Psychoactif
Les psychiatres / PsychoACTIF


Les psychiatres

Pages : 1 2
#1 
JulienLoki72 
Nouveau membre
04 juin 2020 à  04:16
Vous en pensez quoi ? En CMP ou certains liberaux sont assez discret et cherche à adhérer et orienter vos demarches et votre philosophie, à vous aider à y trouver une coherence, mais y en a egalement beaucoup qui ont une idéologie préetablie et qui se gene pas pour vous forcer à vous y conformer, presque comme des maitres d ecoles.

Ca peut aller jusqu'à l'insulte parfois...
Dans tous les metiers avec l experience on fini par etre un peu sur le qui vive avec le client mais le professionalisme c est de garder ses réserves.

C est toujours un peu cliché de dire s etre senti brusqué par un psychiatre, mais je me souviens de type qui m'ont rabaissé avec des discours de vieux tontons qui ont généré plus de stress que j'en avais en arrivant, surtout ceux qui s'assient sur leur prestige et non sur leur volonté de comprendre la société comme elle fonctionne.

Bref moi j ai fait l impasse et j ai fait mon cheminement personnel mais je suis curieux d avoir des retours d d'experience.
Il y a t il encore des psychiatres fiables ???

Hors ligne

 

#2 
janis 
Modérateur France
04 juin 2020 à  08:28
Coucou JulienLoki72,

Ca va être difficile de te répondre autre chose que des clichés...mais on ne peut pas généraliser toute une catégorie de professionnels...il y a de tout parmi les psychiatres, comme dans les populations: des plus ou moins empathiques, plus ou moins bornés etc.

Après, perso j'en ai trouvé un qui pratique la psychothérapie et prescrit le minimum de médicaments. Il s'adapte au cas par cas à son patient, ce qu'ils devraient tous faire me diras tu.

Enfin voilà il te suffit de trouver celui ou celle avec qui le courant passera.

Bises
Janis

J'ai pour me guérir du jugement des autres, toute la distance qui me sépare de moi-même

A. Artaud

Hors ligne

 

#3 
Number613 
Nouveau membre Israel
04 juin 2020 à  09:03
Je ne vois pas trop le rapport avec le site.
Ça m'est arrivé d'aller au restaurant et de mal y manger ; quand c'est le cas, je ne désespère pas et j'en essaie un autre. Les psychiatres c'est pareil, il faut parfois prendre le temps de trouver le bon, en rencontrer plusieurs fait même partie du process.

Néanmoins si ce que tu attends d'un psychiatre c'est qu'il "oriente ta démarche et ta philosophie" (whatever that means) alors que tu es dans une démarche de soin, c'est sûr que ça risque de compliquer la relation. À la limite, tu peux aller voir un psychologue, qui n'est pas un médecin et qui n'a pas de véritable impératif de santé vis-à-vis de toi, tu peux lui demander de te raconter toutes les âneries qui te font plaisir.  En revanche, un psychiatre est médecin, c'est donc à lui de te proposer une orientation pour les soins, et non pas à toi de lui suggérer une démarche de guérison. C'est comme si tu allais chez ton dentiste mais que tu voulais lui expliquer en même temps ta grande théorie sur les soins dentaires alors que tu n'as pas fait les 10 ans d'études qui sont les siens.

Après, peut-être que là où tu crois qu'ils te font la morale, ils insistent seulement sur des aspects de ton comportement qui peuvent être égoïstes, immatures ou destructeurs ; auquel cas tu ne peux pas attendre d'eux qu'ils ne remettent jamais en question ton attitude, sinon ils ne te seraient d'aucune aide.

Pour finir, tu parles de "cheminement personnel", de "philosophie"... c'est beau mais ce sont des concepts fourre-tout derrière lesquels chacun met ce qu'il veut en fonction de ses obsessions propres, thérapeute comme patient. Si tu veux t'amuser à te faire ta propre "philosophie" syncrétique et prenant ici et là des éléments disparates, libre à toi, mais ces démarches ne vont nulle part et ne vont servir qu'à renforcer l'illusion de ton ego (cf René Guénon et l'absurdité de toute forme de syncrétisme et d'hétérodoxie). Ayant bossé un peu sur Freud, Jung et les dérives de la psychanalyse et autres pseudo-disciplines, je t'invite à faire attention aux notions de "développement personnel", qui reprennent des pratiques religieuses traditionnelles mais en les détournant pour en faire des outils de soumission et d'amélioration  de la productivité.

Bref cela dit je me demande la pertinence de ce topic
Reputation de ce post
 
Bof bof
 
Quid de cet usage a priori péjoratif de la notion d’hétérodoxie? Maldor

"Ne fais pas à autrui ce que tu détesterais qu'il te soit fait. C'est ici la Torah toute entière, le reste est commentaire. Alors va et apprends." - Talmud de Babylone, traité Shabbat, livre 31.

