La plus grosse claque de ma vie. / Les Blogs de PsychoACTIF
Blogs » Assoactis » 

La plus grosse claque de ma vie. 



Nous sommes en  juin 1994. L'histoire se passe pendant un festival rock dans le Puy-de-Dôme, qui était à l'époque un des grands moments de l'été et rameutait un peu tout ce que ce pays comptait de freaks, punks et autres cramés en tout genre. Et, c'était notoire : si tu voulais prendre de l'acide c'est là qu'il fallait aller.

Avec mon pote E. on était justement bien motivés pour se faire une petite session dans le cosmos, on avait goûté au LSD l'été précédent au camping gratos des Interceltiques de Lorient et c'est rien de dire qu'on avait kiffé : la révélation, carrément. Pour moi ce premier trip avait été un peu comme si, tout à coup, le voile tombait. Comme si je pouvais voir le monde sous son vrai jour, la vie, tous les petits jeux sociaux et les rôles qu'on nous demande de jouer...Une grande farce, en fait. Depuis je ne jurais plus que par ça. Quelques semaines plus tard, après un voyage à Amsterdam, on avait goûté aussi aux champignons, et ça avait été parfaitement génial, quand j'y repense aujourd'hui encore, un des meilleurs souvenirs de ma jeunesse, 6h de fou-rire ininterrompu ponctué d'hallucinations colorées, de révélations cosmiques ridicules et de distorsions sonores. 100% fun, pas l'ombre d'un bad.

Donc nous voilà partis pour notre festoche, le pouce levé tu tardes pas à te faire ramasser par des automobilistes sympas, et plus on se rapproche du périmètre festif, plus nos conducteurs se font dreadeux et crêteux et on se dit que ça va être un sacré truc, un peu comme un jamboree scout version zonard. On trépigne un peu sur les derniers kilomètres, à l'arrière d'un camion aménagé façon hippie, dont le chauffeur se marre en fumant des gros spliffs. Et voilà, on se retrouve sur le site du festival, ça fait comme une cuvette, en haut de la colline tu as la scène et tout le reste en contrebas c'est le bordel, un village de tentes, de camions, de bâches, de sound-systems crachant du dub, des chiens, des rastas torse-nu, des meufs en sarouel, des keupons, partout l'odeur du nag-champah ou de la weed ou du shit, et vas-y que ça deale dans tous les sens, le supermarché à ciel ouvert, trips qui veut des trips, ils sont bon mes ecstas ils sont bons, rachacha, afghan, y'en aura pour tout le monde.

On saute du camion avec nos sacs à dos et on file monter notre tente, en se disant que c'est le premier truc à faire tant qu'on est encore lucide, vu que clairement ça ne va pas durer longtemps. On croise un mec genre bab et sa meuf toute en tresses africaines, ils nous branchent sur un plan trip, des Panoramix, ok ça me dit vaguement un truc, une copine qui en avait pris l'année dernière et avait kiffé sa race, va pour les Panoramix, cinquante francs le carton. Par acquis de conscience je demande au mec :
- "ça va ils sont pas trop violents ?
- non ils sont cool tu peux y aller"
Il dit ça avec un genre de sourire entendu. Bon bah ok, mon pote et moi, peur de rien, on gobe chacun un Pano entier et on va se balader en attendant les effets. Si on avait su...

20mn plus tard on est tous les deux hilares et titubants, je comprends pas encore trop ce que le buvard me fait, je suis plus confus qu'autre chose mais une chose est claire, ça va cogner. En quelques minutes  je pige que ça n'a rien à voir avec les gentilles fraises que j'avais prises l'été d'avant, et que là on est dans la cour des grands. On est au milieu du camping, j'ai l'impression d'être dans une BD. Genre, le village d'Astérix. Tout ressemble à un décor de cartoon. Je me sens totalement désorienté, incapable de me repérer. Littéralement, je ne sais plus où je suis. Et en plus de ça mon pote a disparu. Comment c'est possible de perdre quelqu'un qui marchait juste à côté de moi, en plein jour, j'en sais rien mais le constat est là : je suis en train de me taper la mère de toutes les montées d'acide, tout seul, au beau milieu d'un ramassis de cramés tous plus foncedés les uns que les autres.

