J’aime la cocaïne j’ai pas honte et vous? / PsychoACTIF

J’aime la cocaïne j’ai pas honte et vous?

Publié par ,
8185 vues, 19 réponses
Dounia 
Psycho junior
France
1003
Inscrit le 13 Apr 2018
210 messages
J’ai l’impression au vu du forum que nous sommes nombreux à galèrer avec notre conso de CC, moi la première parfois qui me laisse bouffer par la culpabilité sad

Il y a tout le temps des temoignages sur la gestion du craving, de la descente...
Des gens qui veulent arrêter et galèrent.

Il me semble important pour se recentrer de ne pas oublier pourquoi on consomme. J’avais donc envie d’apporter ma petite pierre à l’édifice et de dire pourquoi moi je consomme wink

Pour moi, je consomme avant tout parce que c’est bon :

Parce quand tu te fais cette première petite trace tu te sens vivant.
Parce que j’aime cet état de productivité intense induit par le produit... comme si tout etait intensifié, tournait plus vite
Parce que la cocaïne est la maitresse que ma fidélité à mon conjoint me retient d’avoir?

J’aime mon petit rituel de la trace, j’aime mon petit rituel des passages aux chiottes en soirée avec les potes!

Bref, je suis au bord de la dépendance (ou peut être j’y suis déjà et je me voile la face) mais merde, suis je la seule à dire que non c'est pas de la merde et que le plaisir ne doit pas être occulté?

C’est peut être la voie de l’acceptation et de la conso régulée non? Il me semble que le site n’a jamais proné l'abstinence et c’est beaucoup le discours que je retrouve sur la C...

Bref, jaimerais bien savoir si d’autres personnes vivent ça aussi et si c’est possible d’avoir aussi des témoignages de gens qui vivent bien leur conso!

Hors ligne

 

Dounia 
Psycho junior
France
1003
Inscrit le 13 Apr 2018
210 messages
Tu te lèves le matin, tu sens la lourdeur du sommeil dans ton corps, derrière tes paupières...

Tu sais qu’il faut faire vite. Les enfants, leur père, le petit dejeuner, le boulot...

Trouver un coin tranquille.
Tracer, encore un peu, encore un peu...
Douceur et amertume du produit dans ton nez...

C’est bon, c’est mal?
Au moins tu n’as plus mal...

Je l’ai fait avec l'héro, je le fais avec la coke...

J’ai deux solutions, soit je me morfonds danq la culpabilité, soit j’agis, j’avance bancale mais sourire aux lèvres smile

Dites moi que c’est possible hein?

Hors ligne

 

Morphique le tragique 
Nouveau membre
France
000
Inscrit le 10 Oct 2018
2 messages
Blogs

Dounia a écrit

Tu te lèves le matin, tu sens la lourdeur du sommeil dans ton corps, derrière tes paupières...

Tu sais qu’il faut faire vite. Les enfants, leur père, le petit dejeuner, le boulot...

Trouver un coin tranquille.
Tracer, encore un peu, encore un peu...
Douceur et amertume du produit dans ton nez...

C'est exactement ça, il y'a ce côté "doux" de la C et as courte durée qui en fait un compagnon toujours disponible.

Hors ligne

 

Dounia 
Psycho junior
France
1003
Inscrit le 13 Apr 2018
210 messages
Courte et douce et sans trop grande dépendance physqique...
Mais sans vraie substitution non plus sad

Hors ligne

 

George Paddock
Nouveau Psycho
France
000
Inscrit le 05 Jun 2018
159 messages
Blogs
j'en suis tombé follement amoureux <3 smile

Hors ligne

 

Acme 
Banni
France
000
Inscrit le 09 Oct 2018
24 messages
Ah, ta question est LA question à 1 000 000 $ ici.

Qu’est ce que la drogue? Certains la cautionnent, en justifient l’usage, je suppose que ce sont en majorité ceux qui « parviennent » à gérer leur consommation sans que cela ait d’incidence (a priori et selon leurs critères) sur leur quotidien, leur vie, et il y a ceux qui sont pour en prévenir l’usage, en maintenir l’interdiction, eux seront soit ceux qui en ont vu les ravages, soit qui en auront été eux mêmes les victimes.

