1CPLSD - Un plongeon dans les profondeurs de la solitude / PsychoACTIF

1CPLSD - Un plongeon dans les profondeurs de la solitude

Publié par ,
686 vues, 4 réponses
Globuleis 
Nouveau membre
000
Inscrit le 13 Nov 2020
18 messages
Je tiens ce petit bout de carton sur le bout de mon doigt frêle, cela faisait au moins 30 minutes que je stagnais, hésitant face au pochon brillant, et ce fut ma première erreur. Je glissais sous ma langue une première moitié, comme espérant me rassurer en séparant les prises ; je n’ai pas attendu 30 autres minutes que j’avalais déjà la seconde moitié, sans trop réfléchir.

Ce qu’il y’a de plus étrange dans toute cette histoire, c’est que je me sentais déjà raide bien avant d’avoir consommé quoi que ce soit… Jeune consommateur, ayant déjà expérimenté Cannabis, Salvia et Truffes, j’ai tendance à prendre beaucoup de précautions avant chaque prise. Je me suis toujours accordé le temps de découvrir une drogue, de connaitre ses effets, ses risques, son histoire… bref, je suis sur mes gardes, renseigné, et surtout : j’apprécie les expériences sous drogues, et ne les craints pas. Au-delà de ça, je consomme très rarement, d’autant plus des substances fortes, et quand je le fais c’est dans un cadre personnel, isolé. Et ça a payé, parce que j’ai toujours eu de bonnes expériences, jamais de Bad trip
Ma dernière expérience remonte à l’an dernier, sous Salvia, et ça a été un véritable ras de marée dans ma vie qui a tout bousculé, en vraiment bien, vraiment.

Ce 1-CP LSD remonte aussi à l’an dernier. Je l’avais commandé par-là, et depuis je l’ai trimbalé partout avec moi dans mon sac à dos, dans une enveloppe bien scellée en me disant bêtement « Il est là si je veux me lancer ». Finalement et malgré tous les moments qui se sont présentés, je n’ai jamais rien fait, et c’est maintenant, enfin tout seul dans mon nouvel appartement au milieu de la nuit que je me dis pourquoi pas. Pire, je savais depuis un petit moment que cette nuit-là, je serais libre, tranquille avec de la marge le lendemain ; et seconde erreur, je m’étais conditionné inconsciemment toute la semaine à ça. Je vous disais que j’ai hésité 30 minutes devant mon pochon, mais en réalité ça faisait des heures que je ne faisais plus vraiment rien et que je pensais au LSD, et je m’en rendais même pas compte ! J’ai pris ça pour de l’excitation, mais j’appréhendais, je flippais et je fus incapable de le voir. Avant même la prise je me sentais déjà partir, la tête tournoyante, le corps lourd et perdu…



Allongé dans mon lit, j’ai dû mettre mon cerveau en pose pour prendre mon carton ; j’appréhendais, mais je me disais d’avoir du courage, que ça faisait un an, et que je n’aurais pas forcément d’aussi bonne occasion avant un moment… et ouais, 3eme erreur, et ce fut la dernière en un sens. Je me mets des dessins animés légers, détente, mais je ne regarde même pas, je guette les effets. Il est alors aux alentours d’une heure du matin. D’ailleurs, je suis complètement seul, nouvelle ville, nouvel appartement, mes proches y compris ma douce sont à des heures et des heures de trajets. En moins de 30 minutes, la substance monte en flèche, trop brusquement, trop aléatoirement pour que la sente vraiment.

Et là, en même pas 5 secondes, je sais ahah… je coupe l’écran de mon ordi, je me redresse et je comprends que je viens de faire la connerie de ma vie. Tous les Bad Trip, tous les mauvais choix d’autres, tous les risques défilent à toutes vitesses dans mon crâne, et je panique très violemment. Je tourne en rond, j’essaye de boire, de mettre de la musique, d’ouvrir la fenêtre, et tout part en vrille si vite, si vite, et heureusement, je prends le taureau par les cornes très rapidement ; je lutte contre moi-même en essayant vaguement de me rassurer. Je sais parfaitement que maintenant que je suis dedans, il n’y aura pas de retour en arrière possible, et que je suis coincé, seul face à moi-même. Je me dis tout simplement de profiter à ce stade, et si ça fonctionne un peu, on ne peut malgré tout simplement pas gérer une crise d’angoisse, de panique, pendant une montée sous LSD, d’autant plus sans expérience avec la molécule. Tels de violents coups d’électricité, des pensées noires et terribles envahissent mon cerveau, et moi j’essaye vainement de les dissiper… Ce qui est con, c’est que toutes ces pensées, « tu ne vas pas t’en sortir » « tu garderas de graves séquelles » « tu es coincé ici maintenant » je les connais, je sais à quel point elles sont dérisoires et symptomatique de la conscience malade sous Bad Trip, et pourtant, je n’arrive pas à prendre de recul dessus.

