Cannabis : E. Dupond-Moretti veut garder son fond de commerce ! / Les Blogs de PsychoACTIF

Cannabis : E. Dupond-Moretti veut garder son fond de commerce ! 



Communiqué de presse du 22 novembre 2021

Cannabis : E. Dupond-Moretti veut garder son fond de commerce !

En réaction aux déclarations du Garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti sur le cannabis, dans un article de Femme Actuelle le 15 novembre 2021, PsychoACTIF* réagit à ses propos, à la fois réducteurs, stigmatisants, et dignes du siècle dernier.

Éric Dupond-Moretti affirme avoir, dans son expérience professionnelle d’avocat, «rencontré beaucoup de clients consommateurs de produits stupéfiants » et avoir vu « énormément de gamins déscolarisés, démolis».
En effet, le système prohibitionniste français protège très mal les consommateurs, et a tendance à alourdir leur problèmes liés au cannabis : les problèmes sanitaires avec un cannabis coupé à des produits toxiques, les problèmes d’addiction en retardant l’entrée dans le système de soin, les problèmes de stigmatisation, auxquels s’ajoutent des problèmes judiciaires et financiers en envoyant les consommateurs dans le système pénal.
De plus M. Dupond-Moretti rappelle les dommages que peut occasionner le cannabis, mais il omet de citer le dernier rapport parlementaire qui dénonce le peu de moyens alloués à la prévention en milieu scolaire! Il omet également de dire que c'est la prohibition qui fait que « l’État français assiste de manière impuissante à la banalisation du cannabis chez les jeunes».

Éric Dupond-Moretti affirme que « s’il n’y a pas de consommation, il n’y a pas de trafic. » Faire le lien entre la consommation et les violences liées au trafic ne sert qu’à culpabiliser encore un peu plus les consommateurs de produits stupéfiants.
Mais c'est d'abord la prohibition qui crée le trafic ! Les pays qui ont légalisé ont réduit de manière conséquente le commerce illégal, que ce soit aux USA, au Canada (en particulier au Québec) ou en Uruguay.

Par exemple, en Uruguay, en 2018 (soit 5 ans après la légalisation) 1 utilisateur sur 3 au cours de la dernière année a consommé du cannabis provenant du circuit légal, et seulement 24,4% des consommateurs se fourniraient sur le marché noir.

Avec autant de mauvaise foi, nous nous demandons si M. Dupond-Moretti ne souhaite tout simplement pas garder ses fonds de commerce ? Celui d’avocat qui se fait de l’argent en défendant les usagers pris dans les étaux de la prohibition, et celui de ministre, qui défend un système pénal qui vit grandement sur le dos des usagers de cannabis.

Malgré une évolution nette de l’opinion publique et une faillite du modèle prohibitionniste français, les membres du gouvernement continuent à employer une rhétorique de guerre à la drogue et aux usagers de drogues. Nous demandons à sortir de ce système coûteux et inefficace, nous demandons une régulation de la consommation de toutes les drogues, et notamment une légalisation du cannabis.

Contacts presse : Pierre Chappard , Estelle Gerardin

Catégorie : Actualités - 22 novembre 2021 à  13:57

Reputation de ce commentaire
 
Classe Mr No



Commentaires
#1 Posté par : prescripteur 23 novembre 2021 à  11:35
Bonjour, Il y a un appel international à fonder la politique des drogues sur les droits de l'homme et pas sur la repression. Et "Droits de l'Homme" ne concerne pas seulement  les citoyens qui peuvent se payer les services d'un avocat prestigieux.  Amicalement

http://www.ipsnews.net/2021/11/radical- … -equation/

Langues

Mardi 23 novembre 2021


Crime et justice
Une révision radicale des politiques en matière de drogue met les droits de l'homme dans l'équation


Une nouvelle analyse des politiques mondiales en matière de drogue examine comment les politiques et la mise en œuvre des pays en matière de drogue s'alignent sur les principes des Nations Unies en matière de droits de l'homme, de santé et de développement. Crédit : Michael Longmire/Unsplash

BRATISLAVA, 9 novembre 2021 (IPS) - Une nouvelle analyse « radicalement innovante » des politiques mondiales en matière de drogue a mis à nu le plein impact des lois répressives sur les drogues et leur mise en œuvre sur des millions de personnes dans le monde, ont déclaré les groupes de la société civile à l'origine de sa création.

