Des truffes après un viol / Les Blogs de PsychoACTIF

Des truffes après un viol 



Hello, je reviens sur le forum après l'avoir un peu oublié afin de poser quelques questions

J'ai prévu de prendre des truffes avec ma meilleure pote dans une semaine.
Pour fêter nos retrouvailles, et pour relâcher la pression accumulée à cause de ma prépa et pour me faire plaisir avant mes révisions intenses de partiels.

Récemment de nombreux éléments m'ont down ma santé mentale mais là j'ai l'impression que ça va mieux excepté sur un point et pas des moindres : j'ai réalisé que je m'étais fait.e violé.e en avril dernier.

J'ai déjà pris des truffes (6 g), j'étais pas forcément dans une période méga joyeuse et le trip m'a beaucoup aidé à mettre de l'ordre dans mon esprit.

Bref le dilemme est : j'ai peur de partir en bad mais d'un autre côté j'ai vraiment envie de passer à un stade de conscience différent afin d'explorer mon esprit, pour le meilleur comme pour le pire.
J'ai besoin d'une parenthèse hors du temps...

Est-ce que certains ont eu des expériences sous psylo après des agressions sexuelles ?

Sachant que j'ai mon petit "rituel" avant la prise : méditation et écrire sur un papier mes attentes envers la substances au cas où je serais trop perdu.e pendant mon trip...

Le premier qui juge de manière stupide en tant que personne non-concerné se prend une gifle, je ne cherche que des réponses constructives merci.

Catégorie : Expérimental - 22 octobre 2021 à  09:46

#agression sexuelle #bad trip #psilocybine #truffes #viol



Commentaires
#1 Posté par : armacide 22 octobre 2021 à  13:19
Bonjour a toi ! La seul chose que je pourrais te dire c'est d'éviter de cogiter.. facile à dire certe ! Mais si tu commence ton trip avec une légère anxiété ou que tu a déjà sa en tête sa peut très vite tourner au vinaigre !
J'ai longtemps pris de grosse quantité d'hallucinogene en pensant que cela ne le faisait ' rien ' un beau jour j'ai tapé deux cartons et j'étais a ce moment légèrement anxieux et je commençais enfin à me rendre compte de l'effet néfaste que cela pouvais avoir sur moi, avec sa en tête mon trip a finit au cauchemar ,. 2 toncs m'avait fait l'effet de 10 ! Plus tard j'ai ressayer avec un demi et toujours la même chose ..
Je ne le supporte plus mais peut être aussi une ' alarme ' du cerveau pour dire stop et te faire prendre conscience du danger, le corps et bien fait..
Tout sa pour te dire que si tu a des pensées négative ou des sentiments que tu refoulé ne serait-ce que légèrement passe ton tours 
Même si tu a un doute , ne prend pas le risque ça n'en vaut pas la peine !
A toi de juger ton état psychologique sur ce moment je ne le rend pas compte forcément de l'ampleur du traumatisme et de te façon d'être.
Si au contraire tu te sent bien mais juste une appréhension ça peut le faire !

Posté par : armacide | 22 octobre 2021 à  13:19

 
#2 Posté par : Willy Nourson 22 octobre 2021 à  16:47
Salut Lorel, pour se sentir mieux après un évnement traumatique c'est d'abord trouver une personne de confiance a qui te confier. Ensuite les prods peuvent ponctuellement t'aider a surmonter des pics d'angoisse, mais en aucun cas "guérir" le trauma, les ghallucinogènes auront plus tendance a faire ressortir ton état d'esprit, donc a proscrire en cas de mauvais mood. Mon expérience et mon conseil.

Si tu "dois" prendre quelque chose, vise des benzos ou opi, mais compte tenu de ton agression, vise un dialogue avec psy + benzo

Bon courage

Posté par : Willy Nourson | 22 octobre 2021 à  16:47

 
#3 Posté par : Stelli 22 octobre 2021 à  19:12
Des recherches scientifiques sont en train d’expérimenter l’intérêt des psychédéliques (mais aussi de la MDMA, de la 3MMC, de la kétamine...) dans tout un tas de troubles psychiques dont les psycho traumatismes. Les résultats sont encourageants mais tout ceci se passe dans un cadre structuré, et un psychothérapeute accompagne la personne en thérapie avant, pendant, et après l’usage de substances.
De nombreuses personnes rapportent des effets positifs de ces substances sur leur humeur, leur anxiété... que ce soit en microdosage ou à dose plus conséquente. Ceci reste à prendre avec des pincettes, car le vécu du trip dépend pour beaucoup du set & setting, c’est à dire de l’environnement dans lequel on est au moment du trip, et de l’état mental dans lequel on se trouve. Un environnement insécure ou une anxiété au moment de la prise et c’est le bad trip. Malgré tout, et avec un certain recul (qui peut être le résultat d’un accompagnement thérapeutique), même un trip éprouvant peut être bénéfique.

