D’où vient le crack à la base? Une histoire de marchand de cailloux... / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » ismael77 » 

D’où vient le crack à la base? Une histoire de marchand de cailloux... 



D’où vient le crack à la base?
Une histoire de marchand de cailloux, mais qui a inventé la galette des rois et des mendiants?
/forum/uploads/images/1558/freebase-kit--ad.jpg


La première fois que j’ai vu du crack, c’était le 22 juin 1992 à 4h du matin, la fête de la musique, je me souviens bien. Place Stalingrad. J’avais quatorze ans seulement.
/forum/uploads/images/1558/place-stalingrad.jpg

Sous les arcades, en passant, un type, du genre pakistanais, m’appelle. Le mec a un couteau dans la main droite, mais il ne me veut pas de mal, au contraire…
Dans la gauche il tient une barre, de la longueur de sa paume, blanche. Du crack. Je ne saurai pas ce que c’est, avant un long passage, poudreux, par voie nasale, qui ne m’a pas trop plu. Puis en l’injection jusqu'à ce que mes veines n’en veuillent plus.
C’est du crack, et nous sommes à l’endroit que la télévision baptisera «place du crack».  Deux ans plus tard un reportage au journal télévisé parle du lieu et de l’arrivée du crack en France. Mais à part dans l’est parisien, personne n’en a vu. Sauf dans le cinéma américain, et les séries comme 21st Jumpstreet.
/forum/uploads/images/1558/menace-2-society.jpg


Les média américains ont popularisé et imposé au grand public, le mot crack. Dans les années 80, on parle d’une nouvelle drogue, qui rendrait addict dès la première prise, enfin taffe. Crack, mot argotique repris par la presse pour désigner la base de rue.

Les histoires de soi-disant crack-babies et de prostituées de 14 ans véhiculent l’ image, terrifiante, d’une «épidémie foudroyante», un fléau.
Le président Reagan, en montre à la télévision (la maison blanche a reçu, ce jour là, un gros caillou blanc, exposé à l’écran), dans ces mains, pour bien montrer qu’il est dans l’affaire, le gars sait de quoi il parle...
Sauver l’Amérique, c’est son job. L’heure est grave, cette épidémie est la pire menace pour les Etats-Unis, après les communistes bien sûr. La guerre, démago-électorale, contre la drogue est lancée, sa femme Nancy en prend la tête, avec le slogan «just say no». (Sait-elle pour la CIA, comment ne pas?)
/forum/uploads/images/1558/just-say-no-arnold-nancy-83.jpg



Les Américains pensent, et oui, que le crack est la cause de tous les problèmes de criminalité, des noirs. En coupant les aides sociales, Reagan a, oeuvré au sous développement des quartiers, et prétend que c’est le crack qui créé le racisme et la pauvreté, pas l’inverse.

Pour bien résoudre le problème, la loi, qui permettait de justifier les tarifs de la coke, donc d’enrichir certains va se durcir. A partir de cette année, 1983, il y a une nouvelle drogue dans la tête des 300 millions d’américains, le crack-head remplace le Junki. Dans les deux cas c’est la communauté noire qui en est à la fois victime, et stigmatisée. Tandis que certains de ses membres s’enrichissent, en participant à un business, dont ils étaient exclus jusque là.

Le crack est d’abord un mot, avant d’être un symbole, un stigmate ou le diable lui même, en référence au bruit que fait le caillou quand on le fait brûler.
L'année où je vois mon premier caillou, c'est le centre ville de LA qui brûle suite aux émeutes et à 10 ans de misères et de gangsters. De crips et de bloods.

Quand Ricky Ross, le plus grand trafiquant de South Central Los Angeles (ghetto noir) entend dire, qu’il vend du crack, il explose, «je ne vend que de la cocaïne». Et c’est vrai. En plus au départ ce n'est pas mal vu, comme l'héroïne.

Avant la médiatisation, puis, pour faire diversion, après le scandale Iran/Contra gate, affaire qui implique la CIA, Bush et Reagan dans les achats d’armes (financés par...le trafic de cocaïne), le «crack» existait déjà.
Je ferai un article entier consacré à cette histoire d’implication de la CIA, et des plus hauts responsables de l'administration Reagan/Bush, dans le commerce de drogue, de Colombie vers les Etats Unis..

En allant en Martinique en 1996, je passe rue de la Folie à Fort de France, là il y a une association rastafari où on achète de la weed. Normalement c’est pas cool mais presque, mais en entrant je vois les têtes des rastas devant, qui m’appellent tous la main tendue. Pourtant il y a eu une fierté rasta. Le caillou a fait de ses mecs des zombies. Je parle comme ceux que je dénonce, mais l’addiction au crack aliène, détruit socialement, psychologiquement, encore plus que celle à l’héro. Tous ceux qui ont eu les deux addictions le savent. Alors oui, ça me faisait peur, oui, je connaissais, mais bon, on finit par faire ce qu’on redoutait, ou rejetait. Comme payer 20e pour un shoot de coke je trouvais ça ridicule, pourtant j’en ai fait autant.