Hors ligne

 

#4 
janis 
Modérateur France
04 juin 2020 à  10:22

Number613 a écrit

Je ne vois pas trop le rapport avec le site.

(….)

Bref cela dit je me demande la pertinence de ce topic

Alors number613,
Cette catégorie de topic, un peu divers, vaut pour les retours d'expérience qu'elle suscite. Elle aide aussi à aborder des questions générales, à créer du lien social et à se sentir moins seule.

Par ailleurs, trouver un psychiatre avec lequel s'entendre n'est pas sans lien avec le vécu de chacun par rapport à ses consommations.

Bonne journée
Janis


J'ai pour me guérir du jugement des autres, toute la distance qui me sépare de moi-même

A. Artaud

Hors ligne

 

#5 
Number613 
Nouveau membre Israel
04 juin 2020 à  10:29
My bad, got it super

"Ne fais pas à autrui ce que tu détesterais qu'il te soit fait. C'est ici la Torah toute entière, le reste est commentaire. Alors va et apprends." - Talmud de Babylone, traité Shabbat, livre 31.

Hors ligne

 

Par ailleurs, trouver un psychiatre avec lequel s'entendre n'est pas sans lien avec le vécu de chacun par rapport à ses consommations.

Oui, beaucoup de consommateurs sont suivis par des psychiatres, soit pour des pathologies associées (dépression, anxiété) soit même pour la "prise en charge" de leur consommation, ce qui n'est pas toujours le mieux car cela renforce l'idée que la consommation est pathologique. Les "etats uniens", consommateurs de cannabis, dans les  Etats qui l'ont légalisé sont ils des malades mentaux ? Probablement pas plus que les consommateurs de Muscadet ou de Côtes du Rhône, ou les amateurs de patisserie !
En France, il semble que les pouvoirs publics pensent qu'ils sont malades mentaux car ils renvoient souvent à des psychiatres, en obligation de soins.
Effet du climat ??   lollollol

Amicalement

Dernière modification par prescripteur (04 juin 2020 à  10:35)


S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

L'homosexualité était considérée comme une maladie psychiatrique jusqu'en 1992.
Il me semble que les thérapies de conversion vont être interdites.
Pour les UD c'est pas gagné.
Il faudrait Interdire l'obligation de soins et tout ce qui y conduit.

Dernière modification par Mister No (04 juin 2020 à  11:00)


Just say no prohibition !

Hors ligne

 

#8 
JulienLoki72 
Nouveau membre
05 juin 2020 à  21:12
Number613 : J ai volontairement ouvert ce sujet dans une section libre du forum pour creer une discussion vaste et ouverte sans chercher à générer des convictions fermes et definitives. Je n ai pas les competences de remettre en cause le savoir de fond d'un diplomé en medecine, mais puisqu'il s'agit d'un forum RdR qui repertorie beaucoup de retour d experience d usage de psychotropes hors cadres médicaux je ne trouve pas une dicussion de ce type inappropriée^^

Pourquoi certaines personnent se detournent elles de la psychiatrie pour aller vers la sophro.
Si tu lis bien mon message, non seulement j admet avoir connu des satisfactions avec certains psychiatres, mais je pose la question :  y a t il encore des bons psychiatres ?

Il y a aujourd hui une forme de réticence vis a vis de la psychiatrie donc il me semblait interessant d avoir l avis de personnes ayant eu via l usage de psychotropes un cheminement personnel donc un point de comparaison.

C est ton message qui n a pas de rapport avec le site finalement, puisque sans t en rendre compte tu ridiculise toute demarche personnelle et glorifie la psychanalyse et la psychiatrie, en comparant avec une branche de la medecine totalement hors sujet, les dentistes. Le cerveau est plus complexe qu'une mollaire smile

Et tu prend des raccourcis. Avoir des initiatives personnelles et ses convictions propres...une derive religieuse ? lol Y a de l'idée mais tu deforme mes propos pour avancer tes theories, bref tu te comportes exactement comme les psychiatres que je denonce.

C est con mais l abus de substance c est un comportement egoiste et destructeur, mais qui parfois est le moment ou on se dit : merde faut que je reprenne le controle.
Si un psychiatre te brusque et t intimide dans cette demarche en precipitant le processus du type : je m en fous que tu te drogues, t as qu a arreter, quels sont tes objectifs, il fait tout sauf t aider, la premiere raison est : pourquoi ai je commencé l usage de drogues.

Et la c est que tu le veuille ou non le debut d un cheminemment personnel.

Hors ligne

 

#9 
Teddyappt 
Nouveau Psychofunk
05 juin 2020 à  23:43

Number613 a écrit

Je ne vois pas trop le rapport avec le site.
Ça m'est arrivé d'aller au restaurant et de mal y manger ; quand c'est le cas, je ne désespère pas et j'en essaie un autre. Les psychiatres c'est pareil, il faut parfois prendre le temps de trouver le bon, en rencontrer plusieurs fait même partie du process.

