sevrage et haine de soi

Publié par ,
1307 vues, 15 réponses
avatar
elkroko
Nouveau membre
France
champi vert0champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 08 Feb 2023
3 messages
Ce n’est pas facile de faire face a ses propres tourments, une vie monotone, loin d’être palpitante. Je suis en plein sevrage de canabis, sous subutex tous les jours, parfois je prends de la c, du xan, de la k, et tout ce que je peux trouver qui m’extirpera de mon corps dans lequel je me sens à l’étroit. Perdre complètement le contrôle, oublier son prénom, je veux juste améliorer mon quotidien…je pensais que la drogue m’aiderait mais la réalité c que ça a fait que m’enfoncer. Le sevrage est la pire chose que je connaisse, lorsque le cerveau réclame une substance, qu’il faut lui résister. Je pense que bcp d’entre vous ont déjà vécu ça et je voulais simplement vous signifier que l’on est ensemble, qu’on peut s’en sortir (j’essaie moi-même d’y croire) c’est loin d’être facile, je me déteste, je suis mal avec moi même, je suis contradictoire et complètement paumée. Mais j’essaie de m’en sortir, de laisse tout ca derrière moi, de ne pas me retourner. Le subutex contrôle ma vie plus que je ne le contrôle. Le canabis dictait carrément mes journées, je m’isolais, je regardais passer le temps…je souhaite vrm du courage et de la force à tous ceux qui sont actuellement en sevrage, ça fait du bien d’en parler qq part . Comment faites vous pendant vos craving, pour résister? J’ai trop de pensées permitives et je finis toujours par craquer et reprendre des trucs. Quelle vie…

Hors ligne

 

Kyrha homme
Nouveau membre
champi vert0champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 05 Jan 2013
28 messages
Salut l'ami !
Je compatis, je suis également en période de sevrage.
J'ai commencé les opïoide il y'a 13 ans pour soigner des douleurs chroniques, d'abord de l'oxycodone jusqu'en 2018 ou j'étais arrivé à 2,5gr quotidien en IV, j'ai fais une rotation des opïoide avec de la ketamine ce qui m'a permis de redescendre a 180mg de methadone.
En 1 mois je suis passé de mes 180mg quotidiens à 2x 5mg, c'est vraiment pas simple,  pas une seule nuit de plus de 3h depuis. le syndrome de sevrage est l'un des pires état qui soit.
Tout ce qui peut te permettre de sécréter des endorphines est ton alliés : activité physique ( si tu as la force ) > 30min, le sexe même en solo un orgasme est un des meilleurs moyen d'en sécréter et peut être répéter au besoin.
C'est une période où on est psychologiquement extrêmement vulnérable, entre la fatigue, la chute de sérotonine,  de dopamine et ton corps qui te hurle d'en reprendre, des anti depresseurs peuvent parfois aider a garderla volonté de continuer.
Si tu n'arrive pas à gérer l'arrêt avec le subites, tu peux demander à passer sur une autre molécule avec un mode d'admission différents. C'est ce que j'ai fais pour arrêter les IV d'oxy,comme c'était la seule chose qui me calmait les douleurs et que j'en avais toujours sous la main, au bout d'un moment impossible de résister. passer sous une forme non soluble ininjectable à bien aider.
Après tu n'as plus qu'à diminuer les doses très progressivement jusqu'à l'arrêt total.

En tout cas je te souhaite bon courage hésite pas si tu as besoin de discuter

Hors ligne

 

happydonkey homme
Nouveau membre
Suisse
champi vert2champijaune2cxhampi rouge0
Inscrit le 13 Feb 2022
47 messages
Courage !!

J'avais écris en truc sur le côté psychologique de l'arrêt des consos, et surtout comment sortir du craving.

https://www.psychoactif.org/forum/viewt … 82#p647082

Ça me semble étonnant que tu fasses un sevrage cannabis en passant par le subutex ?
Suis-je à côté de la plaque ?
Se sevrer du cannabis avec en passant par les opiacés me semble comme arrêter la clope en devenant alcoolo ??!!

