Psychoactif
sevrage cannabis difficile ... / PsychoACTIF

[ Arrêt & Sevrage ]
sevrage cannabis difficile ...

#1 
Arax972 
Nouveau membre
14 septembre 2021 à  05:25
Bonjour a tous, en sevrage 8 semaines avec une rechute il y a de ça 4 semaines, j’aimerais partager avec vous mon témoignage et mon sevrage qui est beaucoup plus difficile que prévu.

J’ai commencé a fumer vers l’âge de 15 ans, j’en ai aujourd’hui 23.
J’ai commencé a fumer dans un cadre festif, puis avant chaque cours au lycée, chaque pause, tout les matins et tout les soirs. Je pouvais en fumer 7 par jours voir 10 le week end, me réveiller le matin pour fumer et me rendormir ensuite..

Je pouvais passer un week-end enfermé chez moi à enchainé joints sur joints avec des idée de projets sans le pouvoir de les accomplir.
je pense que plusieurs sont dans mon cas où je suis complètement tombé dedans et le cannabis était devenu mon principal centre d’intérêt.

Depuis que j’ai commencé il y a 8 ans il n’y a eu presque aucun jours sans fumer cependant cela ne pas empêcher il y a 3 ans d’obtenir mon bac pro que je faisais en alternance.

Plus le temps passait, plus j’avais la flemme, envie de rien faire, perte de confiance en soi, rester chez moi(habitant seul) a fumer seul…. Je refusais les invitations de mes potes.. J’ai pensé plusieurs fois à arrêté de fumer mais rien que l’idée, à l’époque, me semblait totalement impossible. Je me rendais pas compte mais cela me rendait agressif, je me renfermais sur moi même et j’en arrivais presque à détester les gens. J’étais devenu une autre personne, spectateur de ma vie ..

Concernant le sevrage, j’ai arrêté DU JOUR AU LENDEMAIN indépendamment de ma volonté car j’ai rejoins mes parents pour des vacances a l’autre bout du monde, je vais pas vous mentir que j’ai vécu un enfer surtout le premier mois, fatigue, sueur froide, mâchoire en béton, douleur musculaire dans les bras et les mains terrible, irritabilité, tremblements ,  nausée, vomissement, sommeil  catastrophique, angoisse pour un rien cauchemars (enfin rêve à telle point que quand je me réveillais j’avais l’impression que cela c’était produit), état dépressif par moments, ce sentiment de vide, enfin d’après mon médecin addictologue que je vois depuis 1 mois, j’ai eu la total des symptômes…( d’ailleurs j’ai pu lire sur plusieurs forum, ceux qui pensent qu’il n’y a pas de dépendance physique se trompent totalement!!!!! Le psychologique est très dur mais le physique également)

J’ai fais au moins 5 crises d’angoisse ou de manque, d’après lui ça serait un  mélange des deux en l’espace de 1 mois, des crises terrible comme si j’allais partir, mon coeur qui bat très fort, faiblesse musculaire, vomissements, vertige…)

J’ai fais une crise de craving il y a 4 semaines de ça et quand j’ai refumé tout les symptômes me sont retombés dessus comme si je repartais de 0! mon corps et mon esprit ma clairement envoyé un signe : il était temps que j’arrête


Les pires symptômes se sont au fur et à mesure dissipés, je reprends goût au petites choses de la vie, je suis beaucoup plus calme, plus patient, je découvre une nouvelle personne ..enfin la personne que j’étais avant finalement.
Cependant j’ai toujours par moment mes douleurs au bras et au main, des angoisses irrationnelle pour un rien jusqu'à en avoir des nausées, j’angoisse de rester comme ça éternellement malgré mon énorme volonté ,çar auparavant même si je fumais je n’ai jamais eu de telle douleur et de telles angoisses… je suis sous anxiolytique depuis 1 mois (1/2 la journée quand j’en ressent le besoin mais j’évite d’en prendre ,et 1/2 le soir au coucher…)

Désolé pour le pavé, cependant ça fait un bien fou de se confier et j’aimerais savoir si d’autres personnes sont dans le même cas /même démarche que moi ou avoir des témoignages de personnes qui sont sortis de cette merde!!

Bon courage à tous
Reputation de ce post
 
"merde"..Darmanin sort de ce corps... Sargonte.

Hors ligne

 

Bonjour Arax!

Je connais bien tous ces sentiments pour être passé par là après plus de 20 ans de conso quotidienne.  Le sevrage au cannabis peut être assez violent selon la personne, son contexte de vie et son rapport au produit,  et il est bien souvent sous-estimé.

Juste une petite question: es-tu consommateur de tabac?

Chaque jour est un petit combat. Le temps qui passe te permets peu à peu de mettre le produit à distance.

Force et bon courage!