Bien entendu, je parle des majorités, vous trouverez d’anciens usagers qui ont été démolis, au bord du gouffre total, qui seront tout de même pour en tolérer l’usage, et des consommateurs réguliers qui le vivent bien, mais qui pourtant ne le conseilleront JAMAIS aux autres, considérant que le risque qu’ils ont pris, ils n’oseraient pas le faire prendre aux autres, compte tenu des risques (il n’y a qu’a lire Les topics des gens qui demandent de l’aide ici même)..

Alors bien sûr, le plaisir ne peut pas être occulté, c’est le fondement meme de la drogue, mais c’en Est également tout le vice.
La question est: le rapport risque/plaisir est-il acceptable selon nos critères moraux, éthiques, sanitaires, sociaux... etc..

Tu dis que ce n’est pas de la merde.. tu sais, malheureusement, beaucoup de merdes ( au sens figuré bien sûr) semblent appétissantes à priori, et l’emballage est souvent attractif..

A ce point, j’ai peur de tomber dans le sempiternel : tout est relatif en fait, ce qui est de la merde pour les uns est super pour d’autres...

Le souci, c’est qu’en satisfaisant tout le monde et ne blessant personne, ça ne fait pas avancer le schmilbick..
Si moi je te donnes ma position, je ferais grincer des dents, d’autres seront d’accord, et ça pourrait nous emmener loin.

Je pense que ta question n’a pas de réponse. Certains sont d’accord, d’autres pas, et ils sont irréconciliables. Après entre l’absolu et la vérité.. encore une fois, je pense que c’est le ratio risques/bénéfices qui doit prévaloir. Perso, j’ai pris le risque il y longtemps, je me suis fait mon idée sur la question.

Une dernière chose, la notion de « honte » ou plaisir de sa consommation dépendra crucialement de son niveau de consommation et des conséquences. En fait, que tu n’en aies pas honte importe peu pour tout ceux qui sont au fond du trou avec, et inversement, ceux qui sont au bout du rouleau et dans des situations dramatiques ont probablement peu d’influence sur ta propre opinion sur la consommation du produit.. est ce que notre opinion devrait avoir une influence sur les autres? Vaste sujet, la réponse ne me semble pas si évidente. Je pense que oui, une opinion est faite pour se forger un caractère propre, mais aussi pour vivre, débattre, convaincre ou être convaincu. Attention donc à ton opinion, elle peu avoir une influence sur les autres, tu n’en seras pas tenue pour responsable, mais tu dois en avoir conscience.
Pour cette raison, je considère que l’on a le droit de promouvoir ou simplement proclamer son plaisir dans l’usage de drogues puissantes et ultra addictives, mais cela ne doit JAMAIS se faire sans accompagner son opinion des risques très graves encourus.

Dernière modification par Acme (11 octobre 2018 à  10:07)

Reputation de ce post
 
Totalement d'accord!

Hors ligne

 

Tête de crêpe 
Tel le faon
France
000
Inscrit le 09 Jul 2018
66 messages
Blogs
Bonjour à tous,

Mon petit témoignage sur ma relation avec la c.

J’ai mis pas mal de temps à arriver à concevoir les choses différemment sur ma conso de c.
Je suis passée par la légèreté, le déni quand ça a commencé à devenir trop fréquent, la frousse et la culpabilité quand j’ai réalisé que j’etais bien enfoncée dedans, le rejet et la frustration quand j’ai pensé que l’abstinence était ma seule option, et enfin une certaine sérénité depuis que j’ai cessé de mal consommer et que j’ai réappris à aimer consommer de façon gérée (j’ai bien avancé mais je bosse encore dessus hein !).
J’ai aussi réappris à me reapproprier ma vie sans avoir mon pochon dès le vendredi soir venu.
C’est évident que j’aime la c. J’aime l’euphorie avant la 1ère ligne. Les effets que je sens dans ma tête et mon corps quand je consomme.
Je n’aimais juste pas ma façon de la consommer ces derniers mois.
Je ne culpabilise plus quand je consomme car j’ai l’impression que je le fais à présent quand je considère que l’occasion s y prête pour moi et que ça me fait plaisir. Et je ne les invente plus à tout va ces occasions wink  Ma vie n’en est plus négativement impactée.
Je ne pensais pas un jour parvenir à une conso vraiment choisie et gérée. Je pense que je suis en réalité en bon chemin pour y arriver (je baisse pas la garde mais j’apprecie vraiment l’évolution). C’est tout neuf et donc certainement encore fragile, mais ça me plaît cet état où je suis heureuse avec ma conso.