J'essaye de retrouver la tente, impossible, je suis absolument paumé. J'arpente la route qui borde le camping et le sépare de la scène, dans un sens, dans l'autre, perdu, flippé. Je ne comprends rien à ce qui m'arrive, c'est comme si j'étais tombé d'un seul coup dans une sorte de rêve dément dont il est impossible de sortir. Je suis à deux doigts de la panique. Au bord de la route il y a un couple de bikers, visiblement complètement déglingués eux aussi, qui observent mes allées et venues désespérées. La fille éclate de rire à chaque fois qu'elle me voit passer, je suis en enfer et ça la fait rire. Je me sens complètement parano, incapable d'aligner deux pensées, je sais à peine qui je suis. "tout est langage en fait, tout est langage"...je me souviens avoir pensé ça.

C'est là que les hallucinations démarrent vraiment. Je n'ai plus aucun repère temporel et j'en suis à un stade où mon identité elle même s'est dissoute, concrètement je ne suis plus là, je n'ai plus de nom, je ne suis qu'une vague entité flippée atteinte de délires en rafale...Sur ce qui va suivre, la seule chronologie applicable est celle de l'intensité du délire et des hallus, dans quel ordre tout ça est-il arrivé je n'en ai aucune idée, d'ailleurs je ne me souviens pratiquement plus d'avoir pris une drogue, je ne me rappelle pas non plus que le monde ait été différent, normal, un jour : je suis simplement, totalement immergé dans un grand n'importe quoi.

Je trouve un point d'eau, un robinet, et j'essaye de boire mais c'est le robinet qui me boit. Je croise des mecs qui me disent qu'ils ont trouvé des fossiles, en fait ce sont de simples mottes de terre au sol, mais je les vois comme eux, ces mottes recouvertes de fractales organiques qui palpitent, en effet on dirait...comme des fossiles vivants....Je veux aider des gars en train de monter leur tente, mais chaque fois que j'essaye d'emboîter deux piquets il y a des espèces de flashes d'énergie cosmique, comme si j'étais moi-même une sorte de conduit et que que le fait de planter un arceau me communiquait des parcelles de savoir trop intenses pour que je les supporte, au bout d'un moment je lâche l'affaire de toute façon je suis incapable d'aider qui que ce soit, incapable de la moindre action concrète, pratique.

Il y a du dub sur un sound-system pas loin, j'ai jamais entendu un truc pareil, de la musique faite de bulles, et en même temps j'entends Iam qui sont en train de faire leurs balances sur scène, il y a une séquence qui tourne en boucle, j'ai l'impression d'entendre une espèce de mélopée alien, un mantra, comme un genre de trompette célébrant le triomphe de je ne sais quelle divinité infernale. Ce son ne me lâche pas.

Là il doit y avoir un moment d'accalmie, je suis assis sous une tenture pas loin du sound-system dub. Un type en transe, les yeux écarquillés, hurle "du LSD pur !!! C'est DU LSD PUR !!!". Il a dû prendre la même chose que moi. J'arrive presque à tenir une conversation à ce moment, bien que je n'aie aucune idée de qui je suis et de ce que je fous là. Un mec me demande ce que j'ai pris, je répond "un Panoramix", il me regarde d'un air moqueur et me dit : "haha, on en redescend pas toujours." La crapule. J'angoisse terriblement. Je voudrais tellement que ça s'arrête, je voudrais tant ne pas avoir pris cette drogue affreuse...

Je suis assis dans l'herbe et je la regarde, et soudain elle se fractionne en kaléidoscope infini de petits visages verts qui m'observent et murmurent et chuchotent et soufflent, et forment un tunnel dans lequel je m'enfonce, et à mon tour je me fractionne en kaléidoscope, il y a une grande lumière, un sentiment de peur, je ne veux pas y aller, je ne veux pas mourir...Et puis soudain je lâche prise et là c'est merveilleux, une paix immense, une joie divine qui m'envahit, sauf que je ne suis plus moi. Je suis à la fois mon père et ma mère, en train de faire l'amour, et je vis l'instant de ma conception, l'instant où dans une explosion orgasmique ma première cellule apparaît.