Difficile de prédire comment tu vas vivre le tien. Je te conseille de rester raisonnable sur le dosage, de prévoir un environnement dans lequel tu te sens en sécurité et de reporter la prise si tu es dans un état d’esprit trop négatif (anxiété ou déprime).

Pour avoir aussi été victime de plusieurs agressions sexuelles (dont viols), je sais à quel point c’est destructeur et combien la route est longue pour se reconstruire. Malgré tout je peux te dire que je vais bien désormais, malgré quelques difficultés qui subsistent. Ça a mis du temps mais ça en valait la peine.

Prends soin de toi.

Posté par : Stelli | 22 octobre 2021 à  19:12

 
#4 Posté par : marvin rouge 22 octobre 2021 à  19:20
La route est longue après un ou plusieurs viols

Les psychédéliques peuvent aider
Perso c'est l'iboga qui m'a fait avoir le déclic, ms je le conseille pas de le faire tel que moi je l'ai fait(sans bwiti)

Bon courage
Le déclic, c'est de réussir à en parler(moi j'ai mis 18ans), maintenant j'en parle sans appréhension
Après ya viol, et viol.. même si le trauma reste le meme

Bon courage
Amicalement

Posté par : marvin rouge | 22 octobre 2021 à  19:20

 
#5 Posté par : LeDoc86 23 octobre 2021 à  12:55

Lorel_Jackson a écrit

Hello, je reviens sur le forum après l'avoir un peu oublié afin de poser quelques questions

J'ai prévu de prendre des truffes avec ma meilleure pote dans une semaine.
Pour fêter nos retrouvailles, et pour relâcher la pression accumulée à cause de ma prépa et pour me faire plaisir avant mes révisions intenses de partiels.

Récemment de nombreux éléments m'ont down ma santé mentale mais là j'ai l'impression que ça va mieux excepté sur un point et pas des moindres : j'ai réalisé que je m'étais fait.e violé.e en avril dernier.

J'ai déjà pris des truffes (6 g), j'étais pas forcément dans une période méga joyeuse et le trip m'a beaucoup aidé à mettre de l'ordre dans mon esprit.

Bref le dilemme est : j'ai peur de partir en bad mais d'un autre côté j'ai vraiment envie de passer à un stade de conscience différent afin d'explorer mon esprit, pour le meilleur comme pour le pire.
J'ai besoin d'une parenthèse hors du temps...

Est-ce que certains ont eu des expériences sous psylo après des agressions sexuelles ?

Sachant que j'ai mon petit "rituel" avant la prise : méditation et écrire sur un papier mes attentes envers la substances au cas où je serais trop perdu.e pendant mon trip...

Le premier qui juge de manière stupide en tant que personne non-concerné se prend une gifle, je ne cherche que des réponses constructives merci.

bonjour a toi !

deja tu as bcp de courage !
ces vite dit mais avec les hallucinogènes/ pskykédéliks il faut partir serrin et sans trop se poser de questions; Grossomodo il faut etre bien sur le moment pour ne pas dire dans sa tète , il faut que tu sois dans un endroit ou tu te sente a l aise a tout points avec des gens qui dégagent une bonne Ora et de bonnes attentions ! ces bêtes mais ces aussi comme tirer a la roulette russe ces quitte ou double . perso je rejoint Stelli , jai pris ENORMEMENTS de psyké's (12 ans presque tout les week ends voir des jours de suite (acid : buvard/ micropointes/goute) avec des mélanges excta , coke , alcool enfin on ma ramasser a la petite cuilleres ou je me ...)  enfin tout bcp trop mais je jouer aussi tout les week end ma musiques donc cela ouvrées les portes de la perceptions , et je n'arriver pas a dire non donc je me taper la tète a chaque fois contre le même mure jus ka ce que je parte en parano une fois sur 4 après une fois sur 3 ...juska a chaque fois malgré un entourages correctes (les potes de mon crew's ou les personnes qui me booker ) et passage en hp et la mon corps a dit non car je n'était pas bien dans ma tète dun coté cela me faisais bien tripper d'un autre cela accentuer mon mal-être 50/50 , je me suis retirer 2 ans car cela allez mal avec ma copines du moments aussi et je navais pas fais de travaille sur moi-même , jai réessayer apres avoir fais un gros taf sur moi-même et ca a passer mais je nai pas réessayer car ces pas possible .
on réagis tous differamemt a ce genres de drogues . mais elle peux faire resortir des choses traumatisantes voir ce que jespere pour toi , les temporiser ou tourner la pages .