Je sais pas si on peux de sortir d'un comportement addictif, mais tu peux le remplacer, par des activités, par un réseau social stimulant, non jugeant et surtout non consommateur.

Ta conso n'est pas que négative, elle a été ta réponse à un moment donné pour répondre à un besoin, souvent te permettre de gérer des choses trop douloureuse pour toi, enfance, rejet, traumas ... C'est ton histoire.
Reconnaît ce qu'elle ta apporté, remercie la, ne la haie pas, et maintenant avec douceur et compréhension envers toi-même, trouve un chemin qui te plaise.



Perso (et je suis toujours un gros consommateurs d'a peu près tout), ma pire ennemie c'est ma culpabilité, qui m'enlise dans ce cercle vicieux de discipline, rechute, flagélation, reconso.

Essaye d' apprécier vraiment les moment sans
Et si tu craques, ben tant qu'a faire, apprécie aussi sans culpabilité.

Ça m'a amené un peu plus de sérénité, et surtout d'espacer les moments avec et ceux sans

Bon ... Il est l'heure d'un petit pétards ??

Ah, oui, last: quand tu sens le craving arriver, prend 10 minutes pour regarder ce qui se passe dans ta tête, ton corps.
Tu es énervé, triste, pourquoi ? Un truc t'emmerde, te donne envie de procrastiner (et donc de consommer) ?


C'est une platitude, mais consommer est une fuite.  Essaye de savoir ce que tu fuis, et de sentir ce sentiment arriver.
Perso, un signe annonciateur est une crispation au niveau du ventre, souvent généré par un énervement refoulé.  Quand je sens cela, j'essaye de comprendre, et si c'est lié à une personne extérieure, je m'applique à lui expliquer (sans m'énerver), ce qui m'a dérangé.

Ultimate: si tu fais toujours la même chose, tu auras toujours le même résultat.  Alors, part un moment loin de chez toi, change de boulot, jete ton téléphone ?

Bon courage ! Trouve ta place & déculpabilise !!

PS. Le sexe est une activité sympa ? C'est sain et tu auras ton shoot de dopamine
Reputation de ce post
 
J'adore ce post! Un gros doigt à la culpabilité ! Nineta

--------------------
Do what you feel and feel what you do

Hors ligne

 

happydonkey homme
Nouveau membre
Suisse
champi vert2champijaune2cxhampi rouge0
Inscrit le 13 Feb 2022
47 messages
Encore un ajout sur l'abstinence : peut-être quitter Jeff veux le beurre et l'argent du beurre, mais il est exclus que je passe le reste de mes jours à regretter, à être l'ancien fumeur qui se réveille tous les matins avec une envie de fumer.

Oui, il doit y avoir un peu de discipline, mais je pense important d'être convaincu.

J'ai pris de l'héro pendant 3 ans tous les jours, ça fait un an que j'ai complétement stoppé et sans substitution.  Je ne le vis pas comme une privation, ma hantise était, comme on voit dans les reportages, de vivre dans le regret d'un paradis perdu.

Pour cette substance, je suis convaincu, donc pas de craving.
Pour le reste, rendez-vous dans qques temps.

--------------------
Do what you feel and feel what you do

Hors ligne

 

avatar
Nineta femme
MiOz
France
champi vert55champijaune1cxhampi rouge0
Inscrit le 18 Jan 2018
444 messages
Blogs