Mais alors, c’est quoi le crack?
/forum/uploads/images/1558/crack-photo.jpg


Un nouveau nom, pour ce qu’on appelle le rock, le free base.

A base de...
En juin 1980, c’est l’Amérique tout entière qui apprend l’existence du free base,
au travers de l’accident de Richard Pryor. Pour ceux qui l’ignorent, Pryor était le pré Eddy Murphy, mais encore plus connu. C’est toute mon enfance, on allait au vidéo club à Laumière, louer des VHS de films, qui ne sortaient pas chez nous. Mais étaient des blockbuster (à cette époque il fallait entre 2 et 4 ans pour qu’un film arrive sur nos écrans!). Bref il n’y avait pas un américain entre 7 et 77 ans qui ne connaissent l’acteur noir à la petite moustache, qui faisait des audiences incroyables, avec son style inimitable.
/forum/uploads/images/1558/freebase-what-is-free-about-it-r-pryor.jpg

Toutes les télévisions en parlent en direct, il est transporté à l’hôpital depuis sa propriété de Beverly Hills, avec de graves brûlures.
Il avoue avoir pris feu en allumant le mini chalumeau qui lui servait à cuisiner et fumer sa coke, après trois jours sans dormir.
Une fois l’effet repoussoir de l’accident passé, oui personne ne parle d’addiction, de crack ni rien. Au contraire, ce qu’il y a de dangereux n’est pas le produit, mais le feu. On changera de disque, quand les noirs pauvres s’y mettront.

Le free base entre dans la culture de masse. Mais il est déjà connu par les stars comme celles de LA, avec les studios de cinéma, et bien sûr les vedettes de la Pop. La cocaïne est chère, et quand on base, on consomme à la chaîne, des centaines de dollars partent en fumée, en une heure. Chaque hit coûte 50s ou presque!
C’est, comme la cocaïne en poudre, un must. Le must du must, fin du fin. Un article de Rolling Stone magazine paru en 1980 aussi (l’année de la base) explique que c’est «the top of the top of the line», en gros la ferrari de la défonce (les premières testa rosa de la coca paraîtront bientôt à LA).
Meilleur pour la santé, préserve  le nez et les veines, tout en ayant un effet plus rapide et presqu’aussi intense que l’intraveineuse.

/forum/uploads/images/1558/molecule-crack.png

Là certains me diront, mais ce n’est pas la même chose, la base et le crack.
On va clarifier direct, le crack est un nom donné à la cocaïne une fois basée. La base étant le nom donné à la forme solide fumable de la cocaïne. Ni plus, ni moins.

Vous m’direz, oui mais c’est pas la même qualité, le même procédé, pureté, ph, degré d’hydrométrie multiplié par le point g de ta grand-mère au carré...

Il y a de multiples façons de faire, mais que se soit avec du bica, bicarbonate de soude, sodium en fait (baking soda en anglais) ou de l’ammoniac, les deux, de l’éther, ou du rhum, le but est de transformer de la cocaïne (hcl) poudre, en de la cocaïne caillou. Un kilo de poudre pure donne un kilo de crack (base, caillou), plus un peu de bicarbonate, c'est à dire deux atomes de carbone c'est mauvais pour la planète, et la tête. Tu cherches quoi par terre, des mini cailloux? Non, mon emprunte carbone.
C’est la méthode la plus courante, tu bases et tu cherches par terre, ce qui est depuis longtemps dans ton sang...
D'où le nom, retour à la base. Je sais, c'est naze.
Mais on finit à quatre pattes sur la moquette, avec le crack qu'on soit sur un tapis iranien ou le pavé de la rue d'Aubervilliers. 
/forum/uploads/images/1558/cocaine-or-crack-house.jpg

La méthode ne sert ni à purifier, ni à quoi que ce soit d’autre que transformer de la poudre de cocaïne en caillou. Si une partie de la coupe disparaît en la cuisinant la majeure partie reste dans le produit fini, vous basez à 0,8, très bien mais cela ne veut pas dire grand-chose. On suppose que la came n’est pas (mal ou trop) coupée, on la teste, on la goûte.

