1P-LSD 2e session / Les Blogs de PsychoACTIF

1P-LSD 2e session 



William 1M73 83KG la quarantaine.
Deuxième session sous 1P-LSD
Je précise que je consomme essentiellement du vin et que j’avais un traitement médical sous ordonnance lors de la prise : venlafaxine et  alprazolam.


16h. je prends 50u.
17h.  je prend100u.

17h30 ça fait tilt !
Les couleurs flamboient.
Mes mains en mouvement créent des arcs en ciels.
Halucinations très cartoonesques qui virent au grotesque grinçant.
Je me mets au ménage (hé oui encore) pour éviter de bad triper.
Mon chat veille sur moi.
Dés que je m’arrête d’être actif, j’ai de suite des hallucinations.
Les pensées vont très vite et le temps se dilate comme un élastique.
Sentiment vertigineux mais aussi flippant.
Exemple : mon copain me laisse un texto pour me dire qu’il arrive.
Je regarde mon portable, je scrute les minutes pour m’assurer que le temps continue de passer,
mais j’ai quand même l’impression que c’est sans fin …
Et j’écris : “la peur inéxorable qui serait de ne plus te revoir, jamais, ultime terreur (n’est ce pas ça finalement l’amour vraie ?!) Tu es ma seule raison de vivre finalement dans cette minute”
1P psychedelique-romantique ? smile

Mon copain arrive.
Il prépare à dîner avec son fils, je les trouve maladroits. Il me font rire.
Je ricane beaucoup.
On décide de faire découvrir la série animée Rick et Morty ( parodie de Retour vers le futur), à mon copain.
Dessin Animé parfait pour mon état : aventures interdimensionnelles ultra colorées à gogo. Trash et hilarant.
Après deux épisodes, on décide de regarder Terminator 2.

21h30 je prends 150u (oulah ! mais non ! mais si ...)
Le film est totale relooké par mes sens.  80s à mort, super fluo ! à la moulinette Tron :  c’est TOP !
Tout est homo-érotique aussi dans ce film. Mon jugement est définitf. tongue
Mon mec n’est pas vraiment d’accord wink
Le film se termine.

Moi, évidemment, je n’ai pas sommeil.
Et là, bim ! Je vais vraiment partir. Je vais rester à halluciner tout seul sur le canapé du salon pendant des heures :
hallucinations cartoonesques vintage (tex avery + betty poop) tantôt accéleré tantôt figé.
un grand zap dans le cerveau, je ne vois plus rien de la réalité qui m’entoure.
un long délire sur lequel je n’ai aucun control, où la notion de temps a totalement disparu.
L’expérience est traumatisante.

A l’aube, je réintègre mon corps.
Les hallucinations sont moins mentales et totales. Elles s’accomodent avec la réalité.
Certes, elles l’altèrent rudement.
C’est parfait pour faire la déco de son appart, les murs passent par toutes les couleurs.
Les photos, les tableaux, tout prend vie et les émotions sont fortes.

Je me fais un thé. Dehors, il y a une tempête cosmique. Flash, éclairs se multiplient dans le calme et le silence.

Je prends des notes, je trouve tous les mots réducteurs, c’est difficile.
Ici et maintenant, le sens fait corps, s’incarne.
Et de leur côté, les objets font sens, ils ont une signification forte, comme dans les rêves.
Les objets sont des idées et les idées des objets que je peux sentir voir entendre.
Et ça c’est fatiguant au bout d’un moment.
y’a trop de choses qui se passent en même temps.

Quand j’écris sur les post-its ça écrit sur mon bras en même temps.
Je saigne (j'écris en rouge), ça fait mal. (image qui vient du roman de The Book Of Blood de Clive Barker et qui a été reprise dans la série des Harry Potter)

Niveau son : j'ai une loop d’un morceau d’Unknown Pleasures (Joy Division) qui résonne sans fin dans mon cerveau.

J’associe mon état à celui de mon chaton qui a une concentration de deux secondes, qui passe du coq à l’âne, et a des coups de speed. ^^

Je me couche auprès de mon copain. Il sent la forêt. Il est doux comme de la mousse.
Il ronfle, c’est un sanglier, un rackoon, un blaireau (ça me fait rire) la chambre est champêtre
Le soleil passe à travers le rideau.
Tout est plus calme.