elkroko a écrit

Ce n’est pas facile de faire face a ses propres tourments, une vie monotone, loin d’être palpitante. Je suis en plein sevrage de canabis, sous subutex tous les jours, parfois je prends de la c, du xan, de la k, et tout ce que je peux trouver qui m’extirpera de mon corps dans lequel je me sens à l’étroit. Perdre complètement le contrôle, oublier son prénom, je veux juste améliorer mon quotidien…je pensais que la drogue m’aiderait mais la réalité c que ça a fait que m’enfoncer. Le sevrage est la pire chose que je connaisse, lorsque le cerveau réclame une substance, qu’il faut lui résister. Je pense que bcp d’entre vous ont déjà vécu ça et je voulais simplement vous signifier que l’on est ensemble, qu’on peut s’en sortir (j’essaie moi-même d’y croire) c’est loin d’être facile, je me déteste, je suis mal avec moi même, je suis contradictoire et complètement paumée. Mais j’essaie de m’en sortir, de laisse tout ca derrière moi, de ne pas me retourner. Le subutex contrôle ma vie plus que je ne le contrôle. Le canabis dictait carrément mes journées, je m’isolais, je regardais passer le temps…je souhaite vrm du courage et de la force à tous ceux qui sont actuellement en sevrage, ça fait du bien d’en parler qq part . Comment faites vous pendant vos craving, pour résister? J’ai trop de pensées permitives et je finis toujours par craquer et reprendre des trucs. Quelle vie…

Salut!

Très touchée par ton témoignage..  j'ai arrêté la methadone en juin 2022 et ça a été un enfer. J'arrive pas à croire que j'ai pu passer ce cap sans me tirer une balle dans le crâne. J'étais tellement pas prête.. mais aujourd'hui je remonte enfin la pente et même si c'est encore difficile, il me suffit de tourner la tête pour observer le chemin parcouru.

Je suis borderline avec un TPST complexe j'ai commencé les prods il ya 22 ans (j'en ai 34) et ça m'a été d'une grande utilité dans la vie jusqu'à ce que je rentre insidieusement dans la consommation problématique. Actuellement je prends des ADS et du valium, je suis tellement traumatisée par mon sevrage de la methadone que je préfère attendre encore un moment avant de baisser.

Depuis le début de l'année je ne prends plus que de la psylocybine, du LSD (très occasionnellement). J'ai réalisé que je devais m' éloigner de la coc et de la ketamine pendant un moment... par contre je fume de la weed tous les jours et pareil je ne sais plus trop où j'en suis avec ce produit.

Sevrage radical. Mon corps et mon cerveau me disent NON c'est même pas voulu à la base. C'est extrêmement perturbant, ma vie est remplie d'émotions pas toujours easy à gérer. J'ai fait 6 mois de psychiatrie et la je suis en post cure addicto. J'ai quand même réussi a passer mon bac et là j'ai commencer un DU en addicto. Lourd... sincèrement je suis fatiguée mais comme tu dis on avance à  son rythme et faut garder espoir (même si je n'aime pas forcément ce mot menfin). Un petit nou tienbo, nou largpa me semble approprié dans ce genre de circonstance ")

On essaie de virer cette foutue culpabilité, on accueille et on apprend a devenir résilient.

Comme le dit kihra tu peux essayer de remettre un peu de soleil dans ta vie en essayant de te faire plaisir au maximum. Un sevrage c'est pas censé être le purgatoire
mais force est de constater que ça peut être extrêmement difficile. Même si il y a des personnes qui ont moins de difficultés, on va dire que dans l'ensemble ça reste une minorité.

Un petit message pour tout ceux qui sont toujours sous traitement et qui ont faitle choix de ne pas vous en séparer.Ne vous sentez pas juger bien au contraire,   accepter le choix de chacun c'est la base du respect et de l'empathie. Et en toute honnêteté j'ai l'impression que vous vous en sortez mieux que nous. Perso j'avais trop d'effets secondaires avec mon TSO, je ne pense pas que mon arrêt soit un réel choix.

So pas de recette miracle sachant que nous sommes différents, l'idée serait de trouver du plaisir dans des activités que tu as peut-être délaissées. Les beaux jours arrivent par chez vous, votre hiver est long et je sais qu'on a besoin de se recharger. Le sport fonctionne bien bref conseils bateaux quoi.