Alors, inévitablement, je finis par perdre le fil.

Je plonge dans un état de peur, rien d’autre que de la peur, et n’étant pas craintif de nature, je découvre profondément ce que mot signifie. En réalité, je ne sais même plus de quoi j’ai peur, de moi, de tout perdre, de tout oublier, de ne plus revenir ? Je n’arrive plus à savoir, plus à maitriser rien du tout. Je me dis que je peux appeler quelqu’un, ma famille, ma copine. Je me dis qu’il faut que j’appelle quelqu’un. Mais je ne ferais rien du tout, par peur de déranger, par peur d’inquiéter, et puis, j’ai parfaitement conscience que ça ne changera rien, il n’y a plus que moi pour m’aider.
À part être légèrement floue, ma vision est tranquille, ce sont mes sensations physiques qui vrillent complètement : je sens mon cœur battre comme une bête affolée, tapant et retentissant dans toute ma poitrine. Je discerne des picotis ondulants sous ma peau tels de petits serpents, et mon corps est terriblement moite. Je transpire abondement, cette odeur acide engorgeant mes narines va venir me perturber plus que jamais.


Finalement ce qui commença à m’aider, c’est de fermer mes yeux, de calmer ma respiration et m’immobiliser. Si j’osais ouvrir mes paupières, cette pression terrifiante qu’exerçait la substance sur moi revenait cruellement.
Dans le noir, le rythme ralentit doucement, et je mets alors ce qui va singulièrement me calmer : une série de méditation du guide Headspace. Plongé dans le creux de mon lit, à écouter pleinement chaque mot, chaque parole bienveillante de cette voix inconnue, la peur s’enterre enfin dans mes entrailles. On ne dirait peut-être pas, et moi-même je fus surpris en voyant ça, mais ça faisait 2 heures que j’étais dans cet état, à essayer de tout réguler.


À ce stade, je suis tellement défoncé que j’ai même plus temps d’avoir peur… trop loin pour me rendre compte de mon état, de ce qui m’arrive, j’oublie ce qui me tenait, ce qui me paralysait. Je m’enfonce dans mon matelas comme au fin fond d’un océan moelleux. Les lumières dansent autour de moi, la pièce tourne et s’étale sous mes yeux. Je sens le poids du regard des personnages sur les affiches qui jonchent mes murs, et tout éclate en moi comme si plus rien n’avait de mesure, de contenance, de limite, difficile à exprimer dis comme ça… Du haut du dernier étage, j’observe la ville et ses rues brillantes, noires, calmes et les sons se bousculent dans mon crâne ; les sirènes des ambulances résonnent sans fin, les chants alcoolisés des bars non-loin, les klaxons, les rires, et je ressens un sentiment très étrange d’enfermement, de pression, non pas parce que j’étais resté dans mon appartement, mais j’avais l’impression que la ville se refermait sur moi. 

Je tente de dessiner, un dessin qui donnera plus du n’importe quoi qu’autre chose, je mets de la musique, des visuels un peu psychédéliques sur mon ordi, et je sens une douleur très lourde, crispante sur mon ventre. Je n’ai jamais trop su si cela venait de mon repas sous vide, cuit au micro-onde mangé quelques heures auparavant, ou du carton, mais j’avais mal.

Il doit être 4 heures du matin, et je décide enfin de me déshabiller et me doucher. Je m’enferme dans ma capsule de lavage, et l’eau ne coule plus sur moi, elle est avec moi, pour moi. On se couple parfaitement l’un l’autre indéfiniment. Je me persuade que je suis en train de me laver de tout ce qui vient de se passer, qu’à ma sortie je vais tout redécouvrir… Pas vraiment finalement, je continue de me sentir sale, étouffé. Il commence à être tard, il pleut abondement dehors, je fatigue mais d’un côté mon cerveau lui n’en a pas fini, et progressivement je reprends conscience. Alors à 5 heures, j’éteins enfin toutes les lumières, je coupe tous mes appareils, et je tente de dormir…ahah je suis encore bien loin de tout sommeil.