SB

"Si tu diffères de moi mon frère, loin de me léser, tu m'enrichis"

Hors ligne

 

#3 
Sargonte 
Nouveau membre France
14 septembre 2021 à  14:00

Arax972 a écrit

Depuis que j’ai commencé il y a 8 ans il n’y a eu presque aucun jours sans fumer cependant cela ne pas empêcher il y a 3 ans d’obtenir mon bac pro que je faisais en alternance.

Plus le temps passait, plus j’avais la flemme, envie de rien faire, perte de confiance en soi, rester chez moi(habitant seul) a fumer seul…. Je refusais les invitations de mes potes.. J’ai pensé plusieurs fois à arrêté de fumer mais rien que l’idée, à l’époque, me semblait totalement impossible. Je me rendais pas compte mais cela me rendait agressif, je me renfermais sur moi même et j’en arrivais presque à détester les gens. J’étais devenu une autre personne, spectateur de ma vie ..

Concernant le sevrage, j’ai arrêté DU JOUR AU LENDEMAIN indépendamment de ma volonté car j’ai rejoins mes parents pour des vacances a l’autre bout du monde, je vais pas vous mentir que j’ai vécu un enfer surtout le premier mois, fatigue, sueur froide, mâchoire en béton, douleur musculaire dans les bras et les mains terrible, irritabilité, tremblements ,  nausée, vomissement, sommeil  catastrophique, angoisse pour un rien cauchemars (enfin rêve à telle point que quand je me réveillais j’avais l’impression que cela c’était produit), état dépressif par moments, ce sentiment de vide, enfin d’après mon médecin addictologue que je vois depuis 1 mois, j’ai eu la total des symptômes…( d’ailleurs j’ai pu lire sur plusieurs forum, ceux qui pensent qu’il n’y a pas de dépendance physique se trompent totalement!!!!! Le psychologique est très dur mais le physique également)

Salut à toi et bon courage dans ta démarche,

Les symptômes que tu décris me semblent excessivement intenses et me surprennent.
Je ne remets pas en cause ton témoignage, chacun est différent et tu réagis peut-être bien différemment de moi ou des gens que j'ai pu fréquenter ou lire. Néanmoins, je trouve qu'une telle description de symptômes de manque peut contribuer à la diabolisation du cannabis et à la stigmatisation des consommateurs si elle n'est pas tempérée, et ça me gêne.

Je souhaite donc apporter mon propre son de cloche, et faire part de ma propre expérience, afin que l'éventuel lecteur de ton thread y voit aussi un retour bien différent du tien.


J'ai à peu de choses près ton âge, et je consomme depuis aussi longtemps que toi, quotidiennement. Tout ce que tu décris comme contexte de consommation ( fumette avant les cours au lycée, fumette le matin avant de retourner au lit,...) je connais.
J'ai aussi, pendant une assez longue période, été un grand amateur de bang. Je coulais des douilles toute la journée. Etant donné que chacun met une quantité différente dans son joint, dans sa douille... Je ne peux pas l'affirmer, mais je crois avoir consommé en plus grosse quantité que toi.

Une autre chose qui diffère de ta situation, c'est que j'ai "fait" durant ces années de consommation une unique "pause" de quelques mois. En réalité j'ai fumé durant cette période mais beaucoup moins régulièrement. J'ai ensuite repris de plus belle, et je ne pense pas que cette interruption est eu une grosse influence sur mon accoutumance, perdue telle qu'elle est entre des années de conso.

Si tu consultes mes posts sur le forum, tu verras que cet été j'ai fait deux VRAIES pauses d'une quinzaine de jours chacune. Je vais donc raconter comment je les ai vécues :

- La première, je rendais visite à un proche et pour de nombreuses raisons je savais que ce n'était vraiment pas une bonne idée d'en emmener, et que ce serait compliqué de trouver là-bas. J'avais comme toi des anxiolytiques sous la main. Ca n'a pas été facile, j'étais dans un état psychologique compliqué. J'ai fait de grosses insomnies les premiers jours, et je n'avais pas très faim, mais à part ça j'ai su rire et m'amuser, faire des randonnées et pas mal de choses. Les difficultés étaient plus psychologiques : mon humeur était très instable, je pouvais passer d'un enthousiasme et d'une énergie importante à un agacement inexplicable qui me poussait à criser pour rien, ou à une sensation d'apathie et d'anhédonie. Des émotions négatives, des culpabilités et des traumatismes sont remontés à la surface et je n'arrivais pas vraiment à en détourner mon esprit.

- La deuxième, je partais en vacances, et j'ai ressenti un stress disproportionné à l'idée de traverser la France en voiture avec du matos. Au grand mot les grands remèdes : agacé par ce stress irrationnel que je ne ressentais pas auparavant, je décide de ne rien prendre avec moi. J'avais quand même cette fois-ci une fiole de CBD.
Grosso modo la même chose que pour la première pause, sauf que cette fois-ci, je n'ai pas eu de soucis pour dormir. Néanmoins, la sensation de n'avoir aucun contrôle sur mes émotions fût plus forte, et j'ai été bien bien déprimé ( faut savoir qu'après je le suis de base...).