Malgré la volonté de donner un point de vue empreint de clarté je releve beaucoup de parti pris^^
Ne serait ce que l emploi du mot âneries, je trouve que tu fais un accueil plus qu qu'exécrable à notre ami.
Tu te perd dans un imbroglio pseudointello pour juger hâtivement l auteur de ce post dont tu as peu d infos et crois moi avoir "un peu bossé" Freud ne te legitime pas pour aller aussi vite en besogne.
Sache que l usage de psychotrope et suivre un psychiatre sont 2 choses differentes mais qui se complementent.

Hors ligne

 

#10 
JulienLoki72 
Nouveau membre
06 juin 2020 à  03:16
Merci oui en effet j ai trouvé que  c etait un peu hostile comme reponse.
J ai fait l usage de substance psychotropes car je me trouvais un peu stupide, incapable et que c etait un moyen rapide de donner du sens à ma vie.
La psychiatrie empreinte de psychanalyse ne m'est d'aucune aide mais je suis curieux de psychotherapie qui serait plus sur sa gestion concrète grossomodo.
Il y a des therapies comportementales qui m attirent bien.

Hors ligne

 

#11 
Number613 
Nouveau membre Israel
06 juin 2020 à  08:03
Dire que j'idéalise la psychanalyse alors que j'en parle comme d'une pseudo-science montre que vous avez dû me lire en diagonale.

Tu parles de "sophro" sans aller au bout de ton idée, tu poses des questions vagues dont tu n'as pas les connaissances pour apporter les réponses, tu es exactement dans le flou hétérodoxe que je décris et qui est une voie sans issue. Vous me reprochez mon propos, mais finalement je suis le seul à ne pas coller mes fantasmes à la réflexion que j'essaie d'avoir avec vous, à citer un auteur pour fonder ma pensée. D'ailleurs, je ne suis pas dogmatique dans ce domaine, contrairement à vous qui reconnaissez un intérêt à la "sophro" ou qui considèrent normal de prendre des drogues pour "donner un sens rapide à sa vie". Vous vous êtes exclusivement dans un discours émotif, soit.

Désolé si je vous ai froissé en parlant d'"âneries", mais c'est l'effet que me fait, et me fera toujours, un discours hétérodoxe sur la "psyché".
Mettre quelqu'un en garde contre les dérives des "dérapies" ou des pseudo-sciences c'est plutôt sympa de ma part en vrai ; à moins que le but de ce site n'est pas de s'entraider, mais de se congratuler les uns les autres et d'entretenir nos fixettes respectives (sans mauvais jeu de mots), dans ce cas, au temps pour moi.
Reputation de ce post
 
Bof
 
"je suis le seul":tu connais tout le monde ou c'est une superiorite de principe?

"Ne fais pas à autrui ce que tu détesterais qu'il te soit fait. C'est ici la Torah toute entière, le reste est commentaire. Alors va et apprends." - Talmud de Babylone, traité Shabbat, livre 31.

Hors ligne

 

#12 
Number613 
Nouveau membre Israel
06 juin 2020 à  08:06
Après pour ce qui est de la pertinence du topic j'ai moi-même fait mon mea culpa plus haut sur cet aspect merci-1

"Ne fais pas à autrui ce que tu détesterais qu'il te soit fait. C'est ici la Torah toute entière, le reste est commentaire. Alors va et apprends." - Talmud de Babylone, traité Shabbat, livre 31.

Hors ligne

 

#13 
JulienLoki72 
Nouveau membre
06 juin 2020 à  16:15
Il est bien precisé que ton message etait empreint de clarté mais qu il y avait des partis pris. Oui tu veux permettre d'eviter de tomber dans des fixettes préconçus mais ton message reste globalement tendancieux et c'est une fixette en son genre de generaliser sur les gens ayant des problemes de substances, ce que tu es entrain de faire wink
Je comprend bien que tu nuances en disant nos fixettes respectives,  mais tu as employé le terme ânerie, tu as fait une comparaison dentiste/psychiatrie simpliste au possible qui ne colle pas avec ton soi disant savoir psychanalytique, que tu le veuille ou non il y a bien du negatif et du jugement dans ton message.

On est pas tous egaux face à nos troubles psychiques et usages de psychothrope et l'idee que la lucidité et l'intelligence suffise à se remettre en question dans le cadre d usage de substance c'est un peu simple.
On mettrait pas en place des structures comme les AA ou les centres de désintox si on se droguait par âneries ou petites fixettes. Il y a une vrai psychologie, et non pathologie, derriere l addiction qui a ete analysé et documenté, et il ne s agit pas juste de discours preconcus et d obsession personelle. Ca fait parti du schema destructeur et sur lequel certes il faut savoir devenir mature,  mais il y a d autres points à prendre en compte.