J’entame ce qui va être une longue, très longue redescente.
Dans l’obscurité mes angoisses remontent, moins paniquées, mais beaucoup plus destructives. Je boucle, paranoïaque, ayant peur que le jour se lève, que la journée commence, que ma copine se réveille et remarque que je suis bizarre. La pluie tambourine sur le toit au-dessus de ma tête, son infernal, répétitif, et je me demanderais plusieurs fois s’il pleut bien, si j’hallucine. Je n’ai évidemment pas dormi du tout ! Et pourtant j’étais exténué, sans la moindre énergie, mais je voyais les heures défiler sans pouvoir rien y faire. Ça me rappelle ces nuits d’enfance, fiévreuses, lorsqu’on tombe malade au beau milieu de la nuit, entre réveils et cauchemars tordus, à plus vraiment comprendre quelle heure il est, qu’est ce qui t’arrive. Je voyais beaucoup de visages, de corps biscornus, et puis je me voyais moi, ou en tout cas l’intérieur de moi-même. Un peu comme si ma conscience était là, étalée, et c’était pas beau à voir. Je me trouve pervers, sale, malveillant et dépravé au fond de mon lit ; je suis une merde. Je me dégoute tellement que j’ai envie de me vomir dessus, d’autant plus que ma douleur au ventre est toujours bien présente. Jusqu’à 10 heure du matin, je stagnerais dans cet état, à phaser allonger, immobile. Je me rappelle entendre toutes les heures les cloches de la ville résonner et tinter, et plus ça avançait, plus ce son me devenait insupportable. Il ne pleuvait plus, mais j’entendais encore la pluie, comme un grésillement lointain qui ne me quittait plus.



La journée s’est passée, je n’ai rien fait, à part attendre, attendre que ça se finisse. Je réussi à sortir en fin d’après-midi, complètement dépravé, exténué ; je me suis posé dans un parc avec les sans-abris, les rats et les pigeons, c’était sympa ahah. Tout était plus calme, plus agréable, mais ma fatigue était telle que je ne pouvais plus profiter de rien, et puis je gardais toujours un gout amer par rapport à tout ce qui s’était passé… Au moins, je dormirais bien cette soirée-là.





Presque 24 heures se seront écoulées depuis ma prise, jusqu'à la redescente complète. Je ne garde pas de séquelles, ou un quelconque traumatisme de cette expérience avec le recul, mais je me suis quand même pris un sacré coup ; et puis j’ai l’habitude de m’en prendre à moi-même donc toutes ces pensées ne m’ont pas tant affecté. Je réessayerais peut-être en beaucoup plus petite dose, mieux entouré. Alors il n’y a rien à dire de spécial, prenez soin de vous tant que vous le pouvez, et surtout, on a beau être certain de savoir, on ne sait rien du tout…

Je serais ravi de parler avec vous au sujet de quoi que soit sur quoi que ce soit, si vous en avez l’envie. drapeau-blanc

Dernière modification par pierre (08 octobre 2021 à  11:16)

Hors ligne

 

supermario64 
Psycho sénior
3100
Inscrit le 19 Dec 2020
533 messages
Blogs
Hello,

Je suis désolé pour toi que ça se soit mal passé ! C'est pourtant je t'assure une chouette molécule le 1CP mais ça arrive que cela fasse remonter à la surface des angoisses,

Tu as pris une dose de combien ?

C'est regrettable que l'angoisse ait pris le dessus sur tout le reste de l'expérience qui aurait pu s'avérer très chouette, était-tu peut-être pas encore prêt ? ou bien est-ce le fait d'avoir trippé en pleine nuit qui ta déranger ? peut-être qu'en plein jour ça n'aurait pas été la même chose.

Oui, le LSD peut effectivement avoir des sensations corporel pas très très agréable mais avec l'expérience je te rassure qu'on finit par s'y faire : D. La nausée tout ça, je connais bien et plus facile à dire qu'à faire mais il faut tenter de ne pas se concentrer dessus.

Après c'est vrai que c'est monter très très vite dans ton cas, je comprends qu'une monter aussi fulgurante qu'une petite demi-heure a pu t'angoisser et qui plus est pour une première fois.

Dernière modification par supermario64 (07 octobre 2021 à  20:27)


Pour sonder l'enfer ou s'envoler angéliquement,
Il suffit de prendre une pincée de psychédélique

En ligne

 

Globuleis 
Nouveau membre
000
Inscrit le 13 Nov 2020
18 messages

supermario64 a écrit

Hello,

Je suis désolé pour toi que ça se soit mal passé ! C'est pourtant je t'assure une chouette molécule le 1CP mais ça arrive que cela fasse remonter à la surface des angoisses...

