Qui comme moi consomme et arrive à bosser en même temps ?

Publié par ,
5230 vues, 54 réponses
avatar
Anthelisse femme
Nouveau membre
champi vert0champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 13 Feb 2024
6 messages
Blogs
La question est dans le titre. Je me suis dit que je devais être la seule à faire çà mais je suis accro à l'Oxy et je passe une journée de travail à environ consommer 40 mg sans que cela gène mon activité pro, à raison de 10 mg toutes les 3-4 heures. ca fait quelques années que je fais çà, personne n'a jamais remarqué.

Hors ligne

 

AnonLect homme
Psycho sénior
champi vert15champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 26 Jun 2019
551 messages
Salut :)

Heu.. non je te confirme que tu es loin d'êtel seule, et que travailler sous drogue, que ce soit Oxy ou autre c'est hyper commun.

Deja n'importe qui avec des douleurs chroniqurs un peu serieuses, et qui prend 40mg/jour d'oxy... ben va bosser en meme temps.

Puis, tout simplement, 80% des personnes depedante des opiacé, que ce soit oxy, codeine, morphine, hero... ben elles travaillent hein, tu sais ?

Les personnes dependantes qui sont marginales ou SDF, c'est une toute petite partie des gens dependants. Donc mecaniquement,le reste travail et est inséré normalement, leurs collegues ne s'en rendent pas compte...

Puis c'est pas specialement incapacitant, au contraire meme ; enfin, aux dosens mentionnées en tout cas.

Perso combien de fois j'ai tavaillé sous opiacés lol ??

Fin bref, rassure toi... tous les consomateurs journaliers/reguliers de drogue font comme toi, et ça ne pose pas specialement pb tant que t'es pas arraché et reste pleinement conscient de ce que tu fais.

Donc encore une fois... rien de plus normal wink

Pourquoi pensais-tu donc être la seule smile?

drogue-peace

Dernière modification par AnonLect (13 février 2024 à  16:41)

Hors ligne

 

avatar
Anthelisse femme
Nouveau membre
champi vert0champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 13 Feb 2024
6 messages
Blogs
Disons que sans rien, je ne peux pas travailler. Avant l'Oxy c'était autre chose mais là n'est pas le sujet.
Je me pose cette question car j'ai vécu à l'étranger pendant 20 ans et je suis un peu à la rue avec mon pays dans bcq de domaines lol, et dans mon entourage je ne connais personne en France en tout cas, qui allie une consommation on va dire "illicite" avec son taff. Simple curiosité !U_THIN

Hors ligne

 

avatar
cependant
Modo bougeotte
champi vert38champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 25 Mar 2018
3728 messages
Blogs
Salut,

Je confirme dbs le meme sens : la construction de l'image de l'identification des consos de drogues avec la "déchéance" n'est à mes yeux qu'une construction sociale, culturelle et morale.

Bien entendu, la misère sociale existe dans nos sociétés et le recours aux drogues n'est qu'une réponse possible pour certaines personnes pour y faire face d'une façon ou d'une autre. Mais il n'y a aucune causalité bien que la stigmatisation des usages et la construction de l'image des "tox" ça reste une réalité pour cacher des injustices sociales profondes.

Mais à mon avis c'est bien symptomatique d'une société où on préfère se cacher derrière "le" problème de "la" drogue, plutôt que de s'attaquer aux vrais problèmes : injustices sociales, violences de classes et genre, racisme...

Bref, l'utilisation de produits, irrégulière ou constante est largement diffusée et n'empêche pas en soit de travailler. Au contraires, beaucoup de personnes témoignent de pouvoir travailler grâce à leur consommations...et ça va des productions artistiques à supporter des conditions dures (travaux physiques et explotaition comme performances capitalistes).

Après, dans des société prohibitionnistes, c'est malheureusement possible aussi de perdre son travail à cause de la répression (permis, tests stups, etc).
Et on manque cruellement à mes yeux dans nos sociétés à un apprentissage aux bénéfices de culpabilisants de l'usage de drogues, à l'apprentissage de stratégies qui nous aident à maximiser les bénéfices tout en réduisant les risques.
Et si on addictionne à cette tabouisation la méconnaissance pour faire face à des effets physiologiques (ex dépendance physique, gestion du craving...) on rentre dans l'image pour laquelle l'usage n'existe pas et il n'y a qu'abus...ce qu'à mes yeux ne fait que créer des belles prophéties auto-réalisatrices d'utilisation de drogues qui mènent à l'autodestruction sad

Mais justement les luttes qu'on mène avec Psycho actif c'est pour remette en question tout ça !!!
Reputation de ce post
 
Merci à toi et à psychoactif pour cette lutte <3
 
absolument vrai
 
Vrai de vrai

fugu kuwanu hito niwa iwaji

Hors ligne

 

avatar
plotchiplocth homme
Modérateur
champi vert32champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 13 Mar 2019
2814 messages
Blogs
Plop!
Je témoigne bosser, ET être globalement inséré, ET consommer des drogues ET être dépendant

Voilou!!!