Dernière modification par JulienLoki72 (06 juin 2020 à  17:28)

Reputation de ce post
 
Pas faux pour les AA

Hors ligne

 

#14 
Teddyappt 
Nouveau Psychofunk
07 juin 2020 à  03:58
La question posée par lauteur du post est la suivante et rejoins un peu ta question de derapie : y a t il des psychiatres competent avec lequel entamer une discussion sur l usage de psychothropes.

Ta réponse est pertinente dans le sens où tu montre que ce que l on peut percevoir de negatifs dans une therapie est lié à de la mauvaise volonté quelque part, mais je pense que bcp de personnes ayant connu des pb de substances ont s en sorti sans recours a un psychiatre, et comme le dit Loki il y a par ailleurs des structures qui permettent d avoir un soutient hors psychiatrie.

Encore une fois je trouve les mots que tu emploient  : heterodoxe, aneries, negatif car en gros l usager de drogue est un ane anti conformiste qui se complaît dans des idées preconcus.
Les AA sont heterodoxes et sont empreint de religieux mais ont de tres bon resultat.

Bref tu es plein de bonne volonte mais clairement mal informé, et sache que les gens impliques dans la lutte et la recherche contre l addiction sont moins hatifs et plus informés que tes certitudes sans fondement reel, apres tout tu n as pas 10 ans d d'etude de medecine lol.

Dernière modification par Teddyappt (07 juin 2020 à  04:02)

Hors ligne

 

Ca fait parti du schema destructeur et sur lequel certes il faut savoir devenir mature,  mais il y a d autres points à prendre en compte.

Je suis la discussion avec intérêt, mais pense, pensez, pensons à parler en "je" sous peine de malentendu où votre vécu devient une contre-vérité ou au moins une généralisation excessive, du moins pouvant paraître comme tel.


Just say no prohibition !

Hors ligne

 

Teddyappt a écrit

Les AA [...] ont de tres bon resultat.

yop, salut
pourrais tu stp étayer cette affirmation par des données ou sources, comparatives si possible des différentes méthodologies ou dispositifs d'accompagnement en addictologie/usage de drogues afin de bien voir si c'est bon, très bon, ou?? résultat?
je suis intéressé...

merci par avance et au plaisir de te lire smile

Dernière modification par plotchiplocth (07 juin 2020 à  12:36)

Hors ligne

 

#17 
Number613 
Nouveau membre Israel
07 juin 2020 à  12:55
Belle vollée de bois vert.
Donc effectivement, si on vous caresse pas dans le sens du poil et qu'on vous dit pas que vos lubies sont complètement fondées, on n'a rien à faire ici semble-t-il. Message reçu super
Je vous laisse avoir une super conversation où la hiérarchie n'existe pas, où tout avis se vaut, où chacun peut parler de sa "philosophie personnelle", où dès que quelqu'un avertit des dérives d'une pensée à nouveau HÉTÉRODOXE et complètement fantaisiste on crie à l'intolérance. En tous cas depuis le début je suis le seul adogmatique. D'ailleurs, il y en a un qui assure que les AA font justement oeuvre formidable grâce à leur hétérodoxie : care to share your data ? Ou bien ça aussi on doit le prendre pour parole d'Evangile pour pouvoir interagir avec vous sans être ostracisé ?
Je n'ai jamais dit que les UD étaient des "ânes" : au contraire c'est vous qui inistez sur le fait qu'un usager de drogue est un malade qui doit voir un psychiatre ou autre thérapeute. Je suis le seul à penser ici qu'un usager de drogue peut avoir une vie saine et une bonne santé ainsi que de comptes à rendre à personne ? Ou bien vous êtes tous définitivement acquis à considérer des usagers comme des "toxicomanes" atteints d'une grave tare mentale comme ce fut le cas des homosexuels il n'y a pas si longtemps ? Dans tous les cas la conversation pour moi s'arrête là lol

"Ne fais pas à autrui ce que tu détesterais qu'il te soit fait. C'est ici la Torah toute entière, le reste est commentaire. Alors va et apprends." - Talmud de Babylone, traité Shabbat, livre 31.

Hors ligne

 

Je vous laisse avoir une super conversation où la hiérarchie n'existe pas, où tout avis se vaut, où chacun peut parler de sa "philosophie personnelle",

Oui c'est bien l'esprit du forum, si l'avis n'est pas injurieux contre un autre forumer.
Amicalement


S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème. Devise Shadok (et stoicienne)

Hors ligne

 

Number613 a écrit

dès que quelqu'un avertit des dérives d'une pensée à nouveau HÉTÉRODOXE et complètement fantaisiste on crie à l'intolérance

salut à toi
ici en premier lieu se partagent des experiences... dans toutes leurs singularités, avec donc pour permettre l'expression de tou.te.s un (très) grand attendu de non-jugement.
tu peux nous parler volontier de tes ressentis ou nous avertir/questionner sur des risques que tu as rencontré dans les usages de drogues issus ton experience personnelle.

