Gangrène 23 / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » Cub3000 » 

Gangrène 23 



C'est dans une free quelque part dans le sud de la France,

Vers la fin des 90's...

Le cul dans la poussière, la tête très loin au dessus des nuages. Les synapses collées au étoiles je crois bien...Je suis là depuis combien de temps ? Deux jours ? Trois ? Moins ? Difficile de se repérer, j'ai droppé et redroppé tellement d'acide...le temps, je ne sais plus. C'est la java des microgrammes ici, il paraît qu'il y a un labo dans un des camions...Tout le monde est perché comme j'ai rarement vu, on en est au stade où la télépathie est devenue le moyen normal de communication sur le dancefloor. De toute façon dès qu'on essaye de parler ça vire au n'importe quoi sans délai. Et vu qu'il suffit d'un regard échangé pour piger tout ce qu'il y a à piger, on économise les mots, on les réserve à l'essentiel : trouver de la flotte, négocier des trips. La synergie est effective mais faut pas rêver, on est pas à Woodstock. La vibe est même bien tendue, pour ne pas dire dangereuse.

Plus tôt dans la boucle, une bande de mecs des quartiers a déboulé avec un flingue, ils voulaient rafler la caisse et racketter du teufeur. Mal tombés les gars : je ne sais pas comment ça se passe dans les tawas commerciales du coin, mais là on est chez les Spiral, et ils n'avaient pas fini de lever leur gun que plusieurs punks bien vénères déboulaient avec haches et machettes. Suffisamment cramés pour s'en foutre d'en prendre une. Défense du territoire de la free, avant tout.

La vue des armes et la décharge de violence brute a généré un mouvement de foule et on s'est retrouvés une cinquantaine à courir comme des lapins dans le champ derrière la baraque squattée, en mode sauve ta life. Ça s'est passé très vite, on a pas trop vu l'embrouille, la plupart ne savaient même pas pourquoi ils couraient, on était d'avantage dans le mouvement collectif de peur primale que dans l'action concertée...C'est assez ouf cette manière qu'a le LSD de laisser le champ libre à l'instinct, je me suis rarement senti aussi animal que pendant ces 200m de course...Pour au final me retrouver au milieu d'un pré à me demander "mais pourquoi je cours moi en fait ?"...La même question a visiblement traversé l'esprit de tous mes camarades de running. On se regarde un peu cons et on retourne vers le spot, mais pas trop vite quand-même...faut s'assurer que la voie est libre. Visiblement les keupons à machettes on mis les cailleras en déroute, on revient donc près du son, sans trop se la péter non plus vu qu'on vient de fuir comme des baltringues face au danger. Les Djs célèbrent la victoire de leur tribu en jouant "Gangsta Paradise", bien ironiques.

Moi je vais me poser avec mon didj vers le coins chill, un salon improvisé dans une pièce à l'arrière de la maison. Il faut savoir que sous acide le didjeridoo c'est le pouvoir suprême. Si vous ne savez pas ce que c'est que la puissance des vibrations, prenez un trip avec vos amis, amenez un didjeridoo, jouez et observez ce qui se passe. Là je suis posé sur un canapé, les motifs de la tenture sur le mur d'en face ondulent comme de grosses anémones de mer, le bout de Hofmann que j'ai bouffé juste avant la scène de panique est en train de mettre le turbo, je fonds dans le canapé, je souffle dans mon tuyau, ça vrombit et ça résonne façon cathédrale, des travellers anglais très excités déboulent, comme si j'étais pas là, comme s'ils n'entendaient pas le son énorme du didjeridoo, leur conversation ça fait "yeah, kétamine, kétamine, yeah".

J'arrête de jouer. Ils se taisent et ils sortent de la pièce. Je recommence à jouer. Ils reviennent dans la pièce. "Yeah kétamine, kétamine, yeah". J'arrête. Ils ressortent. Et comme ça, cinq ou six fois, le même manège, comme si mon didj avait le pouvoir d'attirer des anglais speedés parlant de . Comme si j'étais le joueur de flûte d'Hamelin des crusties, ou comme si j'avais trouvé la clé pour contrôler ces fameuses boucles psychés dont tous les trippés parlent. Si c'était ça ce serait vraiment énorme, je dois vérifier...Je vais vérifier mais à ce moment là mon pote Raoul déboule dans la pièce, torse-poil, treillis, les cheveux verts fluo, il entre et il ne dit pas "yeah kétamine", non, il me fixe de ses immenses pupilles toutes noires pleines de terreur, et il dit juste : "J'ai la gangrène".