Bien sûr, les deux fois, l'envie de consommer était présente, ainsi qu'un certain inconfort mental, dur à pointer du doigt, et que je décrirais comme une petite bête qui trotte dans le cerveau et qui agace, une "démangeaison mentale". Mais je n'ai vécu aucun symptôme vraiment physique, dans le sens d'un inconfort physique tel que des douleurs ou des nausées. De toute façon, même si je pense pas que la distinction entre "manque physique" et "manque psychologique" soit à mettre à la poubelle, il faut rappeler que la dépendance psychologique est aussi physique dans un sens : même dans le cas d'une addiction sans substance pour affecter le cerveau comme avec les jeux d'argent par exemple, le plaisir ressenti consiste physiquement en la stimulation du circuit de la récompense, lequel en vient à être déréglé, et à sa suite d'autres "organes" du cerveau. On a bien à l'arrêt un déficit de certaines hormones, et la nécessité pour le cerveau de réadapter ses productions naturelles afin de retrouver un certain équilibre.


Pour résumer, malgré une consommation qui commence à s'étaler dans le temps, le manque que je ressens est, pour ma part, loin d'être insurmontable quoique difficile au niveau émotionnel.

Ah, et une dernière chose : tu sembles dire que tu as obtenu ton bac malgré ta consommation. J'ai eu le mien avec mention et je réussis ( pour le moment) bien mes études. wink

Bon courage !


Edit : J'ai lu un peu trop vite et ai loupé le dernier mot de ton pavé. A mon humble avis ça mériterait un champi jaune. C'est pas de "la merde", c'est juste une plante, elle a pas demandé à ce que de drôles de bipèdes viennent l'arracher et la rouler en cigarette. Elle a des effets, certains potentiellement intéressants ou utiles pour X ou Y raison, d'autres non. "La merde", c'est ce que font (potentiellement) les gens avec !

Dernière modification par Sargonte (14 septembre 2021 à  18:20)

Hors ligne

 

Salut à tous !

Désolé mais je n'ai pas tout lu, trop de pavés pas assez d'espace ce n'est pas agréable !

Encore un riche forum j'ai l'impression, j imagine que pour ton sevrage ici on te posera les questions inutiles habituelles et les réponses toutes faites du style : tu consommes du tabac ?  ( non non je me roule des pures à longueur d'années,) ou le as tu essayé la valériane ? Peut être auras tu même droit à un : "c'est dans la tête moi je n'ai eu aucune difficulté"

Bref encore des échanges de qualité haha ! Je te suggère de jeter un œil au topic que javai posté il y a un mois : aide et astuces pour faire des pauses tu trouveras peut être quelques pistes et sa t'éviteras le lot de banalité !

Bon courage
Reputation de ce post
 
parle mieux stp
 
Toi aussi t'es complètement à l'ouest ! Ce topic est mal barré,malheuresement..

Hors ligne

 

#5 
Morning Glory 
Animatrice géniale et humble ~
14 septembre 2021 à  20:31

Drilococo a écrit

Encore un riche forum j'ai l'impression, j imagine que pour ton sevrage ici on te posera les questions inutiles habituelles et les réponses toutes faites du style : tu consommes du tabac ?  ( non non je me roule des pures à longueur d'années,) ou le as tu essayé la valériane ? Peut être auras tu même droit à un : "c'est dans la tête moi je n'ai eu aucune difficulté"

Bref encore des échanges de qualité haha !

Merci c'est sympa pour les gens qui essayent d'apporter leur témoignage ou du soutient. Cite-moi où tu as vu une seule des suppositions que tu as faites.
Il est de toute façon très difficile de conseiller quelqu'un pour un sevrage, même les addictologues semblent un peu démunis c'est dire...

Désolé mais je n'ai pas tout lu, trop de pavés pas assez d'espace ce n'est pas agréable !

C'est un peu gonflé. D'où il n'y a pas assez d'espaces (tu veux dire sauts à la ligne je présume) dans les précédents messages? On est pas sur FB ici...

Si tu n'es pas content de ce forum rien ne t'oblige à y rester thinking


"No one can make you feel inferior without your consent"

RemAIDES #115 (version papier en CAARUD)

En ligne

 

 des témoignages de personnes qui sont sortis de cette merde!!

Cela n'existe peut être pas tel que tu le décris.
Je pense que très probablement, ceux qui s'en sortent, se rendent compte que le cannabis n'est qu'une partie de ce qu'il faut reconstruire surtout quand le cannabis n'a plus simplement un effet récréatif et qu'il sert à réguler humeur, appétit et sommeil en masquant peut être une angoisse, une forme de dépression qui a conduit à avoir besoin de consommer chaque jour, au moins le soir.
Mon seul regret avec le cannabis, c'est de l'avoir arrêté perso.
Dans mon entourage, ces dernières 30 années, autour de moi, les gens qui ont arrêté le cannabis l'ont fait sans trop de difficultés pasqu'ils n'appréciaient plus vraiment les effets, mais je sais que ça peut être difficile d'arrêter.
Perso, dans mes souvenirs, mon dernier sevrage, au bout de 4 semaines, même plus envie et pourtant plein de matos et de fumeurs autour de moi.
Heureusement, cela n'a pas duré, mais j'ai arrêté presque deux ans il y a longtemps.
Deux ans de perdus, j'ai des douleurs que le cannabis soulage mieux que morphine benzo avec plein d'autres avantages.
Et perso, un sevrage avec un arrêt progressif me permet de pas morfler et de me sevrer sans presque aucun symptôme.