C'est gentil de prendre le temps de me répondre !

Ça venait d'un labo, donc techniquement la dose était bien fixée à 100ug.


Tu as complètement raison dans ce que tu me dis, et je ne pense pas que c'était une question d'être prêt, je pense surtout que j'ai merdé dans mon processus de pensées. Je ne l'ai pas fait parce que j'en avais une envie débordante, mais plus parce que je m'étais conditionné à le faire depuis plusieurs jours...et oui la nuit ne m'a pas aidé je pense, comme la solitude, l'isolement. Je consomme toujours de nuit, accompagné, donc d'habitude pas de soucis, mais là quand le soleil s'est pointé au beau matin ça a été un vrai soulagement, c'est clair...

D'ailleurs j'aime beaucoup ta citation sous ton profil ! Ça définit subtilement les psychédéliques !

Merci ! smile

Dernière modification par Globuleis (07 octobre 2021 à  20:41)

Hors ligne

 

zizitaupe_meilleure_bande 
Nouveau Psycho
France
2100
Inscrit le 15 Jul 2021
178 messages
Blogs
Je suis désolé que ça s’est si mal passé, mais je suis content que pour l’instant tu ne garde que un mauvais souvenir et pas de séquelles plus lourdes. mais il va falloir que tu prennes soin de toi dans les semaines à venir quand même!

C’est vrai que ça se présentait mal depuis le départ, mais même ceux qui prennent tout le temps sont capables de faire des bêtises! Personne est exclue des bads... Donc si jamais tu es retenté par les psychédéliques je te conseille d’avoir des benzos présents au cas où pour tout calmer/arrêter, et de soigner au maximum le set setting: bonne état d’esprit, la vie qui se passe plutôt bien, et de préférence dans un joli lieu (dans la nature, en journée, par exemple) avec des gens’ que tu aimes beaucoup.

Prends soin de toi!
Reputation de ce post
 
Merci pour ton message !

Hors ligne

 

kaneda 
speedball
900
Inscrit le 04 Sep 2021
109 messages

Globuleis a écrit

Ce qu’il y’a de plus étrange dans toute cette histoire, c’est que je me sentais déjà raide bien avant d’avoir consommé quoi que ce soit…


...Pire, je savais depuis un petit moment que cette nuit-là, je serais libre, tranquille avec de la marge le lendemain ; et seconde  J’ai pris ça pour de l’excitation, mais j’appréhendais, je flippais et je fus incapable de le voir. Avant même la prise je me sentais déjà partir, la tête tournoyante, le corps lourd et perdu…


... je lutte contre moi-même en essayant vaguement de me rassurer.

Salut, désolé que ça ce soit mal passé pour toi. J'ai extraits de ton texte les passages qui me semblent les plus importants pour que tu comprennent (et les autres qui lirons aussi) pourquoi ça c'est mal passé.

Déjà jai l'impression que tu appréhendais beaucoup avant de prendre le buvard.

Regle N°1 si tu le sens pas tu le prends pas.

De plus tu a fais la plus grosse "erreur" (c'est pas un reproche hein) qu'une personne qui prend du LSD puisse faire, qui est de vouloir "contrôler" le trip, de lutter contre toi même comme tu dit.

Quand on commence à faire ça il y a toute les chances pour qu'on parte en badtrip.

Regle N°2 on ne contrôle pas le LSD, on l'accompagnement.

Et j'ajouterai une troisième règle (personnelle) : ne pas abuser du bon LSD.smile

Voilà ce que je peux te dire, suite à de très nombreuses expériences avec mon ami le LSD.

kaneda

Hors ligne

 