C'est le genre de phrase qui sous acide produit son petit effet...La pièce se remplit instantanément de vibes-gangrène assez dégueulasses, pour ne pas dire que ça pue la mort là-dedans. Réagir tout de suite, ne pas laisser le truc s'installer sinon ça va virer à l'HP très vite. "Hein quoi ? T'as la gangrène ? C'est quoi ces conneries ? Depuis quand t'as la gangrène ?"..."Bah je viens de le voir, je dansais, j'ai regardé mes pieds et je crois bien que j'ai chopé la gangrène"..."Bon attends, on va sortir là il fait trop sombre et je suis trop foncedé je vois rien"...

...On sort en plein jour pour que j'examine ses pieds. Raoul enlève ses sneakers, qu'il porte sans chaussettes. C'est un cauchemar : ma parole ce con a vraiment chopé la gangrène. Ses panards n'ont plus forme humaine, c'est violacé, c'est couvert de croûtes dégueulasses, strié de veines noirâtres. Je pense à un fruit trop mûr, qui aurait commencé à pourrir, tu tapes un coup dessus et ça tombe. Je reste muet de frayeur et je sens deux arcs de pensée s'incurver dans mon cerveau, l'un qui me dit qu'il faut appeler les pompiers immédiatement, qu'il est probablement trop tard pour sauver ses pieds mais que si on intervient assez vite on sauvera peut-être les jambes. L'autre qui essaye de rationaliser, qu'est-ce que c'est que ces conneries de gangrène, on n'attrape pas la gangrène comme ça, attends, y'a pas une histoire avec le LSD, l'ergot de seigle c'est super vasoconstricteur, c'est possible que ça lui ait nécrosé les panards si ça se trouve, mais en moins de deux jours, est-ce qu'il y a des précédents, comment je peux savoir en fait ???

Et là, l'éclair de génie, au moment où je sens la panique de Raoul se glisser et s'insinuer en moi, je regarde mes pompes crades et couvertes de poussières, 48 heures passées à taper du pied devant le sound-system, un sol sableux ultra-sec, de la transpiration...Je retire mes godasses et je sens aussitôt le film d'horreur se dissoudre dans un bel éclat de rire. Je regarde mon pote, le sourire triomphant, et je lui montre mes pieds enflés, squameux, noirs de terre entre les orteils, couverts de crasse et schlinguant à dix mètres à la ronde..."Tiens, t'as vu, moi aussi j'ai la gangrène !"

Et on se marre tous les deux comme des cons. Ma punchline de la mort a ventilé les hallus sordides de Raoul, on est d'autant plus morts de rire qu'on prend conscience de la puissance de l'hallucination dont on vient d'être victimes, mec sous l'influence de ce produit c'est donc possible de ne plus savoir si ton pied est sale ou s'il est en train de pourrir. On en est là, et moi j'ai le turbo-Hofmann qui me pousse sévèrement au cul, putain mais où on va finir ? Assis dans l'herbe, je regarde le sol, en une fraction de seconde je scanne tous les grouillements d'insectes, toutes les nuances de couleur, le moindre mouvement, je vois tout, et ça s'étend à l'infini. Je squatte un degré de compréhension, un niveau de réalité, dont plus tard je serai incapable de parler autrement qu'en bafouillant. Mon cerveau grésille. La question de savoir si je vais réussir à redescendre de cette perche se fait très insistante et insidieuse, beaucoup trop. Raoul me regarde d'un air posé et me dit : "t'es en train de te demander si tu vas pouvoir redescendre. T'inquiètes mon pote, moi aussi". Et comme je sais qu'il est hautement improbable que nous restions définitivement perchés tous les deux, j'en déduis que ça n'arrivera ni à l'un, ni à l'autre. Je respire et je remercie mentalement mon pote, qui comprend. Nous somme quittes, pas de gangrène, pas de perche définitive.

Le crépuscule se pointe dans une danse de nuages rougeoyants. Le son crache un hardcore bien sale. Nous renfilons nos sneakers et retournons taper du pied dans la nuit. Arrachés, perdus.