Dernière modification par Mister No (14 septembre 2021 à  21:41)


Just say no prohibition !

Hors ligne

 

#7 
Arax972 
Nouveau membre
15 septembre 2021 à  07:50

Super Bulot a écrit

Bonjour Arax!

Je connais bien tous ces sentiments pour être passé par là après plus de 20 ans de conso quotidienne.  Le sevrage au cannabis peut être assez violent selon la personne, son contexte de vie et son rapport au produit,  et il est bien souvent sous-estimé.

Juste une petite question: es-tu consommateur de tabac?

Chaque jour est un petit combat. Le temps qui passe te permets peu à peu de mettre le produit à distance.

Force et bon courage!

SB

Merci beaucoup pour cette réponse et ton témoignage je me sens rassuré je consomme du tabac oui depuis le même nombre d’année.

Hors ligne

 

#8 
Arax972 
Nouveau membre
15 septembre 2021 à  08:27

Sargonte a écrit

Arax972 a écrit

Depuis que j’ai commencé il y a 8 ans il n’y a eu presque aucun jours sans fumer cependant cela ne pas empêcher il y a 3 ans d’obtenir mon bac pro que je faisais en alternance.

Plus le temps passait, plus j’avais la flemme, envie de rien faire, perte de confiance en soi, rester chez moi(habitant seul) a fumer seul…. Je refusais les invitations de mes potes.. J’ai pensé plusieurs fois à arrêté de fumer mais rien que l’idée, à l’époque, me semblait totalement impossible. Je me rendais pas compte mais cela me rendait agressif, je me renfermais sur moi même et j’en arrivais presque à détester les gens. J’étais devenu une autre personne, spectateur de ma vie ..

Concernant le sevrage, j’ai arrêté DU JOUR AU LENDEMAIN indépendamment de ma volonté car j’ai rejoins mes parents pour des vacances a l’autre bout du monde, je vais pas vous mentir que j’ai vécu un enfer surtout le premier mois, fatigue, sueur froide, mâchoire en béton, douleur musculaire dans les bras et les mains terrible, irritabilité, tremblements ,  nausée, vomissement, sommeil  catastrophique, angoisse pour un rien cauchemars (enfin rêve à telle point que quand je me réveillais j’avais l’impression que cela c’était produit), état dépressif par moments, ce sentiment de vide, enfin d’après mon médecin addictologue que je vois depuis 1 mois, j’ai eu la total des symptômes…( d’ailleurs j’ai pu lire sur plusieurs forum, ceux qui pensent qu’il n’y a pas de dépendance physique se trompent totalement!!!!! Le psychologique est très dur mais le physique également)

Salut à toi et bon courage dans ta démarche,

Les symptômes que tu décris me semblent excessivement intenses et me surprennent.
Je ne remets pas en cause ton témoignage, chacun est différent et tu réagis peut-être bien différemment de moi ou des gens que j'ai pu fréquenter ou lire. Néanmoins, je trouve qu'une telle description de symptômes de manque peut contribuer à la diabolisation du cannabis et à la stigmatisation des consommateurs si elle n'est pas tempérée, et ça me gêne.

Je souhaite donc apporter mon propre son de cloche, et faire part de ma propre expérience, afin que l'éventuel lecteur de ton thread y voit aussi un retour bien différent du tien.


J'ai à peu de choses près ton âge, et je consomme depuis aussi longtemps que toi, quotidiennement. Tout ce que tu décris comme contexte de consommation ( fumette avant les cours au lycée, fumette le matin avant de retourner au lit,...) je connais.
J'ai aussi, pendant une assez longue période, été un grand amateur de bang. Je coulais des douilles toute la journée. Etant donné que chacun met une quantité différente dans son joint, dans sa douille... Je ne peux pas l'affirmer, mais je crois avoir consommé en plus grosse quantité que toi.

Une autre chose qui diffère de ta situation, c'est que j'ai "fait" durant ces années de consommation une unique "pause" de quelques mois. En réalité j'ai fumé durant cette période mais beaucoup moins régulièrement. J'ai ensuite repris de plus belle, et je ne pense pas que cette interruption est eu une grosse influence sur mon accoutumance, perdue telle qu'elle est entre des années de conso.