Analyse à distance-recherche DigiTraj
"Needles protect the neon logos from pigeon shit", Sleaford Mods

Hors ligne

 

avatar
Kalei homme
Psycho junior
France
champi vert26champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 25 Jan 2024
465 messages
Blogs
Bonsoir .
Perso je ne travail pas mais à l’époque où j’ai un peut bosser, pour faire cour sans donner de détail j’avais dut refuser une offre de mon patron pour un taf passion qui me faisait rêver à cause de mon stress qui même si ça allait mieux à l’époque par rapport à avant, n’était pas toujours gérable sans came .
Et comme j’avais pas de tso encore à ce moment-là je ne me voyais pas non plus planter mon patron sur des événements par ce que trop en chien pour bosser .
Du coup j’ai louper une super trajectoire de vie à cause de ça .
MAIS, c’est aussi grâce à la came que je suis probablement encore en vie, que j’avais put ressortir de chez moi, travailler justement et vivre à l’époque.
Donc bon c’est ni blanc ni noir. Mais mon patron m’avait fait une offre en or et n’avait pas compris mon refus avec mes explications qui ne disaient pas tout et il l’avait ressenti .
Bref c’est toujours un regret aujourd’hui mais comme j’ai toujours plus ou moins tout rater…
Enfin bon tout ça pour dire que des fois ça aide sans aider. Surtout sans tso.

Pas le groupe du même nom, mais ce gars là : LORN
Un exemple pour pas se tromper d’artiste
https://youtu.be/UEBIsUsvheA?si=YasIce7Yq7YWaIGJ

Hors ligne

 

avatar
cependant
Modo bougeotte
champi vert38champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 25 Mar 2018
3728 messages
Blogs

Kalei a écrit

refuser une offre de mon patron pour un taf passion qui me faisait rêver à cause de mon stress qui même si ça allait mieux à l’époque par rapport à avant, n’était pas toujours gérable sans came .

C'est triste mais tu le dis toi même...le problème pour moi c'est NE pas avoir de drogues dans ce cas.
Perso je ne pourrais pas bosser non plus en sevrage...alors j'essaye de faire au maximum pour ne jamais l'être ! boulet

Reputation de ce post
 
Cependant m'a tué Mr No

fugu kuwanu hito niwa iwaji

Hors ligne

 

avatar
Marco 68 homme
Psycho Head
Italy
champi vert20champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 29 Jan 2019
2125 messages
Toujours travaillé en étant dépendant , jamais travaillé en manque/sevrage.....brrrr les frissons!!

Calcio Storico Fiorentino :  azzurri di S. Croce

Hors ligne

 

DopeIsBeautiful non binaire
Banni
champi vert11champijaune2cxhampi rouge0
Inscrit le 28 Oct 2023
71 messages
Blogs
Je pense que ma consommation a eu un impact négatif sur mes études. Notamment en termes de motivation (opiacés même 1 à 2 fois par semaine), de mémoire/clarté mentale (empathogènes, G, dissociatifs), et j'ai observé que mes périodes de consommation rendaient plus difficile l'établissement d'habitudes positives, et plus facile la perte de ces habitudes positives (travail universitaire régulier, sport, méditation, interactions sociales). J'ai essayé d'être plus productif avec des drogues (par exemple des stimulants), mais cela n'a jamais fonctionné pour moi (perte de contrôle du dosage). Mais en même temps, c'est ma passion et ma fascination pour les drogues et leur étude qui m'ont conduit là où je suis aujourd'hui. Donc, même si mon parcours n'est pas parfait (qui peut prétendre l'être), je n'ai pas de regrets, ou pas trop. Puis-je consommer en travaillant ? Pour moi, pas vraiment, du moins pas de manière vraiment efficace.

Hors ligne

 

avatar
Morning Glory femme
Ex modo
champi vert13champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 10 Oct 2017
4383 messages
Blogs
La DCK (oui oui, ce dérivé de ketamine beaucoup plus puissant et long^^) le soir m'a fortement aidée à vaincre mes troubles psys au travail durant toute une année (rebond glutamatergique). Bon, suite à addiction à en prendre absolument tous les soirs il a quand même fallu que je me seuvre... Je posterai un joyeux repport à ce sujet d'ailleurs, clinique privée qui laisse à désirer (écriture en cours).

