Comment sniffer à moindre risque

De PsychoWiki, le wiki de Psychoactif
Share/Save/Bookmark
Aller à : navigation, rechercher

Les conseils pour sniffer à moindre risque ci-dessous sont empiriques. Ils ont été réalisés par des sniffers quotidiens et occasionnels. Ils découlent de la politique de réduction des risques.

En préambule, il est important de rappeler que l'on peut faire une overdose en sniffant de l’héroïne, de la coke ou presque n'importe quel autre produit (speed, mdma...). Les sniffeurs doivent prendre les mêmes précautions que les injecteurs : goûter une petite quantité du produit à chaque nouvel achat, même si ca vient du même endroit. Laisser le temps au produit de monter avant de reconsommer. (N'hésitez pas à tester vos connaissances sur les overdoses) De même, les risques d'addiction et de dépendance existent pour le sniff comme pour les autres modes de consommation.

Le sniff à moindre risque

Un support propre

Il faut un support propre pour mettre son produit. Il est possible de se procurez un petit miroir rond (par exemple chez Mr Bricolage). Le bonus, c'est qu'il permet de se vérifier le nez avant de sortir des toilettes. Mettre le miroir et tous les attirails du sniff dans un endroit propre, pas au fond d'un sac. Nettoyer régulièrement le miroir avec une lingette de chlorhexidine ou un tampon alcool.

« Pour le sniff, moi je suis très organisée... j'ai une petite boite ronde ou je met mes cachets de buprénorphine et une petite paille en plastique (que je ne partage pas) ainsi qu'un morceau de carte plastifié (pour écrasé les cachets).Pour le support, quand je suis chez moi, c souvent sur un morceau de vitre ou sur mon bureau qui est recouvert d'une plaque transparente plastifié (j'ai oublié le nom).. Et en dehors de chez moi si je n'ai pas de surface propre à portée, je préfère le faire dans le couvercle de ma boite.  »
-(Source, Mely, Psychoactif)

Une poudre la plus fine possible

Écraser au maximum la poudre ou les cristaux avec une carte rigide et faire des lignes les plus fines possibles et pas des pâtés, pour que ça tapisse de manière homogène les sinus.

« Je travaille le produit à la carte en la griffant légèrement au départ (carte a plat sur le support en écrasant le produit avec des mouvements circulaires légers) et ensuite en la retravaillant par acoups avec l'arète de la carte cette fois, histoire de l'affiner d'avantage, ensuite je fais ma/mes lignes.  »
-(Source, Roubz26, Psychoactif)
« Et bien pour moi les 1er traces était faite a l'arache surtout en teuf et en skouate, sur ninporte quel support et un billet a l'arrache , puis par la suite plus proprement sur CD ou miroir nétoyer avec un paille neuve a chaque fois ! puis quand je suis pacé au benzo quand je les snifait je les écrasés entre deux feuille de papier propre avec une cuillaire pour en faire une poudre la plus finne possible tous comme pour les faire en IV ...  »
-(Source, crackeur, Psychoactif)

Un roule-ta-paille

Utiliser un roule-ta-paille (trouvable dans certains CAARUD et CSAPA, associations de réduction des risques ou au programme de RDR à distance de Safe) ou sinon découper un bout de papier propre pour faire votre propre paille : pas de billet, pas de ticket de bus, pas de trucs qui traînent dans les portefeuilles.

