui ait lu Freud, sans être lacanien...Mais qu'importe puisque le xéroquel et le tercian, le lithium, le dépakote sont là...

C'est à nous, d'avoir de l'ambition pour nous mêmes, l'abstinence n'est pas un but, je déconseillerais même l'arrêt de ses habitudes, sans passion de substitution.
En tout cas, moi je n'ai jamais autant souffert qu'en traitement neuroleptique.
Et je vais m'orienter vers un CMP, et en ville pour ne pas devenir amer, car il est clair, que l'on ne fait pas confiance au patient pour savoir ce qu'il lui arrive, et qu'une HdT est vite arrivée sur un malentendu. Sans parler des usagers que je ne croise que là, et qui n'aident pas à sortir de ça.
Le suicide en HP forcé, est tabou, mais répandu. Et pourtant on continue...Pour protéger le "malade" de lui même.

De même pour les traitements, c'est au feeling du prescripteur. Heureusement on peut choisir. Mais le recul ne prouve pas l'efficacité des médicaments pour les patients "normaux" juste déprimés. Et pour les pathologies lourdes c'est encore pire; malgré la profusion de cliniques spécialisées dans les troubles de l'humeur.

Pourquoi, le fait de comprendre mieux les mécanismes du cerveau et de l'addiction, a t-il contribué à nous déposséder de notre exclusive expertise?
C'est un jeune infirmier de 24 ans, fort compètent qui va me faire la morale!
Non il y a de la bienveillance, mais par dessus notre propre existence sociale, dont la vision pathologique, aliène notre intégrité politique, au sens d'acteur de la société et de personne en pleine faculté, et mieux, ayant acquis une expertise et une connaissance de soi, rare.

Après avoir passé un an sans dire un mot, j'ai essayé de donner le plus d'infos mais, croire qu'ils allaient ainsi, pouvoir m'aider, fut d'une amère naïveté. C'est maintenant une grosse machine (qui peut prendre fin dans deux ans...ne crachons pas dedans, en plus on est parfois dépendant, même si plus addict), avec ses avantages et ses inconvénients.

Allons là où l'on est considéré, et n'attendons surtout pas de l'extérieur, ce qui doit (re) jaillir de l'intérieur.
Car c'est la même faille apprivoisable, qui donne manque et plenitude. L'un, le malaise, ne va pas sans l'autre, la recherche de la réalisation de soi, sinon il n'y aurait pas d'aventuriers!
Et d'histoires à raconter!
merci


Suivez moi dans mes retours d'expériences itinérantes!
Et plus encore...

Hors ligne



Répondre Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

[ Forum ] Participation des personnes accueillies en CSAPA et/ou CAARUD
par CSAPA trait d'union, dernier post 16 août 2017 à  18:27 par CSAPA trait d'union
  0
[ Forum ] CAARUD - CAARUD et implication des usagers
par supersego, dernier post 30 mars 2011 à  17:43 par petite fille
  32
[ Forum ] CAARUD - Expo photos des usagers du CAARUD Le Pare-A-ChuteS (56)
par jegthegui, dernier post 22 janvier 2014 à  17:55 par Linska
  5