Bonne journée à tous
Reputation de ce post
 
Comme quoi, la conso de C se gère quand on s'en occupe / Drim
 
Wahou, c'est ça que je veux! Dounia

Hors ligne

 

Dounia 
Psycho junior
France
1003
Inscrit le 13 Apr 2018
210 messages
Coucou Tête de crêpe,

Merci pour ton argumentaire et ta réponse détaillée.
Merci pour le récit de ton propre rapport à la C.
J'en profite au passage pour te féliciter et te dire toute mon admiration (j'ai un peu suivi ton blog, chapeau bas!)

Acme, j'ai sans doute en partie écrit ce post tard hier soir sous influence de ma conso de ce moment et avec l'envie de me soulager de mon propre sentiment de culpabilité envahissante.
Je m'excuse si j'ai pu heurter certaines sensibilités. C'est aussi un peu le reflet de mon désarroi.

Mon but n'est évidemment pas de faire l'apologie d'un produit aussi dangereux et potentiellement traitre... J'en ai juste marre d'entendre des discours super négatifs et parfois un peu misérabilistes (genre tu commences sans savoir de quoi il s'agit et six mois plus tard, tu vends ta mère pour une ligne).

J'ai réussi à faire une vraie bonne pause cet été en vacances. Malgré tout, le retour est difficile, et je sens bien que ces derniers temps je perds un peu le contrôle sur ma conso. Pour être honnête, ces derniers temps, j'en prends toute seule, alors que j'ai une famille, des enfants merveilleux, un boulot intéressant, plein de choses qui devraient me permettre de garder ça dans un cadre festif.


Clairement tu as raison, il n'y a pas vérité absolue sur la question, pas de blanc ou de noir. C'est pour cela que j'essaie aussi au maximum de parler en "je" et de dire comment moi je voudrais vivre les choses...

Je crois que j'avais envie de me rassurer, de me dire que c'est possible de reprendre la maîtrise, qu'il y a une voie médiane entre abstinence et abus...

Au final, je suis un peu perdue et je me sens bien seule avec tout ce poids sur mes épaules...

Merci pour le partage et courage smile

Dernière modification par Dounia (11 octobre 2018 à  11:06)

Hors ligne

 

Tête de crêpe 
Tel le faon
France
000
Inscrit le 09 Jul 2018
66 messages
Blogs
Merci bcp Dounia pour les encouragements (et Drim aussi via le champi smile)

Je ne dis certainement pas que c’est facile et accessible du premier coup, mais je suis à présent persuadée qu’il existe ce juste milieu, entre le rien et le trop.
Je réalise que j’ai un peu passé sous silence (sans volonté de ne montrer que le positif - juste pour ne pas pondre un énorme pavé comme à mon habitude !) la façon dont je me suis rapprochée de ma situation actuelle.
Il a fallu que je change mes habitudes de vie. Je suis sortie moins dans un premier temps, et surtout moins tard. J’ai vu mes amis consommateurs pour le déjeuner ou pour des apéros que je ne laissais pas s’éterniser. Je me suis frustrée pas mal de fois au début.
Je me suis mise au Perrier lors des aperos pour éviter la tentation très grande de consommer quand je picole.
J’ai été un peu comme un lion en cage chez moi quand j’étais seule.
Je me suis aidée au tout début de qq joints le soir pour virer l’envie de c (chez moi ça marche nickel ça).
Et j’ai passé des plombes sur PA à lire bcp et à écrire un peu. Ça m’a aidée énormément notamment à réellement  m’interroger sur la place que je voulais donner à la c dans ma vie.
Le craving du vendredi a pratiquement disparu au bout d’environ 4 week-ends (il me fait parfois qq rares appels de phares encore mais qui ne durent que qq secondes). Je me suis en faite re-habituée à ma vie d’avant et je n’ai finalement plus eu peur de rentrer chez moi pour y passer une soirée seule et sans c smile

Tu connais les pauses pour en avoir déjà fait. Je pense que c’est utile notamment pour remettre les choses à plat. Mais j’ai l’impression qu’il n’est pas productif de vivre de pauses en pauses avec des excès au milieu. Je pense que ça peut vite avoir tendance à créer des grosses frustrations et à pousser à des lâchages abusifs.
Si tu sens que tu perds un peu le contrôle, peut être que tu pourrais travailler sur les habitudes, mécanismes. Essayer de casser l’automatisme facile. Pour moi, c’est ce qui crée la distance nécessaire pour ne plus consommer sans réfléchir. Pour (re)trouver une conso agréable et non subie.
Et puis, une aide extérieure aussi me parait toujours bénéfique quand on sait plus comment gérer. Psy, csapa...