Le premier Global Drug Policy Index (GDPI) www.globaldrugpolicyindex.net , développé par le Harm Reduction Consortium (HRC) - une collaboration de groupes de la société civile - classe les pays sur leurs politiques en matière de drogues par rapport à une série d'indicateurs liés à la santé, au développement et droits humains.

Des groupes du HRC affirment qu'il s'agit du premier outil de ce type pour documenter, mesurer et comparer les politiques nationales en matière de drogues et leur mise en œuvre, à travers le monde.

Et les résultats du premier indice ont souligné à quel point même les pays les mieux classés ne parviennent pas à aligner leurs politiques et leur mise en œuvre sur les principes des Nations Unies en matière de droits de l'homme, de santé et de développement.

Ann Fordham, directrice de l'International Drug Policy Consortium (IDPC), qui a participé à la création de l'index, a déclaré à IPS : « Le message est qu'aucun pays ne se porte bien. Ils ont tous une énorme marge de progression.

Les organisations du HRC affirment que pendant des décennies, il a été difficile de déterminer dans quelle mesure les gouvernements se débrouillent bien ou mal en matière de politique antidrogue.

Jusqu'à présent, de nombreux gouvernements ont mesuré le « succès » des politiques antidrogue non pas en fonction des résultats en matière de santé, de développement et de droits humains, mais plutôt en donnant la priorité à des indicateurs tels que le nombre de personnes emprisonnées pour des infractions liées à la drogue, le volume de drogues saisies ou le nombre de d'hectares de cultures médicamenteuses éradiqués.

Le résultat net, selon les groupes de réforme de la législation sur les drogues, est un grave manque de responsabilité en ce qui concerne les approches répressives à l'égard des drogues privilégiées par de nombreux gouvernements et qui gâchent la vie de millions de personnes, invariablement parmi les populations les plus vulnérables et marginalisées.

Mais ils croient que le GDPI changera cela.

Il utilise 75 indicateurs couvrant cinq grandes dimensions de la politique antidrogue : la justice pénale, les réponses extrêmes, la santé et la réduction des risques, l'accès aux médicaments sous contrôle international et le développement.

Trente pays – le HRC prévoit d'étendre le projet pour inclure davantage d'États à l'avenir – reçoivent une note dans chacun de ces cinq domaines et sont classés selon une note globale sur 100.

Les scores sont décidés non seulement sur les données existantes mais, surtout, sur les perspectives locales d'experts sur la mise en œuvre des politiques.

Selon l'équipe à l'origine de la méthodologie de l'indice, cela a aidé à créer une image plus précise de la façon dont les gens étaient affectés par les politiques antidrogue d'un État donné et à quantifier objectivement les effets de leur mise en œuvre.

Le professeur David Bewley-Taylor, de l'Université de Swansea, a déclaré à IPS : « Notre travail était un effort délibéré pour inclure les communautés affectées au cœur de l'indice. Cela permet de remettre en question les hypothèses paresseuses sur les politiques antidrogue des pays et ajoute des nuances au débat sur la politique antidrogue.

Son collègue, le Dr Matthew Wall, a ajouté : « Même avec les meilleurs enregistrements de données, il peut y avoir des lacunes. Parce que nous travaillions avec la société civile, nous pouvions obtenir des données supplémentaires, obtenir une évaluation sur le terrain de la mise en œuvre des politiques.

« Sans les perspectives de la société civile, il aurait manqué quelque chose, en particulier dans la mesure de l'équité de la mise en œuvre dans certains domaines, par exemple, l'accès au traitement de réduction des risques. »

Certaines des conclusions de l'indice ont souligné l'impact désastreux de la mise en œuvre des politiques sur les communautés.

Il a montré qu'une approche militarisée et répressive du contrôle des drogues reste répandue dans le monde, la force meurtrière par l'armée ou la police étant signalée dans la moitié des pays étudiés. L'application de la loi sur les drogues vise également principalement les infractions non violentes, en particulier les personnes qui consomment des drogues.

Pendant ce temps, dans une certaine mesure, dans tous les pays, le contrôle des drogues a un impact disproportionné sur les personnes marginalisées en fonction du sexe, de l'origine ethnique et du statut socio-économique.

L'indice a également souligné des écarts parfois importants entre la politique et sa mise en œuvre, et comment certains pays réussissent bien dans certains domaines mais mal dans d'autres.

Par exemple, en garantissant l'accès aux médicaments contrôlés, des pays comme l'Inde, l'Indonésie, le Mexique et le Sénégal obtiennent un score élevé sur la politique mais obtiennent 0/100 pour la disponibilité réelle pour ceux qui en ont besoin.

