Alcool, médicaments, cocaïne… Chez certains, « une nécessité » / PsychoACTIF

Alcool, médicaments, cocaïne… Chez certains, « une nécessité »

Publié par ,
5810 vues, 0 réponses
mikykeupon 
Modérateur à la retraite
France
000
Inscrit le 10 Mar 2009
9631 messages
Blogs
La consommation de produits psychoactifs touche tous les secteurs, selon les témoignages des internautes recueillis par « Le Monde.fr ».

/forum/uploads/images/1516/1516144806.jpg


Au travail, il y a les drogues que François (le prénom a été changé) administre à ses patients, et il y a celles qu’il prend. Evoquant les somnifères pour « ne pas perdre une minute à ne pas dormir », les injections de glucide « pour tenir une journée sans pause déjeuner », et la cocaïne pour, cette fois, « ne pas dormir pendant les douze heures de garde », l’infirmier anesthésiste tient à faire sa mise au point : « Je ne suis pas un cas isolé. »

Dans les réponses à l’appel à témoignages lancé par LeMonde.fr au sujet du recours à des substances licites et illicites au travail, les professionnels de la santé sont légion(1). Il y a, par exemple, cette stagiaire qui « piochait dans la pharmacie de l’hôpital ». Et ce médecin « retrouvé faisant un malaise sur son lieu de travail parce qu’il était shooté au Diprivan », un anesthésiant puissant, dont l’usage est réservé au personnel médical.

Mais la santé n’est pas le seul secteur touché. Loin de là. Le recours à des produits psychoactifs concerne « tous les métiers », comme le relève Marie Pezé, docteure en psychologie et psychanalyste, autrice de Burn-out pour les nuls (First, 2017). Cette dernière, qui regrette qu’aucune étude d’envergure ne soit menée sur les pratiques addictives au travail, a constaté que les salariés de certains secteurs ont davantage recours à des produits psychoactifs que d’autres : elle cite le bâtiment et les travaux publics (BTP), l’agriculture et la pêche, la restauration ou encore la sécurité.

L’alcool au travail, première substance consommée

Alcool, cannabis, cocaïne, somnifères, anxiolytiques… qu’est-ce qui pousse des salariés à consommer de telles substances ? Certaines « habitudes » ancrées dans le milieu dans lequel on évolue peuvent avoir une influence. Julien (le prénom a été changé), par exemple, cuisinier de 34 ans, qui enchaîne depuis dix ans les petits boulots de saisonnier, l’hiver dans des stations de ski, l’été dans des stations balnéaires, explique être « devenu alcoolique en moins de temps qu’il ne faut pour le dire » dans un milieu où « les patrons préfèrent te payer des verres plutôt que tes heures supplémentaires ».

« Bien sûr », l’alcool, il en buvait dans un cadre privé. « Les personnes qui consomment des substances au travail connaissaient généralement le produit avant », confirme Laurent Karila, psychiatre spécialiste des addictions et coauteur de Tous addicts et après ? (Flammarion, 2017). Puis, la consommation du saisonnier a « glissé » dans la sphère professionnelle. Si ces trente dernières années la prise d’alcool a diminué en entreprise, elle reste la substance le plus consommée dans l’univers professionnel, selon Renaud Crespin, sociologue au CNRS et coauteur de Se doper pour travailler (Erès, 2017).

Organisations du travail et objectifs intenables

Mais l’usage de psychoactifs sert, bien souvent, à chercher à améliorer la productivité. Ou, tout simplement, à « tenir ». Dans le BTP, l’agriculture et la pêche, la consommation d’alcool ou de cannabis permet de « se mettre en mode automatique pendant des tâches répétitives » ou de « surmonter des conditions de travail éprouvantes physiquement », souligne Marie Pezé. Dans la restauration ou la sécurité, la cocaïne, particulièrement présente, permet de « tenir malgré des horaires décalés ».

Pour la docteure en psychologie et psychanalyste, cette situation tient, pour une large part, aux mutations des organisations du travail où « les objectifs intenables deviennent la norme ». « Nous avons vu émerger ces dernières années une idéologie managériale reposant sur un incessant dépassement de soi », explique-t-elle, regrettant qu’il soit désormais acquis que « pour ne pas perdre son travail, il faut accepter de perdre sa santé ».