Tu sais qu’ici tu es loin d'être seule à être dans cette situation de kiff / culpabilité. Puise de la force dans cette communauté smile

Et ben le voilà le pavé que je voulais pas faire !

Bonne soirée
Reputation de ce post
 
Excellent. Boots

Hors ligne

 

Dounia 
Psycho junior
France
1003
Inscrit le 13 Apr 2018
210 messages
Merci tête de crêpe,

Merci de tout coeur de ton honnêteté et du temps que tu as pris pour me répondre.
Effectivement, ce n'est pas simple, je le vois bien. J'admire et j'envie ton courage et ta détermination smile

Je suis suivie dans un CSAPA et heureusement, sinon je crois bien que j'aurais complètement déraillé il y a longtemps. C'est extrêmement important d'être bien accompagné je pense, mais pourtant parfois ce n'est pas suffisant.

Ce qui me mets en difficulté, ce n'est pas ma conso festive, c'est cette impression d'en avoir besoin tous les jours juste pour fonctionner normalement...

Comme tu le dis très bien je suis dans la dualité kiff/culpabilité bien trop souvent!

Bref, aujourd'hui encore ne sera pas un jour sans, mais à partir de lundi, je vais essayer de faire une vraie pause wink

Bises et encore merci smile

Hors ligne

 

Zarathoustra 
Psycho junior
France
100
Inscrit le 27 May 2017
395 messages
Blogs

Dounia a écrit

Tu te lèves le matin, tu sens la lourdeur du sommeil dans ton corps, derrière tes paupières...

Tu sais qu’il faut faire vite. Les enfants, leur père, le petit dejeuner, le boulot...

Trouver un coin tranquille.
Tracer, encore un peu, encore un peu...
Douceur et amertume du produit dans ton nez...

C’est bon, c’est mal?
Au moins tu n’as plus mal...

Je l’ai fait avec l'héro, je le fais avec la coke...

J’ai deux solutions, soit je me morfonds danq la culpabilité, soit j’agis, j’avance bancale mais sourire aux lèvres smile

Dites moi que c’est possible hein?

Bah à chaque fois que des ami(e)s ont dérivé vers leur amour de la coke; quelques mois ou années après ils plongeaient dans le grand désespoir à savoir : comment arrêter ? Et c'est tragique parce que le travaille est double : ne plus aimer le produit et se sevrer - dans le sens où quand tu commences à rejeter le produit tu travailles plus sur le sevrage.

Pas envie de généraliser mais tout de même quand quelqu'un te regarde avec des yeux brillant sur son addiction et te dis "ah c'est trop bon", j'ai des doutes sur sa capacité à mesurer l'aspect addictif de son amour, et sincèrement je n'ai jamais vu l'une de mes connaissances ne pas trimer derrière.


C'est peut-être la différence entre l'apologie d'un produit qui est fort et le plaisir d'en prendre tout en étant bien conscient de son caractère sérieux (donc pesant les pour et les contre, les coûts et les bénéfices du produit.).


Un jour j’arrêterai Je le jure !

Hors ligne

 

Dounia 
Psycho junior
France
1003
Inscrit le 13 Apr 2018
210 messages
Donzathoustra,

Tu as absolument raison, je suis complètement sur le fil.
Après des années de mensonges, j'ai enfin dit toute la vérité sur mes consos clandestines à mon conjoint.
J'avoue, c'est lui qui m'a grillée, c'est pas une noble initiative de ma part...

Bref, ce qui compte c'est qu'on est maintenant d'accord pour les consos festives ensemble et plus rien à côté et je sens déjà (jour 2) que c'est un peu dur.

Avec un peu de chance, cette mise au point m'aidera à retourner vers la conso raisonnée que j'ai depuis plus de 15 ans et dont je commençais sérieusement à dévier cette dernière année wink

Des bises,

Dounia (qui aime fort la MD aussi, mais de temps en temps!)

Hors ligne

 

Dounia30 
Nouveau membre
France
000
Inscrit le 22 Nov 2018
1 message
Salut

J'écris principalement parce qu'on a le même prénom si c'est ton véritable prénom bien sûr.
j'aimerai en discuter avec toi en privé si tu est d'accord.
Mais je me retrouve dans ton discours !