« la paille c'était quasi tout le temps un ticket de carte bleue, un ticket de métro, un bout de magazine, une facture... Et on les réutilisait au cours de la soirée. Il m'arrive parfois d'en retrouver au fond de mes vieux sacs à mains (ben oui on sait jamais si on va retrouver un papier propre neutral )... Maintenant que je connais les risques je fais plus gaffe :un boitier de DVD ou de CD bien nettoyé, une paille dans un papier blanc et propre qui au moins n'a pas trainé, et je ne partage plus surtout..  »
-(Source, Mogwai, Psychoactif)
« si c'est mon matos , c'est surface propre (un joli miroir de maquillage pile de la taille qui me convient) et des roule ta paille ou des petits post-its, j'essaie de toujours en avoir sur moi. Si quelqu'un m'offre une trace en soirée, je fais avec la surface proposée, mais je ne partage plus mes pailles donc post-it jeté tout de suite après  »
-(Source, noann, Psychoactif)

Préparer son nez

Se déboucher le nez avant de sniffer (voir ci-dessous des astuces pour se déboucher le nez). Mais attention de ne pas se moucher trop fort, sinon ça irrite les sinus, et ralentit la cicatrisation. Il faut plutôt se moucher plusieurs fois doucement qu'une fois trop fort.

« Je me mouche une fois avant de taper puis a chaque fois avant de re-taper, puis une bonne fois en fin de session avec si possible un petit rinçage ou une douche en buvant la tasse quelques fois.  »
-(Source, Roubz26, Psychoactif)

Mettre la paille correctement

Mettre au moins la moitié de la paille dans le nez et surtout dépasser le niveau de la narine pour que le produit monte dans les sinus et ne se stocke pas dans les narines

Alterner les narines

Sniffer soit une trace par narine, soit prendre la moitié de la trace dans une narine et l'autre moitié dans l'autre.

Après le sniff

  • Penser à taper sa paille sur le support du sniff, il y a des produits qui collent au papier. De même si on sniffe pas assez fort, du produit peut rester dans la paille.
  • Si le sniff est douloureux, se masser les cotés du nez peut soulager.
  • Se rincer le nez toutes les 3 ou 4 traces, avec du serum physiologique. Il faut avaler le sérum physiologique en respirant par le nez, et que le liquide arrive dans la gorge.
« En fin de session, un bon rinçage au sérum phy (genre stérimar), ou mieux actisoufre (dégeu mais désinfecte et débouche les narines). Ce spay ne servait qu'a moi et mon mari, et je nettoyais ensuite l'embout a l'alccol à 90 avant la prochaine fois.  »
-(Source, clairette, Psychoactif)

Attention hépatite C

Des études ont révélé la présence du virus de l'hépatite C dans le mucus. On pourrait en déduire qu'il y a des risques de contamination si on partage la paille, puisque le sniff créé des micro-lésions. Pour être sur de réduire les risques d'hépatite C mais aussi d'autres maladies infectieuses, ne pas partager sa paille.

« Et j'ai toujours partagé ma paille, souvent avec des inconnus d'ailleurs, pour la simple raison que je savais pas du tout qu'on pouvait chopper des maladies de cette façon !! Pour moi, c'était surtout le shoot où il fallait être vigilant : jamais partager rien, etc. Mais le sniff... J'en savais rien du tout et je l'ai finalement su très récemment que c'était une pratique à risque.  »
-(Source, Bicicle, Psychoactif)

Entretien du capital nasal

Schéma des sinus maxillaires et frontaux

Il n'y a que 2 narines pour sniffer, c'est comme si les injecteurs n'avaient que 2 points d'injection. Il faut donc en prendre soin :

  • Alterner les narines, soit une trace une narine, soit prendre la moitié de la trace dans une narine et l'autre moitié dans l'autre.
  • Une partie de la poudre atterrie dans les poumons. Idéalement, ça serait bien de demander à son médecin généraliste de se faire surveiller les poumons et sinus régulièrement.
  • Pour les sniffers quotidiens, bien se nettoyer le nez au moins un fois par jour avant de dormir, avec du sérum physiologique trouvable en pharmacie, en supermarché, dans certains CAARUD ou à Safe.
  • pour les sniffers occasionnels, penser à se rincer le nez toutes les 3 ou 4 traces, mais pas juste avant de prendre la nouvelle trace. Il faut avaler le sérum physiologique en respirant par le nez, et que le liquide arrive dans la gorge
  • En cas de sinusite, rhinite, la goutte au nez en permanence, des croûtes, il est recommandé d'aller consulter et de présenter les symptômes au médecin. Ce n'est pas forcément évident de parler de la consommation de drogues avec tous les médecins, et si vous n'êtes pas à l'aise avec lui, présenter lui simplement les symptômes. Les CAARUD, CSAPA et l'association Safe peuvent orienter vers des médecins sensibilisés.