Perso je fais pas mal de soins énergétiques j'essaie de sortir plus (en dehors des soins) et les études me passionnent. C'est long mais je regrette rien au final. J'espère que tu trouvera un équilibre, que tu iras mieux tout ce que je peux te conseiller c'est de ne pas te mettre la pression et cette haine envers toi n'a pas sa place non plus. Si tu le souhaites tu peux déjà commencer une thérapie quelque soit la pratique, juste celle qui te convienne.

J'ai toujours pensé pouvoir m'en sortir seule mais là j'ai vraiment demandé de l'aide et je vois qu'il y a des bénéfices a être bien accompagné (faut avoir de la chance j'avoue).

Voilà, grosses pensées pour toi, tiens nous au jus! Comme tu le dis on est ensemble "des milliers de bras, sur des milliers d'épaules" ... tout mon soutien

Nartrouv sur le forum !!!

Dernière modification par Nineta (10 avril 2024 à  17:53)

Reputation de ce post
 
Un sevrage peut constituer un authentique trauma à lui tout seul. PTX.

Hors ligne

 

avatar
Nineta femme
MiOz
France
champi vert55champijaune1cxhampi rouge0
Inscrit le 18 Jan 2018
444 messages
Blogs

happydonkey a écrit

Ça me semble étonnant que tu fasses un sevrage cannabis en passant par le subutex ?
Suis-je à côté de la plaque

Salut !

Ui je pense que tu te trompes. Je crois qu'elle est déjà sous sub depuis un temps et qu'elle parle d'un sevrage cannabique.

Enfin d'après ce que j'ai lu.

Nartrouv

Hors ligne

 

avatar
pierre
Web-Administrateur
champi vert77champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 15 Sep 2006
17338 messages
Blogs

C'est une platitude, mais consommer est une fuite.

J’étais d’accord avec toi sur la culpabilité qui entretien un cerclé vicieux mais pas sur cette phrase !
ce que tu dis c’est de la stigmatisation comme toute les généralités sur les drogues !
Consommer peut être une fuite mais c’est juste une toute petite part de ce que peut être la conso de drogues !
Pierre

Reputation de ce post
 
Oui effectivement c'est bien plus que cela
 
La "fuite" n'est qu'une infime part de ce que peut être la conso de drogues! PTX
 
En finir avec cette idée que l'évasion est un crime ou une honte. Nils
 
"courage, fuyons !" ... consommer, c'est parfois courageux - psychodi

Hors ligne

 

avatar
requiemforadream femme
Nouveau Psycho
France
champi vert2champijaune0cxhampi rouge1
Inscrit le 30 Mar 2024
65 messages
Blogs

elkroko a écrit

Ce n’est pas facile de faire face a ses propres tourments, une vie monotone, loin d’être palpitante. Je suis en plein sevrage de canabis, sous subutex tous les jours, parfois je prends de la c, du xan, de la k, et tout ce que je peux trouver qui m’extirpera de mon corps dans lequel je me sens à l’étroit. Perdre complètement le contrôle, oublier son prénom, je veux juste améliorer mon quotidien…je pensais que la drogue m’aiderait mais la réalité c que ça a fait que m’enfoncer. Le sevrage est la pire chose que je connaisse, lorsque le cerveau réclame une substance, qu’il faut lui résister. Je pense que bcp d’entre vous ont déjà vécu ça et je voulais simplement vous signifier que l’on est ensemble, qu’on peut s’en sortir (j’essaie moi-même d’y croire) c’est loin d’être facile, je me déteste, je suis mal avec moi même, je suis contradictoire et complètement paumée. Mais j’essaie de m’en sortir, de laisse tout ca derrière moi, de ne pas me retourner. Le subutex contrôle ma vie plus que je ne le contrôle. Le canabis dictait carrément mes journées, je m’isolais, je regardais passer le temps…je souhaite vrm du courage et de la force à tous ceux qui sont actuellement en sevrage, ça fait du bien d’en parler qq part . Comment faites vous pendant vos craving, pour résister? J’ai trop de pensées permitives et je finis toujours par craquer et reprendre des trucs. Quelle vie…

