L’amour. Ma première drogue. POST 9. / Les Blogs de PsychoACTIF

L’amour. Ma première drogue. POST 9. 



/forum/uploads/images/1560/51591baf-84e4-419c-90ae-69594a77ef6c.jpg
Il y a plein de choses qui passent après la cocaïne pour moi aujourd’hui. Ma situation financière, le fait d’être raisonnable, le travail parfois, et j’en passe. Mais si il y a une chose qui passe et passera toujours avant cela c’est l’amour pour mon amoureux, et aussi l’amour des autres. Mince quelle conne je devrais aussi inclure l’amour de moi. C’est vrai, mais pourtant non je ne m’aime pas.. enfin pas trop disons.. certains jours je vais avoir confiance en moi et me foutre de l’avis des autres tant je suis persuadée d’être une fille juste, bien, honnête et droite. Mais d’autres jour un rien peut tout remettre en question.
L’amour que je ressens pour mon chéri, la déception que j’ai à chaque fois que quelqu’un de mon entourage (ami/connaissance/famille ou autre) est déçu ou me reproche quelque chose.. ÇA, ce sentiment, cette remise en question chez moi, c’est pas lié à ma consommation de drogue.. c’est présent chez moi depuis toujours.. mon entourage me l’a toujours reproché. Et je crois que c’est pire que la drogue. C’est une drogue aussi. Le nom que je lui donne est la dépendance affective. J’ai tellement l’impression que sans lui, sans eux, je serais perdue, je ne serais capable de rien.. il faut vraiment que j’aille voir quelqu’un. Autant pour ma consommation de cocaïne que pour ma dépendance affective à ceux que j’aime, mon hypersensibilité et ces tendances de déprime que j’ai.. pourtant cette nuit c’est une des rares nuits où je n’ai pas consommé.. du coup je pense à tout ça. Est ce pour ça que je prends de la coke tous les jours habituellement ? Pour moins réfléchir et me torturer l’esprit sur tout ça ? :’(.

Alors je me répète, je conclus comme sur le post d’avant par dire que je vais me nicher dans les bras de mon homme pour finir la nuit. En le faisant vraiment cette fois ci.

Catégorie : En passant - 11 juin 2019 à  05:32

#amour #cocaïne #couple



Commentaires
#1 Posté par : janis 11 juin 2019 à  08:07
Hello,

Bon ben j aurais du lire ton post 9, j aurais eu la confirmation que ta consommation de c te cause des soucis.

Si ça peut te soulager, oui tu peux consulter un psy. La dépendance affective on s'en sort mais c est un peu long. Tu as besoin de renforcer la confiance que tu as en toi.

Prends bien soin de toi
Janis

Posté par : janis | 11 juin 2019 à  08:07

 
#2 Posté par : Bootspoppers 11 juin 2019 à  08:22
Merci pour ce blog si intime et si beau.

Tu m'excuseras de me reconnaître. Mais on dit que c'est le propre des grands écrivains que le lecteur se retrouve dans ses textes.

La dépendance affective, je connais bien!

oui je te confirme que , en tout cas à mes yeux, L'Amour est la première drogue.

Ma solution à moi, c'est d'être polyamoureux. Avec une petite confusion entre l'amitié et l'amour.

C'est aussi l'écriture. Même sur psychoactifs, dans mon blog, j'écris essentiellement sur ma relation avec les autres. Les ami e s. Mes amours.

Et quand je suis dans un set & setting qui n'est pas amoureux, les prod ne me font aucun effet. Ça me tue les trips.

Et pour moi, dans mon esprit, les autres prod, c'est de préférence toujours dans un contexte relationnel, afin de faciliter mes amours.

Je suis peut-être un peu confus e , c'est juste une réaction émotionnelle à te lire.

Mais oui. L'amour est la première drogue.

J'essaie simplement que mon amour ne sois pas trop envahissant, qu'il soit dans la mesure du possible discret, parfois même je le cache à mes amis, je ne veux pas les terrifier. Je veux juste que ce soit positif et bénéfique.

Mais nous ne sommes pas dans la même situation, j'ai l'âge de tes parents, et mes enfants ton âge. Revenons à toi.

Janis, ma jumelle des réunions psychoheads,  a parlé sagement pour moi.

Posté par : Bootspoppers | 11 juin 2019 à  08:22

 
#3 Posté par : janis 11 juin 2019 à  09:06
A vous lire, je me sens super froide et distante et même si dans le fond c 'est faux, ça me touche et m'émeut d'autant plus de voir des humains vivre avec leurs trippes et ne pas hésiter à les mettre sur la table, à les partager.

Voilà je tenais à le dire,
vous êtes beaux dans votre  humanité.

Janis

Posté par : janis | 11 juin 2019 à  09:06

 
#4 Posté par : Bootspoppers 11 juin 2019 à  10:31

a écrit

Voilà je tenais à le dire,
vous êtes beaux dans votre  humanité.

Toi aussi Janis.
On se complète les un e s les autres.


Posté par : Bootspoppers | 11 juin 2019 à  10:31

 
#5 Posté par : Soward 11 juin 2019 à  11:03
intéressant à lire merci

Posté par : Soward | 11 juin 2019 à  11:03

 
#6 Posté par : Hilde 11 juin 2019 à  12:06
Suis-je la seule à trouver étrange ou alogique qu'on puisse qualifier de dépendance affective le fait de ne pas s'aimer soi-même lorsqu'on se juge de traviole?

Alors il faudrait mériter, aimer très très fort pour mériter, ou plutôt espérer en retour, l'amour de l'autre? Un amour retour qui aurait une raison d'être?

Et pourtant, vos élans amoureux, vous croyez qu'ils sont vraiment mérités?

a écrit

A vous lire, je me sens super froide et distante et même si dans le fond c 'est faux, ça me touche et m'émeut d'autant plus de voir des humains vivre avec leurs trippes et ne pas hésiter à les mettre sur la table, à les partager.

Moi aussi je crois.

A l'âge de 10 ans un évènement m'a fait comprendre que mon émotivité était un terrible handicap et à partir de ce moment-là j'ai résolu de commencer à me blinder pour ne plus souffrir de trucs auxquels les autres sont peu sensibles... comme les séparations ou les adieux définitifs... Le pire c'est que l'auto-conviction ça marche, au bout d'un moment on peut s'effrayer soi-même de combien on arrive à n'être pas profondément ou durablement touché par certaines choses... Et la vie continue...

Quant à l'amour, c'est comme un vieux souvenir franchement poussiéreux pour moi, du moins celui qui remue les tripes et fait dévier de sa trajectoire. A la limite j'en serais tout à fait nostalgique. Il y a une vraie - et de mon point de vue enviable -  fraîcheur à être capable de tomber amoureux.

Aussi, ce qu'écrit Boots c'est, pour moi encore, au mieux un langage extraterrestre, au pire une fable. L'amour est une quantité bien trop finie.

Quant au fond du billet de LaVieEstBelle, je ne peux pas commenter, ce serait trop délicat. Alors j'ai tourné autour du pot. ^^


Posté par : Hilde | 11 juin 2019 à  12:06

Remonter

Pied de page des forums