Mais salement vivants.

Catégorie : Tranche de vie - 02 avril 2019 à  00:14

#acide #Free #LSD #Spiral Tribe

Reputation de ce commentaire
 
J'adore, quel beau récit. Merci de l'avoir partagé /agartha
 
C'était vraiment super, super chouette (et très amusant) merci, j'adore /CàC
 
Romantisme arraché, j'adore :D
 
super récit, j'espère que tu en as d'autres en stock, djins
 
Texte mis dans les morceaux choisis de Psychoactif. (pierre)
 
Putain tu m'as fait rêvé, merci
 
Extra! Y.
 
XDD
 
J'adore ! Encore s'te plaît ! RandallFlag
 
Si c'était un extrait de livre, j'aurais probablement lu tout le livre. Yves LP.



Commentaires
#1 Posté par : Ocram 02 avril 2019 à  00:37
Halalal juste ce qu il me fallait avant d'aller pioncer, elle est cool et bien écrites ton histoire Cub...

J'adore, encore big_smile steuplait.

Ketamine yehea boulet

Ocram

Posté par : Ocram | 02 avril 2019 à  00:37

 
#2 Posté par : Drim 02 avril 2019 à  08:44
Trop bien !C't'ambiance, j'ai le didjeridoo et la scène de la pièce dans la tête. "vibes-gangrène" dure !

Posté par : Drim | 02 avril 2019 à  08:44

 
#3 Posté par : Bootspoppers 05 avril 2019 à  20:04
oh à te lire ... un voeu:  combien j’aimerai aller en teuf ne serait ce qu’une fois avec des potes !

Posté par : Bootspoppers | 05 avril 2019 à  20:04

 
#4 Posté par : akcknopol 08 avril 2019 à  01:21
Super récit on ce croirait avec vous.,

Posté par : akcknopol | 08 avril 2019 à  01:21

 
#5 Posté par : Maska 08 avril 2019 à  12:12
Cette gangrène lol c'est magique l'épopée a vivre dans c'est moment la quand réalité n'est plus et seul le présent règne, ce genre d'histoire ça arrive vraiment plus souvent qu'on le crois mais peu sont apte a les a décrire correctement ou les conter smile !

Je me souviens d'une teuf ou il y avais tellement d'eau de gadoue etc que nos pieds ressembler a des écorces d'arbre flétrie, comme si ont avais pris un bain pendant des heures durant, les jambes de certain étais devenue végétation également le monde et les remoue de la danse avais crée de nouveau être bien vivant bien connectée, même avec le rajoue de paille au matin l'état était démentiel, les stries de nos pieds remuer et recouvrer des corps ont aurait crue controler l'univers avec nos yeux.

Arbre
Reputation de ce commentaire
 
C'est des jambes ça, en vrai ??? / Cub3000

Posté par : Maska | 08 avril 2019 à  12:12

 
#6 Posté par : Marla Singer 08 avril 2019 à  19:02
Ah la douce époque où on faisait n'importe quoi, sans se préoccuper de rien, en mode no futur «de tt façon on va crever avant 30ans!!! » Rires debiles punk1
Au final on a pas tous rejoint le club des 27, qui semblait «romantique» fut un âge, mais pue la merde une fois que t'as passé le 10ème pote enterré.
On a dépassé les 30piges, on paye nos conneries (en santé, en prison...) Et bcp sont parents. Mais je ne regrette pas gd chose au final.

L'auto justice en free, j'ai tjrs trouvê ca un poil boiteux. Avc les effets de groupes, les rumeurs, un type avc le mauvais manteau peut se faire lyncher...

Et j'ai des souvenirs apocalyptiques, genre Mer 2001, au pied d'une centrale, avc un son qui te mettait des virus d'Auschwitz...
Et justt une vrai guerre teuffeurs / «racailles» avec des morts, des caisses sur le toit avc un cinglant «mort aux cailles» dessus... On croisait mm des fusils à pompe, un vrai bordel....
Y'avait aussi une meuf qui s.était faite écraser par une structure métallique (mais bon ça c'est plus «les risques du métier» hein... hmm )

À un moment y avait carrément des fly «brigade anti cailles» (la BAC lol, mais à part ça on vomit les keufs... paye ta logique) avec tt les marques à «éliminer» (= celle à la mode des quartiers) soit Nike, Lacoste, Addidas...
Bref, du kaki, pas du sportswear sinon t'es un sous teuffeurs.
Ca avait le don de me gonfler!