Après je suis à poil. À un moment ou un autre j'ai balancé mes fringues, et je me roule dans l'herbe. soudain mes mains deviennent des sabots, mes bras se couvrent de poil brun, dru, épais...Je me transforme en bête. En taureau. Je suis un taureau, je suis à poil et j'ai la bite qui brille.

Après, je suis au Ciel. Des êtres divins m'apparaissent, dans une lumière merveilleuse, des personnes dont les visages sont comme un mélange bouleversant des traits de tous les gens que j'ai aimées dans ma vie. Ils me sourient et me disent qu'il m'attendaient. J'ai la sensation d'avoir réussi un test, d'avoir passé une épreuve, et d'être admis dans ce monde magnifique à la lumière douce et caressante. Je n'ai jamais rien vu d'aussi beau de toute ma vie, mes larmes coulent.

Après je suis assis, et je m'aperçois que tout autour de moi tout le monde s'est assis également, et nous formons un grand cercle, ou plutôt une spirale de personnes assises depuis le fond du vallon jusqu'au sommet. L'un après l'autre, chacun se tourne et regarde son voisin. Quand arrive mon tour et que mon voisin de droite me regarde, je reçois en moi les âmes de toutes les personnes qui se sont regardées avant moi, et quand à mon tour je regarde mon voisin de gauche, mon âme, avec celles de tous les autres, s'engouffre en lui, et ainsi de suite jusqu'à ce que toutes nos âmes soient arrivées au sommet de la colline.

Après, je crois que des gens essaient de m'aider, peut-être même les pompiers...Mais je m'enfuis, en sautant par dessus les tentes, en me cassant la gueule dans l'herbe et en me roulant par terre.

Après, bizarrement, je retombe dans mon jean. C'est vraiment la sensation que j'ai : je suis retombé dans mon pantalon (en fait on m'a expliqué ensuite que c'est mon pote, qui était aussi complètement perché mais un peu moins que moi, qui m'avait aidé à me rhabiller). Et au moment où je tombe dans mon pantalon, il y a comme un déclic. Soudain je me rappelle qui je suis et où je suis. Autour de moi le monde est complètement fou, les forêts au loin ondulent comme de grosses vagues, tout le monde me regarde ce qui est un peu normal puisque ça fait à peu près cinq heures que je fais n'importe quoi à poil et il y a des vibrations très hostiles, mais j'ai commencé à remettre un pied dans la réalité.

Après, je suis à Auschwitz, les punks sont des SS, leurs chiens veulent me bouffer les couilles, je ressens comme un courant électrique malveillant dans l'air, je dois retrouver ma tente.

Après, j'ai enfin trouvé la tente, je m'y terre, réalisant petit à petit ce qui vient de se passer, et j'essaye de dormir...En vain évidemment. La nuit tombe pendant que je prend conscience que sous l'effet d'un acide démentiellement fort je viens de passer des heures, complètement nu, à me comporter comme un psychotique devant 3000 personnes. Je me dis que je n'oserai plus jamais sortir de cette tente.

Le lendemain mon pote est revenu. Paniqué par l'effet du Panoramix, après m'avoir aidé à me resaper il s'est carrément barré du festival, il a dû errer en stop totalement halluciné mais il a réussi à revenir jusqu'à chez lui, où il a fait sa redescente avant de revenir, en bagnole cette fois, pour me chercher. Un héros. Par contre il n'a plus de papiers et plus de fric parce que pendant son trip, debout sur le toit d'une voiture il a jeté son portefeuille, frappé par la vanité et l'inutilité des biens matériels.

Comme un parachutiste qui ressaute immédiatement après avoir vécu un accident, pour vaincre la peur, j'ai repris un acide le soir même. Sauf qu'avec la dose éléphantesque que j'avais pris la veille, et la tolérance que j'avais développée, il ne m'a fait aucun effet. Et en plus j'ai galéré à le trouver, personne ne voulait rien me vendre, allez savoir pourquoi....

Ce jour là, j'ai appris à la dure ma première leçon de réduction des risques :

Les buvards, c'est quart par quart.


Soundtrack : un petit Iam de circonstance, et un morceau bien halluciné de The Orb qui me fait pas mal penser à ce que j'ai vécu pendant ce trip.