Si tu consultes mes posts sur le forum, tu verras que cet été j'ai fait deux VRAIES pauses d'une quinzaine de jours chacune. Je vais donc raconter comment je les ai vécues :

- La première, je rendais visite à un proche et pour de nombreuses raisons je savais que ce n'était vraiment pas une bonne idée d'en emmener, et que ce serait compliqué de trouver là-bas. J'avais comme toi des anxiolytiques sous la main. Ca n'a pas été facile, j'étais dans un état psychologique compliqué. J'ai fait de grosses insomnies les premiers jours, et je n'avais pas très faim, mais à part ça j'ai su rire et m'amuser, faire des randonnées et pas mal de choses. Les difficultés étaient plus psychologiques : mon humeur était très instable, je pouvais passer d'un enthousiasme et d'une énergie importante à un agacement inexplicable qui me poussait à criser pour rien, ou à une sensation d'apathie et d'anhédonie. Des émotions négatives, des culpabilités et des traumatismes sont remontés à la surface et je n'arrivais pas vraiment à en détourner mon esprit.

- La deuxième, je partais en vacances, et j'ai ressenti un stress disproportionné à l'idée de traverser la France en voiture avec du matos. Au grand mot les grands remèdes : agacé par ce stress irrationnel que je ne ressentais pas auparavant, je décide de ne rien prendre avec moi. J'avais quand même cette fois-ci une fiole de CBD.
Grosso modo la même chose que pour la première pause, sauf que cette fois-ci, je n'ai pas eu de soucis pour dormir. Néanmoins, la sensation de n'avoir aucun contrôle sur mes émotions fût plus forte, et j'ai été bien bien déprimé ( faut savoir qu'après je le suis de base...).

Bien sûr, les deux fois, l'envie de consommer était présente, ainsi qu'un certain inconfort mental, dur à pointer du doigt, et que je décrirais comme une petite bête qui trotte dans le cerveau et qui agace, une "démangeaison mentale". Mais je n'ai vécu aucun symptôme vraiment physique, dans le sens d'un inconfort physique tel que des douleurs ou des nausées. De toute façon, même si je pense pas que la distinction entre "manque physique" et "manque psychologique" soit à mettre à la poubelle, il faut rappeler que la dépendance psychologique est aussi physique dans un sens : même dans le cas d'une addiction sans substance pour affecter le cerveau comme avec les jeux d'argent par exemple, le plaisir ressenti consiste physiquement en la stimulation du circuit de la récompense, lequel en vient à être déréglé, et à sa suite d'autres "organes" du cerveau. On a bien à l'arrêt un déficit de certaines hormones, et la nécessité pour le cerveau de réadapter ses productions naturelles afin de retrouver un certain équilibre.


Pour résumer, malgré une consommation qui commence à s'étaler dans le temps, le manque que je ressens est, pour ma part, loin d'être insurmontable quoique difficile au niveau émotionnel.

Ah, et une dernière chose : tu sembles dire que tu as obtenu ton bac malgré ta consommation. J'ai eu le mien avec mention et je réussis ( pour le moment) bien mes études. wink

Bon courage !


Edit : J'ai lu un peu trop vite et ai loupé le dernier mot de ton pavé. A mon humble avis ça mériterait un champi jaune. C'est pas de "la merde", c'est juste une plante, elle a pas demandé à ce que de drôles de bipèdes viennent l'arracher et la rouler en cigarette. Elle a des effets, certains potentiellement intéressants ou utiles pour X ou Y raison, d'autres non. "La merde", c'est ce que font (potentiellement) les gens avec !

J’ai poster sur ce forum, je m’attendais à des commentaires désobligeants mais de ce genre, c’est ridicule! Surtout que cela me dit pas où tu en es aujourd’hui avec ton consommation..
Merci tout de même pour ton témoignage, je m’en serai bien passé quoi que cela me donne encore plus la force de continuer dans ma lancé !

Déjà comparé l’addiction aux jeux au cannabis on voit bien quel genre de mec tu dois être et ça me rassure finalement sur mon état ! wink

En réalité concernant ma consommation habitant 4 ans à l’île de la Réunion je peux te dire que les bangs je connais particulièrement ainsi j’ai fumer des purs sans même connaître le shit à cette époque lol !
Bref ,être à la course de celui qui en consomme
le plus ça montre encore une fois à qui j’ai affaire sur ce genre de forum.

Au passage, ce n’est pas juste une plante mais bel et bien de la drogue dans laquelle beaucoup tombe dépendant.

Sur ce, à bon entendeur!

Reputation de ce post
 
Message qui transpire le mépris. Sargonte
 
T'es vraiment à l'ouest mon pote, t'as rien capté au forum visiblement, donc....
 
Vaut mieux ne rien dire que d'être irrespectueux inutilement, imo >JFD

Hors ligne

 

Arax972 a écrit

Sargonte a écrit

Salut à toi et bon courage dans ta démarche,

Les symptômes que tu décris me semblent excessivement intenses et me surprennent.
Je ne remets pas en cause ton témoignage, chacun est différent et tu réagis peut-être bien différemment de moi ou des gens que j'ai pu fréquenter ou lire. Néanmoins, je trouve qu'une telle description de symptômes de manque peut contribuer à la diabolisation du cannabis et à la stigmatisation des consommateurs si elle n'est pas tempérée, et ça me gêne.