Le crack, vous l’avez compris, la coke en bloc, n’est ni plus ni moins coupé que la poudre. Même plutôt moins, par purification ça joue c’est vrai, sur certaines coupes, mais surtout, une fois le produit cuisiné, il est rare de le re-cuisiner pour le couper. Donc les derniers maillons, vendeurs de rues ou l’intermédiaire ne peut ajouter de lactose au dernier moment.
D’ailleurs cette histoire de lactose dans la C, c’est connu et vrai. Il y a de meilleurs coupes, manitol etc. Mais, moi qui shootais, à part le genre d’arnaque individuelle dont je parlais, je voyais bien qu’il n’y avait que du soluble. Pas de lait blanc, de l’eau. La qualité a augmenté encore plus vite que le prix a baissé. L’ANPAA estime aujourd’hui que la coke vendue en France est en moyenne de 40% à 60% pure. Pour l’héro, vendre une telle pureté, serait honnêtement criminel!

Bien sur, on peut couper le crack au moment de la cuisine. Mais il y a de la concurrence et, selon pas que moi, les produits n’ont jamais été aussi disponibles, et de bonne qualité. Je ne parle même pas des Antilles, mais à NY comme en Europe de l’ouest.
Paris est une très bonne scène. C’est Porto qui déchire tout, quand j’y étais j’ai surkiffé, puis un gars m’a proposé d’aller chercher mieux, moins cher (que 5e pour 15 chez nous). Mieux que quoi?

Bon à NY il y a de tout comme à Paris. Mais le tout de l’année prochaine est déjà là.
On peut toujours couper, en fait aux USA, la loi du biz puis la loi tout court (comme en Europe avec les quantités d’héro transportées), font que si vous sortez avec 50 g de cocaïne en poudre, allez chez vous préparer un gramme de cocaïne en caillou, vous risquez la même chose au retour qu’à l’aller, pour 50 fois moins.  Un gramme de crack t’envoies derrière les barreaux.

Je veux tirer mon chapeau aux courageux usagers américains qui risquent beaucoup plus que nous. Et je peux dire que je sais, un peu, de quoi je parle.
/forum/uploads/images/1558/arrestation-crack-police.jpg

Pour le reste il y aura des «pas d’accord», car même sur wikipedia, ou le dictionnaire, ils disent n’importe quoi. Et des sites d’information (autres que ASUD et PA) aussi, même les meilleurs, font des erreurs.  Pas besoin d’être chimiste pour comprendre qu’il n’y a rien à comprendre, juste à fumer, si ça fait l’effet recherché c’est que ça en est. En effet il est connu, en IV, depuis 1860. On ne peut pas dire que l’effet inhalé soit plus puissant, non, moins mais plus rapide, donc encore plus addictif. Comme chasser le dragon, l’héro.

Le crack n’est ni un sous-produit ni un sur-produit (enfin...HOOOO, s^r ?  .%M    AS.µ).
On a des consommateurs à la cuiller et des dealers à la casserole. Puis il y a Ricky Ross, qui, avec des fours professionnels sortait des blocs de 35 kilos. Il devait avoir un trans-palette.
Comment couper ça? Avec une hache! Oui, il paraît que ça tranche proprement.
/forum/uploads/images/1558/ricky-ross-selling-books.jpg

Mais il est rare de vendre du crack/base en grande quantité, déjà on risque moins en transportant de la poudre, et c’est en bas de l’échelle que ça se passe.
Les gars (et les filles) qui vendent dans la rue,  n’ont pas le même produit. Pas la même cocaïne à la base, ou coupée différemment, aussi elle peut être ratée.  En tout cas la qualité varie d’un mec à l’autre et d’un coin de rue, d’un jour, à l’autre.
Pour l’héro c’est souvent, la même plus ou moins coupée. Mais ces (très) jeunes qui vendent de la poudre, à Paris, ou New York City ne connaissent pas le produit. Ils en jugent par la clientèle. Il y a des testeurs, aussi. Humains pour eux, et chimiques pour ceux d'en haut. On vend des kits pour la coke en caillou et en poudre, pas des kits de base, de test. Sur internet.

Le but est de faire de l’argent, et plus c’est pro, moins c’est de la daube.

Le vendeur-consommateur est un maillon «faible», qui rapporte, mais beaucoup part en fumée, et encore plus descend dans les poches du petit fournisseur.

Un arnaqueur n’est pas un bon vendeur et inversement. On arnaque une fois, on vend chaque jour. L’intérêt des cités c’est ça, il y a d’autres hall, d’autres cités, donc la qualité varie mais reste correcte. Sinon la clientèle par avec.

Comme à Stalingrad ou à la colline, contrairement à Marcadet, sauf si tu sais, (de la bouche emballé argent donné et en speed), tu as peu de chance de tomber sur quelque chose de mauvais.

/forum/uploads/images/1558/marcadet-crack.jpg
Là où il y a beaucoup de vendeurs c’est mieux, forcement.