Salut,

Votre témoignage m’a vraiment touché. Parce que je crois qu’au final y’a qu’entre nous qu’on se comprend. Parce que le pire est aussi la, cette sensation de solitude, que personne comprend, que les gens jugent et ne cherchent de toute façon pas vraiment à comprendre..
Et puis je vous comprends tant car c’est un peu ça le problème, la défonce est un piège, et dès la première fois enfaite c’est déjà presque trop tard pour certaines personnes.
En tout cas je vous envoie tout mon soutien et courage et au plaisir de discuter avec vous :)

Dernière modification par pierre (10 avril 2024 à  21:03)

Reputation de ce post
 
"la défonce est un piège"...préjugés et lieu commun ! Pierre

drugs are a requiem for a dream

Hors ligne

 

avatar
Nineta femme
MiOz
France
champi vert55champijaune1cxhampi rouge0
Inscrit le 18 Jan 2018
444 messages
Blogs

requiemforadream a écrit

Et puis je vous comprends tant car c’est un peu ça le problème, la défonce est un piège, et dès la première fois enfaite c’est déjà presque trop tard pour certaines personnes

Coucou je veux pas te mettre de champi jaune mais là ton discours est plus que limite...
Attention aux messages que tu veux faire passer. En toute bienveillance.
Nartrouv

Dernière modification par Nineta (10 avril 2024 à  19:16)

Hors ligne

 

avatar
Nils1984 homme
Lévi station
France
champi vert21champijaune1cxhampi rouge0
Inscrit le 12 Aug 2018
160 messages
Blogs
Ciao :)

Un sevrage au cannabis à mon sens sera moins pénible et long qu'un cold-turkey aux opioïdes.... après c'est fastoche pour moi de dire ça vu que je fais depuis le lycée une intolérance au T.H.C (alors que les meilleurs trips de ma vie étaient liés au cannabis) et puis un beau jour, entre deux cours, > bad trip total. Le cannabis a été et restera l'unique et seule gué-dro avec laquelle je ne fais que des bads. Alors... autant dire que ça a été du billard pour moi de stopper le bédo.

Par contre je ne comprends pas pourquoi tu te retrouves dans ce sevrage subi ? Les cold-turkeys sont des trucs indescriptibles, hyper véners, dangereux, délétères dans tous les sens du terme - et laissent même (quand on finit à en voir le bout) des marques aussi bien mentales que physiques.

Les questions qui me hantent sont "pourquoi tu t'es fait vivre ça ?" "qu'est-ce que tu cherchais à prouver" ? "pour qui tu t'es pris ? Pour un surhomme ?" etc. Désolé je radote mais je crois vraiment que "ce qu'il y a de bien dans la douleur, c'est quand elle s'arrête". La souffrance du sevrage hardcore est insupportable, et le cerveau qui fait des ronds sempiternels en tentant par tous les moyens de trouver une parade à cette souffrance occasionnée...

Cependant me l'a tjrs dit : "ça sert à quoi de se faire du mal comme ça ?" Bah ça sert juste à rien, au final. Aujourd'hui j'ai franchis tous les caps du décrochage (râbla, CC, méthadone, subutex et pour finir... benzos). Mais au fond, je n'en ai retiré aucune gratification, si c'était à refaire je m'y prendrais d'une manière 1000 fois plus prudente, moins risquée, et - sans doute - moins masochiste. Car j'en garde des quasi-traumas (surtout le cold-Turkey à la méthadone >> juste affreux à décrire).