Répondre Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire


Psychoactif en Images
Plus d'images psychoactives
En ce moment sur PsychoACTIF  
 Psychoactif 
Le Fanzine Psychoactif N°4 est sorti
Il y a 9jAnnonce de Equipe de PsychoACTIF
 Appel à témoignage 
Comment gérez vous votre dépendance ?
Il y a 2jCommentaire de Zolivak (33 réponses)
 Appel à témoignage 
Vous lisez des articles de presses qui stigmatisent les usagers :...
Il y a 5jCommentaire de prescripteur (23 réponses)
 Appel à témoignage 
Avec Safe testez le nouveau spray nasal (MAD)
22 décembre 2021Commentaire de Subohm (82 réponses)
 Forum 
Bad trip & Crise de panique - Déclanchement de mes crises de panique
Il y a moins d'1mnCommentaire de Obepsychedelix dans [Cannabis...]
(19 réponses)
 Forum 
Différence avec LSD ?
Il y a 19mnCommentaire de Foxtrot dans [Psilocybe - Champigno...]
(2 réponses)
 Forum 
Tache bizarre sur un chapeau
Il y a 36mnCommentaire de Foxtrot dans [Psilocybe - Champigno...]
(2 réponses)
 Forum 
Arrêt & Sevrage - Arrêt codéine et sevrage compliqué
Il y a 53mnCommentaire de Stelli dans [Codéine et dihydrocod...]
(15 réponses)
 Forum 
Première fois - IM à moindre risque
Il y a 1hCommentaire de nmdar dans [Kétamine et PCP...]
(2 réponses)
 Forum 
Voyage & étranger - Prescription à 28j méthadone sirop
Il y a 1hCommentaire de kaneda dans [Méthadone...]
(11 réponses)
 Forum 
Comparaison entre les RC dissociatifs - vos avis
Il y a 1h
11
Commentaire de Monkey Fred dans [RC dissociatifs...]
(37 réponses)
 Forum 
Sexualité - Soirée lgbtqia+ hétéro friendly
Il y a 1hCommentaire de Ploping dans [Au coin du comptoir.....]
(5 réponses)
 Blog 
Application MaConso
Il y a 2hCommentaire de Morning Glory dans le blog de _ricko_
(7 commentaires)
 Blog 
Concerta, danger
Il y a 15hCommentaire de Cris dans le blog de Cris
(2 commentaires)
 Blog 
7 ans et déjà dans le trafique
Il y a 21hCommentaire de RaveOn dans le blog de ectatrip
(6 commentaires)
 
  QuizzZ 
Risquez vous une overdose d'opiacé ? (heroine, morphine, methadone)
Dernier quizzZ à 12:21
 PsychoWIKI 
Methylphenidate (Ritaline), effets, risques, témoignages
 Topic epinglé 
Avocats spécialisés dans les infractions sur les stupéfiants
 Nouveaux membres 
laptitechinoise13, MrAublivion nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.
S'identifier

Mot de passe oublié

Morceaux choisis 

 Différence entre la Morphine et le Sophidone ?
par Zazou2A, le 18 Jan 2022
Yop, Alors ça va dépendre de comment tu comptes consommer, la sophidone, c’est de l’hydromirphone, un opi semi synthétique (comme l’héro) dérivé de la morphine Mais elle est 7,5 fois plus potente, en terme d’analgésies L’hydro, c’est une molécule qui est souvent considérée...[Lire la suite]
 Mise en garde 5F-SGT-151 (Herbal Incense)
par Momo76, le 15 Jan 2022
Bonjour, je viens mettre en garde contre l'Herbal incense qui est vendu dans la plupart des laboratoires de recherche chimiques, j'ai préparé un peu moins que la moitié de cette herbe (0.200gr) et du damania dans un joint. En effet je n'avais fumé que deux malheureuses taffs dans ce dernier et...[Lire la suite]
 Retrouvez nous à Amboise, Indre et Loire
par AidesCaarud37, le 14 Jan 2022
Bonjour, Aujourd'hui nous vous partageons une photo de nos militants accompagnés d'une adulte relais du territoire d'Amboise. Nous serons dès maintenant présents tous les 2° et 4° lundi de chaque mois entre 14h et 16h, à la MJC d'Amboise, 1 rue Rémi Belleau. C'est l'occasion de nous re...[Lire la suite]
Tous les morceaux choisis
Les derniers champis

C'est saloperies comme tu dit, pour bcp aident à retrouver une vie normale (MM) dans [forum] Arrêt codéine et sevrage compliqué
(Il y a 2h)
Gaffe aux dates, le derniers poste sur ce topic a plus de 8 ans... dans [forum] quelle est la différence entre la morphine et les sulfates de morphine
(Il y a 15h)
C'est beau tout ça, ça fait plaisir à voir et à lire - MikeO' dans [blog] culture homemade de truffes psylocibe
(Il y a 17h)
On est sur PA pas sur un forum de stigmatisation. dans [forum] Je faille partir, surdose de crack
(Il y a 19h)
Un message touchant auprès de la communauté. Bon courage à toi, peace dans [forum] Comment avez vous réussi à arrêter ou baisser la coke ?
(Il y a 19h)

Pied de page des forums