Tout est plus calme, certes.
Mais je ne vais pas m’endormir pour autant.
A ce moment là, je vais avoir plein de réminiscences de la nuit et je vais faire des connexions avec des souvenirs anciens, notamment des cauchemars remontant à la petite enfance et remonter à la source, comprendre d’où ils viennent.

Le trip durera encore jusqu’ à 16h.
Il aura duré au total presque 24h.

Je vous avoue qu’à la fin j’étais épuisé et à fleur de peau.
Il était temps qua ça s’arrête smile

Catégorie : Trip Report - 03 décembre 2018 à  09:09

#trip report #chemical research #1p-lsd

Reputation de ce commentaire
 
Merci pour ce TR. Pierre
 
J'approuve pour le 1p-romantique-LSD ! Merci du partage /coach



Commentaires
#1 Posté par : janis 03 décembre 2018 à  09:14
Coucou Metropolitan Ghost,

tu veux dire que tu as pris 300mc de 1p-lsd? Ce n'est pas une petite dose même si 24 hrs d'effets me semblent bien longues....

Quand tu écris que l'expérience est traumatisante, elle l'est sur le moment? Ou avec le recul ça va mieux?

Après oui le 1p suivant les doses peut provoquer des hallucinations qui dépassent les seules distorsions de la réalité, il faut y être préparé.

Sinon merci pour ton tr, agréable à lire et récupère bien de ton trip.

Bonne journée
Janis

Posté par : janis | 03 décembre 2018 à  09:14

 
#2 Posté par : metropolitan ghost 03 décembre 2018 à  09:39
Hello Janis,
L'expérience a été traumatisante sur le moment. (ça date de juin dernier)
Au contraire, avec le temps, l'expérience a été fructifiante.

Posté par : metropolitan ghost | 03 décembre 2018 à  09:39

 
#3 Posté par : janis 03 décembre 2018 à  09:42

metropolitan ghost a écrit

Hello Janis,
L'expérience a été traumatisante sur le moment. (ça date de juin dernier)
Au contraire, avec le temps, l'expérience a été fructifiante.

Et si on creuse un peu, fructifiante à quels niveaux?


Posté par : janis | 03 décembre 2018 à  09:42

 
#4 Posté par : metropolitan ghost 03 décembre 2018 à  10:15
Alors si je creuse un peu

1. J'ai trouvé l'origine d'un cauchemar que je fais depuis ma petite enfance grâce à une hallucination que j'ai eu à partir d'un tableau-dessin (photo ci-dessous) qui se trouve dans mon salon . Et finalement, de connaître son origine ça l'a complètement désamorcé. C'est comme avoir la réponse à une question que tu t'es toujours posé.

2. J'allais sûrement en parler dans un autre billet mais bon allons-y wink Je pense que d'avoir évacuer tant d'angoisses, de peurs cette nuit là je me suis "nettoyé" la cervelle en quelque sorte. Du coup, le mois suivant, j'ai arrêté de prendre mes anxiolytiques (Alprazolam) avec accord de mon medecin. Il y a probablement d'autres facteurs qui m'ont permis d'arrêté le traitement, qui durait quand même depuis deux ans. En fait, c'est mon medecin qui a fait le lien. (oui il était au courant car je l'avais informé, j'ai bien dit qu'au debut j'étais traumatisé)

le tableau

Posté par : metropolitan ghost | 03 décembre 2018 à  10:15

 
#5 Posté par : janis 03 décembre 2018 à  10:53

metropolitan ghost a écrit

Alors si je creuse un peu

1. J'ai trouvé l'origine d'un cauchemar que je fais depuis ma petite enfance grâce à une hallucination que j'ai eu à partir d' un tableau qui se trouve dans mon salon . Et finalement, de connaître son origine ça l'a complètement désamorcé. C'est comme avoir la réponse à une question que tu t'es toujours posé.