Le gars à qui tu achètes dix euros, sera encore là pour toi quand tu reviendras, alors il est sympa. Le premier a bien servir a gagné le client, souvent. Une famille entière vit d’une consommation parfois plus..Tous n’ont pas les mêmes motivations. Si tu en as tout le temps et que la qualité est toujours ok, il faut juste pas trop dormir...Déjà que vendre de l'héro c'est pas marrant, ça non, ingérable. Pour moi en tout cas, alors que pour la poudre j'avais de gentils clients avec des billets neufs. A l'heure et cash.

Les arnaques viennent moins des dealers que des consommateurs. Et des arnaqueurs! Fausses boulettes. Une fois je me suis fait vendre un plastique vide, dans le métro, en speed. Je suis retourné voir le gars, j’étais le seul blanc au milieu de tous les Africains, essayant de comprendre qui étaient ses amis. Et là, il a menacé...d’appeler la police! J’allais pas me battre pour 8e. Un (faux) dealer appelle la police pour se protéger!


A un haut niveau, à ma connaissance on ne vend que de la poudre, pure (ou du liquide pour les douanes, il pourraient aussi faire des meubles en crack!).
Un bloc de crack ressemble a un bloc de poudre en caillou. Je ne l'ai pas dit, mais on ne fume pas la poudre à cause, non des impuretés, mais de la température de combustion. Je vous la remet pour le plaisir de lire la pub, je traduirai, s'il le faut.
/forum/uploads/images/1558/freebase-kit--ad1.jpg


Donc on est passé du free base des yuppies, Wall Street, Hollywood et Rock’n’roll, super image du mâle alpha qui fume des cigarettes Winston, approuvées par le Docteur Chepaki, et achète le plus cher modèle de kit base, dans un coke shop (oui ça existait dans les années 70).  Regardez ces publicités dans les magazines spécialisés, aux Etats Unis la liberté d’expression est sacrée, comme la liberté du pognon. Elles témoignent de l’intérêt et de l’engouement snob pour le free base, un consommateur de coke sur dix. Vous pouvez être sûr que Donald Trump y a goûté, et pas sans inhaler...Il représentait tout ceux qui ont besoin de montrer leur réussite par des concours de sots et de bites à coup de seaux de Champagne sauf que c’était de la coke. Le mec qui paye, dix mille dollars, pour enfumer sa party, doit être un sacré crack


Avant qu’on en vende à des ouvriers noirs, les baseurs de la haute, en parlaient en gourmets.

Ils disent fumer de la «free garbage base», c’est à dire de la coke purifiée de ses déchet (garbage). Free veut dire «sans»  par exemple drug free zone, c’est zone sans drogue, et pas le contraire. On voit ces panneaux partout là-bas, mais ça ne veut pas dire que les autres sont des drug zones! C’est pas la base qui est «libre».
/forum/uploads/images/1558/drug-free-zone.png

En fait il y a une confusion, si la cuisine de la cocaïne nécessite une base, comme le produit qu’on va utiliser (basique, alcalin, bicarbonate de sodium par exemple...), il ne s’agit pas de la base ou de la cocaïne purifiée (sinon comment faire du crack, baser, avec de la pure?).

Le but est de fumer pas de purifier, même si on l’associe. Le mot, au départ vient, je pense d’une importation. Aux USA, on a commencé à consommer de la free base au cours des 70’s, les Antillais en consommaient déjà quand c’est apparu aux coins de rues à Miami.
C’est la profusion de cocaïne, péruvienne, puis colombienne, qui a favorisé l’émergence du phénomène en Amérique du nord. Les Posse Jamaïcains ont importé la vente dans la rue de base, sur la côte est. Mais le feu a été inventé partout en en même temps.
Les Péruviens fumaient ce qu’on appelle de la pâte base, en fait la cocaïne non encore raffinée.
Cette pâte base était fumée dans des cigarette.C’est le Basuco, dérivé du mot espagnol pour déchet, basura.  Qui a pu donner Base. Contenant assez de cocaïne pour ressentir le high, 40%, quand même. La drogue des villageois, des pauvres, l'est encore aujourd’hui.
Bazuka, je crois aussi en Colombie. Mais c’était, c’est, un produit impur, qui contient encore les autres alcaloïdes de la coca, et les impuretés et produits mélangés, avant la phase finale.
A un moment le Pérou a interdit les produits indispensables à sa transformation finale, la pâte base est arrivée tel quelle en Colombie puis aux Antilles, Porto Rico, Jamaïque etc.