Number613 a écrit

ces démarches ne vont nulle part et ne vont servir qu'à renforcer l'illusion de ton ego

Number613 a écrit

Vous vous êtes exclusivement dans un discours émotif, soit

bon... un peu d'honneteté intellectuelle: tu es venu juger, prescrire, proscrire, faire des généralités....
ca n a pas sa place ici AMHA,
les relations entre participants aux forums ne sont pas entre soignés et soignants mais des échanges de pairs-à-pairs, on est donc pas dans un espace de soin à proprement parler (thérapeute etc). Mais des participants échangent sur leurs expériences sur ces thèmes.

tu veux echanger, welcome... mais avant d'arriver au fond du sujet, il va falloir bosser la forme (on est tous passés par là)
si tu souhaites te socialiser ici va falloir je crois. a toi de voir, ce n'est que mon humble avis.

si tu souhaites enrichir conceptuellement ton analyse des échanges ayant lieu ici
-> E. Jouet, A. Troisoeufs, P. Chappard:  chapitre "Addictions et apprentissages informels en ligne, le cas du site "psychoactif.org" " dans l'ouvrage "Le e-learning informel?" coordonné par O. Las Vergnas (editions des archives contemporaines)

Dernière modification par plotchiplocth (07 juin 2020 à  20:59)

Hors ligne

 

#20 
Teddyappt 
Nouveau Psychofunk
17 juin 2020 à  03:23

plotchiplocth a écrit

Teddyappt a écrit

Les AA [...] ont de tres bon resultat.

yop, salut
pourrais tu stp étayer cette affirmation par des données ou sources, comparatives si possible des différentes méthodologies ou dispositifs d'accompagnement en addictologie/usage de drogues afin de bien voir si c'est bon, très bon, ou?? résultat?
je suis intéressé...

merci par avance et au plaisir de te lire smile

Alors ça va etre un peu compliqué, je m'etait m'etait rapproché des A.A durant mes années  études ou j avais rencontré des gens "soignés" de maniere definitive,  et qui n'hésitait pas à narrer leur experience de maniere exhaustive. Voilà ce qu on peut trouver sur Google :


https://www-slate-fr.cdn.ampproject.org … 20%251%24s


Une efficacité connue: 70% des alcooliques et 49% des multi-dépendants (alcool + autre drogue) déclarent ne plus ressentir de manque une fois les célèbres douze étapes du programme effectuées,

https://www.stop-alcool.ch/fr/traiter-l … s-recentes


Les avancées dans la compréhension des neurosciences de l’addiction ont permis l’identification de deux aires cérébrales qui, parmi d’autres, expliquent le comportement irrationnel et auto-destructeur des alcooliques. [...] Une étude très récente avance que le programme en 12 étapes suivi par les AA contribue à inverser ces effets [1].

Les résultats montrent un impact significatif du groupe d’entraide sur toutes ces dimensions. En contraste avec les pensionnaires d’un centre de désintoxication, les individus impliqués dans un groupe d’entraide présentent un niveau de dépression plus faible, un soutien social fonctionnel plus important et un niveau d’anxiété plus important également, celui-ci étant lié à l’appréhension qu’entraîne le fait d’avoir à se rendre responsable de sa vie et de celle des autres.

https://www.cairn.info/revue-psychotrop … ge-127.htm

Une autre étude récente soutient que le programme en 12 étapes des AA fonctionne parce que ces dernières induisent des émotions positives chez le consommateur d’alcoo

Les AA représentent le plus grand mouvement abstinent du vingtième siècle

De plus, les barrières socioéconomiques qui séparent généralement les citoyens tombent, car la personne dépendante partage les mêmes soucis, souffrances et expériences douloureuses, et ce, indépendamment de son statut.

l’abstinence constitue une condition indispensable au succès de l’individu dans sa démarche de réhabilitation. Ainsi, la sobriété devient un étalon de mesure du succès ou de l’échec de l’individu et ce, selon la devise « un jour à la fois » ou « plan des 24 heures » d’abstinence. D’ailleurs, un système de reconnaissance de la durée de la période d’abstinence est établi au sein du mouvement en vue d’encourager et de récompenser les personnes ayant réussi la plus longue période de sobriété

Il faut savoir que de nombreuses célébrités,  meme glamour, ont suivi le programme des A.A, meme Brad Pitt recemment lol.


Alors attention ce n'est pas un programme miracle, mais c'est une structure qui refuse evidemment les comportements hatifs et les "aneries' winkwink et pronent l'usage de la raison.
Tu





Il s agit d entraide et de soutient pas de cadre therapeutique, je ne sais plus ou l'OMS en est en ce qui concerne le fait de considerer l'alcoolisme comme une maladie ou non.

Je rajoute que comme précisé dans l'article Cairn il s'agit d'une methode importé des USA, pays très branché abstinence et ou l'alcool est donc plus tabou qu'en France, donc c'est une methode très orientée "redemption" totale, c est pas l endroit ou on va te prescrire un traitement medicamenteux.





