Baclofene en soutien pr arrêter métha / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » Mimi » 

Baclofene en soutien pr arrêter métha 



Salut les Psykos,

Une amie à moi qui a été gravement addict à la codéine m'a dit qu'elle avait réussi à arrêter grâce à ça.

Est-ce que vs pensez que ça peut m'aider ds mon projet de diminution dans le but d'arrêter la métha ?

Perso je connais pas du tout,

Merci à tous

super

Catégorie : Témoignages - 14 mars 2018 à  18:13



Commentaires
#1 Posté par : Niko44EMOM 15 mars 2018 à  10:36
Bonjour à tous

Perso , j'ai arrêté l'alcool (15/18 Leffe triple/jour) depuis 4 ans et ce, gr^ca au baclo . Il en va de même pour ma compagne .
Pour ce qui est de la métha , je suis actuellement dosé à 150mg/jour, je dirai que psychologiquement, cela va énormément t'aider mais il te restera tout de même à affronter environ 8 jours de malaise physique et cette putain de sensation de froid ; j'ai tout de même remarqué à deux reprises (en 4 ans c'est peu, je sais) que j'avais oublié mon ttt !! Bien sûr, quoique métaboliseur rapide, il en restait dans le sang de la veille . Toutefois, c'étaient les premières fois que cela m'arrivait : OUBLIER ma métha....!
En substance je dirai que ça aide à fortement diminuer mais il restera toyujours un écueil à franchir.

Tous mes voeux de réussite bien sûr .

Si tu ne connais pas le baclo, il faut d'abord que tu l'installes dans ton organisme (comme une appli...) et pour cela il te faut les conseils et le soutien d'un toubib expérimenté en la matière ou à défaut des conseils avisés .
Je te conseillerai de commencer par 1/2 par jour en augmentant d'un demi par jour jusqu'à 3 et ensuite un comprimé par semaine en supplément jusqu'à huit , voire davantage .

les effets secondaires inévitables à un moment ou un autre seront essentiellement de fortes somnolences à tout moment de la journée . beaucoup arrêtent et c'est bêta : il suffit de retirer un comprimé de ton dosage et de recommencer à augmenter 8 jours plus tard . En général, une fois domestiqué , un effet secondaire est dominé .

Attend toi aussi soit à de la constipation (relachement musculaire en cause ) soit à des diarrhées .

ne perd jamais de vue que la fonction première du baclo est : Le relachement musculaire . à hautes doses , tous ses effets sont évidemment amplifiés . ex : des fléchissements inopinés des muscles des jambes alors que tu marches ou court .

Jre sais que le tableau paraît noir mais les bénéfices escomptés valent bien 3à 6 mois d'efforts pour intégrer le bon logiciel...

Encore une fois : BONNE CHANCE. BUENA SUERTE . GOOD LUCK...

Posté par : Niko44EMOM | 15 mars 2018 à  10:36

 
#2 Posté par : Mimi 15 mars 2018 à  11:11
Cool Nikko merci pour ton témoignage,

Je vais me renseigner,
Je pensais que c'était destiné aux alcoolo dépendants.
C'est vrai que j ai lu des témoignages sur le sujet ici mais on parle de personnes addict alcool+ métha ms pas juste métha.

Je commence à rentrer ds un délire un peu parano sur l'état et le non intérêt de faire décrocher les gens de la méthadone vu que ça entretient un business pharmaceutique et des clients réguliers pour les médecins.
Pourquoi les labos ont créé une molécule qui reste autant de temps ds l'organisme ?
Pourquoi n'existe pas plus de médicaments existants permettant de soulager le manque ds une optique d'arrêt ?

Bref je veux pas rentrer ds un délire conspirationniste ms y'a de quoi se poser quelques questions..

Je vais en parler à mon médecin après c'est vrai que ça a l'air plutôt hard ms apparemment aucun risque de dépendance et je suis étonnée qu'une pote pr décrocher de la codéine c'est fait prescrire tt ça.

Merci pour tes encouragements Nikko j'espère sincèrement y arriver à force de galères et d'efforts bien que l'envie de came est tjrs présente chez moi on va pas se voiler la face..

salut

Posté par : Mimi | 15 mars 2018 à  11:11

 
#3 Posté par : prescripteur 15 mars 2018 à  11:33

Je commence à rentrer ds un délire un peu parano sur l'état et le non intérêt de faire décrocher les gens de la méthadone vu que ça entretient un business pharmaceutique et des clients réguliers pour les médecins.
Pourquoi les labos ont créé une molécule qui reste autant de temps ds l'organisme ?
Pourquoi n'existe pas plus de médicaments existants permettant de soulager le manque ds une optique d'arrêt ?

Bonjour, le "dogme" médical actuel est que les dépendants "recréatifs"  aux opiacés ne peuvent pas vivre sans béquille et donc qu'ils ont besoin d'un TSO pour de très longues périodes.
Des articles divers vont dans ce sens mais "statistiquement". Il y a toujours des personnes hors statistiques d'où le débat.

http://www.infos-psychotropes.fr/pdf/bmjTSO.pdf

C'est parce que la Méthadone reste longtemps dans l'organisme que c'est un bon TSO. De façon générale les produits d''action courte entrainent du craving alors que ceux à action longue n'entrainent pas de hauts et bas.(cf valium pour les BZD, TSO etc..).
Pour le sevrage des opiacés il existe la clonidine par exemple mais qui n'est pas toujours facile à manier. Je pense donc que la meilleure méthode est la diminution progressive des opiacés. Si elle est impossible j'aurais tendance à dire a priori que c'est parce qu'elle n'est pas pertinente. Mais il faut voir avec ton médecin bien sûr.

Pour le baclofène c'est vrai que des études montrent un interêt potentiel dans d'autres addictions mais à ma connaisdsance il n'y a pas de protocole (ni d'AMM ou d'ATU = Autorisation Temporaire d'Utlisation) et un risque d'interaction sévère avec la méthadone (potentialisation des effets sédatifs) rendant l'association potentiellement dangereuse voire mortelle.

Amicalement


Posté par : prescripteur | 15 mars 2018 à  11:33

 
#4 Posté par : Mimi 15 mars 2018 à  12:22
Bonjour prescripteur,

Voilà une étude qui porte à réfléchir et on mesure complètement la nécessité d'être très vigilant quand à une reconsommation après un arrêt TSO.
Et à priori quelques exemples de surdosage TSO lors de la mise en place de celui-ci sans que le médecin puisse en mesurer à l'avance les conséquences.

J'ai conscience que la méthadone est salvatrice à un moment donné mais je déplore un peu le manque de solutions proposées (à part une diminution très progressive) quand on a l'envie de s'en détacher et c'est là où je me dis (c'est subjectif) que ce n'est pas une priorité sanitaire pour l'état , le corps médical ou pharmaceutique.

Merci en tout cas pour la réponse qd au baclofene qui apparemment peut être dangereux ds mon cas. Si y'a pas d'autres solutions je vais y aller très doucement mais ça me fait un peu chier qd même de voir à quel point ça risque d'être long et compliqué..

Merci beaucoup d'avoir pris le temps de me répondre je vais poser ttes mes questions au CSAPA semaine prochaine, et bien sûr en parler à mon addicto.

super

Posté par : Mimi | 15 mars 2018 à  12:22

Remonter

Pied de page des forums