Certains Américains auraient vu cela et voulu fumer leur cocaïne. Ce faisant ils inventaient le crack, le free base.
Ou peut-être les dealers des Antilles, qui étaient la plaque tournante du trafic vers les USA, et l’Europe, l’Afrique aujourd'hui.
Les gens qui connaissaient le basuco, mais se sont mis, grâce aux prix, et la disponibilité à baser la base. Enfin, à purifier la pâte base, puis la cocaïne arrivée ou produite, avec du bicarbonate et du rhum. Mouais.
Enfin, dire qui a inventé le fait de fumer de la cocaïne pure, je dirais un dealer pour sa conso...
Avant les années 70 aux USA, rien, au Pérou le Basuco. Puis un chimiste inscrit le mot base sur la liste merck (dalloz), ce qui est soit faux soit idiot, car c’est cette même firme qui commercialisait la cocaïne (entre autres). La formule chimique étant différente, comme de l’eau liquide et de la glace, la forme, il croit avoir découvert une nouvelle substance (là j’y crois pas trop mais la source est très sérieuse). Gardons la moitié de l’histoire, et disons que les conditions étaient propices à la découverte du feu, par des personnes différentes non concertées, au même moment.

Une dernière histoire qui illustre le phénomène : celle de Freeway Ricky
Son nom a été repris par un rappeur, car il est une légende.
/forum/uploads/images/1558/freeway-ricky-bonne-photo-b-n-w.jpg

En 1980, décidément, un jeune black qui ne sait pas lire, mais bien compter, commence à vendre de la cocaïne. C’est hors de prix, peu de noirs en ont vu, mais les habitudes changent pour la paie du vendredi, on s’offre un demi. Un jeune ambitieux est là pour choper toute opportunité.

Ricky Ross, vend de la coke à des clients pressés, qui vont bosser.
A LA on part à 5h du matin, au lever, d’un seul bond, du soleil, pour éviter les bouchons.

Les gars qui vont au boulot passent par Freeway Rick, il habite près du freeway, l’autoroute, se plaignent de devoir repasser chez eux pour cuisiner.
Là, notre ami va avoir l’idée de faire la cuisine lui même. Pas pour arnaquer (ces clients là) mais pour fidéliser.
Bon après il y aura de tout, jusqu’à ce que Ross se retrouve à alimenter les réseaux qui se sont créés et qu’il a créé, en coke, en cailloux, en gagnant des centaines de milliers de dollars par jour, et des tonnes de poudre.


Tu veux un gramme de powder ou un gramme de rock? Cela devrait être toujours comme ça. Mais, quand on goûte la base, on ne revient plus à la poudre, le pouvoir addictif créé par l’inhalation est incroyable. Du pain béni, c’est vrai, pour les dealers, qui, après tout ne font que répondre à la demande. Le cercle vicieux est en place, disponibilité , le prix, l’offre, première prise et augmentation du nombre de consommateurs.

Surtout, ce n’est pas comme l’héro, il n’y a pas de limite. Seul le manque d’argent stoppe le fumeur.  Les premiers neo-consommateurs de base, n’ayant jamais sniffé, et le fait que tout le monde demande du rock, font que la poudre disparaît des coins de rues.

Le free base n’est pas une invention «commerciale» mais c’est le parfait produit pour s’enrichir donc ça l’est devenu. On dirait qu’il est fait pour. Cela a permis, sans préméditation d’écouler le matos des narcos à beaucoup plus de gringos.

Le shoot ou le crack par rapport au sniff, c’est comme passer du sablier qui s’écoule lentement, à la main pleine de sable qui s’ouvre d’un coup. 

Pour qualifier sa cocaïne à fumer, Ricky Ross parle de READY ROCK


Voilà, c’est le consommateur qui a inventé la base, les trafiquants créé la matière première, et les dealers le système commercial de vente au détail. Quant au crack il est très à la mode dans la jeunesse très aisée des grands universités américaines... Le freebase leur donne un côté gangsta, ils aiment ça! Et sont livrés à domicile directement à la cuisine. Mais pourquoi pas du déjà fait? Ils n'achèteraient pas?

Le caillou est toujours en vente au coins des rue des centre villes délabrés des grandes cités américaines.
Inner city’ white rock/ black blues
On dit que tout ce qui est américain vient chez nous après. On a loupé le PCP, mais la cocaïne n'a pas fini de débarquer, au Havre ou en méditerranée. Le nouveau marché est en Afrique de l'ouest.
Sur la plage en face de chez moi, il est arrivé qu'on trouve des paquets de coke, un stock largué par un navire pour échapper aux douaniers. Tragique ou ridicule. Imaginez-vous acheter ça à quelqu'un qui ne sait pas ce qu'il a...
Franchement les gars, arrêtez de vouloir traiter un problème (ou pas) de santé avec des prisons, la criminalité cessera quand on reprendra ce qu'on aura laissé, cent ans, entre de mauvaises mains.