Cdlt
Teddy

Dernière modification par Teddyappt (17 juin 2020 à  03:56)

Hors ligne

 

Merci beaucoup pour ta réponse et toutes ces sources (il va me falloir un tout petit peu de temps pour les digérer wink )

Teddyappt a écrit

https://www.cairn.info/revue-psychotropes-2011-3-page-127.htm

"Bien que la philosophie AA soit fortement populaire, plus dans le continent nord-américain que dans certaines parties du monde, il ne semble pas y avoir de consensus social quant à son efficacité réelle. Diverses écoles de pensée coexistent dans le champ des dépendances par rapport au traitement dit des 12 étapes. Critiques de la philosophie AA, plusieurs chercheurs et auteurs questionnent les fondements sous-jacents : les concepts de pathologie/maladie appliqués au sujet dépendant, de la permanence du statut (une fois dépendant/toujours dépendant), de la perte de contrôle, de l’abstinence à tout prix comme modalité de participation, de la croyance en Dieu, d’un certain échec du processus de socialisation en privilégiant le tissage des liens, non pas avec une diversité sociale, mais principalement à l’intérieur des AA comme microsociété, etc. (Warner, 2008 ; Peele, 2004 ; Bufe, 1998 ; Ragge, 1998 ; Trimpey, 1996)."

En fait, j'ai des réserves portant sur ces points, ne datant pas d'aujourd'hui smile
j'ai le ressenti aussi que AA est un outil qui peut etre adapté à certains... mais qui est tout d'abord adapté aux dogmes dominants de l'addictologie dont la promotion de l'abstinence (rappelons-le, l'addictologie est une discipline médicale récente, au coeur d'enjeux sanitaires mais aussi de contrôle social). Pour avoir connu des personnes ayant "échoué" aux 12 étapes, l'impact sur l'estime de soi et sur les capacités de cette narration de culpabilité et de repentance m'a semblé très négatif, comme une commorbidité supplémentaire face aux difficultés liées à l'usage.
si l'abstinence est un moyen (parfois sanitairement et ou psychiquement efficace) à la disposition des usagers pour réguler leurs usages (dans une gamme d'outils à élargir...), il n'en reste pas moins le moyen favorisé dans la promotion politique des approches en matière d'addiction (inchangé depuis le rapport de commission d'enquête de 2002-2003?).
Ainsi, l'approche et le fonctionnement des AA me semblent sous-entendre:
- la dépendance est une maladie
- la dépendance est immanente
- la nécessité de se repentir, et l'idée sous-jacente de culpabilité
- l'abstinence comme outil unique ou préferable de régulation
- le rejet et la stigmatisation de l'usage
et je reprouve tous ces points en tant que vérités dogmatiques qui s'appliqueraient en toutes circonstances et à tou.te.s

en tant qu'usager, en tant que militant et en tant que professionnel du champ.

il y a beaucoup d'angles morts dans les réflexions sur les efficacités comparatives des pratiques (thérapeutiques ou pas) en addictologie... comment affirmer que l'abstinence est la solution à favoriser quand il n'y a pas d'expériences documentées d'accompagnement dans / de l'usage et un déficit d'outils (ex: analyse) visant à renforcer les capacités d'autorégulation? comment affirmer des nocivités imputées aux usages ou aux produits quand le contexte prohibitif et de condamnation morale n'est pas questionné quant aux effets déleteres qu'il produit?

loin de moi l'idée de nier les effets positifs ressentis sur certaines personnes de ces groupes thérapeutiques ou des dommages existants liés aux usages de drogues, mais plutôt envie d'en réinterroger les causes sociales associées, et de se rappeler que ce n'est qu'un aspect, une facette, des usages de psychotropes

un exemple: après 50 ans d'études visant à prouver la nécessité de controler les "drogués au cannabis" et la nécessité d'abstinence => etude du GREA 2020 https://www.grea.ch/publications/les-co … o-regulent "Les consommateurs de cannabis s'autorégulent"



je lis tous tes liens plus amplement et reviens par ici smile

Dernière modification par plotchiplocth (17 juin 2020 à  14:25)

Reputation de ce post
 
Texte mis dans les morceaux choisis de Psychoactif. (pierre)
 
Limpide Mr No
 
Magnifique / Blast

Hors ligne

 

#22 
speedy76 
Nouveau membre France
17 juin 2020 à  11:50

Teddyappt a écrit

Les AA sont heterodoxes et sont empreint de religieux mais ont de tres bon resultat.

Selon moi, c'est une vraie question de savoir ce que c'est, des "bons résultats"... smile

Je rejoins donc un peu la remarque de plotchiplocth, à savoir qu'il serait intéressant de connaître la méthode et les critères d'évaluation qui permettent de l'affirmer.