Mais ouai, sur le coup ça m'a bien aidée, au départ pour vaincre les nausées implacables de la methadone, puis en remplacement de la morphine et du coup haem vouala. Mais j'ai passé une année plutôt douce avec ça.

Maintenant va falloir que je réfléchisse à quoi utiliser comme anti douleur en cas d'accident ou opérations, ça par contre c'est con, parce que la prise en charge hospitalière de la douleur est réputée catastrophique pour les personnes sous TSO, et du coup les morphiniques ne fonctionnant plus sur moi à 30mg/jour de metha, les dissociatifs étaient ma dernière carte. J'ai tout bousillé précisément pour tenir au travail. Le fun absolu --' mais c'est à présent une autre histoire...

Dernière modification par Morning Glory (14 février 2024 à  18:57)

Reputation de ce post
 
J'ai hâte de lire ton report ! Amitiés. PTX.

Μόρνηνγγ Γλωρύ
I <3 5-HT & DA ~

Hors ligne

 

avatar
Kalei homme
Psycho junior
France
champi vert26champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 25 Jan 2024
465 messages
Blogs
Ah oui c’est clair en cas d’accident ou autre problème nécessitant une prise en charge de la douleur moi aussi j’ai un peut peur de ce qu’ils feraient à l’hosto avec ma tolérance .
Et si en plus tu tombes sur un service avec plusieurs soignants anti “tox” qui te laisse en chier au cas où un médoc qui pourrait te soulager te donne du plaisir à côté…
Je suis pas sereins par rapport à ça.

Pas le groupe du même nom, mais ce gars là : LORN
Un exemple pour pas se tromper d’artiste
https://youtu.be/UEBIsUsvheA?si=YasIce7Yq7YWaIGJ

Hors ligne

 

Doumbe homme
Nouveau membre
champi vert0champijaune1cxhampi rouge0
Inscrit le 27 Feb 2024
1 message
Bosser et consommer en même temps, envie de te dire on a tous nos addictions et on y arrive. Après a voir la qualité de ton travail.
Reputation de ce post
 
C’est pourtant très courant et bcp gèrent très bien. Stelli

Mon site internet : https://masseur-pied.fr/

Hors ligne

 

avatar
pierre
Web-Administrateur
champi vert80champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 15 Sep 2006
17365 messages
Blogs

Anthelisse a écrit

La question est dans le titre. Je me suis dit que je devais être la seule à faire çà mais je suis accro à l'Oxy et je passe une journée de travail à environ consommer 40 mg sans que cela gène mon activité pro, à raison de 10 mg toutes les 3-4 heures. ca fait quelques années que je fais çà, personne n'a jamais remarqué.

c'est un non question. Ou plutot une question qui sert la rhétorique addictioniste qui stigmatise la dépendance, et selon laquelle on est bon à rien si on est dépendant.

C'est la meme question que peut on être drogué et etre heureux.

Ca n'a tout simplement rien à voir !

Pierre, injecteur quotidien depuis plus de vingt ans, et salarié depuis au moins autant de temps, créateur de Psychoactif...!

Reputation de ce post
 
Contre la 'rhétorique addictioniste qui stigmatise la dépendance'!!

Hors ligne

 

avatar
Felis femme
Nouveau membre
champi vert6champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 23 Feb 2024
33 messages
Je consomme du Subutex et je travaille aussi.
En ce moment, je dois me forcer à travailler, mais ce n'est pas à cause de ma consommation d'opiacés, c'est à cause de la situation dans mon entreprise qui ne cesse de se dégrader. La cohabitation ne va plus.
Si cela continue, je chercherai quelque chose de nouveau.

Et comme l'ont déjà dit les orateurs précédents, on peut très bien combiner la consommation d'opiacés avec un travail normal.

Je pense même que c'est plus facile avec les opiacés qu'avec d'autres substances comme le crack.

Hors ligne

 

avatar
Unposcaille femme
Laying down with golden brown
France
champi vert8champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 29 Nov 2020
604 messages
Blogs
Perso j'ai consommé et fait des études avec des résultats brillants (recommandations, 17 de moyenne, erasmus prestigieux, lettres de recommandations), ce sont mes problèmes psy qui me gênent. Les consommations en elles même, même une conso régulière d'héroine, n'ont eu aucun aspect sur ma capacité à travailler même pendant le manque, contrairement à certains clichés ! :)

Hors ligne

 

Chmizak homme
Nouveau membre
France
champi vert0champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 31 Mar 2024
5 messages
Bonjour, depuis mes 16 ans (j'en ai 50) je n'ai jamais ni étudié ni travaillé à jeun. D'abord codéine, puis tso sub, puis beaucoup d'alcool, puis resub et coke puis héro, puis tso. hé bien nom de Diable, qu'ai-je souffert!!! Aujourd'hui sous sub et clean d'héro, je me sens enfin libre, les portes s'ouvrent.
C'était pas rose mais sans toute ces consos, je serais mort.