Et c'est effectivement le grand point d'interrogation : pourquoi beaucoup de P.U.D, qu'ils soient anciens ou nés de la dernière pluie, sentent en eux ce sentiment injustifié de culpabilisation ? Tu dis avoir de la haine contre toi-même, j'pense que ça fait hélas parti intégrante du processus de décrochage, tout le corps devient douleur, tout l'esprit se transforme en un ermite à qui on aurait coupé la langue, incapable de mettre des mots sur les sensations vécues, un ermite irrationnel et possédé, on a l'impression que la seule chose qui se meut et vit en nous est précisément le "centre de la douleur" >> oh shit, c'est hélas bien réel, ce foutu "centre de la douleur" : la douleur centralisée est partout et nulle-part, elle est comme une lente infection qui ne dit jamais son nom, qui ne cesse de se manifester de façon sournoise et paradoxale... or les processus du cerveau, sans que l'on puisse s'en rendre compte, semblent à chaque instant, chaque seconde pénible à vivre, se réinitialiser... j'insiste et j'insisterais lourdement jusqu'à la fin à ce mot : Réinitialisation.

On ne meurt pas d'un sevrage - et parfois j'en étais jusqu'à me dire : putain c'est bien dommage de pas - une fois pour toute - canner ici et maintenant, car à un moment donné, quand les symptômes s’amplifient, s'intensifient, stagnent, se ré-amplifient encore puis stagnent à nouveau, on se sent le devoir (presque l'obligation, comme un impératif) de dire "stop", c'est marche ou crève, c'est un sentier tortueux, c'est de la privation de sommeil, c'est du no-limite dans les visions cauchemardesques, et même parfois il y'a comme une odeur de souffre... (sic)

Mais ce qu'on ne perçoit jamais c'est que le corps trouve des parades et lentement se répare de toute cette pérégrination absurde. Panne sèche sur l'autoroute, on se place sur le bas-côté, et sous une pluie torrentielle on se débrouille pour localiser le problème. Il en va de même pour ces saloperies de cravings, qui parfois me terrassent (et pas seulement pour l'envie du flash, mais souvent pour le rituel en lui-même du shoot), ou parfois courbent l'échine face à mon abnégation. La résilience à mon sens nait dans les flammes.

Mais c'est tellement eazy de faire tout ce verbiage quand on a réussi à sortir de ce cauchemar (cet enfer ?), c'est forcément ce que tu te diras, c'est ce que je me disais en écoutant les anciens, j'étais tellement atteint, psychologiquement brisé, noyé en moi-même, en apnée constante, que tous les conseils, et leurs côtés sécure, me paraissaient du bullshit à l'état pur : "Paroles et paroles et paroles, ils ont promis monts et merveilles, mais les merveilles se sont envolées. Il reste que des monts, mais c'est raide à grimper"

Si tu lis ces lignes, sache que OUI, combattre le craving est possible. Mais se faire souffrir vainement pour tenter "d'être clean" c'est marcher sur un sol de verre, le jeu n'en vaut pas la chandelle, il n'y a pas de médaille à la clé, le cold-turkey c'est jouer avec le feu sans connaitre l'horreur de la brulure. Sorry si j'ai l'air cru... mais de toutes façons tu vas y arriver, tu vas sortir de ce sable mouvant, c'est impossible à croire sur le moment, pourtant SI c'est une petite vérité qui fait un doigt d'honneur à la petite mort...

Inutile de te souhaiter du courage, car le courage tu l'as déjà en toi.

Je te poste deux trucs qui reflètent mon état d'esprit quand j'étais en décrochage de subutex... j'ai souffert comme jamais. Mes symptômes de manque aux benzos ont disparus. Il y a un point de départ, un centre et une destination. Cette trinité est nécessaire. Essaye d'écrire ta douleur. Tente de la dresser. Cette peau de vache est souvent fiancée à la peur, et la peur fait bon ménage avec le stress...

Et sorry pour ce satané/énorme pavé... je suis de tout cœur avec toi... Au fond - et pardon pour cette naïveté littéraire - nous ne sommes qu'un alliage de lumière et de douleur. Et nous pouvons être le capitaine de cette douleur.

@ Très bientôt j'espère smile


/forum/uploads/images/1712/a-555.webp


https://youtu.be/mkLJWUcnHng?list=PLx1n … gpbVxW-cr-
Reputation de ce post
 
Magifique
 
Les cold-turkeys sont hyper véners, dangereux, et délétères ! PTX.
 