Hors ligne

 

Ygrek 
Y
France
100
Inscrit le 20 Jun 2016
80 messages
Blogs
Salut,

Sympa comme question.

J'avais honte pendant longtemps. Mais il y a peu, j'ai réalisé pas mal de choses. Déjà, on peut très bien réussir sa vie tout en s'offrant des petits plaisirs. Pour certains, c'est une randonnée, pour d'autres, c'est un tour de piste, pour d'autres encore, un restaurant gastronomique, une partie de pêche ou que-sais je encore. Eh bien moi, mon petit plaisir c'est la "drogue dure" comme ils disent, oui ces "drogues dures" qu'ils considèrent comme le diable sur terre. Pourtant, cela ne me distingue en rien d'eux, les gens "normaux" comme ils se complaisent à le rappeler.

Alors certes, il y a des risques. Mais franchement, une vie sans risque? Mais qu'est-ce qu'elle serait moche! Qu'est-ce qu'on se ferait chier! Vous êtes du même avis, rassurez-moi?
Après, je ne dis pas qu'il faut faire tout et n'importe quoi. D'ailleurs, à titre personnel, je prends le maximum de précaution, et j'encourage tous les consommateurs à en faire de même. Je maximise la puissance de mon trip de sorte à passer un excellent moment tout en limitant au possible les effets secondaires. Je respecte les dosages. J'utilise parfois des tests. Je ne consomme pas quand je vais mal. Je consomme que dans des cadres définis, avec un bon set & setting...
Voilà, c'est mon petit plaisir, bien circonscrit. Risqué certes, mais un petit plaisir quand même. Et puis bon sang, ce n'est pas la seule activité risquée! Que dire du parapente, de la plongée, du ski extrême, de l'alpinisme? Oui, tout comme ces pratiquants, nous prenons des risques, nous aimons le risque mais  nous limitons le risque et... nous passons un bon moment!

Et cela ne nous empêche pas non plus d'avoir une vie normale. De mon côté, cela ne m'empêche pas de faire du sport 5 fois par semaine, de cuisiner trois fois par jour, d'aller à tous mes cours en double licence (33h), d'avoir un petit taf étudiant au guichet d'un cinoche et j'en passe!
Car oui, ma consommation est comme ces plaisirs hebdomadaires que chacun s'offre pour se récompenser du bon boulot de la semaine. J'ai tout comme les autres le droit d'avoir un réconfort après l'effort. Et le but est très simple : une fois satisfait, c'est reparti de plus bel! S'amorce une semaine de folie où l'on est motivé plus que jamais, avec un butin à la clé. Et de semaine et semaine, on progresse, on devient quelqu'un de meilleur.

J'ai une vie normale, je suis fier de cette vie que j'ai construite, fier de ce que je suis. Donc non, je ne suis pas différent des autres. J'ai mon propre passe-temps, et peu importe s'il est mal perçu : je m'en balance complètement! Il faut oublier la diabolisation des drogues par les médias et les politiques, une diabolisation que nous avons inconsciemment intériorisée : "Si je consomme, je vaux moins que mon voisin. Pourtant je suis meilleur que lui sur pas mal de points. Ma vie m'est surement plus agréable que la sienne, mais je vaux moins que lui, car je me drogue" ; il faut à tout prix éviter cette autodévalorisation sur le simple fait que l'on consomme!

A contrario, il faut, sans pour autant minimiser leur dangerosité,  considérer nos consos comme un plaisir de la vie, un plaisir qu'il faut néanmoins borner, réfléchir, organiser différemment par rapport autres, mais un plaisir quand même. C'est tout le but de la RDR.


Non, je n'ai pas honte d'être ce que je suis  : un consommateur, un "polytoxicomame" qu'ils disent. Brrrr, qu'il fait froid dans le dos ce mot. Et pourtant, je suis bien fier d'appartenir à leur case, car elle définit mon existence : je ne serais pas là où j'en suis sans mes consos, je n'aurais pas accompli toutes ces choses sans elles. Cette étiquette qu'on nous colle ou qu'on nous collerait s'ils savaient, qu'est-ce qu'on en a carrer? Ca me fait presque marrer, mais c'est comme ça. L'essentiel c'est de savoir qui on est, d'aimer qui ce qu'on est et pas d'accorder d'importance au regard stéréotypant des autres, surtout lorsque ce sont des ignorants qui refusent d'apprendre ou de comprendre.