Il a également révélé que les inégalités sont profondément ancrées dans les politiques mondiales en matière de drogue, les cinq pays les mieux classés obtenant des scores trois fois plus élevés que les cinq pays les moins bien classés. Selon le rapport, cela est en partie dû à l'héritage colonial de l'approche de la « guerre contre la drogue ».

Alors que la Norvège était en tête de l'indice, même elle n'a pas bien performé dans tous les domaines et a obtenu un score global de 74/100. Le score médian dans les 30 pays de l'indice n'était que de 48/100.

Les militants pensent qu'en définissant le « succès » des politiques antidrogue des pays en termes d'indicateurs des droits de l'homme, de la santé et du développement, et surtout parce qu'il implique des données recueillies à partir de l'expérience de mise en œuvre sur le terrain, l'indice peut être un outil puissant pour essayant de persuader les gouvernements de changer leur approche des drogues.

« L'indice mondial des politiques en matière de drogues n'est rien de moins qu'une innovation radicale », a déclaré Helen Clark, présidente de la Commission mondiale sur la politique en matière de drogues et ancienne Premier ministre de la Nouvelle-Zélande.

« De bonnes données précises sont synonymes de pouvoir, et elles peuvent nous aider à mettre fin à la « guerre contre la drogue » le plus tôt possible. »

Écrivant dans l'avant-propos du rapport, elle a ajouté : « Pour les décideurs souhaitant comprendre les conséquences du contrôle des drogues, ainsi que pour ceux qui cherchent à demander des comptes aux gouvernements, l'indice met en lumière les aspects critiques des politiques antidrogue qui ont été historiquement négligés. , comme l'intersection de la politique et du développement en matière de drogue, ou les impacts différenciés de l'application des lois sur les drogues sur les groupes ethniques, les peuples autochtones, les femmes et les membres les plus pauvres de la société. »

Le rapport d'accompagnement de l'indice illustre les effets des politiques antidrogue sur les communautés, y compris des histoires réelles de personnes qui consomment des drogues, documentant souvent la stigmatisation, la violence et la persécution auxquelles les utilisateurs de drogues sont confrontés en raison des politiques répressives en matière de drogues et de leur mise en œuvre.

Il contient également une série de recommandations pour les gouvernements, notamment des appels à la fin de la violence, de la détention arbitraire, des peines extrêmes et des peines disproportionnées, et la promotion de l'accès à la santé, aux médicaments et aux services de réduction des risques et une approche de développement à long terme pour les personnes marginalisées. communautés du monde entier.

Cependant, on ne sait pas dans quelle mesure le GDPI influencerait les décideurs politiques dans les pays où les politiques répressives en matière de drogue sont la norme depuis des décennies et où les régimes ont résisté à plusieurs reprises aux appels à la réforme.

Des groupes faisant campagne pour une réforme de la législation sur les drogues au Bélarus, par exemple, qui possède certaines des législations les plus répressives au monde et une mise en œuvre notoirement sévère de celle-ci, ont déclaré à IPS qu'il est peu probable que l'indice modifie la législation du régime, ni son approche intransigeante de la consommation de drogues. .

Piotr Markielau de Legalize Belarus a déclaré à IPS : "Cet indice est une excellente idée, mais il a très peu de chances d'influencer la politique en matière de drogue en Biélorussie ou dans tout autre pays non démocratique."

Mais Fordham a déclaré que même si l'indice a été ignoré par les décideurs politiques dans certains États, il ne diminue pas sa valeur.

«Nous apprécions le fait que certains pays resteront imperméables à nos efforts, mais nous espérons que l'indice déclenchera au moins une conversation sur les paramètres utilisés pour mesurer les politiques en matière de drogue.

"Nous devons continuer à taper du tambour et à mettre en lumière les politiques répressives en matière de drogue et les dommages qu'elles font."

Elle a ajouté : « Les gouvernements n'aiment pas la responsabilité à ce sujet, nous nous attendons donc à un certain recul de l'indice. Mais une chose dont je suis fier avec l'indice est la méthodologie incroyablement robuste qui a été utilisée. C'est un travail très réfléchi, et il nous mettra sur des bases solides lorsque nous parlerons aux gouvernements. »

Malheureusement la France n'est pas testée !

https://globaldrugpolicyindex.net/wp-co … Report.pdf


Posté par : prescripteur | 23 novembre 2021 à  11:35

Remonter

Pied de page des forums