Catégorie : No comment - 18 mai 2019 à  13:12

#base #freebase #Histoire #reagan #Stalingrad #USA

Reputation de ce commentaire
 
Tjrs aussi plaisant a lire Isma! Marla
 
Très intéressant. Cusco
 
Tu es un merveilleux conteur - Hilde
 
Un délice à lire / Drim



Commentaires
#1 Posté par : Bootspoppers 18 mai 2019 à  21:42
Hyper long et détaillé.. merci!
je vais lire ça à fond. Car je me suis posé la même question que toi..

Posté par : Bootspoppers | 18 mai 2019 à  21:42

 
#2 Posté par : Bootspoppers 19 mai 2019 à  02:55

ismael77 a écrit

Dans la gauche il tient une barre, de la longueur de sa paume, blanche. Du crack. Je ne saurai pas ce que c’est, avant un long passage par voie nasale, qui ne m’a pas trop plu, et l’injection jusqu’à ce que mes veines n’en veuillent plus.

Question: tu as sniffé ou injecté du crack????

ismael77 a écrit

Les arnaques viennent moins des dealers que des consommateurs.

Là je n ai pas compris du tout...


Posté par : Bootspoppers | 19 mai 2019 à  02:55

 
#3 Posté par : PSYCHOCRACK 19 mai 2019 à  06:58

Le président Reagan, en montre à la télévision (la maison blanche a reçu, ce jour là, un gros caillou blanc, exposé à l’écran), dans ces mains, pour bien montrer qu’il est dans l’affaire, le gars sait de quoi il parle...
Sauver l’Amérique, c’est son job. L’heure est grave, cette épidémie est la pire menace pour les Etats-Unis, après les communistes

on peu remplace le mot carck  par cannabis  car ronald (pas mac do!) avais fais le mème cinnéma avec la marijuanna.


Posté par : PSYCHOCRACK | 19 mai 2019 à  06:58

 
#4 Posté par : ismael77 19 mai 2019 à  07:31
oui pour le cannabis
pour les dealers et les consommateurs je voulais dire que les consommateurs entre eux s'arnaquent plus encore genre on pécho à deux tu reviens tout seul ou t'es sûr qu'il y avait que ça, ou tiens un 10 e alors que tu viens de l'acheter pis t'as pris un klif dessus, c'est pas du vrai deal

Boots
Salut désolé pas clair, pas moi, la phrase,
sniffer on peut pas, je sais que tu sais que je sais que tu sais que je sais, que je me suis mal exprimé je voulais dire "les deux autres modes de conso de la cocaine".
Le crack j'ai pas réussi à le shooter, il fallait mettre du citron, merci le CSAPA je l'ai appris juste après ma dernière tentative (galette à la poubelle), sur un carton de rdr, avec bloodi! (que j'utilise en marque page pour lire tout ce qu'il faut pour écrire ça. En plus y a pas grand chose de traduit de l'anglais, mais quand ça l'est c'est pire).
C'est pour ça que je fais des billets comme ça, pour partager ces lectures avec ceux qui n'y ont soit pas accès, ou le temps....
Non c'est juste que moi je kiffe! Et je suis bien content que vous aussi. C'est un peu long, la digression etc.
Je commence La CIA et l'argent de la drogue, la prochaine fois que j'ai envie de me taper du craving pendant une semaine...un mois.

Posté par : ismael77 | 19 mai 2019 à  07:31

 
#5 Posté par : PSYCHOCRACK 19 mai 2019 à  08:34

Un (faux) dealer appelle la police pour se protéger!

selon moi c'est du pure bleuf, comment veux tu qu'il appelle les flics, il est interdit de dealer des fausse drogue, un carambar pour du shit et c'est la gav minimum.

pour le bazuco, ça se fume en cigarrette avec du tabac ou du cannabis, ça rend plus parano que la mdpv apparament, jorge hurtado un psychiatre bolivien, raporte de ses patients des histoire de mecs se cachant dans un placard ou sous un lit de peur de la police.

source: "la legende de la coca", ou "cocaine legend" en vo.

tres bon livre.

ps le fait de fumer de la pasta la transforme en d'autres produits ce qui explique un peu!


Posté par : PSYCHOCRACK | 19 mai 2019 à  08:34

 
#6 Posté par : ismael77 19 mai 2019 à  17:41
ah merci, un que je connais pas!
"la legende de la coca", ou "cocaine legend" en vo.

Posté par : ismael77 | 19 mai 2019 à  17:41

 
#7 Posté par : Bootspoppers 19 mai 2019 à  20:31

a écrit

Boots
Salut désolé pas clair, pas moi, la phrase,
sniffer on peut pas, je sais que tu sais que je sais que tu sais que je sais,

J ai adoré !


Posté par : Bootspoppers | 19 mai 2019 à  20:31

 
#8 Posté par : ismael77 20 mai 2019 à  09:22
Merci!
Je vous traduit la pub pour le kit base de luxe 1979,
dès que je rentre de pécho.
Non je plaisante, du boulot.
Non je plaisante, pole emploi.