Reste la honte envers la famille ou l'entourage... Le fameux "Oh mon dieu, si seulement ils savaient!" Ce sont des ignorants, donc je cache mes consommations. Sinon, je ne leur cacherais pas, et tout irait pour le mieux. Cacher une consommation, ca ne doit pas me faire culpabiliser puisque le problème vient en réalité des autres : je sais  qu'ils n'essaieraient pas de me comprendre, ce sont eux les sourds. Tant pis, restez des sourds dans l'ignorance! Bref, ces personnes intolérantes n'ont pas besoin de savoir tout ça, et je n'ai pas non plus a avoir honte du fait qu'ils détesteraient ou souffriraient de savoir.
Mais ce n'est pas vraiment leur faute au final. Ils appartiennent juste à un autre temps, à une autre culture avec une autre éducation, avec d'autres connaissances, d'autres expériences, avec une autre compréhension de la société, une autre opinion sur les drogues... Peut-être qu'ils comprendraient mieux s'ils avaient grandi dans un contexte différent!
Ce qu'ils ne savent pas, c'est que tout est une affaire de compromis. Si j'en suis là, c'est aussi grâce aux petits plaisirs que je m'offre pour continuer à avancer, et que je cache pour éviter aux autres de souffrir ou de me juger. Autrement dit, ce pour quoi ma famille est fière de moi, je l'ai obtenu entre autres grâce à des choses qu'ils détesteraient connaître : ces petits plaisirs. Paradoxal, mais véridique, et tellement drôle.


Bref, je n'ai plus honte de ma conso. Plus honte de me caler des seringues dans le fion dans les chiottes de mon voisin. Plus honte de danser dans le métro comme un dératé. Plus honte de courir dans les rues tout en faisait l'aigle. J'en ri même. Par contre, je suis toujours stressé pour mon cœur, mais ça c'est une autre histoire...

Dernière modification par Ygrek (26 novembre 2018 à  13:43)


Y.

Hors ligne

 

Novela 
Nouveau membre
Portugal
000
Inscrit le 27 Nov 2018
14 messages
J’étais comme cela il y a quelques années, et bien que je n’en ai pas repris depuis plus de 2 ans, j’avoue que c’était mon péché mignon.

Tant que l’on est loin de l’addiction, c’est à chacun d’assumer ses actes et ses responsabilités si jamais une consommation modérée devient obsessionnelle.

Si elle devient obsessionnelle, c’est de la toxicomanie, donc une maladie, et on ne peut pas être fier d’être malade. Il faut faire preuve de beaucoup de courage pour se dire « je suis dépendant » plutôt que « je n’ai pas de problème ». Si le besoin de coke est journalier, il faut se rendre à l’évidence : c’est un problème.

Une personne saine n’a pas besoin de fonctionner constamment sous cocaïne. Quand une drogue devient vitale, surtout celle-ci, il faut réagir.

Bon courage.

« Le suicide est la dernière crise d'une maladie morale. »
— Honoré de Balzac (1833)

Hors ligne

 

noiado 
Nouveau Psycho
000
Inscrit le 18 Mar 2015
76 messages
Moi j'ai pas honte d'aimer, mais j'ai tout de suite sentis que pour bien vivre ma consommation, celle ci ne devait pas être continue. Une chance, je pense...

Des vacances pas chères: la drogue

Hors ligne

 

Zarathoustra 
Psycho junior
France
100
Inscrit le 27 May 2017
395 messages
Blogs
Le comportement idéal doit se séparer du déni, soit on est pas capable de mesurer son addiction et l'aspect négatif sur sa vie sociale, santé etc. Déculpabiliser à conditions d'avoir en tête les RDR.

Les RDR soit comme but à atteindre, soit comme garde fou une fois atteint.

Bien sur que l'on aime la drogue, mais c'est un calcul complexe de rationalisation ou tout ce qui constitue notre être (ami(e)s, famille, santé, travail, école, etc) ne doit pas être affecté par l'affectif de la drogue.

Il faut aussi apprécier les moments sans drogues.

Moi je sais qu'en ce moment je suis un porté sur le festif et les amphet, assez obsédé.


Je ne peux pas dire que c'est cool et que j'aime ça sans prendre conscience que je dois veiller. Trop irresponsable le "j'adore ça fuck off". On sait tous que les addictions peuvent perturber une vie et vite entraîner des souffrances.