Tu as écrit mot pour mot ce que j'ai vécu. Je suis bluffée, merci. Nineta

- Le chemin pour monter est le chemin pour descendre -
(Trois Stèles de Seth)

Hors ligne

 

avatar
requiemforadream femme
Nouveau Psycho
France
champi vert2champijaune0cxhampi rouge1
Inscrit le 30 Mar 2024
65 messages
Blogs

Nineta a écrit

requiemforadream a écrit

Et puis je vous comprends tant car c’est un peu ça le problème, la défonce est un piège, et dès la première fois enfaite c’est déjà presque trop tard pour certaines personnes

Coucou je veux pas te mettre de champi jaune mais là ton discours est plus que limite...
Attention aux messages que tu veux faire passer. En toute bienveillance.
Nartrouv

Nineta a écrit

requiemforadream a écrit

Et puis je vous comprends tant car c’est un peu ça le problème, la défonce est un piège, et dès la première fois enfaite c’est déjà presque trop tard pour certaines personnes

Coucou je veux pas te mettre de champi jaune mais là ton discours est plus que limite...
Attention aux messages que tu veux faire passer. En toute bienveillance.
Nartrouv

Salut,

Honnêtement ce n’était vraiment pas malveillant de ma part, c’est seulement mon ressenti personnel, et je ne dis pas avoir raison forcément. Mais je m’excuse si cela a des conséquences néfastes bien sûr ..

Bien à vous !


drugs are a requiem for a dream

Hors ligne

 

avatar
Nineta femme
MiOz
France
champi vert55champijaune1cxhampi rouge0
Inscrit le 18 Jan 2018
444 messages
Blogs

requiemforadream a écrit

Honnêtement ce n’était vraiment pas malveillant de ma part, c’est seulement mon ressenti personnel, et je ne dis pas avoir raison forcément. Mais je m’excuse si cela a des conséquences néfastes bien sûr ..

Bonjour requiem,
Tu as l'air d'être une personne très gentille et mon but n'est pas de te blesser... Quand tu dis que la défonce est un piège je ne peux que réagir car c'est très réducteur (et pour moi complètement faux) même si nous sommes tous conscient que ça  peut avoir un effet néfaste ça efface tout le côté positif de cette pratique bien plus souvent salvatrice que destructrice. Puis cette histoire de première fois et du fait que ça soit trop tard pour certaines personnes je ne sais pas trop ce que tu sous entend menfin ça m'a piqué les yeux XD

Sincèrement désolée si ça t'a mis à mal c'est loin d'être mon but. Je pense que tu as beaucoup de choses à dire d'intéressantes, faudra juste faire un peu attention aux tournures de tes phrases wink

Avec une sincère bienveillance, prends soin de toi.

Nartrouv sur le forum !!!

Dernière modification par Nineta (11 avril 2024 à  10:41)

Hors ligne

 

avatar
requiemforadream femme
Nouveau Psycho
France
champi vert2champijaune0cxhampi rouge1
Inscrit le 30 Mar 2024
65 messages
Blogs

Nineta a écrit

requiemforadream a écrit

Honnêtement ce n’était vraiment pas malveillant de ma part, c’est seulement mon ressenti personnel, et je ne dis pas avoir raison forcément. Mais je m’excuse si cela a des conséquences néfastes bien sûr ..

Bonjour requiem,
Tu as l'air d'être une personne très gentille et mon but n'est pas de te blesser... Quand tu dis que la défonce est un piège je ne peux que réagir car c'est très réducteur (et pour moi complètement faux) même si nous sommes tous conscient que ça  peut avoir un effet néfaste ça efface tout le côté positif de cette pratique bien plus souvent salvatrice que destructrice. Puis cette histoire de première fois et du fait que ça soit trop tard pour certaines personnes je ne sais pas trop ce que tu sous entend menfin ça m'a piqué les yeux XD

Sincèrement désolée si ça t'a mis à mal c'est loin d'être mon but. Je pense que tu as beaucoup de choses à dire d'intéressantes, faudra juste faire un peu attention aux tournures de tes phrases wink

Avec une sincère bienveillance, prends soin de toi.