2. J'allais sûrement en parler dans un autre billet mais bon allons-y wink Je pense que d'avoir évacuer tant d'angoisses, de peurs cette nuit là je me suis "nettoyé" la cervelle en quelque sorte. Du coup, le mois suivant, j'ai arrêté de prendre mes anxiolytiques (Alprazolam) avec accord de mon medecin. Il y a probablement d'autres facteurs qui m'ont permis d'arrêté le traitement, qui durait quand même depuis deux ans. En fait, c'est mon medecin qui a fait le lien. (oui il était au courant car je l'avais informé, j'ai bien dit qu'au debut j'étais traumatisé)

Ton témoignage est extrêmement intéressant, passionnant même!
Donc ton médecin a corrélé ton trip et le fait que tu puisses te passer de l'alpra? Il t'en a dit un peu plus sur les déterminants chimiques à l'origine de ton mieux être post trip?

Au moment d'une résurgence de projets concernant les thérapies psychédéliques, ton témoignage est symptomatique de l'intérêt de ces substances pour la psyché.

Tu penses qu'avoir porté tes peurs vers l'extérieur, au moins symboliquement par le biais de tes hallucinations à pu te permettre de les affronter, dans la mesure où elles n'étaient plus cachées dans ton inconscient?

Excuse moi si je me montre curieuse!!


Posté par : janis | 03 décembre 2018 à  10:53

 
#6 Posté par : Agartha 03 décembre 2018 à  11:07
Je suis d'accord avec janis, ton trip et ce que tu nous racontes de la suite post-trip sont super intéressants.

Effectivement il aurait peut-être mieux valu d'en rester à 150µg pour la première fois, bien que ça soit aussi une sacrée dose pour une première pour certaines personnes cela dit^^


Mais par contre tu dis avoir arrêté de prendre des anxio que tu prenais depuis deux ans, ça a été le sevrage physique/psychologique??? Je veux dire, c'est pas dangereux de pas prendre ses benzos pendant un mois complet après les voir prises pendant deux ans d'affilées?

Posté par : Agartha | 03 décembre 2018 à  11:07

 
#7 Posté par : metropolitan ghost 03 décembre 2018 à  11:26
Pour te répondre Janis,

Malheureusement côté chimique, je ne sais rien du tout. sad

En revanche, je suis sûr qu'en effet d'avoir fait face à certaines peurs m'a permis de les identifier et les "comprendre" après coup.
Et pourtant, j'ai fait 10 ans d'analyse ^^ et celles-ci étaient bien restées cachées jusqu'à cette fameuse nuit.

Posté par : metropolitan ghost | 03 décembre 2018 à  11:26

 
#8 Posté par : metropolitan ghost 03 décembre 2018 à  11:46
Et te repondre Lagartha,

Pour faire dans le détail, j'avais commencé à diminuer mon dosage d'alprazolam depuis janvier 2018. Je n'en prenais plus quotidiennement mais tous les deux, trois jours, à dose minimum de 25.
J'avoue que j'avais dû mal à m'en passer, à la fois une accoutumance physique et aussi psychologique forte.
Mon medecin me pressait gentiment du genre "on devrait vraiment réduire l'alprazolam" , "faudra arrêté un jour" etc...
Donc j'ai quand même continué à en prendre après l'Expérience wink
je suis parti en vacances en juillet où là j'ai super espacé les prises jusqu'au dernier jour de mon séjour où j'ai pris mon "dernier" benzo pour mon retour en bateau (étant claustrophobe et agoraphobe hmm )
Et je n'en ai pas repris depuis. (c'était le 28 juillet)
Attention, je ne m'interdis pas d'en reprendre. Si un jour je sens une crise de panique ou d'angoisse, je n'aurais pas d'état d'âme à avaler un benzo.
C'est juste que j'en ai pas besoin, envie ?
Et je pense que le 1P ou plutôt mon expérience avec le 1P y est pour quelque chose.

j'espère être clair smile je suis long dans mes explications.

Posté par : metropolitan ghost | 03 décembre 2018 à  11:46

 
#9 Posté par : Novice 04 décembre 2018 à  03:13
Bien le bonsoir metropolitan ghost .

Je lis des TR depuis pas mal de temps maintenant et c'est exactement en tombant sur des petites pépites comme celui ci que j'ai décidé de m'inscrire!

(Par besoin de donner mon impression)

Ce fut agréable. Merci pour ce partage smile

Posté par : Novice | 04 décembre 2018 à  03:13

 
#10 Posté par : metropolitan ghost 10 décembre 2018 à  14:17
Hé merci Novice ! Au plaisir.

Posté par : metropolitan ghost | 10 décembre 2018 à  14:17

Remonter

Pied de page des forums