Non je plaisante...pas.

Vous allez voir il y a à manger et à boire, car kisséléméyeur en pub? Les States! Et ils s'adressent à un public de "connoisseurs"!
D'où la sobriété inhabituelle de la photo. Le "magazine de l'homme moderne" mixé avec "High Times"
Vous vous souvenez des deux? Ou Playboy (bons articles très réputés aux US de l'époque) et Rolling Stone (classic). En vente "dans tous les bon coke shops". Légal et hype! Sauf la poudre! Encore plus Hype!
Sniff, c'est fini...

Posté par : ismael77 | 20 mai 2019 à  09:22

 
#9 Posté par : Aliga 21 mai 2019 à  16:42
Tu sais l'histoire de rick ross est fantasmé :

Il n'était pas le premier à en vendre
Il n'était pas le dernier
Il n'a pas dealer qu'en l'épidémie était au plus fort
Il n'a pas assez dealer pour avoir "créé" l'épidémie
Même au sommets de son traffic il n'était "que" numéro 2 à LA.

Je sais tous ça car j'ai lu le rapport d'enquête (un truc d'au moin 100 pages que tu peux trouver dans les sources de la pages Wikipédia anglaise de rick ross) la presse à fais elle-même la légende de rick ross. Rick ross était un gros distributeur (même pas un grossiste) comme il yen à en a eu des centaines à cette époque.

Après oui les politiques on profiter de l'épidémie mais faut dire que ça devais quand même être un sacré truc (12 million de consommateur en 1991) toute les histoire macabres sur cette époque n'ont certainement pas été inventées pour faire peur au enfants.

Je n'ai jamais été au usa dans cette période mais je connais le crack et vu comment la chose était rependu la presse n'a certainement pas eu besoin d'inventer des truc pour que les gens ai peur de l'épidémie.

Mais sinon ton article était incroyablement bien détaillé j'ai adoré.big_smile

Posté par : Aliga | 21 mai 2019 à  16:42

 
#10 Posté par : ismael77 21 mai 2019 à  21:56
Il n'était pas le premier à en vendre
Il n'était pas le dernier
Il n'a pas dealer qu'en l'épidémie était au plus fort
Il n'a pas assez dealer pour avoir "créé" l'épidémie
Même au sommets de son traffic il n'était "que" numéro 2 à LA.

Oui je sais, j'ai pas dit ça.  Mais ricky ross est un exemple marrant. J'ai lu tout ça. Et aussi les commissions et tout de l'affaire contra, d'où le lien, je ferai un post spécial cia/contra/freeway rick, c'est intéressant. Il achetait à des contra du Nicaragua ,Meneses et Blandon (oui je suis dedans là...), qui finançaient les paramilitaires de la cia/contra armée. Tu dois connaître. Le livre Dark Alliance Gary Webb (lui aussi pas traduit et 850 pages...).  Bientôt

Posté par : ismael77 | 21 mai 2019 à  21:56

 
#11 Posté par : Aliga 21 mai 2019 à  22:20

ismael77 a écrit

Il n'était pas le premier à en vendre
Il n'était pas le dernier
Il n'a pas dealer qu'en l'épidémie était au plus fort
Il n'a pas assez dealer pour avoir "créé" l'épidémie
Même au sommets de son traffic il n'était "que" numéro 2 à LA.

Oui je sais, j'ai pas dit ça.  Mais ricky ross est un exemple marrant. J'ai lu tout ça. Et aussi les commissions et tout de l'affaire contra, d'où le lien, je ferai un post spécial cia/contra/freeway rick, c'est intéressant. Il achetait à des contra du Nicaragua ,Meneses et Blandon (oui je suis dedans là...), qui finançaient les paramilitaires de la cia/contra armée. Tu dois connaître. Le livre Dark Alliance Gary Webb (lui aussi pas traduit et 850 pages...).  Bientôt

Oui je connais dark alliance de nom.

Mais savais tu que blandon à avoué n'avoir financé les contras qu'au début ?
Ironiquement c'est en goûtant au capitalisme américain qu'il abandonna ces idées communistes.

Mais bon je pense qu'il à menti car j'ai jamais compris à quoi servait blandon dans cette affaire tant il était un intermédiaire remplaçable, ceci demontre bien que la CIA était derrière lui pour le soutenir.