Nartrouv sur le forum !!!

Bonjour,

Ça ne me blesse pas mais c’est gentil de t’en inquiéter :). Disons que moi c’est comme ça que je le ressens avec ma situation, pour moi je sais très bien que c’est ça que je recherche toujours et je veux dire piège dans l’idée que ça complique l’envie que je pourrais avoir d’arriver à arrêter tu vois? Je ne dis pas que c’est bien en tout cas, et je ne voyais pas ça de cette manière, mais il est aussi important je trouve comme tu le dis de justement dire le problème sans être agressif avec les gens et ça se passe très bien justement. :)
Pour la première fois, je veux dire que j’ai connu des gens et je dirais même moi-même qui savaient que quelque part c’était déjà trop tard .. dans le sens qu’on aller très probablement continuer.

En tout cas merci, c’est très gentil, je ferais effectivement plus attention à l’avenir, il est vrai que parfois je ne vois pas forcément toujours la où y’a un problème dans ce que je peux dire.

Si ça t’intéresse j’ai parlé de mon addiction au tramadol, et si tu souhaites en parler bien sûr, qu’est-ce que tu prends toi ?

En tout cas, merci encore et prends également soin de toi :)


drugs are a requiem for a dream

Hors ligne

 

avatar
Mychkine homme
Artichaut dans une caisse d'oranges
champi vert6champijaune1cxhampi rouge0
Inscrit le 22 Dec 2020
387 messages

Nils1984 a écrit

Au fond - et pardon pour cette naïveté littéraire - nous ne sommes qu'un alliage de lumière et de douleur. Et nous pouvons être le capitaine de cette douleur.

Tout ton message est superbe.

Tu connais Marina Tsvétaïéva ?

"Je n'ai pas vaincu mes ténèbres, mais je les ai émaillées d'étoiles."

Hors ligne

 

avatar
Nils1984 homme
Lévi station
France
champi vert21champijaune1cxhampi rouge0
Inscrit le 12 Aug 2018
160 messages
Blogs

Mychkine a écrit

Nils1984 a écrit

Au fond - et pardon pour cette naïveté littéraire - nous ne sommes qu'un alliage de lumière et de douleur. Et nous pouvons être le capitaine de cette douleur.

Tout ton message est superbe.

Tu connais Marina Tsvétaïéva ?

"Je n'ai pas vaincu mes ténèbres, mais je les ai émaillées d'étoiles."

Salut camarade

De retour du sud...

Non je ne connaissais pas mais c'est simplement sublime...


- Le chemin pour monter est le chemin pour descendre -
(Trois Stèles de Seth)

Hors ligne

 

bdm1978 homme
Nouveau Psycho
champi vert0champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 01 Oct 2018
55 messages
hello!!!

avoir consommé une drogue ou une autre et se dire "maintenant c'est fini, je ne consommerait plus rien" n'est pas chose facile, il faux être prêt a l'accepter (même si in ne l'est jamais vraiment) je pense qu'une mauvaise expérience peut aider mais on y pense quand même, c'est quelques choses qui a fait partie de notre vie et tout d'un coup elle n'en fait plus partie, on la met de coté, c'est un genre de deuil pas simple a vivre...

ayant été cannabiculteur et ayant arrêter parce que je pense que mon cerveau n'acceptait plus les effets (c'est vrai que quand je fumais je ne faisait pas semblant lol) j'ai vécu pendant au moins un an (et sa reviens encore de temps en temps) avec une partie de moi qui voulait remettre ma lampe en marche et une autre partie de moi qui me disait que sa servait a rien de recommencer si c'était pour culpabiliser après et qui me rappel aussi a quel point j'ai mal vécu mon sevrage... je ne veux plus revivre ce calvaire...

Hors ligne

 


Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

Pied de page des forums