Je souhaite donc apporter mon propre son de cloche, et faire part de ma propre expérience, afin que l'éventuel lecteur de ton thread y voit aussi un retour bien différent du tien.


J'ai à peu de choses près ton âge, et je consomme depuis aussi longtemps que toi, quotidiennement. Tout ce que tu décris comme contexte de consommation ( fumette avant les cours au lycée, fumette le matin avant de retourner au lit,...) je connais.
J'ai aussi, pendant une assez longue période, été un grand amateur de bang. Je coulais des douilles toute la journée. Etant donné que chacun met une quantité différente dans son joint, dans sa douille... Je ne peux pas l'affirmer, mais je crois avoir consommé en plus grosse quantité que toi.

Une autre chose qui diffère de ta situation, c'est que j'ai "fait" durant ces années de consommation une unique "pause" de quelques mois. En réalité j'ai fumé durant cette période mais beaucoup moins régulièrement. J'ai ensuite repris de plus belle, et je ne pense pas que cette interruption est eu une grosse influence sur mon accoutumance, perdue telle qu'elle est entre des années de conso.

Si tu consultes mes posts sur le forum, tu verras que cet été j'ai fait deux VRAIES pauses d'une quinzaine de jours chacune. Je vais donc raconter comment je les ai vécues :

- La première, je rendais visite à un proche et pour de nombreuses raisons je savais que ce n'était vraiment pas une bonne idée d'en emmener, et que ce serait compliqué de trouver là-bas. J'avais comme toi des anxiolytiques sous la main. Ca n'a pas été facile, j'étais dans un état psychologique compliqué. J'ai fait de grosses insomnies les premiers jours, et je n'avais pas très faim, mais à part ça j'ai su rire et m'amuser, faire des randonnées et pas mal de choses. Les difficultés étaient plus psychologiques : mon humeur était très instable, je pouvais passer d'un enthousiasme et d'une énergie importante à un agacement inexplicable qui me poussait à criser pour rien, ou à une sensation d'apathie et d'anhédonie. Des émotions négatives, des culpabilités et des traumatismes sont remontés à la surface et je n'arrivais pas vraiment à en détourner mon esprit.

- La deuxième, je partais en vacances, et j'ai ressenti un stress disproportionné à l'idée de traverser la France en voiture avec du matos. Au grand mot les grands remèdes : agacé par ce stress irrationnel que je ne ressentais pas auparavant, je décide de ne rien prendre avec moi. J'avais quand même cette fois-ci une fiole de CBD.
Grosso modo la même chose que pour la première pause, sauf que cette fois-ci, je n'ai pas eu de soucis pour dormir. Néanmoins, la sensation de n'avoir aucun contrôle sur mes émotions fût plus forte, et j'ai été bien bien déprimé ( faut savoir qu'après je le suis de base...).

Bien sûr, les deux fois, l'envie de consommer était présente, ainsi qu'un certain inconfort mental, dur à pointer du doigt, et que je décrirais comme une petite bête qui trotte dans le cerveau et qui agace, une "démangeaison mentale". Mais je n'ai vécu aucun symptôme vraiment physique, dans le sens d'un inconfort physique tel que des douleurs ou des nausées. De toute façon, même si je pense pas que la distinction entre "manque physique" et "manque psychologique" soit à mettre à la poubelle, il faut rappeler que la dépendance psychologique est aussi physique dans un sens : même dans le cas d'une addiction sans substance pour affecter le cerveau comme avec les jeux d'argent par exemple, le plaisir ressenti consiste physiquement en la stimulation du circuit de la récompense, lequel en vient à être déréglé, et à sa suite d'autres "organes" du cerveau. On a bien à l'arrêt un déficit de certaines hormones, et la nécessité pour le cerveau de réadapter ses productions naturelles afin de retrouver un certain équilibre.


Pour résumer, malgré une consommation qui commence à s'étaler dans le temps, le manque que je ressens est, pour ma part, loin d'être insurmontable quoique difficile au niveau émotionnel.

Ah, et une dernière chose : tu sembles dire que tu as obtenu ton bac malgré ta consommation. J'ai eu le mien avec mention et je réussis ( pour le moment) bien mes études. wink

Bon courage !


Edit : J'ai lu un peu trop vite et ai loupé le dernier mot de ton pavé. A mon humble avis ça mériterait un champi jaune. C'est pas de "la merde", c'est juste une plante, elle a pas demandé à ce que de drôles de bipèdes viennent l'arracher et la rouler en cigarette. Elle a des effets, certains potentiellement intéressants ou utiles pour X ou Y raison, d'autres non. "La merde", c'est ce que font (potentiellement) les gens avec !