Astuces et Tips quand on a le nez bouché

Il y a plusieurs méthodes pour se déboucher le nez, qui marchent plus ou moins bien selon l'état de vos narines et sinus.

  • Mettre quelques gouttes de sérum physiologique, les laisser descendre dans le nez la tête renversée, se moucher normalement.
  • Prendre le mouchoir, rentrer la pointe du mouchoir dans la narine en massant, tout en soufflant
  • Si on ne peut pas insuffler, inspirer par la bouche et souffler doucement par le nez, recommencer pendant 10 minutes
  • Aller prendre l'air frais débouche parfois les sinus, surtout en hiver.
  • Quand on a le nez pris et qu'on continue à sniffer, il faut sniffer la trace, puis ne pas avoir peur de renifler très fort de manière à ce qu'on sente le produit couler dans la gorge (on peut s'aider en se bouchant une narine) (photo). Si vous sniffez avec le nez pris, le produit va stagner, votre nez va couler, et vous ne ressentirez rien. En plus, le produit qui stagne abîme les cloisons nasales.
  • Si vraiment vous avez le nez dans un sale état, vous pouvez utiliser des alternatives pour reposer votre nez : l'inhalation (chasser le dragon), l’ingestion (parachute) ou encore le plug (injection annale).


Le waterlining

« Ce que tu peux faire pour éviter les excipients et avoir un effet efficace en intranasale , c'est le water lining !

Tu mets tes billes écrasées dans la gamelle, eau froide , tu filtre et tu aspire dans une seringue sans aiguille ou tu la retires apres et tu envoies la solution dans le nez ( en gardant la tete penchée quelques minutes , le temps que les muqueuses absorbent , pour que ça ne ressorte pas par le nez ou dans la gorge ) ,à partir du moment où ça peut se diluer dans un minimum d'eau ( à voir si l'hydromophone sous cette forme est soluble dans peu d'eau ou pas ) . Depuis unmoment , quand je veux prendre un prod en intranasale, y compris dope , c'st ce que jefais et ça évite que ça atteigne trop les poumons car ça reste dans le nez et / ou au pire ça redescend un peu dans la gorge et l'eau aide à ce que ça soit mieux absorbé par les muqueuses nasales .

 »
-(Source, Acid test, Psychoactif)


Le spray nasal

C'est une variante du water lining

« J'ai acheté des cachets de 8mg, plus propices a ce système que les cachets de 2mg. Je les écrasais très finement et je mettais le tout dans un flacon spray nasal Sin Marin 30ml. Chaque flacon produit 200 sprays. J'ai donc commencé en prenant 25 spray/jour dans le pif, soit 1mg de sub. L'idée était ensuite de baisser mes prises de seulement 1 spray par semaine.

Justement, le gros avantage de sub en spray c'est sa discrétion. Une fois la mixture dans le flacon, plus besoin de préparer ses rails dans les toilettes, de planquer les kepas, matos, etc. La on prend sa dose en 3 secondes, d'un flacon d'eau de mer qui est fait pour l'hygiène nasale et qui a de plus l'air d'être parfaitement scellé. Et un flacon me durait au minimum 1 semaine, et bien plus en fin de course. Ma nana m'a souvent vu prendre mes spray et elle ne m'a jamais rien demandé. Et j'ai voyagé a l'étranger avec mon flacon a plusieurs reprises. Plus compliqué avec des cachets écrasées, une paille, etc.

 »
-(Source, Iggy, Psychoactif)