Hors ligne

 

#23 
Teddyappt 
Nouveau Psychofunk
17 juin 2020 à  13:18
@plotchipotch : ton analyse est assez ressemblante avec celle de Cairn.info apres c est vrai que mon post ou je suis allé vite en besogne a ouvert un autre debat loin de moi l intention de faire la promo des AA; c est vrai qu il y a une forme d enthousiasme et de grandeur de la guerison chez les AA qui auculte peut etre certaines dispositions medicales et qui peuvent du coup isoler certains consommateurs.
Je les ai cités car j en entendais bcp parler comme une structure très prisé aux states.

C est une approche differente que sur PA ou tu peux evoquer l l'utilisation d une autre substance pour  ralentir la conso d alcool.
En France c'est le must du débat eclairé et averti demon1


Je pense que c est un peu brusque les AA, ca correspond bien aux USA^^

Dernière modification par Teddyappt (17 juin 2020 à  13:34)

Hors ligne

 

#24 
pierre
Web-Administrateur
17 juin 2020 à  13:37
Juste pour appuyer que la position de plotchiplotch  par rapport au NA est LA position de Psychoactif.  Il le dit avec clareté, et je crois que c'est la première fois que c'est posé comme cela.

Hors ligne

 

Teddyappt a écrit

C est une approche differente que sur PA ou tu peux evoquer l l'utilisation d une autre substance pour  ralentir la conso d alcool.
En France c'est le must du débat eclairé et averti

Merci à toi de venir l'enrichir, invitant ainsi à se positionner clairement wink

Reputation de ce post
 
Thanks

Hors ligne

 

#26 
JulienLoki72 
Nouveau membre
22 juin 2020 à  09:04
Oui, je précise que ce n'était pas une diatribe antipsychiatre mais plus un questionnement sur leur utilité concernant la RdR.
Il n'y a pas eu de réponses à proprement parler, je pense que c'est à tout un chacun de trouver sa "béquille", mais c'est tant mieux si ça a pu clarifier la position de Psychoactif.

Cdlt
JL

Hors ligne

 

#27 
I live in the universe 
Testeur ou voyageur France
24 juin 2020 à  03:26

JulienLoki72 a écrit

Bref moi j ai fait l impasse et j ai fait mon cheminement personnel mais je suis curieux d avoir des retours d d'experience.
Il y a t il encore des psychiatres fiables ???

personnellement j'ai une extrêmement mauvaise expérience avec ces fil(le)s de ****.
pas d'écoute, pas de compréhension, aucune aide apportée


Il faut toujours avoir sa corde de rappel avant de sauter dans la gueule du loup.

Hors ligne

 

#28 
JulienLoki72 
Nouveau membre
26 juin 2020 à  06:17

I live in the universe a écrit

JulienLoki72 a écrit

Bref moi j ai fait l impasse et j ai fait mon cheminement personnel mais je suis curieux d avoir des retours d d'experience.
Il y a t il encore des psychiatres fiables ???

personnellement j'ai une extrêmement mauvaise expérience avec ces fil(le)s de ****.
pas d'écoute, pas de compréhension, aucune aide apportée

lol
J ai eu des discussions plus apaisantes avec des medecins et des gens sans formation medicale mais avec un vécu. C'est difficile de discuter de certains trucs, notamment lies a l usage de substance, avec une personne qui a une position un peu conservatrice, hygieniste.

Hors ligne

 

#29 
guygeorges 
Psycho sénior
27 juin 2020 à  13:16
Je plussoie les autres. Y'en a des biens surement, mais j'ai essayé d'en contacter 2 pour gérer mon addiction au GHB/GBL avec des trucs cohérants de la littérature que j'ai presque poncée entièrement + des 10 aines de retour d'usager sur le net (pregabaline, mémantine, baclophen, valium). En fait je me suis retrouvé à chaque fois devant un gouffre d'ignorance, et une absence d'écoute. Après j'étais peut être pas assez éloquent, mais quand tu est mattraqu" un peu, et que t'as pas vraiment assez de PV pour défendre ton bout de gras... Ah et une prescription de zyprexsa à 10mg/jour. Histoire que je devienne un zombi obèse et insulinorésistant juste parce que j'abuse un peu trop du Gégé depuis 1 mois et demi. J'ai senti de plein fouet la dangerosité de mettre sa confiance dans la blouze blanche si t'es en détresse et que t'as pas un minimum de savoir au niveau pharmacologique. Y'en a vraiment des dangereux quoi. Qu'il le bouffe lui même son zyprexsa et qu'il aille bien niquer sa mère. (désolé pour le coup de gueule mais il m'as outré).