Catégorie : Trip Report - 21 octobre 2018 à  00:34

#LSD #t'en a trop pris mon vieux #trip report #bad trip

Reputation de ce commentaire
 
Merci pour ce super TR très bien narré, j'ai kiffé! /Agartha
 
Epic come back des 90' ! Merci / Drim



Commentaires
#1 Posté par : krakra 21 octobre 2018 à  08:59
Impressionnant ce trip,

à l époque tout le monde n avait pas de smartphone cela aurait fait de belle vidéo

Le dealer aurait pu faire un peu de rdr en te disant de commencer par un quart
Bien raconté bonne sensation

Posté par : krakra | 21 octobre 2018 à  08:59

 
#2 Posté par : Assoactis 21 octobre 2018 à  09:18

krakra a écrit

Impressionnant ce trip,

à l époque tout le monde n avait pas de smartphone cela aurait fait de belle vidéo

Le dealer aurait pu faire un peu de rdr en te disant de commencer par un quart
Bien raconté bonne sensation

Haha oui c'est clair, si les smartphones avaient existé à l'époque, je serais une star des internets wink
Avec le recul je crois que le mec qui nous a vendu ça, non seulement n'était pas dans une démarche RdR, mais a même dû bien se marrer à remettre à leur place deux apprentis drogués qui faisaient un peu les marioles. C'est clair qu'on se sentait plus humble après, mais on aurait aussi pu y laisser notre santé mentale, il m'a d'ailleurs fallu quelques mois pour me remettre du choc...


Posté par : Assoactis | 21 octobre 2018 à  09:18

 
#3 Posté par : janis 21 octobre 2018 à  09:29
Coucou assoactis,

On s y croirait !!!
Alors bien sûr il y a la rdr de prendre par quarts mais il y a aussi le contexte : festival, monde, musique....autant d éléments anxiogènes que je serai totalement incapable d affronter trippee.
C est parce que j etais en sécurité, chez moi que j ai pris un carton complet la semaine dernière.

En tout cas sacrée expérience...tu as mis combien de temps a reprendre du LSD après tout ça?

Posté par : janis | 21 octobre 2018 à  09:29

 
#4 Posté par : Assoactis 21 octobre 2018 à  09:40

janis a écrit

Coucou assoactis,

On s y croirait !!!
Alors bien sûr il y a la rdr de prendre par quarts mais il y a aussi le contexte : festival, monde, musique....autant d éléments anxiogènes que je serai totalement incapable d affronter trippee.
C est parce que j etais en sécurité, chez moi que j ai pris un carton complet la semaine dernière.

En tout cas sacrée expérience...tu as mis combien de temps a reprendre du LSD après tout ça?

Je n'en ai pas repris pendant un an, mais je me suis fait quelques sessions psilos l'automne qui a suivi, c'était une mauvaise idée, ça s'est soldé par un HPPD...

En fait ce n'est pas tant le fait d'avoir pris le buvard entier, le souci c'était surtout que c'était une de ces fois où le carton est vraiment anormalement surdosé. C'est difficile d'extrapoler, à l'époque il n'y avait pas de testing et on ne pouvait pas faire analyser les substances, mais si je compare avec mes autres expériences, y compris les plus puissantes, à mon avis il devait y avoir au minimum 400µg de LSD, sinon plus, dans ce buvard.

Et c'est sûr que le contexte chaotique a énormément joué aussi.


Posté par : Assoactis | 21 octobre 2018 à  09:40

 
#5 Posté par : janis 21 octobre 2018 à  09:51

Assoactis a écrit

janis a écrit

Coucou assoactis,

On s y croirait !!!
Alors bien sûr il y a la rdr de prendre par quarts mais il y a aussi le contexte : festival, monde, musique....autant d éléments anxiogènes que je serai totalement incapable d affronter trippee.
C est parce que j etais en sécurité, chez moi que j ai pris un carton complet la semaine dernière.

En tout cas sacrée expérience...tu as mis combien de temps a reprendre du LSD après tout ça?

Je n'en ai pas repris pendant un an, mais je me suis fait quelques sessions psilos l'automne qui a suivi, c'était une mauvaise idée, ça s'est soldé par un HPPD...