Hors ligne

 

avatar
fandopio homme
Nouveau membre
France
champi vert1champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 26 Feb 2024
25 messages

Felis a écrit

Je pense même que c'est plus facile avec les opiacés qu'avec d'autres substances comme le crack.

salut

ça dépend, je sais que perso il m'arrive de me fumer une ou deux pipe histoire de me motiver un coup, je pense que quand on est conscient des produits qu on consomme ça aide, je peux aller voir un client en ayant baser 30 min avant mais jamais j'irais au taf complètement éclater a la K, ( jdis bien complètement éclater , si c'est une p'tite trace ça peut le faire, ça dépend de la tâche a effectuer )

je consomme très souvent de l héro et je suis sous TSO, ce qui aide grandement a la stabilité ( le TSO )

Sinon mes consos ne gêne en rien mon travail, et la qualité de mon travail est bien souvent supérieur a celle de mes concurrents ( sans me vanter )

J ai ouvert ma première boîte en 2015 developé la boîte jusqu'à en faire un truc stable aujourd'hui je suis gérant de ma SARL et ça se passe bien, aujourd'hui j'ai levé le pied mais y a quelques années j'ai fais venir de la main d'oeuvre du Portugal, plus j'avais des sous traitant, quand on a du personnel on doit un peu montrer l exemple, être dynamique frais etc, bref tout ça pour dire qu on peut être dépendant consommer et réaliser des grandes choses si je vous disais les endroits dans lequel j'ai travailler personne ne penserais que c'est possible car incompatible avec des conso

ha oui et si j'ai levé le pied sur cette boîte c'est pour développé d autre petit business a côté , qui prennent moins de temps et qui sont plus rentable, j'explique ça pour dire que j'ai toujours cette motivation d explorer des nouvelles choses professionnellement parlant ( pas que , c'est general )

je suis pas là pour exhiber ma réussite , ce que j estime être une réussite

Dernière modification par fandopio (17 avril 2024 à  20:47)

Reputation de ce post
 
Texte mis dans les morceaux choisis de Psychoactif. (pierre)

Hors ligne

 

avatar
filousky homme
Modérateur
France
champi vert73champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 14 Dec 2008
12105 messages
Blogs
J'ai eu dans ma vie professionnelle besoin de consommer des opiacés pour gommer le côté répétitif et chiant du travail au quotidien. J'ai toujours mal vécu le travail dans un cadre hiérarchisé et franchement, je n'en avais plus rien à foutre des consignes venues du dessus après un shoot de bonne héroïne. Plus aucun argument ne pouvait me déstabiliser émotionnellement.
L'héroïne m'a aidé à garder 10 ans un métier de VRP (Voyageur représentant placier) dans le commerce à Paris et RP.
J'aimais bien gagner un max de sous, l'héroïne était très chère dans les années 80. Sans, j'aurais démissionné 5 ans plus tôt.

Maintenant, je sui retraité et bosse pas mal bénévolement ici entre autres. Un jour normal, sans grosses motivations à passer à l'acte je consomme de la méthadone + du cannabis à petite dose.

Lorsque j'ai besoin de fournir un effort qui me coûte en raison de mon âge, je prends occasionnellement un peu de speed. Ce  dernier ne me distrait pas, mais me permet de concentrer 3 jours de boulot en une seule journée.

Dans mon inconscient, sans tomber dans la vautrerie de consommer tout ce qui passe, drogue = plaisir de passer à l'action donc en réponse claire à : "Qui comme moi consomme et arrive à bosser en même temps ?" que j'aurais remplacé par:"Qui comme moi, ne parvient pas à travailler sans consommer ?".

Amicalement

Fil

Analysez vos drogues gratuitement et anonymement avec Psychoactif

Si tu pisses contre le vent, tu vas mouiller tes sandales !

Hors ligne

 

avatar
Dapak
Psycho junior
champi vert1champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 04 Sep 2014
251 messages
Salut,

Alors je ne recommande rien et encore moins de faire usage de psychotropes trop régulièrement mais je crois qu'on peut gérer boulot et consommation à des fins productives avec un peu de discipline, c'est à mon avis plus facile quand on est dans le fonctionnel et pas dans le récréatif.