J’ai poster sur ce forum, je m’attendais à des commentaires désobligeants mais de ce genre, c’est ridicule! Surtout que cela me dit pas où tu en es aujourd’hui avec ton consommation..
Merci tout de même pour ton témoignage, je m’en serai bien passé quoi que cela me donne encore plus la force de continuer dans ma lancé !

Déjà comparé l’addiction aux jeux au cannabis on voit bien quel genre de mec tu dois être et ça me rassure finalement sur mon état ! wink

En réalité concernant ma consommation habitant 4 ans à l’île de la Réunion je peux te dire que les bangs je connais particulièrement ainsi j’ai fumer des purs sans même connaître le shit à cette époque lol !
Bref ,être à la course de celui qui en consomme
le plus ça montre encore une fois à qui j’ai affaire sur ce genre de forum.

Au passage, ce n’est pas juste une plante mais bel et bien de la drogue dans laquelle beaucoup tombe dépendant.

Sur ce, à bon entendeur!

Salut, j'ai déjà constaté que beaucoup de personnes considèrent le cannabis comme 3 fois rien.
Alors certes, étant consommateur quotidien (1 joint par jour, le soir, parfois plus), j'ai strictement aucun problème à m'en passer (allez, la première nuit à la limite je galère un peu à m'endormir).
Mais j'ai des gens autour de moi pour qui c'est pas le cas du tout (surtout quand tu es habitué à consommer de manière chronique dans la journée), et qui ressentent  bien des symptômes de sevrage.
L'addiction au cannabis c'est quelquechose de réel, mais avec des termes tels que "drogue douces", ça m'étonnes pas que certaines personnes n'y comprennent rien.

C'est très dépendant des gens enfaite, comme avec la plupart des drogues.

Je pourrais aussi dans ce cas que la cocaine c'est rien, la preuve j'en prends quelque fois dans l'année, et je n'ai pas de craving et je gère très bien ma conso.
Pourtant on sait tous qu'un nombre non négligeable de consommateurs y sont dépendants.

Dernière modification par splinK (15 septembre 2021 à  10:33)

Hors ligne

 

#10 
Sargonte 
Nouveau membre France
15 septembre 2021 à  19:29

Arax972 a écrit

J’ai poster sur ce forum, je m’attendais à des commentaires désobligeants mais de ce genre, c’est ridicule! Surtout que cela me dit pas où tu en es aujourd’hui avec ton consommation..
Merci tout de même pour ton témoignage, je m’en serai bien passé quoi que cela me donne encore plus la force de continuer dans ma lancé !

Déjà comparé l’addiction aux jeux au cannabis on voit bien quel genre de mec tu dois être et ça me rassure finalement sur mon état ! wink

En réalité concernant ma consommation habitant 4 ans à l’île de la Réunion je peux te dire que les bangs je connais particulièrement ainsi j’ai fumer des purs sans même connaître le shit à cette époque lol !
Bref ,être à la course de celui qui en consomme
le plus ça montre encore une fois à qui j’ai affaire sur ce genre de forum.

Au passage, ce n’est pas juste une plante mais bel et bien de la drogue dans laquelle beaucoup tombe dépendant.

Sur ce, à bon entendeur!

1) Je n'ai eu aucun commentaire désobligeant à ton égard, je t'invite à chercher ce mot dans un dictionnaire.

2) "Quel genre de mec je dois être" ? Ah ouai carrément.

3)Je n'ai pas comparé jeux d'argent et cannabis, je me suis servi des jeux d'argent pour illustrer mon propos sur la distinction entre dépendance physique et psychologique. J'ai été clair.

4) "Encore à qui tu as affaire sur ce forum" ? Eh bien merci pour les autres qui n'ont rien demandé ! Personne t'oblige à rester ni ne t'a obligé à ouvrir ton thread.

"Bref", ce que je peux dire sur la personne à qui j'ai affaire, c'est à dire toi, c'est que tu es le genre de mec qui consomme pendant des années et qui ensuite se pense meilleur que celui qui consomme toujours, hein ? Bien content si le pauvre drogué au cannabis que je suis a pu te "rassurer sur ton état".

L'hôpital qui se fout de la charité. "A bon entendeur". drogue-peace

Dernière modification par Sargonte (15 septembre 2021 à  19:32)

Reputation de ce post
 
Bien répondu. Il va pas faire long feu ici comme c'est parti t'inquiète. MG ~

Hors ligne

 

Bonsoir tlm,

Je me permets d'ajouter ma contribution même si elle n'apporte pas grand chose. J'ai posté 2/3 fois ici mais je n'ai pas osé mettre mon topic spécifique mais je vous lis régulièrement avec bcp d'intérêt smile

Juste pour dire qu'il ne faut juger personne! C'est normal, après avoir eu le nez dans le guidon de l'addiction tous les jours de se dire cette dire "cette merde". Perso, ayant arrêté depuis 4 mois après 20 ans de conso, je sais que je fumais en toutes circonstances (avant le boulot, avant de voir la famille etc... j'ai honte aujourd'hui). Mais je ne me dis pas "cette merde" car on sait tous que la beu/cannabis sont des plantes naturelles. En revanche, je reconnais l'impact négatif que ça a eu sur ma vie (renfermement sur soi, antagonisme avec les autres, perte de confiance en soi, parano à gogo etc). C'est une phase naturelle après l'arrêt que de dénigrer le produit.