En fait ce n'est pas tant le fait d'avoir pris le buvard entier, le souci c'était surtout que c'était une de ces fois où le carton est vraiment anormalement surdosé. C'est difficile d'extrapoler, à l'époque il n'y avait pas de testing et on ne pouvait pas faire analyser les substances, mais si je compare avec mes expériences, y compris les plus puissantes, à mon avis il devait y avoir au minimum 400µg de LSD, sinon plus, dans ce buvard.

Et c'est sûr que le contexte chaotique a énormément joué aussi.

Oui je comprends mieux...la prise par quarts est RDR quand on n a pas moyen de connaître le dosage du carton. Ça évite les mauvaises surprises.

Tu as subi un HPPD et tu es arrivé a t en débarrasser ? Effectivement  ... produits a manier avec précaution.

Ton partage est passionnant


Posté par : janis | 21 octobre 2018 à  09:51

 
#6 Posté par : Assoactis 21 octobre 2018 à  09:58

janis a écrit

Tu as subi un HPPD et tu es arrivé a t en débarrasser ? Effectivement  ... produits a manier avec précaution.

Ton partage est passionnant

En fait oui et non. J'ai appris à vivre avec, et surtout avec le temps, la réflexion, le recul, j'ai compris que ce n'était pas un truc hallucinatoire, une déconnexion du réel, mais au contraire une hypersensibilité constante à certains aspects du réel, un peu comme si la fenêtre psychédélique restait toujours légèrement entrouverte. En gros, je suis hyper-réceptif à toute la dimension fractale de la réalité, à la manière fractale dont s'organise la matière, aux patterns fractals qu'on retrouve un peu partout, arbres, nuages, etc...J'ai adoré le bouquin de photos prises depuis l'ISS de Thomas Pesquet, parce que ses images montrent bien cet aspect, à l'échelle macroscopique, c'est fascinant smile


Posté par : Assoactis | 21 octobre 2018 à  09:58

 
#7 Posté par : janis 21 octobre 2018 à  10:03
Oui je vois, je pense effectivement qu'il y a toujours des modifications sensorielles même légères suites aux prises de psychedeliques. C est ce qui devrait être dit systématiquement a ceux qui veulent essayer les psyché : il n y a jamais vraiment de retour a l état initial. On n en revient jamais inchangé.

Parce que ces produits nous font nous concentrer sur des choses qui existent tout le temps. Maintenant je peux jouer avec mes mains a volonté en mode démultiplié^^. Parce que j ai appris a le voir.
Reputation de ce commentaire
 
il faudrait qu'on échange collectivement sur ce sujet clef

Posté par : janis | 21 octobre 2018 à  10:03

 
#8 Posté par : Bootspoppers 21 octobre 2018 à  19:00

janis a écrit

Oui je vois, je pense effectivement qu'il y a toujours des modifications sensorielles même légères suites aux prises de psychedeliques. C est ce qui devrait être dit systématiquement a ceux qui veulent essayer les psyché : il n y a jamais vraiment de retour a l été initial. On n en revient jamais inchangé.

Parce ces produits nous font nous concentrer sur des choses qui existent tout le temps. Maintenant je peux jouer avec mes mains a volonté en mode démultiplié^^. Parce que j ai appris a le voir.

oups c'est moi qui ait mis le champi vert anonyme et qui ne l'est donc plus


Posté par : Bootspoppers | 21 octobre 2018 à  19:00

 
#9 Posté par : Rick 21 octobre 2018 à  19:51

janis a écrit

Oui je vois, je pense effectivement qu'il y a toujours des modifications sensorielles même légères suites aux prises de psychedeliques. C est ce qui devrait être dit systématiquement a ceux qui veulent essayer les psyché : il n y a jamais vraiment de retour a l été initial. On n en revient jamais inchangé.

Parce ces produits nous font nous concentrer sur des choses qui existent tout le temps. Maintenant je peux jouer avec mes mains a volonté en mode démultiplié^^. Parce que j ai appris a le voir.

cc

il n'y a que tes mains qui ont des tracers ou tout les objets en mouvements?


Posté par : Rick | 21 octobre 2018 à  19:51

 
#10 Posté par : janis 21 octobre 2018 à  19:55

Rick a écrit

cc

il n'y a que tes mains qui ont des tracers ou tout les objets en mouvements?