Quand je fais le bilan sur une période de plus de 20 ans et sans excès:
j’ai révisé mon bac (amphets), j’ai eu mon bac
j’ai bossé ma licence en psychologie (amphets), j’ai eu ma licence
j’ai crée et produit de la musique (mpa, 3mmc), j’ai eu des gigs dans toute l’Europe
J’ai appris le développement web (2fma),  j’ai obtenu mon diplôme dev niveau 5

C’est pas un tableau de chasse, juste un témoignage
Reputation de ce post
 
Texte mis dans les morceaux choisis de Psychoactif. (pierre)

Hors ligne

 

Lapetitepetite femme
Nouveau Psycho
France
champi vert0champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 09 Feb 2024
50 messages
Bonjour, je viens apporter ma participation sur ce sujet. Pour commencer, un grand merci pour vos réponses. Elles me font du bien a lire.

Complètement isolée dans ma conso, absolument personne n'est au courant. Ce qui veut dire que les questionnements, les adaptations, les conseils.. c'est avec moi même que je les échange. Et parfois c'est flippant !

Clairement, psychoactif a changé ma vie.

J'avais cette image du "tox" dysfonctionnel, et ma pratique qui collait pas et je vivais avec l'impression d'une épée de Damoclès, qu'à tout moment j'allais, inévitablement, basculer du côté de la perte de contrôle, finir a la rue, seule.

Pourtant, j'ai un taff a hautes responsabilités, et une vie perso riche.

L'an dernier, j'ai tout arrêté par fatigue de cacher a ma compagne. Deux mois plus tard, j'ai sombré. C'est là que j'ai compris que c'était ça qui m'avait maintenue a flot et non l'inverse ! ATTENTION je ne fais en aucun cas l'apologie d'une consommation de drogue, ni de l'addiction. Je m'explique

Cette prise de conscience a été un déclencheur. Si j'ai besoin de drogue pour fonctionner correctement, assurer au boulot et à la maison, c'est pour une bonne raison. La drogue n'est pas POUR MOI la cause, mais bien un mécanisme de compensation !

Aujourd'hui, je me questionne sur ce sujet. Est ce que je veux prendre les mesures nécessaires pour ne plus avoir à faire appel a ce mécanisme de compensation ? Ou bien est ce que cette "béquille" m'est encore utile ?

J'espère trouver un jour la réponse a mes questions et à mon fonctionnement - alors j'arrêterai sans doute !

Mais pour l'instant, accepter que c'est bien un mecanisme que j'utilise et non qui me contrôle contre mon gré me permet un rapport plus sain, et surtout de me concentrer sur une vraie compréhension globale de mon histoire plutôt que de ne voir que l'arbre qui cache la forêt...

Hors ligne

 

avatar
Mlle*Ordinaire femme
Nouveau Psycho
France
champi vert3champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 20 Dec 2023
139 messages

Dapak a écrit

Salut,

Alors je ne recommande rien et encore moins de faire usage de psychotropes trop régulièrement mais je crois qu'on peut gérer boulot et consommation à des fins productives avec un peu de discipline, c'est à mon avis plus facile quand on est dans le fonctionnel et pas dans le récréatif.

Quand je fais le bilan sur une période de plus de 20 ans et sans excès:
j’ai révisé mon bac (amphets), j’ai eu mon bac
j’ai bossé ma licence en psychologie (amphets), j’ai eu ma licence
j’ai crée et produit de la musique (mpa, 3mmc), j’ai eu des gigs dans toute l’Europe
J’ai appris le développement web (2fma),  j’ai obtenu mon diplôme dev niveau 5

C’est pas un tableau de chasse, juste un témoignage

Je rejoins également cette idée qu'on peux consommer en bossant en même temps. Pour moi, c'est le tramadol qui m'a permis en plus d'être fonctionnel, de monter dans ma profession, et d'avoir des responsabilités.

Et je ne pense pas que ça aurait été le cas sans ce médicament. J'ai l'impression qu'il me rendait plus audacieuse et plus concentrée tout en aimant ce que je faisais (alors que sans lui, je trouvais mon travail "chiant").

D'ailleurs, au même moment, j'ai eu le décès de ma mère. Et grâce au tramadol, j'ai pu mieux surmonter cette épreuve, tout en restant fonctionnel dans mon travail.

C'était réellement une béquille même si à la base, ça était prescrit pour mes douleurs lombalgies. N'empêche qu'il faut reconnaitre le potentiel de certains médicaments à condition de savoir se discipliner pour ne pas tomber dans la spirale de l'addiction (mais ça c'est une autre question).