Nous on y allait en fringues normales (le style chasseur, c'est pour les moutons demon1) avec du Thiefaine ou du rap à fond les gondoles...
(M'enfin le crew de l'époque était du genre à troller du dancefloor en te calant qques mesures de goteiner, de svinkels ou du camembert électrique bien 70's  roll cool vêtus de chemises à fleurs...
Fallait assumer à l'époque du full kaki boulet )

Le les ai chéri très très fort les free, mais passé la découverte naïve d'adolescente, j'ai fini par être de plus en plus critique sur ce mouvement.
Pas si ouvert d'esprit que ça (racisme, homophobie... Ca sentait bon la «mentalité rurale» au bout d'un moment lol ).
Pas si néo woodstock que ça.
Ca devenait une communauté qui recreait ses codes, modes, règles... Tout devenait très, trop codifié.
Fallait limite le pack du teuffeurs :
- un camtard aménagé bien coûteux, même si t.es 100% sédentaire et que la carlingue ne sert qu'aux free
- Avoir des platines (et les Technics à 1000 boules, sinon t'es pas un puriste) et ainsi pour se dire «DJ» même si tu sais pas caler et que ta 1ere teuf remonte à 4 mois
- un chien, mais pas n'importe quoi : un molosse cat1 ou à la rigueur un berger / beauceron croisé. Par contre éduquer le clebs ou le surveiller, ct en option, comme les frais véto...
- Te vêtir au surplus militaire de ta ville... même si entre le camion, les platines et le chien tu as les moyens de s'habiller en vison.

Bon je caricature volontairement, mais on devenait un cliché de nous mm, c'était triste.
Au final, comme dans la société tant décriée, ct svnt les plus friqués qui se trouvaient au sommet de la chaîne alimentaire hmm
Et puis singer les punks à chien quand tu claques 800e par week-end, à un moment, plus la peine de se «déguiser»...

Bon dans mes débuts j'étais pas dans l'analyse... Mais qd mm, le délire à évolué...
C'était pas parfait en 2000, la surmédiatisation à provoqué un afflux dingue, ingérable pour des sons pas préparés.
Et les sarkoval, en 2003, après les lois Mariani, censé être encadrés et légaux, quelle hypocrisie.
Ct tjrs voir plus le supermarché du deal, et l'auto gestion est partie en quenouille...
Les gens viennent faire 3j de fête avc musique sans payer gd chose (les radinous qui chialaient pr une donation de 3e, mais claquent sans compter dans les prods lol Il existe un enfer pour vous! demon1 wink ).
Les sites des temps annuels sont des vraies déchetteries le lundi, on laisse les gens taper un malaise dans bouger, ...

À partir de 2006, j'ai stoppé net...
Le 2ème plus gros son du tells ct  des fils à papa que je connais, ils signaient des autographes sur les vinyles qu'ils vendaient (wesh David guetta tu t cru où?!!!)
On était encerclés de keufs, photographiés par un avion... Ambiance au top.
Spoiler


Mais a part ça je n'ai pas l'esprit de contradiction pr faire chier... naaaan! big_smile

Bises! demon1
Reputation de ce commentaire
 
Tes beaux souvenirs font mes belles rêveries. Boots...

Posté par : Marla Singer | 08 avril 2019 à  19:02

 
#7 Posté par : Cub3000 08 avril 2019 à  21:41

Marla Singer a écrit

Ah la douce époque où on faisait n'importe quoi, sans se préoccuper de rien, en mode no futur «de tt façon on va crever avant 30ans!!! » Rires debiles punk1
Au final on a pas tous rejoint le club des 27, qui semblait «romantique» fut un âge, mais pue la merde une fois que t'as passé le 10ème pote enterré.
On a dépassé les 30piges, on paye nos conneries (en santé, en prison...) Et bcp sont parents. Mais je ne regrette pas gd chose au final.

L'auto justice en free, j'ai tjrs trouvê ca un poil boiteux. Avc les effets de groupes, les rumeurs, un type avc le mauvais manteau peut se faire lyncher...