Coucou,

En fait j' évite d essayer de le voir partout, mais sur mes mains, je convoque la sensation a volonté.


Posté par : janis | 21 octobre 2018 à  19:55

 
#11 Posté par : Rick 21 octobre 2018 à  20:03

janis a écrit

Rick a écrit

cc

il n'y a que tes mains qui ont des tracers ou tout les objets en mouvements?

Coucou,

En fait j' évite d essayer de le voir partout, mais sur mes mains, je convoque la sensation a volonté.

En gros si je comprend bien tu as un bouton on/off pour déclencher un certain type d'hallu? Balaise.

Bon je sais pas si c'est un super pouvoir rasta ou quoi..

perso ça me ferait flipper d'avoir des transformations visuelles sans prod, mais si ça dépend que de ta volonté j'imagine que c'est moins effrayant.

On lit pas ça tout les jours ! yikes


Posté par : Rick | 21 octobre 2018 à  20:03

 
#12 Posté par : janis 21 octobre 2018 à  20:05

Bootspoppers a écrit

janis a écrit

Oui je vois, je pense effectivement qu'il y a toujours des modifications sensorielles même légères suites aux prises de psychedeliques. C est ce qui devrait être dit systématiquement a ceux qui veulent essayer les psyché : il n y a jamais vraiment de retour a l été initial. On n en revient jamais inchangé.

Parce ces produits nous font nous concentrer sur des choses qui existent tout le temps. Maintenant je peux jouer avec mes mains a volonté en mode démultiplié^^. Parce que j ai appris a le voir.

oups c'est moi qui ait mis le champi vert anonyme et qui ne l'est donc plus

Tu as raison Boots, c est un sujet fondamental : les psyché modifient-ils durablement notre perception ? L augmente elle seulement, en nous faisant remarquer ce que nous n'avions pas vu?

Un truc genre "a quoi s'attendre quand on prend des psychedeliques régulièrement?"


Posté par : janis | 21 octobre 2018 à  20:05

 
#13 Posté par : Anonyme1756 21 octobre 2018 à  20:07

janis a écrit

Rick a écrit

cc

il n'y a que tes mains qui ont des tracers ou tout les objets en mouvements?

Coucou,

En fait j' évite d essayer de le voir partout, mais sur mes mains, je convoque la sensation a volonté.

C'est du paint lighting sur le SNC?

https://i.ytimg.com/vi/b4BbxKV-KFQ/maxresdefault.jpg


Posté par : Anonyme1756 | 21 octobre 2018 à  20:07

 
#14 Posté par : janis 21 octobre 2018 à  20:07

Rick a écrit

janis a écrit


Coucou,

En fait j' évite d essayer de le voir partout, mais sur mes mains, je convoque la sensation a volonté.

En gros si je comprend bien tu as un bouton on/off pour déclencher un certain type d'hallu? Balaise.

Bon je sais pas si c'est un super pouvoir rasta ou quoi..

perso ça me ferait flipper d'avoir des transformations visuelles sans prod, mais si ça dépend que de ta volonté j'imagine que c'est moins effrayant.

On lit pas ça tout les jours ! yikes

Mdr c est pas du tout ce que j ai écrit ou je me suis très mal faite comprendre.

Non j' ai appris à me concentrer sur des mouvements qui ont été rendu évidents par les psychedeliques. A mon sens ça relève pas d hallucinations.


Posté par : janis | 21 octobre 2018 à  20:07

 
#15 Posté par : Rick 21 octobre 2018 à  20:12
Teach me sensei janisamaaaaaaaa
Reputation de ce commentaire
 
hahahahahahahaha MDR /Assoactis

Posté par : Rick | 21 octobre 2018 à  20:12

 
#16 Posté par : janis 21 octobre 2018 à  20:29

Rick a écrit

Teach me sensei janisamaaaaaaaa

Bon je m'explique super mal…désolée, je trouve que les psyché portent notre attention sur des sensations qu'habituellement on ignore et du coup une fois qu'on connait le chemin, on ne peut plus l'oublier.