C’est parce qu’il était confronté à « une charge de travail de plus en plus élevée », qu’Olivier, cadre supérieur de 52 ans, dit avoir commencé à « prendre de la cocaïne au bureau », lui qui n’en avait « jamais pris au travail » en plus de vingt-cinq ans. Ce sont les nombreuses mutations dans l’organisation de son travail de chargée de mission en assurance, que Marie-Pierre, 60 ans, quarante ans de carrière, met en avant pour expliquer son alcoolisme et la souffrance qui a suivi :

Je parle du stress, des objectifs de plus en plus ambitieux, d’un management inapproprié, de la pression insidieuse, des horaires de plus en plus flexibles, de la mise en concurrence des employés, de ma situation de femme dans un milieu masculin…

Face à ces évolutions, où l’hyperconnectivité occupe une place de choix, la prise de substances apparaît comme « une obligation », « un besoin », « une nécessité », dont on « ne peut pas se passer », témoignent les personnes concernées. Parce qu’elle « n’y arrivait tout simplement plus », Marion, 30 ans, a pris pendant deux ans des anxiolytiques, pour gérer « la solitude » et « les journées de seize heures » induites par son travail de commerciale en Europe.

Des produits selon les heures et les besoins

Selon le sociologue Renaud Crespin, les substances peuvent parfois s’additionner au gré des injonctions professionnelles, à l’instar de cette employée en période d’essai qui consommait de façon excessive du café le matin, puis un peu de cocaïne en fin de journée pour « travailler jusque tard dans la soirée », avant de fumer un joint vers 2 heures du matin, afin de s’endormir.

Dans son livre Steack machine (Goutte d’or, 2017), le journaliste Geoffrey Le Guilcher raconte quarante jours de travail dans un abattoir(2) où nombre d’ouvriers tournent à la bière, au whisky, aux joints, mais aussi au LSD ou à la cocaïne, pour surmonter une souffrance à la fois physique et psychologique.

Certains ont aussi recours à des substances « pour tuer l’ennui au travail », souligne Renaud Crespin. « Je suis malheureux à mon travail », résume laconiquement Philippe, agent administratif à Saint-Leu, à La Réunion, qui consomme deux à trois joints avant de commencer sa journée de travail.

« Soit le travail vous abrutit, soit il faut s’abrutir dans son travail », résume Mme Pezé, estimant que « l’organisation du travail ne tient pas compte du corps et du bien-être du salarié mais seulement de sa productivité ».

Un tabou pour les entreprises

Comment les entreprises prennent-elles en charge ce problème ? A l’unisson, les spécialistes décrivent « un grand tabou au sein des sociétés », qui se montrent à la fois préoccupées par le sujet et embarrassées. « Certaines entreprises ferment les yeux, car, tant que le travail est fait, il n’y a pas de problème », résume Renaud Crespin, pour qui les dépistages en entreprise(3) « individualisent le problème en faisant porter la responsabilité sur le salarié ».

L’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail (Anact), qui a lancé il y a un an une expérimentation dans trois régions de France afin de dresser un état des lieux des addictions en milieu professionnel, appelle à « inscrire la prévention des addictions dans le champ de l’amélioration des conditions de travail ».

Selon l’Agence, qui travaille en partenariat avec la mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca), les entreprises doivent également sortir « du jugement moral et évacuer toute sanction des salariés ».

Il faut que les entreprises reconnaissent que leurs employés ont besoin de ces substances pour tenir le coup.

En attendant que l’Anact rendent ses conclusions, en mai 2018, le gouvernement a lancé, lundi 27 novembre, par le biais de la Midelca, une plate-forme baptisée « Addict’Aide », pour informer les salariés sur les mécanismes de l’addiction.

Après avoir « brisé le tabou », en confiant à sa hiérarchie ses problèmes d’addiction, Marie-Pierre a eu l’occasion de se pencher sur le thème de l’addiction dans le cadre de son travail. Signe, selon elle, que si « le travail peut favoriser une addiction, il peut aussi aider à s’en sortir ».


Sources :
1- https://www.lemonde.fr/sante/article/20 … 51302.html
2- https://www.lemonde.fr/planete/article/ … _3244.html
3- https://www.lemonde.fr/societe/article/ … _3224.html
https://www.lemonde.fr/sante/article/20 … 51302.html

Hors ligne

 


Répondre Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

  6
[ Forum ] Le cannabis et l'alcool au travail
par mikykeupon, dernier post 17 septembre 2011 à  23:09 par Choupette
  1
[ Forum ] Actualité - Alcool et drogues au travail : la fin des clichés sur les Français
par mikykeupon, dernier post 01 août 2016 à  18:49 par mikykeupon
  0
  [ PsychoWIKI ] Baclofène dans le traitement de la dépendance à l'alcool
  [ PsychoWIKI ] Complications aiguës de l'usage de cocaïne
  [ QuizzZ ] La filtration lors de la préparation de l'injection intraveineuse
5092 personnes ont déja passé ce quizzz !
  [ QuizzZ ] Testez vos connaissances sur l'histoire de la réduction des risques
5650 personnes ont déja passé ce quizzz !