Un jour j’arrêterai Je le jure !

Hors ligne

 

azertyuiop98765 
Santoryu Oni Giri (adhérent PA)
France
000
Inscrit le 18 Jun 2018
158 messages
Coucou Dounia,

Alors pour ma part, je n’ai plus honte de dire que j’aime la CC. J’ai eu honte car pendant près d’un an je consommais tous les week-ends ou presque et j’ai commencé à en prendre en semaine, voire tous les jours... J’ai testé le shoot pendant cette année après avoir beaucoup lu ici, je me suis lancé après avoir acheté un kit en pharma, j’en suis tombé amoureux...

J’ai décidé d’arreter cette conso excessive, ça n’a pas été simple j’ai dû arrêter totalement, car je me cachais de la plupart de mes amis et surtout je me cachais de ma femme... Maintenant que cette conso irraisonnée est terminée, cela fait 2 fois ce soir que je reprends de la C (1g pas plus) en 2 mois après arrêt total pendant 3 mois. Et ben je me sens vachement mieux et je redécouvre les sensations que je n’avais plus !

Donc maintenant, je dis que j’aime la C et j’en suis fier (de ma conso raisonnable surtout !) ! Par contre je déconseille véritablement d’essayer surtout si on souhaite la fumer ou la shooter... l’arrêt sera très compliqué car ce flash rien que d’y penser j’en salive lol

Une bonne défonce c’est avec des amis et seulement en teuf ! Il faut que ça reste festif !
Azertyuiop98765
https://www.psychoactif.org/forum/adhes … oactif.php

Hors ligne

 

Junon 
Nouveau Psycho
1000
Inscrit le 02 Jun 2018
199 messages
Blogs
C'est un sujet complexe, que pensez de cette position de l'innocent, du rejet du problème, de la culpabilité, c'est vrai pourquoi devrai-je en faire un drame

Je vais parler purement de mon expérience et de ma réflexion mais qui tend quand même à cerner ce vaste monde de la consommation.
Il m'est arrivé de tenir cette position du consommateur qui en besoin et qui ne voit pas le flan que tout le monde en fait, mais celle-ci finissait inévitablement par s'effriter tant la matière fut balayable.

Même quand j'étais bien dans l'héro et que j'essayais de vivre le plus normalement possible ce questionnement de la consommation, ce rapport au bien et au mal, et la seule certitude qui persistait comme un moustique enfermé un soir d'été : Ma consommation n'est pas saine et dénué de vice.

Elle revenait si soudainement à la charge qu'effectivement il m'est de plus en plus difficile de tenir cette position, non c'est pas quelque chose de banale.
Elle est si violente qu'elle nous fait tout reprendre en pleine tête le matin au réveil les yeux complètement collés, le nez en piteux été. Je parle même pas de l'état du compte en banque, une Ferrarie chacune dans chaque narine.

C'est être bien peu honnête avec soi-même que de considérer cette garce comme notre amie. Bien le courage de faire de cette pute toxique votre compagne un jour.

Hors ligne

 

George Paddock
Nouveau Psycho
France
000
Inscrit le 05 Jun 2018
159 messages
Blogs
d'un point de vu personnel je ressent pas vraiment de honte et j'aime mette le nez dans la CC, mais je le garde pour moi vu que c'est mal vue autour de moi (jsuis le seul à en consommer) mais ça me touche pas plus que ça, je dis rien au gens pour pas qu'on me prenne la tete  ^^

Hors ligne

 