Et j'ai des souvenirs apocalyptiques, genre Mer 2001, au pied d'une centrale, avc un son qui te mettait des virus d'Auschwitz...
Et justt une vrai guerre teuffeurs / «racailles» avec des morts, des caisses sur le toit avc un cinglant «mort aux cailles» dessus... On croisait mm des fusils à pompe, un vrai bordel....
Y'avait aussi une meuf qui s.était faite écraser par une structure métallique (mais bon ça c'est plus «les risques du métier» hein... hmm )

À un moment y avait carrément des fly «brigade anti cailles» (la BAC lol, mais à part ça on vomit les keufs... paye ta logique) avec tt les marques à «éliminer» (= celle à la mode des quartiers) soit Nike, Lacoste, Addidas...
Bref, du kaki, pas du sportswear sinon t'es un sous teuffeurs.
Ca avait le don de me gonfler!

Nous on y allait en fringues normales (le style chasseur, c'est pour les moutons demon1) avec du Thiefaine ou du rap à fond les gondoles...
(M'enfin le crew de l'époque était du genre à troller du dancefloor en te calant qques mesures de goteiner, de svinkels ou du camembert électrique bien 70's  roll cool vêtus de chemises à fleurs...
Fallait assumer à l'époque du full kaki boulet )

Le les ai chéri très très fort les free, mais passé la découverte naïve d'adolescente, j'ai fini par être de plus en plus critique sur ce mouvement.
Pas si ouvert d'esprit que ça (racisme, homophobie... Ca sentait bon la «mentalité rurale» au bout d'un moment lol ).
Pas si néo woodstock que ça.
Ca devenait une communauté qui recreait ses codes, modes, règles... Tout devenait très, trop codifié.
Fallait limite le pack du teuffeurs :
- un camtard aménagé bien coûteux, même si t.es 100% sédentaire et que la carlingue ne sert qu'aux free
- Avoir des platines (et les Technics à 1000 boules, sinon t'es pas un puriste) et ainsi pour se dire «DJ» même si tu sais pas caler et que ta 1ere teuf remonte à 4 mois
- un chien, mais pas n'importe quoi : un molosse cat1 ou à la rigueur un berger / beauceron croisé. Par contre éduquer le clebs ou le surveiller, ct en option, comme les frais véto...
- Te vêtir au surplus militaire de ta ville... même si entre le camion, les platines et le chien tu as les moyens de s'habiller en vison.

Bon je caricature volontairement, mais on devenait un cliché de nous mm, c'était triste.
Au final, comme dans la société tant décriée, ct svnt les plus friqués qui se trouvaient au sommet de la chaîne alimentaire hmm
Et puis singer les punks à chien quand tu claques 800e par week-end, à un moment, plus la peine de se «déguiser»...

Bon dans mes débuts j'étais pas dans l'analyse... Mais qd mm, le délire à évolué...
C'était pas parfait en 2000, la surmédiatisation à provoqué un afflux dingue, ingérable pour des sons pas préparés.
Et les sarkoval, en 2003, après les lois Mariani, censé être encadrés et légaux, quelle hypocrisie.
Ct tjrs voir plus le supermarché du deal, et l'auto gestion est partie en quenouille...
Les gens viennent faire 3j de fête avc musique sans payer gd chose (les radinous qui chialaient pr une donation de 3e, mais claquent sans compter dans les prods lol Il existe un enfer pour vous! demon1 wink ).
Les sites des temps annuels sont des vraies déchetteries le lundi, on laisse les gens taper un malaise dans bouger, ...

À partir de 2006, j'ai stoppé net...
Le 2ème plus gros son du tells ct  des fils à papa que je connais, ils signaient des autographes sur les vinyles qu'ils vendaient (wesh David guetta tu t cru où?!!!)
On était encerclés de keufs, photographiés par un avion... Ambiance au top.
Spoiler


Mais a part ça je n'ai pas l'esprit de contradiction pr faire chier... naaaan! big_smile