Des hallucinations seraient subies…

entre perceptions et hallucinations la différence est grande…

Tiens j'ai un exemple, il vaut peut être rien mais je saurais me faire comprendre:

Une phrase de ce type:le snes de lcetrue; ton cerveau, le mien, le remettent en ordre automatiquement au point que tu peux ne pas t'apercevoir du desordre des lettres.


Pour les mouvements notamment des mains, je ne les avais jamais décomposées avant...mon cerveau les avait toujours appréhendés comme une globalité. Avec les psyché, je me suis concentrée sur le découpage des mouvements, du coup je les vois davantage.


Posté par : janis | 21 octobre 2018 à  20:29

 
#17 Posté par : Rick 21 octobre 2018 à  21:15
Tu me déçois janis, je pensais que t'allais m'apprendre un tricks pour charmer les nanas en soirée mad
bonne soirée wink

Posté par : Rick | 21 octobre 2018 à  21:15

 
#18 Posté par : Assoactis 22 octobre 2018 à  15:31

janis a écrit

Pour les mouvements notamment des mains, je ne les avais jamais décomposées avant...mon cerveau les avait toujours appréhendés comme une globalité. Avec les psyché, je me suis concentrée sur le découpage des mouvements, du coup je les vois davantage.

C'est exactement ça pour moi avec les formes fractales dans la matière. Par exemple, avant, une route goudronnée, bah tout ce que je voyais c'était une surface grise, compacte, uniforme. Maintenant je suis hyper sensible aux détails, aux aspérités, aux formes. Mais ce sont des choses qui sont vraiment là, c'est pour ça que le terme HPPD est peut-être impropre, il vaut peut-être mieux parler d'une hypersensibilité, qui est parfois un peu inconfortable, parce qu'en fait je crois que mon cerveau filtre moins le détail des informations que je perçois, et donc je me rends compte que ce modèle chaotique, fractal, qu'on perçoit souvent sous psychédéliques, à la base il est simplement sous nos yeux sans qu'on y fasse attention, parce que c'est une connaissance qui a priori n'a pas d'utilité pour notre fonctionnement ordinaire et pour notre survie, donc le cerveau filtre. Voilà, j'ai dû cramer un peu les filtres, et du coup, personnellement, ce genre de formes (rien qu'une plaque de macadam, finalement), ça me fascine :

/forum/uploads/images/1540/fractal-patterns-on-an-asphalt_medium.jpg

Posté par : Assoactis | 22 octobre 2018 à  15:31

 
#19 Posté par : janis 22 octobre 2018 à  19:43

Assoactis a écrit

janis a écrit

Pour les mouvements notamment des mains, je ne les avais jamais décomposées avant...mon cerveau les avait toujours appréhendés comme une globalité. Avec les psyché, je me suis concentrée sur le découpage des mouvements, du coup je les vois davantage.

C'est exactement ça pour moi avec les formes fractales dans la matière. Par exemple, avant, une route goudronnée, bah tout ce que je voyais c'était une surface grise, compacte, uniforme. Maintenant je suis hyper sensible aux détails, aux aspérités, aux formes. Mais ce sont des choses qui sont vraiment là, c'est pour ça que le terme HPPD est peut-être impropre, il vaut peut-être mieux parler d'une hypersensibilité, qui est parfois un peu inconfortable, parce qu'en fait je crois que mon cerveau filtre moins le détail des informations que je perçois, et donc je me rends compte que ce modèle chaotique, fractal, qu'on perçoit souvent sous psychédéliques, à la base il est simplement sous nos yeux sans qu'on y fasse attention, parce que c'est une connaissance qui a priori n'a pas d'utilité pour notre fonctionnement ordinaire et pour notre survie, donc le cerveau filtre. Voilà, j'ai dû cramer un peu les filtres, et du coup, personnellement, ce genre de formes (rien qu'une plaque de macadam, finalement), ça me fascine :

Image : https://www.psychoactif.org/forum/uploa … medium.jpg

Voilà c'est totalement ça! Et sans que ce soit quelque chose de grave en soi, c'est quand même à savoir avant consommation.

Si tu regardes, j'ai ce type d'effets prolongés alors que je suis une UD raisonnable^^


Posté par : janis | 22 octobre 2018 à  19:43

Remonter

Pied de page des forums