Après, je trouverais ça dommage qu'il faudrait un médicament pour vivre mieux: ça serait tellement plus simple si on pouvait être la même personne (celle qu'on est sous tramadol) mais sans cette camisole chimique. Ce qui met le doute sur ce "qui on est vraiment", sur ce qu'on aime, sur ces capacités ?
Comment savoir puisque sous médicament, on a l'impression qu'"on aime plus facilement les choses", qu'on peux tout faire ... Alors quand le médicament n'est plus là, on a l'impression que plus rien n'a de sens puisqu'on "n'aime moins", on se sent "moins capable" ...
Comment retrouver sens, action et joie de vivre sans cette chimie ? C'est une réelle question que je me pose. Peut être que les gens "heureux" et "capables" ont naturellement ce que certains médicaments donnent chimiquement ...

Dernière modification par Mlle*Ordinaire (01 mai 2024 à  11:41)

Reputation de ce post
 
exactement ce que je ressens..

"Dans un voyage, ce n'est pas la destination qui compte mais toujours le chemin parcouru et les détours surtout" Pollet-Villard

Hors ligne

 

Lapetitepetite femme
Nouveau Psycho
France
champi vert0champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 09 Feb 2024
50 messages

Mlle*Ordinaire a écrit

Peut être que les gens "heureux" et "capables" ont naturellement ce que certains médicaments donnent chimiquement ...

Bonjour,


Dans certains cas, il y a effectivement un lien entre troubles mentaux et déséquilibre chimique ! La dépression notamment, ou encore le TDAH. Pour le TDAH, on le "traite" par un médicament qui booste la dopamine insuffisamment produite naturellement... C'est toute la complexité : la frontière entre médicament et drogue est souvent fine, et le rapport qu'on a à la substance fait varier cette frontière considérablement ! A mon avis, suite à mes recherches, mais cette opinion n'est que très personnelle !

Hors ligne

 

Echeboria homme
Nouveau membre
France
champi vert1champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 24 Mar 2024
6 messages

Lapetitepetite a écrit

Mlle*Ordinaire a écrit

Peut être que les gens "heureux" et "capables" ont naturellement ce que certains médicaments donnent chimiquement ...

Bonjour,


Dans certains cas, il y a effectivement un lien entre troubles mentaux et déséquilibre chimique ! La dépression notamment, ou encore le TDAH. Pour le TDAH, on le "traite" par un médicament qui booste la dopamine insuffisamment produite naturellement... C'est toute la complexité : la frontière entre médicament et drogue est souvent fine, et le rapport qu'on a à la substance fait varier cette frontière considérablement ! A mon avis, suite à mes recherches, mais cette opinion n'est que très personnelle !

Salut !

Tu parle du Méthylphénidate, non ?
Ps : Rien a voir mais j'ai bien lu ton message privé mais je ne peux pas y répondre pour l'instant, je n'ai pas assez participé au forum je crois. Je te répond dès que j'en ai la possibilité smile

Hors ligne

 

avatar
Nodarah homme
Nouveau Psycho
France
champi vert9champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 19 Sep 2023
114 messages

Lapetitepetite a écrit

Mlle*Ordinaire a écrit

Peut être que les gens "heureux" et "capables" ont naturellement ce que certains médicaments donnent chimiquement ...

Bonjour,


Dans certains cas, il y a effectivement un lien entre troubles mentaux et déséquilibre chimique ! La dépression notamment, ou encore le TDAH. Pour le TDAH, on le "traite" par un médicament qui booste la dopamine insuffisamment produite naturellement... C'est toute la complexité : la frontière entre médicament et drogue est souvent fine, et le rapport qu'on a à la substance fait varier cette frontière considérablement ! A mon avis, suite à mes recherches, mais cette opinion n'est que très personnelle !

une pharmacie en anglais se dit drug store, les médicaments sont des drogues légales dans le sens le plus littéral du monde! tu peux mourir d'un sevrage aux benzodiazépines. Tu fais des overdoses de médicaments (même de doliprane, et c'est fatal en plus d'être *très* douloureux. pour du paracétamol. regarde les chiffres d'intoxications aux paracétamol, aux US c'est, il me semble, la 2e substance en cause de tentative de suicide (au paracétamol) auprès dés 15-18..

les drogues peuvent être des médicaments au même titre que les médicaments peuvent être des drogues. ajd je freebase et me défonce tous les soirs avec 40mg de prazépam pris le ventre vide. ensuite je passe les 7 prochaines heures à bédave et à ne pas voir le temps passer, quand le matin se pointe ça me fait tout drole :p

Et là je suis 'sevré' (1 ans dans mon CSASPA, stoppé la came et la majorité des stim), quand j'étais plus jeune je m'enfilais des quantités à assomer un cheval.. et crois moi que je me suis bien bien assommé.. au point de péter les ponts, de me déscolariser et décider de vivre ma vie comme je l'entendais.