Répondre Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire




    Psychoactif en Images
    Plus d'images psychoactives
    En ce moment sur PsychoACTIF  
     Psychoactif 
    Enquete : la communauté Psychoactif, qui sommes nous en 2021 ?
    31 mars 2021Annonce de Equipe de PsychoACTIF
     Appel à témoignage 
    Quel serait le kit d'injection adapté à vos pratiques ?
    Il y a 2jCommentaire de Gribouille78 (14 réponses)
     Appel à témoignage 
    Analyse de drogue et cannabis : qu'en attendez vous ?
    16 juillet 2021Commentaire de ephémère tox.stop (19 réponses)
     Appel à témoignage 
    Connaissez vous l'annuaire sur la réduction des risques ?
    26 juin 2021Commentaire de pierre (13 réponses)
     Forum UP ! 
    Cherche prix et photos de prods pour enrichir le PsychoWIKI
    17:02Discussion sans réponse depuis 24h
     Forum UP ! 
    1 er ordonnance zolpdem zolpdem
    Il y a 15hDiscussion sans réponse depuis 12h
     Forum UP ! 
    MXiPr, après une longue abstinence
    Il y a 13hDiscussion sans réponse depuis 12h
     Forum 
    Aucun effet - Light effet
    Il y a moins d'1mnCommentaire de marvin rouge dans [Zolpidem (Stilnox) et...]
    (3 réponses)
     Forum 
    Acheter cannabinoides de synthèse
    Il y a 3hNouvelle discussion de Kitsune dans [Cannabinoïdes de synt...]
     Forum 
    Stockage & conservation - Comment stocker des buvard ?
    Il y a 7hCommentaire de bernjo dans [LSD 25...]
    (5 réponses)
     Forum 
    Achat de cocaine
    Il y a 9hCommentaire de Gribouille78 dans [Cocaïne-Crack...]
    (14 réponses)
     Forum 
    Aspect, gout & odeur - Héroïne marron à points noirs, votre avis (photo)
    Il y a 10h
    4
    Commentaire de marvin rouge dans [Heroïne...]
    (61 réponses)
     Forum 
    Test vaporisateurs - [Topic unique] Petit comparatif des vaporisateurs.
    Il y a 10h
    14
    Commentaire de Drim dans [Cannabis...]
    (27 réponses)
     Blog 
    Essai Tramadol
    Il y a 10hCommentaire de Drim dans le blog de Drim
    (7 commentaires)
     Blog 
    P'tit coup d'œil dans le rétro!..
    Il y a 10hCommentaire de Drim dans le blog de nnaY
    (1 commentaires)
     Blog 
    Juste envie de partager.
    Il y a 12h
    32
    Commentaire de Papaseul dans le blog de Papaseul
    (332 commentaires)
     
      QuizzZ 
    Consommez-vous le MDMA/Ecstasy à moindre risque ?
    Dernier quizzZ à 06:28
     PsychoWIKI 
    Arrêter la méthadone
     Topic epinglé 
    Neurchi de Psychoactif
     Nouveaux membres 
    Farmerdu99, Aurel13 nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.
    S'identifier

    Mot de passe oublié

    Morceaux choisis 

     Quel serait le kit d'injection adapté à vos pratiques ?
    par L'Apoticaire, le 15 Jul 2021
    Les stéribox sont pour moi (et beaucoup d'autres usagers qui sont passés à du matos plus adapté à l'IV de drogues que les stéri) carrément obsolète, certes c'est évidemment infiniement mieux que d'utiliser une cuillère à soupe sale avec de l'eau du robinet, de filtrer sa solution avec un...[Lire la suite]
     1 ère expérience 1cp-LSD
    par Cartooner, le 12 Jul 2021
    1 ère fois au 1cp lsd : 220 mcg en 2 drop Je suis chez ma copine il est 16h, je m’envoie 110mcg et elle 75 Les effets commencent à se faire ressentir rapidement pour moi, nous sommes en intérieur pour le moment. Soudainement une envie folle de manger du chocolat kinder x) J’en mange, je ne s...[Lire la suite]
     Help !
    par Meumeuh, le 13 Jul 2021
    Hello, Tu n'as jamais été sous TSO ? Je te donne mon point de vue. J'ai aussi consommer de l' héroïne pendant 6 / 7ans comme toi j'ai voulu arrêter avec un sevrage Cold Turkey et cela plusieurs fois. Et à chaque fois, ce fût un échec car que ce soit quelques jours/semaines/mois je suis...[Lire la suite]
    Tous les morceaux choisis
    Les derniers champis

    waow bien dit -joel92 dans [forum] MXiPr, après une longue abstinence
    (Il y a 11h)
    mon vapo depuis 2019, increvable dans [forum] [Topic unique] Petit comparatif des vaporisateurs.
    (Il y a 12h)
    J'aurai pas dit mieux ! GuyG dans [commentaire de blog] Comment faire ?
    (Il y a 14h)
    Venant de mtp, je ne peux qu'aprouver. Vous gérez dans [forum] Création d'une SCMR à Montpellier
    (Il y a 18h)
    Merci pour le témoignage. dans [commentaire de blog] Microdosage de champignons magiques comme somnifère
    (Il y a 18h)

    Pied de page des forums