Et ça m'as fait mal au coeur pour les personnes comme moi ou certains qui sont surement bien plus en détresse et qui n'ont pas le choix que de suivre les prescriptions données par des gens qui ne sont pas vraiment impliqué dans la santé de leurs malades, qui se prennent des obligations de soin à tord (parfois ça doit être justifié biensur ça je le conçois), qui prescrivent sans avoir connaissance du problème (quand ton cas sort un peu du lot, comme une addiction à la kétamine ou au GBL), sans avoir gouté aux effets secondaires des substances qu'ils prescrivent, sans faire l'effort de lire la littérature sur le sujet d'une séance à l'autre. Je conçois que ça doit être difficile de rester à la page, à la pointe du progrès, et que la médecine est longue a prendre des nouvelles habitudes. Mais ouais avant j'avais une vision très noble du médecin sensé soigner son malade au mieux de ses connaissances. La réalité est bien moins reluisante. Courage a tous ceux qui sont en réelle détresse.

Dernière modification par guygeorges (27 juin 2020 à  14:01)

Reputation de ce post
 
Bien dit. Qu'ils les essayent leurs AP avant de les prescrire.

Hors ligne

 

#30 
I live in the universe 
Testeur ou voyageur France
28 juin 2020 à  02:05

JulienLoki72 a écrit

lol
J ai eu des discussions plus apaisantes avec des medecins et des gens sans formation medicale mais avec un vécu. C'est difficile de discuter de certains trucs, notamment lies a l usage de substance, avec une personne qui a une position un peu conservatrice, hygieniste.

c'est malheureusement pareil, et du coup je n'ai jamais eu d'aide médicamenteuse de leur part ce qui m'a rangé sur le cannabis


Il faut toujours avoir sa corde de rappel avant de sauter dans la gueule du loup.

Hors ligne

 

Remonter
Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Pages : 1 2

En ce moment sur PsychoACTIF

Appel à témoignages
Numérique et usage(r.e.)s de drogues, l'enquête continue ici !
Il y a 5j - jegthegui
42
Enquete sur les pratiques d'injection de la morphine
Il y a 3j - Mith
Forums
[ Expériences ]
1er trip Salvia Divinorum x10
UP ! Discussion sans réponse depuis 12h
[ Effets ]
Les filles tiennent mieux la md??
UP ! Discussion sans réponse depuis 12h
65
[ Prévention ]
L'hydroxychloroquine ne previent pas le COVID. Une étude randomisée
 3, Il y a moins d'1mn - Mister No dans [Actualités...]
[ Expériences ]
Soirée trop chargée sous taz
Il y a 28mn - Hardzek dans [MDMA/Ecstasy...]
[ Addiction ]
Marre de la coke
Il y a 2h - Jonathan57 dans [Cocaïne-Crack...]
952
[ Market ]
Deepweb: vos markets favoris SEPTEMBRE 2019 à mars 2020
 32, Il y a 3h - Nemesia dans [Anonymat et sécurité...]
Vos doses de lyrica
Il y a 4h - Yoran dans [Pregabaline (lyrica)...]
[ Ingérer ]
TR beuh décarboxylée
Il y a 4h - RawBeefTeK dans [Cannabis...]
Commande DNet
[ Arrêt & Sevrage ]
Sevrage a sec Tramadol / Skenan / Codéine
Blogs
12
Carnet de bord
Mon addiction au opiacés.
Il y a 6h - Commentaire de marvin rouge dans le blog de FrenchDrugsLover
7
Tranche de vie
La société est un énorme caillou de coke
Il y a 7h - Commentaire de Zazou2A dans le blog de Junon
5
Tranche de vie
La metha et moi
Il y a 1j - Commentaire de Cosmococcyque dans le blog de Viaflie
Sondage
Le topic épinglé de la semaine
Neurchi de Psychoactif
Il y a 3j - Johan89 dans Au coin du comptoir....
Les derniers champis
Bien dit. Qu'ils les essayent leurs AP avant de les prescrire.
dans [forum] Les psychiatres, Il y a 6h
la meth asiatique sa envoie du lourd en général ! bkk2012
dans [forum] Que vaut la meth du deep Web , Il y a 1j
les ravages des chrétiens sur les VRAIE tradition d'Europe bullshit anti chrétie
dans [forum] Présentation de mon ebook : Le Pèlerin Lysergique, Il y a 1j
bel aspect Mr No
dans [commentaire de blog] Photothèque de FDL, Il y a 2j
Un témoignage édifiant / Blast
dans [forum] A quel dose le lyrica devient il "récréatif", Il y a 2j
Nouveaux membres
Darky88, Virani nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.

Psychoactif
Psychoactif est une communauté dédiée à l'information, l'entraide, l'échange d'expériences et la construction de savoirs sur les drogues, dans une démarche de réduction des risques.


logo Don Soutenez PsychoACTIF

Droit d'auteur : les textes de Psychoactif de https://www.psychoactif.org sont sous licence CC by NC SA 3.0 sauf mention contraire.


Affichage Bureau - A propos de Psychoactif - Politique de confidentialité - CGU - Contact - Propulsé par FluxBB - Flux RSS