(j'en tire beaucoup de positif, autant qu'avec la came qui m'a adoucit les nuits les plus noires que j'ai plus connaitre dehors.)

Dernière modification par Nodarah (09 mai 2024 à  19:50)


Obligé de se mettre à genoux pour pouvoir vivre comme tout le monde... putain de monde..

Hors ligne

 

Hanna_62 femme
Nouveau membre
France
champi vert0champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 28 Dec 2022
1 message
Je viens de m’inscrire sur ce site,  je prends du speed depuis 10 ans, j’ai été diagnostiqué TDAH il y’a quelques mois.   Je savais que j’avais des troubles de concentration donc je prends du S, j’ai commencé à prendre de la  ritaline, prèscrite par le psychiatre,  à une dose considérable et ça fonctionne vraiment  ….   Pr tous ceux qui souhaite arrêter de prendre des trucs et pas dormir pdt 10 jours ….. 

Qui prends de la ritaline ??? C tout nouveau pr moi j’aimerai des conseils pr mes dosages

Hors ligne

 

AmyW non binaire
Méta-expert
France
champi vert2champijaune1cxhampi rouge3
Inscrit le 13 Jan 2023
144 messages
Blogs
On peut concilier usage de substance psycho-active et activité professionnelle, mais si on se drogue pour travailler alors là il faut se faire aider de toute urgence !

DISCLAIMER: je suis un drogué, ne me faites surtout pas confiance.

Ce que tu n’aimes pas chez les autres c’est ta propre part d’ombre.

Hors ligne

 

AmyW non binaire
Méta-expert
France
champi vert2champijaune1cxhampi rouge3
Inscrit le 13 Jan 2023
144 messages
Blogs

Nodarah a écrit

tu peux mourir d'un sevrage aux benzodiazépines. Tu fais des overdoses de médicaments (même de doliprane, et c'est fatal en plus d'être *très* douloureux. pour du paracétamol. regarde les chiffres d'intoxications aux paracétamol, aux US c'est, il me semble, la 2e substance en cause de tentative de suicide (au paracétamol) auprès dés 15-18.. )

On peut même faire une overdose… d’eau.

https://www.msdmanuals.com/fr/accueil/t … ns-le-sang

Il semble assez clair que le Doliprane, en tout cas en France, on a tendance à en prendre pour tout et n’importe quoi, alors que c’est loin d’être sans danger. Il y a même des gens qui réussissent à avoir des problèmes à cause d’une prise immodérée de certaines vitamines (« si j’en prends trop c’est pas grave, c’est juste des vitamines ! − Bah non… »)

« Dosis sola venenum facit »  (Seule la dose fait le poison). Ça se discute quant aux effets des perturbateurs endocriniens, mais pour l’écrasante majorité des substances (et je dirais même: de toute activité quelle qu’elle soit) ça se vérifie toujours


Ce que tu n’aimes pas chez les autres c’est ta propre part d’ombre.

Hors ligne

 

avatar
cependant
Modo bougeotte
champi vert38champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 25 Mar 2018
3728 messages
Blogs

AmyW a écrit

mais si on se drogue pour travailler alors là il faut se faire aider de toute urgence

Salut,
Pourquoi tu affirmes ça de façon si perentoire ?

Je comprends que l'image de la conso exclusivement festive ne se marrie pas à un usage "dopant", mais tous produits et toutes époques confondues c'est bien plus rependus de ce que cette phrase ne voudrait le laisser entendre.

Certes, ce n'est juste parce que c'est diffus que ce n'est pas un problème. Mais pourquoi ça serait un problème ?

Perso de l'aide je considéré qu'il faut le chercher quand je ne me sens pas bien, je ne suis pas satisfaite de ce que je fais, quand j'ai plus d'effets négatifs que positifs et que malgré les tentative je n'arrive pas là où je veux...et c'est à chacun.e d'établir ses propres redflag, pour toi ça peut être consommer en bossant, pour d'autres ça peut être consommer en dehors du boulot

Je ne crois pas que c'est à travers des généralités qu'on peut vraiment changer les choses


fugu kuwanu hito niwa iwaji

Hors ligne

 