Posté par : Aliga | 21 mai 2019 à  22:20

 
#12 Posté par : ismael77 22 mai 2019 à  07:10
WAW c'est cool quelqu'un qui connaît! Oui, enfin je sais qu'il y a eu une opération pour piéger ross, et un témoignage dix ans avant (86 et 96, c'est ça je crois) et une balance protégée comme lui, n'a pas fait beaucoup de placard. Et tu as vu le kerry commitee tout y est en vidéo sur le net, incroyable. Enfin North...Quelle histoire! Tu m'en diras plus!
Bonne journée

Posté par : ismael77 | 22 mai 2019 à  07:10

 
#13 Posté par : ismael77 22 mai 2019 à  08:48
Traduction de la pub EARTHWORKS KIT BASE 1979
J'ai cru que c'était un tourne disque. Ca devait être cher, car les riches n'achètent que cher, et là c'est autant pour se la péter que se défoncer! Loi de 70 en Amérique inconstitutionnelle. Au niveau liberté d'expression.

En Colombie ils appellent ça "bah-say" (non, basu et c'est pas ça ndt). Ici, en Amérique, on dit Base. Cocaïne Free Base...pour les connaisseurs. Voici pourquoi :
La cocaïne est un sel acide. Quand elle est traitée avec une solution alcaline, la cocaïne se libère de son acide radical et prend la forme du freebase.
Le rocédé est comparable avec faire un cocktail (!!! ndt). Quand c'est fait correctement, le free base system of extraction (leur produit, ndt) gardera 99,9% du matériel originel, éliminant les adulterants (mot français mais sens différent, les excipiants ou additifs ndt). Le freebase n'est pas fluffy (cotoneux) et ne toot pas trop (toot euh c'est comme klaxonner, faire de la trompette, vous avez compris que c'est le contraire mais pourquoi dire ça? Pour rassurer le client? ndt).
Le Freebase est fumé, plutôt il est inhalé,
absorbé par les poumons (ça ne sert à rien d'en avoir en bouche, alors que pour la weed ça suffit de crapoter, recrachez, mais sachez que les poumons sont grands et qu'il y a moyen de tout avaler! nda), l'ingestion est considérée plus rapide que n'importe quelle méthode conventionnelle (poiurquoi il y a des modes non conventionnels? Nda).
Le "freebase system" inclut tout le nécessaire pour l'extraction (transformation! putain de faux chimiste "on dit que..."  Non ça fait rêver?Ndt). Earthworks (travaux de la terre..la marque nom curieux, earthworks chimicals mieux) propose aussi une grande variété de "Freebase pipes" et autres accessoires (j'aimerai bien en trouver en vente comme bibelot...Nda).
Le free base system, n'est available (disponible) que dans les coke et smoke shops Earthworks.
Vous pouvez trouver une paille et une cuillère n'importe où, mais quand vous êtes vraiment "sérieux sur votre "smoking consommation pleasure" (quand on prend au sérieux son plaisir de fumer ndt), alors venez chez Eathworks.

Voilà la pub, ah les années 70 quelle débauche...
It might have worked!

J'aurais bien aimé trouver une photo de ces coke shops

Posté par : ismael77 | 22 mai 2019 à  08:48

 
#14 Posté par : ismael77 22 mai 2019 à  08:54
j'espère que c'est compréhensible. En tout cas c'est une pépite! J'ai des pubs de fou dans les vieux play boy sur les clopes du dr machin, l'alcool des hommes etc...Là c'est dans un truc comme high times ou un des dix journaux spécialisés dans les stupéfiants. C'est sur le net.
Sinon j'adore les vieux magazines pour les vielles pubs.
J'ai le playboy avec Trump en couv', 1990, et des vieux.

Posté par : ismael77 | 22 mai 2019 à  08:54

 
#15 Posté par : ismael77 22 mai 2019 à  08:58
La pub pour le kit :
Tout ce qui est entre parenthèses c'est moi, le reste c'est ce qu'il y a d'écrit. A partir de "En Colombie..."
Merci, bon courage pour ce mercredi!

Posté par : ismael77 | 22 mai 2019 à  08:58

 
#16 Posté par : ismael77 22 mai 2019 à  18:04
Si quelqu'un a une photo d'une autre pub, ou d'une autre marque, de kit base, ce serait top.
Earthworks avait des concurrents, même si c'était une toute petite niche, c'est un grand pays, et pour les riches, il y a tout ce dont on peut rêver.

La cocaïne existe pour rappeler aux hommes qui gagnent trop d'argent, a dit le très sensible et génial, Robin Williams, avant de se suicider (forcément, après c'est moins facile)...
Là, il y a quarante ans tout juste, c'était décadent? Même pas! Bien au contraire...hype. Au début, après on devient président ou crack-head!

Posté par : ismael77 | 22 mai 2019 à  18:04

 
#17 Posté par : ismael77 22 mai 2019 à  22:16
??????

Posté par : ismael77 | 22 mai 2019 à  22:16

 
#18 Posté par : ismael77 23 mai 2019 à  18:43
ok

Posté par : ismael77 | 23 mai 2019 à  18:43

Remonter

Pied de page des forums