Psychoactif en Images
Plus d'images psychoactives
En ce moment sur PsychoACTIF  
 Psychoactif 
Vos bénéfices liés à l'usage des drogues
14 octobre 2022Annonce de Equipe de PsychoACTIF
 Appel à témoignage 
Avez vous des problèmes de médecin pour votre traitement de subst...
Il y a 11hCommentaire de BREIZH AR PEOC'H (32 réponses)
 Forum UP ! 
5F-AKB48 - Comment ne pas rater sa préparation
Il y a 1jDiscussion sans réponse depuis 12h
 Forum UP ! 
Expériences - Recette pour faire un homebrew avec tramadol
Il y a 15hDiscussion sans réponse depuis 12h
 Forum 
Quels noid choisir
Il y a moins d'1mnCommentaire de Gros_Bizon dans [Cannabinoïdes de synt...]
(3 réponses)
 Forum 
1CP-LSD - En quête de conseil pour découverte 1cp-lsd
Il y a 25mnCommentaire de zizitaupe_meille... dans [RC Psychédéliques...]
(1 réponse)
 Forum 
Actualité - Quelle sensation ma première trace et les dangers de la "mise en g...
Il y a 44mnNouvelle discussion de Isoretemple dans [Sniff et réduction de...]
 Forum 
Effets secondaires - La metha me rend malade?? HELP
Il y a 1h
3
Commentaire de L'Apoticaire dans [Méthadone...]
(29 réponses)
 Forum 
Arrêt & Sevrage - Sevrage opiacés par lyrica
Il y a 1hNouvelle discussion de Chris71 dans [Pregabaline (lyrica)...]
 Forum 
Kétamine et douleurs abdominales
Il y a 2hCommentaire de leretarde dans [Kétamine et PCP...]
(13 réponses)
 Forum 
Injection skennan RdR et boule rouge sur point ?
Il y a 2hCommentaire de LeCorbeau_G dans [Opiacés et opioïdes...]
(2 réponses)
 Forum 
Ton incitatif sur l'héroine ?
Il y a 3hCommentaire de AnonLect dans [Heroïne...]
(1 réponse)
 Blog 
Microdoses de champis
Il y a 1jNouveau blog de Anaya dans [Expérimental]
 
  QuizzZ 
Etes-vous dépendant aux benzodiazépines ?
Dernier quizzZ à 22:28
 PsychoWIKI 
Héroïne, effets, risques, témoignages
 Topic epinglé 
Neurchi 2 Psychoactif
 Nouveaux membres 
Leica, Loup674, Rocketman, Vonzy nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.
S'identifier

Mot de passe oublié

Morceaux choisis 

 Vos bénéfices liés à l'usage des drogues
par Cub3000, le 22 Nov 2022
Hello...Je pourrais lister tout un tas d'effets positifs sur ma vie de certaines substances que je consomme, mais je vais me limiter au plus notable : Les lysergamides m'ont complètement sorti d'une sorte de rumination d'angoisses existentielles/métaphysiques qui me bouffait littéralement la vi...[Lire la suite]
 Question pour arrêt du Shit
par PrincessCarolyn, le 23 Nov 2022
Coucou ! Je suis à peu près dans la même situation que toi par rapport au shit et en suis à ma 2eme semaine d'arrêt.. Ce qui m'a paru important dans un premier temps c'est de se fixer des objectifs réalistes, et de se laisser le droit de diminuer sa conso petit à petit. Tu peux par exemple t...[Lire la suite]
 Quelle sensation la première fois?
par cependant, le 22 Nov 2022
Salut, juste pour préciser un truc de taille. Sur le forum ni le message 1 ni le 2 ne sont approuvés. On n'est pas là pour donner des conseils, ni imaginer auprès des gens ce qu'une conso pourrait leur faire (tu vas passer une bonne soirée ??!). On ne peut pas savoir...ni deviner. Sans parl...[Lire la suite]
Tous les morceaux choisis
Les derniers champis

Je ne suis pas contre une petite MAJ de ton état :) dans [forum] Dépression & Kétamine : Mon Automédication avec la Kétamine
(Il y a 3h)
Pas de diabolisation ! - MM dans [forum] Ton incitatif sur l'héroine ?
(Il y a 4h)
Belle comparaison symptômes manque / surdose MG ~ dans [forum] La metha me rend malade?? HELP
(Il y a 7h)
Fort soutien vers toi, pleins de bonnes ondes! dans [forum] La metha me rend malade?? HELP
(Il y a 8h)
Merci de nous partager ton témoignage dans [forum] Avez vous des problèmes de médecin pour votre traitement de substitution ?
(Il y a 8h)

Pied de page des forums