DopeIsBeautiful non binaire
Banni
champi vert11champijaune2cxhampi rouge0
Inscrit le 28 Oct 2023
71 messages
Blogs
Neuropsychological Consequences of Opiate Use https://link.springer.com/article/10.10 … 007-9041-y

Environ 3,7 millions de personnes ont consommé de l'héroïne et d'autres substances opiacées au cours de leur vie. Bien que les effets de l'héroïne soient de mieux en mieux connus, cette substance reste l'opiacé le plus consommé et sa consommation a récemment augmenté chez les adultes. La littérature empirique examinant les effets neurocognitifs de la consommation aiguë et chronique d'opiacés reste limitée ; cependant, les résultats obtenus à ce jour suggèrent que la consommation d'opiacés a des effets aigus et à long terme sur les performances cognitives. Les données neuropsychologiques indiquent des déficits d'attention, de concentration, de mémorisation, d'aptitudes visuospatiales et de vitesse psychomotrice en cas de consommation aiguë et chronique d'opiacés. Les effets à long terme de la consommation d'opiacés semblent avoir le plus grand impact sur les fonctions exécutives, y compris la capacité à modifier l'état cognitif et à inhiber les tendances à réagir de manière inappropriée. Les facteurs qui contribuent à la dépendance et au rétablissement sont également examinés, car il est difficile de distinguer les effets de la consommation d'opiacés sur les performances cognitives d'autres facteurs susceptibles d'affecter les mesures neurocomportementales.

Certes les opiaces sont peu toxiques compares a d'autres drogues. Mais ils ne sont pas exempts d'effets secondaires, notament au niveau cognitif.

Hors ligne

 

avatar
Pesteux homme
Adhérent Vert-Beuh
champi vert88champijaune0cxhampi rouge0
Inscrit le 22 Feb 2023
855 messages

DopeIsBeautiful a écrit

Certes les opiaces sont peu toxiques compares a d'autres drogues. Mais ils ne sont pas exempts d'effets secondaires, notament au niveau cognitif.

L'étude que tu cites est biaisée pour illustrer le cas qui nous intéresse ici.

Si on parle de personnes qui ont besoin de se droguer pour travailler, ça veut dire qu'elles souffriraient d'aller travailler sans drogue. Or, la souffrance est tout à fait susceptible de diminuer les capacités cognitives, que cette souffrance soit physique ou psychique.

Donc pour produire une étude non biaisée, il faudrait comparer les capacités cognitives de personnes qui endurent leur souffrance sans se droguer, avec les capacités cognitives de personnes qui apaisent des souffrances grâce à la drogue.

Malheureusement, ton étude compare les capacités cognitives de personnes qui ne se droguent pas, avec les capacités cognitives de personnes qui se droguent, sans tenir compte de l'existence ou non d'une souffrance. Elle n'a donc aucune pertinence dans le cas qui nous intéresse.

Perso, j'ai l'impression de retrouver ce genre de biais dans une large majorité de tes posts. Je ne mets pas en cause ta sincérité, ni tes compétences scientifiques. Mais je pense que tu te fais des idées quand tu te crois objectif. Tu as un parti pris subjectif, comme chacun d'entre nous, et c'est bien normal.

Ainsi quand tu dis que PA fait de la politique et de l'idéologie, tu as raison, mais tu ne vois pas que tu fais la même chose, en te retranchant derrière un verni scientifique et objectif, pour donner une autorité à tes opinions politiques, ce qui les rend incontestables.

Du coup, pour échanger avec toi, ça devient un combat d'autorité, on ne se sent pas qualifié pour contredire un chercheur : on est ramené à notre subjectivité, contre quelqu'un qui prétend représenter l'objectivité scientifique. Tout à fait à tort, à mon humble avis.


Amicalement.

Dernière modification par Pesteux (14 mai 2024 à  12:35)

Reputation de ce post
 
+ 1 (Prescripteur)
 
+ 2 (MM)

Analysez vos drogues à distance via PsychoACTIF

     ~~~~~~~~~~ Confidentiel Anonyme Gratuit ~~~~~~~~~~~~
     ~~~~~ Pour toute demande : analyse@psychoactif.org ~~~~~

Hors ligne

 


Remonter


Pour répondre à cette discussion, vous devez vous inscrire

Sujets similaires dans les forums, psychowiki et QuizzZ

logo Psychoactif
[ Forum ] Concilier drogues et travail - Hello ! Refusez un stick avant de bosser ?
par Pampre, dernier post 22 décembre 2020 par Quayza
  4
logo Psychoactif
[ Forum ] Concilier drogues et travail - Toujours le même blocage : travail et conso
par Myrmidon, dernier post 22 septembre 2023 par Monsieur Grossier
  14

Pied de page des forums