Je suis admirative des gens qui continuent à fumer sans tomber là dedans et qui assument totalement, je suppose qu'on n'est pas tous logés à la même enseigne. Chacun voit cela avec lui-même, en son for intérieur.

Je rebondis sur quelques messages postés sur ce forum récemment :
- oui, c'est après le sport que ça manque le plus (oinj + douche + oinj) c'est génial smiley-gen013
- oui, on se sent vide, plus d'émotions, ni joie, ni peine. Mais je pense que c'est pour le mieux non ? Perso, depuis que j'ai arrêté, les évènements glissent sur moi et je ne tergiverse plus, la prise de décision est plus simple. Je me sens plus forte et moins vulnérable face aux évènements.
- oui, c'est hyper dur. Des gens disent qu'ils ont arrêté sans pbs, tant mieux pour eux, mais ça n'a pas été mon cas. Cauchemars affreux, suées et vide émotionnel. Qqqun l'a très bien décrit ici : un inconfort mental, comme une démangeaison dans le cerveau... (et prise de poids également)

Après 4 mois, je sais aujourd'hui que je ne refumerai plus, en tout cas je ne ferais pas de démarches pour ça. Mais, mon problème c'est que je me remets à boire, je vois bien que vers 18/19H, il y a l'appel de la défonce, de l'échappatoire, ça c'est difficile à gérer... l'alcool est en vente libre ok mais le trip n'est pas très intéressant en réalité. D'où l'attrait des drogues!

Voilà, désolée pour mon message un peu long girl_witch

Poussin

Dernière modification par PoussinElectrique (18 septembre 2021 à  09:49)

Hors ligne

 

Remonter
Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

En ce moment sur PsychoACTIF

Appel à témoignages
10
Enquête sur la cannabis comme aide au sevrage/baisse/controle des...
Il y a 1j - babaji
38
Avec Safe testez le nouveau spray nasal (MAD)
Il y a 8j - Caïn
33
Quel serait le kit d'injection adapté à vos pratiques ?
Il y a 3j - La Tite Zaza
Forums
[ Market ]
Problème C******n Authentification à deux facteurs
UP ! Discussion sans réponse depuis 12h
10
[ Première fois ]
Le deep web.
Il y a moins d'1mn - Marco 68 dans [Cocaïne-Crack...]
[ Actualité ]
La came du future ou le shoot... à la salive :)
Il y a moins d'1mn - trolalol dans [Opiacés et opioïdes...]
Test salivaire
Il y a 5mn - Marco 68 dans [Cocaïne-Crack...]
13
[ Market ]
Premier pas sur le dw
[ Effets secondaires ]
Les opioïdes sont (au moins un peu) neurotoxiques.
[ TOR ]
Acheter du bitcoin de facon securisée et payer avec sur le deep web
Il y a 16mn - juba013 dans [Anonymat et sécurité...]
[TR] 2CB FLY, probable syndrome sérotoninergique
[ Drogue info ]
Differente sorte de coke
Il y a 22mn - juba013 dans [Cocaïne-Crack...]
Blogs
7
Actualités
Fanzine N°4 : nous voulons connaitre le taux de pureté de nos drogues
 2, Il y a 5h - Commentaire de 3MMCBro dans le blog de Equipe de PsychoACTIF
1
Trip Report
La chienne et le puma
 1, Il y a 2j - Commentaire de joel92 dans le blog de zizitaupe_meilleure_bande
Sondage
Le topic épinglé de la semaine
Neurchi de Psychoactif
Il y a 6j - Rick dans Au coin du comptoir....
Les derniers champis
Au top comme d'habitude
dans [forum] Ingerer Dmt + IMAO, Il y a 54mn
Edifiant... Flippant :( MG ~
dans [forum] Perquisitionné par la douane pour 500g de kratom, Il y a 6h
Il faut peut être avoir toucher les côtés de merde pour se résonner. J-Cat
dans [forum] Est-ce que certains ont réussi à avoir une consommation occasionnel long terme ?, Il y a 7h
Nouveaux membres
smoule, Magi nous ont rejoint et se sont présentés les trois derniers jours.

Psychoactif
Psychoactif est une communauté dédiée à l'information, l'entraide, l'échange d'expériences et la construction de savoirs sur les drogues, dans une démarche de réduction des risques.


logo Don Soutenez PsychoACTIF

Droit d'auteur : les textes de Psychoactif de https://www.psychoactif.org sont sous licence CC by NC SA 3.0 sauf mention contraire.


Affichage Bureau - A propos de Psychoactif - Politique de confidentialité - CGU - Contact - Propulsé par FluxBB - Flux RSS