    Psychoactif en Images
    Plus d'images psychoactives
    En ce moment sur PsychoACTIF  
     Appel à témoignage 
    La déréalisation et la dépersonnalisation
    Il y a 8jCommentaire de elossh (23 réponses)
     Appel à témoignage 
    TSO et douleur et anesthésie
    06 novembre 2019Commentaire de Meumeuh (19 réponses)
     Forum UP ! 
    Site - JIMI essai et poésie / parler autrement de la « toxicomanie »
    Il y a 13hDiscussion sans réponse depuis 12h
     Forum 
    Addiction Heroine
    Il y a moins d'1mnCommentaire de MED35 dans [Heroïne...]
    (3 réponses)
     Forum 
    Actualité - Présentation de Psychoactif
    Il y a 5mn
    1
    Commentaire de Rick dans [Utilisation du site P...]
    (4 réponses)
     Forum 
    Dépendance ingérable à la Ritaline.
    Il y a 16mnCommentaire de Cusco dans [Méthylphénidate (Rita...]
    (1 réponse)
     Forum 
    Usage récréatif de la Melatonine
    Il y a 38mnCommentaire de ChuisP2 dans [Nootropiques ou nootr...]
    (2 réponses)
     Forum 
    Actualité - Ils dénoncent «la pression permanente» pour boire au travail
    Il y a 40mn
    -1
    Commentaire de Mister No dans [Alcool...]
    (6 réponses)
     Forum 
    Polery lean
    Il y a 40mnCommentaire de Haupayy dans [Opiacés et opioïdes...]
    (4 réponses)
     Forum 
    Addiction - Je prends trop de kétamine?
    Il y a 50mnCommentaire de DinoEater dans [Kétamine et PCP...]
    (1 réponse)
     Forum 
    Expériences - TR : voyage au DMT, ou la conscience diluée dans l'univers
    Il y a 56mnCommentaire de Teona Nacatl dans [DMT, changa et ayahua...]
    (1 réponse)
     Blog 
    Besoin d un autre être vivant, ou presque..
    Il y a 30mnCommentaire de JPM dans le blog de Thelma
    (2 commentaires)
     Blog 
    Dosage champignons hallucinogène
    Il y a 1hNouveau blog de Landyatchz dans [Expérimental]
     Blog 
    Mon Love complexe de junky
    Il y a 1h
    7
    Commentaire de Fluche dans le blog de Rick
    (25 commentaires)
     
      QuizzZ 
    Evaluer la gravité de votre addiction
    Dernier quizzZ à 23:08
     PsychoWIKI 
    Méphédrone (4-MMC), effets, risques, témoignages
     Topic epinglé 
    Cannabis : vous vous êtes mis à la vaporisation, expliquer nous c ...
     Nouveaux membres 
    Ledissident, Capriche, Stefane_59, Edwards nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.
    S'identifier

    Mot de passe oublié

    Morceaux choisis 

     Fabriquer flacon benzo en goutte
    par Nemesia, le 06 Dec 2019
    Salut, Je vais vous donner ma méthode pour fabriquer de l'Etizolam (ou autre benzo, tant qu'il est pur, vérifier la solubilité possible dans le diluant) en gouttes, pour ne pas avoir à le doser à la pipette. Le matériel : - Etizolam en poudre - Un diluant, je conseille le propylène glycol...[Lire la suite]
     Retour d'XP --- 20 ans apres --- !!
    par xinxio, le 29 Nov 2019
    salut à tous, je voudrai vous faire part de mon retour d'experience 20 ans apres ma derniere prise Aujourd'hui je ne prends plus rien, je suis comme qui dirait tombé dans la marmitte comme Obelix Je peux produire sur demande avec mon cerveau ce que je shouaite ( c'est pas de la VOD mais de la D...[Lire la suite]
     Trip report 4HO-MIPT
    par Kattio, le 26 Nov 2019
    Bonjour, voici mon premier trip report, j'en posterai de temps en temps sur psychoactif :) Âge: 20 ans. poids: 60kg. Taille: 1,75m. Bonne santé physique et psychique. But de la consommation: aborder des problèmes que je peux rencontrer différemment, réfléchir sur moi-même, le côté découv...[Lire la suite]
    Tous les morceaux choisis
    Actualités

    Présentation de Psychoactif (11 décembre 2019)
    Pénurie de hash et saisie (11 décembre 2019)
    Rencontre Psychohead (10 décembre 2019)
    Cannabis thérapeutique (10 décembre 2019)
    Les derniers champis

    COOL dans [forum] Présentation de Psychoactif
    (Il y a 2mn)
    pardon ??!! dans [forum] tolérance Thc et cbd
    (Il y a 49mn)
    Faux / Relatif + je plussoie Ocram - TheRealSlimShady dans [forum] Protoxyde d’azote
    (Il y a 52mn)
    Merci pour les consommateurs de cannabis dans [forum] tolérance Thc et cbd
    (Il y a 1h)
    Muy bien dans [forum] Besoin de conseils
    (Il y a 2h)

    Pied de page des forums