Bises! demon1

En fait j'ai arrêté les free juste avant ce que tu décris, enfin disons que je l'ai vu venir et que c'est pour ça que je me suis barré. J'ai eu je crois la chance énorme de connaître le véritable âge d'or de la free-party en France, c'est à dire le milieu des 90's, avant que la scène ne devienne simultanément massive et sectaire, et commence à s'auto-caricaturer. Il y a eu une sorte de moment de grâce, qui ne pouvait pas durer, mais qui a fleuri le temps de quelques teknivals, Fontainebleau, Vitry-le-François, Tarnos...Le public était souvent le même que celui que tu pouvais croiser dans les raves un peu plus "établies" (tout est relatif cela dit ^^ ), il n'y avait pas encore cette scission violente entre la scène free et les teufs "commerciales", c'était juste la version un peu plus jusqu'au boutiste et utopiste. On vivait une vraie camaraderie, on était pas très nombreux non plus, pas encore identifiés/cartographiés par les flics, les médias et les teuffeurs wannabee...ça n'a pas duré très longtemps, j'ai une théorie selon laquelle c'est la première grosse vague de qui a emporté cette scène, au départ très centrée sur le LSD et très similaire dans l'esprit à la tradition Merry Pranksters remontant aux premiers acid-tests 60's...C'est mort depuis très longtemps maintenant mais je couve précieusement quelques souvenirs vraiment inoubliables, il faudra que je les écrive à l'occasion wink


Posté par : Cub3000 | 08 avril 2019 à  21:41

 
#8 Posté par : Marla Singer 08 avril 2019 à  22:15
@Cub

Ouais ben t'es tombé en pleine apogée du délire (niveau ambiance, pas nb de participants), c'est clair que tu as eu de la chance!
Bon même si j'ai commencé en plein débandade (2001 : Mariani, médias, flics...)
J'ai passé des moments uniques et ai «grandi» pendant ma phase free party tt l'année, pas mal de potes qui mixaient (plus ou moins bien...roll à force d'entendre du son tt la semaine, je saturais,  jd'en écoutais jamais de moi mm...). Mes premières trucs, j'avais 15ans, j'étais inconsciente au possible et dans un état d'esprit nique tout, j'ai rien a perdre.... Spoiler
C'est mauvais pour le développement du cerveau, j'ai laissé au pied des caissons bcp de neurones et de points d.audition ( les acouphènes quel plaisir roll)
Mais je me suis tapé des barres de rire, j'ai des souvenirs géniaux de moments, de rencontre, de liberté...
Et ça soude les galères et les fous rires en commun avc les potes.
C.Est comme une bulle suspendue dans le temps, où on se lâchait (ce qui se passe en teuffeurs, reste en teuf big_smile )


En 2015 j'avais bossé sur un festival caritatif (Artist in Action) avc des vieux des SP23.
Les bénéfices allaient aux réfugiés, financement une cuisine sur la jungle à Calais...
J'avait Jeff et Simone, c'est des parents ils vont quasi sur la cinquantaine... Mais l'état d'esprit, l'engagement, l'ouverture aux autres... tu sens les bonnes vibes quoi super

C'est fini la «bonne époque» mais la beauté du truc c aussi sont côté unique et éphémère.
Une étoile filante que tu as pu chevaucher  wink

Hésite pas à nous en remettre, c'est offrant à lire et ressentir!
Reputation de ce commentaire
 
"Une étoile filante que tu as pu chevaucher" <3 j'adore ;) / Cub3000

Posté par : Marla Singer | 08 avril 2019 à  22:15

 
#9 Posté par : Maska 09 avril 2019 à  14:39

Maska a écrit

C'est des jambes ça, en vrai ??? / Cub3000

Pour de vrai si tu regarde bien tu distingue nettement les poils et si tu remonte entre c'est deux morceau de bois tu tombera sur un service 3 pièces pas aussi boueux heureusement, ont avais les genoux dedans mais pas les hanches Gaïa nous avais offert une limite allelujah !


Posté par : Maska | 09 avril 2019 à  14:39

 
#10 Posté par : ismael77 16 avril 2019 à  11:39
Bravo, bien écrit,
T'as réussi à me faire m'intéresser...à tes pieds!
Pour les spis, j'imagine la scène! Bon après il y a des légendes (tous ceux qui disent les avoir vu quand ils n'étaient pas là, ni les uns, ni les autres).
Là ça m'fait penser à celle des chiens et de la friteuse, des mecs crucifiés sur les enceintes avec dix acides dans leur gueule. La tienne est plus crédible! Parce que tu es sous acide..non car tu ne parles pas de ce que tu n'as pas vu.
Tu racontes bien, j'ai golri!

Posté par : ismael77 | 16 avril 2019 à  11:39

Remonter

Pied de page des forums