je me suis un peu éparpiller dsl mais bien a toi


Posté par : LeDoc86 | 23 octobre 2021 à  12:55

 
#6 Posté par : Lorel_Jackson 25 octobre 2021 à  16:48

LeDoc86 a écrit

Lorel_Jackson a écrit

Hello, je reviens sur le forum après l'avoir un peu oublié afin de poser quelques questions

J'ai prévu de prendre des truffes avec ma meilleure pote dans une semaine.
Pour fêter nos retrouvailles, et pour relâcher la pression accumulée à cause de ma prépa et pour me faire plaisir avant mes révisions intenses de partiels.

Récemment de nombreux éléments m'ont down ma santé mentale mais là j'ai l'impression que ça va mieux excepté sur un point et pas des moindres : j'ai réalisé que je m'étais fait.e violé.e en avril dernier.

J'ai déjà pris des truffes (6 g), j'étais pas forcément dans une période méga joyeuse et le trip m'a beaucoup aidé à mettre de l'ordre dans mon esprit.

Bref le dilemme est : j'ai peur de partir en bad mais d'un autre côté j'ai vraiment envie de passer à un stade de conscience différent afin d'explorer mon esprit, pour le meilleur comme pour le pire.
J'ai besoin d'une parenthèse hors du temps...

Est-ce que certains ont eu des expériences sous psylo après des agressions sexuelles ?

Sachant que j'ai mon petit "rituel" avant la prise : méditation et écrire sur un papier mes attentes envers la substances au cas où je serais trop perdu.e pendant mon trip...

Le premier qui juge de manière stupide en tant que personne non-concerné se prend une gifle, je ne cherche que des réponses constructives merci.

bonjour a toi !

deja tu as bcp de courage !
ces vite dit mais avec les hallucinogènes/ pskykédéliks il faut partir serrin et sans trop se poser de questions; Grossomodo il faut etre bien sur le moment pour ne pas dire dans sa tète , il faut que tu sois dans un endroit ou tu te sente a l aise a tout points avec des gens qui dégagent une bonne Ora et de bonnes attentions ! ces bêtes mais ces aussi comme tirer a la roulette russe ces quitte ou double . perso je rejoint Stelli , jai pris ENORMEMENTS de psyké's (12 ans presque tout les week ends voir des jours de suite (acid : buvard/ micropointes/goute) avec des mélanges excta , coke , alcool enfin on ma ramasser a la petite cuilleres ou je me ...)  enfin tout bcp trop mais je jouer aussi tout les week end ma musiques donc cela ouvrées les portes de la perceptions , et je n'arriver pas a dire non donc je me taper la tète a chaque fois contre le même mure jus ka ce que je parte en parano une fois sur 4 après une fois sur 3 ...juska a chaque fois malgré un entourages correctes (les potes de mon crew's ou les personnes qui me booker ) et passage en hp et la mon corps a dit non car je n'était pas bien dans ma tète dun coté cela me faisais bien tripper d'un autre cela accentuer mon mal-être 50/50 , je me suis retirer 2 ans car cela allez mal avec ma copines du moments aussi et je navais pas fais de travaille sur moi-même , jai réessayer apres avoir fais un gros taf sur moi-même et ca a passer mais je nai pas réessayer car ces pas possible .
on réagis tous differamemt a ce genres de drogues . mais elle peux faire resortir des choses traumatisantes voir ce que jespere pour toi , les temporiser ou tourner la pages .

je me suis un peu éparpiller dsl mais bien a toi

Ok bah merci pour ta réponse, je reviendrai sans doute rapporter mon expérience smile


Posté par : Lorel_Jackson | 25 octobre 2021 à  16:48

Remonter

Pied de page des forums